Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Solveig Letort, Le Larzac s’affiche

Paris, Seuil, 2010, 142 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Solveig Letort, Le Larzac s’affiche, préface de Stéphane Hessel, avant-propos de Louis Joinet, Paris, Seuil, 2010, 142 p.

Texte intégral

1La commémoration des luttes est parfois l’occasion de célébrations sans relief, de patrimonialisations dépolitisées ou de contritions mémorielles pathétiques. Le présent ouvrage de Solveig Letort engage, au contraire, un retour original et vif sur la (longue) lutte des paysans du Larzac depuis 1971. En reproduisant les affiches qui ont scandé les grandes manifestations publiques du mouvement, le recueil délimite le territoire graphique à partir duquel se sont élaborées des représentations partagées de ce combat contre l’arbitraire militaire et politique. Dans son avant-propos, Louis Joinet, magistrat qui a conseillé les agriculteurs du Larzac alors qu’ils s’apprêtaient, en 1972, à renvoyer leurs livrets militaires en signe de protestation, rappelle le point névralgique de la résistance aveyronnaise : la durée. La lutte est d’abord affaire de rythme et d’endurance. Face à une administration qui sait sa force bureaucratique implacable et qui joue de sa lenteur et de son inertie, les paysans trament un « imbroglio juridique » en créant des Groupements fonciers agricoles qui compliquent les expropriations. Les affiches rassemblées dans ce volume témoignent précisément de cette plasticité du temps militant : de l’urgence de la protestation première aux efforts faits pour contrer la course de lenteur engagée par l’État. Solveig Letort rappelle dans son introduction que la réalisation matérielle de ces affiches est rendue difficile par la faiblesse des moyens techniques : les messages sont donc percutants et cherchent une efficacité immédiate. Les premières affiches annoncent ainsi la mobilisation des forces paysannes pour contrer, en 1971, le projet d’extension du camp militaire du Larzac : le lettrage est abrupt, le graphisme réduit. Peu à peu, des éléments symboliques émergent qui deviennent ainsi des récurrences du mouvement : les fourches, les arbres et les épis s’opposent aux casques, aux chars et aux armes. La brebis fait irruption et s’imposera ensuite, dans une persistance rétinienne que sa déclinaison multiple entretient. La marche sur Paris (qui voit éclater au grand jour la lâcheté du principal syndicat agricole de l’époque, la FNSEA, abandonnant les paysans à Orléans sur ordre des autorités) et l’annonce de la construction d’une bergerie illégale à La Blaquière sont les temps forts d’une lutte qui s’organise et dont les images se structurent. La grammaire graphique des affiches se complexifie et intègre les mouvements coagulés au Larzac : féminisme, protestations anti-nucléaires, pacifisme, écologie, défense des ouvriers et revendications régionalistes diversifient le chromatisme des représentations. Les paysans et les ouvriers se mêlent désormais dans les manifestations comme sur les affiches. La référence aux ouvriers de LIP est visible dans cette image d’une brebis arborant une montre de la célèbre marque reprise par ses travailleurs. Le détournement de représentations sédimentées dans l’imaginaire collectif (comme des « Tables de la Loi » dénonçant le « tout puissant Debré » ou une « Mobilisation générale » frappée de croix occitanes) étendent, géographiquement et socialement, le mouvement. Les affiches permettent ainsi de mesurer les effets concrets de la protestation aveyronnaise : les comités de soutien partout en France relaient des expositions, des films, des récitals et des débats. Les artistes et les intellectuels s’agrègent ainsi à cette révolte qui dépasse le Larzac : « Des Larzac partout ! » clame ainsi une affiche de 1975. Le thème de la prison apparaît après les répressions de plus en plus brutales du pouvoir : contre les paysans ayant renvoyé leurs livrets militaires, contre ceux qui occupent des fermes achetées par l’armée. La marche de 1978, pour protester contre les expropriations prochaines, est visible dans les lacets d’une route qui dessine le mot Larzac, mais aussi sous les pas d’un manifestant. Le graphisme et le message se nouent, se lient, s’interpénètrent. L’affiche condense l’action politique et la recherche esthétique. Après 1981, le Larzac ne cesse pas d’être un lieu de rassemblement ; ces grandes fêtes collectives dessinent l’évolution des luttes. À l’aube des années 2000, les affiches contre le procès des paysans ayant démonté le fast-food de Millau ou pour appeler à un fête altermondialiste pointent les nouvelles figures de la domination (l’étau néolibéral, la marchandisation du monde) et appellent à dessiner d’autres horizons.

2L’ouvrage de Solveig Letort s’inscrit dans l’histoire sensible des luttes ; il rappelle avec force la relation matérielle qui lie les acteurs à leurs protestations. Les objets des mouvements contestataires, comme ces affiches aux couleurs toujours vives, cristallisent une myriade de gestes, de paroles, d’actes et de discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Solveig Letort, Le Larzac s’affiche », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2632

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page