Navigation – Plan du site
FILMS ET RÉALISATIONS AUDIOVISUELLES

La mer à l’aube. Les dernières heures de Guy Môquet

film de Volker Schlöndorff, DVD Arte-France, 2012, 90 mn.
Philippe Daumas
Référence(s) :

La mer à l’aube. Les dernières heures de Guy Môquet, film de Volker Schlöndorff, DVD Arte-France, 2012, 90 mn.

Texte intégral

  • 1 Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Paris, éd. Stock, 2000, 186 p.
  • 2 Heinrich Böll, Das Vermächtnis. Erzählung, Lamuv Verlag, 1982, 160 p., non traduit en français.
  • 3 Ernst Jünger, Zur Geiselfrage, Schilderung der Fälle und ihrer Auswirkungen, Klett-Cotta Verlag, 20 (...)
  • 4 Le réalisateur développe son analyse de l’affaire dans un livre paru en même temps que la sortie du (...)

1À travers le personnage central de Guy Môquet, ce sont les dernières heures et l’exécution des fusillés de Chateaubriant qui sont retracées dans ce film, que Volker Schlöndorff définit comme une « fiction historique » : si les paroles et les gestes des personnages sont inventés, le déroulement des événements et le cadre historique sont reconstitués le plus fidèlement possible. Le récit s’inspire de trois ouvrages : un roman de Pierre-Louis Basse consacré au personnage de Guy Môquet1, une nouvelle d’Heinrich Böll2, qui a effectué son service militaire au même moment sur le Mur de l’Atlantique, et un rapport détaillé écrit par Ernst Jünger3, alors officier de l’administration militaire allemande à Paris, à la demande du gouverneur militaire, le général von Stülpnagel. En complément de programme, un documentaire intitulé Hors-champ présente divers témoignages et commentaires, dont ceux de Volker Schlöndorff lui-même4, et propose une analyse détaillée du contexte historique.

  • 5 Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet, enquête sur une mystification officiell (...)
  • 6 Voir à ce sujet, François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert La (...)

2Il est regrettable qu’Arte ait confié cette responsabilité à Franck Liaigre et Jean-Marc Berlière, deux historiens spécialisés dans le dénigrement du Parti communiste, auteurs en particulier d’un ouvrage au titre édifiant, L’affaire Guy Môquet, enquête sur une mystification officielle5. Pour traiter ces événements, les historiens objectifs ne manquaient pourtant pas. Cette erreur de casting n’a heureusement que peu d’effets sur le film comme sur le documentaire. Tout au plus peut-on entendre Franck Liaigre déclarer que le pacte de non-agression germano-soviétique fait des deux pays « des alliés », propos indignes d’un historien, brièvement repris par un des personnages du film. Par ailleurs, une scène dans le camp voit les deux plus jeunes otages expliquer les causes de leur arrestation : Guy Môquet a distribué des tracts, Claude Lalet a participé à la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 à Paris. Les choses sont ainsi remises en place, et si ces actes de propagande peuvent paraître modestes aujourd’hui, ce sont ceux d’une Résistance naissante, qui peine encore à construire ses réseaux et à définir ses formes d’action6.

  • 7 Interview réalisée à Potsdam par la chaîne Arte le 1er juin 2010, reproduite dans le dossier de pre (...)

3D’ailleurs Volker Schlöndorff, premier réalisateur allemand à oser un film sur l’Occupation, ne s’intéresse pas au débat sur l’entrée en résistance du PCF. Son propos est ailleurs, à la fois plus actuel et plus universel. L’idée directrice du film est de rompre avec la vision traditionnelle et caricaturale du rapport occupant-occupé, de faire apparaître dans les deux camps la diversité des attitudes et la complexité des rapports entre leurs différentes composantes, de susciter une réflexion sur les comportements humains face à des situations extrêmes : la mort, la guerre, la barbarie. Mais le message est également tourné vers l’avenir  : il s’agit de « proposer une reconstitution en mosaïque, un chant polyphonique, sans parti pris, à l’intention de tous ceux qui doutent du sens de l’Europe7 ».

  • 8 Curieusement, Volker Schlöndorff ramène ce délai à une trentaine d’heures, en situant par erreur l’ (...)

4L’action se déroule de manière strictement chronologique, concentrée sur trois jours à peine, entre l’assassinat du lieutenant-colonel Hotz à Nantes (20 octobre 1941 à 8 heures) et l’exécution des otages (22 octobre 1941 à 16 heures)8. Elle s’articule autour de trois thèmes principaux : l’attentat et la réaction de l’armée allemande, le choix des otages, les dernières heures des fusillés. Le film est techniquement très réussi : une distribution irréprochable, une reconstitution fidèle et précise du cadre historique, une mise en scène sobre mais efficace, qui évite le piège du sentimentalisme tout en ménageant, surtout dans les dernières scènes, des moments d’une grande émotion. Évitant tout effet de style, le réalisateur donne la priorité à la compréhension des faits et à la psychologie des personnages.

5C’est précisément cet aspect du film qui est le plus intéressant, mais peut-être aussi le plus discutable. Refusant par principe une écriture simpliste ou manichéenne de l’histoire, Volker Schlöndorff donne des différents protagonistes une vision humaine, faisant apparaître leurs doutes, leurs contradictions, leurs hésitations, leurs problèmes de conscience. Côté français, les résistants paraissent dépassés par les conséquences de leur acte, les otages divisés sur la conduite à tenir, le sous-préfet partagé entre sa conscience et son sens du devoir. Côté allemand, Ernst Jünger proclame son admiration pour la culture française, son dégoût de la barbarie nazie, suggère même l’idée d’un attentat contre Hitler, et le général von Stülpnagel, pourtant responsable de l’exécution des otages, met en doute l’efficacité de cette politique. Rien n’est simple, rien ne paraît écrit d’avance, et pourtant la mécanique implacable de la guerre va se dérouler jusqu’à son terme, sans que les états d’âme des uns et des autres y changent quoi que ce soit.

  • 9 Entretien du 23 mars 2012, disponible sur le site de Télérama : http://television.telerama.fr/telev (...)
  • 10 Entretien à Télérama, id.

6Dans une interview accordée à Télérama9, Volker Schlöndorff souligne le caractère ambigu du personnage d’Ernst Jünger : « Il est partie prenante, et tout ce qu’il raconte sur sa compassion et sa volonté de ne pas se mêler du cours de l’histoire, ce sont des mensonges qu’il se fait à lui-même. Du moment qu’il porte l’uniforme, il fait partie de l’appareil d’oppression ». Mais cette critique pourrait également s’appliquer aux autres personnages. Von Stülpnagel, malgré ses doutes, fera fusiller les otages, puis d’autres encore en décembre 1941, fera organiser des rafles et déporter des milliers de juifs jusqu’à sa démission en février 1942. Le sous-préfet Lecornu qui, dans un premier temps, refuse de participer à la répression, finit par négocier la liste des fusillés et par accepter l’idée que les communistes ne sont pas de « bons Français ». Chacun finit par jouer son rôle dans un mécanisme dont il n’est qu’un rouage, mais dont il accepte la logique et dont il porte lui aussi une part de responsabilité. Comme le dit Volker Schlöndorff lui-même, « des gens très corrects, de fins esprits bien élevés, peuvent se faire les instruments de l’horreur »10.

  • 11 Le personnage donne sans doute une image faussée du positionnement de l’Église catholique. Il aurai (...)

7Une autre logique existe pourtant, celle du refus, mais elle est incarnée ici par des personnages relativement marginaux : celui du jeune soldat allemand exprimant sa liberté de pensée face à un officier qui prétend lui interdire de réfléchir, assume la sanction et sera physiquement incapable de participer au peloton d’exécution ; celui de l’abbé Moyon, qui reproche au sous-préfet d’avoir mis « le doigt dans l’engrenage » et aux Allemands leur « politique folle »11. Mais ces deux personnages n’ont aucune prise sur le cours des événements. La démarche de Volker Schlöndorff, si positive soit-elle, trouve là ses limites et son ambiguïté. Mettre en avant la complexité des comportements, les déchirements intérieurs, les états d’âme des protagonistes, peut nous rassurer peut-être au sujet de la nature humaine, mais risque aussi d’occulter en partie cette idée essentielle et toujours d’actualité dans le monde d’aujourd’hui : face à la barbarie, les seules réponses possibles sont l’indignation et la révolte. Ce choix-là, dans l’esprit comme dans les actes, c’est celui de la Résistance.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Paris, éd. Stock, 2000, 186 p.

2 Heinrich Böll, Das Vermächtnis. Erzählung, Lamuv Verlag, 1982, 160 p., non traduit en français.

3 Ernst Jünger, Zur Geiselfrage, Schilderung der Fälle und ihrer Auswirkungen, Klett-Cotta Verlag, 2011, 160 p., non traduit en français.

4 Le réalisateur développe son analyse de l’affaire dans un livre paru en même temps que la sortie du film : Volker Schlöndorff, La mer à l’aube, Paris, éd. Saint-Simon, 2012, 140 p.

5 Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet, enquête sur une mystification officielle, Paris, Larousse, 2009, 159 p.

6 Voir à ce sujet, François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, 1?187 p. ; Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.) La France des années noires, 2 vol., Paris, éd. du Seuil, 1993, rééd. coll. « Points », 2000 ; Les combattants de l’ombre, série documentaire de Bernard George et Olivier Wieviorka, diffusée sur Arte en octobre 2011, coffret de 3 DVD, Arte-France, 2011.

7 Interview réalisée à Potsdam par la chaîne Arte le 1er juin 2010, reproduite dans le dossier de presse du film : http://download.pro.arte.tv/uploads/La-mer-à-laube-Dossier-de-presse-2.pdf

8 Curieusement, Volker Schlöndorff ramène ce délai à une trentaine d’heures, en situant par erreur l’attentat un jour plus tard, le 21 octobre.

9 Entretien du 23 mars 2012, disponible sur le site de Télérama : http://television.telerama.fr/television/volker-schlondorff-on-m-a-beaucoup-dit-encore-un-film-sur-la-deuxieme-guerre-mondiale, 79239.php

10 Entretien à Télérama, id.

11 Le personnage donne sans doute une image faussée du positionnement de l’Église catholique. Il aurait été pertinent de signaler que le curé venait d’une commune voisine parce que celui de Chateaubriant avait refusé de se déplacer pour assister des communistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Daumas, « La mer à l’aube. Les dernières heures de Guy Môquet », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 avril 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2621

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page