Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
L'Histoire en cours

Alice Gaillard, Les Diggers, Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968)

Montreuil, L’échappée, 2009, 200 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Alice Gaillard, Les Diggers, Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968), Montreuil, L’échappée, 2009, 200 p.

Texte intégral

1Les Diggers sont un groupe apparu à San Francisco en 1966. Avec leur théâtre de rue, leurs tracts et leurs performances, ils s’approprient le petit quartier de Haight Ashbury. Le contexte est au phénomène hippie, à la contestation contre la guerre du Vietnam, à l’émergence du Free Speech Movement, qui a émergé à l’automne 1964 sur le campus de l’université de Berkeley, et au « psychédélisme » : en 1963, Timothy Leary, jeune docteur en psychologie clinique, écrit dans la Harvard Review un texte intitulé The Politics of Consciousness Expansion, dans lequel il prophétise que la prochaine étape de l’évolution de l’homme passera par les substances comme le LSD !

2En 1965, Ron Davis, militant proche de la New Left (« nouvelle gauche ») écrit un manifeste : Guerilla Theater, dans lequel il théorise l’utilisation du théâtre comme médium de la contestation politique. Admirateur de la révolution cubaine et de Che Guevara, il se réfère à ses techniques de guérilla : il s’agit de faire du théâtre dans la rue, de choisir son terrain d’attaque comme pour une guérilla, d’être équipé de façon à pouvoir quitter les lieux au plus vite. Il utilise aussi la commedia dell’arte envisagée comme « l’expression de la classe ouvrière », et le mime. Il crée la « San Francisco Mime Troupe », qui réunit activistes de la New Left, peintres, artistes, beatniks, Noirs, Blancs, Latinos, Juifs… Ron Davis aime employer des acteurs non professionnels, préférant mobiliser un corps d’artistes politisés. En mai 1966, il organise un meeting qui réunit peintres, sculpteurs, architectes, danseurs, poètes, professeurs, avocats, etc., au cours duquel est déclarée la création du « Front de libération des Artistes » (ALF), qui présente un programme en 14 points à l’attention des pouvoirs locaux.

3La Mime Troupe gagne rapidement en notoriété, suite aux diverses accusations de subversion, aux arrestations et aux procès dont elle fait les frais. Elle compte jusqu’à 75 membres. Parmi eux, Emmett Grogan et Billy Murcott impriment des textes loufoques et farfelus qu’ils distribuent dans les rues ou collent sur les murs. Revendiquant l’anonymat, ils signent avec l’empreinte de leur doigt, ou « Zapata » ou encore « George Metevsky ». Leur prose est inspirée par la révolte de leurs aînés beats et laisse transparaître un sentiment d’urgence, de rébellion, de violence implicite.

4Le nom « Diggers » (ceux qui piochent) est choisi en référence à l’épopée d’un petit groupe de paysans pauvres qui, en 1649, ont pris possession en toute illégalité des friches d’une colline du Surrey en Angleterre, entamant une immense opération de réappropriation collective des communaux d’Angleterre. Le mouvement de Ron Davis se désigne donc comme une révolte des opprimés.

5Les Diggers font des performances situationnistes, comme « le jeu de l’intersection », consistant à bloquer le trafic automobile en s’asseyant au milieu d’un carrefour.

6Entre événements de rue, collages de tracts et distributions de repas gratuits (la gratuité est un des mots d’ordre du mouvement), les Diggers occupent en quelques semaines totalement le devant de la scène de Haight Ashbury. Ils se posent en animateurs de la vie sociale de la communauté.

7À la fin des années 1960, le groupe participe au grand mouvement vers la campagne qui se produit alors : des caravanes s’organisent, des communautés se créent à travers tous les états-Unis ; en 1970, le pays compte environ 1 200 communautés rurales.

8Peu à peu, le groupe des Diggers se désagrège… Quarante ans après, les anciens Diggers se retrouvent dans les mouvements écologistes et dans la mouvance altermondialiste.

9Dans cet ouvrage accompagné d’un DVD, Alice Gaillard parvient à rendre l’atmosphère des années 1960, elle dresse un beau panorama de l’effervescence créatrice de cette période, et met l’éclairage sur ce groupe original et éphémère des « Diggers » et sur ses ramifications, contribuant ainsi à une meilleure connaissance de l’histoire des mouvements alternatifs aux états-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Alice Gaillard, Les Diggers, Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2878

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page