Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

L’inventaire des mémoires ouvrières de Poitou-Charentes

Pascale Moisdon-Pouvreau et David Hamelin
p. 133-139

Résumé

Le Poitou-Charentes est l’une des régions les moins industrialisées de France et la figure de l’ouvrier y reste tout à fait méconnue, sinon marginale. Pour autant, ce constat n’a pas empêché le service de l’inventaire du patrimoine de cette région de mener un travail original, consistant à bâtir un inventaire des mémoires ouvrières dans le prolongement de l’inventaire du patrimoine industriel. Dans l’entretien mené ici par David Hamelin, Pascale Moisdon-Pouvreau, en charge de cet inventaire, revient pour les Cahiers d’histoire sur les étapes et les résultats de ce travail d’ampleur engagé en 2007. Elle présente également des pistes pour l’avenir, notamment la nécessité pour les chercheurs de s’emparer des sources retrouvées et parcourues à l’occasion de ce travail d’inventaire.

Haut de page

Texte intégral

1David Hamelin : Pouvez-vous nous rappeler l’origine de ce projet ?

2Pascale Moisdon-Pouvreau : La genèse de ce projet est liée à l’inventaire du patrimoine industriel, débuté en 1986 et achevé en 2006. C’est au moment de la finalisation de ce long travail, mais aussi lors du colloque qui fut organisé en 2007 pour célébrer l’achèvement de ce premier inventaire que l’idée de prolonger l’étude sur l’aspect immatériel de ce patrimoine s’est imposée.

3à cela, on doit ajouter un autre élément de conjoncture. En effet, à la même période, le service de l’inventaire était en voie de décentralisation, la Région récupérant alors de nouvelles compétences. Les élus ont de suite considéré cet inventaire, terminé pour la première fois en France, comme une chose bénéfique et unique. Ils se sont appropriés ce travail et ont imaginé, notamment par l’intermédiaire des conclusions du colloque, ce qui pouvait être envisagé pour y faire suite. En effet, ce colloque rendait compte du fait que nous disposions d’informations sur l’architecture, les machines, l’histoire des entreprises mais que, finalement, il manquait une pièce maîtresse, à savoir l’homme. Paradoxalement, parce que nous avions réalisé des photos documentaires pour illustrer nos dossiers, nous avions fini par écarter l’homme au maximum. Il est vrai que lorsque l’on regarde des photos du patrimoine industriel, on ne voit que des bâtiments vides, souvent désaffectés, ou encore des machines isolées. La question de l’humain s’est alors imposée avec force et notamment la question plus spécifique de la mémoire ouvrière.

4D.H. : Pouvez-vous nous expliciter les modalités de cette forme de mobilisation intellectuelle autour du passage du matériel à l’humain ?

5P. M.-P. : Même si des éléments de conjoncture ont favorisé l’émergence de cette question, il faut bien préciser que le passage du matériel à l’humain n’était pas une chose évidente à mener. Nous nous sommes appuyés sur la convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine immatériel, mais aussi sur le processus de décentralisation de l’inventaire donnant à celui-ci la mission d’étudier le patrimoine culturel, qui comporte une part immatérielle. Il n’était pas non plus évident pour nous de nous lancer dans une telle démarche car nous étions le premier service d’inventaire à se saisir de cette nouvelle mission. Depuis lors, d’autres services de l’inventaire se sont lancés dans cette démarche comme l’Île-de-France ou les Pays de la Loire, mais cela reste relativement marginal au demeurant et étroitement lié aux personnes qui animent les services.

6D.H. : Depuis 2007, il y a eu la mise en place d’un comité scientifique, d’un programme de travail avec les associations locales, pouvez-vous nous en parler ?

7P. M.-P. : La priorité pour nous était de déterminer comment nous allions travailler du fait de la nouveauté d’une telle action. En lien avec le comité scientifique, une méthodologie devait être élaborée à partir d’une première expérimentation sur la manufacture d’armes de Châtellerault. Le postulat de départ était de concevoir cette enquête comme un complément à l’inventaire du patrimoine industriel déjà réalisé, en se fondant sur ses résultats.

8Avec le recul, certains critères bien précis de l’inventaire du patrimoine matériel se sont avérés inopérants pour une enquête reposant en grande part sur les témoignages oraux. Par exemple, les usines étudiées devaient être antérieures à 1950 (qu’elles soient ou non en fonctionnement au moment de l’étude), alors que les personnes que nous pouvons rencontrer actuellement ont rarement commencé à travailler avant les années 1950 et la plupart dans des usines beaucoup plus récentes. Nous avions étudié de nombreuses usines créées au xixe siècle et qui avaient fermé très tôt ; dans ce cas, il était impossible de recueillir des témoignages. Les archives se font également rares, qu’il s’agisse de l’iconographie, des documents manuscrits…

9Aujourd’hui nous nous fondons davantage sur les témoignages oraux de personnes qui ont travaillé des années 1950 à nos jours. Dans le même temps, nous essayons de disposer d’un échantillonnage de témoins de manière à montrer des exemples de parcours assez différents.

10L’intérêt de travailler avec des institutions ou associations locales est qu’elles connaissent bien l’entreprise elle-même, qu’il s’agisse de son histoire, de ses productions ou de son équipement technique, mais surtout qu’elles facilitent la recherche et le contact avec les éventuels témoins en jouant le rôle d’intercesseurs. Ces associations réalisent un travail qu’il est difficile pour nous d’accomplir.

11Pour chacune des enquêtes menées, une problématique spécifique à l’entreprise ou à l’activité concernée est choisie, de manière à réduire le champ d’investigation : ainsi, la problématique choisie pour la manufacture d’armes de Châtellerault était le vécu des ouvriers, les « manuchards », au moment de la fermeture de l’établissement en 1968 ; ailleurs, il s’agit de cerner l’évolution d’un métier ou celle des conditions de travail ou bien encore l’organisation du travail…

12D.H. : Pouvez-vous nous rappeler l’ampleur du travail accompli ?

13P. M.-P. : Après la collecte de témoignages auprès de trente anciens ouvriers de la manufacture d’armes de Châtellerault, le travail s’est poursuivi autour de l’usine métallurgique de Domine, à Naintré, dans le bassin d’emploi de Châtellerault. Puis, un partenariat avec l’écomusée du Montmorillonnais a permis d’enquêter sur le statut d’ouvrier-paysan dans l’usine de meubles Ranger à Montmorillon. Enfin, deux collectes sont en cours d’achèvement, d’une part sur l’évolution du métier de papetier dans l’Angoumois et, d’autre part, sur la question « être ouvrier à Rochefort après l’arsenal », autour de trois entreprises choisies en raison de leurs liens avec le complexe militaro-industriel de l’arsenal.

14À Niort, débutent des travaux menés par les comités de quartier qui souhaitaient s’investir depuis longtemps sur la question des mémoires industrielles des différents quartiers, autour des grandes entreprises telles que les Trieurs Marot, l’usine de contreplaqué Rougier, sans oublier les chamoiseries-ganteries, activité phare de Niort jusque dans les années 1960-1970.

15Initialement, nous souhaitions travailler sur l’industrie portuaire de La Rochelle. Mais, dans cette ville, la question des mémoires est déjà bien traitée par plusieurs structures, comme l’association « Paroles de Rochelais », dans une perspective de lien social, ou le FAR (Fonds audiovisuel de recherches) qui collecte des films ou encore le Musée maritime qui met à profit les Journées du patrimoine pour convier d’anciens marins, les interroger, conserver et diffuser les témoignages oraux et les films réalisés. Il apparaît donc plus pertinent de concentrer nos forces sur un terrain moins étudié.

16Le secteur des coopératives laitières est très important dans la région, l’Aunis en étant réellement le berceau ; elles feront également, dans un proche avenir, l’objet de nos investigations.

17Une exposition évolutive, intitulée « Paroles ouvrières de Poitou-Charentes » rend compte de l’avancée du travail sur le territoire régional ; d’ores et déjà, trois modules présentent les résultats des enquêtes menées à Châtellerault, Naintré et dans le Montmorillonnais.

18D.H. : Ces travaux permettent-ils de mettre en lumière certaines caractéristiques propres à cette région ?

19P. M.-P. : Il est trop tôt pour affirmer pouvoir être en mesure de faire ressortir une spécificité du Poitou-Charentes, le nombre de témoignages étant encore trop réduit.

20En revanche, nous nous apercevons qu’un certain nombre de caractéristiques se retrouvent en fonction des périodes. Par exemple, dans les années 1950, l’ouvrier se rend à vélo à l’usine, et travaille tel nombre d’heures… On retrouve ces éléments partout dans la région, mais pas seulement en Poitou-Charentes d’ailleurs.

21Il est également possible de relever des spécificités en fonction du type d’activité, mais je pense que ce que l’on observe chez les papetiers d’Angoulême, nous le retrouverons probablement dans une autre ville telle Grenoble dont la papeterie fut aussi une activité phare.

22Nous remarquons, enfin, la prégnance dans nos échantillons de la culture rurale. La dizaine de témoignages recueillis dans le Montmorillonnais, par exemple, témoignent du fait qu’une usine, constituée dans les années 1950, recrute massivement et quasi quotidiennement dans le milieu agricole jusqu’aux années 1970. Ces ouvriers-paysans étaient généralement propriétaires d’une ferme, dans laquelle travaillait la femme tandis que son époux était employé à l’usine, de nuit de préférence. En définitive, ces agriculteurs devenaient ouvriers par défaut parce qu’ils ne parvenaient pas à vivre correctement de leur ferme.

23Concernant les femmes, nous ne disposons pas d’assez de témoignages pour percevoir leur empreinte réelle. Les rares femmes qui évoluaient à la manufacture de Châtellerault étaient surtout secrétaires. Dans nos recherches sur Naintré, nous avons pu retrouver davantage de femmes ouvrières ; elles avaient alors une vie difficile, car elles devaient, en parallèle d’un travail souvent très physique, s’occuper des enfants et assurer les tâches domestiques. à Angoulême, c’est encore plus flagrant : dans les papeteries, la population féminine atteignait près de 80 % des effectifs salariés pour assurer la transformation du papier. La fabrication, jugée beaucoup plus noble, était effectuée par des hommes, peu nombreux.

24à ce jour, nous travaillons sur l’opportunité de réaliser un documentaire se fondant sur le témoignage de femmes travaillant sur l’ensemble de la région.

25D.H. : Comment fonctionne votre travail de médiation en direction des publics ? Des retours sont-ils perceptibles à ce jour ?

26P. M.-P. : La médiation reste un outil complexe. Par exemple, à Angoulême, nous avons mobilisé les acteurs en organisant une soirée de lancement de l’opération avec la projection de films de l’association Trafic Image, qui a connu un succès en termes d’assistance et fut, de plus, particulièrement appréciée. Le film demeure manifestement un très bon média.

27De façon générale, nous essayons de concevoir un retour de nos travaux auprès du grand public par l’entremise de soirées, au cours desquelles a lieu une conférence et où est présenté l’un des modules de l’exposition.

28Pour le moment, il n’y a pas eu de travail spécifique avec des enseignants, même si nous pensons que cet aspect devrait être développé à l’avenir.

29Dans l’ensemble, notre travail intéresse le public : la fréquentation des conférences et de l’exposition le prouve. Cependant, l’un de nos futurs objectifs sera sans doute d’essayer d’attirer davantage les jeunes.

30Dans le cas du travail mené à Rochefort, ce sont des membres de différentes institutions de la ville qui sont venus nous trouver en nous exprimant leur souhait de travailler avec nous sur cette question des mémoires ouvrières. Sont ainsi impliqués le Centre international de la mer, la Ville d’art et d’histoire, les archives municipales, les services de la Défense… et les résultats de l’enquête seront valorisés par l’ensemble des partenaires.

31Du côté d’Angoulême, notre partenaire principal est le musée du Papier et une publication devrait paraître dans la collection du musée, pour rendre compte de ce travail.

32L’exposition circule beaucoup sur le territoire et nous nous rendons compte que cette question des mémoires ouvrières interpelle. À Saintes, par exemple, une association s’intéressant aux mémoires cheminotes a récemment été constituée et nous collaborerons sans nul doute avec elle dans un proche avenir.

33Nous disposons de nombreux contacts avec les personnes intéressées par ce sujet et cela se traduit quelquefois par des partenariats ou plus simplement un échange sur la méthode, mais de toute évidence cette question de mémoire intéresse.

34D.H. : Comment envisager la suite, et qu’est-ce qui serait souhaitable dans un scénario positif ?

35P. M.-P. : Notre mission première est de constituer un fonds oral, en alimentant une base de données qui sera, à terme, consultable sur Internet. L’accès en sera libre pour les données écrites, mais certainement pas pour les fichiers sonores, au moins dans un premier temps. Nous avons l’autorisation des personnes qui ont témoigné, mais souvent ces témoignages évoquent d’autres personnes, ce qui pose des problèmes de confidentialité et d’autorisations.

36Ce que nous pouvons souhaiter, c’est qu’il y ait d’autres acteurs locaux qui voient l’intérêt d’une telle démarche. De nombreuses personnes disposent d’enregistrements ou entreprennent des enquêtes orales. Si nous pouvions bénéficier de ces éléments pour alimenter la base de données régionale par l’intermédiaire de dons, ce serait une chose très intéressante ; la Région assurant à la fois la conservation des documents dans des conditions optimales et, le cas échéant, leur diffusion.

37Nous aimerions également nous rapprocher un peu plus du champ universitaire afin que des étudiants se penchent sur ces questions. En effet, nous constituons des fonds et mettons à disposition une exposition itinérante présentant nos travaux, mais sans réaliser véritablement une analyse des matériaux qui pourrait être faite par des étudiants ou des chercheurs.

38D.H. : Du côté de vos services, y a-t-il des projets aussi de faire des publications ou bien cela restera-t-il quelque chose d’immatériel ?

39P. M.-P. : Sur l’ensemble du travail, il est trop tôt pour le dire. Cette constitution de fonds nous mobilisant complètement actuellement, l’analyse approfondie des éléments recueillis n’est pas effectuée. Cela devrait se faire dans le cadre d’une publication. Sur la ville de Rochefort, il est probable qu’il n’y aura pas d’ouvrage, mais plutôt des valorisations sous différentes formes.

40Notre prochain chantier sur les laiteries coopératives est un sujet qui peut certainement plaire et donner lieu, si les éléments sont réunis, à une publication.

41Sur le plan de la médiation, à Angoulême, nous avons commandé à nos prestataires de l’association Passerelle Image un documentaire sonore qui sera diffusé en ligne. Précédemment, nous avions commandé des portraits individuels filmés mettant en valeur un parcours… Ces portraits filmés seront également une manière de valoriser le travail accompli et d’effectuer une médiation un peu différente.

42D’autres possibilités se font jour : par exemple, Jean-Pierre Bodin, membre du comité scientifique, prépare un spectacle sur le monde ouvrier.

43Nous nous apercevons que les spectacles constituent un excellent support de médiation et nous sommes en mesure d’offrir des matériaux aux artistes. Dernièrement, nous avons été contactés par une chorégraphe qui a envie de travailler sur les gestes ouvriers. Les possibilités sont multiples.

44Pour aller plus loin : http://inventaire.poitou-charentes.fr/​memoiresouvrieres/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Moisdon-Pouvreau et David Hamelin, « L’inventaire des mémoires ouvrières de Poitou-Charentes », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 133-139.

Référence électronique

Pascale Moisdon-Pouvreau et David Hamelin, « L’inventaire des mémoires ouvrières de Poitou-Charentes », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 avril 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2552

Haut de page

Auteurs

Pascale Moisdon-Pouvreau

Service régional de l’inventaire Poitou-Charentes

David Hamelin

Chercheur en histoire sociale du monde contemporain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page