Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Chronique prononcée à La Fabrique de l’histoire, d’Emmanuel Laurentin (France Culture) dans la série « Et la France dans tout ça ? », 21 octobre 2011

Nicolas Offenstadt
p. 141-143

Résumé

Ce texte est une version revue par l’auteur, sans que la forme et le contenu de la prise de parole lors de cette émission en direct aient été profondément modifiés par ses soins. Nous remercions Nicolas Offenstadt d’avoir accepté la publication de cette intervention dont nous pouvons constater que les enjeux, en six mois, n’ont malheureusement rien perdu de leur pertinence.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1J’avoue, cher Emmanuel, que j’ai hésité à faire cette chronique. Les deux précédentes séries, à quoi sert l’histoire aujourd’hui et les Inconnus des archives me paraissaient pouvoir porter à la fois des questions de fond et ouvrir des champs de connaissances. Là, je me suis demandé, si le thème évoqué « Et la France dans tout ça ? » ne pouvait risquer d’apparaître comme une concession à l’air du temps ; et un air qui porte des effluves parfois fort nauséabonds.

2Vous pourriez me répondre d’un mot, et à juste titre : la France, c’est quand même un objet d’études, aussi légitime que d’autres, même aujourd’hui. Cela va de soi et mon dernier travail traite d’ailleurs sans souci des mémoires de guerre dans la « France contemporaine »1.

3Mais à la vérité, et c’est souvent une des premières leçons du métier d’historien, tous les mots ont un contexte, toutes les expressions ne se comprennent que par une double inscription, historique d’un côté, dans le temps, bref dans leur historicité, et contemporaine de l’autre, dans leur présent.

4Mots et expressions sont rarement de pures descriptions, mais bien souvent des enjeux de lutte, de combats politiques, de « combat sémantique » pour reprendre l’expression de l’historien et philosophe Reinhard Koselleck, qui rappelle, exemple entre mille, que le terme de « citoyen » était un concept de combat dans la Prusse du xixe siècle contre l’inégalité entre les ordres, et l’on sait que Londres comme Vichy entendaient représenter la « vraie » France.

5Or l’intitulé « Et la France dans tout ça ? » peut facilement renvoyer aujourd’hui, peu ou prou, en France, pour des historiens, dans l’espace public que représente ici votre émission, au vilain débat sur « l’identité nationale » prolongé par le projet de musée de l’Identité nationale, pardon, la maison de l’Histoire de France, renvoyer aussi aux polémiques affligeantes sur le recul de l’histoire de France, des grands hommes, de l’histoire politique nationale et événementielle, Clovis et Napoléon, dans les programmes scolaires. On a du mal à imaginer aujourd’hui que quelques bateleurs de foire, qui ont convaincu certains médias qu’ils étaient de fins historiens – encore les effets du langage –, puissent appeler au retour de l’enseignement par les Grands hommes, par les rois et les empereurs et s’indigner que les programmes s’ouvrent à d’autres mondes. Quel discours de régression !

6Mais ces débats ne sont pas de pures spéculations historiennes. Roger Chartier vient d’écrire que la raison d’être de cette maison/musée de l’histoire de France est « de flatter les élans nationalistes d’une détestable politique qui a stigmatisé, arrêté et expulsé des communautés et des êtres qui n’avaient que le tort de ne pas avoir de papiers ou de ne pas être d’assez bons Français ». Il s’adressait au comité scientifique dudit musée à l’heure où des syndicalistes des Archives nationales sont menacés de sanctions dans leur lutte contre l’implantation de la maison dans leur locaux : « vous aurez à cœur de prendre publiquement la défense de M. Wladimir Susanj, secrétaire général de la CGT-Archives », ajoute l’historien.

7Avez-vous vu d’ailleurs, que, dans le dernier rapport sur ce musée (juin 2011), il est question que la maison de l’Histoire de France permette non pas seulement d’expliquer les symboles nationaux, comme le drapeau tricolore ou la Marseillaise, mais aussi – oui, oui c’est dans le rapport – d’amener au « ré-enracinement de certains d’entre eux ». On glisse ainsi facilement de la connaissance à la connivence politique.

  • 1 Cité dans Olivier Dumoulin, Le Rôle social de l’historien, Paris, Albin Michel, 2003, p. 303.

8« Et la France dans tout ça , » a-t-on en effet envie de demander à tous ceux qui sont montés dans le petit train qui circule à reculons pour retrouver les rails du grand roman national, a-t-elle vraiment besoin qu’on lui vende de la nostalgie, une pensée datée, hors du monde d’aujourd’hui, qu’on lui fasse accroire que l’histoire ce sont les grands hommes. En 1943, l’historien médiéviste Petit-Dutaillis écrivait déjà : « J’ose dire que je ne sais pas ce qu’est, pour un historien professionnel, la “tradition française”, ni s’il accepterait de définir l’“âme française” »1. C’était, vous allez me dire, plutôt crâne dans le contexte du temps.

9Eh bien, ne faisons pas moins et refusons de définir une histoire de France étriquée, rétrograde, déconnectée des courants de pensée les plus riches. Et qui ne sert finalement qu’à alimenter les peurs d’aujourd’hui.

10Compléments bibliographiques :

11– S. Citron, Le mythe national. L’histoire de France revisitée, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008.

12– R. Koselleck, Le Futur passé, Paris, EHESS, 1990.

13– R. Koselleck, L’expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1997.

14– N. Offenstadt, L’Histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock, 2009.

15– N. Offenstadt, L’historiographie, Paris, PUF « Que-sais-je », 2011.

16– Site du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : http://cvuh.blogspot.com/​

Haut de page

Notes

1 Cité dans Olivier Dumoulin, Le Rôle social de l’historien, Paris, Albin Michel, 2003, p. 303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Offenstadt, « Chronique prononcée à La Fabrique de l’histoire, d’Emmanuel Laurentin (France Culture) dans la série « Et la France dans tout ça ? », 21 octobre 2011 », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 141-143.

Référence électronique

Nicolas Offenstadt, « Chronique prononcée à La Fabrique de l’histoire, d’Emmanuel Laurentin (France Culture) dans la série « Et la France dans tout ça ? », 21 octobre 2011 », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2571

Haut de page

Auteur

Nicolas Offenstadt

Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page