Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jocelyne George, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989)

Paris, Éditions Delga, 2011, 236 p.
Emeric Tellier
Référence(s) :

Jocelyne George, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989), Paris, Éditions Delga, 2011, 236 p.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les travaux de Madeleine Guilbert, Margaret Maruani, Michelle Perrot ou Marie-Hélè (...)
  • 2 Annie Julienne, Le rôle du magazine féminin de la CGT Antoinette dans les luttes menées par les fem (...)
  • 3 Élyane Bressol (dir.), Autour de l’histoire du magazine Antoinette, Montreuil, IHS-CGT, 2010, 166 p

1Même si nos connaissances restent aujourd’hui encore parcellaires, l’histoire sociale recèle quelques ouvrages et articles sur la place des femmes dans le mouvement syndical1. Parmi eux, Clémence Wisner et Annie Julienne se sont plus particulièrement penchées sur la place occupée par Antoinette, respectivement pour les périodes 1955-1969 et 1970-19822. L’institut CGT d’histoire sociale a également organisé entre 2003 et 2006, une série de séminaires, clôturée par la tenue d’un colloque en 2007 intitulé Autour de l’histoire du magazine Antoinette, dont les actes sont parus en 20103.

2Jocelyne George, agrégée et docteur en histoire, vient de publier aux éditions Delga une première synthèse de cette histoire peu connue du grand public, sous le titre Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989). En un peu plus de deux cents pages, l’auteur brosse un portrait du magazine, à partir d’une lecture minutieuse de la publication, des résolutions de congrès nationaux, de recherches menées dans les archives du secteur confédéral de la main-d’œuvre féminine (MOF) et d’une vingtaine d’entretiens accordés par des actrices et acteurs de l’époque.

3Mensuel féminin de la Confédération générale du travail d’octobre 1955 à janvier 1990, Antoinette a été et reste encore aujourd’hui une exception dans un paysage éditorial dominé par les poids lourds de la presse féminine comme Nous Deux, Confidences, Marie-Claire ou encore Elle. Placé au carrefour des histoires de la presse, des femmes et du syndicalisme, le magazine Antoinette offre un point de vue incontournable sur l’évolution des idées et des revendications cégétistes sur les questions féminines.

4Antoinette est également une illustration des difficultés rencontrées par la CGT au début des années 1980. Le licenciement des 28 et 30 mai 1982 de sa rédactrice en chef, Chantal Rogerat, de l’administratrice et de la quasi-totalité des journalistes du magazine, au terme de plusieurs mois de tensions, avait alors retenu l’attention. Tout comme la crise de radio Lorraine Coeur d’Acier et les troubles nés de l’intervention soviétique en Afghanistan ou de la proclamation de l’état de siège en Pologne, « l’affaire Antoinette » illustre la complexité des années 1977-1982, entre aggravation de la crise économique, victoire de la gauche et « nouvelle guerre froide ».

  • 4 Née le 23 juillet 1905 à Paris et décédée le 23 janvier 2001 à Valence-d’Agen, Madeleine Colin a ét (...)

5L’ouvrage débute par une courte introduction évoquant la nécessité d’entreprendre cette part d’histoire du syndicalisme et du féminisme, avant un premier chapitre intitulé « ce n’est pas d’aujourd’hui… », en clin d’œil à l’ouvrage de Madeleine Colin4, rappelant brièvement le rôle précoce de la CGT dans l’organisation des femmes salariées, de l’entre-deux-guerres au début des années 1950. Un second chapitre est consacré à l’évolution de la diffusion du magazine ainsi qu’à l’action des milliers de militantes et militants qui diffusaient régulièrement jusqu’à près de 80 000 exemplaires au milieu des années 1970. Les chapitres suivants sont construits selon une chronologie calquée sur l’évolution de la maquette, du contenu et du comité de rédaction du magazine. Un sort particulier est fait à la sixième conférence des 12-13 mai 1977 avant le traitement en deux temps de la crise (1978-1981). Une rapide plongée dans la Meurthe-et-Moselle précède le chapitre final, « fin d’un patrimoine (1982-1989) ». L’ouvrage présente, en outre, neuf photographies et trois reproductions de couvertures ainsi que des tableaux sur l’évolution de la diffusion et du prix de vente.

6Le travail de Jocelyne George a comme mérite premier de rappeler l’existence de ce magazine qui se voulait le « véhicule de masse des idées de la CGT sur les questions féminines ». L’effort constant et précoce de la CGT pour organiser, informer et mobiliser les femmes travailleuses est ainsi mis en valeur, en dépit des réticences de militants attachés à la « camaraderie virile » du syndicalisme.

7La crise qui secoue la publication occupe une place importante dans l’ouvrage, avec pas moins de soixante-dix pages. L’année 1977 est considérée comme un tournant, avec la conjonction de la montée du chômage, des tentatives de récupération du mouvement féministe par l’extrême gauche et la victoire de la gauche aux municipales. L’intervention de Jean-Louis Moynot, qui dénonce lors de la sixième conférence la domination masculine en proposant « une lutte idéologique sur un plan individuel et non plus collectif, sur le plan culturel et non plus strictement économique », provoque des réactions. Le comité de rédaction s’en saisit, ce qui ne va pas sans susciter la crainte d’une « prise d’indépendance » à l’égard de la ligne officielle de la confédération. Entre avril 1980 et mai 1981, des critiques s’expriment contre le contenu du magazine. La démission de Christiane Gilles et de Jean-Louis Moynot, le suicide de Georgette Vacher exacerbent les divergences sur fond de désaccords à propos de la Pologne. La rupture est consommée en mai 1982 entre la confédération et le comité de rédaction d’Antoinette.

8N’ayant pu obtenir d’entretiens avec les licenciées du magazine, Jocelyne George s’attache, non sans quelques partis pris, à présenter le point de vue de la CGT en faveur de la reprise en main d’Antoinette. Une position qui renvoie à la priorité donnée aux revendications économiques des femmes travailleuses, à la condamnation de toute autonomie vis-à-vis de la ligne confédérale et du refus de laisser la publication « faire la part trop belle à la CFDT », à l’embarras suscité par certains thèmes comme la sexualité, la prostitution ou encore le machisme au sein du mouvement syndical, l’incompréhension face à la publicité donnée à des débats considérés comme internes et, plus encore, devant l’action judiciaire engagée par le comité de rédaction.

9Magazine féminin et syndical, Antoinette a revendiqué cette double identité tout au long de sa longue histoire en abordant aussi bien les conditions de travail et les luttes des femmes dans les entreprises que la contraception, l’avortement ou encore le partage des tâches domestiques. On ne peut être que frappé par la richesse des thèmes abordés ainsi que par la liberté de ton constatée aussi bien dans les articles que dans le courrier des lectrices. Malgré son échec à contrecarrer l’idéologie véhiculée par la presse féminine, cette publication témoigne de l’engagement de la CGT.

10Trois regrets peuvent toutefois être formulés. Un organigramme reconstituant l’évolution du comité de rédaction et une rapide chronologie sommaire auraient été bienvenus. Les deux prédécesseurs d’Antoinette, à savoir Le Bulletin confédéral des femmes (1948-1952) et surtout La Revue des Femmes travailleuses (1952-1955) auraient peut-être pu faire l’objet de développements plus importants. Pour finir, l’ouvrage s’attarde longuement sur les conférences nationales organisées par la CGT, mais n’aborde pas le rôle du secteur de la main-d’œuvre féminine. Une présentation parallèle de son évolution et de ses réflexions aurait assurément été féconde.

11Malgré ces manques, ce travail ouvre de nouvelles perspectives de recherches. Les pistes sont multiples : une histoire de la presse syndicale reste à écrire, tout comme celle du secteur confédéral de la main-d’œuvre féminine. Moins ambitieuses, des études plus ponctuelles pourraient être menées sur la vente militante d’Antoinette ou encore sur le riche corpus iconographique du magazine. Quoi qu’il en soit, on ne peut que se réjouir de l’actuelle vitalité des « gender and trade unions studies ».

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les travaux de Madeleine Guilbert, Margaret Maruani, Michelle Perrot ou Marie-Hélène Zylberberg-Hocquart.

2 Annie Julienne, Le rôle du magazine féminin de la CGT Antoinette dans les luttes menées par les femmes pour leur libération entre 1970 et 1982, Université Paris 7, mémoire de maîtrise sous la direction de Michèle Perrot, 1982, 184 p. Clémence Wisner, Antoinette, magazine féminin de la CGT de 1955 à 1969, Université Paris 1, mémoire de maîtrise sous la direction Michel Dreyfus, 1999, 132 p.

3 Élyane Bressol (dir.), Autour de l’histoire du magazine Antoinette, Montreuil, IHS-CGT, 2010, 166 p.

4 Née le 23 juillet 1905 à Paris et décédée le 23 janvier 2001 à Valence-d’Agen, Madeleine Colin a été employée des PTT. Féministe, résistante, militante communiste et syndicale, elle fut secrétaire confédérale de la CGT (1955-1969) et directrice du mensuel féminin Antoinette de 1955 à 1975. Pour plus d’informations, voir la notice de Slava Liszek dans le Maitron.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emeric Tellier, « Jocelyne George, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2629

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page