Navigation – Plan du site
DÉBATS

Les mots de l’anthropologie visuelle1

Thomas Béraud
p. 169-182

Résumé

La multiplication des études dédiées à « l’image » et au « visuel » dans les sciences humaines et sociales amène à s’interroger sur la parenté de sens que chacune d’entre elles attribue à ces concepts. Les récentes publications en anthropologie visuelle témoignent de l’obscurcissement des effets de connaissance issus de cet encombrement sémantique, qui concernent in fine l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales. L’auteur propose de s’intéresser à l’approche du boundary-object, dont la portée heuristique permet de penser un collectif de recherche créant des opérations d’intelligibilité et de cumulativité des savoirs sur le visuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’adresse mes remerciements à Jérôme Lamy et à Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques, toujours a (...)
  • 2 Outre le numéro de L’Homme, indiquons la dernière livraison de la Revue de synthèse (t. 132, 2011/3 (...)

1Le foisonnement des sorties éditoriales consacrées à l’image depuis quelques mois dans les sciences humaines et sociales semble répondre à l’antienne de la prolifération des images dans le monde contemporain. C’est ainsi que l’on a pu assister à la publication quasi simultanée de numéros spéciaux de revues dédiés à la problématique de l’image et du visuel2. Tout ceci conduit évidemment à la question de savoir si le phénomène est fortuit, et relève d’une bienheureuse coïncidence pour les chercheurs intéressés par l’image, ou bien s’il ne révèle pas plutôt un fait particulier dont il vaudrait d’ores et déjà le coup de prendre la juste mesure, tant sur le plan épistémologique de la production de savoirs nouveaux que sur celui, plus sociologique, de l’organisation de cette forme de connaissance.

De la globalisation conceptuelle

2L’image et le visuel seraient, plus que jamais semble-t-il, devenus un enjeu de connaissance et de visibilité pour les universitaires. Mais que faut-il comprendre au travers de ces notions ? « Image », « visuel » : est-ce bien désigner la même chose ? Vraiment ? Utiliser l’image en tant qu’historien, sociologue ou bien encore anthropologue, est-ce faire la même chose ?

3Introduire à ces pistes de réflexion réclame de pointer une difficulté terminologique à double détente. Il y a en effet à redouter en premier lieu que, derrière la recrudescence de l’intérêt soulevé par ces notions, se cache en réalité un simple effet de mode – le dernier en date –, une niche intellectuelle favorable à ceux, peu familiers des enjeux, qui prendraient pour évidents leurs définitions et leurs usages (cela pourrait être par ailleurs l’objet d’une enquête très intéressante). Mais, après tout, si les chercheurs « opportunistes » font du bon travail, est-ce vraiment gênant ? Car, savoir repérer les thématiques d’actualité, les passer au moulinet de son savoir-faire préétabli, cela fait partie des capacités requises chez le chercheur. À l’inverse, ceux qui attestent d’un intérêt soutenu pour les questions du visuel et de l’image, et qui se montrent suffisamment tatillons pour opérer une démarcation entre les termes, ne cherchent-ils pas eux aussi à se démarquer du reste de leurs collègues ? Certes, chacun peut produire un usage lâche ou peu réfléchi de ces notions pour mener à bien ses travaux. Néanmoins, le risque encouru est d’assister finalement au développement de la fiction d’un champ de recherche constitué et a fortiori unifié. Or, traiter, par exemple, l’objet qui nous intéresse ici dans les termes du « visuel » n’est pas anodin ; cette opération de glissement lexical, sur laquelle nous allons revenir, rend compte des manières dont s’actualisent les réflexions relatives à l’image et à ses divers dispositifs (peinture, photographie, cinéma, télévision, informatique). Cette généralisation est-elle réellement surprenante ? Car, après tout, le « visuel » est un mot-valise qui voyage bien : parce que mot-valise, il assure avec efficacité le transfert des connaissances d’un pays à l’autre (internationalisation des savoirs relatifs à l’image) ; parce que mot-valise, il permet également de passer sans contrôle véritable les frontières disciplinaires (interdisciplinarité de la production desdits savoirs).

  • 3 Il suffit de mettre en miroir les numéros que la revue L’homme a consacré à « image et anthropologi (...)

4Cependant, le geste critique serait trop rapide s’il en restait en l’état et s’il réduisait le phénomène envisagé en termes purement formels de labellisation ou d’étiquetage, sans estimer que cette stratégie de nomination ne réponde pas, à quelque degré que ce soit, à une nécessité épistémologique. Est-ce que, au-delà des évolutions terminologiques, cette actualisation, pour ne pas dire modernisation, est conséquente dans les efforts épistémiques souhaitables pour penser l’image ? Pour le formuler autrement, recourir au visuel ou à l’image suffit-il pour autant à désigner un cadre théorique cohérent et à produire des effets d’intelligibilité pertinents ? Il y a fort à parier que cette désignation syncrétique fonctionne à l’« air de famille ». Les habitudes de classement peuvent parfois être trompeuses et nous amener à penser une essence derrière le concept. Wittgenstein, déjà, nous avait mis en garde contre la tentation de croire que des désignations communes ont des propriétés communes, parce qu’elles se réfèrent à une réalité apparemment partagée. Il suffit de reporter les réflexions menées par le philosophe à propos des « jeux de langage » à la problématique de l’image pour supposer qu’en anthropologie, en sociologie ou bien encore en histoire, le sens attribué au concept, bien que proche, n’est pas identique. S’il existe des points de convergence, chaque discipline conserve cependant sa tradition de recherche, ses objets, ses références ; sans compter qu’au sein même de chacune d’entre elles peuvent se manifester de profondes distinctions3. Toutefois, ce serait trop facile d’imputer une quelconque erreur de jugement ou une sorte d’empressement à catégoriser à l’encontre uniquement des chercheurs. Tout se passe comme si certains concepts possédaient la propriété de la plasticité ou, pour reprendre une formulation wébérienne, qu’ils étaient amorphes – au sens où il s’avère compliqué de ne pas en avoir un usage autre que polysémique, voire vague et indéterminé, transposable facilement d’un domaine à l’autre (comme en témoignent les usages du concept de « culture »).

5La mise en série apparente de publications consacrées au visuel dans les sciences humaines et sociales me fournit l’occasion d’appuyer une réflexion sur la structuration d’un ensemble d’études au prisme d’un domaine précis, celui de l’anthropologie visuelle. Je tâcherai de montrer que l’état d’avancement de la recherche et des pratiques en anthropologie visuelle, ainsi que les moyens mis en œuvre en vue de sa reconnaissance institutionnelle dans le champ académique, ne sont pas étrangers à ceux rencontrés dans d’autres disciplines, notamment en histoire – car c’est bien du statut de l’image et du visuel qu’il est question ici. Ceci m’amènera en conclusion à formuler une hypothèse de travail quant à la multiplication des usages du visuel dans le domaine élargi des sciences humaines et sociales.

L’illusion visuelle

  • 4 Habitude est prise de rappeler les chronophotographies à caractère anthropologique réalisées, dès 1 (...)
  • 5 Luc de Heusch, « Cinéma et sciences sociales. Panorama du film ethnographique et sociologique », Pa (...)

6Disons-le franchement : l’intérêt croissant pour l’anthropologie visuelle ne permet pas de savoir à quoi celle-ci renvoie précisément. Le visuel désigne dans certains cas un instrument d’enquête, dans d’autres cas, il devient l’objet d’études, parfois les deux approches parviennent à se confondre. Il n’existe pas de définition qui fasse l’unanimité dans la littérature spécialisée. Confronté à cette perplexité, on attend que le numéro que consacre la revue L’Homme, coordonné par Jean-Claude Colleyn, offre justement la possibilité de restituer quelques-unes des principales pistes de travail empruntées par les chercheurs. Certes, nous avons à l’esprit la somme de films documentaires réalisés par Robert Flaherty (Nanouk l’Eskimau, 1922), Frederick Wiseman (Titicut follies, 1964 ; Welfare, 1975), en passant par ceux, fameux, de Jean Rouch (Moi un noir, 1958 ; Cocorico Monsieur Poulet, 1974). Mais l’énumération de titres de films, qui sont autant d’enquêtes empiriques éblouissantes, est-elle suffisante pour rendre compte des points forts du tournant visuel auquel on assiste dans la discipline ? L’usage des appareils d’enregistrement automatique d’images (animées ou pas) ne doit rien à l’essor récent des dispositifs portatifs et légers, possédant de surcroît une capacité de stockage d’informations énorme. Très tôt, les possibilités apportées par l’expérience filmique ont attiré l’attention des anthropologues4, mais, paradoxalement, tandis que l’on s’intéressait aux capacités des dispositifs visuels à enregistrer des phénomènes non visibles à l’œil nu, autrement dit à figurer le réel, la méfiance vis-à-vis de leurs capacités à rendre compte et à exprimer ces résultats par l’image s’est répandue. Au point que les restitutions visuelles, devenues une sorte de « tabou universitaire », disparaîtront peu à peu des monographies5. On observe donc que le rapport de l’anthropologie au visuel s’est longtemps manifesté sur les modes de l’ambivalence – fait à la fois d’enthousiasme et de doute – et de l’embarras – entre simple validation du discours ethnologique par la représentation et exercice artistique laissant la plupart du temps perplexe le reste de la communauté.

  • 6 Christian Lallier, Pour une anthropologie filmée des interactions sociales, Paris, Éditions des arc (...)
  • 7 Comprendre les « films ethnographiques » en tant qu’ethnographie filmique, c’est certainement le cr (...)
  • 8 Christian Lallier, op. cit., p. 13-15.
  • 9 Ibid., p. 80.
  • 10 F. Weber, « La déontologie ethnographique à l’épreuve du documentaire », Revue de synthèse, vol. 13 (...)
  • 11 Christian Lallier, op. cit., p. 108.

7En dépit de ce constat désenchanté, la production de films ethnographiques s’est poursuivie. Les propositions que présente l’anthropologue et cinéaste Christian Lallier dans une publication récente6, qui sont par ailleurs l’objet d’une contribution dans le présent numéro de L’Homme, permettent de comprendre quels sont actuellement les outils conceptuels à la disposition de l’enquêteur pour filmer le réel. En effet, si pendant un temps l’usage principal des dispositifs visuels n’a simplement consisté qu’à capter des choses vues et à limiter l’appareil d’enregistrement d’images animées à une fonction de caméra-stylo (c’est-à-dire un carnet de notes automatiques à partir duquel le chercheur a la possibilité d’effectuer des opérations de répétitions pour voir et revoir une scène afin de la décortiquer par le menu), et que l’usage illustratif d’un discours préexistant n’a pas fait long feu en anthropologie (alors qu’il connaît un succès indéniable dans les documentaires), il semble que désormais le film serve de source interprétative à part entière. En ce sens, le film ethnographique est le résultat d’une enquête filmée7. Alors qu’il existe dans les méthodologies d’enquête en sciences sociales des outils d’observation, au premier rang desquels on trouve l’observation participante, l’auteur promeut une catégorie d’« observation filmante » qui produit des savoirs particuliers que l’enquêteur aurait du mal à rendre par l’écrit. Défenseur d’une position qui combine pragmatisme et démarche ethnométhodologique, Christian Lallier ne fait pas grand cas de la représentation de phénomènes sociaux sous la forme d’enregistrements dits spontanés et continus ; filmer nécessite au contraire de prêter attention aux processus d’interaction et de coordination de l’action, aux microrapports et aux modalités de justification à partir desquels une situation sociale est observable8. « Observer et filmer une situation réelle ne consiste donc pas à représenter une vérité en soi mais à rendre compte du sens pratique qui se manifeste dans une action9 [...] ». L’autre source d’intérêt de cette publication est qu’elle informe sur les conditions sociales de la pratique de terrain ; à la différence près que l’acte de filmer caractérise une condition particulière du travail d’observation (c’est, par exemple, savoir comment le chercheur chargé d’un dispositif filmique souvent contraignant peut négocier son entrée sur le terrain). « Savoir filmer » exige bien évidemment de savoir où placer la caméra afin d’obtenir le cadre adéquat par rapport à l’espace scénique retenu, tout en évitant de l’encombrer par sa présence, mais au-delà du désir d’incarner l’homme à la caméra, le filmeur doit surtout avoir à l’esprit qu’il est également un enquêteur qui entre en interaction avec les enquêtés (le rapport observateur-observé devenant en l’occurrence ici celui de filmant-filmé10). Finalement, en explicitant les moyens par lesquels l’enquêteur peut « filmer le travail des relations sociales »11, l’auteur approfondit son propos initial par l’introduction à une théorie de la représentation des modes d’engagement mutuel d’acteurs sociaux.

8Le cahier des charges de l’anthropologie visuelle peut-il, malgré tout, se satisfaire d’interrogations méthodologiques quant à l’acte de filmer ? Est-ce que l’objectif se cantonnerait à trouver les bons outils pour recueillir et rapporter des informations du terrain ? Nous ne cherchons pas ici à le remettre en cause, ni à en réfuter la nécessité. Nous partons du constat que les emplois du terme « anthropologie visuelle » se sont multipliés, pour ne pas dire dilués. De sorte que la définition de l’anthropologie visuelle excède le cadre de l’enquête de terrain ; elle s’inscrit avant tout sur le mode du pari, lequel consiste à savoir si la prise en compte de l’image et du visuel dans les études d’anthropologie sociale et culturelle se résume à en faire un auxiliaire du verbe, ou bien si, au contraire, l’image peut être prise au sérieux comme étant un domaine de recherche à part entière ? La réponse apportée à cette question définit l’étendue des conceptions que chacun des chercheurs se fait de l’anthropologie visuelle et donne une idée de la manière dont sont considérés l’image et le visuel. Il serait trop compliqué d’en établir une liste exhaustive. Si nous avions toutefois à élaborer une trame, nous pourrions juger que les dispositifs visuels : 1. continuent à être utilisés comme un appui pédagogique pour l’enseignement anthropologique ; 2. qu’ils remplissent une fonction mémorielle en répondant à une demande patrimoniale et muséale (par exemple enregistrer et conserver des événements, des activités ou des groupes sociaux voués à la disparition) ; 3. qu’ils offrent par ailleurs un complément et, dans certains cas, un prolongement des techniques de recherche empirique pour étudier les comportements sociaux (requérant un usage d’enregistrement et de prise de vue spécifique) ; 4. à cela s’ajoutent les études envisageant les représentations visuelles comme ressources propices à la saisie de phénomènes sociaux et culturels préexistants et surdéterminants ; 5. ainsi que les recherches qui réfléchissent aux possibilités de développer une approche alternative de la connaissance anthropologique (c’est-à-dire avoir une réflexion anthropologique fondée sur l’image à la place des mots) ; 6. enfin, il arrive parfois que le visuel soit considéré comme un champ d’études à part (exigeant le développement de méthodes et de théories adéquates).

9Ces distinctions paraissent correspondre au registre des activités couramment reconnues en sciences humaines et sociales, à savoir la fallacieuse division du travail scientifique entre tâches descriptives et tâches interprétatives, en l’occurrence entre des ethnographes qui cherchent des moyens d’accumuler des données en vue de capter la réalité sociale de leur terrain d’enquête et des ethnologues qui réfléchissent à la place qu’occupent les représentations visuelles d’une population proche ou lointaine dans un système culturel donné avec l’ambition d’élaborer une théorie synthétique ; pourtant, nous insistons sur ce point, un tel parallélisme est trompeur, l’indétermination demeure et les anthropologues cherchent encore à arrêter l’identité de l’anthropologie visuelle. Il est d’ailleurs peu commode de la qualifier : est-elle une aire de spécialisation, un champ, une sous-discipline, une discipline, ou bien alors un programme de recherches ? Puisque les anthropologues paraissent dans l’incapacité de proposer une identité épistémologique distincte, du moins peut-on espérer que la piste de l’identité sociale contribue à définir un peu mieux l’anthropologie visuelle.

  • 12 La référence qui explicite le lien entre une prise en compte du matériau visuel et les théories de (...)
  • 13 . Voir Jay Ruby, « The Professionalization of visual studies in the United States. The 1960s and th (...)

10Rappelons que, d’un strict point de vue institutionnel, le tournant visuel emprunté par l’anthropologie date du milieu des années 1980. Les spécialistes de l’image et du film parmi les anthropologues ressentaient la nécessité d’opérer une mutation, c’est-à-dire d’orienter le travail d’accumulation de films ethnographiques vers l’objectif de constituer une discipline (avec un objet, des méthodes et des problématiques propres). Mais en réalité, la dénomination et l’organisation de la recherche n’ont cessé d’évoluer. Dans un premier temps, l’institutionnalisation de la recherche en anthropologie visuelle a essentiellement consisté à valoriser et à préserver les films ethnographiques (à l’instar des exemples de la création du Comité international du film ethnographique sous l’égide de l’Unesco en 1952, ainsi qu’à Harvard du Film Study Center en 1958). Le second moment, qui recouvre les années 1970 et le début des années 1980, insistait sur l’aspect communicationnel des dispositifs visuels – c’était alors le vecteur d’intégration propice des films ethnographiques dans un ensemble organisationnel visible12. La dernière phase de visibilité institutionnelle est surtout significative aux États-Unis, puisque la Society for Visual Anthropology remplace en 1984 la Society for the Anthropology of Visual Communication ; elle devient à cette occasion une sous-section de l’American Anthropology Association s’étoffant de colloques et de programmes d’étude spécifiques, ce à quoi s’ajoute la création de la Visual Anthropology Review13. Ce faisant, en France, les marqueurs d’institutionnalisation académique s’avèrent moins prégnants (notons néanmoins la fondation de la Société française d’anthropologie visuelle en 1985, qui est une association loi 1901 ayant pour but de collecter et promouvoir les films ethnographiques).

  • 14 Voir à ce sujet James Clifford et George E. Marcus (dir.), Writing culture. The poetics and politic (...)
  • 15 . David MacDougall, « The visual in anthropology », dans Rethinking visual anthropology, Marcus Ban (...)

11Il est remarquable que l’intérêt pour une réorganisation de la recherche à partir de l’objet visuel, et non plus seulement filmique, s’effectue à la période où les cultural studies opèrent de façon spectaculaire un mouvement de déconstruction – la culture n’étant plus limitée à un domaine spécialisé d’une discipline, mais prétendant à une reconnaissance disciplinaire en propre. C’est aussi à peu près à la même époque que se réalise au cœur de l’anthropologie elle-même la conversion textualiste, qui proclame la métaphore du « monde comme texte »14, à partir de laquelle va être révisé le statut de l’image15 ; celle-ci, associée à la valorisation du texte ethnographique, va participer au brouillage des dichotomies modernes que l’on a pris l’habitude, depuis Bruno Latour, de ranger sous l’étiquette de « Grand Partage » (réel vs. imaginaire, objectif vs. subjectif), mettant à mal la réalité sociale saisie par l’anthropologue.

  • 16 . David Bordwell et Noël Carroll (dir.), Post-theory : reconstructing film studies, Madison, Univer (...)

12L’intitulé de l’entretien de Daniel Dayan (« L’impossible réalité brute ») est à ce propos éloquent et le contenu tout à fait pertinent ; il dessine à coup sûr la ligne de force de la plupart des contributions du numéro. L’anthropologie avait précédemment déclaré l’adieu au voyage, voilà que désormais elle adresse un adieu à la réalité brute que les dispositifs visuels auraient moyen de capter. Le récit de voyage et ses désillusions sont l’objet de deux articles. L’un tout particulièrement, celui de Bogumil Jewsiewicki, retient notre attention puisqu’il évoque le travail d’un photographe en République démocratique du Congo pour saisir non pas le visible mais l’absence. L’auteur s’interroge sur le travail de représentation portant sur le paysage de sites industriels abandonnés. Le visuel ne consiste pas dans ce cas-là à enregistrer une réalité désœuvrée ,mais à redonner à voir, à re-présenter, c’est-à-dire d’instaurer à nouveau de la présence. C’est une réflexion sur la mémoire visuelle, c’est-à-dire de ce qui se donne à voir et de ce qui est absent du champ visuel. Le recours à l’art photographique rejoint le topos platonicien de l’eikōn, que reprendra Ricoeur au début de La mémoire, l’histoire, l’oubli (première partie, chapitre 1) ; il interroge cependant le lecteur quant aux critères de démarcation entre une anthropologie de l’art, rendant compte des représentations visuelles en tant que produits culturels, et une anthropologie visuelle instituée. Effectivement, les enjeux de la représentation d’une réalité sociale donnée visent autant les phénomènes visibles (par exemple, ceux mis en scène au travers de cérémonies que les ethnographes affectionnaient tout particulièrement d’enregistrer avant qu’ils ne disparaissent avec le groupe social lui-même) que ceux non visibles, tels qu’on les retrouve dans les interactions ordinaires et quotidiennes ou les situations de négociations. Pourtant, hormis le fait de prêter attention à des objets jusqu’alors peu ou pas considérés, on ne sait pas en quoi l’anthropologie visuelle propose un domaine de travail particulier. L’enquête d’Élodie Perreau sur les telenovelas, ces soap operas qui inondent les écrans télévisés brésiliens, comme site privilégié d’observation des rapports sociaux d’une « communauté imaginaire » totalement fantasmée par des téléspectateurs qui interviennent sur le travail des scénaristes ; ou bien les études complémentaires de Manthia Diawara et de Jean-Paul Colleyn concernant le phénomène Nollywood, à savoir la production et la diffusion massive au Nigeria et dans les pays limitrophes d’une industrie et d’un genre cinématographiques autonomes, n’existant en réalité que sous forme vidéo, qui valorise une culture populaire africaine là encore idéalisée afin d’asseoir une stratégie délibérément mercantile, n’arrivent pas à nous convaincre complètement que l’anthropologie visuelle peut se départir des grilles interprétatives et des schèmes explicatifs auxquels les sciences humaines et sociales ont eu continuellement recours. La question de méthode que pointe Jean-Paul Colleyn dans son article afin de se départir d’une lecture uniquement politique de la consommation massive de ces produits culturels populaires, qui use et abuse de la théorie du reflet et de ses variantes, n’est pas probante : l’image continue in fine d’être appréhendée, sinon comme simple révélateur, du moins comme support d’informations quant à des phénomènes sociaux existant par ailleurs. C’est peut-être dans la contribution de Sylvain Maresca que l’on peut trouver la formulation la plus forte d’une alternative à cet écueil. En effet, en rendant compte des usages successifs d’un genre photographique – le portrait – l’auteur étudie la performance de l’image elle-même. Sa réflexion part de l’image pour s’orienter vers la société ; il pose la question de savoir à quoi renvoie un « bon portrait ». Pendant un temps, le sens attribué au portrait a été cristallisé par un parti pris objectiviste et naturaliste, à la manière d’Alphonse Bertillon – qui enrichit l’approche anthropométrique de méthodes classificatoire et typologique par l’instrument photographique. Mais Sylvain Maresca démontre avec clarté que la création de séries signifiantes, c’est-à-dire des types, ne peut exister sans nécessairement articuler à l’image du texte, autrement dit que la puissance de l’image ne suffit pas par elle-même à apporter la preuve qu’elle se réfère à une « réalité brute ». Si la photographie, à l’instar de n’importe quel autre document visuel à visée informative, ne peut générer à elle seule du sens, on peut dès lors en déduire que la valeur symbolique de l’image prend le pas sur celle documentaire. C’est pourquoi il faudrait forcément un minimum de réflexivité dans notre relation aux images. Les articles de Paul Henley et de Marc-Henri Piault confortent la ligne argumentative de Sylvain Maresca, qui considère que le réalisme se confond avec la fiction. En effet, le film ethnographique n’échappe pas aux « effets de réel » qu’évoquait Roland Barthes à propos du roman. La mise en récit et l’emploi de dispositifs narratifs basés sur le montage de séquences signifiantes par thèmes plutôt que suivant un ordre chronologique renforce l’idée défendue par Daniel Dayan selon laquelle le film n’a que très peu à voir avec la réalité qu’il est censé représenter, et les effets de littéralité auxquels le spectateur est confronté sont les produits, ou les conventions, auxquels le chercheur travaillant sur le terrain avec sa caméra ne saurait se soustraire. De ce point de vue, l’étude de Paul Henley fournit un intérêt supplémentaire : elle met l’accent sur une approche qui reste marginale dans l’anthropologie visuelle – qui n’a en tout cas pas été évoquée autre part dans ce volume –, celle cognitiviste, la même que les départements d’études cinématographiques développent outre-Atlantique, qui vise à comprendre les processus émotionnels, ainsi que ceux relatifs à la perception et à l’inférence du sens des films, en recourant principalement aux sciences cognitives16.

  • 17 . Martin Jay, Downcast eyes. The denigration of vision in twentieth-century French thought, Berkele (...)
  • 18 Jean-Paul Colleyn, « Fiction et fictions en anthropologie », L’Homme, 2005/3, 175-176, p. 147-163.
  • 19 Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, Paris, Minuit, 2003, 235 p. ; Christian Delage et Vincen (...)
  • 20 Je n’ai pas voulu développer dans cette note critique des propositions philosophiques, au demeurant (...)
  • 21 . Lucien Taylor, « Visual anthropology is dead, long live visual anthropology ! », American anthrop (...)
  • 22 Jacques Aumont, Qu’est-ce qu’une image ? Paris, Séguier, 1996, 287 p.
  • 23 . William J. Thomas Mitchell, Picture theory : essays on verbal and visual representation, Chicago, (...)
  • 24 Gottfried Boehm (dir.), Was ist ein Bild ? Munich, Fink, 1994, 458 p. ; Bernd Stiegler, « Iconic Tu (...)
  • 25 Voir à ce sujet la publication récente d’Emmanuel Alloa, op. cit.

13Il ressort de la plupart des réflexions des contributeurs que le document visuel anthropologique (photographique et cinématographique) n’échappe pas à la fiction. Il n’existe pas de référence directe à une réalité donnée. Dès lors qu’ils se trouvent confrontés au discours de la « crise des représentations » dans nos sociétés occidentales modernes, telle qu’énoncée par les légats de la French theory (Foucault, Baudrillard and co.17), les anthropologues du visuel sont immanquablement contraints par la nécessité de ne pas reproduire les confusions relatives aux usages de la fiction et d’apporter la justification d’un régime assertorique particulier des productions visuelles, autrement dit d’attribuer à l’image un statut de vérité18. En effet, si l’expérience rapportée par l’ethnographe n’est qu’une médiation fictionnelle, la tentation est forte de reconduire les poussées relativistes issues du tournant textualiste précédemment évoqué, qui, dans un cas, réduit le travail du chercheur à une connaissance produite seulement par l’écriture et, dans l’autre, assimile la connaissance par les images à un scénario plus ou moins bien ficelé alimentant la confusion de notre rapport au réel. Le risque est grand d’assister à un retour de bâton de la méfiance et de la suspicion par rapport aux usages qu’on a de l’ensemble des productions visuelles, qu’elles soient analogiques ou numériques. Mais à vrai dire, c’est déjà en partie le cas : les images sont considérées d’emblée comme défaillantes – parce qu’incapables de figurer le réel – et vulnérables – car soumises aux désirs des producteurs de les manipuler ou de les retoucher pour leur « faire dire » ce qu’ils souhaitent. Et cela ne concerne pas uniquement les anthropologues. Les historiens se souviendront sûrement des vifs échanges entre Claude Lanzmann et Georges Didi-Huberman, à propos de l’étude par ce dernier de quatre clichés d’un camp d’extermination et de la problématique de l’irreprésentabilité de la Shoah19. Il y aurait par conséquent moyen de contourner ces critiques en mettant davantage en évidence l’intelligence à l’œuvre de l’image. La connaissance visuelle ne serait pas en ce sens réduite à l’étude des phénomènes sociaux qui sont véhiculés par les images ; elle s’attacherait à analyser ce que celles-ci donnent à penser par elles-mêmes20. Des anthropologues, tels Johannes Fabian et Maurice Bloch – à propos de la problématique du temps –, insistent pour affirmer tout au long de leurs travaux qu’il y a des pans entiers de la culture qui ne se prêtent pas à une simple description linguistique à cause de leurs propriétés de densité (« thickness ») et de polysémie21. Or, l’image et le visuel en font partie : par leur statut d’hybridité dans le rapport qu’ils instaurent au réel, où s’entremêlent vérité et fiction, ceux-ci échappent la plupart du temps à l’analyste22. À mon avis, la contribution de Sylvain Maresca au numéro de L’Homme illustre un tel changement de perspective. Qu’on le nomme « tournant pictural »23 ou « tournant iconique »24, s’il existe en définitive un tel programme de recherche, il consiste dès lors à répondre à la question, qui n’est pas exclusivement philosophique, « qu’est-ce qu’une image ? »25.

14Il en résulte que l’anthropologie visuelle ne peut plus essentiellement être identifiée comme une forme modernisée des films ethnographiques, et que parler de visuel, c’est aussi interroger les différentes représentations visuelles tandis que nous sommes plongés dans le bain de la culture visuelle.

Qu’importe le mot pourvu qu’on ait le sens

15Si, dans cette note critique, j’ai souhaité attirer l’attention sur le travail du visuel plutôt que sur celui exclusif de l’anthropologie, il ne faut pas en déduire que je veuille plaider pour une espèce d’amalgame « visualiste », comme il en existe une variante culturaliste. Au contraire, ce qui a motivé cette note critique relève de la plus simple observation : l’ensemble relatif aux recherches sur le visuel est fragmenté, voire épars ; on se trouve dans une situation d’encombrement sémantique où chacune de ces recherches paraît répondre à une définition différente et à des intérêts de connaissance ayant très peu de rapports les uns avec les autres, sinon une dénomination commune, une étiquette, qui obscurcissent à la fois les effets d’intelligibilité et les effets de connaissance. À son échelle réduite, le numéro spécial que L’Homme consacre à l’anthropologie visuelle me semble révélateur de cette réalité et ce, en dépit des précisions qu’apporte Jean-Paul Colleyn dans sa présentation générale. Il est quelque peu surprenant qu’en se voyant offrir un numéro spécial, qui plus est dans une revue aussi renommée et incontournable dans les sciences humaines que L’Homme, l’occasion n’ait pas été saisie d’asseoir la visibilité de l’approche et d’obtenir une forme de reconnaissance auprès de lecteurs peu au fait de l’anthropologie visuelle – et peu importe après tout qu’on s’en fasse une vague idée. Le choix éditorial a été fait de présenter une somme de travaux qui se déclinent principalement autour d’une thématique seulement, celle de la représentation ; l’objet lui-même est tour à tour présenté comme « champ », puis comme « carrefour disciplinaire » sans qu’on en apprenne plus sur sa configuration. Au final, nous saurons que cette livraison aura simplement « évoqué » l’anthropologie visuelle. C’est avec le recul qu’on comprend que l’intitulé du numéro est totalement justifié : les contributeurs traitent « de l’anthropologie visuelle », autrement dit d’une certaine anthropologie visuelle parmi d’autres possibles. Pourtant, il est dommage qu’en tant que lecteurs nous n’ayons pu la toucher que du bout des doigts sans avoir pu l’identifier autrement que par défaut.

  • 26 Voir par exemple David MacDougall, « L’anthropologie visuelle et les chemins du savoir », dans Jour (...)

16J’ai rappelé que l’image et le visuel ne vont pas de soi ; c’est justement en raison de leur statut indéterminé et indéfini que l’une et l’autre sont sources d’incertitude et parfois de scepticisme auprès des chercheurs, ce qui alimente la confusion généralisée et inquiète quant à l’avenir du projet de l’anthropologie visuelle, tel qu’il est couramment envisagé26. D’où l’urgence à prendre au sérieux l’image et le visuel dans leur capacité à produire des connaissances empiriques et des formulations théoriques ; or, un tel projet suppose la détermination – collective – à soutenir une vigilance sémantique de tous les instants.

  • 27 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 2006 (1991), p. 94.
  • 28 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Éditions Gallimard, 2004, p. 22-27.
  • 29 Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt et Carlo Severi (dir.), Traditions et te (...)
  • 30 Certes, j’insiste sur cet aspect coopératif de la recherche. Toutefois, il est évident qu’existent (...)

17Certes, puisque la recherche visuelle donne des signes d’existence, en ce sens qu’elle produit, bon an mal an, de la connaissance, on pourrait estimer que l’état éclaté et chaotique de cet ensemble de recherches constitue un milieu « naturel » porteur à un certain degré d’heuristicité. Toutefois, j’estime qu’en étant ni totalement étrangères les unes aux autres – en raison de la parenté de sens évoquée précédemment –, ni complètement intéressées par ce que proposent les autres, ces aires de spécialisation du visuel (qui se nomment « anthropologie visuelle », « sociologie visuelle », « histoire des images », etc.) conduisent à une forme d’accumulation discontinue d’intelligibilités partielles27 porteuse d’anomie. Dès lors, que ce soit au cœur d’une discipline donnée (anthropologie, sociologie, histoire, sémiotique, sciences de l’information et de la communication, etc.) ou bien – voyons les choses en grand – au niveau de l’ensemble des sciences humaines et sociales, la question qu’il serait utile de poser serait de savoir si les chercheurs revendiquant un intérêt pour le visuel peuvent dorénavant se permettre de penser en termes d’intégration et de structuration l’état de juxtaposition confondante de travaux sur cet objet ? En effet, si l’on considère que l’image et le visuel deviennent les objets de la recherche, il est pertinent – que ce soit pour un épistémologue ou un sociologue des sciences autant que pour un acteur directement concerné par ces enjeux –, de s’interroger pour savoir comment celle-ci réussira à s’organiser. Bien que l’anthropologie visuelle ait servi dans cette analyse d’exemple privilégié, il ne faudrait pas négliger au passage qu’en s’échappant de l’enclave de l’histoire de l’art pour se diriger vers une histoire de l’image28, les historiens eux aussi proposent actuellement une reconfiguration de leur domaine d’activité : en effet, ils analysent l’image sur la base d’une « anthropologie historique »29 et n’hésitent pas en outre à enrichir leurs réflexions à partir des publications d’anthropologues comme Alfred Gell ou Philippe Descola. Donc, historiens, anthropologues, sociologues et consorts : comment penser ensemble l’objet visuel30 ?

  • 31 Jean-Claude Passeron, op. cit., p. 370.

18Mise à part l’inévitable analyse en termes de « paradigmes », plus souvent mal que bien inspirée de Kuhn, dont l’usage serait dans le cas présent peu éclairant (quand bien même des révolutions théoriques puissent être envisageables dans les sciences humaines et sociales, je doute qu’elles perdurent en faisant table rase du passé, sans préserver une mémoire conceptuelle), les solutions apportées se présentent généralement sous la forme d’une alternative : transdisciplinarité ou interdisciplinarité. En optant pour la première position, on retourne à la piste des visual studies suivant le modèle des cultural studies ou de l’« intermédialité », qui reproduit la croyance dans une forme d’intégration molle, un fourre-tout qui ne chapeaute aucunement les divers apports méthodologiques et épistémologiques vis-à-vis du visuel de chaque discipline-source mais, à l’inverse, les dissout – Passeron a une très belle formule pour illustrer ce phénomène mystique d’invocation visualiste lorsqu’il parle de « transsubstantiation épistémologique »31. Dans l’autre cas, l’intégration est trop poussée, car elle exige que l’on arrête préalablement une définition de l’image et du visuel pour ensuite pouvoir opérer un découpage du gâteau de la recherche visuelle (« à moi tel morceau, à toi tel autre »).

  • 32 Voir le numéro spécial de la Revue anthropologique des connaissances, vol. 4, n° 1, 2010.
  • 33 C’est la raison pour laquelle je n’ai pas envisagé l’« anthropologie visuelle » comme étant une pro (...)
  • 34 Andrew Abbott, « Things of boundaries. Defining the boundaries of social inquiry », Social Research(...)

19L’hypothèse que j’aurais à formuler pour appréhender une forme d’intégration minimale de cet ensemble hétérogène que constitue les études sur le visuel, autrement dit de penser un collectif de recherche régulé, serait de recourir à la configuration, d’inspiration pragmatique et interactionniste, du boundary-object32, dont la portée heuristique me semble justement proportionnée aux intentions de chaque partie. En effet, à la différence de l’instauration d’une science-chapeau (qui pourrait, pourquoi pas, reprendre le titre de « science de l’image »), réfléchir en termes de boundary-object a l’avantage, dans le même temps, de conserver le cadre épistémologique de chacune des disciplines concernées et d’apporter un site de connaissance, certes virtuel, favorable aux opérations d’intelligibilité et de cumulativité des savoirs. De plus, en reprenant une analogie écologique inspirée de l’école sociologique de Chicago, et contrairement à la proposition d’interdisciplinarité, les tenants du boundary-object considèrent que la structuration de la recherche ne provient pas des disciplines mais procède d’une enquête depuis un objet conceptuel, en l’occurrence ici l’image ou le visuel, à partir duquel s’effectue, à une échelle locale et de façon temporaire, la coordination de l’action de la recherche. C’est une approche processuelle qui autorise beaucoup de souplesse – sans encourir la dissolution – dans les échanges entre des chercheurs prétendant avoir un intérêt pour l’image et le visuel et possédant des traditions de recherche distinctes. Elle ne vise pas une mutation disciplinaire. Au contraire, toutes les considérations qui relèvent d’une génétique des savoirs, suivant un modèle téléologique, sont écartées33. De sorte que la configuration qui résultera de ce travail de démarcation (boundary-work) pour déterminer ce qui relève de la recherche en images ou pas, si jamais elle aboutit un jour prochain (je ne m’avancerai pas sur la question), ne peut d’ores et déjà être définie. En cela, j’adhère à la formule du sociologue américain Andrew Abbott : « boundaries come first, then entities »34. En d’autres termes, l’anthropologie visuelle n’a pas fini d’évoluer, pourvu qu’elle continue de se chercher.

20Tant que les chercheurs en sciences humaines et sociales resteront convaincus que ce qui peut se montrer peut aussi bien se dire, les images resteront impensées et sans force. L’usage qu’ils en feront restera faible.

Haut de page

Notes

1 J’adresse mes remerciements à Jérôme Lamy et à Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques, toujours aussi perspicaces.

2 Outre le numéro de L’Homme, indiquons la dernière livraison de la Revue de synthèse (t. 132, 2011/3), sur le thème des « Caméras, terrain et sciences sociales » ; ainsi que Science in context (vol. 24, 2011/3) à propos de « Cinematography, Seriality, and the Sciences ».

3 Il suffit de mettre en miroir les numéros que la revue L’homme a consacré à « image et anthropologie » en 2003 et à « de l’anthropologie visuelle » en 2011 pour se convaincre que les passerelles sont à la fois rares et étroites.

4 Habitude est prise de rappeler les chronophotographies à caractère anthropologique réalisées, dès 1895, par Félix-Louis Régnault, membre de la Société d’anthropologie de Paris lors d’une exposition ethnographique ; ainsi que les utilisations régulières de Franz Boas, tout d’abord d’appareils photographiques au cours des années 1890, puis d’une caméra cinématographique à la fin de sa carrière, dans les années 1930, afin d’enregistrer les activités Kwakiutl. Les prises de vue réalisées par un opérateur de l’expédition de A.C. Haddon dans le détroit de Torrès, en Océanie, en 1898, sont considérées comme étant les premiers films ethnographiques. Margaret Mead et Gregory Bateson font également partie de ces chercheurs qui ont très tôt défendu le recours aux outils visuels dans leurs recherches.

5 Luc de Heusch, « Cinéma et sciences sociales. Panorama du film ethnographique et sociologique », Paris, Unesco, 1962, p. 12.

6 Christian Lallier, Pour une anthropologie filmée des interactions sociales, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009.

7 Comprendre les « films ethnographiques » en tant qu’ethnographie filmique, c’est certainement le critère le plus pertinent pour distinguer les « films ethnographiques » des « films documentaires ». Jay Ruby, l’un des principaux leaders de l’anthropologie visuelle aux États-Unis, proposait un critère plus restrictif, consistant à établir un lexique distinctif, équivalent d’un argot anthropologique spécialisé dans l’anthropologie visuelle. Cf. Jay Ruby, « Is an ethnographic film or a filmic ethnography ? », Studies in the anthropology of visual communication, vol. 2, n° 2, 1975, p. 104-11.

8 Christian Lallier, op. cit., p. 13-15.

9 Ibid., p. 80.

10 F. Weber, « La déontologie ethnographique à l’épreuve du documentaire », Revue de synthèse, vol. 132, n° 3, 2011, p. 325-349.

11 Christian Lallier, op. cit., p. 108.

12 La référence qui explicite le lien entre une prise en compte du matériau visuel et les théories de la communication (selon l’acception donnée par les chefs de files de Palo Alto, tels Ray Birdwhistel et Edward T. Hall), c’est Malcolm Collier. Cf. John Collier Jr et Malcolm Collier, Visual anthropology : photography as a research method, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1986 (1re publication par Holt, Rinehart et Winston, 1967), préface de Edward T. Hall ; pour plus de détails, B. Farnell, « Birdwhistell, Hall, Lomax and the « origins» of visual anthropology », Visual anthropology, 16, 2003, p. 43-55.

13 . Voir Jay Ruby, « The Professionalization of visual studies in the United States. The 1960s and the 1970s. ». Papier de la conférence : « Origins of visual anthropology : putting the past together », juin 2001, à Göttingen, Allemagne.

14 Voir à ce sujet James Clifford et George E. Marcus (dir.), Writing culture. The poetics and politics of ethnography, Berkeley, University of California Press, 1986. ; Clifford Geertz, Ici et là-bas : l’anthropologue comme auteur, Paris, Métailié, 1996.

15 . David MacDougall, « The visual in anthropology », dans Rethinking visual anthropology, Marcus Banks et Howard Morphy (dir.), New Haven-London, Yale University Press, 1997, p. 276-295.

16 . David Bordwell et Noël Carroll (dir.), Post-theory : reconstructing film studies, Madison, University of Wisconsin Press, 1996. ; B David Bordwell, Narration in the fiction film, Madison, University of Wisconsin Press, 1987.

17 . Martin Jay, Downcast eyes. The denigration of vision in twentieth-century French thought, Berkeley, University of California Press, 1993.

18 Jean-Paul Colleyn, « Fiction et fictions en anthropologie », L’Homme, 2005/3, 175-176, p. 147-163.

19 Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, Paris, Minuit, 2003, 235 p. ; Christian Delage et Vincent Guigueno, L’Historien et le film, Paris, Gallimard, 2004.

20 Je n’ai pas voulu développer dans cette note critique des propositions philosophiques, au demeurant passionnantes, quant aux propriétés ontologiques de l’image, voire sur une éventuelle agency de l’image. Néanmoins, si j’avais une position à tenir en guise de préliminaires, je reprendrais assurément celle que Jacques Rancière formule lorsqu’il déclare : « On pourrait protester que cette volonté de singulariser les images leur prête encore trop de ”volonté” Mais ce serait oublier le rôle du “comme si” […]. Prenons donc la liberté de corriger […] : les images font comme si elles voulaient tout cela. C’est, en tout cas, ainsi que nous devons les voir si nous voulons rendre justice à leur vie sans l’obliger à être trop vivante. », Jacques Rancière, « La vie des images », dans Penser l’image. Emmanuel Alloa (dir.), Penser l’image, Dijon, Presses du Réel, 2011, p. 262.

21 . Lucien Taylor, « Visual anthropology is dead, long live visual anthropology ! », American anthropologist, volume 100, n° 2, juin 1998, p. 537.

22 Jacques Aumont, Qu’est-ce qu’une image ? Paris, Séguier, 1996, 287 p.

23 . William J. Thomas Mitchell, Picture theory : essays on verbal and visual representation, Chicago, University of Chicago Press, 1994, 462 p.

24 Gottfried Boehm (dir.), Was ist ein Bild ? Munich, Fink, 1994, 458 p. ; Bernd Stiegler, « Iconic Turn » et réflexion sociétale », dans Trivium, n° 1, 2008.

25 Voir à ce sujet la publication récente d’Emmanuel Alloa, op. cit.

26 Voir par exemple David MacDougall, « L’anthropologie visuelle et les chemins du savoir », dans Journal des anthropologues, n° 98-99, 2004 ; Sarah Pink, The future of visual anthropology. Engaging the senses, London-New-York, Routledge, 2006.

27 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 2006 (1991), p. 94.

28 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Éditions Gallimard, 2004, p. 22-27.

29 Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt et Carlo Severi (dir.), Traditions et temporalités des images, Paris, éditions de l’École des Hautes études en sciences sociales, 2009.

30 Certes, j’insiste sur cet aspect coopératif de la recherche. Toutefois, il est évident qu’existent parmi les formes d’intégration de la connaissance du visuel et de l’acquisition de l’autorité des stratégies offensives et invasives : telles que la monopolisation, l’expansion ou l’expulsion (Thomas F. Gieryn, Cultural boundaries of science : credibility on the line, Chicago, University of Chicago Press, 1999, 412 p.). Je préfère ici les écarter.

31 Jean-Claude Passeron, op. cit., p. 370.

32 Voir le numéro spécial de la Revue anthropologique des connaissances, vol. 4, n° 1, 2010.

33 C’est la raison pour laquelle je n’ai pas envisagé l’« anthropologie visuelle » comme étant une protodiscipline, c’est-à-dire une discipline en devenir ; ni d’ailleurs retenu les formats de l’interdisciplinarité et de la transdisciplinarité, car ces derniers, implicitement, renvoient à un modèle de l’hybridation des savoirs.

34 Andrew Abbott, « Things of boundaries. Defining the boundaries of social inquiry », Social Research, Winter, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Béraud, « Les mots de l’anthropologie visuelle », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 169-182.

Référence électronique

Thomas Béraud, « Les mots de l’anthropologie visuelle », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2598

Haut de page

Auteur

Thomas Béraud

Université Paris IV Panthéon-Sorbonne, GEMASS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page