Navigation – Plan du site
DOSSIER

Archives du corps, archive de la biopolitique

Philippe Artières
p. 75-90

Résumé

Le concept de biopolitique proposé par Foucault a non seulement suscité certains malentendus chez les historiens, mais il n’a en outre jamais été confronté à la question des archives susceptibles de lui donner corps. L’article s’appuie donc sur trois archives mineures, en marge des grands corpus de quadrillage et de surveillance classiquement étudiés. La première de ces archives est une liste de pratiques auto-érotiques d’un jeune allemand inverti, au début du xxe siècle. La confession écrite participe d’une économie générale des savoirs homosexuels qui se met en place autour d’une double instance du pouvoir, à la fois prise de contrôle médicale et potentiel foyer de résistance. La deuxième archive du biopolitique est un fragment de peau tatouée. Relevée sur le corps d’un soldat ou d’un bagnard, elle engage une recherche plus vaste encore des signes distinctifs, des marques reconnaissables. Ici la politique d’identification s’affronte aux pratiques de soi dans une ambiguïté renouvelée. Enfin, la troisième archive biopolitique présentée est une lettre de dénonciation des pratiques de prostitution dans une rue parisienne. L’anonymisation progressive de ces missives délatrices banalise un mode de surveillance policier qui intègre le dispositif de cartographie des mœurs en place dès la fin du xixe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point les très significatifs dictionnaires publiés depuis dix ans : Dominique Lecourt ( (...)
  • 2 Voir en particulier les travaux de Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique dépa (...)
  • 3 Ceux des réfugiés espagnols après la guerre d’Espagne en France, ou ceux où furent internés les Tsi (...)
  • 4 Voir, en particulier, le cas de l’historien du monde ouvrier et de l’immigration, Gérard Noiriel, q (...)
  • 5 Cf. Louis Murard, Patrick Zylberman, L’hygiène dans la République : La santé publique en France ou (...)

1On le sait : avec leurs silences et leurs blancs, les archives couvrent la table de travail de l’historien. Il travaille avec et à partir de l’archive. L’opération historienne consiste en effet d’abord en une confrontation à une série de documents ; ensuite, la confrontation d’un regard du présent, celui de l’historien avec ses questions, à un ensemble de discours du passé. Ce rappel pourra sembler curieux à certains. S’agissant des questions de biopolitique et, en somme, de l’usage d’un concept de Michel Foucault en histoire, ce rappel est malgré tout nécessaire tant s’est opéré un grand malentendu depuis vingt ans au sein de la discipline historique autour de ce concept. Concept fourre-tout, la biopolitique a connu un succès absolument formidable et unique : les historiens du corps, mais aussi de la médecine, ont en fait une notion phare permettant de renouveler le champ (avec le développement par exemple de l’histoire de l’hygiène sociale)1, tandis que les historiens des sciences de l’État – ceux des débuts de la statistique, de la démographie, du dénombrement2 – y ont vu soudain une légitimation épistémologique de leurs travaux. Enfin, qu’il s’agisse des chercheurs travaillant sur les déplacements de populations, et singulièrement sur les camps3, ou de ceux enquêtant sur les procédures d’identification4, il y eut pour cette notion un grand enthousiasme. Certes, certains estimèrent que le concept, s’il était lumineux, manquait peut-être d’une inscription plus précise dans la trame historique. La périodisation large, xviie-xxe siècles, faisait dire à certains que ce n’était pas une mais des biopolitiques qui furent développées au cours de ces quatre siècles, tandis que d’autres critiques plus radicaux, s’appuyant sur de longues recherches, estimèrent que de biopolitique il n’y avait point5.

2Aucun de ces historiens du biopolitique n’a cependant cherché à questionner ce que pourrait être l’archive du biopouvoir ; autrement dit, à l’invention et au développement de la biopolitique, correspond-il des formes d’archivage spécifiques : mieux, existe-t-il des archives du biopouvoir et quelle en est la nature ? C’est à la recherche de ces archives que je vous convie, en concentrant mon regard sur la période des xixe et xxe siècles. Et c’est donc bien ici en historien, et à partir des différents travaux qui sont les miens, que je vais tenter de m’interroger sur ces archives du biopouvoir.

3Étant historien des marges, c’est de ce côté du périphérique, d’un en deçà de l’histoire, loin des archives d’État, des grandes enquêtes statistiques, des archives des politiques publiques, que je vais regarder. Le lieu vers lequel je vais m’aventurer est celui des archives mineures, de celles qui constituent souvent le fond des boîtes, parfois même qui sont mises à part et soustraites à la communication parce qu’on estime leur intérêt trop limité. Soit dit en passant, c’est peut-être là la première caractéristique de l’archive de la biopolitique. Mon propos s’attachera à trois de ces pièces d’archives précisément : une liste, un fragment de peau humaine et une lettre manuscrite.

Une liste

4Ce document appartient à un dossier conservé au sein du fonds Alexandre Lacassagne à Lyon. Alexandre Lacassagne était une figure de la vie municipale, intellectuelle et scientifique lyonnaise. Il a été un grand médecin légiste, le chef de file de l’anthropologie criminelle à Lyon, mais aussi le promoteur d’une politique d’hygiène urbaine (travail sur les égouts, la morgue, etc.). Juste avant de mourir, il a fait don à la ville de Lyon de sa bibliothèque et de ses archives. Cette liste a été rédigée à l’encre noire sur une page pliée en deux, en juin 1904 par un jeune allemand dénommé Georg Apitzsch. De quoi s’agit-il ?

5D’une liste récapitulative des pratiques auto-érotiques de ce jeune homme. Pour chaque nuit sont mentionnées masturbations, pollutions nocturnes et ses pensées érotiques.

61er janvier 1904

7} 1 pollution

8au commencement du mois l’état sexuel assez bien, la dernière moitié très bien, fin mal (très excité)

94 février 4 février

1012 2X } 2 pollutions {

1118

1221 février

1323 au commencement du mois : excité, milieu tantôt calme, tantôt excité.

14À la fin, on a de l’occupation, ça va assez bien,

1512) je reçois une lettre de mon frère. Il m’écrit de ses aventures. Cela m’excite beaucoup. Désir violent d’être avec des soldats.

1618) un entretien avec mon frère sur des affaires sexuelles.

1723) excité par l’abondance du liquide jurostatique

18Étrange document qui, certes, n’a pas le charme de la chronique sexuelle infinie du libertin anglais, parue anonymement sous le titre de My secret life, si bien étudiée par Foucault. Quelle est cette archive ? Une archive médicale ou bien plutôt une archive de vie ?

  • 6 Cf. Article d’Alexandre Lacassagne « Pédérastie », dans A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopé (...)

19Tout a commencé par une lettre du 22 janvier 1903, celle de ce jeune homme au grand médecin français, auteur de l’article « Pédérastie » dans le dictionnaire des sciences médicales Dechambre6 paru quelques années auparavant :

  • 7 L’invention du terme d’unisexualité revient au célèbre Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895), juriste e (...)

20« Monsieur, Veuillez bien m’indiquer le jour et l’heure (à partir de Dimanche jusqu’à Jeudi) où vous pourriez me recevoir en consultation privée (genre : Unisexualité7). Recevez, Monsieur l’assurance de ma considération parfaite. »

  • 8 Voir les travaux de Vincent Barras, « Consulter par lettre au xviiie siècle », Gesnerus - Swiss Jou (...)
  • 9 Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire. Contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, Paris, (...)

21Le médecin suisse Tissot soignait à la fin du xviiie siècle, par correspondance : on lui écrivait ses maux de l’Europe entière et à partir de ces quelques lignes, le pourfendeur de l’onanisme indiquait le remède8. Il est en effet frappant que la majorité des données qui documentent alors les travaux sur l’inversion soient des extraits de lettres. Les invertis couchent par écrit leur récit de vie sexuelle et l’envoient aux médecins berlinois, viennois ou lyonnais. Cette pratique de l’épistolaire, qui fait dire aux observateurs contemporains que les invertis sont des êtres féminins puisqu’ils aiment comme les femmes à écrire des lettres, est préférée à l’entretien, au journal ou à l’autobiographie. Il y a en effet une vraie méfiance pour les écrits autobiographiques d’invertis dont la propension à mentir serait bien supérieure à celle des hommes hétérosexuels. On voit en effet mal pourquoi ne pas avoir incité, à la manière dont les aliénistes et les criminologues le firent pour les aliénés et les prisonniers, les invertis à écrire un récit de leur existence. Sans doute, faut-il y voir un moyen de conserver un certain anonymat ; certains ne manqueront pas d’y lire aussi le signe de la forte marginalisation des invertis, changeant sans cesse de lieu. Mais peut-être aussi y a-t-il dans cet acte d’écrire une lettre un lien étroit à la chose sexuelle elle-même que la confession ne permet pas. On peut, en suivant Thomas Laqueur9, considérer que l’envoi de la lettre ne permet pas une auto-érotisation de la lecture. Aussi, les tenants de cette science du sexe encouragent-ils ces pratiques d’écriture adressées, complétées parfois du colloque singulier.

22Quels sont en Europe les principaux lieux de recherches où sont centralisés ces écrits ? Ils sont majoritairement en Allemagne, ce qui fera dire à beaucoup, notamment en France, que l’inversion sexuelle est un « vice allemand ». Hirschfeld incarne remarquablement une première figure des initiateurs de ces points. Lui-même homosexuel, il constitue à partir d’un réseau de correspondants, une imposante collection documentaire comportant notamment des écrits et des photographies. Il ouvre ainsi un musée pour exposer et montrer ces matériaux au plus grand nombre. Moll, également à Berlin, occupe une place légèrement différente. Homophile sans être lui-même inverti, il reprend l’entreprise encyclopédique du baron Krafft-Ebing. L’auteur de la Pathologia sexualis eut pour projet de rassembler en un même volume l’ensemble des sexualités « morbides » : dresser un tableau de cas le plus exhaustif possible, une encyclopédie des sexes. Quant à Krauss à Vienne, ethnologue, il collecte toutes les informations susceptibles d’informer sur les sexualités. Il publie ainsi une imposante revue qu’il adresse seulement à ses confrères, tandis que Paolo Mantegazza étudie en anthropologue les pratiques sexuelles de ses contemporains. Les invertis rendent visite à chacun de ces points de recherches, ne manquant pas d’apporter des nouvelles des autres, se faisant en somme passeurs.

23Il ne faut pourtant pas penser ces points de recherches sur les sexualités comme des machines solitaires qui ne s’agenceraient à aucune autre ; car bien au contraire, s’ils fonctionnent, c’est qu’ils s’inscrivent dans un réseau qui, malgré les distances et l’obstacle des langues, fait circuler les informations. Cette sexologie naissante n’est pas fermée sur elle-même, on se lit mutuellement, on échange parfois des données, on expose des objets conjointement. Les points, sans faire ligne, esquissent un trait. Parfois même, un livre est traduit. Sans doute peut-on considérer que le savoir sur l’homosexualité masculine est l’un des tout premiers savoirs européens partagés, avec celui sur la statistique et la police chers à Foucault. C’est à partir des revues que ces savoirs se sont développés.

24Les invertis ont joué dans cette entreprise un rôle déterminant car ils ne se sont pas contentés, comme par exemple les individus tatoués, de venir se faire examiner par les savants ou même de rédiger des écrits les concernant, mais ils se sont constitués en informateurs. Quelle fonction occupèrent-ils ? À l’image du jeune inverti allemand, Georges A., dans ces lettres, le correspondant du médecin tient la chronique du champ à la fois scientifique et social de l’inversion sexuelle en Allemagne. Constatant que le professeur Lacassagne est à ses yeux insuffisamment tenu au courant des travaux contemporains, il l’en informe et, parfois, lui transmet les publications existantes avec ses propres commentaires. On mesure ici combien la proximité avec les sciences sociales naissantes est grande, combien le savoir médical a joué à plein dans l’émergence de ces savoirs sur l’homme. Informer, c’est reprendre le contrôle de l’objet du savoir, c’est se le réapproprier par le discours même. Certains estimeront sans doute que les invertis étaient comme pris au piège du pouvoir médical, mais à voir l’impact de la publication des écrits d’invertis dans les revues médico-légales au milieu des années 1890, on comprend la force de cette prise d’écriture et son pouvoir de résistance face au discours médical.

25Cette archive est exemplaire des archives du biopouvoir en cela qu’elle témoigne de ce perpétuel double sens.

Un fragment de peau humaine

  • 10 Armand Corre, Nos créoles : étude politico-sociologique, 1890, texte établi, présenté et annoté par (...)
  • 11 Voir les travaux de Dominique Kalifa sur les bagnes militaires dans les colonies : Dominique Kalifa (...)

26Ce fragment de peau humaine appartient à la collection d’un médecin de la marine, Armand Corre (1841-1908), auteur d’un fameux Nos Créoles10, qui finit sa carrière comme archiviste dans l’ouest de la France. Il a été prélevé sur le corps d’un soldat d’un bataillon disciplinaire ou d’un bagnard. La France avait, en cette fin de siècle, c’est-à-dire en pleine IIIe République, des bagnes militaires et civils, en Algérie, en Guyane et en Nouvelle-Calédonie. Ce fragment de peau vient de l’un de ces lieux, zone de contact, d’entre deux mondes où se côtoyaient populations indigènes et populations dangereuses11. Ces institutions disciplinaires, où l’armée mêle « mauvais sujets » et colonisés, sont le théâtre de pratiques très violentes qui ont souvent pour seule issue la mort.

27Pourquoi avoir conservé ce fragment humain ? Pourquoi l’avoir dépecé de l’un de ces misérables cadavres ? Parce qu’il porte sur lui un écrit à l’encre bleue ; il est un de ces tatouages, qui en ces dernières décennies du siècle, de manière totalement inédite et pendant une brève période, font l’objet d’une problématisation très forte par la médecine européenne. Des centaines d’enquêtes sont menées pour identifier des pratiques, répertorier ces étranges signes et écrits qui couvrent le corps de certains hommes. Tout se passe en effet comme si, à travers et par ces enquêtes, on opérait un travail de cartographie de population, une forme de statistique d’un genre inédit.

  • 12 Voir sur ce point l’article de Muriel Salle, « Les tatouages du professeur Lacassagne », Clio, 2007 (...)

28Comment s’opère cette collecte de données ? Elle s’appuie sur une série d’acteurs absolument décisifs pour la période : les médecins coloniaux. Ce sont eux qui, par des observations mais surtout grâce à leur présence sur le terrain, enquêtent et constituent les premières collections de tatouages. Ils constituent, auprès des hommes de cette population (des individus ayant subi une condamnation pour désertion, pour ventes d’effets, pour vol à un camarade), d’importantes collections de plusieurs milliers de tatouages12. Chaque tatouage a été recopié sur le corps du détenu à l’aide d’un crayon et d’une toile transparente, puis collé sur un carton au verso duquel le médecin a noté les nom et prénom du tatoué, le lieu de naissance, la profession et l’instruction, la date des tatouages, l’âge, le procédé employé, le nombre de séances, leur durée, des renseignements sur le tatoueur, une description des tatouages, leur siège, leur coloration et ses changements et… enfin la moralité du tatoué.

29Dès le début des années 1880, des premiers articles paraissent. Leur visée est double : d’une part, montrer à la profession médico-légale l’intérêt médico-légal des tatouages, d’autre part, encourager le principe de collection. Ces médecins estiment en effet que le tatouage est l’un des éléments pouvant rendre service à l’identification des criminels : « le grand nombre de tatouages donne presque toujours la mesure de la criminalité du tatoué ou tout au moins l’appréciation du nombre de ses condamnations et de son séjour dans les prisons. » La constitution d’une collection permet en outre d’appréhender toute une géographie corporelle du tatouage. Ainsi, « sur le ventre, au dessous du nombril, se trouvent presque toujours des sujets lubriques, des inscriptions pornographiques telles que Robinet d’amour, Plaisir des dames, Venez Mesdames, au robinet d’amour, Elle pense à moi. »

30À partir de ces fichiers de tatouages qui sont une sorte de répliques du fichier d’anthropométrie, se dessine une carte de ces populations avec leurs déplacements, etc. L’atelier, le quai du port, les abords de caserne constituent autant de pôles de cette population et l’on sait combien dans l’établissement des signalements, les tatouages constituaient des signes particuliers permettant de distinguer un individu d’un autre.

31Pendant plus de deux siècles à partir de la fin du xviie siècle, c’est en effet le signalement – cette pièce écrite comprenant l’énumération courte et précise des caractères extérieurs permettant de distinguer un individu de tous les autres (ministère de la Guerre, 1908) – qui a prévalu lorsqu’il s’est agi de poursuivre un individu.

32« Louis Lavenne dit Saint-Louis, âgé de 27 ans, originaire de Sens en Bourgogne, paroisse Saint Prest, les cheveux châtain brun, haut de 5 pieds un pouce, les yeux gris, enfoncés, le nez gros, long et écrasé sur le haut d’un coup, les sourcils épais, Rôtisseur de son métier, est parti le 8 février 1702. (état de signalement de soldats déserteurs)

33« Therisine, âgé de 24 ans, immatriculé sous le n° 6620, de couleur rougeâtre, marronne depuis près de 6 mois.

34« RAIMONE, âgée de 36 ans, immatriculée sous le n° 6608, noire, marronne depuis 1 mois.

35« OLIVIER, de sexe masculin, âgé de 23 ans, immatriculé sous le n° 6659, noir marron depuis 1 mois. » (Cahier de marronnage du Moule, Guadeloupe, 1845-1848, Bibliothèque d’histoire antillaise, Basse terre, 1996.)

36Déserteurs des armées du roi ou de l’empereur, esclaves fuyant la plantation ou évadés des bagnes et des prisons, l’identité des fuyards s’est dite à travers quelques lignes et une poignée d’adjectifs. Aux puissants, les peintures miniatures et délicates, aux rebelles les mots froids du pouvoir, ceux qui disent les traits du visage, la couleur de la peau, ou encore les habits portés. À partir de la seconde moitié du xixe siècle, le tatouage, véritable « cicatrice parlante », vient compléter ce dispositif.

  • 13 Charles Perrier, Les criminels, Tome II, Lyon, Storck, 1905, p. 393.

37Mais les médecins découvrent alors l’existence de pratiques d’effacement volontaire de ces inscriptions corporelles. Ils étudient ainsi comment et dans quelles circonstances certains sujets gomment la surface de leur peau : quelles techniques et quels produits ont-ils utilisés ? Le docteur Charles Perrier cite ainsi la technique de l’un de ses confrères : « Parmi les procédés de détatouage, un des meilleurs et des plus inoffensifs est certainement celui du docteur Variot. Il est à recommander : on verse sur la peau une solution concentrée de tannin ; puis à l’aide d’un jeu d’aiguilles, on fait des piqûres serrées sur toute la surface du tatouage. L’opération terminée, les parties piquées sont frottées, doucement, avec un crayon de nitrate d’argent, jusqu’à ce qu’elles se détachent en noir foncé par la formation d’une tannate. »13

  • 14 A. Tardieu, étude médico-légale sur le tatouage considéré comme signes d’identité, Paris, Baillière (...)

38Aussi, alors que la peau semblait porteuse des signes d’identité les plus évidents et surtout les moins falsifiables, voilà que certains s’emploient à brouiller cette transparence. Ambroise Tardieu, dans son étude médico-légale sur le tatouage considéré comme signes d’identité, publiée en 1855 chez Baillière, rapporte un cas extraordinaire d’anonymisation : Aubert, accusé d’un vol en 1843, revendique comme prononcée contre lui sous le nom d’un autre (Salignon) une condamnation qui lui donnerait un alibi ; or, cet autre, à sa différence, était alors tatoué. Tardieu enquête et découvre qu’Aubert, contrairement à ce qu’il déclare, n’a pas effacé les tatouages de Salignon, mais d’autres sans rapport. Autrement dit, Aubert s’est servi non seulement d’une technique très efficace d’effacement des tatouages, mais il l’a accompagné d’un discours visant à s’attribuer une identité autre. Le médecin met ainsi en lumière des procédés de gommage jusque-là ignorés et conclut ainsi son étude : « Les traits imprimés par le tatouage peuvent être effacés artificiellement au moyen d’applications escharotiques ; mais, dans ce cas, alors même que le procédé le plus perfectionné a été le plus habilement mis en œuvre, il en reste encore des traces qui peuvent être à peine perceptibles, mais qui n’échapperont pas à un examen attentif et à un œil exercé. »14

39Autrement dit, ce fragment de peau n’appartient plus au cabinet de curiosités ; il est devenu l’objet d’une politique d’identification et de gestion des populations dangereuses. Il ne s’agit pas de supprimer ces populations mais bien de les localiser, et d’en restreindre la circulation : le tatouage est l’un des éléments d’autosignalement qui y contribuent. Car ces écrits, on l’a vu, ne sont pas inscrits par le pouvoir sur le corps d’un sujet ; le sujet en est l’auteur le plus souvent (on s’autotatoue parfois mais le plus souvent, on dessine son tatouage et un tiers opère l’incrustation). C’est-à-dire qu’il constitue par certains aspects une véritable pratique de soi ; en somme, une archive du biopouvoir. Ainsi, certains aiment à inscrire sur leur bras : PLV ... Pour la Vie.

Une lettre

  • 15 Plusieurs dossiers sont consultables aux archives de la préfecture de police de Paris : BA 1869, BM (...)

40Cette lettre appartient aux archives de la préfecture de police de Paris (dans le Ve arrondissement de Paris), comme plusieurs centaines d’autres, liées à la répression des mœurs dans la capitale entre 1870 et 1920, à savoir les lettres de dénonciation de racolage des prostituées dans Paris15.

41Au début du mois de juillet 1869, le commissaire de police du XIIe arrondissement reçoit la lettre suivante :

42« Les soussignés tous habitants du passage Hebert viennent solliciter de votre Bienveillante Administration l’expulsion de notre passage de toutes les femmes de mauvaises vies qui fourmillent ici et qui sont le jour des sujets continuels de scandales… des gens paisibles et laborieux qui réclament la protection et la sécurité auxquels ils ont droit. »

43Signée par pas moins de dix-sept personnes, suivies de leur adresse. En août 1871, douze commerçants envoient une pétition à propos de la prostitution nocturne rue de l’Oratoire et rue Croix-des-Petits-Champs ; le 28 avril 1876, dix-neuf signataires qui précisent non plus seulement leur adresse dans le IIIe arrondissement mais leur profession, soumettent « une réclamation contre une tolérance fort gênante pour ne pas dire scandaleuse ». En juillet de la même année, c’est une pétition signée par presque une centaine d’habitants, quatre-vingt-douze exactement, qui parvient au Préfet :

44« Les soussignés commerçants et pères de famille habitant le quartier des Quinze-Vingts, rue Moreau, avenue Daumesnil et rue de Lyon ont l’honneur de vous exposer :

  • 16 Archives de la préfecture de police de Paris (APP), BA 1869.

45Que depuis quelques mois des filles soumises se sont établies dans des hôtels de la cour St François, rue Moreau n° 5 comme Av. Daumesnil n° 3… Il résulte que les exposants ont beaucoup à souffrir pour leur tranquillité, celle de leurs enfants et de leur famille. En conséquence ils ont le plus grand intérêt à obtenir la suppression de cet état de chose et vous prie Monsieur le Préfet de vouloir bien prendre la demande en considération… »16

  • 17 Dans les archives en plus des cas cités ci-dessus, on relève plusieurs lettres de ce type jusqu’à 1 (...)

46Le recours à la pétition signée est important avant 188017. À chaque fois, la pratique est la même : la dénonciation, qui a la forme d’une plainte, est une écriture collective accompagnée d’une masse de noms et d’adresses. Ce qui est lisible est moins le nom des signataires que leurs coordonnées ou leur profession et, avec ces indications, leur appartenance à un quartier de la capitale ou à un corps de métier. Autrement dit, la signature n’identifie pas des individus singuliers mais un groupe localisable ou socialement autoconstitué. On voit donc déjà combien les dénonciations sous forme de pétition portent en elle une pratique d’anonymisation qui se radicalise dans les années suivantes. En signant en 1876 une lettre collective au préfet, les quatre-vingt-douze pères de famille s’effacent chacun dans la masse des signataires. Peu importe qui signe, l’essentiel est que la pétition soit signée par une quantité importante d’habitants du XIIe arrondissement.

47S’ouvre à partir du début des années 1890 une période nouvelle en matière de pratiques d’anonymisation dans les lettres de dénonciation relative aux mœurs. Sans disparaître, la pétition est suppléée par une pratique individuelle de rédaction de lettres anonymes. Au commissaire de police et au préfet, les correspondants ne signent plus leur lettre. La signature disparaît. Un correspondant écrit ainsi le 15 août 1892 à Monsieur le Commissaire de Police qu’il n’ose se nommer « pour vous dire que notre Ranelagh est tellement infesté ».

48Cependant, cette absence d’identité du scripteur fait l’objet dans la lettre d’un développement plus ou moins élaboré. Écrire anonymement mais en justifiant sa pratique. Or, les correspondants insistent tous sur le sujet scandaleux de leur missive, à savoir la prostitution ou la pédérastie, et non sur le problème éthique de la délation anonyme. C’est-à-dire qu’ils préfèrent adopter une pratique « illicite » ou socialement réprouvée plutôt que de ternir leur réputation sociale en associant leur nom à des pratiques qu’ils estiment plus immorales encore. La défense de son honorabilité est ici au centre de la pratique.

4914 octobre 1904

50« Vous voudrez bien maintenant M. le Préfet m’excuser si je ne signe pas ma lettre étant fonctionnaire je craindrais que la divulgation de mon nom ne nuise à mes intérêts ».

5114 janvier 1907

52« Je regrette de ne pouvoir vous donner mon nom, car je suis père de famille et ne puis consentir à être mêlé à une affaire ni à porter plainte, mais j’espère que dans l’intérêt de la morale et de la santé publique vous voudrez bien faire surveiller cette maison, et au besoin y faire faire une descente de police pour purger ce repaire ».

53Février 1909

54« Excusez la liberté que je prends, je ne signe pas ma lettre je suis soldat et je crains des ennuis. Je suis assez malheureux à l’infirmerie depuis 6 jours ».

  • 18 Jean Maitron, Ravachol et les anarchistes, Paris, Gallimard, 1992.

55Si ce discours de justification est si présent, c’est probablement aussi parce qu’au même moment se développent des « épidémies » de lettres anonymes à caractère fortement politique. Ces lettres qui, pour un certain nombre, sont adressées au préfet, menacent des biens et des personnes d’explosion à la dynamite18. Soit signées avec des pseudonymes empruntés au mouvement libertaire (Ravachol notamment), soit avec une autodésignation floue et collective (les anarchistes), soit sans aucune mention, ces lettres font peur parce qu’elles activent une figure du terroriste anonyme capable de frapper en tout lieu (x) et à tout moment.

56« Nous prévenons les locataires que cette maison sautera avant le 1er mai 92. Signé : l’Anarchie. » (Pièce trouvée collée contre la porte de la maison sise rue Mozart 54bis, le 27 avril 92 par la concierge/BA510-2312).

57La menace étant plus réprimée que la calomnie, les auteurs font preuve de beaucoup plus d’inventivité pour tromper la police sur leur identité. Il n’est pas que la signature qui soit anonyme, le corps de la lettre est l’objet d’un travail de neutralisation, de gommage, de grimage. Bien qu’on puisse très bien faire l’hypothèse que, parfois, certains scripteurs furent à la fois auteurs de lettre de menace et de délation, les lettres au préfet pour dénoncer la présence de prostituées ne sont pas produites avec le même soin. D’une part, la matérialité de la lettre n’a pas, comme dans la menace, une fonction ; d’autre part, elle n’a pas à être inquiétante, bien au contraire elle doit établir une complicité avec son destinataire. La lettre de dénonciation est, certes, anonyme mais tout son contenu et sa forme doivent prouver la loyauté et l’honnêteté de son auteur, sa respectabilité. On voit combien la fonction de l’anonymat est opposée. Dans un cas, la signature anonyme participe de la violence graphique, la renforce ; dans l’autre cas, elle sert moins à se protéger des autorités que du monde que son auteur veut dénoncer, elle l’en distingue. Aussi, ne rencontre-t-on pas dans les missives relatives aux mœurs de cas de fausse signature, de maquillage ou d’usage de pseudonymes. Bien au contraire, ces pratiques – quand elles apparaissent – sont un signe de suspicion quant à l’information qu’elles contiennent. Aussi, est-ce souvent sur un ton de grande respectabilité que les lettres sont rédigées, en mettant en avant la situation de chef de famille, comme dans cette lettre du 11 juin 1897 :

  • 19 APP, archives de la brigade des mœurs (BM), 2-29.

58« Le quartier se plaint sourdement et n’ose rien dire. Laissez-moi espérer que vous donnerez satisfaction à un père de famille scandalisé pour lui et ses enfants déjà en âge de raison, qui ne tarderont pas à suspecter de si fréquents allées et venues de gens de toute sorte. Permettez-moi d’insister ainsi auprès de vous pour débarrasser le boulevard de ces infectes femmes qui dès 4 heures de l’après-midi font le trottoir entre la rue des Capucins et le bureau des omnibus de la Madeleine. »19

59Dans la première décennie du xxe siècle, cette signature anonyme se banalise et on peut se demander dans quelle mesure elle n’est pas entérinée par les autorités en matière de lutte contre les mauvaises mœurs. Chacun des dossiers de la brigade des mœurs s’ouvre en effet sur une lettre anonyme de dénonciation au préfet de police, du type de celle du 10 janvier 1912 au sujet de l’avenue Duquesne :

  • 20 Ces documents comme les suivants sont les archives de la Brigade des Mœurs (BM) conservées aux arch (...)

60« Je me permets tout en gardant l’anonymat habitant le quartier depuis de nombreuses années de signaler à votre bienveillante attention une maison suspecte fréquentée par des homosexuels. »20

61Ces lettres sont souvent écrites dans un style des plus maniérés, faisant une large place aux formules de politesse et de déférence ; à l’image de cette lettre de la fin de la période, du 6 octobre 1923, dont la signature est parfaitement illisible, la délation s’habille des mots du savoir-vivre et des bonnes manières :

62« Monsieur le Préfet,

63Je prends la respectueuse liberté de vous signaler que la partie du quai d’Orsay […] est devenue un lieu malfamé, qu’il est dangereux pour une honnête personne et pour des enfants d’y passer […] En vous signalant ces regrettables particularités, je me fais l’écho, Monsieur le Préfet, d’une quantité innombrable de personnes qui ont eu à souffrir de ce dévergondage que je vous signale en espérant que votre bienveillante intervention y mettra un terme.

64Veuillez agréer je vous prie Monsieur le Préfet avec mes remerciements anticipés l’assurance de mon plus profond respect. »

65Tout se passe, en effet, comme si, parmi les outils de la surveillance de la police, la réception de lettres anonymes constituait une ressource parmi d’autres, qui sans être encouragée, était parfaitement admise. À la suite de la réception d’une missive, les agents se rendent sur les lieux pour évaluer le bien-fondé du propos. Il arrive, après vérification, que l’information soit fausse mais aucune enquête n’est alors menée pour identifier son auteur. Tel est le cas, au cours de l’hiver 1914-1915, à propos de la rue de Lyon et d’une lettre anonyme adressée à M. Laurent, préfet de police de Paris, datée du 16 novembre :

66« Monsieur, Je viens solliciter de vous un peu de surveillance sur cette brigade de police, appelée brigades des mœurs, sans aucun doute, étant habillée en civil. Vous pouvez juger par vous-même qu’à toute heure du jour et de la nuit cette brigade, au lieu d’amener certaines femmes, qui le soir infectent la gare et la rue de Lyon, le haut de la rue Traversier, se font goberger de petites collations et soupers fins, sans doute en compagnie de ces femmes chez un nommé Thomas, hôtelier, 31 rue Traversier ».

67Par un rapport du 16 janvier, cette information est démentie par un rapport de police :

68« J’estime que cette affaire ne comporte aucune suite, l’enquête ayant établi que les faits dénoncés sont inexacts. […] Il semble résulter que la lettre ci-jointe a du être envoyée par un voisin jaloux ou par des filles publiques qui se trouvent gênées dans leur trafic par la répression active faites par les agents aux abords de la gare de Lyon ».

  • 21 BM et BM 2 de la préfecture de police.

69Mais on trouve dans les dossiers de la brigade mondaine21 un très grand nombre de lettres à la suite desquelles une surveillance est faite et parfois une descente opérée. Tel est le cas à l’automne 1910, à la suite de la réception d’une lettre anonyme indiquant qu’au 2e étage du 1 rue Mansard des femmes se mettent à la fenêtre dans des tenues inconvenantes et font des signes aux passants. Par un rapport du 21 octobre, le commissaire indique au préfet :

  • 22 BM, carton 13.

70« … deux surveillances ont été exercées aux abords de l’immeuble situé 1, rue Mansard. Au cours de ces surveillances, j’ai constaté à la fenêtre du 2e étage la présence permanente de deux jeunes femmes une grosse blonde et une noire coiffée en bandeaux. Ces deux femmes qui semblent être occupées de travaux de coutures, racolent les passants par des signes de tête, toutefois assez discrets mais très compréhensifs »22.

71L’usage des informations reçues anonymement n’a pas qu’une fonction de répression immédiate, puisque dans bien des cas, les lettres permettent à la police une bonne connaissance des maisons de rendez-vous clandestines et de ce qui s’y passe ; elle sert de fond de dossier. Autrement dit, la missive anonyme fait partie d’un ordinaire de la surveillance. Elle est banalisée, à l’image du rapport qui suit la réception d’une lettre datée du 2 avril 1911, s’inquiétant de l’existence d’un « bordel » sur la place (?) Saint-Placide :

72« 12 août 1911. […] oui une maison de prostitution clandestine. Cependant bien tenue, aucun fait immoral. Fenêtres fermées. Les voisins ne se plaignent pas et unanimes à dire qu’il n’y a jamais eu de scandales. Une descente ne paraît pas s’imposer actuellement. » (BM2-24)

  • 23 Cf. Nathalie Bayon, « Personnels et services de surveillance de la préfecture de police : de la con (...)

73Cette constitution d’archives ne concerne pas seulement des lieux. Grâce aux lettres, la police rassemble des informations biographiques sur des femmes publiques, à l’image de ceux contemporains sur les hommes politiques23. Le correspondant anonyme révèle ainsi des existences, comme le montre ce rapport bien renseigné et détaillé du 21 juin 1894, suite à une lettre d’« une personne du quartier » :

  • 24 BM2-29.

74« La femme qui a fait l’objet de la note ci-jointe est une nommée Dhaveloose, Marie Elisabeth, née à Moorseele (Belgique), le 30 juin 61 d’Ignace et de Nathalie Cappon. Elle serait à Paris depuis 3 ans et demeure 94 rue Blanche depuis janvier dernier, au loyer annuel de 470 F. La susnommée n’a d’autres moyens d’existence que le produit de la prostitution et chaque soir elle se rend au Moulin-Rouge d’où elle ramène des individus chez elle. Il ne serait pas exact qu’elle attire chez elle de jeunes filles ni de jeunes gens, sous le couvert d’une table d’hôte. Elle n’a pas de domestique et fait elle-même sa cuisine. Cependant elle reçoit très souvent à sa table des amies avec lesquelles elle se cotise pour le menu. »24

75On voit combien l’usage de la lettre anonyme est multiple à la brigade des mœurs : elle ne sert pas seulement à interdire et à contraindre, mais elle est l’une des matières principales de la constitution de dossier. Parfois, il arrive qu’un dossier individuel ou celui d’un lieu comptent plusieurs lettres anonymes reçues par les services de police sur vingt ans. Ce qui relevait d’une pratique de l’éphémère est inscrit par les policiers dans un temps plus long à travers des dossiers. Avec le temps, l’anonymat de la lettre s’estompe et seule compte l’information qu’elle contient. Tout se passe comme si s’équivalent alors le rapport de police et celui du citoyen anonyme. Dans l’épaisseur du dossier, on ne distingue plus ce qui est erroné de ce qui a été validé.

  • 25 Michel Foucault, 1981, « Les mailles du pouvoir », dans Dits et écrits, tome IV, n° 297, Paris, Gal (...)

76Une liste-tableau, un fragment de peau et une lettre anonyme : telles seraient par conséquent les archives du biopouvoir fin de siècle. S’y déploierait un triptyque composé de trois figures : l’inverti, le bagnard militaire et la prostituée qui ne sont sans doute pas étrangers à ce que Michel Foucault écrit au sujet de l’émergence de la biopolitique : « Le sexe est à la charnière entre l’anatomo-politique et la bio-politique, il est au carrefour des disciplines et des régulations, et c’est dans cette fonction qu’il est devenu, à la fin du xixe siècle, une pièce politique de première importance pour faire de la société une machine de production. »25

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point les très significatifs dictionnaires publiés depuis dix ans : Dominique Lecourt (dir), Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, Paris, PUF, 2006, Bernard Andrieu (dir.), Dictionnaire du corps dans les sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2008.

2 Voir en particulier les travaux de Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989.

3 Ceux des réfugiés espagnols après la guerre d’Espagne en France, ou ceux où furent internés les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, voir les travaux de Nicolas Fisher : « Partir sans sortir. Dynamique du pouvoir dans un camp d’internement français (1938-1939) », dans Pierre Lascoumes, Philippe Artières (dir.), Gouverner et enfermer. La prison, modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2004, p. 179-199.

4 Voir, en particulier, le cas de l’historien du monde ouvrier et de l’immigration, Gérard Noiriel, qui souligne sa dette à la pensée de Michel Foucault : Gérard Noiriel, « Foucault and History : the lessons of a disillusion », Journal of Modern History, vol. 66, 1994, p. 547-568, Gérard Noiriel, 2005, « La recherche et l’engagement : utiliser Foucault en sciences sociales. Entretien avec Éric Fassin et Gérard Noiriel », dans S. Meyet, M.-C. Naves, T. Ribemont, (dir.), Travailler avec Foucault. Retours sur le politique, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 183-194.

5 Cf. Louis Murard, Patrick Zylberman, L’hygiène dans la République : La santé publique en France ou l’utopie contrariée 1870-1918, Paris, Fayard, 1996.

6 Cf. Article d’Alexandre Lacassagne « Pédérastie », dans A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, G. Masson, P. Asselin, 1876.

7 L’invention du terme d’unisexualité revient au célèbre Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895), juriste et assesseur au tribunal du royaume de Hanovre, aujourd’hui considéré comme une des grandes figures de l’histoire gay et lesbienne. Ulrichs publie en 1864, sous le pseudonyme de Numa Numantius, Recherches sur l’énigme de l’amour entre hommes [Forschungen über das Rätsel der mannmännlichen Liebe]. Dans son ouvrage, il invente le terme d’« uranisme » (qui tire sa racine de « Ourania », l’autre nom de la déesse Aphrodite, mentionné dans le Banquet de Platon). Ulrichs nomme « Urninge » (« uraniens » ou « uranistes » en français) les hommes qui aiment les hommes, « Dioninge » les personnes qui aiment le sexe opposé, et « Urninden » les femmes qui aiment les femmes. Il considère ces individus comme faisant partie d’un « troisième sexe ». Le terme d’unisexualité a surtout été diffusé par Marc-André Raffalovitch (1864-1934) : « Uraniste : celui dont l’inversion sexuelle est congénitale. Inverti : celui dont l’inversion sexuelle est acquise ou congénitale. Unisexuel : celui qui a des rapports (quels que soient ces rapports) avec des individus de son propre sexe, qu’il soit inverti ou non », Archives d’anthropologie criminelle, 1895, p. 764. Cf. Patrick Cardon, « Un pionnier de l’homoliberté », Gai Pied Hebdo, n° 389, 12 octobre 1989, (http://semgai.free.fr/contenu/textes/cardon_Raffalovitch.html).

8 Voir les travaux de Vincent Barras, « Consulter par lettre au xviiie siècle », Gesnerus - Swiss Journal of the History of Medicine and Sciences, vol. 61, n° 3-4, 2004, p. 232-253.

9 Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire. Contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, Paris, Gallimard, 2005.

10 Armand Corre, Nos créoles : étude politico-sociologique, 1890, texte établi, présenté et annoté par Claude Thiébaut, Paris, L’Harmattan, 2001.

11 Voir les travaux de Dominique Kalifa sur les bagnes militaires dans les colonies : Dominique Kalifa, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

12 Voir sur ce point l’article de Muriel Salle, « Les tatouages du professeur Lacassagne », Clio, 2007, n° 26-27 dans Muriel Salle, « Corps rebelles », Clio, n° 26-2007, Clôtures, mis en ligne le 1er janvier 2010. URL : http://clio.revues.org/index6132.html) et le texte de l’un de ces médecins : Alexandre Lacassagne, « Recherches sur les tatouages et principalement du tatouage chez les criminels », Annales d’hygiène publique, 3e série, Tome V, n° 4, p. 289-304.

13 Charles Perrier, Les criminels, Tome II, Lyon, Storck, 1905, p. 393.

14 A. Tardieu, étude médico-légale sur le tatouage considéré comme signes d’identité, Paris, Baillière, 1853.

15 Plusieurs dossiers sont consultables aux archives de la préfecture de police de Paris : BA 1869, BM et BM2.

16 Archives de la préfecture de police de Paris (APP), BA 1869.

17 Dans les archives en plus des cas cités ci-dessus, on relève plusieurs lettres de ce type jusqu’à 1890 : 29 mai 1878, 17 propriétaires et boutiquiers du passage Brunoy, XIIe arrondissement ; 8 septembre, 18 octobre 1879, 23 mars 1880, 15 juin 1881, habitants du Bd Beaumarchais, respectivement 8, 11, 9, 10 signataires avec adresses.

18 Jean Maitron, Ravachol et les anarchistes, Paris, Gallimard, 1992.

19 APP, archives de la brigade des mœurs (BM), 2-29.

20 Ces documents comme les suivants sont les archives de la Brigade des Mœurs (BM) conservées aux archives de la préfecture de police de Paris.

21 BM et BM 2 de la préfecture de police.

22 BM, carton 13.

23 Cf. Nathalie Bayon, « Personnels et services de surveillance de la préfecture de police : de la constitution des dossiers de surveillance à la mise en forme du politique (1870-1900) », Culture et conflits, n° 53, 2004, p. 83-98.

24 BM2-29.

25 Michel Foucault, 1981, « Les mailles du pouvoir », dans Dits et écrits, tome IV, n° 297, Paris, Gallimard, 1995, p. 194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Artières, « Archives du corps, archive de la biopolitique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 75-90.

Référence électronique

Philippe Artières, « Archives du corps, archive de la biopolitique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2514

Haut de page

Auteur

Philippe Artières

IIAC, CNRS-EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page