Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ?

Paris, Belin, 2006, 222 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ? Paris, Belin, 2006, 222 p.

Texte intégral

1Sébastien Jahan ouvre son livre, Le corps des Lumières, par une réflexion sur le regard des découvreurs de Tahiti au xviiie siècle, qui révèle une vision positive d’un corps exotique libéré en même temps qu’un ensemble de préjugés masculins occidentaux sur le corps des femmes. C’est cette tension, forte et structurante, entre désir d’émancipation et persistance d’archaïsmes que l’auteur examine en douze chapitres à l’écriture dense, foisonnante et précise. L’attention permanente à ne jamais enfermer le corps et les discours qu’il génère dans une unicité monolithe permet le déploiement d’une analyse plurielle où le territoire somatique est saisi dans ses contradictions.

2La violence offre un exemple éclairant des ambiguïtés qui travaillent le corps des Lumières. Au xviiie siècle, la guerre reste meurtrière. Les violences civiles, elles, semblent diminuer sans qu’on puisse discerner une logique unique et globale à ce mouvement. La traite négrière est un vecteur majeur de violence faite aux corps des esclaves. Sébastien Jahan souligne les ambivalences d’un « Code Noir » qui n’entrevoit l’esclave que dans son efficacité au travail. C’est donc au titre de main-d’œuvre, inséré dans une économie aux visée performatives, que l’esclave peut espérer une moindre brutalité à son endroit. La clémence n’est pourtant pas de mise dans l’exercice de cette domination : l’auteur dresse en effet un inventaire effroyable des supplices et des traitements cruels toujours infligés aux esclaves.

3Dans l’ordre de la violence quotidienne, la brutalité masculine se perpétue. Le corps féminin reste propriété des hommes, la faiblesse de la justice à l’endroit des violeurs en témoigne.

4Le xviiie siècle proclame, pour les élites, un retour au naturel et à la simplicité qui investit les codes vestimentaires et esthétiques. Cette exigence d’authenticité participe d’un refus de la mise en nourrice. Si le corps féminin peut se libérer d’un nombre considérable d’artifices, il reste enchaîné à sa destinée purement biologique de la reproduction.

5La peur de la dégénérescence de l’espèce humaine innerve les discours politiques et scientifiques des Lumières. La médecine participe activement à une promotion de la vigueur, du raffermissement et de l’entretien du corps. Les tentatives eugénistes de la bourgeoisie comme les craintes racistes du métissage dans les colonies se heurtent à cette lutte contre une déchéance de l’homme. Le plus souvent, le discours médical révèle et connecte des interrogations philosophiques, morales et politiques. Ainsi la physiognomonie, pourtant rejetée par les Lumières, resurgit sous la plume de Lavater. Elle tente de relier la beauté à la vertu et se déploie en mode d’observation des individus. Dans l’ensemble des discriminations corporelles, la couleur de la peau occupe une place particulière. L’homme blanc est présenté par les savants et les philosophes comme intrinsèquement supérieur. Ce discours raciste fixe une graduation anthropologique rejetant l’homme noir et le Lapon aux franges de l’humanité.

6La sexualité au xviiie siècle s’envisage également dans une tension restriction/libération qui parcourt les écrits et les pratiques. L’homosexualité est perçue comme une dégénérescence, puisqu’elle se place hors du schéma sexuel permettant la perpétuation de l’espèce. En transgressant les ordres sociaux et les codes du genre, elle invente également un espace de résistance aux pressions moralistes. La masturbation subit l’ire du corps médical puisqu’elle contrevient également aux injonctions de reproduction. L’égarement des libertins, accusés de se perdre dans une débauche outrancière, est également dénoncé. Une morale économe et parcimonieuse des plaisirs fixe les grandes lignes des discours bourgeois. Le corps prend place dans une économie générale de la production à laquelle il doit fournir une énergie utile. Faisant contrepoint à cette rétractation d’un territoire somatique cantonné aux seules joies fertiles, le libéralisme énonce sa thèse fondamentale : l’avidité individuelle profite à tous. La pornographie s’invente en contestation radicale d’une morale trop rigide, tout en réinstallant (notamment chez Sade) une hiérarchie sociale ancienne. Le contrôle de la fertilité, marqué dans les élites urbaines, témoigne d’une sourde volonté d’échapper à l’emprise religieuse et morale.

7Sébastien Jahan poursuit cette réflexion sur le corps clivé entre émancipation et servitude en analysant la place du miroir dans l’élite. L’instrument de Narcisse se répand dans les milieux aisés et signale une plus forte individuation. A l’inverse, l’objet reste peu usité dans les campagnes où le corps se conçoit d’abord comme élément du jeu social.

8L’auteur continue son étude de l’ambiguïté du corps des Lumières en dégageant les grandes évolutions de l’alimentation. L’austérité, la mesure, la frugalité, dessinent les contours d’une morale nutritionnelle bourgeoise. Parallèlement, les « friands » célèbrent la sensualité alimentaire et participent d’un renouvellement des valeurs gustatives. Les campagnes, qui restent engagées dans une lutte quotidienne pour la survie, subissent, elles, les effets d’un capitalisme agraire imposant des plantes américaines (maïs, pomme de terre) moins riches. De manière générale, les produits exotiques (chocolat, thé, sucre) connaissent une forte expansion et le café intègre la sociabilité bourgeoise. L’alcool affirme sa présence dans toute la société et la médecine condamne les libations abusives.

9Sébastien Jahan décrit avec soin et précision les évolutions complexes des sciences médicales au xviiie siècle. Il constate que le galénisme, adepte des saignées et des purges, disparaît peu à peu au profit du vitalisme, vantant les bénéfices de la commotion. Les savoirs anciens sont donc remis en cause. Toutefois, à l’exception du quinquina, de l’ipécacuana et de l’opium, les innovations thérapeutiques restent médiocres. En Angleterre, le néo-hippocratisme de Syndenham l’incite à entreprendre la rédaction d’un répertoire nosologique. En Italie, Morgagni organise une dialectique du mal entre les symptômes à la surface et les lésions en profondeur. Sur le plan institutionnel deux changements majeurs émergent au siècle des Lumières : le chirurgien, reconsidéré, est perçu comme l’égal du médecin ; la médecine légale tente de dépasser le rôle d’auxiliaire de justice pour atteindre un statut d’expertise autonome.

10Le politique et le médical nouent leurs discours sur le terrain popu-lationniste. Il convient de lutter contrer la mortalité et l’affaiblissement du peuple par l’assainissement, la lutte contre les épidémies, la discipline des ouvriers, la répression de la prostitution et l’aide aux soldats blessés.

11Sébastien Jahan détaille enfin deux chapitres de la technologie corporelle des Lumières. La figure de l’enfant apparaît sous un nouveau jour. Reconnue et davantage respectée, l’enfance s’étend désormais jusqu’à l’adolescence. Les peines et les châtiments s’assouplissent peu à peu. L’idée s’impose que punitions et privations se doivent de dissuader plutôt que d’infliger des souffrances.

12Le beau livre de Sébastien Jahan restitue les ombres et les lumières des chairs et les ambivalences de l’organique. Il donne à voir un corps en tension, soumis à des restrictions, mais aussi ouvert à des potentialités de libération. La force de l’ouvrage réside dans cette attention soutenue portée aux moyens de contrôle variés et multicentrés qui enchâssent le corps dans une même logique d’asservissement proto-industriel. A peine arraché aux bolges archaïques d’une morale religieuse de la privation, du déni et du rejet, le territoire somatique se trouve quadrillé par une morale bourgeoise et capitaliste dressant autrement – mais dressant toujours – les forces vitales et les énergies laborieuses des plus humbles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page