Navigation – Plan du site
DOSSIER

La VIIe Conférence de psychotechnique (Moscou, septembre 1931)

Les conditions d’émergence du philosoviétisme dans l’univers de la psychologie scientifique française de l’entre-deux-guerres
Isabelle Gouarné
p. 65-87

Résumé

En s’appuyant sur l’exemple de la psychologie, l’article étudie la façon dont s’est posée dans les années trente la question de l’articulation entre production d’un savoir scientifique et engagement politique, notamment dans l’espace de la pensée et des organisations communistes. Il montre combien la valorisation de la science liée au marxisme, l’existence d’une véritable « épistémologie engagée » amènent des chercheurs nombreux à penser les liens avec l’URSS et ses savants comme une des formes nécessaires du développement scientifique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur ce point, cf. l’intervention de Bernard Pudal à la Journée d’étude « écoles, formation et itin (...)
  • 2 F. Matonti, « La colombe et les mouches. Frédéric Joliot-Curie et le pacifisme des savants », Polit (...)
  • 3  L’expression est de Christophe Prochasson, dans Les intellectuels et le socialisme, Paris, Plon, 1 (...)
  • 4  Cf. l’article programmatique de B. Pudal, « Pour une histoire de l’“intellectuel collectif” commun (...)
  • 5  Notes manuscrites (8 pages) de la déposition de Paul Langevin, Archives P. Langevin, école de phys (...)

1Dans l’histoire du mouvement ouvrier, la définition des rapports entre science et politique a constitué un enjeu central et récurrent. Le communisme au xxe siècle eut l’ambition, non seulement de transformer radicalement l’ordre économique, social et politique sur la base d’une connaissance scientifique de la société, mais aussi de proposer, avec le marxisme, un autre mode de connaissance du monde social et naturel. En raison de l’importance qu’il a accordée à sa doctrine, la « science marxiste-léniniste »1, le monde communiste, modelé par la IIIe Internationale, s’est caractérisé par ce qu’on pourrait appeler une « épistémologie engagée »2, liée à un mode de construction et de validation des énoncés scientifiques qui conduisait à accorder le statut d’arbitre suprême de la vérité à la direction politique des partis communistes. étudier l’engagement des scientifiques français à ce « parti intellectuellement structuré »3 nécessite donc de s’interroger sur le rapport que ces intellectuels de profession ont entretenu avec la doctrine marxiste communiste et sur leur mode d’intégration dans l’entreprise intellectuelle du PCF 4. Ils ont, en effet, bien souvent présenté le marxisme comme une « découverte » intellectuelle, et leur engagement communiste comme la conséquence logique de leur activité professionnelle. En 1939, par exemple, le physicien Paul Langevin, alors compagnon de route du PCF, déclarait dans sa déposition au procès des députés communistes : « Je me suis rencontré avec les communistes sur le plan des idées, partageant leur idéal de justice sociale et leur volonté de réaliser cet idéal par un effort humain de transformation matérielle et morale du monde. Pour y parvenir, ils mettent leur confiance dans la possibilité d’une élévation sans limite de la science et de la conscience des hommes […] Vers la justice par la science me paraît être la formule résumant le mieux leur doctrine. […] Un autre aspect, essentiel pour moi, de cette doctrine est qu’elle s’appuie sur une philosophie dialectique […] Je dois à cette doctrine le tribut de reconnaissance qu’elle m’a permis de mieux comprendre ma propre science et l’histoire de son développement. »5

2Ces paroles de Paul Langevin sont certes doublement contraintes par le contexte historique et par le cadre juridique dans lesquels elles s’inscrivent. Elles fournissent néanmoins un « signalement provisoire », selon l’expression de Max Weber, du sens que ces scientifiques donnèrent à leur engagement politique. Si l’on accepte de prendre au sérieux ces déclarations, l’enjeu est dès lors de saisir comment ce rapport au marxisme est socialement construit : quelles sont les conditions socio-historiques dans lesquelles a pu émerger en France cette figure du scientifique marxiste, communiste ou communisant ?

  • 6  Par exemple : Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, (...)

3Cette étude, centrée sur le cas de la psychologie, se propose d’aborder la question, aujourd’hui centrale dans la sociologie et l’histoire sociale des intellectuels 6, des liens entre prise de position politique et position intellectuelle. En revenant sur la VIIe Conférence de psychotechnique organisée à Moscou en septembre 1931, il s’agira, à partir d’une approche croisée des trajectoires biographiques de deux psychologues présents au Congrès (J.-M. Lahy et Henri Piéron), de s’interroger sur les conditions de réception des travaux soviétiques dans le champ de la psychologie française du début des années 1930. Comment et dans quelle mesure l’identification au discours soviétique sur la science, et, par là, l’adoption d’une posture épistémologique marxiste sont-elles liées à des effets de trajectoire et à des positionnements socio-intellectuels ? La VIIe Conférence de psychotechnique sera ici envisagée comme un événement scientifique au cours duquel les interactions suscitées ont cristallisé les enjeux et conflits politiques qui travaillaient alors la discipline. Cas singulier, cette Conférence internationale, une des premières qui se tint en Russie soviétique, s’inscrit dans une configuration socio-politique au sein de laquelle se pose le problème général des relations susceptibles de se nouer entre le monde communiste et les milieux scientifiques français.

  • 7  Ce travail s’appuie d’ailleurs sur des documents retrouvés dans les archives de J.-M. Lahy. Prises (...)

4Après avoir étudié la genèse de cette rencontre scientifique en Russie soviétique, et notamment le rôle qu’a joué le psychologue français Jean-Maurice Lahy 7, on se propose de restituer les modalités et les enjeux des débats scientifiques qui, suite aux interventions soviétiques, prirent la forme d’une controverse sur la nature de la science. L’étude des positions défendues, lors de cette controverse, par Jean-Maurice Lahy et Henri Piéron permettra, enfin, d’analyser comment l’expérience soviétique a redéfini le répertoire des modes d’engagement possibles dans l’espace scientifique français.

La VIIe Conférence de psychotechnique : un moment dans la trajectoire politique et scientifique de J.-M. Lahy

  • 8  Médecin et psychologue, édouard Claparède est, avec Pierre Bovet, le fondateur de l’Institut Jean- (...)
  • 9 A. Rasmussen, « Jalons pour l’histoire des congrès internationaux au xixe siècle : régulation scien (...)
  • 10  Cf. Ch. Charle, op. cit., p. 375-394.
  • 11  Plusieurs travaux récents se sont intéressés à la trajectoire de J.-M. Lahy. Cf., notamment, les t (...)
  • 12  Inventé en 1903 par le psychologue allemand W. Stern, ce terme désignera par la suite les nouvelle (...)

5Organisées par l’Association internationale de psychotechnique (AIP), fondée en 1920 par le professeur suisse Edouard Claparède (1873-1940)8, ces conférences successives de psychologie appliquée peuvent être appréhendées dans le cadre d’une histoire sociale des sciences attentive aux conditions socio-politiques dans lesquelles elles fonctionnent. Comme le note Anne Rasmussen dans son étude sur les congrès au xixe siècle, « avant d’accepter leur fonction d’instrument scientifique, ces congrès internationaux revendiquèrent d’être un lieu de pouvoir parce qu’ils étaient un lieu de savoir : ils constituèrent à ce titre un objet dont le contrôle devenait un enjeu »9. Le congrès scientifique conserva sa charge politique dans l’entre-deux-guerres, période au cours de laquelle l’organisation et la participation aux congrès scientifiques internationaux furent perçues par les gouvernements comme un enjeu de positionnement sur la scène internationale 10. L’accueil en URSS de la VIIe Conférence de psychotechnique invite ainsi à s’interroger sur les conditions de possibilité de cette rencontre scientifique. S’il ne saurait être question d’étudier ici les raisons de l’invitation soviétique, il convient néanmoins de souligner le rôle joué par le Secrétaire général de l’AIP, J.-M. Lahy (1872-1943)11, ce psychologue qui s’imposa, dans l’entre-deux-guerres, comme l’un des fondateurs de la psychotechnique 12française.

Le rôle de J.-M. Lahy dans l’organisation de la VIIe Conférence de psychotechnique (Moscou, septembre 1931) : « une alliance tacite que d’aucuns diraient malsaine »13

  • 13  Erving Goffman, « La conférence » (1981), Façons de parler, Paris, éditions de Minuit, 1987, p. 16 (...)
  • 14  Cité par M. Turbiaux, Bulletin de psychologie, t. 59 (2), n° 482, mars‑avril 2006, p. 217.
  • 15  Sur le Dr Toulouse, cf. M. Huteau, Psychologie, psychiatrie et société sous la troisème République (...)
  • 16 N. Vaschide et H. Piéron quittèrent, en effet, le laboratoire d’A. Binet pour rejoindre celui d’E. (...)
  • 17 A. Ohayon, op. cit., p. 26.
  • 18  Cf. J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, op. cit., chap. 6.
  • 19  Il fut, à partir de 1901, l’élève de Marcel Mauss avant de soutenir en 1907 son mémoire sur les so (...)
  • 20  Ce mode de résolution des conflits de rôles par hybridation disciplinaire a été analysé par J. Ben (...)
  • 21  Nous reprenons ici la typologie des rôles sociaux du scientifique élaborée par R. Merton et H. Zuc (...)

6Bien que Jean-Maurice Lahy fût présenté en 1927 par le Dr E. Toulouse (1865-1947) comme « le plus grand réalisateur de la psychotechnique scientifique »14, la trajectoire de ce psychologue, franc-maçon et libre-penseur, qui avait adhéré au PCF en 1920, est, à plus d’un titre, atypique : issu d’un milieu modeste, non bachelier, et donc totalement dépourvu des diplômes académiques qui fondent à cette époque l’autorité scientifique ou l’annoncent, son introduction dans le monde académique fut largement favorisée par le capital social qu’il avait acquis au sein de la Franc-maçonnerie, au Grand Orient, où il fut initié en 1901 : ce fut le Dr Toulouse, médecin-chef à l’asile de Villejuif, franc-maçon également et radical-socialiste 15, qui l’intégra, comme élève d’abord, puis, en 1907, comme attaché et, en 1908, comme chef de travaux, dans son laboratoire de psychologie expérimentale. Plus attractif que celui d’Alfred Binet à la Sorbonne 16, le laboratoire d’Édouard Toulouse, fondé en 1899 et rattaché, à partir de 1900, à l’EPHE, constitua, au début du xxe siècle, le « véritable creuset de la psychologie scientifique »17en France. Aux côtés de Nicolas Vaschide et de Henri Piéron (1881-1964), Lahy s’y forma aux méthodes de la psychologie expérimentale, programme de recherches en voie d’institutionnalisation dans l’univers de la psychologie française, dont le principal représentant, sur la scène intellectuelle du moins, était encore Pierre Janet 18. Avec son insertion dans le monde scientifique, Lahy dut faire face à un double « conflit de rôles » : le premier lié à l’ascension sociale qu’impliquait son entrée dans le monde académique, mais qui, en raison de son manque de diplômes, le plaçait dans une position marginaleau sein de la discipline ; le second dû à l’appartenance simultanée à deux groupes disciplinaires de référence, la psychologie et la sociologie, sa discipline de prédilection, à laquelle il s’était formé en suivant les enseignements de Marcel Mauss à l’EPHE 19. Il résoudra ces conflits de rôles en important et en adaptant, selon les orientations du Dr Toulouse, les méthodes psychophysiologiques et sociologiques dans le domaine de l’étude du travail et de la sélection professionnelle 20. Avec cette hybridation disciplinaire, il s’imposa, en France, comme le fondateur de l’école psychotechnique, dont il fut, pendant l’entre-deux-guerres, un des principaux administrateurs 21: il fut à l’origine de la création en France d’une vingtaine de laboratoires psychotechniques d’entreprise, et joua un rôle de premier plan au sein de l’AIP.

  • 22  Les archives de J.-M. Lahy, conservées au Musée historique de Sainte-Anne, contiennent une partie (...)
  • 23  Fonds Lahy (D. 740).
  • 24  Fonds Lahy (D. 740).

7C’est d’ailleurs en tant que Secrétaire général de l’AIP, fonction dont il avait la charge depuis 1921, qu’il assuma, avec le psychologue soviétique I. N. Spielrein, l’organisation à Moscou de la VIIe Conférence de psychotechnique. La correspondance qu’il échange à cette occasion avec son collègue soviétique 22témoigne de sa volonté de faire de ce Congrès un événement scientifique. Le 15 juin 1930, soit plus d’un an avant la Conférence, il lui écrit : « Je tiens, comme je vous l’ai dit, à ce que ce Congrès ait le plus grand succès. Il faut donc tout prévoir et tout organiser. »23 Sous son impulsion, un certain nombre de nouveautés organisationnelles et techniques furent ainsi introduites lors de cette conférence, comme par exemple le système de traduction simultanée : « En raison de l’importance que va avoir le Congrès de Moscou et de l’assistance qui pourra y prendre part, je vous demanderai de trouver parmi les psychologues de votre pays des traducteurs qui fonctionneraient régulièrement à chaque séance et dans les diverses communications. Aucun de nos congrès n’a jusqu’à présent réalisé cela, je serais très heureux si c’était l’URSS qui inaugurait cette méthode », écrit-il à I. N. Spielrein le 14 août 1931 24.

  • 25  Henri Piéron, par exemple, exigea que de « sérieuses garanties » soient données aux congressistes (...)
  • 26  Cf. Lettre de J.-M. Lahy à I. N. Spielrein, 22 décembre 1930. Fonds Lahy (D. 740).

8De même, Jean-Maurice Lahy, s’attachant à calmer les réticences de certains de ses collègues, notamment celles de Piéron (professeur au Collège de France)25, ne ménagea pas son temps et ses efforts pour faire venir à Moscou une délégation importante (la plus nombreuse après celles de l’Allemagne et de la Pologne) et prestigieuse comprenant, outre Henri Piéron, Henri Laugier (professeur au Conservatoire des Arts et métiers) et Henri Wallon (Maître de conférences à la Faculté des lettres de Paris). Il prit soin également d’évincer de cette rencontre scientifique tout participant français connu pour son hostilité active à l’égard de la révolution bolchevique, devançant ainsi les attentes des Soviétiques : « Pour ce qui est des autres membres de ma liste j’ai surtout cherché à avoir des personnes susceptibles d’apporter à notre congrès une collaboration scientifique intéressante. La plupart sont sympathiques à l’URSS, ou neutres. Quelques-uns, peu, sont sentimentalement hostiles ; mais j’ai écarté ceux qui à ma connaissance appartiennent à des groupes agissant contre l’URSS », écrit-il à I. N. Spielrein 26.

  • 27  Sur G. Politzer, cf. par exemple, A. Ohayon, op. cit., 2006, p. 124-134.
  • 28  En 1929, cette école avait organisé, en Sorbonne, le 1er Congrès international de psychologie appl (...)

9Outre ces considérations politiques et diplomatiques, le choix des congressistes français obéissait à des logiques spécifiques au champ de la psychologie française. Resserrée autour des principaux représentants de la psychologie scientifique et de leurs élèves, cette délégation ne comptait aucun psychologue critique vis-à-vis de ce programme de recherches dont Henri Piéron était devenu le chef de file. était notamment absent à cette conférence. Georges Politzer, membre du PCF depuis 1929, qui, avec son programme de psychologie concrète, critiquait, de façon virulente parfois, les fondements de la psychologie scientifique et expérimentale 27. Aucun représentant, non plus, de l’école de psychologie appliquée incarnée par la revue La psychologie et la vie et nourrie de catholicisme social 28n’y était présent. De fait, tout psychologue français extérieur au milieu de la psychologie scientifique, fortement marqué par l’idéal laïque de la IIIe République, était exclu de ces congrès de psychologie appliquée, n’étant d’ailleurs pas membre de l’AIP. La composition de la délégation française est donc révélatrice d’une des fonctions qui était assignée à ces conférences, à savoir souder le cercle des psychologues scientifiques français ; elle atteste ainsi la prégnance et la force des clivages qui divisaient le champ de la psychologie française, et dont les enjeux théoriques étaient fort investis politiquement. On verra, en étudiant les divergences entre J.-M. Lahy et H. Piéron sur la question des rapports entre psychologie et marxisme, comment l’expérience soviétique a, en partie, remodelé ces clivages dans les années 1930.

  • 29 E. Goffman, op. cit., p. 175-176. La VIIe Conférence de psychotechnique était patronnée par un « co (...)
  • 30  La XXIIe condition de l’Internationale communiste (novembre-décembre 1922) interdisait la double a (...)

10L’organisation de la VIIe Conférence de psychotechnique à Moscou constitua donc un moment fort de l’engagement politique de Jean-Maurice Lahy sur la scène scientifique en faveur de l’URSS. Il s’efforça de faire rejaillir sur le régime soviétique la dimension de célébration qui entourait ce Congrès : comme le note Erving Goffman, « pour autant que la conférence fait elle-même partie d’une célébration, l’organisme de patronage sera célébré en même temps que le conférencier et son sujet »29. Aussi peut-on dire qu’il a existé, entre Jean-Maurice Lahy et le gouvernement soviétique, « une alliance tacite que d’aucuns diraient malsaine » en raison des intérêts extrascientifiques sur lesquels elle se fondait. Préférant rester franc-maçon 30, J.-M. Lahy avait certes quitté le PCF en 1922, mais sa défection laissa place à un investissement politique en faveur de la cause communiste et soviétique dans des organisations et des espaces sociaux étrangers à ce parti, que ce soit au sein de la Franc-maçonnerie, au Grand Orient de France dont il fut Vice-Président du Conseil de l’Ordre de 1921 à 1923, ou dans la sphère scientifique.

Les raisons scientifiques d’un engagement philosoviétique : le programme scientifico-politique de J.-M. Lahy face au taylorisme

  • 31  Lettre de J.-M. Lahy à I. N. Spielrein, 30 octobre 1926. Fonds Lahy (D. 743).

11Depuis le milieu des années 1920, Lahy s’efforçait, en effet, de développer les relations scientifiques avec l’URSS. En 1926 notamment, il facilita l’entrée des psychologues soviétiques (G. I. Rossolimo et I. N. Spielrein) à l’AIP : en réponse à une lettre d’I. N. Spielrein du 12 août 1926 demandant des renseignements sur l’Association, Lahy écrivait : « Vous devez savoir, cher Monsieur, quelles sont mes sympathies personnelles très actives pour la Russie ; je ne puis que vous conseiller d’adhérer à l’Association, car j’estime qu’il serait bon que votre pays prenne la place qui lui revient légitimement dans les relations scientifiques internationales. »31

  • 32  Cf. O. Henry, « H. Le Chatelier et le taylorisme », Actes de la recherche en sciences sociales, vo (...)
  • 33 A. Ohayon, « Des médecins philosophes aux ingénieurs de l’âme : brève histoire de la professionnali (...)
  • 34  Sur la réception du taylorisme parmi les psychologues français, cf. F. Vatin, « De la naissance de (...)
  • 35  Ce rôle d’arbitre que J.-M. Lahy entendait faire jouer au psychotechnicien apparaît clairement dan (...)

12Si l’étude de la correspondance que Jean-Maurice Lahy a échangée avec les psychologues soviétiques éclaire ses motivations politiques, elle invite également à s’interroger sur la façon dont ses options politiques furent liées à des enjeux propres au monde scientifique français : comment la position de J.-M. Lahy dans le champ de la psychologie française a-t-elle favorisé son engagement philosoviétique ? Confrontée à des demandes sociales et politiques de plus en plus pressantes, la psychologie est, à cette époque, particulièrement marquée par la question problématique des applications sociales de la science : avec l’introduction, en France, du taylorisme dans les années 1910 32, les psychologues doivent se positionner par rapport à « de nouvelles couches sociales qui concurrencent le modèle du savant républicain et humaniste », à savoir les technocrates, les managers, les techniciens et les ingénieurs 33. Résolument critique à l’égard du système de Taylor 34, J.-M. Lahy, influencé par l’hygiénisme social du Dr. Toulouse, chercha à définir et valoriser un programme alternatif, articulant recherches expérimentales physiopsychologiques avec un projet social de pacification des conflits du travail : en déplaçant sur le terrain neutre de la science les conflits sociaux, le psychotechnicien, attentif, selon lui, à « l’équilibre social », devait jouer un rôle d’arbitrage 35.

  • 36  Il semble que la traductrice, Melle Militzina, amie de la famille Lahy, joua un rôle important d’i (...)
  • 37  Cf. « Compte-rendu du Pr. Ermansky de Moscou sur le livre de Lahy », rédigé le 17 mars 1924. Fonds (...)

13Les relations que J.-M. Lahy entretint avec des psychologues soviétiques s’enracinent dans ce projet scientifico-politique visant à concurrencer le modèle tayloriste. C’est, en effet, avec la publication en URSS de son ouvrage Le système de Taylor et la physiologie du travail,dans lequel ilse livre à une critique en règle du taylorisme et présente son programme de recherche en matière de psychologie appliquée, qu’il noue des relations personnelles et étroites avec des scientifiques soviétiques 36. Les archives de J.-M. Lahy contiennent, entre autres, une correspondance amicale avec le professeur Ermansky qui avait préfacé la traduction russe de son livre. Ancien menchevik, O. Ermansky considérait que « l’élaboration du véritable système scientifique [d’organisation du travail] ne serait possible que sur la base d’une analyse scientifique prolétaro-marxiste et sur un sol déblayé de toutes les parties défectueuses du taylorisme »37. J.-M. Lahy pouvait, par conséquent, voir en lui un « allié » pour faire reconnaître en URSS son programme psychotechnique. A l’été 1925, il facilita la venue en France de ce professeur soviétique, et l’accueillit même personnellement chez lui ; tous deux contractèrent alors ce qu’Ermansky appela un « traité d’alliance franco-russe » :

  • 38  Souligné par l’auteur. Fonds Lahy (D. 743).

« Notre alliance franco-russe contractée à Saint-Clair semble s’élargir ou pouvoir être élargie. J’avais des conversations avec le Prof. Atzler, le Docteur Lipmann et d’autres à Berlin. Et j’aperçois déjà quelques éléments d’une petite Internationale en perspective. Certes, cette Internationale “in spe” ne touche pas les sympathies cordiales, même les idées et sympathies sociales [sic], restant resserrée dans les limites du problème de l’organisation scientifique du travail », écrit ainsi Ermanski à J.-M. Lahy en octobre 1925 38.

  • 39  Lettre de J.-M. Lahy de demande de constitution symbolique d’un nouvel atelier, datée du 3 avril 1 (...)

14Le philosoviétisme de J.-M. Lahy était donc étroitement lié à la fonction politique qu’il attribuait au psychotechnicien. Conscient des enjeux politiques du savoir et soucieux de ne pas réduire la psychotechnique à une affaire de savants isolés, il participa à la création de plusieurs collectifs d’intellectuels chargés de définir et d’étudier, comme problème scientifique, les questions d’actualité, et de transmettre ces analyses dans l’espace politique ou par des  œuvres d’éducation populaire. Il fit, par exemple, de l’AIP un instrument de diffusion des analyses psychotechniques dans les milieux politiques, invitant aux conférences des représentants des différents gouvernements. De même, il fut, en 1920, à l’origine de la création, au Grand Orient de France, de la Loge Agni dont le but était « de réunir les travailleurs intellectuels, les techniciens et l’élite intellectuelle des travailleurs manuels pour appliquer à l’étude maçonnique des questions sociales actuelles les méthodes de la Science moderne »39.

15Ainsi, l’importance accordée par Lahy à la réalisation de la VIIe Conférence de psychotechnique en URSS tenait, certes, aux bénéfices politiques et symboliques que pouvait en tirer le régime soviétique dont il était un sympathisant actif ; mais ce Congrès était aussi, pour lui, l’occasion de faire valoir, face au taylorisme, un programme d’applications de recherches expérimentales en psychologie, programme dont la pleine et juste réalisation ne pouvait être assurée, à ses yeux, que par un régime communiste qui aurait placé au premier plan la santé physiopsychologique des travailleurs : c’est donc, d’une certaine façon, un rôle de conseiller du prince que Jean-Maurice Lahy entendait jouer dans le cadre du régime soviétique. Afin de saisir les conditions et les implications d’une telle posture, il convient d’étudier quelle image le régime soviétique a cherché à donner de la Russie nouvelle en accueillant à Moscou la VIIe Conférence de psychotechnique.

Face à l’épistémologie soviétique stalinienne

La VIIe Conférence de psychotechnique, une « mise en scène » de l’idéologie scientifique de l’état soviétique

  • 40  Alain Blum, Martine Mespoulet, L’anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Par (...)
  • 41 A. Blum, M. Mespoulet, op. cit., p. 347.
  • 42  Sur la Révolution culturelle, cf. N. Krementsov, Stalinist science, Princeton, Princeton Universit (...)

16Moment symbolique, l’accueil en URSS de la VIIe Conférence de psychotechnique semble témoigner du retour de la psychologie russe sur la scène scientifique internationale. Ce Congrès s’inscrit pourtant dans le contexte de la Révolution culturelle dont les répercussions furent particulièrement violentes en psychologie appliquée : comme science du comportement humain, dont, de surcroît, l’objet porte sur les travailleurs dans le processus de production (orientation et sélection professionnelles), la psychotechnique constituait un domaine de recherches dont le gouvernement soviétique avait, certes, besoin, mais qui, en même temps, pouvait concurrencer les images diffusées par ses instances, et remettre en cause la justesse de sa politique. L’histoire de la psychotechnique soviétique pourrait ainsi être comparée à celle de la statistique, étudiée par A. Blum et M. Mespoulet 40. Le projet des psychotechniciens soviétiques consistait, comme pour les statisticiens, à élaborer des outils de connaissance au service de la gestion rationnelle du social ; or, ce projet entrait en contradiction avec celui des dirigeants soviétiques pour lesquels le « rôle [de la science] n’est pas d’éclairer le projet politique, mais de permettre sa réussite » : à leurs yeux, « [la science] doit donc être au service de la construction [de la réalité socialiste], la fonder et la légitimer. Quand ce n’est pas le cas, elle est qualifiée de“bourgeoise” et renvoyée dans le champ de l’idéologie. Elle est alors elle-même à reconstruire »41. Le premier Plan quinquennal (1928-1931) fut de fait marqué par la volonté politique de créer et de promouvoir, au sein du Mouvement d’Organisation Scientifique du Travail, une nouvelle intelligentsia, combinant expertise technique et soutien politique à l’ordre soviétique 42.

  • 43  Sophie Coeuré, La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union Soviétique (1917-1939), Paris, Seu (...)
  • 44  C’est d’ailleurs sur l’initiative soviétique que ce congrès fut organisé à Moscou. Cf. Procès-verb (...)
  • 45  Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi (1956), Paris, éd (...)
  • 46  Cf. Compte rendu du Congrès dans L’Année psychologique, 31e année, 1931.
  • 47  Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de (...)
  • 48  Sur A. Gastev, cf. S. Smith, Radical Science Journal, n° 13, 1983, p. 3‑27.
  • 49  On retrouve cette présentation dans la plupart des comptes rendus faits du Congrès dans la presse (...)

17Malgré les vives attaques dont la psychologie appliquée était alors l’objet en URSS, l’organisation de ce congrès fut perçue comme un enjeu politique par le pouvoir soviétique : par l’entremise de l’Intourist, société créée en 1929 et chargée de préparer les voyages de groupe 43, il prépara avec soin le séjour des congressistes 44. Sans doute s’agissait-il de montrer aux milieux scientifiques occidentaux que la révolution, loin de réduire l’activité scientifique, avait provoqué, dans ce domaine, un essor sans précédent et dans des voies radicalement nouvelles. La VIIe Conférence de psychotechnique constitue donc un exemple éloquent de la façon dont le congrès scientifique fut, à partir du début des années 1930, intégré au dispositif de la propagande stalinienne. En étudiant, dans une approche interactionniste, cette rencontre scientifique comme une « représentation » donnée par l’URSS, on s’intéressera ici à ce qu’Erving Goffman appelle la « façade », c’est-à-dire aux éléments utilisés par les instances soviétiques pour « établir et fixer la définition de la situation qui est proposée aux observateurs »45. Un premier élément de cet « appareillage symbolique » est fourni par le lieu où se déroulaient les séances du congrès, l’amphithéâtre d’un « magnifique club ouvrier »46, image d’une science accessible à tous et utile à la société. De même, les caractéristiques sociales affichées des acteurs constituent, comme l’a souligné Luc Boltanski, « un des indicateurs les plus puissants »47 de l’image que l’institution soviétique cherchait alors à donner d’elle-même. Par exemple, lors de la visite de l’Institut central du travail, dont les méthodes tayloristes, après avoir bénéficié, dans les années 1920, de la reconnaissance officielle, étaient alors vertement critiquées, son directeur, A. Gastev 48, fut présenté comme « un ancien ouvrier technicien ayant travaillé en France dans les usines automobiles 49: cette façon d’exhiber l’origine prolétarienne d’A. Gastev, et par là d’omettre les autres caractéristiques sociales de sa position (sa trajectoire politique, en particulier), signifie à quel titre il est légitimé, dans le discours soviétique, à occuper une telle position institutionnelle. Figure stéréotypée d’une « intelligentsia prolétarienne », le cas d’A. Gastev exprime les normes soviétiques idéales du recrutement des scientifiques, et prend ainsi une signification sociale forte.

  • 50  Robert Linhart, Lénine, les paysans et Taylor,Paris, Seuil, 1976, chap. 3 notamment.
  • 51  Lénine déclarait en octobre 1920 : « La culture prolétarienne ne surgit pas on ne sait d’où, elle (...)
  • 52 R. Linhart, op. cit., p. 135-136.

18Le dépliant présentant le programme de la conférence fait également partie de la panoplie de techniques mises en œuvre par le régime soviétique pour produire sur les congressistes occidentaux des effets d’imposition, garantissant la « bonne lecture » de ce qu’est la « science soviétique » : chaque page du dépliant est illustrée par une photographie (ou un montage photographique) d’un travailleur in situ, représentant une science au service de l’émancipation des travailleurs et la fusion du travail manuel et intellectuel. Une photo, notamment, montre, devant une usine, un ouvrier ayant conservé ses habits de moujik et tenant à la main une ampoule ; la légende reprend la phrase de Lénine, « le communisme – c’est le pouvoir des Soviets, plus l’électrification ». R. Linhart 50 a montré comment cette célèbre citation condensait l’objectif d’une diffusion massive des connaissances scientifiques et techniques, objectif que Lénine avait posé comme condition nécessaire à la « subversion » soviétique du taylorisme : critique à l’égard des théories du Proletkult qui opposait radicalement la science prolétarienne à la science bourgeoise 51, Lénine concevait l’électrification comme « un centre d’attraction à partir duquel se [diffuserait] dans les larges masses un savoir technique moderne », comme « le pôle de la révolution technique dans le peuple 52 qui devait rendre possible et légitime, en régime communiste, l’appropriation du taylorisme, et, de manière générale, l’utilisation de tout savoir scientifique et technique élaboré en pays capitaliste.

Le Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique : la politisation de la science dans le discours soviétique

  • 53  Les actes de la VIIe Conférence de psychotechnique n’ont, en effet, pas été publiés à l’époque. En (...)
  • 54  Ces propos d’I. N. Spielrein, qui fut, en URSS, un des promoteurs de la pédologie, discipline cons (...)
  • 55  Cf. M. Mespoulet, « La renaissance de la sociologie en URSS (1958-1972). Une voie étroite entre ma (...)

19Ces informations communiquées, de façon implicite, par le « décor » et la « façade personnelle » des « acteurs » sont, en outre, croisées par un discours visant à définir ce que doit être la juste relation à la « science soviétique » : lors du Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, organisé à ce Congrès de Moscou, les Soviétiques insistèrent à maintes reprises sur la différence existant entre la « psychotechnique communiste » et la « psychotechnique capitaliste », et affirmèrent l’existence de deux vérités, l’une capitaliste et l’autre communiste. Bien qu’on ne dispose pas des textes des interventions soviétiques prononcées lors de ce symposium, on peut en reconstituer, de façon approximative, la teneur, à partir des comptes rendus qui furent faits dans la presse 53. I. N. Spielrein 54, notamment, déclara que seul le régime communiste permettait de développer de façon satisfaisante la psychotechnique, et de manière générale toute science : puisque le travail dépend du milieu social, ajoutait-il, la psychologie du travail doit être intégrée à la « science de la société » (obchtchestvovedenie), cette science nouvelle qui, suite à la condamnation, à la fin des années 1920, de la sociologie jugée bourgeoise, devait unifier l’ensemble des sciences sociales sous la houlette du marxisme, mettant ainsi un terme au processus d’autonomisation des disciplines engagé depuis la fin du xixe siècle 55.

  • 56  Cf. Présentation de Dominique Lecourt, in A. Bogdanov, La science, l’art et la classe ouvrière, Pa (...)
  • 57 N. Krementsov, Princeton University Press, 1997, p. 43-45.
  • 58  Cf. A. Bogdanov, Paris, Maspero, 1977.
  • 59 J. Lagroye, « Les processus de politisation », in J. Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, (...)
  • 60 J. Lagroye, op. cit., p. 367.

20Devant des scientifiques occidentaux était donc formulée et explicitée, lors de ce Congrès de psychotechnique, l’opposition entre vérité capitaliste et vérité communiste, opposition qui sera appelée à connaître, après la Seconde Guerre mondiale, un développement spectaculaire, en biologie, avec ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Lyssenko » (1948-1949). D. Lecourt a bien mis au jour la filiation idéologique entre ladite théorie des deux sciences et les théories développées, au début du xxe siècle, par le Proletkult, en particulier par A. Bogdanov 56. Ajoutons que s’ils reprennent les thèmes bogdanoviens sur la science, les discours des psychologues soviétiques au Congrès de Moscou s’inscrivent toutefois dans une configuration nouvelle des rapports entre intellectuels occidentaux et communisme soviétique. Comme l’a souligné N. Krementsov 57, la stalinisation de la science, à partir de 1929, fut marquée par la volonté politique de faire des congrès scientifiques un vecteur de propagande, mais aussi de limiter les contacts internationaux, jugés suspects, des scientifiques soviétiques, en les encadrant politiquement dans des organisations ad hoc. Cette restructuration politique des liens scientifiques hérités du régime tsariste s’accompagna, dans le discours soviétique, d’une mise en question du prétendu caractère universel et coopératif de l’activité scientifique. En réactivant, dans une version léniniste, l’opposition bogdanovienne 58entre science bourgeoise et science prolétarienne, les Soviétiques, en effet, mettaient en cause les frontières historiquement instituées entre deux ordres d’activités sociales spécialisées, à savoir le champ politique et le champ scientifique. Le discours soviétique était ainsi porteur d’une politisation de la science, la politisation étant entendue ici, avec Jacques Lagroye, comme un processus de « requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d’un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d’activités »59. Si cette politisation de la science répondait à une visée politique interne à l’URSS, elle participait également du dispositif de propagande soviétique destinée aux intellectuels occidentaux : comme tout processus de politisation, ce discours visait à « accréditer la croyance en la nécessité de l’action politique et en la légitimité supérieure de cet ordre d’activités »60, et, par là, à favoriser le développement d’une conscience politique chez les scientifiques.

Conditions et effets de la réception du discours soviétique sur la science dans le champ de la psychologie scientifique française

  • 61 B. Pudal, op. cit., 2004, p. 187.
  • 62 A. Ohayon, op. cit., 2006, p. 18.
  • 63 S. Coeuré, op. cit., 1999, p. 167-170.

21La diffusion, au début des années 1930, de ce discours soviétique spécifiquement orienté vers les scientifiques occidentaux contribua à modifier en profondeur la configuration des rapports entre le PCF et les milieux scientifiques. Dans les années 1920, la propagande soviétique, comme celle d’ailleurs du PCF, ne s’intéressait guère aux intellectuels « soupçonnés, comme le note Bernard Pudal, de contaminer la pureté de l’outil-parti par leur idéologie petite-bourgeoise 61. Aussi, le PCF cherchait-il parfois l’adhésion politique d’intellectuels, sans pour autant que cette adhésion implique la mise en rapport de leur travail avec la politique et le marxisme. Au début des années 1930, le philocommunisme des intellectuels français tend progressivement à inclure la « découverte » du marxisme. La réception du discours soviétique sur la science et le marxisme divise ainsi les milieux scientifiques républicains. Cette ligne de fracture est particulièrement visible dans l’univers de la psychologie scientifique française qui s’était construite au tournant du xxe siècle autour d’« un groupe social homogène, typique de l’univers intellectuel de la IIIe République »62. Les « indispensables récits de voyage »63 que rédigent, suite à leur participation au Congrès de Moscou, les psychologues français entraînent, en effet, une clarification, voire une radicalisation, des positions sur la scène politique, ne serait-ce que par le choix des revues et des lieux de conférences où les voyageurs acceptent de livrer leur témoignage : Jean-Maurice Lahy et Henri Wallon développèrent alors un philosoviétisme actif, s’engageant dans des organisations, telles que le Cercle de la Russie neuve, qui travaillaient en lien avec des structures soviétiques, alors qu’Henri Piéron se tint à distance de ces organisations et critiqua publiquement l’ingérence du politique et de l’idéologie marxiste dans les recherches scientifiques menées en URSS.

  • 64  Les archives de J.-M. Lahy contiennent la retranscription de son intervention dans ce débat, ainsi (...)

22L’étude de la controverse 64qui eut lieu entre Lahy et Piéron lors du Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, suite aux déclarations soviétiques sur les deux vérités, offre un terrain privilégié pour dégager certaines logiques socio-intellectuelles sous-jacentes à ces repositionnements politiques. Elle permet de définir les positions respectives, aux débuts des années 1930, de deux psychologues français, connus, depuis l’affaire Dreyfus, pour leurs sympathies à gauche, sur la question des rapports entre psychologie et marxisme : comment les questions soulevées par la « psychologie soviétique » étaient-elles interprétées et débattues au sein de la communauté des psychologues scientifiques français ?

La réception controversée du discours soviétique : le débat entre J.‑M. Lahy et H. Piéron lors du Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique

  • 65 H. Piéron, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 3. Fonds (...)

23Cette controverse, opposant J.-M. Lahy et H. Piéron, prit la forme d’un débat sur la neutralité de la science, avec en arrière-fond la question des rapports entre psychologie, philosophie et sociologie. Pour Henri Piéron, la science peut et doit, par définition, rester indépendante des conditions sociales, et se dégager de toute influence philosophique et métaphysique. S’il reconnaît que la structure sociale exerce une influence sur les applications humaines des découvertes scientifiques, l’homme de science a, selon lui, le devoir de s’affranchir de toute emprise philosophique, politique, sociale ou économique, et de se soumettre « aux dures et belles exigences de cette méthode expérimentale à laquelle restera attaché le nom glorieux de Claude Bernard »65.

  • 66 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 3. Fond (...)
  • 67 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 2. Fond (...)
  • 68 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 2,4. Fo (...)

24La position défendue par Piéron est dénoncée par Jean-Maurice Lahy comme empreinte de positivisme : elle conduirait à une « neutralité factice », parce que, selon ses termes, « on ne peut nier que la conception générale que le savant a du monde n’influe sur les méthodes qu’il utilise dans la recherche »66. Tout en se réclamant, à l’instar de Piéron, de la méthode expérimentale de Claude Bernard dans son travail de laboratoire, Lahy souligne qu’elle conduit à isoler, de façon conventionnelle, des faits qui, pris ensemble, constituent la réalité. La science, à ses yeux, ne saurait donc se limiter à l’accumulation de données expérimentales : elle doit, en outre, chercher à établir une « synthèse » de ces données. Pour rétablir « l’ordre » provisoirement détruit pour les besoins de l’analyse, l’homme de science doit donc être un théoricien de la connaissance, cherchant « à expliquer des faits que l’expérience immédiate ne permet pas d’atteindre» 67. Or le marxisme constitue, selon lui, la seule méthode capable de pallier la division du travail scientifique qui, si elle est nécessaire au progrès de chaque science, n’en constitue pas moins une limite à la connaissance globale de la réalité : « le matérialisme dialectique a mis en évidence le dynamisme des faits et nous a donné une explication relativiste des phénomènes, nous débarrassant à jamais de l’idée qu’il existe des choses stables, fixées à jamais et absolues. En outre, en introduisant la méthode historique dans l’étude des sciences, il a permis de ramener à des lois générales les faits étudiés en particulier par chaque discipline et d’établir ainsi un système cohérent et scientifique du monde », affirme-t-il 68.

  • 69  Sur ce point, cf. B. Karsenti, « Durkheim. Science et philosophie dans le division du travail », d (...)
  • 70  Cité par F. Parot, « La vie et l’œuvre d’H. Piéron », Questions d’orientation, n° 3, septembre 200 (...)
  • 71  Nous nous appuyons ici sur les analyses développées par Christophe Charle, op. cit., 1994, p. 301- (...)
  • 72  Dans son autobiographie, il écrit : « Je n’ai jamais pu m’inféoder à aucun parti ». H. Piéron, dan (...)
  • 73  En 1920, par exemple, H. Piéron contribua à la création de l’Institut national pour l’orientation (...)

25En critiquant la définition, proposée par Lahy, du savant comme expérimentateur et théoricien, Henri Piéron rejoint la conception d’une science positive ramenée dans les limites de l’expérience, et condamne toute théorie de la connaissance qui prétendrait unifier de façon absolue la connaissance scientifique des phénomènes. Par là, il dénonçait le risque d’ingérence du sociologue au sein de la psychologie, risque qu’il voyait pointer dans le discours soviétique. Sa critique des positions soviétiques sur la science et le marxisme est ainsi étroitement liée à son rejet de la visée impérialiste et unificatrice de la sociologie, présentée alors en France par les durkheimiens comme un savoir de synthèse 69. En 1923, par exemple, il s’était opposé, sur le concept de « fait social total », au président de la Société de psychologie, Marcel Mauss, en déclarant : « C’est dans la mesure où l’on renonce à l’étude de l’homme total, et où l’on s’adresse à des fonctions aussi isolées que possible, que l’on peut établir les lois et faire avancer la science positive »70. Résolument opposé à une psychologie philosophique intégrée aux sciences humaines, Henri Piéron s’attachait à développer une psychologie scientifique ancrée dans les sciences biologiques. Son combat pour l’autonomie de la psychologie vis-à-vis de la philosophie et de la sociologie le rendait donc peu réceptif à la conception sociologisante de la « psychologie marxiste » défendue par les Soviétiques. En outre, l’insistance de Piéron, lors de ce Symposium, sur la neutralité possible et nécessaire de la science atteste son souci de conserver, sur la scène scientifique, une position indépendante, lui permettant de ne pas compromettre, auprès de ses collègues, l’autorité scientifique dont il avait besoin pour asseoir la scientificité du programme psychologique qu’il défendait 71. De fait, Henri Piéron a toujours refusé de s’affilier à un parti politique 72, et s’est investi dans des organisations à la frontière du champ politique, telles que l’Union rationaliste ou le Cercle Fénelon, organisations au sein desquelles il pouvait jouer de son capital symbolique de « savant » et se présenter comme spécialiste des questions psychologiques. Pour cet ancien dreyfusard, soucieux de fonder la politique républicaine sur des bases scientifiques tout en défendant l’autonomie de la psychologie, la fonction d’expertise dans des secteurs sociaux nouveaux de l’intervention étatique constituait un mode d’investissement politique cohérent avec son profil socio-intellectuel, et donc une réponse appropriée au maintien du lien entre sphère scientifique et sphère politique 73.

Le scientifique marxiste, un avatar de l’intellectuel durkheimien ?

26Puisque, dans le cas d’Henri Piéron, la condamnation du discours soviétique sur la science et la psychologie est, en partie, liée à son rejet de « l’impérialisme sociologique », on peut se demander comment la formation sociologique de Lahy a influé sur son positionnement en faveur du programme scientifique soviétique.

  • 74  Dans une lettre à Raoul Husson, J.-M. Lahy écrivait, en 1930, à propos de F. Simiand : « il a été (...)
  • 75 J. Heilbron, « Les métamorphoses du durkheimisme (1920-1940) », Revue française de sociologie, vol. (...)
  • 76  Les fascicules de cours comprennent : La Morale – La Libre recherche et les préjugés philosophique (...)
  • 77  « Notre premier devoir actuellement est de nous faire une morale », écrivait-il, en 1893, pour con (...)
  • 78  Citations extraites de son cours de sociologie, La vérité scientifique et la morale sociale, Borde (...)
  • 79  Dans un rapport sur les Conférences du Dimanche organisées par le Grand Orient de France, J.‑M. La (...)

27Profondément marqué par la pensée de Durkheim 74, Jean-Maurice Lahy développa un double usage de la sociologie, différent selon l’espace social dans lequel il s’inscrivait et selon la position qu’il y occupait. Dans l’univers de la psychologie scientifique française, d’une part, il tenta, conformément à la logique mise en avant par Johan Heilbron, « d’utiliser des travaux sociologiques pour renouveler et renforcer [sa] position »75. Au sein de la Franc-maçonnerie, d’autre part, il dispensa au Grand Orient, de 1909 à 1914, des cours de sociologie centrés sur les questions morales76. Réduite à une pédagogie des faits sociaux, la sociologie était ici pensée comme une contribution à la définition et à la diffusion de la nouvelle morale laïque dont E. Durkheim avait souligné l’importance77. Dans ses enseignements, J.-M. Lahy s’attachait à « montrer que la science et la morale s’ajustent et qu’un idéal d’action fondé sur la science peut avoir une valeur pratique » : face au fléchissement de la morale religieuse, il faut, selon lui, construire « une nouvelle morale à laquelle président les notions scientifiques, mais de façon fortuite pour l’instant, car elles ne sont pas encore organisées en système entièrement explicatif78 ». L’importance accordée par Lahy à la synthèse scientifique est donc indissociable de la visée politique et sociale qu’il attribuait, conformément au projet durkheimien, à l’éducation morale fondée sur le respect de la science et de la raison : la construction d’un système scientifique cohérent organisant l’ensemble des données expérimentales était, à ses yeux, une condition essentielle à l’élaboration et à la diffusion populaire de la nouvelle morale républicaine et laïque. Il fut d’ailleurs extrêmement critique à l’égard du mouvement des Universités populaires dont l’échec s’expliquait, selon lui, par l’incapacité des savants à élaborer une synthèse scientifique79.

  • 80  J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 4. Fon (...)
  • 81  Cf. Notices de Marcel Cohen (par J. Maitron et N. Racine) et de René Maublanc (par N. Racine),dans (...)
  • 82  J. Heilbron, RFS, vol. 26, n° 2, p. 208.
  • 83  J. Heilbron, RFS, vol. 26, n° 2.
  • 84  R. Collins, « Les traditions sociologiques », Enquête, n° 2, 1995, p. 11‑38.

28Or, ce souci de la synthèse apparaît, dans le discours de Jean-Maurice Lahy lors du Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, comme l’horizon théorique à partir duquel s’opère l’appropriation des catégories et schèmes de pensée marxistes soviétiques. C’est, en effet, dans sa capacité à ordonner et à relier entre eux les faits expérimentaux qu’il reconnaît la valeur et la validité du marxisme, méthode avec laquelle la psychotechnique doit « se solidariser pour parvenir à entrer dans le système général des sciences »80. Le souci de l’unification scientifique aurait ainsi constitué une disposition intellectuelle permettant, dans certaines conditions, la réception du discours marxiste soviétique parmi les intellectuels français ; et on peut penser que la socialisation de Lahy dans le réseau durkheimien des années 1900-1910 a largement favorisé l’acquisition d’une telle disposition. De ce point de vue, sa trajectoire doit être rapprochée de celles d’autres intellectuels, non sociologues de profession mais insérés dans le milieu durkheimien du début du xxe siècle, et venus au communisme dans l’entre-deux-guerres. Citons pour exemple le linguiste Marcel Cohen et le philosophe René Maublanc81. Ces intellectuels ont trouvé dans le marxisme une conception synthétique et dynamique des sciences, capable de jouer le rôle architectonique que la sociologie avait prétendu exercer. Deux raisons peuvent être évoquées pour expliquer leur prise de distance d’avec l’héritage durkheimien, et, par là, leur appropriation du marxisme soviétique : 1. l’inscription disciplinaire principale de ces intellectuels dans des domaines de recherches autres que la sociologie, puisque, comme le souligne Johan Heilbron, « au sein des disciplines [où s’opéraient le transfert des notions et des schèmes de pensée sociologiques], la sociologie était soumise à des réinterprétations sélectives dans lesquelles le refus de l’ “impérialisme sociologique” fournissait la justification pour revendiquer d’une manière nouvelle leur domination contestée82 »; 2.la transformation de l’image du durkheimisme qui n’était plus considéré, dans l’entre-deux-guerres, comme une théorie progressiste, mais comme une théorie dogmatique, voire réactionnaire, liée à l’establishment républicain83 : l’évolution du statut politique de la sociologie durkheimienne, devenue « l’anathème de la gauche84 », a donc ouvert un espace politico-intellectuel, favorisant ainsi la réception de la doctrine marxiste.

Conclusion

  • 85  Cf. J.-L. Crémieux-Brilhac, J.-F. Picard (ss. dir.), Henri Laugier en son siècle, Cahiers pour l’h (...)
  • 86  En novembre 1932, Henri Wallon livrait ses impressions sur son séjour en URSS lors de la VIIe Conf (...)
  • 87  87. C’est finalement Marie Lahy-Hollebecque, la seconde épouse de Jean-Maurice Lahy, qui assumera (...)

29événement au cours duquel les enjeux politiques du savoir se cristallisent et se donnent à voir, le congrès pourrait constituer un terrain privilégié pour une histoire sociale des modes de politisation de l’espace scientifique. En s’efforçant de saisir comment et par qui l’organisation, le déroulement et les débats de la VIIe Conférence de psychotechnique étaient investis politiquement, l’analyse socio-historique de ce congrès a permis de dégager, dans le monde de la psychologie scientifique française des années 1930, deux types possibles de positionnement sur la question des rapports entre science et politique : d’un côté, la figure du savant-expert au service de la République, incarnée par Henri Piéron ou encore Henri Laugier85 ; de l’autre, la figure du scientifique-théoricien marxiste dont J.‑M. Lahy constitue un cas exemplaire. Quelques mois après cette Conférence, en janvier 1932, sera créée une Commission scientifique, au sein du Cercle de la Russie neuve, organisation philosoviétique qui, depuis 1927, se consacre à la défense de l’URSS dans les milieux intellectuels. Parmi les membres actifs de cette Commission, on compte J.-M. Lahy, qui joua un rôle moteur, tout en se gardant d’y occuper une position officielle et visible, ainsi qu’H. Wallon. Bien que réservé jusqu’alors sur la question des rapports entre psychologie et marxisme86, ce dernier s’engagea activement au sein de cette commission scientifique et en fut le président dès sa création en 1932. Henri Piéron, en revanche, refusera de s’investir au sein du Cercle de la Russie neuve : il déclinera, comme d’ailleurs son ami Henri Laugier, la proposition qui lui fut faite, en 1932, de prendre la responsabilité de la Commission pédagogie87.

  • 88  En réponse à un article (L’Université syndicaliste, mai 1932) de René Maublanc, qui soulignait que (...)

30Si le clivage au sein de la génération de psychologues républicains venus en politique au moment de l’affaire Dreyfus est notable, il ne doit cependant pas masquer les divisions qui travaillaient, dans l’entre-deux-guerres, les milieux intellectuels communistes ou communisants. Appréhendée à partir de son rôle dans l’organisation de cette conférence, la trajectoire de J.-M. Lahy est, de ce point de vue, particulièrement intéressante : elle illustre un mode de ralliement au communisme et au marxisme d’intellectuels familiarisés à l’univers social et cognitif de la sociologie durkheimienne du début du xxe siècle. Le rapport que ces intellectuels ont entretenu avec la politique communiste et sa doctrine marxiste fut, de ce fait, fortement contraint et façonné par les cadres de pensée durkheimiens. Ce mode d’adhésion au marxisme, rendu possible par les transformations du durkheimisme dans la conjoncture de l’entre-deux-guerres, resta néanmoins, au sein de l’institution communiste, toujours suspecté de positivisme, et fut parfois violemment attaqué par des intellectuels, tels Paul Nizan et Henri Lefebvre, venus au marxisme à travers un rejet radical du durkheimisme et du positivisme88. étudier les logiques socio-intellectuelles sous-jacentes au processus d’identification à la doctrine marxiste communiste, c’est ainsi se donner les moyens de comprendre comment les clivages propres à l’espace scientifique structuraient l’entreprise intellectuelle du PCF.

Haut de page

Notes

1  Sur ce point, cf. l’intervention de Bernard Pudal à la Journée d’étude « écoles, formation et itinéraires militants dans le monde communiste, II » organisée par J. Gotovitch, Cl. Pennetier, B. Pudal, S. Boulouque, Centre d’histoire sociale Paris I, 5 mai 2007.

2 F. Matonti, « La colombe et les mouches. Frédéric Joliot-Curie et le pacifisme des savants », Politix, n° 58, 2002, p. 109-140.

3  L’expression est de Christophe Prochasson, dans Les intellectuels et le socialisme, Paris, Plon, 1997, p. 20.

4  Cf. l’article programmatique de B. Pudal, « Pour une histoire de l’“intellectuel collectif” communiste avec et contre les enseignants (1920-2000) », in Jacques Girault (dir.), Les enseignants dans la société française au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 181-212.

5  Notes manuscrites (8 pages) de la déposition de Paul Langevin, Archives P. Langevin, école de physique et de chimie industrielle (EPCI), Carton 28-32.

6  Par exemple : Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, notamment chapitre 7 ; Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999 ; Johan Heilbron, Rémi Lenoir, Gisèle Sapiro (dir.), Pour une histoire des sciences sociales, Paris, Fayard, 2004. Voir également, le n° 64 de Sociétés contemporaines, 2006, « Savants, sciences et savoirs en société ».

7  Ce travail s’appuie d’ailleurs sur des documents retrouvés dans les archives de J.-M. Lahy. Prises au Laboratoire de psychologie de Sainte-Anne par les autorités allemandes pendant l’Occupation, puis récupérées par l’Armée rouge, ce n’est qu’en 2001 qu’elles furent restituées à la famille qui en fit don au Musée historique de Sainte-Anne. Ces archives, classées et inventoriées à Moscou en 1953, comprennent une soixantaine de cartons. Cf. M. Turbiaux, « Restitution des archives du laboratoire de psychologie expérimentale », Bulletin de l’Association des Amis du Musée et du Centre historique Sainte-Anne, avril 2001.

8  Médecin et psychologue, édouard Claparède est, avec Pierre Bovet, le fondateur de l’Institut Jean-Jacques Rousseau (1912) de Genève, institut chargé de développer et d’améliorer la formation des enseignants. Cf. J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, Histoire de la psychologie en France, Paris, La Découverte, 2006, p. 149‑150.

9 A. Rasmussen, « Jalons pour l’histoire des congrès internationaux au xixe siècle : régulation scientifique et propagande intellectuelle », Relations internationales, n° 62, été 1990, p. 115-133, p. 117.

10  Cf. Ch. Charle, op. cit., p. 375-394.

11  Plusieurs travaux récents se sont intéressés à la trajectoire de J.-M. Lahy. Cf., notamment, les travaux de M. Turbiaux : « J.-M. Lahy (1872-1943), essai de bio-bibliographie », Bulletin de psychologie, t. 37, n° 362, 1982-1983 ; « J.-M. Lahy (1872-1943) et l’orientation professionnelle », Bulletin de psychologie, t. 59 (2), n° 482, mars-avril 2006. Voir également la thèse de Th. Le Bianic, Les « ingénieurs des âmes ». Savoirs académiques, professionnalisation et pratiques des psychologues du travail de l’entre-deux-guerres à nos jours, Thèse Université Aix-Marseille II, 2005.

12  Inventé en 1903 par le psychologue allemand W. Stern, ce terme désignera par la suite les nouvelles recherches expérimentales entreprises dans le domaine de l’apprentissage à l’école et en situation professionnelle. Il deviendra synonyme de psychologie appliquée.

13  Erving Goffman, « La conférence » (1981), Façons de parler, Paris, éditions de Minuit, 1987, p. 167-204, p. 177.

14  Cité par M. Turbiaux, Bulletin de psychologie, t. 59 (2), n° 482, mars‑avril 2006, p. 217.

15  Sur le Dr Toulouse, cf. M. Huteau, Psychologie, psychiatrie et société sous la troisème République. La biocratie d’Edouard Toulouse (1865-1947), Paris, L’Harmattan, 2002.

16 N. Vaschide et H. Piéron quittèrent, en effet, le laboratoire d’A. Binet pour rejoindre celui d’E. Toulouse à Villejuif. Les deux laboratoires fusionnèrent en 1911, après la mort de Binet. Sur les relations entre A. Binet et E. Toulouse, cf. M. Huteau, « Le débat Binet-Toulouse et les débuts de la psychologie différentielle en France », dans A. Flieller, Ch. Bocéréan, J.-L. Kop, E. Thiébaut, A.-M. Toniolo, J. Tournois (dir.), Questions de psychologie différentielle, Rennes, PUR, 2001, p. 23‑42.

17 A. Ohayon, op. cit., p. 26.

18  Cf. J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, op. cit., chap. 6.

19  Il fut, à partir de 1901, l’élève de Marcel Mauss avant de soutenir en 1907 son mémoire sur les sociétés secrètes de Mélanésie, puis, jusqu’en 1914, il suivra les conférences de Henri Hubert. Cf. M. Turbiaux, Bulletin de psychologie, t. 59 (2), n° 482, mars-avril 2006, p. 218. Voir également, Marcel Fournier, Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994, p. 299.

20  Ce mode de résolution des conflits de rôles par hybridation disciplinaire a été analysé par J. Ben-David : « Les facteurs sociaux dans la genèse d’une nouvelle science. Le cas de la psychologie », dans éléments d’une sociologie historique des sciences, Paris, PUF, 1997, p. 65-92. Pour une présentation détaillée des méthodes de travail de J.-M. Lahy, cf. Th Le Bianic, op. cit., p. 134-148.

21  Nous reprenons ici la typologie des rôles sociaux du scientifique élaborée par R. Merton et H. Zuckerman : « Age, Aging and age structure in science », in M. Riley, M. Johnson, A. Foner (dir.), A sociology of age stratification (Aging and Society, Volume 3), New York, Russel Sage foundation, 1972. Pour une présentation synthétique de ces rôles, cf. D. Winck, Sciences et société, Paris, A. Colin, 2007, p. 67 : la fonction d’administrateur consiste en « des activités de gestion et d’animation scientifique, de recherche de partenariat et de ressources, ainsi que d’organisation du travail ».

22  Les archives de J.-M. Lahy, conservées au Musée historique de Sainte-Anne, contiennent une partie de cette correspondance.

23  Fonds Lahy (D. 740).

24  Fonds Lahy (D. 740).

25  Henri Piéron, par exemple, exigea que de « sérieuses garanties » soient données aux congressistes avant d’accepter la proposition soviétique d’organiser ce congrès. Cf. compte rendu de la séance du Comité directeur de l’AIP du 23 avril 1930. Fonds Lahy (D. 587).

26  Cf. Lettre de J.-M. Lahy à I. N. Spielrein, 22 décembre 1930. Fonds Lahy (D. 740).

27  Sur G. Politzer, cf. par exemple, A. Ohayon, op. cit., 2006, p. 124-134.

28  En 1929, cette école avait organisé, en Sorbonne, le 1er Congrès international de psychologie appliquée. Ce Congrès fut récusé par tous les représentants de la psychologie scientifique française, notamment J.-M. Lahy, H. Piéron et H. Wallon. Cf. A. Ohayon, op. cit., 2006, p. 148-160.

29 E. Goffman, op. cit., p. 175-176. La VIIe Conférence de psychotechnique était patronnée par un « comité d’assistance », présidé par le Secrétaire du Comité Exécutif Central de l’URSS (A.-S. Enoukidze) et comprenant un certain nombre de personnalités politiques soviétiques éminentes : le secrétaire du Conseil des Commissaires du Peuple de l’URSS (P.-M. Kergentzeff), le président du Comité des établissements de Science et d’Instruction du Comité Exécutif Central de l’URSS (A.-V. Lunatcharsky), le Chef du Département des Sciences du Commissariat du Peuple pour l’instruction Publique de la RSFSR (I.-K. Luppol), le Commissaire du Peuple du Travail de l’URSS (A.-M. Tsykhone), et le Commissaire du Peuple de la Santé Publique de la RSFSR (M.-F. Vladimirsky).

30  La XXIIe condition de l’Internationale communiste (novembre-décembre 1922) interdisait la double appartenance au PC et à la Franc-maçonnerie. Rappelons que, sous le Second Empire, la Franc-maçonnerie connaît une évolution vers la gauche, évolution qui tient, en partie, à « l’infiltration » des loges par les républicains et les révolutionnaires : ces derniers trouvèrent alors dans la Franc-maçonnerie une institution solide et capable de servir de couverture à leurs activités politiques. En 1871, bien que le Grand Orient ne soit pas intervenu officiellement, une cinquantaine de loges se déclarèrent en faveur des idéaux communards, et un quart des élus de Commune étaient francs-maçons. Nombre de frères s’inscrivaient donc au début du xxe siècle dans la mouvance socialiste et révolutionnaire. Cf. A. Combes, Histoire de la Franc-maçonnerie au xixe siècle, 2 t., Monaco, éditions du Rocher, 1998-1999 ; A. Combes, Histoire de la Franc-maçonnerie sous l’Occupation, Monaco, éditions du Rocher, 2001.

31  Lettre de J.-M. Lahy à I. N. Spielrein, 30 octobre 1926. Fonds Lahy (D. 743).

32  Cf. O. Henry, « H. Le Chatelier et le taylorisme », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 133, n° 1, 2000, p. 79-88 ; Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114, n° 1, 1996, p. 30-43 ; R. Boyer, « L’introduction du taylorisme en France à la lumière de recherches récentes. Quels apports et quels enseignements pour le temps présent », Travail et Emploi, n° 18, 1983, p.  17-41.

33 A. Ohayon, « Des médecins philosophes aux ingénieurs de l’âme : brève histoire de la professionnalisation de la psychologie », in Patrick Conrath (dir.), Développements : construction du sujet et identité sociale, Paris, éditions Hommes et perspectives, 1998, p. 165-166.

34  Sur la réception du taylorisme parmi les psychologues français, cf. F. Vatin, « De la naissance de la psychologie appliquée au débat sur le taylorisme, autopsie d’un échec : le cas français (1890-1920) », in Yves Clot (dir.), Les histoires de la psychologie du travail. Approche pluri-disciplinaire, Toulouse, éditions Octares, 1996, p. 47-68.

35  Ce rôle d’arbitre que J.-M. Lahy entendait faire jouer au psychotechnicien apparaît clairement dans l’étude qu’il réalise sur les typographes et les relations entre hommes et femmes dans cette profession. Cf. G. Ribeill, « Les débuts de l’ergonomie en France à la veille de la Première Guerre mondiale », Mouvement social, n° 113, oct.-déc. 1980, p. 3-36, notamment p. 23-24. Voir également : Th. Le Bianic, 2005, chap. 2 ; Th. Le Bianic, « Pratiques et identités professionnelles des psychologues du travail en France de l’entre-deux-guerres à nos jours. Une perspective socio-historique », Bulletin de psychologie, t. 60 (1), n° 487, janvier-février 2007, p. 71-81.

36  Il semble que la traductrice, Melle Militzina, amie de la famille Lahy, joua un rôle important d’intermédiaire dans les relations que J.-M. Lahy noua à cette époque avec des scientifiques d’URSS : c’est par son entremise que J.-M. Lahy entre en contact avec Ermansky (janvier 1925), Spielrein (octobre 1925) et Léontiev (juin 1925).

37  Cf. « Compte-rendu du Pr. Ermansky de Moscou sur le livre de Lahy », rédigé le 17 mars 1924. Fonds Lahy (D. 986).

38  Souligné par l’auteur. Fonds Lahy (D. 743).

39  Lettre de J.-M. Lahy de demande de constitution symbolique d’un nouvel atelier, datée du 3 avril 1920. Archives du Grand Orient, Carton Agni.

40  Alain Blum, Martine Mespoulet, L’anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La Découverte, 2003.

41 A. Blum, M. Mespoulet, op. cit., p. 347.

42  Sur la Révolution culturelle, cf. N. Krementsov, Stalinist science, Princeton, Princeton University Press, 1997, chap. 2 notamment. Sur la psychotechnique et le mouvement d’Organisation scientifique du travail en URSS, cf. : S. Lieberstein, « Technology, Work and Sociology in the USSR : The NOT Movement », Technology and Culture, vol. 16, n° 1, janvier 1975, p. 48-66 ; L. H. Siegelbaum, « Okhrana Truda. Industrial Hygiene, Psychotechnics, and Industrialization in the USSR », in S. Gross Solomon, J.F. Hutchinson (ss. dir.), Health and Society in Revolutionary Russia, Bloomington, Indiana University Press, 1990 ; S. Smith, « Taylorism rules OK ? Bolshevism, Taylorism and the Technical Intelligentsia in the Soviet Union, 1917-1941 », Radical Science Journal, n° 13, 1983, p. 3-27 ; Z. A. Sochor, « Soviet Taylorism Revisited », Soviet Studies, vol. 33, n° 2, avril 1981, p. 246‑264.

43  Sophie Coeuré, La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union Soviétique (1917-1939), Paris, Seuil, 1999, p. 157-159 ; Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, O. Jacob, 2002, p. 97-98.

44  C’est d’ailleurs sur l’initiative soviétique que ce congrès fut organisé à Moscou. Cf. Procès-verbal de la séance du Comité directeur de l’Association, samedi 26 avril 1930. Fonds Lahy (D. 587). En outre, le gouvernement soviétique accepta de prendre à sa charge une partie des frais de séjour et de déplacement des participants étrangers. Comme ce sera de coutume par la suite pour les séjours d’étrangers en URSS, le programme proposé à ces visiteurs « bourgeois » fut très chargé (Cf. R. Mazuy, Paris, O. Jacob, 2002). Les séances de travail devaient alterner avec des visites d’institutions scientifiques, culturelles et sociales, et des soirées au cinéma et au théâtre étaient également prévues. Parmi les visites envisagées, on compte une dizaine d’instituts scientifiques, ainsi que des institutions sociales et des entreprises susceptibles d’intéresser des psychologues et des psychotechniciens. Des musées sont également proposés à la visite, généralement des musées d’art (par exemple, la Galerie Trétiakoff ou le Musée de Peinture moderne), mais aussi les lieux de commémoration politique (comme le Mausolée de Lénine, le Musée de la Révolution et le Musée de l’Armée rouge). Enfin, pour les congressistes qui le souhaitaient, étaient également organisées, à l’issue de la Conférence, des excursions, d’une durée variant de 3 à 23 jours, à Nijni-Novgorod, Kharkov ou Leningrad, excursions auxquelles participeront chacun de leur côté les psychologues français J.-M. Lahy (à Kharkov) et H. Piéron (à Leningrad).

45  Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi (1956), Paris, éditions de Minuit, 1973, p. 29. On laissera ainsi de côté la question de la réalité de la « science soviétique » qui se cache derrière cette mise en scène, et d’autre part, la question du décalage entre l’identité réelle des « acteurs » (notamment, celle des psychologues soviétiques) et le rôle social qui leur est imposé lors cette Conférence.

46  Cf. Compte rendu du Congrès dans L’Année psychologique, 31e année, 1931.

47  Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, n° 14/1, janvier-mars 1973, p. 3-26, p. 6. Le mode de présentation dépend, comme l’a noté L. Boltanski, « des caractéristiques sociales du lieu où s’opère la réappropriation symbolique et officielle (ou même ostentatoire) des positions occupées réellement ».

48  Sur A. Gastev, cf. S. Smith, Radical Science Journal, n° 13, 1983, p. 3‑27.

49  On retrouve cette présentation dans la plupart des comptes rendus faits du Congrès dans la presse scientifique française.

50  Robert Linhart, Lénine, les paysans et Taylor,Paris, Seuil, 1976, chap. 3 notamment.

51  Lénine déclarait en octobre 1920 : « La culture prolétarienne ne surgit pas on ne sait d’où, elle n’est pas l’invention d’hommes qui se disent spécialistes en la matière. Pure sottise que tout cela. La culture prolétarienne doit être le développement logique de la somme des connaissances que l’humanité a accumulées, sous le joug de la société capitaliste, de la société des propriétaires fonciers et des bureaucrates ». Cité par J.-M. Gayman, « Proletkult », in Georges Labica, Georges Bensussan (dir.), Dictionnaire critique du marxisme (1982), Paris, PUF, 1999.

52 R. Linhart, op. cit., p. 135-136.

53  Les actes de la VIIe Conférence de psychotechnique n’ont, en effet, pas été publiés à l’époque. En 1998, H. Gundlach a rassemblé et publié les textes, qu’il a pu retrouver, des communications faites lors de ce Congrès (Cf. Applied psychology. Vol. 7, The Seventh Congress Moscow 1931, Londres, Routledge, 1998). Toutefois, les interventions prononcées lors du Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique ne figurent pas dans cet ouvrage. Nous nous appuierons donc ici sur les comptes rendus parus dans la presse. Dans la presse scientifique francophone : « La 7e conférence internationale de psychotechnique », Année psychologique, 31e année, 1931 ; H. Piéron, « Compte rendu de la VIIe conférence internationale de psychotechnique », Journal de psychologie, 15 juillet-15 octobre 1931 ; éd. Claparède, « VIIe conférence internationale de psychotechnique », Archives de psychologie, janvier 1932 ; H. Piéron, « Orientation professionnelle et organisation du travail en URSS », BINOP, n° 9, novembre 1931. Dans la presse non-scientifique française : J. Labadié, « Comment la psychotechnique contribue au meilleur rendement de l’ouvrier », Science et Monde, n° 33, 31 décembre 1931 ; Charles d’Avron, « Les deux vérités en matière scientifique d’après l’URSS », Excelsior, 22 novembre 1931. Un compte rendu non signé fut également publié dans la revue Monde (7 novembre 1931).

54  Ces propos d’I. N. Spielrein, qui fut, en URSS, un des promoteurs de la pédologie, discipline consacrée à l’étude du développement de l’enfant et de l’adolescent, ne sont compréhensibles que rapportés à la position politiquement dangereuse dans laquelle il se trouve alors : violemment attaqué en 1930, au moment de la Révolution culturelle, I. N. Spielrein avait été contraint de prendre ses distances vis-à-vis de son passé intellectuel et de ses orientations dites objectivistes. Malgré les compromis qu’il concéda au nouveau système de normes et règles scientifiques issu de la Révolution culturelle, il fut l’objet d’une nouvelle offensive à partir de 1934. Cette attaque aboutira à la résolution du Comité central du PCUS du 4 juillet 1936 condamnant la pédologie. A la fin des années 1930, I. N. Spielrein sera arrêté, jugé et déporté en Sibérie. Cf. V. A. Koltsova, O. G. Noskova, Yu. N. Oleinik, « I. N. Spielrein and Soviet Psychotechnics », Soviet Journal of Psychology, vol. 11, n° 2, 1990, p. 95-122 ; L. H. Siegelbaum, Bloomington, Indiana University Press, 1990, p. 224-245.

55  Cf. M. Mespoulet, « La renaissance de la sociologie en URSS (1958-1972). Une voie étroite entre matérialisme historique et « recherches sociologiques concrètes » », Revue d’histoire des sciences humaines, 2007, 16, p. 57-86.

56  Cf. Présentation de Dominique Lecourt, in A. Bogdanov, La science, l’art et la classe ouvrière, Paris, Maspero, 1977. Cf. également, G. Bras, « Science bourgeoise/science prolétarienne », in G. Labica, G. Bensussan (dir.), Paris, PUF, 1999.

57 N. Krementsov, Princeton University Press, 1997, p. 43-45.

58  Cf. A. Bogdanov, Paris, Maspero, 1977.

59 J. Lagroye, « Les processus de politisation », in J. Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003, p. 359-372, p. 360-361.

60 J. Lagroye, op. cit., p. 367.

61 B. Pudal, op. cit., 2004, p. 187.

62 A. Ohayon, op. cit., 2006, p. 18.

63 S. Coeuré, op. cit., 1999, p. 167-170.

64  Les archives de J.-M. Lahy contiennent la retranscription de son intervention dans ce débat, ainsi que celle d’H. Piéron.

65 H. Piéron, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 3. Fonds Lahy (D. 593).

66 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 3. Fonds Lahy (D. 593).

67 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 2. Fonds Lahy (D. 593).

68 J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 2,4. Fonds Lahy (D. 593).

69  Sur ce point, cf. B. Karsenti, « Durkheim. Science et philosophie dans le division du travail », dans P. Wagner (dir.), Les philosophes et la science, Paris, Gallimard, 2002, p. 823-866 ; J.-C. Marcel, Le durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF, 2001, p. 270-272 notamment.

70  Cité par F. Parot, « La vie et l’œuvre d’H. Piéron », Questions d’orientation, n° 3, septembre 2000, p. 7-14.

71  Nous nous appuyons ici sur les analyses développées par Christophe Charle, op. cit., 1994, p. 301-307.

72  Dans son autobiographie, il écrit : « Je n’ai jamais pu m’inféoder à aucun parti ». H. Piéron, dans F. Parot, M. Richelle (dir.), op. cit., 1992, p. 29.

73  En 1920, par exemple, H. Piéron contribua à la création de l’Institut national pour l’orientation professionnelle. Cf. J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, La Découverte, 2006, p. 123-125.

74  Dans une lettre à Raoul Husson, J.-M. Lahy écrivait, en 1930, à propos de F. Simiand : « il a été formé comme moi par la Sociologie de Durkheim ». Cité par M. Turbiaux, Bulletin de psychologie, t. 59 (2), n° 482, mars-avril 2006, p. 217.

75 J. Heilbron, « Les métamorphoses du durkheimisme (1920-1940) », Revue française de sociologie, vol. 26, n° 2, avril-juin 1985, p. 203‑237, p. 208. Sur ce point, cf. Partie I.

76  Les fascicules de cours comprennent : La Morale – La Libre recherche et les préjugés philosophiques – L’Organisation de l’enseignement de Jésus par ses continuateurs immédiats, la morale de saint Paul ­– Le Rôle de l’individu dans la formation de la morale sociale, recherches sur une définition de la morale – L’Idéal d’action, esquisse d’une morale rationnelle à notre époque – La Famille – La Famille moderne – La Vérité scientifique et la morale sociale – La Société secrète – L’Origine sociale des sentiments moraux : la pudeur et la chasteté – Les Formes primitives de l’initiation à la société secrète – L’Origine de la notion de Dieu et le problème sociologique de la sincérité du croyant – Les Éléments sociaux de la personnalité humaine : la notion d’âme ; origine de l’idée d’unité dans l’homme – De la science à l’industrie : l’utilisation rationnelle du moteur humain – Comment une notion scientifique de l’univers peut éclairer un problème social : la notion d’énergie et l’organisation du travail – Le Système Taylor – La Morale familiale – Eugène Fournière – Origine sociale des sentiments moraux : la vengeance et la haine.

77  « Notre premier devoir actuellement est de nous faire une morale », écrivait-il, en 1893, pour conclure De la division sociale du travail.

78  Citations extraites de son cours de sociologie, La vérité scientifique et la morale sociale, Bordeaux, Imprimerie du Midi, février 1911.

79  Dans un rapport sur les Conférences du Dimanche organisées par le Grand Orient de France, J.‑M. Lahy écrivait en 1910 : « C’est cette nécessité d’instruire tous les hommes qui a suscité, il y a quelques années déjà, le mouvement des Universités populaires. Nous avons assisté à leur formation, à leur développement et, il faut l’avouer, à leur décadence. La cause de leur échec vient de ce que personne ne s’est soucié d’y donner un enseignement systématique. On a cru, de façon un peu simpliste, qu’il suffisait d’être très savant pour avoir une philosophie, et qu’elle se dégagerait logiquement de l’érudition. Les programmes ont présenté l’aspect le plus hétéroclite : on a distribué aux auditeurs des conférences sans lien, un enseignement confus, sans méthode ni conclusions. Poussé par le seul désir d’instruire, on est allé jusqu’à émettre des thèses contradictoires, sans s’apercevoir que l’on mélangeait les faits et les théories ». Fonds Lahy (D. 813).

80  J.-M. Lahy, Intervention, Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique, p. 4. Fonds Lahy (D. 593).

81  Cf. Notices de Marcel Cohen (par J. Maitron et N. Racine) et de René Maublanc (par N. Racine),dans Claude. Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, édition de l’Atelier, 1997 (CD Rom).

82  J. Heilbron, RFS, vol. 26, n° 2, p. 208.

83  J. Heilbron, RFS, vol. 26, n° 2.

84  R. Collins, « Les traditions sociologiques », Enquête, n° 2, 1995, p. 11‑38.

85  Cf. J.-L. Crémieux-Brilhac, J.-F. Picard (ss. dir.), Henri Laugier en son siècle, Cahiers pour l’histoire de la recherche, Paris, Editions CNRS, 1995. Voir notamment dans ce numéro l’article de Michel Trebitsch, « Les réseaux scientifiques : Henri Laugier en politique avant la Seconde Guerre mondiale (1918-1939) », p. 23-45.

86  En novembre 1932, Henri Wallon livrait ses impressions sur son séjour en URSS lors de la VIIe Conférence de psychotechnique dans L’Université syndicaliste, revue des professeurs unitaires dont Georges Cogniot avait la charge depuis 1929. Il y mettait en avant les efforts prodigieux réalisés dans le domaine des sciences et de l’enseignement, et rendait compte également, mais de façon succincte, du débat auquel avait donné lieu le Symposium sur les fondements théoriques de la psychotechnique. Si Henri Wallon s’associait à la position défendue par les Soviétiques, il la réduisait cependant à une opposition de buts entre la science en société capitaliste et en URSS. Il esquivait ainsi la question, pourtant centrale dans ce débat, des rapports entre psychologie et marxisme. Cette réserve lui avait d’ailleurs été reprochée dans ce même journal quelques mois plus tôt, dans un article signé A. Cadines. « Le point de vue matérialiste – ne serait-ce qu’à titre d’hypothèse de travail comme l’admet assez timidement notre camarade le Professeur Wallon à la suite du Congrès de psychométrie de Moscou – s’imposera en psychologie comme ailleurs par ses résultats », peut-on lire dans cet article paru dans L’Université syndicaliste de mars-avril 1932. Cf. A. Cadines, «Introduction au résumé de l’article de Tchernomordik, “La science du comportement et la religion” paru dans L’athéisme militant», L’Université syndicaliste, mars-avril 1932. Quelques années plus tard, dans un tout autre contexte marqué par la montée des périls, Henri Wallon reviendra longuement sur ce Congrès de 1931 lors d’une conférence prononcée au Cercle de la Russie neuve (rebaptisée alors Association pour l’étude de la culture soviétique) sur la situation de la psychologie en URSS après vingt ans d’expérience communiste. Dans cette conférence du 8 mars 1938, se lisent les tensions auxquelles sont confrontés les scientifiques engagés aux côtés du PCF, suite à l’évolution de la situation dans le domaine scientifique en URSS. Se manifeste également l’évolution intellectuelle d’Henri Wallon sur la question des rapports entre psychologie et philosophie (marxisme, positivisme).

87  87. C’est finalement Marie Lahy-Hollebecque, la seconde épouse de Jean-Maurice Lahy, qui assumera cette charge. Cf. Lettre de G. Duchêne à la VOKS, 14 décembre 1932. F. 5283, op. 7, D. 112 (GARF, Moscou).

88  En réponse à un article (L’Université syndicaliste, mai 1932) de René Maublanc, qui soulignait que la tradition de Comte et de Durkheim s’accordait avec celle de Hegel et Marx, Henri Lefebvre écrivait ainsi : « Durkheim est – à notre avis – un de nos ennemis idéologiques les plus dangereux. Et nous pensons que la dialectique comme la sociologie marxiste aboutissent à la destruction pure et simple du positivisme de Comte et de la sociologie de Durkheim. C’est même un point d’une grande importance. Et la section philosophique de l’AEAR consacrera une étude à Durkheim, sociologue mystique et conservateur, adopté comme patron par les social-démocrates français » (L’Université syndicaliste, mai 1932).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Gouarné, « La VIIe Conférence de psychotechnique (Moscou, septembre 1931) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 102 | 2007, 65-87.

Référence électronique

Isabelle Gouarné, « La VIIe Conférence de psychotechnique (Moscou, septembre 1931) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/264

Haut de page

Auteur

Isabelle Gouarné

CSU (Université Paris 8-CNRS)/CERLIS (Université Paris 5-CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page