Navigation – Plan du site
FILMS

Le monde de Narnia : le lion, la sorcière et l’armoire magique

d’Andrew Adamson (2005)
Didier Monciaud

Texte intégral

1Dans l’Angleterre de la Seconde Guerre mondiale, quatre enfants (Lucy, Edmund, Susan et Peter) sont placés auprès d’un vieux professeur et de sa sévère servante dans une grande et lugubre demeure. En jouant, ils découvrent une armoire et un passage vers un univers parallèle : le monde magique de Narnia, peuplé de nains, minotaures, cyclopes, trolls, centaures, géants, satyres et autres animaux qui parlent ! Narnia est plongé dans un hiver sévère depuis un siècle par la Sorcière blanche. Les enfants décident finalement d’apporter leur aide au lion Aslan pour vaincre ce sort et libérer cet univers merveilleux.

2Ce film, tiré d’une série de sept romans écrits dans les années 1950 par C.S. Lewis, est un trésor d’imagination. Ces livres ont eu un énorme succès, avec plus de 85 millions d’ouvrages vendus, notamment dans les pays de langue anglaise.

3Le réalisateur des Schrek 1 et 2 a pleinement réussi l’adaptation d’un épisode de cette saga. Il a bénéficié de moyens considérables. Après deux années de préparation, le tournage a duré six mois en Nouvelle-Zélande et deux semaines en République tchèque. La post-production a nécessité une année complète. Des artisans néo-zélandais ont créé 1300 armes. 1000 images de synthèses ont été nécessaires pour donner vie aux différents animaux et autres créatures fantastiques. L’impressionnante scène de bataille a regroupé 20 000 figurants ! Tout cela a permis une réalisation impressionnante, avec des décors sublimes et des scènes spectaculaires. On y retrouve magie, merveilleux et onirisme.

4Toutefois, ce projet a suscité de vives critiques. Le contenu chrétien du roman a été au cœur des débats. En effet, quand C.S. Lewis, professeur de littérature, décide d’écrire un roman pour sa filleule en 1950, il s’est converti au christianisme sous l’influence de son collègue et ami J.R.R. Tolkien, auteur de la célèbre série Le Seigneur des Anneaux. Jamais il n’a dissimulé son orientation spirituelle. Aux États-Unis, des groupes fondamentalistes choisissent de faire de ce film un instrument de campagne en faveur de leurs options. Le Monde de Narnia devient alors, malgré lui, une sorte d’anti-Harry Potter : un film avocat du bien ! Des Églises incitent leurs fidèles à aller le voir, achetant même collectivement des billets. Le groupe Disney surfe sur cette vague et s’associe pour sa promotion à une entreprise de publicité proche des milieux chrétiens ultraconservateurs. Dès lors, des personnalités progressistes, laïques ou libérales répliquent et dénoncent le film comme réactionnaire, sexiste, voire même raciste !

5Il est bien sûr possible d’en faire une œuvre cinématographique explicitement chrétienne. Les partisans d’une telle approche s’appuient sur les réticences que Tolkien exprima à propos de la forme et du contenu de la fiction lors de sa parution. La dimension chrétienne est évidente dans le film. L’épisode de la mort et de la résurrection du lion Aslan reste le plus significatif. Il correspond bien sûr à l’histoire de Jésus : Aslan se sacrifie sur une table de pierre, il est humilié et rasé avant son exécution. Il absout le jeune Edmond de sa trahison. Ensuite, la table de pierre se fend, et Aslan ressuscite. L’aspect prosélyte implicite existe dans les intentions initiales du romancier. Mais réduire ce roman à une œuvre purement chrétienne signifie refuser de distinguer la narration et l’idéologie de son auteur. D’autant que le livre est bien plus complexe. Ce monde imaginaire est peuplé d’animaux dotés de la parole et de créatures mythologiques. Ces personnages ne sont pas nés de la seule imagination de l’auteur. Ils existent dans les plus anciens mythes de l’humanité. Le paganisme a donc une place importante. La réception d’un tel message cinématographique se déroule aujourd’hui dans des sociétés où le pluralisme des croyances est fort, et les acquis de la laïcisation importants. Inutile aussi de sous-estimer la capacité de lecture critique des spectateurs, même jeunes.

6L’accusation de sexisme est facile. Cet universitaire irlandais et chrétien, qui vit dans la Grande-Bretagne de la Guerre froide, n’est bien sûr pas un progressiste. Son œuvre est donc conservatrice et correspond aux idéaux-types d’un auteur de ce milieu et de cette génération.

7Le film est marqué par une forte naïveté. Mais n’est-ce pas la nature même de ce genre de récit que de proposer héroïsme et optimisme ? Car cette histoire est surtout destinée à des enfants, avec du merveilleux, du symbolisme, du simplisme même. L’histoire repose sur une certaine idéalisation des enfants. On y retrouve le thème de l’échappatoire du monde réel. Soulignons un aspect singulier pour un tel conservateur : la décision des enfants ne pas rester extérieurs aux luttes du monde de Narnia et de s’engager contre la sorcière et les forces du mal…

8Le réalisateur a respecté le roman sans gommer sa dimension chrétienne, mais il n’en a pas fait un élément fort et explicite. Il a su préserver la naïveté qui fait partie du charme de ce type d’histoire. Le jeu des acteurs, notamment des enfants, est très bon. Ce film s’inscrit dans la veine de la série Harry Potter et la vague du Seigneur des Anneaux. Au-delà des polémiques, un film à voir. Petits ou grands !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Le monde de Narnia : le lion, la sorcière et l’armoire magique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/272

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page