Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
L'Histoire en cours

Benoît Collombat et David Servenay (dir.), Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours. Le vrai visage du capitalisme français

Paris, La Découverte, 2009, 720 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Benoît Collombat et David Servenay (dir.), Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours. Le vrai visage du capitalisme français, Paris, La Découverte, 2009, 720 p.

Texte intégral

1Cette vaste fresque de l’histoire du patronat français, écrite par plusieurs journalistes, met au jour les compromissions et les manœuvres employées par les patrons pour asseoir leur pouvoir et augmenter leurs profits. L’ouvrage suit une structure chronologique, commençant par révéler les liens des grands patrons avec la collaboration pendant l’Occupation. Il cite les travaux d’Annie Lacroix-Riz (Industriels et banquiers sous l’Occupation en 1999 et Le Choix de la défaite en 2006), qui ont montré que les hauts représentants du patronat, emmenés par le Comité des forges et la Banque de France, se sont ralliés dès les années 1930 à la politique économique prônée par le pouvoir nazi. L’historienne a cité pour preuve la création de nombreuses sociétés mixtes entre banquiers, industriels français et groupes allemands, destinées à financer la future machine de guerre nazie. Elle a été attaquée de manière virulente pour ses conclusions. Le patronat français promeut, lui, une histoire plus flatteuse, et s’appuie en cela sur des historiens plus favorables à son image comme Jacques Marseille. Comme l’a montré l’historienne Sonia Combe en 1994 dans Archives interdites, les archives permettant de faire l’histoire du patronat sont souvent difficilement accessibles, les chercheurs se heurtant à des « mécanismes de censure invisible et d’autocensure ».

2À la Libération, au nom du réalisme politique, le général de Gaulle a laissé en place la majeure partie de ce patronat discrédité. En échange, gaullistes et communistes ont imposé à ces patrons un modèle social issu du Conseil national de la Résistance (CNR). Les auteurs de l’ouvrage rappellent néanmoins comment la CIA a agi en 1947-1948, au bénéfice du patronat, pour provoquer une scission de la CGT, donnant naissance au syndicat Force ouvrière.

3L’ouvrage relate la création en 1954 du « groupe Bilderberg », qui rassemble, dans la plus grande discrétion, des représentants des élites politiques, patronales et médiatiques. Les auteurs présentent aussi d’autres structures pro-patronales, comme le Siècle, premier club de pouvoir, créé en 1945, le Centre des hautes études américaines, créé lui aussi en 1945, club pro-américain soutenu par le patronat et l’Institut de France, et le « Centre d’études politiques et civiques » (CEPEC), centre de propagande anticommuniste lié aux intérêts coloniaux, créé en 1954.

4Dans les années 1960, le patronat a organisé l’immigration clandestine, friand de cette main-d’œuvre bon marché, efficace et peu revendicative.

5Avec l’arrivée en 1981 des socialistes au pouvoir, une fois passée la grande peur du patronat, les affaires ont repris avec le « tournant de la rigueur » de 1983 puis les privatisations de 1986.

6L’ouvrage met en lumière le long travail de sape idéologique qui a été nécessaire pour que la gauche se convertisse, après le choc des années 1970, aux idées les plus libérales et à la dérégulation des marchés financiers dans les années 1980. Il montre comment le monde patronal a étendu son emprise sur la sphère médiatique.

7Il démonte les ressorts de la fondation Saint-Simon, créée en 1982 sur l’initiative de Roger Fauroux, PDG de Saint-Gobain, avec la participation d’Alain Minc, Simon Nora, François Furet et Pierre Rosanvallon. Il s’agit de jeter des ponts entre les entrepreneurs et les penseurs de gauche, pour convertir ces derniers au néolibéralisme. Le budget de la fondation est fourni par des entreprises comme Saint-Gobain, Danone, Suez, Publicis, la banque Worms, etc.

8L’ouvrage met aussi le projecteur sur l’industrie pharmaceutique, une des industries les plus rentables. Il révèle les méthodes de lobbying employées par ces firmes pour promouvoir leurs médicaments et pour influencer les médecins et l’opinion. Il met en lumière les liens entre ces firmes et le pouvoir. La récente affaire du Médiator fait écho à cette démonstration.

9Abordant le sujet de l’éducation, l’ouvrage montre les liens entre le monde de l’entreprise et des hommes politiques de droite, et décrit leur offensive souterraine pour promouvoir l’école privée et pour rapprocher le système éducatif des entreprises. Ainsi, en 1993 est fondée l’association « Créateurs d’écoles », à laquelle a adhéré notamment Xavier Darcos. Cette association bénéficie du soutien de Dominique de Calan, directeur général adjoint de l’UIMM. « Créateurs d’écoles » milite pour le « chèque éducation » (permettant aux parents de payer à leurs enfants une école privée), l’autonomie financière des établissements scolaires, la rémunération des enseignants au mérite et le recrutement des enseignants en contrat à durée déterminée (CDD).

10Pour contrer la pensée de gauche répandue dans l’Éducation nationale, plusieurs structures ont agi discrètement, comme l’Association pour la liberté économique et le progrès social (ALEPS), créée en 1966, la Société du Mont-Pèlerin, l’Institut de l’entreprise, créé en 1975, les « Semaines de la pensée libérale », créées en 1968, ou encore l’ultra-conservatrice association « SOS Éducation ».

11L’ouvrage montre comment finalement le monde de l’entreprise a entrepris une véritable « contre-révolution libérale », visant à démanteler l’État social, et à détruire méthodiquement l’héritage du Conseil national de la Résistance. Ainsi, le Medef a mené des attaques répétées contre l’assurance-maladie et contre le système de retraite par répartition.

12Ce vaste panorama, qui met le projecteur sur des cas concrets comme celui de Vivendi, Bolloré, Veolia, Lagardère, sur le rôle de personnages clés comme Laurence Parisot ou Dominique Strauss-Kahn, est très éclairant et foisonne de révélations. Il montre à quel point le monde de l’entreprise est bien organisé et a réussi à tisser discrètement ses réseaux dans différentes sphères, notamment dans celles du pouvoir et dans les sphères intellectuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Benoît Collombat et David Servenay (dir.), Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours. Le vrai visage du capitalisme français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2875

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page