Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Hélène Carrère d’Encausse, Alexandre II, le printemps de la Russie

Paris, Fayard, 2008, 522 p.
Korine Amacher
Référence(s) :

Hélène Carrère d’Encausse, Alexandre II, le printemps de la Russie, Paris, Fayard, 2008, 522 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Hélène Carrère d’Encausse est consacré au règne d’Alexandre II (1855-1881) qui, en abolissant le servage en 1861 et en réalisant des réformes substantielles dans tous les domaines, a profondément transformé la Russie. Cette biographie (qui succède à celles de Constantin de Grünwald [1963] et d’Henri Troyat [1990]), propose au grand public un point de vue clair et cohérent sur un règne complexe et sur un tsar moins faible que ce que l’historiographie, russe comme occidentale, a souvent décrit. Enfin, cet ouvrage traite une question dont on connaît l’importance : les difficultés auxquelles se sont heurtés tous les dirigeants politiques qui, en Russie, ont voulu réaliser des réformes radicales. Aujourd’hui encore, écrit Hélène Carrère d’Encausse, « la Russie constate combien il est difficile de réformer ».

2Lorsqu’Alexandre arrive au pouvoir en 1855, il est placé devant un choix cornélien : perpétuer la politique autocratique à outrance de son père ou lancer un vaste programme de réformes pour sortir la Russie du retard économique, social et politique que la défaite de Crimée a brutalement révélé. Pourtant, paradoxe souvent souligné, le règne despotique de Nicolas Ier est aussi l’âge d’or de la culture russe. Ce sont les années de Pouchkine, Lermontov et Gogol, mais encore de Tourgueniev, Dostoïevski et Tolstoï. Ce sont les grands débats entre slavophiles et occidentalistes, les années de l’émergence de l’intelligentsia, que Hélène Carrère d’Encausse décrit comme des « Russes cultivés insatisfaits du monde dans lequel ils vivent, préoccupés d’y trouver des solutions ». Une intelligentsia qui, à l’instar de Herzen et Bakounine, n’est plus constituée de nobles uniquement, mais aussi de raznotchintsy, ces hommes de conditions multiples qui ont désormais accès à l’éducation supérieure. Une intelligentsia dont le discours se radicalise à mesure que son impossibilité d’agir se renforce. Mais, écrit Hélène Carrère d’Encausse, « que disparaisse le despote, que le système s’infléchisse, et l’intelligentsia pourra transformer sa révolte en action ». Tel est le contexte dont Alexandre hérite et qui est retracé dans les premiers chapitres.

3Alexandre choisit la rupture avec une politique dont son entourage reconnaît la « faillite générale ». Rapidement, il abroge les mesures les plus impopulaires du règne de son père. Notamment, il amnistie les exilés politiques, ce qui, « mieux que tout discours », témoigne de la rupture. Mais c’est en premier lieu la question du servage, auquel Hélène Carrère d’Encausse consacre tout un chapitre, qu’Alexandre doit résoudre. Car le servage, « symbole de l’arriération russe », est perçu par beaucoup en Russie même comme un « scandale moral » et social, inadapté aux nouveaux besoins économiques du pays. Pourtant, l’abolition du servage, en quoi l’auteur voit l’un des actes les plus courageux du règne d’Alexandre, « et même de toute l’histoire russe », laisse une partie de la population insatisfaite, car elle comporte « un certain nombre de faiblesses que l’avenir mettra au jour ».

4Si l’abolition du servage est saluée par l’Europe progressiste, la politique tsariste vis-à-vis de la Pologne, dont l’existence politique a cessé après le partage de 1795, suscite en revanche l’indignation des élites libérales européennes, ce qui provoque en Russie une « réaction de fierté nationale offensée, jusque dans les milieux libéraux ». Le sentiment national est en effet vif en Pologne, et ni la création du petit royaume de Pologne en 1815, ni les mesures libérales n’ont mis fin aux velléités de révolte des Polonais. C’est ce que montre la révolte de 1863, à la suite de laquelle « le royaume et le nom même de Pologne » sont « biffés d’un trait de plume » par Alexandre. Comme le souligne Hélène Carrère d’Encausse, « la seule voix discordante dans ce chœur violemment antipolonais » fut celle de l’émigré Herzen, pour qui le soulèvement polonais signifiait la défense de la liberté. En revanche, en Europe, écrit-elle, la Russie est à nouveau perçue comme « un pays attardé et oppresseur » et son « souverain-libérateur » comme un « traditionnel despote russe ».

5Les chapitres suivants évoquent les années que Hélène Carrère d’Encausse qualifie de « printemps russe » (1861-1866), expression qu’elle a d’ailleurs choisie comme titre à son ouvrage. L’heure est aux réformes : de l’administration locale, de l’enseignement, de l’armée. La réforme de la justice aussi (1864), qui crée l’ordre des avocats, introduit la procédure publique et orale ainsi que le jury en matière criminelle. Une réforme qui transforme la Russie en un état de droit, attire de nombreuses vocations juridiques (Lénine, qui étudia le droit dans sa jeunesse, en est un bon exemple, rappelle l’auteur) et permet aux esprits radicaux d’utiliser « cette liberté à leur profit », et de transformer les procès des révolutionnaires en véritables tribunes politiques. Ce qui provoquera « un raidissement de la fraction conservatrice des élites à qui Alexandre II avait imposé, dans les années 1860-1864, sa volonté réformatrice ». Mais la première partie du règne d’Alexandre, c’est aussi « la puissance retrouvée » (chapitre VII). La terrible guerre du Caucase se termine officiellement en 1859 avec la « spectaculaire reddition » de Chamil, qui cache le fait que le Caucase n’est pas totalement pacifié. Surtout, dès 1864, la Russie se constitue un « nouvel empire en terre d’islam, dans la steppe et au Turkestan ». La conquête de l’Asie centrale constitue, écrit Hélène Carrère d’Encausse, « la revanche russe sur l’humiliation subie en Crimée, sur l’interminable guerre du Caucase, sur l’éternelle collusion franco-polonaise ». Réformes intérieures, puissance retrouvée, ce sont des « années bénies », écrit-elle, malgré le « fantôme » de la Pologne écrasée, qui « témoigne que la liberté n’est pas accessible à tous au sein de l’empire de Russie ».

6On peut effectivement, à la suite de Hélène Carrère d’Encausse, partager le règne en deux, comme le suggère le chapitre intitulé « La fêlure ». En 1865, la Russie « ne ressemble plus en rien à celle que le monde a connue dix ans plus tôt ». Toutefois, souligne-t-elle, ces changements contiennent en germe une faiblesse : l’autocratie, c’est-à-dire le système politique, reste intacte. La société se transforme, la vie intellectuelle et administrative évolue, mais l’édifice est de plus en plus « inconfortable ». De son côté, la jeunesse radicale exige plus. Le 4 avril 1866, un jeune homme tire sur l’empereur, mais manque sa cible. Proche des cercles révolutionnaires, il a toutefois agi seul. Or, son geste, rappelle Hélène Carrère d’Encausse, est annonciateur d’un état d’esprit de plus en plus répandu au sein de la fraction radicale de l’intelligentsia : « l’idée d’apporter des solutions violentes aux problèmes politiques ». Une « page politique » se tourne. Des conservateurs arrivent au pouvoir, ainsi le très réactionnaire Dimitri Tolstoï, nommé ministre de l’éducation. Choix néfaste, souligne l’auteur, car sa « politique de refus absolu de toute liberté dans le monde universitaire aura pour conséquence de radicaliser davantage encore les étudiants et souvent aussi leurs professeurs ». Quant à la question paysanne, les conséquences négatives du processus de 1861 se font désormais pleinement ressentir. Mais Alexandre considère encore que la « faim de terre » des paysans sera comblée par les « terres fertiles » d’Asie centrale, que « les peuples conquis » doivent abandonner aux colons russes. « L’élargissement de l’Empire dans les années où la volonté de réformer cède le pas à une certaine stagnation », écrit Hélène Carrère d’Encausse, représente « l’autre versant de la politique impériale ». Les années qui suivent sont marquées au niveau international par la guerre russo-turque (1877-1878), sur fond de panslavisme auquel une partie de la société russe adhère. La Russie se pose en libératrice de la Bulgarie et en protectrice naturelle des orthodoxes des Balkans, mais, souligne l’auteur, elle n’accorde pas aux problèmes intérieurs l’attention qu’ils méritent. Or la situation économique est désastreuse, les réformes ne sont pas menées à terme, le mécontentement social grandit, et la montée des oppositions laisse craindre des désordres révolutionnaires.

7Les chapitres suivants retracent le développement de la contestation intérieure, incarnée par une intelligentsia « parvenue à maturité ». Hélène Carrère d’Encausse passe en revue les trois grands courants d’idées révolutionnaires (le nihilisme, le populisme et l’anarchisme), elle retrace les destins de certains représentants du mouvement révolutionnaire : Nikolaï Tchernychevski notamment, surnommé par Ivan Tourgueniev « le Robespierre des lettres », Netchaev, ce « sombre personnage » immortalisé par Dostoïevski dans Les Possédés, ou encore Tkatchev que, à la suite de Nikolaï Berdiaev, Hélène Carrère d’Encausse qualifie de « père spirituel de Lénine » pour avoir placé au centre de sa pensée l’idée de « la domination de la minorité sur la majorité ». On peut toutefois regretter que l’auteur, comme l’historiographie soviétique avant elle, attribue avec certitude à Tchernychevski la paternité d’un manifeste révolutionnaire appelant à une révolte générale. En réalité, ce n’est pas la publication de ce texte qui mena à l’arrestation de Tchernychevski en 1862. De fait, le manifeste ne sera ni publié, ni diffusé. Quant à la question de la paternité du texte, elle reste ouverte jusqu’à aujourd’hui. Tchernychevski n’apparaît pas dans ce texte, qui prône en outre non pas la révolte générale, mais le rejet de toute action révolutionnaire hâtive et de toute révolte prématurée. Ne détenant aucune preuve contre Tchernychevski, le gouvernement alla jusqu’à en fabriquer, ce qui lui permit de l’accuser de participation à la rédaction de proclamations révolutionnaires, et ainsi le condamner.

8Les derniers chapitres retracent le contexte de l’émergence du terrorisme après le « coup de pistolet » de Vera Zassoulitch en 1878 contre le gouverneur de Saint-Pétersbourg. Or, l’acquittement de la jeune fille (alors que sa culpabilité ne faisait aucun doute), durant un procès public qui se déroula dans une ambiance défavorable au pouvoir, consacre, écrit Hélène Carrère d’Encausse, « le droit moral de disposer de la vie d’autrui contre le droit tout court, qui l’interdisait ». La terreur, écrit-elle, « trouvait là une légitimité ». De fait, après cet attentat, la Russie sombre peu à peu dans « un tourbillon de violences », où actes terroristes et répression s’enchaînent, jusqu’à ce que le tsar soit déchiqueté par une bombe lancée par un terroriste de La Volonté du peuple. Les révolutionnaires espéraient, eux, le « lancement simultané d’une insurrection populaire qui, le souverain mort, engloutirait le régime ». Notons ici que l’auteur nomme souvent les révolutionnaires des « nihilistes ». Terme malheureux, car cela perpétue la confusion faite en Occident depuis toujours, et que Kropotkine déplorait déjà dans ses Mémoires d’un révolutionnaire, entre deux phénomènes différents : le nihilisme des années 1860, fondé sur un individualisme radical et qui, pour cette raison, fut rejeté par les révolutionnaires dès les années 1870, et le terrorisme des années 1880, qui prônait le sacrifice de soi (car « entrer » en terrorisme signifiait se sacrifier à la cause) au nom de la « liberté » du peuple russe.

9Dans le dernier chapitre, intitulé « La fin de l’espérance », Hélène Carrère d’Encausse éclaire le lien profond qui existe entre les choix politiques et la vie privée du souverain (pour la rédaction de son ouvrage, Hélène Carrère d’Encausse a d’ailleurs lu l’immense correspondance, qui s’étend de 1866 à 1881, entre Alexandre et sa maîtresse). L’impératrice s’éteint en mai 1880. Quelques semaines après, Alexandre épouse sa maîtresse, Catherine Dolgorouki, ce qui va conférer un surplus d’autorité au ministre de l’Intérieur, Loris-Melikov, l’homme qui fera pencher le tsar du côté des réformes. Le fils d’Alexandre, héritier du trône, soutenu par le clan conservateur, est hostile au mariage de son père. En effet, ce mariage fait peser sur lui le risque d’être écarté au profit des enfants issus de la relation de son père avec sa maîtresse (même si, souligne l’auteur, rien n’indique qu’Alexandre ait envisagé un changement de l’ordre dynastique). Dès lors, une « alliance » s’instaure entre Loris-Melikov et l’épouse du tsar. Car le ministre, en se montrant favorable à celle qu’Alexandre avait promis de couronner, s’assure du soutien de cette dernière à ses projets de réformes politiques. Mais la « porte ouverte » sur la modernité politique se referme sur « un double désastre » : Alexandre est assassiné le jour où il signe le projet « qui devait faire entrer la Russie dans une ère nouvelle » et être discuté au Conseil quatre jours plus tard. Or, la chance « de voir la Russie avancer sur la voie de la modernité européenne sans traumatismes, sans épisodes meurtriers » n’est pas saisie par Alexandre III, qui choisit d’ignorer l’héritage de son père.

10L’ombre d’un autre réformateur, celle de Gorbatchev, plane sur l’ouvrage d’Hélène Carrère d’Encausse, qui constate « l’incroyable difficulté d’accomplir des réformes radicales lorsqu’il s’agit de bouleverser tout l’ordre social et politique ». Preuve en est le règne du dernier tsar russe, Nicolas II, qui se termina « dans le sang et l’effondrement de la monarchie ». Alexandre, écrit-elle, épargna cela à son pays. Le sang versé, « prix de la réforme, fut seulement le sien ». Dans sa conclusion, Hélène Carrère d’Encausse pose une question que tout historien qui s’est penché sur ce règne n’a pas manqué de se poser, tant elle est lancinante : « qu’eût alors été l’histoire politique de la Russie » si la « constitution » de Loris-Melikov avait été promulguée le 4 mars 1881 ? Elle écrit que « réécrire l’histoire est un exercice séduisant, mais vain. Il n’en est pas moins permis de rêver un instant ». D’autres rêves sont permis : que se serait-il passé si Alexandre n’avait pas détourné le pays de la voie des réformes en 1866 (ce dont, d’ailleurs, le supplia Herzen), et s’il n’avait pas mis fin à la collaboration entre lui et la société cultivée et progressiste, qui avait marqué de son empreinte les années de réformes ? Peut-être que cela aurait permis aux éléments progressistes de la société, qui le désiraient tant, de s’impliquer toujours plus dans la vie du pays, et ainsi d’éloigner certains d’entre eux de formes d’actions plus radicales ? La collaboration entre le tsar et la société cultivée et libérale, c’est précisément ce que craignaient les révolutionnaires les plus radicaux. Et ce sont ces radicaux, pourtant minoritaires, qui triompheront en 1881, lorsque le tsar, peut-être trop tard, et forcé par les circonstances, se décida à relancer le cours des réformes. Quant à la société civile cultivée, active professionnellement, elle s’était déjà éloignée d’un tsar qui n’aura eu de cesse, dès la fin des années 1860, de restreindre ses marges de manœuvre et son autonomie, en lui refusant toute participation active aux affaires politiques et économiques du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Korine Amacher, « Hélène Carrère d’Encausse, Alexandre II, le printemps de la Russie », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2626

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page