Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française ?

Paris, CNRS, 2011, 64 p.
Charles Barthold
Référence(s) :

Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française ?, Paris, CNRS, 2011, 64 p.

Texte intégral

  • 1 René Rémond, La Droite en France de 1815 à nos jours. Continuité et diversité d’une tradition polit (...)
  • 2 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Le Seuil, « L’Univers historique », Paris, 1988. C (...)

1Jean-François Sirinelli est professeur d’histoire culturelle à Sciences-po et directeur du Centre d’histoire de Sciences-po. À ce titre, il a des responsabilités institutionnelles assez importantes en ce qui concerne le devenir et la pratique de la recherche historique française. En effet, l’école historique de Sciences-po a une longue tradition (notamment en histoire politique sous la houlette de René Rémond1) d’opposition à d’autres courants de l’historiographie française, notamment l’École des Annales et les courants marxistes2, qui eux dominaient principalement à la Sorbonne et à l’EHESS.

  • 3 Par exemple, Jean-François Sirinelli, La Ve République, QSJ n° 3821, Paris, PUF, 2008.
  • 4 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerre (...)
  • 5 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003.

2Il convient de préciser que Jean-François Sirinelli s’est éloigné de l’histoire politique (même s’il continue d’en produire3) au profit d’une approche plus culturelle, sa spécialité d’origine étant d’ailleurs l’histoire intellectuelle. En effet, sa thèse porte sur les khâgneux et normaliens de l’entre-deux-guerres4, thèse dans laquelle il développe la notion de génération. Il s’intéresse également à la question de la culture de masse5.

3L’histoire est-elle encore française, constitue un petit ouvrage d’intervention sur la question de la place qu’occupe l’historiographie française dans le monde, alors que l’université vient en France de subir une réforme substantielle de son fonctionnement (loi relative aux libertés et responsabilités des universités). Dans un premier temps, nous allons résumer les principales thèses du livre, le plus fidèlement possible. Ensuite, nous proposerons une analyse critique.

  • 6 Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française ?, Paris, CNRS, 2011, p. 10.
  • 7 Ibidem, p. 11.
  • 8 Ibidem, p. 12.
  • 9 Ibidem, p. 13.

4Jean-François Sirinelli débute par un constat chronologique. Selon lui, dans les années 1950, la science historique française – à l’image de ce qui s’est passé lors du Xe Congrès international des sciences historiques de Rome en 1955 – « brille de mille feux et constitue indéniablement, en ce milieu de xxe siècle, l’un des épicentres de production et de rayonnement de savoir historique 6 ». De la même manière, dans les années 1970, l’école historique française continuait à avoir une influence considérable dans les débats historiographiques à l’échelle mondiale7. Cependant, pour Sirinelli, une rupture est apparue en 2005, comme l’a montré la marginalisation des historiens français au Congrès international des sciences historiques de 20058. Il existe, selon l’auteur, un contraste flagrant entre l’influence prépondérante de l’historiographie française d’antan et la situation actuelle de « déphasage progressif »9.

  • 10 Ibidem, p. 20.
  • 11 Ibidem, p. 21.
  • 12 Ibidem, p. 26.
  • 13 Ibidem, p. 29.

5Cela serait dû au fait que l’anglais est devenu la langue de la circulation des savoirs en général, et de la discipline historique en particulier10. La majorité des historiens de profession ne seraient tout simplement plus capables de lire le français dans le texte contrairement à ce qui se faisait 50 ans auparavant. À l’appui de cela, Jean-François Sirinelli affirme que les historiens latino-américains tendent à se former désormais plus aux États-Unis qu’en France11. En conséquence, l’école historique française se trouverait face à un dilemme, ou se replier sur elle-même et refuser de s’adapter au lit de Procus de la mondialisation anglophone des savoirs dans une sorte de « baroud d’honneur »12, ou bien prendre le risque de sacrifier la qualité et la singularité au profit de la maîtrise de l’anglais et de l’ouverture au monde anglo-saxon13.

  • 14 Ibidem, p. 35.
  • 15 Ibidem, p. 39.
  • 16 Ibidem, p. 40.
  • 17 Ibidem, p. 41.

6À cette question de la domination anglophone sur l’histoire mondiale, s’ajoute le problème de la « frénésie du contrôle » et de l’évaluation de la recherche historique qui s’est emparé de la France14. Ainsi, désormais, la publication d’articles dans des revues classées selon des critères néfastes entraîne un « vertige suicidaire » 15, car c’est bien le contenu des articles et non la réputation du périodique qui devrait importer. Plus fondamentalement, du point de vue de Sirinelli, l’article ne constitue pas un format idéal pour les travaux historiques, dont le modèle reste la thèse ou le livre16. Dans le cadre actuel, un chef-d’œuvre comme le Dimanche de Bouvines ne se verrait pas attribuer la même valeur qu’un article dans une bonne revue17.

  • 18 Ibidem, p. 46.
  • 19 Ibidem, p. 48.

7Par ailleurs, l’école historique française connaît un « épuisement démographique » du fait de la réduction des effectifs des historiens de métier et de la difficulté pour les jeunes chercheurs à faire publier leur thèse18. Aussi, l’école historique française serait menacée de « nécrose »19.

8L’analyse de Sirinelli sur l’état de l’école historique française est lucide. D’un côté, cette dernière est marginalisée à l’échelle du globe au profit des écoles historiques anglo-saxonnes, de l’autre côté, elle est dans un état inquiétant au niveau national du fait de la mise en place de nouvelles pratiques d’évaluation et de la réduction des effectifs liées à des politiques publiques néolibérales.

  • 20 Cela a été montré magistralement par François Cusset, French Theory, Foucault, Derrida, Deleuze & C (...)

9S’il est vrai que l’anglais est devenue la langue de la mondialisation des savoirs et que, de ce fait, le français se trouve relégué à la périphérie, cela n’est cependant pas suffisant pour expliquer l’absence d’influence actuelle de l’école historique française au plan international. En effet, les penseurs poststructuralistes20 (Jacques Derrida, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean Baudrillard, Luce Iragaray pour n’en citer que quelques-uns) ou les sociologues, du fait du rayonnement de la sociologie critique de Pierre Bourdieu, exercent une influence considérable sur les départements de sciences sociales et de lettres aussi bien aux États-Unis qu’au Royaume-Uni, à travers des traductions dans la plupart des cas. Ainsi la traduction d’un ouvrage difficile de French theory devient une voie royale pour bâtir une carrière universitaire prestigieuse, à l’image du travail de Gayatri Chakravorty Spivak sur De la grammatologie de Derrida qui lui a permis récemment d’accéder à une chaire à l’université de Colombia. En conséquence, l’absence de l’histoire française au niveau international provient peut-être plutôt du fait que la dernière génération de grands historiens français, ceux qui ont transformé le paradigme historique dans son ensemble, a arrêté de produire dans les années 1970 et 1980 (Fernand Braudel et Ernest Labrousse, notamment). Cependant, si l’école historique française arrive à surmonter ses contradictions actuelles, pointées avec justesse par Jean-François Sirinelli, elle pourra tenter de regagner l’influence perdue.

Haut de page

Notes

1 René Rémond, La Droite en France de 1815 à nos jours. Continuité et diversité d’une tradition politique, Paris, Aubier-Montaigne, 1954.

2 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Le Seuil, « L’Univers historique », Paris, 1988. Ce manifeste polémique promeut une histoire politique contre les supposées dérives de l’histoire économique et sociale.

3 Par exemple, Jean-François Sirinelli, La Ve République, QSJ n° 3821, Paris, PUF, 2008.

4 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988.

5 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003.

6 Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française ?, Paris, CNRS, 2011, p. 10.

7 Ibidem, p. 11.

8 Ibidem, p. 12.

9 Ibidem, p. 13.

10 Ibidem, p. 20.

11 Ibidem, p. 21.

12 Ibidem, p. 26.

13 Ibidem, p. 29.

14 Ibidem, p. 35.

15 Ibidem, p. 39.

16 Ibidem, p. 40.

17 Ibidem, p. 41.

18 Ibidem, p. 46.

19 Ibidem, p. 48.

20 Cela a été montré magistralement par François Cusset, French Theory, Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Barthold, « Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française ? », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2645

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page