Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Côme Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon

Éditions Aléas, 2011, 244 p.
Jean-Baptiste Le Cam
Référence(s) :

Côme Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, Éditions Aléas, 2011, 244 p.

Texte intégral

1Lire Les massacres de septembre 1792 à Lyon, c’est se délecter du plaisir d’une double découverte. Non seulement, on accède à l’intelligence d’un événement jusqu’à présent délaissé ou instrumentalisé par l’historiographie, mais on fait aussi la rencontre d’un jeune historien qui se distingue par sa rigueur et son esprit critique.

2Dès l’introduction, l’auteur dresse le constat d’un relatif désintérêt de l’historiographie des violences révolutionnaires pour ces massacres lyonnais. Côme Simien y voit l’effet de la proximité chronologique de la révolte fédéraliste du printemps et de l’été 1793 et de sa répression, sur lesquelles la plupart des travaux historiques se sont concentrés au détriment des massacres intervenus un an auparavant dans la même ville. Toutefois, les travaux de Paul Chopelin sur l’histoire religieuse de Lyon sous la Révolution se sont confrontés à cet événement et sa genèse. Côme Simien y fait non seulement référence, mais surtout il reprend à son compte, afin de les approfondir, les réflexions de P. Chopelin sur la genèse de ces massacres, qui résulteraient d’une interaction entre un contexte local de radicalisation des discours de certains acteurs et le contexte national des massacres parisiens. Mais l’auteur ne se contente pas d’interroger la place des massacres lyonnais dans l’historiographie de la Révolution française. à partir de l’exemple des massacres parisiens de septembre 1792, il rappelle aussi à quel point les historiens ont diversement analysé les violences collectives révolutionnaires. C’est d’ailleurs en s’appuyant sur la diversité de ces interprétations que Côme Simien construit sa problématique. Ainsi, dans la lignée des travaux pionniers de Pierre Caron, il se demande si l’on peut identifier, en amont des massacres, un processus de « préparation mentale collective » contribuant à expliquer le déclenchement de cette violence exceptionnelle. Par ailleurs, comme l’ont fait avant lui Michel Vovelle ou Paolo Viola, mais aussi les historiens de l’école critique, Côme Simien pose la question des motivations de la foule massacrante, des significations éventuellement politiques que donneraient les acteurs à leurs propres violences.

3Mais avant de se lancer dans cette analyse de la genèse et du sens de ces massacres, l’auteur se fait historien « positiviste » afin de tenter de reconstituer le plus précisément possible la journée du 9 septembre 1792 et d’en proposer un récit fondé sur une démarche scientifique rompant avec les logiques mémorielles dont, jusqu’à présent, l’écriture de cet événement était empreinte. Ainsi, avec humilité et rigueur, C. Simien montre qu’après une cérémonie « patriotique » organisée le matin du 9 septembre à Lyon, une foule émeutière s’empare, dans l’après-midi, de huit officiers détenus dans la prison de Pierre-Scize, les décapite puis promène leur tête dans la ville. Enfin, dans la soirée, la foule tue deux prêtres réfractaires détenus dans deux autres prisons lyonnaises, puis un dernier, reconnu et arrêté en pleine rue.

4Cette reconstitution des faits s’ouvre sur la partie la plus intéressante de l’ouvrage, à savoir celle qui tente de comprendre comment des individus, vivant et agissant dans un contexte spécifique, ont pu s’adonner à des formes radicales de violence. Ce travail de recherche des « préconditions » et détonateurs de la violence s’appuie sur une exploitation rigoureuse d’un corpus de sources difficile à manier, car hétérogène et souvent partial.

5Dans cette perspective, Côme Simien commence par interroger l’hypothèse d’un lien entre pauvreté et explosion de la violence. Ainsi, à la veille de la Révolution, les inégalités de richesse au sein de la population lyonnaise sont plus prononcées qu’au début du xviiie siècle. Par ailleurs, la population lyonnaise est confrontée à des difficultés frumentaires en cet été 1792, ce qui entretient un climat d’anxiété collective liée à la peur de ne pouvoir se nourrir. Toutefois, Côme Simien montre bien que cette angoisse de la faim ne peut expliquer à elle seule cette explosion de violence. En effet, les victimes de cette violence ne sont pas identifiées par la foule comme des accapareurs. En outre, des émeutes frumentaires éclatent à Lyon avant le mois de septembre, mais ne débouchent pas sur des massacres. Dès lors, cette angoisse de la faim peut constituer une « précondition » du massacre, mais ne peut pas être considérée comme un détonateur de la violence.

6Cette atmosphère d’angoisse collective est renforcée par le contexte militaire. La guerre qui, depuis avril 1792, oppose la France à l’Autriche puis à la Prusse, est un sujet de préoccupation majeur au sein de la population lyonnaise saisie par la crainte d’une invasion de la ville par les armées piémontaises et suisses. La position frontalière de Lyon, aux portes de deux états susceptibles de rejoindre les forces contre-révolutionnaires, contribue donc à la construction d’un imaginaire anxiogène. Or cet imaginaire est éminemment politique. Ainsi, comme en témoignent, la presse locale ou les rumeurs qui parcourent la ville et associent « étrangers » et « aristocrates », ce qui effraie une partie du peuple lyonnais, c’est précisément la présence, aux portes de la ville, d’un ennemi potentiellement contre-révolutionnaire. Mais la situation frontalière de Lyon fait aussi naître la crainte que la ville ne soit un repaire d’ennemis de l’intérieur, d’« aristocrates » français prêts à tout pour s’emparer de la ville ou rejoindre les rangs des armées contre-révolutionnaires postées hors des frontières.

7La politisation de la peur, qui s’exprime à travers la hantise d’un complot aristocratique, est donc manifeste dans une partie de la population lyonnaise. Mais d’autres éléments, opérant cette fois à l’échelle nationale, accentuent cette politisation de la peur. Ainsi, Côme Simien insiste sur le rôle des événements parisiens du 10 août. L’arrestation du roi et la chute de la monarchie, dont la nouvelle parvient trois jours plus tard à Lyon, font naître un sentiment anxiogène de vide politique, cette « crise profonde des valeurs généralement admises » dont parle P. Viola (cité par C. Simien). Cette angoisse liée à l’effondrement brutal du paradigme politique de la monarchie s’exprime notamment par le biais de violences verbales appelant au massacre des prêtres réfractaires ou des « aristocrates ». à ce propos, s’inspirant des analyses de Jean-Clément Martin, Côme Simien montre que ces violences langagières (qui s’expriment dans les sociétés populaires ou dans les journaux) contribuent à déshumaniser l’ennemi politique en l’associant à des figures animales monstrueuses telles que l’hydre. Dès lors, ces violences langagières construisent un terreau favorable au passage à l’acte physique. Enfin, cette peur politisée se diffuse au sein de la population grâce à la presse, mais surtout aux nombreux vecteurs de communication orale (sociétés populaires, assemblées électorales, rumeurs).

8Par suite de leurs « préconditions » éminemment politiques, les massacres lyonnais du 9 septembre 1792 relèvent donc bien d’une forme de violence étroitement liée au nouveau contexte politique créé par la Révolution et donc bien différente des violences traditionnelles d’ancien régime. Toutefois, C. Simien rappelle que ces massacres, tout comme d’autres violences révolutionnaires, trouvent leurs conditions de possibilité dans une caractéristique fondamentale de la société d’ancien régime, à savoir l’expérience quotidienne et banale de la violence. Celle-ci s’exprime dans les rapports entre voisins, dans cette précarité dont souffre le petit peuple urbain, dans cette proximité de la mort vécue quasi quotidiennement, dans ces supplices publics infligés aux condamnés dont usent et abusent les autorités d’Ancien-Régime.

9Cette véritable « pédagogie de la violence » qu’évoque Haïm Burstin, héritée de l’ancien régime, contribue donc à rendre possible le passage à l’acte violent en septembre 1792. Mais C. Simien raisonne aussi sur le temps court en montrant que l’attitude des autorités locales lors d’événements légèrement antérieurs aux massacres de septembre 1792 contribue à légitimer, aux yeux du peuple, l’exercice d’une violence dirigée contre les ennemis de la Révolution. Ainsi, entre 1790 et 1792, des violences sont commises à Lyon contre des individus identifiés, par les auteurs de ces actes, comme hostiles à la Révolution. Or, les autorités locales ne sanctionnent pas ces actes de violences. Dès lors, cette attitude persuade une partie du peuple lyonnais que la violence populaire, lorsqu’elle protège la Révolution de ses ennemis, est légitime. Ce souvenir collectif d’une violence populaire légitime joue donc lui aussi un rôle non négligeable dans le passage à l’acte de la foule en septembre 1792.

10Enfin, Côme Simien termine son analyse de la genèse des massacres en mettant en lumière, ce qu’il nomme des « étincelles ». Il s’agit de faits pouvant expliquer pourquoi la violence se déclenche précisément en septembre 1792 et est dirigée en particulier contre des prêtres réfractaires et des officiers détenus à Pierre-Scize. L’accusation de complot aristocratique formulée par Vitet, le maire de la ville, contre les officiers détenus à Pierre-Scize constitue la première de ces « étincelles » puisqu’elle assimile ces officiers à la figure honnie du contre-révolutionnaire ennemi de l’intérieur. De surcroît, les officiers portent sur leurs vêtements un signe distinctif religieux, ce qui achève de les identifier à des comploteurs agissant de concert avec les prêtres réfractaires. Par ailleurs, la détention des officiers dans une prison remise en service spécifiquement pour l’occasion renforce la conviction, au sein du peuple lyonnais, que ces détenus sont dangereux puisqu’ils ne sont pas traités comme tous les autres citoyens. Pour finir, la nouvelle des massacres parisiens des 2, 3 et 4 septembre arrive à Lyon avant le 9 du même mois. Or, ces massacres sont légitimés comme un acte de justice populaire contre les ennemis de la Révolution par une circulaire de la Commune de Paris envoyée à toutes les autorités départementales. La nouvelle de ces massacres ravive donc cette mémoire de la violence légitime qui s’est imposée dans l’imaginaire d’une partie des Lyonnais entre 1790 et 1792.

11Après avoir longuement analysé la genèse de ces massacres, Côme Simien répond à la question des motivations de ceux qui pratiquent cette violence. Il précise d’abord qu’aucun indice ne permet d’affirmer que la foule massacrante est manipulée par des agents corrupteurs. Il souligne aussi que l’argument de l’appât du gain ne tient pas puisque le registre de sépulture d’un des officiers mentionne des objets personnels de grande valeur, dont la foule ne s’est pas emparé. Si la foule commet ces violences ,c’est avant tout pour exercer sa souveraineté. En effet, C. Simien montre bien que ces massacres constituent un acte judiciaire et politique conscient de la part de ceux qui s’y adonnent. Ainsi, la geste du massacre est significative de cette dimension judiciaire qui lui est attribuée, puisqu’en promenant les têtes des victimes sur des piques, les acteurs des massacres imitent le caractère exemplaire de la justice d’ancien-régime, des actes des rois qui exposent aux yeux de tous les habitants des villes insurgées les têtes des meneurs de la révolte. Cette symbolique judiciaire est confirmée par l’existence d’une foule qui tue et d’une foule qui observe et confère par là même une légitimité souveraine à cet acte devenu public. Par ailleurs, le geste du massacre revêt aussi une signification politique. En décapitant les corps des victimes, la foule massacrante tient un langage révolutionnaire, celui de la tête de l’hydre aristocratique que l’on tranche. On peut aussi interpréter cette décapitation comme une forme de raillerie à l’encontre de victimes identifiées comme des ennemis catholiques de la Révolution : en séparant leur tête et leur corps, il s’agit de les empêcher de connaître le Jugement dernier, car les corps doivent être complets pour y être soumis.

12Ainsi, le travail de Côme Simien montre à quel point on ne peut réduire les massacres lyonnais, comme d’autres violences révolutionnaires, à des actes commis par une foule manipulée par quelques « agitateurs » ou qui serait motivée par des considérations purement économiques. Aux antipodes d’une vision de la violence populaire qui est au coeur des idées reçues et légendes noires dont la Révolution française fait encore trop souvent l’objet, C. Simien met en lumière toute la complexité de la genèse des massacres ainsi que la signification éminemment politique que leur donnent ceux qui y participent. Enfin, ce travail témoigne de toute la richesse d’une démarche qui inscrit l’histoire locale dans un jeu d’échelles temporelles et spatiales multiples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Cam, « Côme Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2623

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Cam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page