Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Pierre Verdet, Aux origines du monde : Une histoire de la cosmogonie

Paris, Seuil, Science ouverte, 2010, 238 p.
Volny Fages
Référence(s) :

Jean-Pierre Verdet, Aux origines du monde : Une histoire de la cosmogonie, Paris, Seuil, Science ouverte, 2010, 238 p.

Texte intégral

1L’extrême rareté des études historiques concernant les théories scientifiques ayant tenté de reconstituer l’histoire du système solaire, surtout en langue française, aiguise a priori la curiosité du lecteur lorsqu’il entame ce livre de Jean-Pierre Verdet.

  • 1 Annales. Économies, sociétés, civilisations, année 1993, volume 48, n° 2, p. 388-390.

2Bien que cela ne soit indiqué nulle part dans l’ouvrage, cette histoire de la cosmogonie est une réédition, revue et assez considérablement augmentée, de la dernière partie d’Une histoire de l’astronomie que Jean-Pierre Verdet avait publiée en 1990 chez le même éditeur. Outre une ampliation des descriptions du contenu technique de certaines théories cosmogoniques, cette réédition tente de tenir compte d’une partie des critiques formulées par Bernard Sergent dans sa recension1 de l’Histoire de l’astronomie, parue en 1993 dans les Annales ESC. En effet, on appréciera par exemple l’insertion de deux courts chapitres consacrés à la période antique, utilisant, quasi exclusivement il est vrai, l’ouvrage de Jean-Paul Dumont sur Les Présocratiques chaleureusement conseillé par Sergent, ou l’ajout de précisions biographiques élémentaires concernant la majorité des personnages cités. Mais ces aménagements restent superficiels et ne comblent pas le manque de rigueur méthodologique dont continue de souffrir l’ouvrage.

3Si on peut reprocher à Jean-Pierre Verdet quelques flottements chronologiques (par exemple, les travaux d’Édouard Roche sont exposés après ceux de Hervé Faye alors qu’ils les précèdent chronologiquement), il faut souligner le sérieux scientifique de la lecture des textes cosmogoniques qu’il a sélectionnés, surtout concernant les auteurs des xixe et xxe siècles, et la clarté avec laquelle il en présente le contenu. La variété des auteurs présentés est assez remarquable et on lit avec intérêt les spéculations cosmogoniques de Leibnitz, ou l’exposé de théories d’auteurs bien moins connus tels Hervé Faye, Raoul du Ligondès, ou Émile Belot. La critique que nous aimerions formuler ici est d’un autre ordre.

4En effet, l’histoire proposée par Jean-Pierre Verdet tombe dans tous les travers que l’historiographie des sciences tente massivement de corriger depuis une quarantaine d’années. L’auteur nous propose une histoire grossièrement jugée, souvent téléologique. Sa quête constante de vagues causes épistémologiques censées expliquer les errances des cosmogonistes dont il parle, ainsi que sa tendance à distribuer bons et mauvais points, révèlent un didactisme agaçant de condescendance. On apprendra par exemple que de la classification des objets célestes proposée par Hervé Faye « il n’y a rien à retenir » (p. 99), que sa solution « fait aujourd’hui sourire » (p. 119), et l’hypothèse proposée par Chamberlin et Moulton est déclarée renvoyée « sinon aux oubliettes, du moins dans les poubelles de l’histoire, comme celles qui l’ont précédée » (p. 166). Du Ligondès a plus de chance et Verdet nous signifie que sa cosmogonie « n’est ni stupide ni dépourvue d’intérêt » (p. 127). Mais de quel intérêt s’agit-il ? Peut-être de l’intérêt de l’astronome préoccupé par la recherche de précurseurs, d’idées tirées d’un passé sans contexte et annonçant son présent cognitif, mais certainement pas celui de l’historien.

  • 2 La source influant le plus ouvertement sur la structure de l’ouvrage est certainement : S. Jaki, Pl (...)
  • 3 Stephen Brush, A history of modern planetary physics, 3 Vol., Cambridge, Cambridge University Press (...)

5La question qui se pose alors inévitablement concerne la manière dont l’auteur a circonscrit son objet d’étude, la cosmogonie de l’Antiquité à nos jours, et a choisi les auteurs dont il nous résume les propositions théoriques. Concernant la sélection d’auteurs, l’échantillon est facilement identifiable, il reprend fidèlement celui proposé par Henri Poincaré dans ses Leçons sur les hypothèses cosmogoniques professées en Sorbonne en 1911, complété par la mobilisation d’une historiographie vieillie2. On pourra s’étonner au passage de l’absence de référence à l’ouvrage, désormais classique dans le domaine, de Stephen Brush publié en 19963. Le sens de ce choix de cosmogonistes, s’il pouvait faire sens chez Poincaré en 1911, dans le cadre d’un contexte intellectuel spécifique, est ici particulièrement obscur. Si l’on choisit de parler d’Émile Belot, pourquoi ne pas évoquer les travaux d’autres cosmogonistes tout aussi importants durant l’entre-deux-guerres comme l’abbé Théophile Moreux ou l’astronome Alexandre Véronnet ? Si l’on choisit de parler de la contribution de Norman Lockyer en Grande-Bretagne, pourquoi ne pas parler de celle de Richard Proctor ?

  • 4 On ne saurait que renvoyer une fois encore l’auteur à l’incontournable : Jean-Pierre Vernant, Les o (...)

6Mais la critique méthodologique certainement la plus grave concerne l’absence totale de réflexion autour de la définition de l’objet historique unifié que serait la cosmogonie. Son obsession de la longue durée (des « origines du monde » à nos jours), sa démarche téléologique combinée à un manque criant de contextualisation, conduisent l’auteur à identifier des analogies formelles entre des auteurs et des pratiques profondément distinctes. Quel rapport y a-t-il entre la cosmogonie des présocratiques, leur réflexion sur le cosmos et l’organisation politique de la cité4, la cosmogonie de Descartes conçue dans le contexte de tension entre sciences et religion que l’on sait, et la cosmogonie mécaniste proposée par un scientifique amateur de la fin du xixe siècle comme Raoul du Ligondès ? L’allant de soi de l’objet « cosmogonie » empêche l’auteur d’approfondir certaines questions essentielles : quelles relations peut-on établir entre les « mondes de vérités » proposés par les mythes cosmogoniques et par ce que Verdet qualifie (abusivement) de « cosmogonies rationnelles » (les précédentes seraient-elles irrationnelles ?) ? Où doit-on placer la frontière entre cosmogonie, géologie, et apologétique ? Qui sont ces auteurs qui s’intéressent à l’origine du système solaire et pourquoi le font-ils ?

7L’histoire de la cosmogonie de Jean-Pierre Verdet n’est pas rigoureusement une histoire, elle est plutôt un enchaînement de systèmes théoriques, globalement bien décrits, et constituant une sorte de cabinet de curiosité de théories mortes. Elle intéressera peut-être les scientifiques curieux, mais ne donne aucun élément de compréhension de ce que signifie écrire une cosmogonie à une époque donnée, dans un contexte social, religieux, politique et intellectuel déterminé.

Haut de page

Notes

1 Annales. Économies, sociétés, civilisations, année 1993, volume 48, n° 2, p. 388-390.

2 La source influant le plus ouvertement sur la structure de l’ouvrage est certainement : S. Jaki, Planets and Planetarians : A History of Theories of the Origin of Planetary Systems, Edimbourg, Scottish Academic Press, 1978.

3 Stephen Brush, A history of modern planetary physics, 3 Vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

4 On ne saurait que renvoyer une fois encore l’auteur à l’incontournable : Jean-Pierre Vernant, Les origines de la pensée grecque, Paris, PUF, 1962 (1ère édition).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Volny Fages, « Jean-Pierre Verdet, Aux origines du monde : Une histoire de la cosmogonie », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2637

Haut de page

Auteur

Volny Fages

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page