Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Artières, Ludovic Burel, Archives du biopouvoir : Marseille, xviiie-xxe siècles

Marseille, It-éditions, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2011, 190 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Philippe Artières, Ludovic Burel, Archives du biopouvoir : Marseille, xviiie-xxe siècles, Marseille, It-éditions, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2011, 190 p.

Texte intégral

1L’exposition Archives du biopouvoir, Marseille, xviiie-xxe siècle, organisée aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône du 15 octobre 2011 au 21 janvier 2012, a donné lieu à la publication d’un ouvrage de Philippe Artières et Ludovic Burel qui expose quelques éléments muséographiques et, surtout, présente l’architecture conceptuelle et matérielle de cet événement.

2Philippe Artières, dans l’introduction, revient sur la notion de biopolitique, forgée par le philosophe Michel Foucault à la fin des années 1970, notamment dans La volonté de savoir et ses cours au Collège de France, Naissance de la biopolitique et sécurité, territoire et population. Outil biface, servant à la fois à produire un savoir nouveau sur les formes d’exercice du pouvoir et à créer des points de résistance, le biopouvoir a connu une notoriété scientifique fulgurante. Toutefois, des mésusages et des interprétations hâtives l’ont parfois profondément dénaturé, au point de l’éloigner complètement de son territoire d’opérationnalité. Chez Foucault, le biopouvoir correspond, à la fin du xviiie siècle et au début du xxe siècle, à la transformation du pouvoir disciplinaire (comme surveillance des corps anatomisés) en un contrôle généralisé des populations, de leurs mouvements, de leur santé et de leurs rassemblements. Cette nouvelle technologie du pouvoir vise donc le corps-espèce et se déploie dans le champ policier notamment. L’écriture, rappelle Philippe Artières, est consubstantielle au biopouvoir. L’acte d’enregistrement emblématise cette nouvelle façon de contrôler les corps et de gérer les populations. Le signalement est en quelque sorte l’exercice scripturaire matriciel de la biopolitique : les individus en rupture avec la société (esclaves, fuyards, déserteurs) sont pris dans le lexique froid de l’administration. Une « grammaire du corporel » se constitue qui noue des signes à l’impératif de surveillance. L’invention du récidiviste, comme catégorie policière centrale, suppose un sujet augmenté de son histoire. La fiche de description s’allonge ainsi d’un passé coupable, d’une racine criminelle. Philippe Artières remarque que le récidiviste, parce qu’il constitue un danger potentiel, et le cheval, parce qu’il est une ressource de l’armée, sont les deux premiers sujets visés par le biopouvoir. La photographie vient densifier le portrait des populations soupçonnées, et la dactyloscopie, cette « science des empreintes », fixe par l’encre les plis digitaux uniques de chaque individu. Les écritures biopolitiques se composent ainsi de strates successives, de données plus nombreuses, de renseignements ajoutés. Trois points communs réunissent ces archives du pouvoir : leur masse, leur souci du détail et le travail à la fois anonyme et collectif qu’elles supposent. La signature est le plus souvent absente de ces documents, le marquage idiosyncrasique du tampon vient rappeler l’identité sans nom du pouvoir. Ces nouvelles manières de représenter le monde, de le figurer dans un cadrage graphique, de l’organiser en une série de renseignements sont également un levier puissant pour agir : l’écriture biopolitique n’est pas que pure factualité, elle vient percuter le réel et transforme la vie de ceux qui sont pris dans ses rets. Le port et le navire, l’ancrage et la circulation délimitent un horizon sensible de cet exercice de la gestion des masses. L’ouvrage expose ensuite des documents, extraits des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, qui témoignent de ce quadrillage administratif des populations. Les certificats des officiers de santé, des chirurgiens ou des médecins à propos des bateaux venant de régions où sévit le choléra rappellent le souci des contagions. Les registres d’écrou, les plans des maisons d’arrêt, les noms de prisonniers, les casernes, les listes de marchandises dressées par les douanes, donnent à voir l’infini travail bureaucratique pour circonscrire les biens et les personnes. Plusieurs textes reproduits déplient la double perspective, policière et morale, qui borde la prostitution à Marseille. Le terrifiant syntagme de « contrôle des filles soumises » vient rappeler l’assujettissement total qu’organisent les maisons closes et leur surveillance administrative et sanitaire.

3Dans le texte final, l’artiste et scénographe Ludovic Burel décrit les concepts d’exposition qu’il a mis en jeu. La grille, le quadrillage sont au principe même du biopouvoir foucaldien. Ce marquage graphique sert de trame latente à l’exposition. L’art des années 1960 et 1970 s’était inspiré de cette « esthétique d’administration », selon l’expression de Benjamin Buchloch, pour décliner les possibles des traits, des carrés, des vides et des pleins. Rejoignant l’art minimaliste de Tony Smith, cette stylisation du quadrillage constitue la parfaite « cristallisation de l’éthique libérale de la moindre gouvernance ». Le minimalisme en tant qu’art libéral (« Less is more ») se nourrit du projet politique de décharnement du collectif et d’éradication du commun. En rappelant que le pouvoir contemporain circule selon les orthogonalités de la grille et dans la texture des réseaux, Ludovic Burel fournit un éclairage passionnant sur l’articulation de l’archive, du pouvoir qu’elle exerce et des formes actuelles de scénographie qui permettent de rappeler sa visée réactionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Philippe Artières, Ludovic Burel, Archives du biopouvoir : Marseille, xviiie-xxe siècles », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2634

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page