Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Lectures des homosexualités

David Paternotte, Revendiquer le « mariage gay ». Belgique, France, Espagne

Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 2011, 216 p.
Massimo Prearo
Référence(s) :

David Paternotte, Revendiquer le « mariage gay ». Belgique, France, Espagne, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 2011, 216 p.

Texte intégral

1Deux difficultés majeures pèsent sur tout-e auteur-e d’un compte rendu : la proximité avec la question traitée dans l’ouvrage recensé (mais alors aussi la distance éventuelle) et la proximité avec son auteur-e (mais donc aussi une trop grande méconnaissance de l’auteur-e, de son parcours et de son approche).

2D’une part, être trop proche du sujet peut conduire à une lecture partiale et intransigeante s’attachant davantage à mettre en lumière les enjeux dont l’auteur-e qui, comme les absents, aurait toujours tort, n’aurait pas su voir l’intérêt crucial ; constat qui mettrait irrémédiablement en défaut les analyses avancées. L’auteur-e du compte rendu aurait en revanche bien évidemment, de son côté, tout saisi, tout expliqué, tout prévu, dans un esprit de clairvoyance et d’ouverture intellectuelle d’une efficacité redoutable et, plus souvent, d’une prétention confondante. Par ailleurs, méconnaître le sujet, cela va sans dire, nuit à l’intelligence du propos.

3D’autre part, être trop proche de l’auteur-e, peut conduire à une lecture condescendante et peu soucieuse de discuter les thèses formulées ou la démarche adoptée, donnant parfois le sentiment d’une sorte d’état de grâce entourant les auteur-e-s des livres et les auteures de comptes rendus qui rend les certitudes des un-e-s et des autres inébranlables, la critique laissant le pas à une neutralité de façade. Peu avoué en milieu académique, ce cercle vicieux n’en est pas moins présent. Méconnaître l’auteur-e dont on discute le travail nuit, en revanche, à la compréhension des raisons sous-jacentes et des a priori qui structurent implicitement le discours, ainsi que son positionnement dans un champ de recherche.

4Le compte rendu que voici ne peut dissimuler et l’une et l’autre de ces difficultés : une évidente proximité avec le sujet, une certaine contiguïté avec l’auteur que les limites assez étroites du champ de recherche en question permettent aisément d’expliquer. Ainsi, il s’agit ici de souligner la contribution de ce livre à une sociologie des mouvements LGBT comme objet de recherche à part entière qui invite à élargir les frontières de la sociologie et de la science politique comme disciplines étudiant la dimension politique des faits sociaux, dont l’auteur de ce compte rendu est en même temps partie prenante.

5Issu d’une thèse sur une « Sociologie politique comparée de l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe en Belgique, en France et en Espagne : des spécificités nationales aux convergences transnationales », soutenue à l’Université libre de Bruxelles, le livre de David Paternotte présente une étude approfondie, amplement référencée et clairement exposée de l’émergence du « mariage gay » comme revendication clé des mouvements LGBT de trois pays européens, deux l’ayant adopté dans les années 2000 (la Belgique et l’Espagne), le dernier (la France) étant suspendu aux résultats des élections présidentielles et législatives de 2012 dont pourrait sortir une majorité politique favorable à cette demande.

6D’emblée, l’auteur entend rompre avec une approche macro-historique, ou macro politique, qui tendrait à expliquer l’émergence d’une telle revendication, et sa réussite, par une « nécessité » historique, comme le proposent les grands récits de l’individualisation de la société contemporaine, par exemple. David Paternotte y voit plutôt, en s’inspirant des propositions théoriques de Michel Foucault, « des ruptures » et propose donc d’interroger « les paradoxes qui en découlent ». En effet, « comment des exigences dédaignées quelques décennies auparavant sont-elles soudainement devenues des revendications prioritaires ? Qu’impliquent-elles exactement en termes de contenu, d’acteurs et de stratégies ? » (p. 13). L’ouvrage est structuré en trois sections, de manière à apporter des réponses directes et précises à ces questions.

7Dans une première partie, sont présentés pour chacun des trois pays étudiés les épisodes discursifs qui ont contribué à inscrire, dans l’agenda politique, la demande d’ouverture du mariage aux couples de même sexe. En suivant la trace des discours formulés par les acteurs institutionnels et associatifs, apparaît la resémantisation de l’institution du mariage comme véhiculant le principe d’égalité entre les individus. Le mariage est alors vu non plus comme un moyen d’accès à une relation qui les transcende et répond à un impératif de conformité sociale, et donc révélateur du caractère foncièrement conservateur de l’institution, mais comme un moyen de rendre les rapports sociaux égalitaires. Délivré du cadre reproductif dont il s’affranchit au xxe siècle, insiste à plusieurs reprises l’auteur, le mariage civil ne constitue plus un espace sacré. De ce basculement, qui s’opère à la faveur d’une intense activité de production et de circulation nationale et transnationale des discours, résulte un changement de paradigme, une rupture avec le monde militant homosexuel d’antan. L’émergence du mariage et de la filiation comme moyen de concrétisation des conditions égalitaires de la démocratie ne suit pas toutefois les mêmes trajectoires dans les trois pays. Si la Belgique s’engage favorablement dans cette voie dans un esprit qualifié d’« ultralibéral » – c’est la position des libéraux flamands notamment – selon lequel on reconnaît aux individus une « liberté contractuelle totale », et ce « quel que soit leur sexe ou leur orientation sexuelle » (p. 34) ; en Espagne c’est au nom de la « démocratisation du pays » et de la défense de la famille, quelle que soit sa forme, que le mariage gay a été adopté. Tandis qu’en France le caractère supposément « communautariste » de la revendication est à maintes reprises mobilisé pour affirmer la nécessité de défendre le modèle « de l’universalisme républicain » (p. 40), du côté des pourfendeurs du projet, alors que, du côté de ses promoteurs, on souligne précisément le caractère républicain d’une telle démarche.

8Dans une seconde partie, à partir d’un important travail d’enquête empirique et archivistique, fondé notamment sur un nombre non négligeable d’entretiens dans le milieu associatif et militant, David Paternotte retrace les « trois histoires nationales » de la revendication en veillant à mettre en évidence les éléments contextuels et conjoncturels qui ont contribué à passer d’un militantisme révolutionnaire radicalement anti-système, voire différentialiste, à un militantisme réformiste et égalitaire marqué par le mode d’action juridique. La trajectoire d’Anke Hintjens de la Federatie Werkgroepen Homoseksualiteit (FWH) est à ce propos exemplaire : « Militante d’extrême gauche sans parcours préalable dans le mouvement gay et lesbien et personnellement hostile au mariage, rien ne la destinait à formaliser la revendication d’ouverture du mariage civil en Belgique » (p. 54). C’est notamment grâce à son travail en interne que « lors de l’assemblée générale du 22 février 1997, le mouvement flamand choisit cette dernière solution tout en la conditionnant à la réalisation d’une loi anti-discrimination incluant l’orientation sexuelle » (p. 55). Malgré quelques différences locales, le mariage devient pour les trois cas étudiés, à la fois un « étalon juridique » et une « ressource symbolique » (p. 73). De fait, l’adoption de cette revendication permet une structuration des mouvements LGBT en ceci qu’elle donne lieu, au fur et à mesure qu’un consensus interne et externe se dessine, à la formulation d’une partition militante largement partagée qui s’avère fonctionner à l’international : symboliquement, elle permet de solidifier le réseau militant autour d’objectifs partagés ; juridiquement, elle permet l’adoption du langage imposé par la logique démocratique et parlementaire.

9C’est dans la troisième partie, après avoir étudié chaque cas isolé, que l’auteur s’attache à saisir les logiques transnationales à l’œuvre, pour lesquelles il aurait été peut-être judicieux de placer davantage de repères dans les parties précédentes, la question étant en effet parmi les plus novatrices de l’approche proposée et des conclusions avancées. Les travaux en science politique et en sociologie comparative sont alors discutés. Cela permet à l’auteur de défendre sa thèse : « L’étude empirique a montré que la revendication d’ouverture du mariage aux couples de même sexe a surgi et a été portée par le mouvement homosexuel dans chacun de ces pays et que sa reprise au niveau politique s’est opérée à partir des associations à travers des canaux souvent informels et personnels » (p. 136) dans ce que l’auteur appelle, après Alison Woodward, le « triangle de velours ». Cette notion « en insistant sur l’importance de ces relations personnelles et informelles […] souligne la perméabilité des sphères politiques étudiées. [Elle] insiste de plus sur la fluidité des relations. […] Cette fluidité est en grande partie liée à l’existence de rapports interpersonnels antérieurs, ainsi qu’à l’éloignement des membres de ces réseaux des lieux centraux du pouvoir, tout particulièrement dans des domaines de politique publique peu institutionnalisés et caractérisés par une influence importante des mouvements sociaux » (p. 110-111). Cela constitue un élément central de la thèse défendue par David Paternotte, car la notion de triangle de velours, appliqué au contexte transnational d’émergence et de formulation de la revendication du « mariage gay », « met en évidence le fonctionnement informel des réseaux de politique publique et la place qu’y occupent les relations personnelles. Il en résulte un brouillage et une complexification des modèles d’analyse » (p. 111). Un exemple particulièrement saisissant est ce que l’auteur appelle « une communauté épistémique de juristes ». Puisque la question de « la reconnaissance légale des couples de même sexe a été posée d’emblée comme une question juridique », il a été très rapidement nécessaire de faire appel à l’« intervention de spécialistes en la matière » (p. 146). Cette communauté épistémique composée notamment par des chercheurs, mais aussi par des professionnel-le-s, s’est constituée sur le terrain au gré de colloques et de journées d’étude mêlant la pensée académique et la visée militante qui, sans pour autant avoir débouché partout sur une victoire politique – les résistances partisanes étant à l’heure actuelle en France majoritaires à l’Assemblée nationale –, ont contribué à alimenter le débat, mais surtout à élaborer du côté des mouvements eux-mêmes un discours symboliquement et juridiquement structurant, dont les retombées vont bien au-delà de la simple séquence revendicative du « mariage gay ».

10Le livre de David Paternotte constitue donc une contribution incontournable non seulement du point de vue de l’objet étudié, que quasiment aucune étude francophone ne s’était approprié méthodiquement, mais aussi, peut-être surtout, du point de vue de la construction des réseaux inter-associatifs LGBT en tant qu’objets à part entière d’une sociologie des mouvements sociaux qui permettent de mettre en évidence le caractère désuet de certaines catégories d’analyse, d’interroger à nouveaux frais le fonctionnement des régimes de démocratie parlementaire, pluraliste et partisane et, plus globalement, de construire une sociologie politique du genre et de la sexualité. Ce que David Paternotte s’emploie à définir avec ce livre et qu’il contribue à discuter activement et intensivement en mettant en réseaux à l’international les chercheur-e-s travaillant sur les mouvements et les questions LGBT, de façon institutionnelle en animant avec Isabelle Engeli le « Gender and Sexuality Research Network » du Concil for European Studies à Columbia University, par exemple, mais aussi de façon informelle en travaillant généreusement à l’échange d’une communauté épistémique de chercheurs en études LGBT. La subjectivité du chercheur contribuant ici à expliquer la démarche adoptée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massimo Prearo, « David Paternotte, Revendiquer le « mariage gay ». Belgique, France, Espagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2846

Haut de page

Auteur

Massimo Prearo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page