Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Lectures des homosexualités

Anne-Claire Rebreyend, Dire et faire l’amour. écrits intimes et confidences de 1910 à 2010

Paris, Textuel, 2011, 188 p. illustrées.
Emmanuelle Retaillaud-Bajac
Référence(s) :

Anne-Claire Rebreyend, Dire et faire l’amour. écrits intimes et confidences de 1910 à 2010, Préface de Jean-Claude Kaufmann, Paris, Textuel, 2011, 188 p. illustrées.

Texte intégral

1Dire et faire l’amour peut être abordé comme la version grand public illustrée de l’ouvrage d’Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses (2008), lui-même tiré de la thèse de l’auteure, soutenue à l’université Paris VII, en 2006. Sur près de 200 pages, cet album grand format retrace un siècle d’échanges, de confidences, de mises en scène de soi dans le domaine du lien amoureux et de la sexualité, évoqués à partir des correspondances, journaux intimes et textes autobiographiques qui formaient déjà le corpus initial de la recherche. De nombreux extraits de ces documents sont reproduits dans le livre (avec la transcription parallèle d’écritures manuscrites souvent difficiles à déchiffrer de visu), enrichis d’une large gamme d’illustrations, incluant affiches, cartes postales, portraits, photogrammes de films ou couvertures de livres. Au final, les éditions Textuel livrent là un bel objet, fort bien mis en page, qui s’inscrit dans une tradition déjà riche de « beaux livres » d’histoire à destination du grand public : songeons, dans une veine proche, au 100 ans de séduction d’Anne-Marie Sohn (Larousse, 2003), ou encore, à Un journal à soi, histoire d’une pratique de Philippe Lejeune et Catherine Bogaert (Textuel, 2003).

2La nature même du livre a inévitablement entraîné des déplacements, des contractions, des ouvertures, qui ne doivent pas nourrir de contresens inutiles quant à son éventuel déficit de scientificité : on ne peut évidemment attendre d’un ouvrage destiné à séduire un large public la même forme exigeante qu’une thèse publiée. Les notes et l’introduction problématisée ont ainsi disparu, remplacées par une courte préface du sociologue Jean-Claude Kaufmann. La chronologie initiale, qui débutait en 1920 pour s’interrompre en 1975, a été élargie, pour intégrer une réflexion bienvenue sur les effets de la Grande Guerre dans les alcôves, puis sur la mutations des discours et des pratiques de l’intime dans le cadre, d’abord de la « révolution sexuelle » des années 1970, puis de celle des communications de la fin du xxe siècle. Présentées dans leur matérialité, les sources restituent une partie de la charge émotive que procure souvent le travail sur les archives personnelles, familières aux historiens de l’intime, moins aux non spécialistes. Ces parti-pris n’empêchent pas le livre de scander avec finesse et clarté les principales phases de l’évolution des pratiques de l’intime, telles qu’a pu les définir l’auteure, mais aussi des historiens de la sexualité et de l’intimité, tels Anne-Marie Sohn ou Jean-Yves Le Naour. Elles se déclinent en quatre temps : d’abord, la période 1914-1939, celle du « sexe caché », qui voit triompher le mariage d’amour et s’érotiser discrètement les pratiques conjugales, tout en maintenant le fait sexuel proprement dit dans le « hors-champ » du dire et de la narration ; ensuite, après la parenthèse régressive de Vichy, obsédé par le contrôle des mœurs, la phase 1945-1965, tiraillée entre raidissement des normes de genre et aspiration collective à un meilleur épanouissement sensuel ; les évolutions qui caractérisent cette période (maturation du discours féministe, mise en place du planning familial, entrée dans la société consumériste des « Trente Glorieuses »…) forment ainsi le lit de la « révolution des mœurs » des années 1965-1975, celles du droit à la contraception et à l’avortement, du rajeunissement de la population et des mutations du paradigme socioculturel, remodelé par une libération collective de la parole, autant que par un nouvel idéal hédoniste. Dans le prolongement de ce séisme, la période contemporaine, de 1975 à nos jours, n’en finit pas de « réinventer le sexe », non seulement dans le registre juridique (consolidation de l’IVG, mise en place du PACS…) ou technique (Internet, téléphonie…), mais aussi dans l’ordre des pratiques culturelles (diffusion massive de la pornographie et de messages publicitaires plus ou moins érotisés…), et plus largement, dans les manières de dire et de faire, qui mettent en question les identités de genre, la hiérarchie masculin-féminin ou la norme hétérosexuelle. Si cette dernière demeure, inévitablement, la configuration de référence, l’ouvrage n’oublie pas d’évoquer les sexualités « différentes », en montrant qu’elles jouèrent souvent un rôle pionnier dans la remise en cause des tabous et des préjugés.

3L’intérêt principal du livre tient bien sûr à cette capacité de restituer, par-delà les jalons de la trame historique, la texture intime des existences, perceptible dans le tracé d’une écriture ou le charme rétro d’une photo de famille. C’est donc avant tout pour sa richesse documentaire et iconographique qu’il retiendra l’attention, même si les choix éditoriaux peuvent aussi nourrir une réflexion intéressante sur le possible et les limites d’une vulgarisation intelligente. On remarquera, en premier lieu, la formulation du titre, qui fait glisser d’entrée de jeu la réflexion originelle de l’historienne sur la notion « d’intime » vers une approche plus étroitement ciblée sur la dimension physique du lien amoureux. Si l’on comprend aisément les raisons commerciales d’un tel choix, on peut se demander s’il ne dénature pas légèrement le propos initial, qui visait à montrer, précisément, que le « dire » de la sexualité met du temps à se constituer et que les pratiques nous demeurent, de ce fait, assez largement opaques, puisque souvent tues ou euphémisées. La même remarque peut être faite à propos de la collecte et de l’exhibition des sources. Leur déroulement linéaire au fil des pages produit un effet de continuité légèrement trompeur puisqu’en réalité, journaux et lettres des premières décennies du xxe siècle n’ont pas exactement le même statut que les écrits parfois fort peu « intimes » de notre présent volontiers exhibitionniste : plus pudiques, ayant plus volontiers recours à la litote ou à la métaphore, ils sont aussi, plus souvent, conçus dans la discrétion, voire la dissimulation, ce qui invitait à poser explicitement la question de leur production, de leur conservation et de leur transmission. Si l’auteure ne manque pas d’évoquer cet enjeu plusieurs fois au fil des pages, on peut craindre que l’effet de séduction produit par le foisonnement des images et des témoignages ne fasse oublier au lecteur contemporain ce qui constitue un des enjeux majeurs de la « révolution des mœurs » du xxe siècle, à savoir la prolifération, dans l’espace public, de textes et d’images à caractère directement sexuel, qui, autrefois, étaient vouées à demeurer cachées ou à circuler sous le manteau - ainsi des photographies un peu coquines des années 1920 qui nous sont montrées à la page 24, et qui, assurément, ne devaient pas constituer l’ordinaire des échanges entre amoureux. On aurait ainsi aimé que l’éditeur accorde à l’historienne une place plus ample pour une réflexion spécifique sur les sources, qui, bien loin de relever du débat de spécialistes, interroge de manière centrale les reconfigurations historiques de l’intime et de la sexualité. Remarquons d’abord combien cette question prend un relief nouveau dans notre horizon contemporain, avec l’avènement du téléphone portable et de la correspondance électronique : comment récupérer, conserver, hiérarchiser ne serait-ce qu’une petite partie des millions de SMS et de mails qui s’échangent chaque jour dans le registre de l’intime ? Quels défis représenteront pour les historiens du futur la prolifération de messages et de supports aussi éphémères et fragiles ? Autant d’enjeux décisifs qui n’apparaissent ici qu’en filigrane, un peu relégués à l’arrière-plan par le charme « au premier degré » des paroles et des récits. N’en prenons pas ombrage : leur pouvoir d’attraction est assez puissant pour réconcilier, dans un même intérêt, les spécialistes et les amateurs, les savants et les amoureux, qui peuvent très bien d’ailleurs, à l’occasion, n’être qu’une seule et même personne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Retaillaud-Bajac, « Anne-Claire Rebreyend, Dire et faire l’amour. écrits intimes et confidences de 1910 à 2010 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2855

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page