Navigation – Plan du site
DOSSIER

Modernités et homosexualités belges

Wannes Dupont
p. 19-34

Résumé

Cet article propose de réévaluer l’histoire des homosexualités à partir du cas belge. Le cas belge apporte des observations qui semblent être en désaccord avec la production discursive d’une notion médicale et « moderne » de l’homosexualité dans « l’Occident » entier à la fin du xixe siècle. Il sera question d’examiner comment on peut dépasser des épithètes souvent réductrices comme « moderne » et « occidental » pour servir une historiographie plus diversifiée et moins apte à reproduire une narratologie assez unidirectionnelle de l’histoire des (homo)sexualités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », dans Daniel Defert, François Ewald et Ja (...)

« Tout ce à quoi on s’adosse pour se retourner vers l’histoire et la saisir dans sa totalité, tout ce qui permet de la retracer comme un patient mouvement continu, tout cela, il s’agit systématiquement de le briser. Il faut mettre en morceaux ce qui permettait le jeu consolant des reconnaissances1. »

  • 2 Un aperçu de l’historiographie qui a discuté cette « naissance » de l’homosexuel moderne peut-être (...)
  • 3 Pour un bon aperçu de l’histoire des homosexualités, particulièrement en Europe, voir Florence Tama (...)
  • 4 Wannes Dupont et Henk de Smaele, « Orakelen over de heimelijkheid : seksualiteit en historiografie (...)

1Dans ce texte, je voudrais faire, d’une manière inévitablement trop brève, deux observations sur l’histoire des homosexualités dans une perspective belge. La première concerne un présupposé historiographique persistant à propos du contexte général de la « modernisation » de l’Occident. La deuxième sera une tentative pour montrer comment l’histoire des homosexualités belges peut aider à remettre en question l’idée couramment véhiculée qu’il y ait eu, simultanément dans l’ensemble du monde occidental, la naissance d’une identité homosexuelle moderne à la fin du xixe siècle2. Ces observations sont issues d’une première confrontation des sources belges avec une historiographie déjà bien étoffée à l’étranger et surtout dans le monde anglophone3. Elles ont été développées en étroite collaboration avec Henk de Smaele au cours de plusieurs années de recherches et d’échanges4.

2Ayant commencé mes recherches dans le domaine de l’histoire de la culture médiévale européenne, j’ai pu constater assez vite que le désaccord historiographique essentiel se situait habituellement autour de la question de savoir quand exactement l’Occident a commencé à se moderniser, quand l’Europe s’est fondamentalement transformée et ce qui a déclenché ce processus : est-ce la croissance des villes au xiie siècle, les désastres du xive siècle ou bien le capitalisme naissant du xvie siècle ? Les auteurs canoniques avaient en effet forgé une historiographie seulement préoccupée par le fait de localiser ce basculement, défini comme définitif, et de mettre en lumière les forces motrices qui l’avaient engendré. Plus tard, en 2007, entamant un projet de recherche sur l’histoire des homosexualités belges, j’ai réalisé que l’historiographie de la sexualité n’échappait pas à cette tendance, comme le démontre, par exemple, le travail de Jos Van Ussel, un des pionniers de l’histoire de la sexualité en Belgique.

Repenser l’histoire de la sexualité…

  • 5 Ce que Van Ussel avait précisément en vue en opposant la condition humaine « moderne », comme étant (...)
  • 6 Le sociologue néerlandais Joop Goudsblom a été de grande importance dans la redécouverte et la prop (...)
  • 7 Norbert Elias, Het civilisatieproces. Sociogenetische en psychogenetische onderzoekingen, Utrecht, (...)
  • 8 Herbert Marcuse, Eros and Civilization. À Philosophical Inquiry into Freud with a New Preface by th (...)
  • 9 La notion de l’homme unidimensionnelle fait référence à l’aliénation d’un parcours normal de dévelo (...)
  • 10 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France 1974-1975, Paris, Gallimard, 1999, p. 221

3Selon Van Ussel, qui publiait sa thèse sur l’Histoire de la question sexuelle en 1968, la racine du « syndrome antisexuel » de l’Occident était liée à la croissance du modèle de production capitaliste à la fin de l’époque médiévale. L’homme et la femme, expliquait-il, avaient été graduellement privés de leur spontanéité sexuelle authentique par le labeur et les impératifs internalisés d’une morale bourgeoise instrumentaliste5. Les élites auraient alors imposé de nouveaux codes de comportements, plus retenus, afin de pouvoir rationaliser les exigences de la production, celles du marché de l’emploi et des débouchés qui en découlent. Puisant fortement dans la Theorie der Zivilisation que l’Allemand Norbert Elias avait déjà avancée en 1939, mais qui n’avait été redécouverte que quelques années auparavant6, Jos Van Ussel inscrivait son travail dans une dialectique historique à la fois marxiste (avec en toile de fond la centralité de la question de la lutte des classes) et psychanalytique (soulignant les effets structurels du refoulement). C’est au travers de cette dialectique qu’il appréhendait les transformations que l’Occident a connues. Ainsi, selon lui, il y aurait eu une situation originelle et primitive (qu’il assimile au ça) qui aurait conduit à une transformation individuelle (du moi) par la pesanteur d’une normativité interpersonnelle grandissante (le surmoi). Jos Van Ussel reprenait ici très clairement les idées d’Elias – notamment l’idée d’une civilisation européenne, produit de la « conversion de la honte en self-control7 » – mais il allait plus loin encore dans cette notion de l’internalisation générale de normes imposées car, contrairement à Elias, il ne se limitait pas à une analyse sociohistorique. Avec un ton beaucoup plus politique et prêcheur, manifestement inspiré par Herbert Marcuse8, Van Ussel dénonçait l’aliénation et le refoulement qui ont produit, selon lui, un corps social moderne, mais « sclérosé », composé de déséquilibrés et d’individus unidimensionnels9. Les travaux de Van Ussel et de Marcuse reflétaient un pessimisme culturel plus répandu dans les années 1950-1960, qui allait servir de base au mouvement réformiste et révolutionnaire d’une nouvelle génération. Cette génération justement était déterminée à rétablir une certaine « authenticité » au niveau social comme au niveau sexuel. Selon Jos Van Ussel et Herbert Marcuse en effet, la société était malade et il fallait la guérir. Saturées de jargon pathologisant, leurs théories semblaient vouloir produire une étiologie afin de pouvoir suggérer des thérapies. Le fait que l’ouvrage de Van Ussel ait été rapidement traduit dans différentes langues européennes montre à quel point sa critique sociale correspondait à – et s’insérait dans – un climat plus large de contestation politique. Le titre original de son livre a été modifié pour mieux refléter ce qu’on considérait comme l’axiome principal du livre. Ainsi, dès 1972 en France par exemple, le livre de Jos Van Ussel était vendu sous le titre de l’Histoire de la répression sexuelle. Le 5 mars 1975, dans un cours donné à l’école des hautes études, un autre penseur, qui s’intéressait lui aussi à la sexualité, laissait entendre à ses étudiant-e-s que le schéma de Van Ussel, « hâtivement tiré, en gros, de Marcuse » ne suffisait pas pour appréhender, de manière complexe, la question10 :

  • 11 Ibid., p. 221-222.

4« Au moment où se développe la société capitaliste, le corps, qui était jusque-là – dit Van Ussel – “organe de plaisir”, devient et doit devenir un “instrument de performance”, performance nécessaire aux exigences mêmes de la production. D’où une scission, une césure, dans le corps, qui est réprimé comme organe de plaisir et, au contraire, codé, dressé, comme instrument de production, comme instrument de performance. […] D’une façon générale, je suis un peu gêné, dans une analyse comme celle-là, par l’emploi de séries de concepts qui sont à la fois psychologiques et négatifs : la mise au centre même de l’analyse d’une notion comme celle de “répression”, par exemple, ou de « refoulement » ; l’utilisation également de notions comme “organe de plaisir”, “instrument de performance”. [...] [Toutes ces notions] peuvent peut-être valoir dans l’analyse psychologique ou psychanalytique, mais […] à mon sens, ne peuvent pas rendre compte de la mécanique d’un processus historique […]. »11

  • 12 Voir la seconde partie de L’hypothèse répressive de Michel Foucault, dans Histoire de la sexualité (...)
  • 13 Michel Foucault, Les anormaux, op. cit., p. 221.
  • 14 Michel Foucault « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France 1975-1976, Paris, « Hau (...)
  • 15 « Je crois, sans trop me vanter, m’être tout de même méfié depuis assez longtemps de cette notion d (...)

5C’est d’ailleurs pendant ses conférences de 1974 et 1975 au Collège de France que Michel Foucault propose sa théorie de « l’hypothèse répressive », se basant sur une révision des idées de Van Ussel concernant la campagne contre la masturbation qui avait débuté au xviiie siècle12. Si l’analyse de Van Ussel n’était pas fausse, selon Foucault, ce dernier la considérait cependant comme trop générale et réductrice13. L’approche freudo-marxiste de Van Ussel était, selon lui, incomplète et pauvre, seulement structurée autour de sources historiques qui confirmaient la « malveillance » du capitalisme et la suppression instrumentale du sexe. « Je crois que n’importe quoi peut se déduire du phénomène général de la domination de la classe bourgeoise » écrit Michel Foucault dans sa critique du matérialisme historique et de la pensée marxiste de Jos Van Ussel14. À contrario, Foucault préconisait une approche plus « sophistiquée » de l’histoire : moins déterministe et plus éloignée de certains présupposés essentialistes ; plus complexe aussi dans sa prise en compte des dispositifs de pouvoir et de leur hiérarchisation. Selon lui, quelque chose de plus important qu’une simple internalisation progressive des normes (sexuelles), imposées socialement du haut vers le bas, s’était passé dans les siècles derniers15.

  • 16 Sur la question de l’exotisme dans l’œuvre de Foucault, voir aussi Janet Afary et Kevin B. Anderson (...)

6Avec Foucault commence donc un nouveau récit historique qui réorganise la chronologie de la sexualité autour des idées produites au xviiie et au xixe siècle. Bien des transformations, dans le domaine de la sexualité, n’étaient pas seulement beaucoup plus récentes que ce que l’on croyait, mais elles étaient aussi beaucoup moins destructives, parce qu’elles étaient liées à des savoirs qui s’ancraient eux-mêmes dans les pratiques érotiques de l’époque. C’est ici que se produit le fameux tournant vers le pouvoir productif ou positif des discours dans l’historiographie de la sexualité. Mais la revitalisation foucaldienne, qui a justement été considérée comme une vraie révolution, n’est pas sans produire, elle aussi, ses propres ambiguïtés. Ainsi, même si Foucault a contribué à critiquer avec force l’historicisme naïf des freudo-marxistes, il n’a pas entièrement bouleversé la tradition historiographique notamment en qui concerne la question des « débuts » de la modernité européenne – y compris sexuelle – qui semble avoir survécu dans ses propres analyses. En effet, pour Foucault, l’Europe n’était plus le lieu où la sexualité avait été dissimulée ou réprimée, comme l’avaient supposé Van Ussel, Marcuse et tant d’autres freudo-marxistes, mais, au contraire, un espace où s’était développée une obsession discursive autour du sexe qui a conduit à l’organisation de disciplines entières pour l’expliquer. Cette scientia sexualis occidentale est structurellement opposée, selon lui, à l’ars erotica. L’ars erotica ferait partie intégrante d’un modèle culturel essentiellement différent, situé dans l’Orient et dans l’Antiquité. Ce type de sociétés non occidentales ou anciennes (comme la Grèce ou Rome) approcherait, pour Foucault, la sexualité de façon plus intuitive et ressentirait moins la nécessité de l’expliciter indéfiniment16.

  • 17 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., p. 76-78.

7« Il y a historiquement deux grandes procédures pour produire la vérité du sexe. D’un côté, les sociétés – et elles ont été nombreuses : la Chine, le Japon, l’Inde, Rome, les sociétés arabo-musulmanes – qui se sont dotées d’une ars erotica. […] Notre civilisation, en première approche du moins, n’a pas d’ars érotisa. En revanche, elle est la seule, sans doute, à pratiquer une scientia sexualis. Ou plutôt, à avoir développé au cours des siècles, pour dire la vérité du sexe, des procédures qui s’ordonnent pour l’essentiel à une forme de pouvoir-savoir rigoureusement opposée à l’art des initiations et au secret magistral [de l’ars erotica] : il s’agit de l’aveu. »17

  • 18 « Hors du monde occidental, la famine existe, à une échelle plus importante que jamais ; et les ris (...)
  • 19 Jan Romein, Aera van Europa. De Europese geschiedenis als afwijking van het Algemeen Menselijk Patr (...)
  • 20 Ibid., p. ix.
  • 21 Même si, dans La volonté de savoir, Foucault se basait largement sur des sources françaises et alle (...)

8Ce qui a fait changer l’Europe, selon Foucault, ce qui a introduit sa modernité ne sont pas le capitalisme ou les transformations techniques, mais bien une nouvelle gouvernementalité biopolitique fondée sur un système puissant de production de discours et de savoirs, maximisé par la technique de l’aveu18. Bien que très novatrice, et féconde en recherches postérieures, cette perspective ne réglait cependant pas la question, impensée par Foucault même, d’un Occident, théorisé comme homogène et unitaire et dont l’évolution historique aurait été inscrite (et écrite) seulement dans le sens d’une « déviation » de ce qui aurait survécu, intact, en Orient. Foucault n’aurait donc pas entièrement rompu avec cette idée directrice de l’historiographie européenne – discours métanarratif assez problématique mais tenace – d’un Sonderweg, d’un particularisme occidental. Même s’il est moins explicite, ce particularisme ne diffère pas foncièrement de celui de Jan Romein, l’historien néerlandais qui, en 1954, avait écrit L’histoire européenne comme une déviation du canevas humain général19, partant de la notion non-problématisée : « que les traits typiques du Moyen âge européen qui l’écartent de l’histoire européenne postérieure, donnent une impression “asiatique”, pendant qu’à l’inverse l’histoire asiatique, quand même jusqu’à très récemment, avait l’air “médiéval”20 ». Chez Foucault, l’analyse est beaucoup plus raffinée, mais cette opposition de l’Occident vis-à-vis du reste du monde est cependant maintenue d’une certaine manière. Sa polémique novatrice a souvent éclipsé cette continuité narrative marquante, comme elle a aussi permis d’installer l’habitude d’extrapoler des considérations générales pour l’Occident entier à partir de constatations nationales, souvent à partir des cas de la France et de l’Allemagne21.

...et de l’homosexualité

  • 22 Linda Garber « Where in the World are the Lesbians ? », dans Journal of the History of Sexuality, n (...)
  • 23 David M. Halperin, Oublier Foucault : Mode d’emploi, (traduit par I. Châtelet), Paris, EPEL, 2004, (...)

9Il est important de noter combien cette tendance a ensuite fortement influencé le débat sur l’invention de l’identité homosexuelle moderne, notamment dans les discours médico-judiciaires de la fin du xixe siècle, même si elle a été complexifiée par la distorsion de la pensée de Foucault. Je parle ici de l’idée couramment véhiculée et faussement considérée comme « orthodoxie foucaldienne »22, selon laquelle le sodomite est brusquement devenu homosexuel. Cette dernière expression reflète bien « l’invocation presque rituelle » et fort problématique de Foucault dans l’historiographie des homosexualités. Elle souligne aussi la lecture sélective et réductrice d’un seul passage de La volonté de savoir, celui de la page 59, qui, comme l’a souligné David Halperin de manière très précise, a eu : « l’effet de réduire le champ opératoire de sa pensée [celle de Foucault] à une poignée d’idées reçues et de slogans, à des bribes de jargon, aujourd’hui si communes et si familières qu’elles rendent parfaitement accessoire une plus grande confrontation avec ses textes. »23

  • 24 Voir Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley et Londres, University of Californ (...)
  • 25 George Chauncey, Gay New York. Gender, Urban Culture and the Making of the Gay Male World 1890-1940(...)
  • 26 Sean Brady, Masculinity and Male Homosexuality in Britain, 1861-1913, London, Palgrave Macmillan, 2 (...)
  • 27 Sean Brady, op. cit., p. 10.
  • 28 Ibid., p. 10 et 9.
  • 29 Ibid., p. 9.

10Ce n’est que lentement, et souvent sous la pression de l’évidence empirique, que cette idée de l’invention simultanée de l’homosexualité dans l’ensemble des pays occidentaux est en train d’être contestée. Dans les années 1990, c’est le dialogue entre David Halperin et feue Eve Kosofksky Sedgwick qui a mis cette révision à l’ordre du jour24. Peu après, George Chauncey a démontré que l’identité homosexuelle « moderne » (et médicalisée) ne gouvernait ni les vies ni les esprits de la grande majorité des gays de New York avant le milieu du xxe siècle25. Plus récemment encore un groupe de chercheurs britanniques – Harry G. Cocks, Matt Cook, Matt Houlbrook et Sean Brady – s’est engagé plus explicitement à reconsidérer les idées reçues de l’historiographie des homosexualités, vieille de plus de trente ans, et seulement préoccupée de mettre en avant la modernité singulière de l’Occident26. Au sein de ce groupe, Sean Brady a probablement été le plus explicite à critique « la nature gallo-centriste » de la pensée de Foucault et de l’historiographie des homosexualités27. Il allègue ainsi que « la « véritable explosion discursive » du sexe en Occident a été une extrapolation injustifiée « du contexte culturel français, et par extension, catholique. »28 Brady s’oppose résolument à l’idée que le cas français représenterait tout l’Occident et considère l’invention de la sexualité, y compris celle de l’homosexualité au xixe siècle, comme « un phénomène de l’Europe continentale »29.

  • 30 Robert Nye, « Regard sur vingt ans de travaux : le Journal of the History of Sexuality », dans Clio (...)

11Quoi qu’il en soit, et sans vouloir nier que Foucault était toutefois sur la trace de quelque chose de plus large que le contexte qu’il a effectivement étudié, je crois également qu’il faut réexaminer la tendance à faire abstraction des – et de faire tort aux – cas spécifiques afin de préserver une vieille tradition narrative qui tend, trop avidement, à polir l’histoire d’un Occident uniforme qui se serait développé synchroniquement vers une modernité isomorphe. Cette vision, en tout cas, a été trop longtemps privilégiée dans l’histoire des homosexualités. « Cette téléologie qui conduit les historiens à rechercher les “premières traces” authentiques de ce qui, par la suite, est devenu une forme “moderne” d’identité sexuelle », comme l’a récemment souligné Robert Nye, « fausse le passé et empêche de reconnaître le très grand nombre de variations d’identités sexuelles et de désir sexuels qui sont rassemblées sous nos rubriques contemporaines. »30

  • 31 Pour un état des recherches sur l’histoire des sexualités en Belgique, voir Wannes Dupont et Henk d (...)
  • 32 Dagmar Herzog, « Sexuality in the Postwar West », dans The Journal of Modern History, n° 78, 2006, (...)

12Maintenant que l’intérêt pour l’histoire des homosexualités augmente dans l’ensemble de l’Europe, nous devenons capables de réévaluer cet ancien leitmotiv. En multipliant les cas d’études concrets, on peut aussi dépasser un autre problème : celui de l’extrapolation de l’histoire de toutes les homosexualités et de tous les homosexuels en Europe à partir des exemples, supposément emblématiques, de quelques grandes villes comme Paris et Berlin et de leurs « milieux gays ». C’est ici que le cas belge devient pertinent. « On ne sait presque rien de l’histoire de la sexualité en Belgique31, en Finlande, au Portugal ou en Suisse (et certainement pas assez sur le Danemark, l’Italie ou l’Espagne) », écrivait en 2006 l’américaine Dagmar Herzog dans un bilan historiographique de l’Europe et ce « même si des analyses de ces pays n’auraient pas seulement d’intérêt en soi mais feraient aussi beaucoup pour éclairer d’autres cultures, plus analysées, comme celles de la France et de l’Allemagne de l’Ouest ». Selon elle, « Des comparaisons transnationales maintenues […] restent un desideratum »32. Dagmar Herzog renvoie d’ailleurs à l’Allemagne de l’Ouest parce qu’elle parle principalement de la période de l’après Seconde Guerre mondiale, mais il semble que son appréciation vaut aussi pour l’époque antérieure. Mes propres recherches ne reposent pas non plus, à la vérité, sur une comparaison transnationale, mais elles paraissent confirmer le soupçon d’Herzog : le cas belge pourrait effectivement aider à réévaluer l’histoire de pays mieux étudiés. Ce dernier permet même de remettre en question l’idée récurrente, dans l’historiographie des homosexualités, de l’invention de l’homosexualité à la fin du xixe siècle.

Une nouvelle histoire des homosexualités à partir du cas belge ?

  • 33 Au sujet de l’appropriation de la notion de dégénérescence en Belgique, voir Jo Tollebeek, Geert Va (...)
  • 34 En 1908, l’éminent psychiatre belge Jean Crocq (fils) remarquait par exemple : « Il y a partout des (...)
  • 35 Numa Praetorius, « Die Bibliographie der Homosexualität für das Jahr 1901 mit Ausschluss der Bellet (...)

13Dans quelle mesure, dès lors, pouvons-nous considérer le cas belge comme différent des autres pays et d’abord de ses grands voisins ? Au moment où je commençais mes recherches, je m’attendais à des constatations analogues à celles que les historiens avaient pu faire sur la France où, dans le dernier quart du xixe siècle, se déroulait un débat très vif sur les « dégénérescences sexuelles ». Mais, bien que la dégénérescence figure clairement dans les textes médicaux, sociologiques et criminologiques belges de l’époque, je ne retrouvais quasiment rien sur son lien supposé avec la pédérastie. Pour un chercheur débutant, c’était une expérience assez inquiétante33. La domination de tels écrits dans l’historiographie étant tellement affirmée, je ne pouvais me défaire de l’idée que cela tenait à moi et à mon incapacité à trouver les données. Quelque part, dans l’une ou l’autre des bibliothèques de Belgique ou bien dans un fonds inédit d’archives, il devait se trouver une mine de renseignements sexologiques. Il fallait juste les trouver et, pour ce faire, mieux chercher. Il y avait pourtant des signes évidents que la pénurie de sources s’expliquait différemment. On ne pouvait pas conclure, en effet, qu’il n’y ait pas eu de rapports homosexuels en Belgique à la fin du xixe siècle, même si quelques observateurs auraient bien voulu que ce soit le cas34. Des dizaines de pièces de procédures judiciaires, pour la période 1848-1935, révèlent en effet exactement le contraire et démontrent que Bruxelles disposait bien de bars avec des arrière-chambres, d’une prostitution masculine codée, de lieux de drague au centre-ville, d’un port abandonné la nuit où pouvaient se retirer des couples occasionnels, de nombreux urinoirs discrets et de grands parcs se prêtant aux contacts clandestins. Un rapporteur du célèbre périodique allemand Jahrbuch für Sexuelle Zwischenstufen (Annales des sexualités intermédiaires) confirme les opportunités bruxelloises. En énumérant les facilités homosexuelles présentes dans les principales villes du continent au tournant du xixe siècle, Eugen Wilhelm écrivait ainsi : « Bruxelles manque de bains ; mais par contre c’est probablement la ville européenne où les établissements homosexuels sont les plus nombreux »35.

  • 36 « Urteile römisch-katholischer Priester über die Stellung des Christentums zur staatl. Bestrafung d (...)

14La divergence entre l’activité homosexuelle attestée et l’absence de discussions à son sujet dans les cercles scientifiques et politiques est étonnante. Ainsi, une autre citation d’un autre article du même périodique allemand, datant de 1900, renforce encore le « paradoxe belge ». Un prêtre allemand y discute l’idée, qui lui est imputée par son intervieweur, que les catholiques auraient pris une grand part à la sévère répression de l’homosexualité dans son pays en faisant une comparaison avec la Belgique : « Là, le pouvoir réside dans les mains d’une majorité strictement catholique, qui pourrait, chaque jour, faire promulguer une loi interdisant l’homosexualité. Cependant, il n’y a aucun évêque, aucun prêtre, aucun journal catholique, aucun parlementaire, aucun individu qui demande une chose pareille. Il n’y a même personne qui y pense. »36

  • 37 Il s’agit du Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, l’organe de la première organi (...)

15D’une part, une culture ou une subculture homosexuelle manifeste, d’autre part un silence à peu près assourdissant sur elle. Qu’en faire ? Comment l’expliquer ? C’est là que la notion d’une homosexualité « moderne » devient problématique. D’abord, il faut souligner que, malgré des parallèles apparemment saillants, le climat discursif belge apparaît assez différent de celui des pays voisins. Il n’y avait pas, comme c’était le cas en France et en Allemagne à la fin du xixe siècle, une tradition psychiatrique ou/et médico-légale bien établie. En France, par exemple, cette discipline avait son propre organe, depuis 1843, avec la création des Annales médico-psychologiques. En Belgique, il y eut certes un début de professionnalisation psychiatrique autour du célèbre Gantois, Joseph Guislain, dans les années 1840-1850, mais il s’agissait d’un développement pratique et non conceptuel. Le soin des aliénés était encore largement à la charge des congrégations religieuses : comme celle des frères alexiens qui en étaient devenus spécialistes. Et c’est seulement en 1873, soit trente ans après leurs collègues français, qui eux-mêmes se lamentaient de leur retard sur l’Allemagne, que le premier journal professionnel belge fut fondé37.

  • 38 Xavier Francotte, « Aperçu du développement et de l’état actuel de l’enseignement de la médecine me (...)
  • 39 « Le lecteur veut-il avoir quelque idée de la confusion qui règne parmi les auteurs ? Je citerai le (...)

16à la fin du xixe siècle, le psychiatre liégeois, Xavier Francotte, dénonçait la carence de cette branche de la médecine en Belgique. Les cours de médecine légale étaient en effet facultatifs pour les étudiants, car un diplôme spécial n’était pas nécessaire pour servir d’expert. Au demeurant, peu d’étudiants étaient intéressés par la discipline. De ce fait, les recherches universitaires médico-légales restaient peu nombreuses. Francotte déplorait que dans son pays la professionnalisation ait tellement tardé. « Nous sommes bien loin en Belgique » regrettait-il dans une lecture donnée à la société de médecine mentale en 1894, « de l’introduction de la psychiatrie parmi les matières à examen puisque les médecins légistes eux-mêmes, les médecins de prison, les directeurs d’établissements d’aliénés sont, en fait, dispensés de toute épreuve sur la médecine mentale et que l’état leur reconnaît néanmoins une compétence suffisante. »38 Ce manque de professionnalisation de la médecine mentale, sans en être le seul facteur, a certainement contribué au fait qu’on ne retrouve que des échos faibles, en Belgique, de la psychiatrisation de la sexualité qui était par ailleurs centrale en France comme en Allemagne. On note ainsi l’apparition de publications internationales, mais les auteurs belges s’essayaient fort rarement à traiter des nouvelles spécialités comme celles des perversions ou de l’inversion sexuelle. Ainsi, quand le médecin positiviste Jules Dallemagne, s’y risqua dans sa fameuse étude des Dégénérés et déséquilibrés, Marc-André Raffalovich critiqua ses écrits comme un bon exemple de la médiocrité que régnait sur le sujet39. On peut dire, de ce fait, que l’homosexualité brille par son absence dans la culture intellectuelle belge de cette période et que cette absence remarquable va à l’encontre de l’idée généralement véhiculée d’une explosion discursive, à l’échelle de l’Europe entière, des discours sur la sexualité comparable à ce qui se passe en France à la fin du xixe siècle.

17Un deuxième élément peut éclaircir ce silence. Il s’agit des réactions à un rapport sur L’inversion génitale et la législation présenté au troisième congrès international d’anthropologie criminelle qui se tint à Bruxelles en 1892. Il s’agit d’un exemple très rare de discussion sur le sujet dans un forum public en Belgique. Le rapport du docteur belge Léon de Rode plaidait pour ne pas criminaliser l’homosexualité comme c’était le cas en Allemagne et en Angleterre, et pour rester fidèle à la tradition libérale du pays de protéger la vie privée. La réponse des autres intervenants belges situait cette résistance à l’interventionnisme gouvernemental en matière de mœurs dans la défense plus large d’une anthropologie régnante et fermement institutionnalisée. L’introduction de la discussion du rapport, par Eugène Hubert, un professeur en médecine respecté de l’Université catholique de Louvain, révèle la place de l’homosexualité dans ce débat large et fondamental sur le statut de la métaphysique et de la morale :

  • 40 « L’inversion génitale [Discussion] » dans Actes du troisième congrès international d’anthropologie (...)

18« Mesdames, Messieurs, chaque fois qu’un cheval s’emporte sous son cavalier, savants comme public se divisent en deux camps : les uns accusent la bête, les autres, le cavalier… qui avait à dresser, à bien conduire, ou à maîtriser sa monture. Il y a des chevaux vicieux ; il y a des cavaliers inhabiles ; et le rôle de ce Congrès est d’examiner les cas d’emportements, afin d’éclaircir la justice sur ses responsabilités. Il y aurait aveuglement à nier l’influence des impulsions qui nous arrivent du dehors sur la direction de nos actes, et personne ne s’en avise ; mais il n’y en a pas moins à méconnaître l’action – on dit même l’empire, – de la volonté sur nos impressions ou impulsions intimes. à quoi bon l’éducation, si la volonté n’est qu’un mot ? Nier la volonté libre et dirigeante, c’est abroger les codes et faire retomber à l’instant l’humanité dans la barbarie dont elle ne s’éloigne, depuis des siècles, qu’à très petits pas et par un effort quotidien. […] Rien n’est plus certain pour moi que la conscience que j’ai d’être l’habitant de mon cerveau, d’être maître chez moi, et mon sens intime, que j’appelle volontiers mon bon sens, se révolte quand on veut faire de mon cerveau un enregistreur automatique, à déclics ou à déclenchements réflexes, c’est-à-dire un bureau télégraphique où il n’y aurait pas de télégraphiste ! »40

  • 41 Léon De Rode, « L’inversion génitale et la législation [Rapport] » dans Actes du troisième congrès (...)
  • 42 Ibid., p. 110-111.

19Pour Hubert, ainsi que pour le rapporteur de Rode et son maître éminent, Fernand Lefèbvre, reconnaître l’inversion sexuelle comme étant une pathologie ou une prédisposition était admettre qu’il n’y avait pas de dialectique entre les désirs du corps et la raison du cerveau conscient. Pour eux, comme pour tous les spiritualistes, l’idée d’une homosexualité congénitale (et donc ontologisée), était représentative d’un déterminisme matériel total. Dans les discussions sur la criminalité et les dispositions ou prédispositions « anormales », les Belges se montraient très souvent les apologistes d’une anthropologie dualiste. Ils stipulaient une distinction primaire entre esprit et corps, entre raison et instinct. Les institutions de la civilisation et de la modernité, pour eux la justice et l’église, en étaient les fondements. Contrairement à l’historiographie qui a souvent dépeint l’essor de l’essentialisation de l’homosexualité comme un moment de modernisation, il est important de réaliser qu’une partie substantielle des élites intellectuelles belges ne se voyait pas comme antimoderne du fait de son opposition aux déterminismes biologiques. Pour elle, la notion humaniste de l’homme raisonnable était l’une des acquisitions principales de l’époque moderne. Le rapporteur de Rode considérait la notion même d’homosexualité congénitale comme dépassée. Il commença d’ailleurs son exposé sur l’inversion génitale avec un aperçu des principaux travaux internationaux, mais il conclut ce paragraphe en stipulant : « On n’admet plus aujourd’hui que l’inversion de l’instinct sexuel soit toujours, comme le pensait Westphal, un état congénital. Il est prouvé que cette perversion peut être acquise dans le cours de l’existence, [et] qu’elle peut même se manifester d’une manière passagère dans différentes psychopathies. »41 étant médecin lui-même, il ne se distançait pas entièrement des explications biologiques ou pathologiques de l’homosexualité, mais l’essentiel de sa communication s’y opposait pourtant. À ses yeux, les « invertis » : « sont des individus qui dans leur adolescence ont été entraînés par des camarades à des habitudes de masturbation mutuelle. Plus tard, ils ont essayé le coït ; ils ont échoué dans leurs premières tentatives ou n’en ont éprouvé que des jouissances incomplètes ; ils sont retournés à leurs pratiques vicieuses et bientôt n’éprouvent plus pour l’acte normal qu’un insurmontable dégoût. »42 De ce fait, selon de Rode, l’homosexualité était moins liée à quelque chose de corporel qu’à un affaiblissement du caractère personnel et à un échec pédagogique. L’objectif de ce type de discours était d’abord d’empêcher la menace d’un défaitisme thérapeutique et les risques, bien connus, d’une ontologisation ou d’une essentialisation de l’inversion sexuelle comme le souligne de Rode lui-même :

  • 43 Ibid., p. 110.

20« Depuis que les travaux scientifiques sur le sujet ont été connus dans le public, il est arrivé, en effet, ceci : qu’un grand nombre de pédérastes y ont trouvé l’excuse de leur abjection. Ils se sentent dignes d’occuper l’attention des médecins et des savants. Avec une remarquable inconscience, il se sont crus obligés de nous initier à leurs plus intimes sensations, sans nous faire grâce des plus repoussants détails. Ils s’accordent à décrire avec une espèce de lyrisme les jouissances que leur procure la satisfaction de leurs passions et se plaignent moins de leur aberration que des entraves que leur opposent la société et les mœurs. Ils ne sont pas éloignés de se poser en victimes des préjugés du public. »43

  • 44 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., p. 134.
  • 45 Auguste Knoch et Paulin Ladeuze, Le jeune homme chaste. L’Éducation de la pureté dans les collèges, (...)

21Ainsi, le pouvoir productif des discours scientifiques a été reconnu bien avant Foucault. De Rode, déjà, considérait l’intérêt scientifique vis-à-vis de cette question comme une invitation à élaborer des discours sur les désirs, eux-mêmes constitutifs, selon lui, des identités. Il pensait qu’en scrutant l’homosexualité, on l’invitait « à parler d’elle-même, à revendiquer sa légitimité ou sa “naturalité” et souvent dans le vocabulaire, avec les catégories par lesquelles elle était médicalement disqualifiée. »44 Les médecins craignaient – à juste titre – que la reconnaissance d’une condition homosexuelle puisse créer des points de ralliement politique. Ce risque était clairement pensé comme une menace pour la moralité « moderne » et c’est exactement pourquoi ils optaient, en Belgique, consciemment, pour ne pas entreprendre l’analyse ou la criminalisation de l’inversion sexuelle. De Rode, dans son analyse, avait compris à quel point cette vision permettait de fustiger l’hétéronormativité naturalisée, comme l’avait déjà fait Ulrichs en Allemagne et comme le ferait bientôt, de manière similaire, Raffalovich en France et Aletrino aux Pays-Bas. En Belgique, il faudra attendre encore un demi-siècle avant que l’acceptation d’un schéma paramédical, notamment celui de la théorie freudienne, puisse supporter une politique de l’identité homosexuelle. Entre-temps, la conception de l’homosexualité qui paraît avoir perduré semble être celle d’un manuel pour les instituteurs des lycées, publié en 1914 : « Nihil volitum, nisi praecognitum. On ne peut vouloir, on ne peut pratiquer, par un acte vraiment humain, ce que l’on ignore. »45

  • 46 Il y a pourtant eu beaucoup de parallèles réalisés entre la France et la Belgique quant à l’inventi (...)

22Ainsi en Belgique, on observe une résistance considérable et assez délibérée à l’invention médico-judiciaire des « pervers » sexuels et ceci se reflète dans la carence relative des discours sur le sujet, ce qui est remarquable quand on compare cette situation à la surabondance en la matière, en France par exemple46. L’importance du cas belge consiste principalement dans le fait qu’il souligne, encore une fois, le besoin urgent d’une reconsidération profonde de la notion d’un Occident uniforme. Il invite à prendre du recul par rapport à la tradition historiographique qui considère la modernisation simultanée et singulière d’un Occident vaguement défini dans sa supposée opposition au Reste du monde. Maintenant que les généralisations d’autrefois deviennent de plus en plus insoutenables, du fait notamment de la multiplication des études de cas, il est clair que le projet s’impose de complexifier l’image de l’Occident : un projet qui ne suppose plus son unicité du fait de situations locales ou nationales extrapolées, mais qui se consacre aux particularités des différents contextes étudiés et à leurs histoires croisées.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », dans Daniel Defert, François Ewald et Jacques Lagrange (dir.), Dits et écrits 1954-1988. II. 1970-1975, Gallimard, 1994, p. 136-156, p. 147.

2 Un aperçu de l’historiographie qui a discuté cette « naissance » de l’homosexuel moderne peut-être trouvé dans Jan Lofström, « The birth of the queen/the modern homosexual : historical explanations revisited », dans The Sociological Review, n° 45, 1, 1997, p. 24.

3 Pour un bon aperçu de l’histoire des homosexualités, particulièrement en Europe, voir Florence Tamagne, « Histoire des homosexualités en Europe : un état des lieux », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 53, 4, 2006, p. 7-31.

4 Wannes Dupont et Henk de Smaele, « Orakelen over de heimelijkheid : seksualiteit en historiografie in Belgisch perspectief », dans Belgisch Tijdschrift voor Nieuwste Geschiedenis  Revue belge d’histoire contemporaine, n° 38, 3-4, 2008, p. 273-296. Ces observations sont aussi le produit de deux réunions internationales : la première qui s’est tenue à Rome, en août 2008, et à laquelle ont participé George Chauncey, Dan Healey, Nicholas Matte, Jyoti Puri, Kaat Wils et Christelle Taraud ; et la seconde à Anvers, en mars 2010, qui a donné lieu à un colloque dont le titre était Rethinking European (Homo) Sexual Modernity, organisé en collaboration avec la Yale Research Initiative for the History of Sexualities.

5 Ce que Van Ussel avait précisément en vue en opposant la condition humaine « moderne », comme étant aliénée d’une authenticité vierge, n’est pas clair. En général, comme au niveau de la sexualité, l’état primitif et détraqué reste une idée quasi mystique, jamais explicitée.

6 Le sociologue néerlandais Joop Goudsblom a été de grande importance dans la redécouverte et la propagation de la théorie de la civilisation de Norbert Elias. Wannes Dupont, « When Sex Was Dirty and the Air Still Clean. Jos Van Ussel and Flemish Sexual Climate Change », texte présenté au colloque Sexual Revolutions tenu à l’université d’Amsterdam, du 8 au 9 avril 2011.

7 Norbert Elias, Het civilisatieproces. Sociogenetische en psychogenetische onderzoekingen, Utrecht, Het Spectrum, 1990, p. 247. Le texte originel en allemand a été publié sous le titre, Über den Prozess der Zivilisation : soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, 2 vol., Bern et München, Francke Verlag, 1969 [1939].

8 Herbert Marcuse, Eros and Civilization. À Philosophical Inquiry into Freud with a New Preface by the Author, Londres, Sphere Books, 1973 [1955].

9 La notion de l’homme unidimensionnelle fait référence à l’aliénation d’un parcours normal de développement des facultés humaines par les forces répressives du modèle de production. Sur cette question, voir Herbert Marcuse, One-dimensional man : studies in the ideology of advanced industrial society, Boston, Beacon, 1968 [1964].

10 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France 1974-1975, Paris, Gallimard, 1999, p. 221.

11 Ibid., p. 221-222.

12 Voir la seconde partie de L’hypothèse répressive de Michel Foucault, dans Histoire de la sexualité I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 23-37.

13 Michel Foucault, Les anormaux, op. cit., p. 221.

14 Michel Foucault « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France 1975-1976, Paris, « Hautes études », Gallimard/ Le Seuil, 1997, p. 28.

15 « Je crois, sans trop me vanter, m’être tout de même méfié depuis assez longtemps de cette notion de “répression”, et j’ai essayé de vous montrer, à propos justement des généalogies dont je parlais tout à l’heure, à propos de l’histoire du droit pénal, du pouvoir psychiatrique, du contrôle de la sexualité enfantine, etc., que les mécanismes mis en œuvre dans ces formations de pouvoir étaient tout autres choses, bien plus, en tout cas, que la répression. », Michel Foucault, « Il faut défendre la société », op. cit., p. 18.

16 Sur la question de l’exotisme dans l’œuvre de Foucault, voir aussi Janet Afary et Kevin B. Anderson, Foucault and the Iranian Revolution. Gender and the Seductions of Islam, Londres et Chicago, University of Chicago Press, 2005.

17 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., p. 76-78.

18 « Hors du monde occidental, la famine existe, à une échelle plus importante que jamais ; et les risques biologiques encourus par l’espèce sont peut-être plus grands, plus graves en tout cas, qu’avant la naissance de la microbiologie. Mais ce qu’on pourrait appeler le “seuil de modernité biologique” d’une société se situe au moment où l’espèce entre comme enjeu dans ses propres stratégies politiques. » ; « Les sociétés occidentales modernes ont inventé et mis en place, surtout à partir du xviiie siècle, un nouveau dispositif qui se superpose à [un dispositif d’alliance], et sans lui donner congé, a contribué à en réduire l’importance. C’est le dispositif de la sexualité : comme le dispositif d’alliance, il se branche sur les partenaires sexuels ; mais selon un tout autre mode. » ; « Or, l’Occident a connu depuis l’âge classique une très profonde transformation de ces mécanismes de pouvoir. », Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., p. 188, 140 et 179.

19 Jan Romein, Aera van Europa. De Europese geschiedenis als afwijking van het Algemeen Menselijk Patroon, Leiden, Brill, 1987 [1954].

20 Ibid., p. ix.

21 Même si, dans La volonté de savoir, Foucault se basait largement sur des sources françaises et allemandes, il ne se référait à ces deux pays respectivement que sept et deux fois dans le texte, alors qu’il parlait de l’Occident entier trente-quatre fois. Lors d’un entretien avec Foucault sur la géographie en 1976, son interlocuteur remarquait déjà que ses « espaces de références sont indistinctement la chrétienté, le monde occidental, l’Europe du Nord, la France, sans que ces espaces de référence soient vraiment justifiés ou même précisés. » Foucault reconnaissait qu’ « [o]n touche là un problème de méthode, mais aussi de support matériel, qui est tout simplement la possibilité pour un homme seul de la parcourir [...] Je ne précise pas [...], car il serait aussi abusif de dire “Je ne parle que de la France”, que de dire : “Je parle de toute l’Europe”. Et il y aurait en effet à préciser – mais ce serait un travail à faire à plusieurs – où ce genre de processus s’arrête, à partir d’où on peut dire : “C’est autre chose qui se passe”. » Michel Foucault, « Questions à Michel Foucault sur la géographie », dans Daniel Defert et François Ewald (dir.), Dits et écrits. 1954-1988, tome 3, p. 28-40, p. 31-32.

22 Linda Garber « Where in the World are the Lesbians ? », dans Journal of the History of Sexuality, n° 14, 1-2, 2005, p. 28-50, p. 35.

23 David M. Halperin, Oublier Foucault : Mode d’emploi, (traduit par I. Châtelet), Paris, EPEL, 2004, p. 10-11. Comparez à David M. Halperin, « Forgetting Foucault : Acts, Identities, and the History of Sexuality », dans Representations, n° 63, p. 93-120, p. 94. Ce dernier article a été republié dans How to Do the History of Homosexuality, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 2004 [2002], p. 24-47.

24 Voir Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley et Londres, University of California Press, 2008 [1990], p. 44-48 et David M. Halperin., How to Do the History of Homosexuality, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 2004 [2002], p. 104-137.

25 George Chauncey, Gay New York. Gender, Urban Culture and the Making of the Gay Male World 1890-1940, New York, BasicBooks, 1994, p. 478.

26 Sean Brady, Masculinity and Male Homosexuality in Britain, 1861-1913, London, Palgrave Macmillan, 2009 [2006] ; Harry G. Cocks, Nameless Offences : Homosexual Desire in the Ninetheenth Century, Londres et New York, Tauris, 2010 [2003] ; Matt Cook, London and the Culture of Homosexuality, 1885-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 [2003] ; Matt Houlbrook, Queer London. Perils and Pleasures in the Sexual Metropolis, 1918-1957, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 2006 [2005].

27 Sean Brady, op. cit., p. 10.

28 Ibid., p. 10 et 9.

29 Ibid., p. 9.

30 Robert Nye, « Regard sur vingt ans de travaux : le Journal of the History of Sexuality », dans Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, n° 31, 2010, p. 239-266, p. 259.

31 Pour un état des recherches sur l’histoire des sexualités en Belgique, voir Wannes Dupont et Henk de Smaele, op. cit., et Eliane Gubin et Catherine Jacques, « Construire l’histoire des sexualités. Regards critiques sur l’historiographie contemporaine » dans Régine Beauthier, Valérie Piette et Barbara Truffin (dir.), La modernisation de la sexualité (19e-20e siècles), Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 2010, p. 185-227.

32 Dagmar Herzog, « Sexuality in the Postwar West », dans The Journal of Modern History, n° 78, 2006, p. 144-177, p. 145, note 3.

33 Au sujet de l’appropriation de la notion de dégénérescence en Belgique, voir Jo Tollebeek, Geert Vanpaemel et Kaat Wils (dir.), Degeneratie in België. Een geschiedenis van ideeën en praktijken, Leuven, Universitaire Pers Louvain, 2003.

34 En 1908, l’éminent psychiatre belge Jean Crocq (fils) remarquait par exemple : « Il y a partout des homosexuels, mais il faut reconnaître que cette perversion particulière est moins fréquente en France et surtout en Belgique. », Jean Crocq, « Le troisième sexe. Conférence faite à la réunion mensuelle de la clinique de Sainte-Anne », dans Journal de neurologie, n° 13, 1908, p. 267-280, p. 273.

35 Numa Praetorius, « Die Bibliographie der Homosexualität für das Jahr 1901 mit Ausschluss der Belletristik », dans Jahrbuch für Sexuelle Zwischenstufen mit besonderer Berücksichtigung der Homosexualität, n° 4, 1902, p. 775-920, p. 800.

36 « Urteile römisch-katholischer Priester über die Stellung des Christentums zur staatl. Bestrafung der gleichgeschlechtlichen Liebe », dans Jahrbuch für Sexuelle Zwischenstufen mit besonderer Berücksichtigung der Homosexualität, n° 2, 1900, p. 161-203, p. 189.

37 Il s’agit du Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, l’organe de la première organisation psychiatrique en Belgique.

38 Xavier Francotte, « Aperçu du développement et de l’état actuel de l’enseignement de la médecine mentale en Belgique » dans Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, n° 72, 1, 1894, p. 17-30, p. 28.

39 « Le lecteur veut-il avoir quelque idée de la confusion qui règne parmi les auteurs ? Je citerai le gros livre du Dr Dallemagne, Dégénérés et déséquilibrés [sic]. », Marc-André Raffalovich, « L’Uranisme. Inversion sexuelle congénitale. Observations et conseils », dans Archives d’anthropologie criminelle, de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, n° 10, 1895, p. 99-127, p. 104.

40 « L’inversion génitale [Discussion] » dans Actes du troisième congrès international d’anthropologie criminelle tenue à Bruxelles en août 1892 sous le haut patronage du gouvernement. Biologie et sociologie, Bruxelles Hayer, 1893, p. 448-459.

41 Léon De Rode, « L’inversion génitale et la législation [Rapport] » dans Actes du troisième congrès international d’anthropologie criminelle tenue à Bruxelles en août 1892 sous le haut patronage du gouvernement. Biologie et sociologie, Bruxelles Hayer, 1893, p. 107-113, p. 109.

42 Ibid., p. 110-111.

43 Ibid., p. 110.

44 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., p. 134.

45 Auguste Knoch et Paulin Ladeuze, Le jeune homme chaste. L’Éducation de la pureté dans les collèges, Arras et Liège, Brunet et Revue ecclésiastique, 1914, p. 13.

46 Il y a pourtant eu beaucoup de parallèles réalisés entre la France et la Belgique quant à l’invention des soi-disant anormaux et la politique de défense sociale. Cependant, les perversions sexuelles n’ont pas été entamées par les intellectuels belges pour des raisons spécifiques que j’expose dans ma thèse en préparation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wannes Dupont, « Modernités et homosexualités belges », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 119 | 2012, 19-34.

Référence électronique

Wannes Dupont, « Modernités et homosexualités belges », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2688

Haut de page

Auteur

Wannes Dupont

Université d’Anvers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page