Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Élisabeth Décultot (dir.), Musées de papier. L’Antiquité en livres (1600-1800)

Paris, Louvre Éditions/Gourcoff Gradenigo, 2010, 168 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Élisabeth Décultot (dir.), Musées de papier. L’Antiquité en livres (1600-1800), Paris, Louvre Éditions/Gourcoff Gradenigo, 2010, 168 p.

Texte intégral

1Le catalogue accompagnant l’exposition Musées de papier, qui s’est tenue au Louvre de septembre 2010 à janvier 2011, présente une série d’études particulièrement stimulantes sur les ruptures propres à l’histoire de l’art. Les ouvrages qui, tout au long de l’époque moderne, traitent de l’Antiquité constituent des supports particulièrement pertinents pour saisir les évolutions à l’œuvre dans la manière d’envisager la connaissance esthétique. Élisabeth Décultot, qui a dirigé l’ouvrage, souligne ainsi, en introduction, que les travaux de Johann Joachim Winckelmann marquent, dans l’historiographie traditionnelle, l’émergence de l’histoire de l’art comme discipline à part entière. Les ouvrages publiés auparavant sont désignés comme des tentatives préscientifiques ancrées dans la tradition antiquaire. Prenant le contrepied de cet allant de soi historiographique, Élisabeth Décultot entend montrer « l’extrême fécondité de ces objets hybrides, à la frontière de la science et de l’art ». L’expression même « Musées de papier » est empruntée au savant italien du xviie siècle, Cassiano dal Pozzo qui, avec son frère, a constitué un répertoire foisonnant de reproductions d’œuvres antiques. Il s’agit là du point de départ d’une histoire de l’art « par l’image » s’abreuvant aux sources antiques, chrétiennes et médiévales.

2Gabrielle Bickendorf retrace, dans un texte érudit et brillant, les grandes lignes de cette tradition antiquaire productrice d’ouvrages. Elle note, pour le xviie siècle, la concomitance d’un imagier artistique proliférant et d’une instrumentation nouvelle pour la science (télescope, microscope) : Cassiano dal Pozzo est ainsi membre d’institutions savantes et de cercles antiquaires. Son travail repose sur des reproductions d’ouvrages antiques regroupés selon le motif mis en valeur : son objectif est de permettre des comparaisons et des combinaisons. Cette translation du regard, cette mobilité de l’œil, d’ordinaire propres aux musées, sont ici restituées dans un livre aux formes étudiées. Progressivement, les antiquaires ne se limitent plus à l’Antiquité et explorent l’art chrétien. La démolition, au xviie siècle, de l’ancienne basilique Saint-Pierre à Rome ainsi que la redécouverte des catacombes romaines permettent la restitution des formes artistiques du premier millénaire après le début de l’ère chrétienne. Les mauristes français, à la fin du Grand Siècle, mettent en œuvre une méthode critique qui permet tout à la fois de situer les œuvres et d’en vérifier l’authenticité. Jean Mabillon et Bernard de Montfaucon s’inscrivent dans cette lignée d’exigence méthodologique appliquée aux travaux graphiques. Tourné vers l’histoire profane, Montfaucon diversifie les approches en traitant des arts étrusques et égyptiens comme des Monumens de la monarchie françoise (publiés en cinq volumes au xviiie siècle). Les recherches de Roger Gaignières, à la fin du Grand Siècle et au début du siècle des Lumières, témoignent assez des évolutions en cours et des mouvements de l’œil qui vont « de la vue d’ensemble vers les détails ». Des règles de présentation s’imposent et la mise en forme des livres prend corps : l’histoire de l’art déborde l’esthétique pour restituer la matérialité d’une civilisation.

3Dans un chapitre consacré aux « recueils d’antiquités et [à] la naissance du discours historique » à l’époque moderne, Élisabeth Décultot souligne combien l’image, en histoire de l’art, reste encore insuffisamment questionnée. Elle propose également une réflexion sur la chronologie habituellement choisie pour évoquer l’émergence de l’histoire de l’art. La césure de 1750, qui marquerait la fin de la domination du texte au profit de l’image, ne lui semble pas pertinente : les images sont déjà présentes dans les ouvrages illustrés du xviie siècle et le discours sur l’histoire de l’art se fonde en priorité sur la matière textuelle. Élisabeth Décultot substitue donc la perspective ample d’une chronologie qui va de 1600 à 1800 à la coupure de 1750. Les deux siècles qui organisent l’émergence de l’histoire de l’Art amalgament donc une tradition ancienne dans laquelle l’image domine et l’irruption d’une narration historique. Ainsi, les œuvres de Bernard de Montfaucon mettent en lumière, dès le xviie siècle, l’articulation complexe entre images et récit. Plus tard, au xviiie siècle, le travail de Winckelmann ne rompt pas totalement avec l’illustration de l’Antiquité. Cette tension créatrice, qu’Élisabeth Décultot met en lumière, permet un déplacement majeur dans l’historiographie : elle replace le travail antiquaire dans la perspective longue d’une discipline en formation.

4Valentin Kockel propose une réflexion approfondie sur les « méthodes et les modes de reproduction de l’art et de l’architecture antiques » à l’époque des Lumières. L’édition d’ouvrages illustrés constitue un secteur particulièrement dynamique. La question de la qualité des reproductions est centrale puisqu’elle est corrélée à celle de l’authenticité. Les représentations des sculptures permettent de signaler les faux rajouts. Les gemmes sont parfois l’occasion pour les dessinateurs de faire la démonstration de leur propre style. Les publications relatives à l’architecture doivent à la fois « donner une idée des effets » et « instruire exactement ». L’ouvrage illustré demeure (malgré les tentatives de représentations avec les maquettes) le vecteur principal de diffusion des représentations architecturales.

5L’ouvrage est finalement complété par un catalogue très richement illustré. Les grandes lignes des différents chapitres du livre sont ici réagencées autour de thématiques très larges : la diversité que recoupe le terme Antiquité (des Antiquités païennes aux Antiquités étrusques), les formes de démonstration employées (des collections aux catalogues), la mise en images des sciences, les récits de voyages et l’histoire monumentale.

6Davantage qu’un exercice d’illustration, le livre que dirige Élisabeth Décultot constitue en lui-même une proposition historiographique qui dépasse la seule histoire de l’art : la perspective chronologique ample permet de relativiser les césures abruptes (et souvent artificielles) dans la constitution des disciplines. L’histoire de l’art se fonde donc sur une tension entre images et textes qui amalgame tradition antiquaire et ébauche d’une heuristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Élisabeth Décultot (dir.), Musées de papier. L’Antiquité en livres (1600-1800) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2643

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page