Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer

Paris, Payot, 2010, 304 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer, Paris, Payot, 2010, 304 p.

Texte intégral

1Le dernier livre de Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer, nous rappelle une vérité a priori évidente : une œuvre d’art naît en un temps, en un lieu et dans un contexte précis. Des 35 toiles du peintre Johannes Vermeer (1632-1675) qui nous sont parvenues, l’auteur en a choisi cinq, des intérieurs et une des vues extérieures de Delft, pour nous introduire dans le monde du xviie siècle. Il a ajouté une œuvre d’un contemporain, Hendrick Van der Burch, et une faïence de Delft, sans doute de la fin du xviie siècle.

2Il nous propose de reconsidérer notre manière habituelle de regarder un tableau. Une toile est composée selon un scénario précis, les objets montrés ne sont pas des accessoires, mais des « portes à ouvrir » nous menant à découvrir le monde au xviie siècle. L’artiste peut ne pas en être conscient, mais pour nous qui regardons ces œuvres, il y a « des passages inattendus et des chemins dérobés qui relient notre présent déroutant […] a un passé qui est loin d’être simple » (p. 21). Delft n’est pas une ville isolée, mais appartient à un monde qui se prolonge sur la planète entière. Timothy Brook, canadien, se souvient d’un voyage de jeunesse en Europe. Il choisit Delft comme point de départ de son histoire mondiale des transformations interculturelles de la vie du xviie siècle.

3Le premier chapitre concerne La vue de Delft, œuvre composée en 1660 ou 1661, qui se trouve au Mauritshuis de La Haye. C’est une vue du sud près du port fluvial. Sur la droite sont amarrés des harenguiers, des trois-mâts destinés à la pêche en mer du Nord, témoignant du petit âge glaciaire en Europe et dans le monde, du milieu du xvie siècle au tout début du xviiie siècle : les poissons de la mer du Nord ayant migré vers le sud et la mer Baltique, délaissant les côtes norvégiennes gelées, les pêcheurs se sont alors adaptés à cette nouvelle activité. Selon H.H. Lamb, spécialiste de l’histoire du climat, la prospérité des Pays-Bas au xviie siècle serait due à ce changement et aux revenus obtenus par la pêche aux harengs, que les Hollandais purent investir dans la navigation et le commerce maritime. C’est ce que nous dit Vermeer avec ces deux harenguiers. Le long toit sur la gauche du tableau est celui du grand entrepôt de l’Oost Indisch Huis, c’est-à-dire la Maison des Indes Orientales, siège à Delft de la V.O.C. (Verenigde Oostindische Compagnie) ou Compagnie hollandaise des Indes orientales. C’est la première société par actions créée en 1602 par la République hollandaise, qui obligea les sociétés commerciales naissantes à fusionner pour profiter de l’essor du commerce avec l’Asie. Elle tira largement profit des innovations technologiques appliquées au domaine maritime. Pour Francis Bacon, trois innovations étaient particulièrement importantes en 1620 : le compas magnétique, le papier et la poudre à canon. Or, ces inventions venaient de Chine. Ce pays a toujours fasciné l’Europe et l’attrait des richesses chinoises a attisé les convoitises du monde à cette époque. Si le xvie siècle a été une période de découvertes et de rencontres violentes, le xviie siècle fut une époque très différente, celle du renforcement des relations. La mobilité des hommes, sur de longues périodes et de plus en plus loin, les menait à apprendre des langues et comprendre des cultures nouvelles. La dynamique de la rencontre se transforme avec le renouvellement des contacts, qui conduit à deux pratiques, soit la transformation complète des quotidiens, soit le rejet et les conflits meurtriers. Le xviie siècle se situe entre les deux, il y a eu interaction entre les cultures, cette époque fut dominée par l’imprévu.

4Le deuxième chapitre nous ouvre « une autre porte » avec le tableau illustrant la couverture de l’ouvrage, L’officier et la jeune fille riant (vers 1658). Nous sommes en Amérique du Nord avec Samuel Champlain qui, depuis 1603, mène une expédition dont le but est de remonter le Saint Laurent jusqu’au système des Grands-Lacs. Les Européens recherchaient les peaux de castor et les liens avec les populations locales étaient nécessaires. Pour les Français, ce commerce était une source de revenus très lucratifs et pour Champlain un moyen de financer ses expéditions. Depuis Marco Polo en passant par Christophe Colomb, les Européens sont restés obsédés par les richesses chinoises. Avec la fin du monopole royal au Canada et l’ouverture à ses concurrents, Champlain s’est enfoncé plus profondément vers l’ouest en remontant le Saint-Laurent, cherchant un passage fluvial transcontinental vers la Chine. Cartographe, il a laissé des cartes établies au fur et à mesure de sa progression à travers les Grands-Lacs. L’aventure de Champlain ne fut pas un succès, mais son entreprise fut surtout funeste pour les Amérindiens, en particulier les Hurons.

5La liseuse à la fenêtre, peinte vers 1667, a de nombreux points communs avec le tableau précédent : la pièce, la table, la chaise, la même jeune femme (sans doute la femme de Vermeer). Mais notre attention est attirée par le tapis turc, un objet étranger, et surtout la jatte de fruits, nouvelle « porte d’entrée » sur la Chine. Les premières porcelaines chinoises étonnèrent les Européens, mais ce qui les séduisit le plus, ce furent les porcelaines blanches peintes au bleu de cobalt et recouvertes d’un émail brillant. Le style blanc et bleu est tardif dans l’évolution de la céramique chinoise, il est le résultat d’un long processus d’innovation. La Chine, dominée depuis le xiiie siècle par les Mongols qui contrôlaient aussi l’Asie centrale, en développa le commerce d’une extrémité à l’autre de l’empire. L’engouement gagna les Européens qui se précipitaient à l’arrivée des bateaux de la V.O.C. venant d’Orient chargés de porcelaine. Le goût des Hollandais pour les objets étrangers traduit un rapport au monde plus qu’une question de culture ou d’esthétique. La porcelaine chinoise exportée était de second ordre, les pièces de qualité étant réservées à la cour, et celle de premier choix au marché intérieur. Mais les potiers adaptaient leurs productions aux goûts des clientèles. Ainsi l’un de ces objets hybrides, un grand bol à soupe creux, appelé par les Hollandais un Klapmuts, est visible sur ce tableau.

6Le géographe, peint en 1669, semble être tout entier une ouverture sur le monde du xviie siècle. Les signes du monde extérieur sont omniprésents : des cartes terrestres ou marines comme le globe de Hendrick Hondius dans l’édition de 1618. La « porte d’entrée » porte ici sur la connaissance, car vouloir découvrir un nouveau monde en ignorant les routes maritimes à suivre conduisait souvent au naufrage. Le géographe de Vermeer est intéressé par les informations rapportées par les voyageurs des terres lointaines. Il participe à ce phénomène sans fin de rétroaction et de correction qui reprit inlassablement les cartes au cours de ce siècle. L’érudit drapier Leeuwenhoek, sans doute le commanditaire de la toile, est plus intéressé par la modification des cartes que par l’acquisition de nouveaux biens. Cependant, pour les Européens, les deux vont ensemble, alors que les géographes chinois souhaitent uniquement perfectionner leurs connaissances et n’envisagent pas de voyager. Le monde extérieur pénètre dans la vie des Européens par les objets et les idées, alors que pour les Chinois, il reste hors de leur vie.

7L’auteur abandonne provisoirement la peinture pour une faïence. Un collectionneur du xixe siècle nous a transmis un plat avec une représentation faussement chinoise, une contrefaçon séduisante. Les personnages représentés tiennent de l’imaginaire des artistes et non de la réalité chinoise ni des œuvres originales. Parmi les motifs représentés, T. Brook a retenu un fumeur. Ce thème ne peut être qu’européen, car la peinture chinoise est très conservatrice et n’a pas encore assimilé les nouvelles habitudes sociales. C’est la nouvelle « porte d’entrée », l’intérêt du tabac et de sa diffusion dans le monde. Les déplacements des voyageurs s’accompagnaient d’objets, de produits qui recréaient un autre monde. Ainsi les solanacées (surtout américaines) comme la tomate, la pomme de terre, l’aubergine, le piment ou le tabac, ont voyagé à travers la planète. Le tabac s’est déplacé le long des réseaux commerciaux, depuis les Amériques vers le reste du monde. Un phénomène de « transculturation », selon l’expression de l’historien Fernando Ortiz, s’est produit partout où il a été introduit. La préséance d’Anvers s’explique surtout par le fait que les premiers Européens à fumer étaient les marins, les soldats et les prêtres. Mais les vertus médicinales accordées au tabac l’ont rendu attrayant pour toutes les couches de la société et il est devenu source de profits pour les apothicaires. Les Hollandais et les Anglais commencèrent à le cultiver, mais il était de médiocre qualité, surtout en comparaison de celui de Virginie. Les Européens écartèrent alors les producteurs indigènes et développèrent leurs propres plantations. Le motif du fumeur sur le plat de Delft témoigne du succès de la « transculturation » du tabac, comme de l’opium, dans la société chinoise.

8Le dernier tableau de Vermeer étudié par T. Brook, réalisé vers 1664, est La femme à la balance. La pesée de la monnaie était familière dans les échanges économiques, et la nouvelle « porte d’entrée » au monde est donc la grosse pièce d’argent posée sur la table. Le xviie siècle fut celui de l’argent. Les besoins de l’Europe et de la Chine ayant considérablement augmenté, la diffusion de ce métal dans les transactions quotidiennes coïncida avec l’expansion de leurs économies. La pièce du tableau vient sans doute du Potosi au Pérou. Dès le milieu du xvie siècle, l’argent exploité par les Espagnols était expédié par la côte vers le nord et, depuis le Panama, traversait l’Atlantique vers Cadix et Séville, capitales de ce commerce. Rapidement, tout l’argent se retrouvait à Londres et à Amsterdam, d’où il transitait vers la Chine. Trois raisons expliquent cette destination : d’abord, l’argent avait un plus grand pouvoir d’achat en or dans les économies asiatiques qu’en Europe ; ensuite les marchands européens n’avaient guère de produits manufacturés intéressants pour le marché chinois ; enfin la production d’argent en Chine était très contrôlée. La V.O.C. achetait les produits inconnus en Europe : épices, soieries, thé, café, porcelaine, et assurait aussi grâce à l’argent les frais de fonctionnement de son administration. Une autre route partait à travers le Pacifique rejoindre Manille, point de rencontre commercial des économies européenne et chinoise.

9Le dernier tableau est l’oeuvre d’un contemporain de Vermeer, Hendrick Van der Burch. Exécuté vers 1660, il s’intitule Les joueurs de cartes. Nous retrouvons des éléments des intérieurs précédents et des objets évoquant le reste du monde, les carreaux et le pichet de faïence de Delft imitant la porcelaine chinoise, le tapis turc, la carte, le chapeau de castor de l’invité qui joue aux cartes avec la maîtresse de maison. Mais la « porte d’entrée » est un jeune serviteur noir, qui nous regarde. Vermeer n’a jamais peint d’enfants, de serviteurs ou d’Africains. L’arrivée de ces derniers se fit dès le xve siècle, mais au xviie siècle, ils sont de plus en plus nombreux, occupant généralement des emplois de marins, d’ouvriers ou de domestiques. La présence du serviteur peut montrer l’aisance financière du commanditaire, mais il nous renseigne aussi sur le monde des voyages, des déplacements, de la mobilité, comme sur celui des perturbations et des servitudes. La toile nous révèle le brassage considérable des populations du xviie siècle, la diversité culturelle, et pour certaines populations, la contrainte, comme la traite des Noirs. Un tableau de Bramer que possédait Vermeer, Le voyage des rois mages à Bethléem, datant des années 1630, évoque clairement pour l’auteur le monde du xviie siècle : des hommes d’origines culturelles différentes (Melchior, aux traits juifs ou arméniens, Gaspard, un Hollandais rougeaud, enfin Balthasar un Noir) réunis pour voyager dans un paysage imprécis du Moyen Orient, vers la promesse d’un avenir non révélé. Ce tableau pouvait être accroché par dévotion catholique, à moins qu’il n’évoque la poignée de riches marchands négociant les métaux précieux, les épices, les produits manufacturés exotiques, et ramenant des Européens dépenaillés, des Maures, des Malais, des Malgaches, des Africains comme celui du tableau de Van der Burch, qui n’a jamais demandé à se retrouver à Delft dans cet intérieur, ne trouvera pas le chemin du retour et devra se fondre dans la société hollandaise.

10Au cours du xviie siècle, l’histoire humaine a pu prendre conscience d’une humanité commune. La Terre n’est pas une succession de lieux, ils sont reliés les uns aux autres. Il faut trouver le moyen de raconter le passé en reconnaissant et admettant la nature globale de l’expérience, comme en témoigne le refroidissement climatique, puisqu’il a touché l’ensemble de la planète et que les gens ont eu conscience que ce qui se passait là se passait aussi là-bas. En trouvant dans des œuvres d’art des « portes d’entrée » sur le reste du monde, Timothy Brook, nous révèle une humanité commune avec une histoire partagée. C’est toute la richesse de ce livre érudit, fort bien complétée par les notes, un index des noms propres et une bibliographie commentée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2641

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page