Navigation – Plan du site
FILMS ET RÉALISATIONS AUDIOVISUELLES

La dame de fer

film franco-britannique de Phyllida Lloyd, 2012
Chloé Maurel
Référence(s) :

La dame de fer, film franco-britannique de Phyllida Lloyd, 2012

Texte intégral

1Dans ce film du genre biopic, la vie de Margaret Thatcher est retracée sous un jour très positif. Meryl Streep, qui s’est vu décerner l’oscar de la meilleure actrice pour ce rôle, incarne une « dame de fer » très humaine. Le film consacre une large place à montrer la Margaret Thatcher âgée, en proie aux confusions et à l’errance mentale provoquées par la maladie d’Alzheimer. Surveillée et entourée par sa fille et par des domestiques, elle croit à tout bout de champ voir son mari à ses côtés, alors que celui-ci est mort depuis 2003. Par une série de flashes-back, on voit défiler la vie de la jeune Margaret, fille d’un épicier de Grantham ; on la voit sautant de joie en apprenant qu’elle a été admise à l’université d’Oxford pour y suivre un cursus de chimie, et participer à Oxford à un dîner où elle est la seule femme et où elle se défend bravement face au machisme et au snobisme des hommes. Devant ces scènes, le spectateur ne peut s’empêcher de prendre parti pour la jeune femme et d’admirer son courage.

2étudiante, elle s’engage déjà en politique, rejoignant dès son arrivée l’Oxford University Conservative Association (OUCA), l’association des étudiants conservateurs d’Oxford et, en octobre 1946, elle en devient la présidente. Elle parviendra à faire passer le nombre de membres de l’OUCA de 400 à son arrivée à plus de 1 000 durant sa présidence. Le film présente ensuite, sur le mode de la romance sentimentale, sa rencontre avec Denis Thatcher, divorcé de milieu aisé qui deviendra son mari et son fidèle compagnon pendant toutes ses années au pouvoir. On la suit ensuite dans les étapes de son ascension et de son action politique en tant que Premier ministre. En 1959, elle est élue à la chambre des Communes, où elle sera élue sans discontinuer jusqu’en 1992. En 1970, elle devient ministre de l’éducation, poste auquel elle s’attache à favoriser les « grammar schools », écoles sélectives, contre les « comprehensive schools », écoles généralistes. Et, en 1975, elle prend la tête du Parti conservateur, après avoir méthodiquement mené campagne auprès des députés. Enfin, en mai 1979, elle devient Premier ministre. Elle est alors la première femme du monde occidental à arriver à la tête d’un état. Auparavant dans le monde, seules Sirimavo Bandaranaike au Sri Lanka en 1960, Indira Gandhi en Inde en 1966, et Golda Meir en 1969 en Israël, l’ont précédée à ce poste.

3Curieusement, les événements essentiels de son action politique sont présentés de manière très sommaire, quasiment survolés. On la voit sous son premier mandat œuvrer à la réduction des dépenses publiques, et en 1982 adopter une attitude ferme envers l’Argentine, qui conduit à la guerre des Malouines, conflit qui causera la mort de près de 300 Britanniques. Le programme de privatisations qu’elle lance à partir de 1983 sous son second mandat est abordé de manière assez floue (elle privatise British Airways en 1987, British Steel en 1988). Les grandes grèves des mineurs britanniques de 1984-1985 sont traitées rapidement. On la voit en revanche en octobre 1984 échapper de peu à la mort dans un attentat de l’IRA au Grand Hôtel de Brighton, où se tient le congrès annuel du Parti conservateur. Et le film évoque, la même année, son attitude intransigeante à l’égard de la Communauté économique européenne (avec sa célèbre phrase : « We are simply asking to have our own money back », allusion au fait que la Grande-Bretagne contribuait à la CEE plus qu’elle n’en recevait d’argent).

4Le traitement du sujet apparaît partial : lorsque le film montre des leaders du Parti travailliste en train de parler à la chambre des Communes, ils sont toujours présentés comme agressifs, inquiétants. De même lorsqu’on voit des manifestations contre la politique de Thatcher, les manifestants sont présentés comme violents, menaçants, dangereux, représentant l’anarchie voire la sauvagerie.

5De nombreux éléments de la politique de Margaret Thatcher sont passés sous silence, comme le fait qu’en 1971, ministre de l’éducation, elle ait supprimé la distribution de lait gratuite dans les écoles pour les enfants de 7 à 11 ans, mesure très impopulaire auprès des Britanniques. Le fait qu’en 1981, elle ait laissé mourir dix grévistes de la faim, dont Bobby Sands, au bout de 66 jours de grève de la faim, est évoqué de manière allusive en quelques secondes seulement. Par ailleurs, ses liens avec le général Pinochet ne sont même pas signalés.

6Au total, le traitement de l’action politique de Margaret Thatcher est décevant. C’est une vision très partiale que ce film nous donne à voir, le personnage de la « dame de fer » étant présenté comme sympathique et digne d’admiration. La performance de Meryl Streep vaut pour sa réussite à incarner une Margaret Thatcher âgée, vieille femme égarée en proie aux fantômes du passé. Mais on regrette que l’histoire et les enjeux politiques soient singulièrement absents de cette fresque lacunaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « La dame de fer », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2617

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page