Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Lectures des homosexualités

Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire

Paris, Autrement, 2011, 308 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire, Paris, Autrement, 2011, 308 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Régis Schlagdenhauffen nous invite à un examen complet et fort bien documenté de la persécution exercée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, à l’encontre des homosexuels, surtout masculins. Sa démarche est judicieuse : elle met en parallèle la persécution nazie en elle-même en la confrontant à son déni – et à la souffrance que ce dernier provoque chez les victimes – après la guerre. Dans cette optique, l’auteur met en perspective le rôle des associations et des militants gays pour, d’une part, abolir les dispositions homophobes des législations allemandes, hollandaises et françaises, et, d’autre part, pour faire reconnaître officiellement l’existence de la persécution des homosexuels. Cet ouvrage a pour origine une thèse de doctorat soutenue à Strasbourg en 2009 et dont le jury fut présidé par l’historienne et universitaire Annette Wieviorka.

  • 1 Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire, Paris, (...)
  • 2 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 41.
  • 3 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 44.
  • 4 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 58.
  • 5 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 54.
  • 6 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 59.
  • 7 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 86.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée à la persécution des homosexuels sous le IIIe Reich. La politique de lutte contre l’homosexualité est mise en place en quelques semaines notamment en écrasant la subculture homosexuelle berlinoise qui était florissante auparavant : fermeture des bars et interdiction des publications homosexuelles, destruction, le 6 mai 1933, de l’institut de sexologie du docteur Magnus Hirschfeld (1868-1935). Cependant, comme l’indique Régis Schlagdenhauffen, la répression devait se durcir encore après l’assassinat du chef des sections d’assauts (SA) et homosexuel notoire, Ernst Roehm (1887-1934), lors de la nuit des longs couteaux (juin 1934). Comme pour d’autres types de persécutions, les nazis ont réutilisés pour légitimer leur politique, des stéréotypes déjà bien connus : par exemple celui de l’homosexuel corrupteur de la jeunesse1. L’ouvrage décortique bien la nature et le processus de la persécution des homosexuels en mettant en avant, notamment, le fait de savoir si l’individu est rééducable ou non (à l’hétérosexualité bien sûr). La répression contre les homosexuels s’exerce dans les territoires considérés comme germaniques, selon le dogme nazi, comme l’Autriche, ou l’Alsace et la Moselle… Cependant, c’est essentiellement en Allemagne que cette dernière prend toute son ampleur. Des cas spécifiques sont cités par l’auteur pour évoquer les vies brisées : Hugo Schreiner fuit successivement à Paris, Prague, Vienne, à Shanghai, en Suisse et enfin en Suède2. Léopold Obermayer, juif et homosexuel, est arrêté à Würzburg le 29 octobre 1934. Il meurt à Mauthausen le 22 février 1943. Enfin, ce qui préoccupe particulièrement certains dirigeants nazis, ce sont les éventuelles relations homosexuelles au sein même de la SS (section spéciale). À ce propos, Régis Schlagdenhauffen cite le discours de Heinrich Himmler (1900-1945) à Bad Tolz en 1937. Le chef de la SS indique son intention d’y éradiquer l’homosexualité3. À partir de 1943, au moment où l’armée allemande enregistre des défaites sur le front de l’Est, les éventuels coupables sont enrôlés dans la Wehrmacht. Régis Schlagdenhauffen décrit aussi parfaitement le statut de paria des hommes déportés pour cause d’homosexualité : victimes des SS, des autres déportés, utilisés comme cobayes médicaux, mobilisés dans les travaux les plus durs. L’auteur illustre cette donnée par des exemples précis, comme la situation, particulièrement douloureuse, des homosexuels à Ravensbrück ou à Buchenwald, où ils servent de cobayes pour des expériences médicales diverses4. L’ouvrage chiffre aussi les déportations d’homosexuels sous le nazisme : soit 50 000 hommes condamnés par la justice pénale nazie pour homosexualité et entre 5 000 et 10 000 hommes internés en camp de concentration5. Au camp de Mauthausen, il y a ainsi 243 triangles roses recensés depuis 1939 jusqu’à 1945, soit moins de 1 % de l’effectif global6. Ainsi, Régis Schlagdenhauffen analyse-t-il, dans ses différentes phases, la persécution nazie à l’encontre des homosexuels de 1933 à 1945. Il met aussi à jour d’autres formes d’humiliation, comme les relations sexuelles imposées : homosexuels ou femmes sélectionnées pour être prostituées au bordel7.

  • 8 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 90.

3Cependant, toute la force de l’argumentation de cet ouvrage, et son aspect novateur, est de traiter en parallèle la persécution des homosexuels pendant la guerre avec le déni de souffrance que ces derniers connaissent après ; et ceci dans un contexte particulier : celui de la survivance de législations datant de l’époque nazie, dans le cas de l’Allemagne, ou dans le cas de la France, du régime de Vichy. Régis Schlagdenhauffen traite ici séparément la mémoire et l’histoire des homosexuels pendant la guerre et la question de la commémoration de leur persécution dans les trois pays : Allemagne, France, et Pays-Bas. Il situe judicieusement, à chaque fois, ce processus dans la problématique nationale dans laquelle il s’insère. Dans le cas de la République fédérale allemande par exemple, le paragraphe 175, dans sa version nazie, est encore en vigueur dans les années 1950. La répression se poursuit et l’auteur cite une affaire à Francfort en 1950, qui aboutit à l’arrestation de 75 hommes et au suicide de 5 d’entre eux8. La République fédérale allemande dépénalisera finalement les relations homosexuelles entre adultes consentants en 1969. Dans les années 1970, naît le mouvement homosexuel allemand. La reconnaissance des persécutions nazies connaît alors un tournant avec le discours du président de la République fédérale Richard Von Weizsäcker, le 10 mai 1985, qui associe les homosexuels à l’histoire générale de la persécution et de la déportation. Il faudra attendre cependant la réunification pour voir pleinement reconnue la place des homosexuels dans cette histoire, dans le cadre du mémorial de Berlin. La commémoration dans la pierre, quant à elle, débute en 1984 avec l’apposition d’une plaque commémorative à Mauthausen. En 1985, une autre plaque commémorative est posée à Neuengamme. Régis Schlagdenhauffen rappelle ici le double message de ces actions de commémoration : signifier la tolérance accrue envers les homosexuels mais indiquer également les discriminations dirigées contre eux et qui sont toujours d’actualité.

  • 9 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 178.

4En France, depuis 1942, la législation comporte aussi, dans certaines circonstances, certains articles discriminants envers les homosexuels. Notamment, depuis le 6 août de la même année, l’article 334 se voit ajouter un alinéa prévoyant l’emprisonnement de ceux qui auront corrompus la jeunesse en dessous de 21 ans, par des actes impudiques ou contre nature. De même, le 25 novembre 1960, une ordonnance ajoute un alinéa à l’article 330 du Code pénal de 1810. Ainsi, la peine prévue pour outrage public à la pudeur est doublée dans le cas d’actes contre nature Dans ce contexte, le mouvement homosexuel débute, dès 1954, avec la fondation d’Arcadie par André Baudry. Il connaît ensuite un renouveau dans le sillage de mai 1968 avec la fondation en 1971 du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR). Dès 1975, les militants homosexuels français médiatisent la persécution homosexuelle pendant la Seconde Guerre mondiale et déposent des gerbes pour dénoncer le modèle commémoratif français : notamment le 25 avril 1975 au mémorial des martyrs de la déportation à Paris. Idem en avril 1980, à Besançon, où un groupe d’homosexuels tente de déposer une gerbe au cimetière de Chaprais. Certaines réactions d’anciens déportés sont particulièrement virulentes, voire haineuses. Enfin Régis Schlagdenhauffen cite, à juste titre, deux œuvres qui font connaître en France, la persécution anti-homosexuelle nazie, un roman Le Tunnel d’André Lacaze publié en 1978 et la pièce de théâtre Bent de Martin Sherman publiée en 1981. Enfin, la reconnaissance de la persécution va connaître un tournant avec la relative insertion des homosexuels au sein du Mémorial de la déportation : action dont la paternité revient au journaliste et historien, militant de la cause gay, Jean Le Bitoux (1948-2010). Dès 1995, deux cérémonies distinctes se tiennent donc au Mémorial : une officielle pour les déportés, une autre officieuse et tolérée pour les homosexuels. Enfin, le 15 mars 2005 un appel, dont le rôle majeur revient à la fédération des centres gais et lesbiens, revendique l’inclusion des homosexuels dans la journée d’hommage aux héros et martyrs de la déportation9. Cet appel reçu un accueil favorable du président du Sénat, du président de la république. À la suite, le ministre français des Anciens Combattants et le Directeur de l’ONAC (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) ont promulgué le 8 avril 2005, deux circulaires visant à évoquer l’ensemble des victimes de la Déportation.

5Aux Pays-Bas, depuis 1911, l’article 248 bis prévoit quatre années de prison dans le cas d’une relation entre un homme majeur et un mineur de plus de 15 ans. Cet article sera seulement abrogé en 1971. Dès 1946, le COC, association des homosexuels des Pays-Bas, devient l’acteur unique pour la défense des droits homosexuels. Aux Pays-Bas, l’histoire de la persécution des homosexuels par les nazis débute par la publication en 1946, dans la revue Levensrecht, d’un article intitulé « Les victimes et les boucs émissaires ». En janvier 1961, dans la revue Vriendschap, l’écrivain Jef Last suggère d’ériger un monument en souvenir de l’homo inconnu. Les militants hollandais, tout comme les militants français, mènent donc la lutte pour l’intégration des homosexuels dans la commémoration des victimes du nazisme. Dès 1980, est créée la fondation de l’homo-monument. Celui-ci sera inauguré en 1987. Ce mémorial entretient la mémoire des victimes, mais appelle aussi à la vigilance.

6La mise en parallèle de trois espaces nationaux distincts : Allemagne, France, Pays-Bas, permet de mesurer les divergences nationales propres à chaque pays, parfois les retards de certains : à la fin des années 1990, la France « tolère » des cérémonies officieuses dans ces grands lieux mémoriel, alors que, dans le même temps, les Pays-Bas ont érigé, en plein cœur d’Amsterdam, un homo-monument inauguré par le maire de la ville en 1987. Au total le travail effectué par Régis Schlagdenhauffen démontre bien, avec les spécificités propres à chaque pays, la nécessité d’une histoire globale de la persécution homosexuelle par les nazis et leurs alliés. Il montre aussi comment cette nécessité s’impose par étapes. Dans un premier temps, il y a toujours des homosexuels se constituant en collectif. Ces collectifs deviennent possibles quand le tabou de l’homosexualité masculine s’estompe. De ces collectifs émergent des préoccupations mémorielles. Certains témoignages et certaines œuvres (la pièce de théâtre Bent) deviennent emblématiques de la lutte et donnent un visage concret à cette histoire. Ces revendications soutiennent un désir de reconnaissance sociale et juridique comme l’explique fort bien l’auteur de cet ouvrage. Ainsi, comme l’auteur le souligne avec justesse : le travail des militants de la cause homosexuelle fut remarquable pour faire de l’oubli des victimes homosexuelles du nazisme une cause légitime.

Haut de page

Notes

1 Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire, Paris, éd. Autrement, 2011, p. 21.

2 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 41.

3 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 44.

4 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 58.

5 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 54.

6 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 59.

7 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 86.

8 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 90.

9 Régis Schlagdenhauffen, op. cit., p. 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2865

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page