Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Lectures des homosexualités

Bougres de vies (Queer Lives). Huit homosexuels du XIXe siècle se racontent

Aurillac, ErosOnyx, collection « Documents », 2012, 216 p.
Nicole G. Albert
Référence(s) :

Bougres de vies (Queer Lives). Huit homosexuels du xixe se racontent, présentation et notes de William A. Peniston et Nancy Erber, Aurillac, ErosOnyx, collection « Documents », 2012, 216 p.

Texte intégral

  • 1 Entérinant une scénographie subtile de l’homosexualité, le cliché préfigure la célèbre photographie (...)

1Deux jeunes hommes élégants, le visage grave et un peu désabusé, le regard oscillant entre tristesse et détermination, posent dans le studio du photographe autour de 1875. Assis, étroitement enlacés dans une attitude faite d’abandon inquiet qui traduit – trahit – l’intimité, ils nous offrent l’image archétypale et si rare du couple d’invertis1 : tendresse furtive réservée à la camera obscura – amour en chambre, soustrait au grand jour, soumis aux aléas d’un désir coupable, retranché dans les marges de la société : le pensionnat, la garçonnière, la caserne, les communs, la prison.

2Ce double portrait sert de porte d’entrée à l’ouvrage Bougres de vies (initialement publié en anglais sous le titre Queer Lives), dont il orne la couverture, conférant, sur le mode imaginaire, un visage aux auteurs des huit récits consignés avec soin et présentés de façon éclairante entre ses pages. Derrière la disparité des personnalités qui s’y dessinent, des milieux dépeints, des époques concernées (de 1845 à 1905), des péripéties racontées, des raisons et des dispositifs ayant mené à la confession – au sens rousseauiste du terme comme se plaisent à le rappeler Nancy Erber et William Peniston en introduction –, une constante s’impose qui fait leur intérêt, voire leur rareté, leur caractère foncièrement autobiographique.

  • 2 Ces trois particularités correspondent à trois courtes confessions recueillies dans la deuxième sec (...)

3Ces textes gagnent à être regroupés de la sorte car la diversité des points de vue et éclairages permet de recomposer fidèlement le paysage homosexuel de la seconde moitié du xixe siècle en France brossé de l’intérieur par les intéressés eux-mêmes dont on confrontera les propos à ceux des habituels exégètes (hommes de loi et de sciences). Certes, le clinicien, le sexologue, est souvent l’instigateur de ces confidences qu’il a tantôt suscitées, tantôt encouragées ou dont il a exigé que le malade ou le prévenu les consigne noir sur blanc afin d’alimenter ses études de cas et de valider ses thèses. Les huit récits de longueur inégale ont en effet tous été publiés dans les traités médicaux des prolifiques spécialistes de l’époque, du docteur Tardieu au professeur Laupts, en passant par Paul Garnier. L’apparat scientifique trop souvent dénaturait ou mutilait ce type d’écrit, à coups de ciseaux, de commentaires interprétatifs et de traductions en latin des passages les plus graphiques (retranscrits ici en français et réintégrés à leur place originelle). La voix off du médecin, si elle demeure, a perdu de sa pertinence. Elle n’est plus qu’un appendice, encombré d’un jargon désuet qui tente de maintenir à distance ceux-là mêmes dont elle se préoccupe. Le discours de l’étiologie et de la rationalité est balayé par la puissance débridée de ces histoires oscillant entre le drame et la tragédie (dans le cas du parricide Charles Double notamment), dominées tour à tour par le désir et la frustration, l’attirance impérieuse et exclusive pour ses pareils, l’ambivalence des sentiments, la quête d’un plaisir aussi intense que furtif, l’obsession de la nudité masculine, la « fascination pour les hommes en blouse » ou le fétichisme des bottes vernies2. Parfois, la confession se transforme en coming out, comme dans cette « lettre d’adieu » que le jeune Antonio rédige à l’attention de ses parents avant son suicide – raté, qui le destine du coup à l’asile.

  • 3 Les textes de cet auteur, créateur entre autres de l’éphémère revue homosexuelle Akadémos et qui in (...)
  • 4 Jamais revendiquée au grand jour, son homosexualité se révèle en creux dans les nombreux romans, no (...)

4Tout en exploitant les ressorts de la langue et de la démarche clinique (anamnèse, importance de l’atavisme, référence à la dégénérescence, champ lexical de la pathologie), les auteurs anonymes de ces témoignages s’émancipent ou plus exactement s’approprient les outils à leur disposition pour se livrer, dans un exercice d’exhibitionnisme maîtrisé et de narcissisme avéré, dont témoigne l’importance de la psyché : le jeune Arthur W., après avoir endossé la robe destinée à une cliente de sa mère couturière, s’empare d’un éventail et « ainsi fagoté, [se] mire avec complaisance dans la grande glace qui [lui] rendait [sa] plaisante image en entier » (p. 30). Louis X, simplement vêtu d’un caleçon rose et chaussé de bottes vernies, décuple son plaisir grâce à un jeu de glaces qui lui permet de se voir par-devant et par-derrière lorsqu’il se caresse (p. 94). Mais c’est sous la plume du jeune pédéraste italien qui, en 1889, avait adressé sa longue confession à Émile Zola pour qu’il en tire un roman, que le parallèle entre la spécularité du corps et de l’écriture apparaît dans toute sa limpidité : « […] je me plais tellement à parler de ma petite personne que je ne cesserais d’évoquer mon image en me regardant ici comme dans un miroir » (p. 180), déclare-il dans la troisième lettre destinée à l’écrivain naturaliste, non sans avouer qu’il a écrit « avec une sorte de volupté rétrospective les scènes abominables et ardentes dont [il a] été l’acteur » (p. 169). L’être qui s’exprime ainsi nous offre la plus longue confession du recueil : « Le Roman d’un inverti » – titre sous lequel elle nous est parvenue – comptabilise cinquante pages où se raconte une « idole sans sexe » (p. 194), jeune esthète décadent, dandy mélomane, amateur de bibelots rares et nostalgique de la Rome du Bas Empire, qui affiche plus d’un point commun avec le baron d’Adelswärd-Fersen3 et les protagonistes de Jean Lorrain4. Ses antécédents, son enfance, son physique (en particulier ses mains, objet de tous ses soins), ses goûts hors-nature, ses aventures sans lendemain mais non moins passionnelles, constituent un document exceptionnel par les informations qu’il apporte sur l’existence homosexuelle d’un jeune homme bien né à la fin du xixe siècle. Les remords, la honte et la culpabilité n’entachent pas l’amour du mâle qui éclate à chaque page du volume. Le rapprochement des corps, la fièvre des enlacements, l’âpreté des rapports, l’usure des sentiments et la satiété des sens se répondent et dessinent la cartographie d’attachements contrariés ; la crudité de l’expression et la précision des actes décrits, anticipent Le Livre blanc de Jean Cocteau, annoncent, sous une forme embryonnaire, la littérature homosexuelle d’après 1968, de Pierre Guyotat à Hervé Guibert. Car ce « livre des vies coupables », titre que le docteur Lacassagne songeait à adopter pour un recueil regroupant les confessions de criminels déviants, est aussi un livre des vies libres, une liberté qui emprunte plusieurs voies : celle du travestissement et du music-hall pour Belorget, celle du meurtre pour Charles Double, celle du fantasme pour les fétichistes, celle des amours d’une nuit.

  • 5 Baptiste, sous ses dehors austères, se révèle amateur de palefreniers dans La Curée ; Lisa, la dome (...)
  • 6 Nicole G. Albert, « De la topographie invisible à l’espace public et littéraire : les lieux de plai (...)

5Ces peintures d’une incroyable vitalité mettent également au jour le caractère foncièrement homoérotique d’une société corsetée, mais où les identités et les pratiques sexuelles sont pour le moins fluctuantes. Les personnages secondaires méritent en cela une attention particulière : autour de ces huit invertis-nés gravitent les vieux marcheurs, les éternels domestiques débauchés dont Zola a isolé les traits dans La Curée (1871) et dans Pot-Bouille (1882)5, les amis intimes complices des plaisirs solitaires, les amants de passage – souteneurs, hommes mariés et hommes à femmes que la recherche de la volupté entraîne tout naturellement sur les chemins de Sodome ou auxquels une hétérosexualité de façade sert à garantir la respectabilité. On peut néanmoins regretter, dans leur entourage, l’absence quasi totale des lesbiennes qui n’apparaissent que rapidement, au titre de figurantes, dans le récit riche en rebondissements d’Arthur-Louis Belorget, alias la Comtesse (1850-1871) : habituées des cafés-concerts et du monde interlope auquel appartient l’héroïne, les « Tribades parisiennes » envahissent brièvement les avant-scènes et intriguent assez le jeune saltimbanque pour qu’il les croque avec bienveillance et un sens aigu du détail, dressant un tableau qui essaimera à travers les pochades de la presse satirique et illustrée des années 1890-19006 : « cette femme […] est vive dans la causerie, […] hardie dans ses plaisirs ; elle joue au billard, elle tire le fleuret avec habileté, elle monte à cheval, elle a la voix fortement timbrée. [ses] traits [ont] quelque chose d’insolite et d’inexplicable qui choque les regards » (p. 49). C’est donc un second opus qu’il faudrait maintenant consacrer à ces lesbiennes doublement silencieuses et invisibles (en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles). Belorget-la Comtesse a d’ailleurs son pendant : l’intrépide Sarolta, plus connue sous le nom de comte Sandor ou « la comtesse en habit d’hommes » fut, après un faux mariage avec une jeune fille et son arrestation, examinée et interrogée par les psychiatres, en particulier Krafft-Ebing, chantre de la psychopathia sexualis. Elle, comme ses consœurs, méritent à leur tour de renaître à la postérité.

Haut de page

Notes

1 Entérinant une scénographie subtile de l’homosexualité, le cliché préfigure la célèbre photographie d’Oscar Wilde et Lord Alfred Douglas prise à Oxford vers 1893, un an après leur rencontre, plus sage mais tout aussi éloquente quant à la teneur de la relation qui unit l’écrivain à son admirateur, le maître à son disciple.

2 Ces trois particularités correspondent à trois courtes confessions recueillies dans la deuxième section de l’ouvrage portant sur les « autobiographies comme études de cas ».

3 Les textes de cet auteur, créateur entre autres de l’éphémère revue homosexuelle Akadémos et qui inspira à Roger Peyrefitte une biographie romancée, L’Exilé de Capri (1959), sont actuellement en cours de réédition aux Cahiers GKC : Messes Noires. Lord Lylian est ressorti en 2011, Le Baiser de Narcisse en 2012. Voir également le Dossier Jacques d’Adelswärd-Fersen, Lille : Cahiers GKC n° 21, Curiosa 3, 1993.

4 Jamais revendiquée au grand jour, son homosexualité se révèle en creux dans les nombreux romans, nouvelles, et chroniques, qu’il signa au tournant du xixe siècle. Il fut d’ailleurs régulièrement la cible des journaux qui n’ignoraient pas ses préférences.

5 Baptiste, sous ses dehors austères, se révèle amateur de palefreniers dans La Curée ; Lisa, la domestique saphique, corrompt la jeune Angèle à la barbe de ses parents dans Pot-Bouille.

6 Nicole G. Albert, « De la topographie invisible à l’espace public et littéraire : les lieux de plaisir lesbien dans le Paris de la Belle Époque », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 53-4 (Écrire l’histoire des homosexualités en Europe : xixe-xxe siècles), octobre-décembre 2006, p. 87-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole G. Albert, « Bougres de vies (Queer Lives). Huit homosexuels du XIXe siècle se racontent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2857

Haut de page

Auteur

Nicole G. Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page