Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Gaudin (dir.), Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900)

Paris, Honoré Champion, 2006 , 288 p.
Louis Hincker
Référence(s) :

François Gaudin (dir.), Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900). Paris, Honoré Champion, 2006 , 288 p.

Texte intégral

1Grâce à cet ouvrage collectif placé sous la direction de François Gaudin, auteur d’une thèse de doctorat d’histoire sur le personnage, Maurice Lachâtre, éditeur de la première traduction française du Capital en 1872, est ici restitué dans le contexte idéologique qui fut le sien. La singularité de ce libraire éditeur du xixe siècle, contemporain de Larousse et Littré, jusque-là quelque peu délaissé par l’histoire de l’édition, est analysée au fil des contributions sous ses multiples facettes. A défaut d’un plan d’ensemble, qui aurait peut-être permis d’organiser le propos autour de quelques thématiques, ce n’est que page après page que le livre révèle un parcours à la fois instructif et attachant, représentatif et haut en couleurs.

2Spécialiste du livre populaire et promoteur de la diffusion sous forme à la fois de livraison et de souscription, qu’il conçoit non seulement comme une forme de crédit permettant aux couches populaires d’accéder à la lecture mais aussi comme un type d’enseignement par correspondance destiné en tout premier lieu à la mère de famille, Lachâtre est un penseur moderne de la consommation des biens culturels. Intellectuel et commerçant, gérant scrupuleux, loin d’être un éditeur marginal et libertaire, éditeur dès le milieu du xixe siècle, aussi bien de Louis-Napoléon Bonaparte (L’extinction du paupérisme, 1840) que d’Eugène Sue (Les Mystères du Peuple, 1849), il est un « boulimique de socialisme », adoptant tous les systèmes permettant d’envisager le passage à une société nouvelle. Touche-à-tout, philanthrope libéral, il décide d’appliquer sur son domaine de 114 hectares en Gironde, acquis à l’occasion de son mariage avec la fille d’un receveur particulier de finances, son propre projet de réorganisation globale, d’autonomie communale et de développement de la propriété démocratisée, exposé dans sa République démocratique et sociale (1849), en vendant ses terres par lots aux moins fortunés selon un paiement étalé sur trente-six années et six mois. Convaincu, comme tous ses contemporains, de l’inexorabilité du progrès en marche qui transcende les clivages de partis, son schéma téléologique est celui du positivisme au sens le plus fort. Il s’agit bien de reconstruire une unité du monde moderne, celle dont ses deux grands dictionnaires se font l’écho et auxquels l’essentiel de cet ouvrage collectif est à juste titre consacré : le Dictionnaire Universel (1852-1856) et le Nouveau Dictionnaire Universel (1865-1870).

3Grand défenseur d’une conception anti-autoritaire de la politique, appelant au sentiment d’humanité, Lachâtre développe dans ses Dictionnaires la conception de « l’Universel » qu’il partage avec ses collaborateurs, tous représentants de la génération de 1848, par ailleurs à l’avant-garde du mouvement orthographique durant le Second Empire, « qui s’étend à tout et à tous » dans une langue française réformée, revitalisée, c’est-à-dire simplifiée, langue de la fraternité et des Droits de l’Homme rendue accessible aux masses. Les Dictionnaires de Lachâtre sont parmi les premiers à accueillir de nombreux termes argotiques, ils se distinguent par la beauté et l’abondance des gravures, auxquelles Larousse à la même époque ne croyait pas. Leurs notices passent rapidement sur la description des mots pour arriver aux idées, objets de longs commentaires militants. Encyclopédies qui assument leurs choix idéologiques, ces Dictionnaires se présentent explicitement comme des entreprises de propagande démocratique et sociale, au service d’une cause, consacrées moins à la lexicographie qu’au référent extra-linguistique, jugé plus utile à cette communauté idéalisée que doivent former l’éditeur et ses lecteurs.

4C’est d’un monde plus « oublié » que « perdu » dont il est question ici, et cette initiative due à François Gaudin fait renaître son histoire au carrefour de l’histoire du livre, du républicanisme et du socialisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Hincker, « François Gaudin (dir.), Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/287

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page