Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Lectures des homosexualités

Marguerite Coppin, Ressort cassé et Hors sexe

Montpellier, Bibliothèque GKC, 2011 [1889], 104 p. et 2012 [1890], 52 p.
Nicole G. Albert
Référence(s) :

Marguerite Coppin, Ressort cassé et Hors sexe, deux romans préfacés par Mirande Lucien, Montpellier, Bibliothèque GKC, 2011 [1889], 104 p. et 2012 [1890], 52 p.

Texte intégral

1Dans sa préface à Ressort cassé, Mirande Lucien, à l’issue d’une enquête minutieuse, fait surgir le portrait tout en ombre et en paradoxes d’une auteure belge oubliée, élevée au rang de féministe. Sa – courte – production romanesque tient à la fois de Rachilde et de Jane de la Vaudère, en plus radicale, mais aussi de leurs nombreux confrères masculins de la Belle Époque, tous adonnés à la peinture des êtres « déviants » qui peuplent la littérature décadente.

2C’est aux efforts conjugués de la préfacière et des éditions GKC, spécialisées depuis une vingtaine d’années dans les introuvables et les curiosa – parfois les deux –, que l’on doit la double réédition de Ressort cassé et Hors sexe, titres qui fleurent bon le vice 1900. Publiés dans la collection « Fin de siècle » chez Kistemaeckers – éditeur taxé avec raison de sulfureux –, respectivement en 1889 et 1890, et sans nom d’auteur, ils sont l’œuvre d’une jeune inconnue de 22 ans, autodidacte qui n’appartint jamais à l’intelligentsia ni aux cercles littéraires de son temps. Ces deux textes relativement brefs, dont les défauts font aussi la singularité, sont écrits d’une plume alerte et acérée. Centrés l’un et l’autre sur une héroïne, ils retracent les trajectoires de marginales désabusées, venues d’horizons différents, mais objets des mêmes convoitises sexuelles, et qui se rejoignent dans leur dégoût commun de l’existence et de la chair.

3Ressort cassé, le plus long, se divise en deux parties un peu déséquilibrées et distinctes – de prime abord – par leur sujet, leur intrigue et leur décor. S’apparentant à un roman d’apprentissage mâtiné de saphisme, les quarante premières pages se déroulent dans un pensionnat de jeunes filles où Renée Michelli s’éprend d’une de ses institutrices qu’elle dédaigne après l’avoir violentée. Dorénavant, c’en est fait pour elle de la passion et de la satisfaction des sens. Les soixante pages suivantes nous transportent à Bruxelles où l’on retrouve la protagoniste à la tête d’un petit cénacle d’artistes, auprès de son père, sculpteur sur le retour mais dont elle ravive passagèrement la popularité. Idole profane et bourgeoise, elle se cabre contre l’acte vénérien qu’elle juge répugnant et démasque les jouisseurs qui lui parlent d’amour dans le seul but d’obtenir ses faveurs. Cultivée et fantasque mais sans illusion sur son destin de femme, elle a tôt fait de comprendre que son capital se limite à son corps. Aussi consent-elle à se marier au plus offrant, afin d’assurer son confort, en revendiquant le cynisme de sa démarche. La modernité du propos tient à ce regard sans concession et sans mièvrerie sur la condition féminine de l’époque. Une pareille posture a néanmoins son revers : le « ressort cassé » de la jeune détraquée se situe dans la région du cœur. Incapable d’éprouver aucun sentiment, imperméable à la joie comme à la douleur, elle incarne « l’ère terminale » (p. 47) à laquelle elle lève son verre au cours d’une soirée d’ivresse – purement éthylique. Car, à l’instar de son aînée zolacienne qui porte le même nom dans la Curée (1871), Renée s’ennuie et finit par tromper son spleen en s’adonnant à la luxure, avant de sombrer, comme Mme Saccard, dans le dénuement et l’abêtissement.

  • 1 Voir Alexandre Zevaès, Les Procès littéraires au xixe siècle (Paris, Librairie académique Perrin, 1 (...)

4Marguerite Coppin récidiva l’année suivante en signant Le Troisième Sexe où elle dénonce de nouveau l’amour hétérosexuel, auquel les personnages féminins refusent de se soumettre en inventant un sexe surnuméraire qui nous mène sur la voie de l’androgynie. Exposé à la devanture des librairies, le roman, qualifié d’obscène, attire l’attention des autorités qui entament des poursuites pour « outrage aux bonnes mœurs », qui se solderont par un non-lieu. Le cas n’est pas isolé à la fin du xixe siècle où, en vertu de nouvelles dispositions juridiques, se multiplient les procès littéraires1. Comme dans Ressort cassé, l’écrivaine opte pour une scission narrative, conforme à son objet d’étude : la couverture du Troisième Sexe abrite en son sein un second livre, Hors Sexe, sorte d’excroissance monstrueuse qui confirme la nature hybride de l’héroïne, à la fois homme et femme ou ni homme ni femme. C’est ce bref roman en abyme qu’a retenu Mirande Lucien, au motif que, débarrassé des digressions théoriques qui encombraient le premier volume, il porte à la lumière de façon plus réussie et plus moderne les obsessions de son auteure et ses réflexions sur le genre. Bien que Coppin puisse faire figure de pionnière dans cette veine, la lecture des catalogues d’éditeurs de la fin du xixe siècle atteste la prégnance du motif, souvent traité en guise de simple prélude aux étreintes homosexuelles : les hors-nature (Rachilde, 1897), les Demi-Sexes (Jane de La Vaudère 1897), les Androgynes (La Vaudère, 1903), les Florifères (Camille Pert, 1898) et Gynandres (voir Joséphin Péladan, 1891) sèment le trouble dans les rapports entre les sexes, dont ils bousculent la grammaire en y ajoutant de nouvelles combinatoires, bref inquiètent ceux qui voient se profiler la disparition du dimorphisme et la ruine de l’humanité.

  • 2 Notons que la même année, Remy de Gourmont fait paraître Sixtine, roman de la vie cérébrale, dont l (...)

5Le prénom étrange de l’héroïne, Sixte, « ce nom sans sexe » (p. 49), n’est-il pas un lointain écho déformé du mot sexe auquel il emprunte sa désinence muette ? 2 Le brouillage des genres cher à la Décadence trouve ici une vibrante illustration. La psychologie de l’héroïne, certes brossée à larges traits, prend sa source dans la physiologie. Femme froide, voire frigide, vierge en dépit de son veuvage, la protagoniste séduit malgré elle, sans jamais succomber à ceux et celles qui la courtisent, attirés par son charme bizarre, et se situe hors de la sexualité, première acception du titre, la seconde étant celle d’asexuée ou « insexuelle » (p. 45). On croise, dans ces pages, l’inévitable lesbienne aux « cheveux courts, veste et cravate masculine sur un torse carré », aux « traits virils » (p. 20). Sixte, qui ne dédaigne pas le travestissement masculin pour aller s’encanailler dans un tripot montmartrois, pourrait lui ressembler. Même habillée en femme, elle expose une plastique indécise avec ses « épaules larges » et ses « seins menus, rigides » (p. 17). Mais sa nature est autre et son mystère reste entier : incapable d’aimer, telle la Renée de Ressort cassé, elle n’a jamais « connu dans [sa] chair les ardeurs qui […] embrasent [le commun des mortels], ni subi les salissures de la caresse d’amour » (p. 48). Elle préfère se décrire, dans une confession testamentaire, comme « l’un des instruments de cette fatalité qui veut la fin des races, des civilisations émasculées par la jouissance » (p. 49). Pareil constat la mène inévitablement au suicide, qu’elle orchestre dans un cabinet dérobé où – symbolisme appuyé – trône une « immense statue, aux formes androgynes, au visage couvert d’un masque » (p. 25) dissimulant la tête d’épervier du dieu égyptien Horus.

  • 3 Dans « La Veuve », sous-titrée « Hermaphrodisme avec excès », version médicalisée d’une nouvelle an (...)
  • 4 Voir Herculine Barbin, dite Alexina B, Paris, Gallimard, 1978. Le personnage figure également dans (...)

6Paru un an avant L’Androgyne de Péladan où l’occultisme sert davantage de fil rouge, Hors Sexe, fiction imparfaite, inaboutie, à l’image de la créature qu’elle dépeint, se rattache dans une certaine mesure au roman psycho-pathologique, dont Jean-Louis Dubut de Laforest, disciple de Charcot avec lequel il aurait entretenu une correspondance, adepte de la méthode anatomo-clinique, demeure l’un des meilleurs et des plus prolifiques représentants : il publia, sous le titre Pathologie sociale (1897), de courts romans et des nouvelles consacrés à la tératologie, catégorie sous laquelle se range l’hermaphrodisme. Il a ainsi inventé un personnage de lesbienne prédatrice dont l’autopsie révèle la présence en elle des organes mâles et femelles3. Oskar Panizza, avec « Ein scandalöser Fall » (in Visionen, Stizzen und Erzählungen [1893], traduit « Un scandale au couvent »), George Moore avec « Albert Nobbs » (in A Story-Teller’s Holiday, 1918), ont également abordé ce thème, le premier en s’inspirant du cas d’Herculine Barbin dont Michel Foucault, plus tard, exhumera les mémoires inédits4. Ces figures de l’indécision connaissent un sort identique : toutes promises au bistouri du médecin légiste fouillant leurs entrailles ! Seule Sixte résiste jusqu’au bout, par-delà même la mort, en foudroyant ceux qui ayant découvert son secret pourraient le divulguer. Par une sorte de pirouette qui fait basculer la dernière page dans un fantastique digne de Villiers de l’Isle-Adam, l’héroïne se dérobe in fine à toute assignation ; elle demeure hors de cette langue dépourvue du vocable qui pourrait la désigner et la faire exister en tant qu’individu à part entière. Il faudra attendre 1928 pour voir le personnage réapparaître glorieusement sous la plume de Virginia Woolf : Orlando descend, à n’en point douter, de Sixte Orlandare !

Haut de page

Notes

1 Voir Alexandre Zevaès, Les Procès littéraires au xixe siècle (Paris, Librairie académique Perrin, 1924) et Nicole G. Albert, « Books on Trial : Prosecutions for Representing Sapphism in fin-de-siècle France », in Disorder in the Court. Trials and Sexual Conflicts at the Turn of the Century, G. Robb and Nancy Erber ed. (Londres : Macmillan, 1999).

2 Notons que la même année, Remy de Gourmont fait paraître Sixtine, roman de la vie cérébrale, dont l’héroïne éponyme est une jeune et belle veuve, idéal féminin inaccessible au narrateur.

3 Dans « La Veuve », sous-titrée « Hermaphrodisme avec excès », version médicalisée d’une nouvelle antérieure (« Le Champ du sang » parue à l’origine dans le Gil Blas en 1889 puis reprise dans Contes à Panurge en 1891), l’aristocrate homosexuelle de la première mouture se voit transformée en saphiste hermaphrodite dont la perversion sexuelle se trouve ainsi expliquée.

4 Voir Herculine Barbin, dite Alexina B, Paris, Gallimard, 1978. Le personnage figure également dans L’Hermaphrodite au couvent (1905), sorte de pendant romanesque au volume que le docteur Caufeynon (pseud. de Jean Fauconney) avait consacré à l’hermaphrodisme, dans le volume 10 de la « Bibliothèque populaire des connaissances médicales » (1903).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole G. Albert, « Marguerite Coppin, Ressort cassé et Hors sexe », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2852

Haut de page

Auteur

Nicole G. Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page