Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Noël Jeanneney, L’État blessé

Flammarion, 2012, 140 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Jean-Noël Jeanneney, L’État blessé, Flammarion, 2012, 140 p.

Texte intégral

1Historien, essayiste politique, spécialiste de l’histoire des médias, mais aussi ancien secrétaire d’État, ancien président de Radio France et France Info, puis de la Grande Bibliothèque de France, Jean-Noël Jeanneney est issu d’une « dynastie républicaine ». Son grand-père, Jules Jeanneney, a été président du Sénat sous la IIIe République. Son père, Jean-Marcel Jeanneney, a été ministre du général De Gaulle. Il témoigne dans cet essai de son attachement aux institutions françaises. À l’issue du quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007-2012), l’auteur dresse un état des lieux accablant, mais loin du pamphlet et des leçons de morale. C’est un livre sobre et descriptif de la manière dont le président sortant a abaissé l’État par ses pratiques, marquant ainsi une profonde rupture avec les traditions républicaines héritées de Gambetta, Clemenceau, Jaurès et De Gaulle.

2Tout d’abord, l’auteur s’intéresse à la forme, au « débraillé » de Nicolas Sarkozy, en multipliant les citations dont celle où il affirmait dès 2004 : « Savez-vous pourquoi je suis tellement populaire ? Parce que je parle comme les gens… » Cependant, « les gens » ont été trop souvent choqués par les grossièretés, le tutoiement généralisé, un vocabulaire approximatif ou une syntaxe aléatoire – un exemple : « Si y en a que ça démange d’augmenter les impôts… », devant des ouvriers du Doubs en 2009 – mais aussi le style « bling-bling », l’impudeur de l’exposition de sa vie privée ou le triste épisode de la visite au Vatican avec son téléphone portable. Pour Jean-Noël Jeanneney, toute cette vulgarité assumée porte préjudice à la dignité de l’État.

3La présidentialisation du régime a été poussée à l’excès par les pratiques de pouvoir de Nicolas Sarkozy. « L’omniprésidence » s’est manifestée dès le début du mandat, en cumulant à ses fonctions celles d’un Premier ministre ravalé au rang de « collaborateur », en réunissant à l’Élysée quelques ministres favoris hors de la présence de François Fillon, sous sa présidence ou celle du secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant. Les ministres ont trop souvent été méprisés, voire humiliés, ainsi le ministre des Affaires étrangères dans l’affaire libyenne. Le chef de l’État a en permanence défié ou voulu contrôler les contre-pouvoirs qu’il ne supportait pas, comme le Conseil constitutionnel ou le Conseil national de l’audio-visuel, dont il décida de nommer lui-même les directeurs. Quant à la justice, elle fut aussi rudoyée : proposition de suppression du juge d’instruction, lenteurs dans l’application des décisions rendues, vote des lois sur « les peines plancher » et la rétention de sûreté, ce qui amena Robert Badinter à déclarer au Sénat, le 30 janvier 2010 : « Les fondements de notre justice sont atteints. Que devient la présomption d’innocence quand on est présumé coupable d’un potentiel crime virtuel ? ». Ce sont aussi tous les fonctionnaires, garants de la continuité de l’État, qui ont eu à souffrir d’un grave manque de considération. Ainsi cet ambassadeur à qui il déclare devant témoins : « Vous êtes un connard », ou cet autre, envoyé dans un pays voisin et ami, dont il dit publiquement : « Je leur ai envoyé le plus con ! ».

4L’action frénétique de Nicolas Sarkozy s’est souvent traduite par des « coups » dont l’intérêt essentiel est dans l’effet d’annonce, qualifié par l’auteur de « syndrome du poisson rouge », qui oublie dans l’instant ce qui est décidé. Tout fait divers est alors l’occasion de jouer sur les émotions du public. Jean-Noël Jeanneney se réfère à Georges Vigarello dans son analyse de la gestuelle du président et de sa manière de ne pas avoir habité la fonction de chef d’État, notamment par une inconstance liée à son obsession des sondages, mais aussi le fait que les hommes politiques puissent exercer, parallèlement à leur fonction, la profession d’avocat d’affaires. Outre l’ambiguïté de la situation de ce métier, soulignée en son temps par Raymond Poincaré, c’est la démarche qui est à relever : l’avocat étudie les dossiers les uns après les autres et les clôt au fur à mesure, alors que l’homme d’État doit ouvrir tous les dossiers et les traiter simultanément, ce qui lui permet de replacer son action dans les différents temps de l’Histoire.

  • 1 Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, Le Président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la (...)

5Ensuite, le climat du quinquennat a été dominé par l’obsession de l’argent, « faire de la thune », comme le rapporte Jean Daniel. La soirée au Fouquet’s le soir de l’élection présidentielle ou la croisière sur le yacht de Vincent Bolloré ont durablement illustré ce goût porté aux patrons du CAC 40, et en particulier aux « héritiers ». Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon nous avaient déjà bien informés de cette réalité1. La nécessité pour le chef de l’État de lutter contre les inégalités a été oubliée alors qu’il affirmait : « Une société égalitaire, c’est le contraire d’une société de responsabilité et de liberté ». La fascination pour le monde de l’entreprise va jusqu’à reprendre ses modes de gestion, avec l’obsession du résultat et le culte du rendement appliqué à l’État, avec la mise en place de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), ce qui ne signifie pas nécessairement la réalisation d’économies pour l’État contraint de faire appel à des entreprises privées. Le service de la « valise » au Quai d’Orsay en est un exemple, ajoutant de plus un risque pour la confidentialité. C’est aussi le mépris assumé pour les univers non rentables de la recherche, de l’enseignement et de la culture, qui auraient pourtant besoin d’être réconfortés par l’État dans ces temps d’argent-roi. L’épisode de La Princesse de Clèves, qui provoqua les rires, est révélateur du mépris que Nicolas Sarkozy porte à la culture. Il y est revenu par deux fois, en ironisant sur l’inutilité pour les futurs fonctionnaires d’avoir une culture qu’il qualifie de bourgeoise et d’être recrutés par concours, prônant « la possibilité pour quelqu’un d’assumer sa promotion professionnelle sans passer un concours ou faire réciter par cœur (sic) La Princesse de Clèves ». De fait, l’épreuve de culture générale a été retirée des concours de la fonction publique pour les catégories C et D.

  • 2 Jean Baubérot, La laïcité expliquée à Monsieur Sarkozy… et à ceux qui lui écrivent ses discours, Pa (...)

6L’auteur est particulièrement sévère dans le chapitre consacré aux remises en cause de la laïcité par Nicolas Sarkozy. Depuis son livre d’entretiens La République, les religions, l’espérance jusqu’au discours du Latran du 20 décembre 2007, il attaque la loi de 1905 et une conception qu’il juge négative de la laïcité. Il assène : « Dans la transmission des valeurs […], l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance », et poursuit : « Un homme qui croit, c’est un homme qui espère. L’intérêt de la République, c’est qu’il y ait beaucoup d’hommes et de femmes qui espèrent ». Jean-Noël Jeanneney nous invite à relire les analyses approfondies de Jean Baubérot2, afin de mesurer mieux encore sa manipulation du concept de constitutionnalité de la laïcité. Mais le pire a été atteint le 18 décembre 2008, avec l’accord entre le Saint-Siège et le gouvernement français qui permet à l’Église catholique de délivrer des grades et des diplômes universitaires sur le territoire national, alors que depuis la loi de mars 1880 le monopole de délivrance des grades et diplômes appartenait à l’État, ce qui représente une gifle pour l’université française. Aussi convient-il de reprendre in extenso le paragraphe : « La laïcité, valeur fondatrice sans pareille, n’a de sens que si elle respecte toutes les croyances religieuses, dans l’ordre du privé, tout en veillant à ce que la République en protège les pratiques publiques contre toutes agressions, mais sans donner de gage à aucune d’entre elles. »

7Enfin le dernier chapitre est consacré aux « humiliations françaises » devant l’étranger. Avec l’attristant discours de Grenoble en 2010, la circulaire de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, restreignant le droit des étudiants étrangers formés en France à exercer une activité professionnelle, le débat sur l’identité nationale dénonçant les immigrés, sans oublier le discours de Dakar du 26 juillet 2007, selon lequel « l’homme africain » n’était pas entré dans l’Histoire. L’accumulation des exemples mais surtout la mise en perspective argumentent la démonstration.

  • 3 Emmanuel Todd, Après la démocratie, Paris, Éd. du Seuil, 2008, p. 16.

8Il ne s’agit pas de faire le bilan du quinquennat, mais de montrer combien un homme, serviteur de l’État, a pu se sentir blessé par la dégradation des institutions de la Ve République et trahi par celui à qui le peuple français avait confié la plus haute responsabilité de l’État en 2007. Cependant, Jean-Noël Jeanneney ne reprend pas à son compte l’argument d’Emmanuel Todd : « Si Nicolas Sarkozy existe en tant que phénomène social et historique, (il) n’est pas parvenu à atteindre les sommets de l’État malgré ses déficiences, mais grâce à elles »3. Pour lui, Nicolas Sarkozy est un reflet de la société française et de la crise profonde qu’elle traverse. Mais si dans sa conclusion l’auteur veut rester optimiste en souhaitant la défaite du président sortant, dans le dernier paragraphe, il appelle à la vigilance, faisant craindre « de rudes lendemains » où « l’État serait comme un arbre dont sont rongées les racines » (p. 137). Aussi cet ouvrage doit-il rester, dans le mouvement ininterrompu de l’information, comme un repère pour les futurs historiens dans un moment particulier de notre République.

Haut de page

Notes

1 Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, Le Président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Paris, La Découverte, 2010, 288 p.

2 Jean Baubérot, La laïcité expliquée à Monsieur Sarkozy… et à ceux qui lui écrivent ses discours, Paris, Albin Michel, 2008, 258 p.

3 Emmanuel Todd, Après la démocratie, Paris, Éd. du Seuil, 2008, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Jean-Noël Jeanneney, L’État blessé », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2639

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page