Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Le trône des plaisirs et des voluptés » : anatomie politique du clitoris, de l’Antiquité à la fin du xixe siècle *

Sylvie Chaperon
p. 41-60

Résumé

Ce texte présente une brève histoire anatomique du clitoris telle qu’elle peut être reconstituée à partir des ouvrages médicaux de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle. Il rappelle le faible nombre de descriptions existantes dans le corpus antique connu, la multiplicité des termes introduits par les traductions gréco-latines ou arabo-latines ainsi que les récits récurrents des opérations génitales. Il s’attarde ensuite sur les investigations anatomiques menées par les anatomistes de la Renaissance, de la période moderne ou du xixe siècle. Il se termine par la brutale dévaluation médicale du clitoris à la fin du xixe siècle. L’article s’interroge aussi sur les raisons expliquant l’évolution de ces conceptions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ernest Wickersheimer, La médecine et les médecins en France à l’époque de la Renaissance, Genève, S (...)

1Que le clitoris puisse avoir une histoire, voilà qui peut susciter de multiples préventions. L’une tient à la bienséance : il est malvenu de parler de certaines choses, surtout quand elles sont génitales. C’est sans doute ce qui motive le refus du Dr Ernest Wickersheimer, administrateur honoraire de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et historien érudit de la médecine : « il n’y a guère lieu de s’arrêter sur les affections du vagin, varices, rhagades, verrues, polypes et condylomes, non plus que sur l’histoire de l’amputation du clitoris trop développé, pratiquée pour la sauvegarde de la chasteté féminine »1. Une autre prévention vient d’une conception naturaliste du corps, lequel peut être un objet pour la médecine et l’anatomie mais non pour les historiens. Cette vision anhistorique du corps est aujourd’hui refusée par les chercheurs. Les anthropologues, les historiens, les sociologues, les psychologues ont démontré que la matérialité des corps est façonnée par les pratiques culturelles et que, de surcroît, le corps est perçu et vécu à travers une trame discursive qui lui donne son intelligibilité. C’est pourquoi une attention soutenue aux mots et à leur entourage textuel est indispensable, car ce que nous nommons aujourd’hui « clitoris » a eu bien d’autres dénominations et chacune renferme des associations et des conceptions que les traductions tendent à effacer. Malheureusement, les traducteurs des textes anciens, grecs, latins ou arabes ont rarement eu ce souci. Cela est vrai également des philologues du xixe siècle, tels Charles Daremberg ou Émile Littré, dont les travaux sont loin d’avoir été remplacés par de nouvelles versions.

2Dans la perspective du corps perçu comme un « territoire politique », le cas du clitoris ne manque pas d’intérêt. Cet organe exclusivement féminin a pourtant été conçu le plus souvent en analogie avec le pénis. La fonction érogène de cet appendice à la sensibilité extrême est également loin d’avoir été évidente : elle a été ignorée ou discutée, relativisée ou niée. Ce qui peut apparaître aujourd’hui comme un double contresens tient en grande partie aux relations de pouvoir qui structurent les rapports de genre. Il s’agit bien d’une anatomie politique du clitoris qui porte la marque de la domination masculine. Cette hiérarchie est encore augmentée par les sources disponibles. On sait malheureusement la trop grande rareté des sources subjectives féminines jusqu’à une époque très contemporaine, par opposition aux bavards discours masculins, religieux, savants ou artistiques. Les femmes médecins ou sages-femmes ont existé de tout temps, mais elles n’ont laissé qu’une maigre empreinte dans le corpus médical constitué au fil des siècles. Elles étaient de toute façon, autant que leurs confrères, immergées dans la culture de leur temps. Aussi faudra-t-il souligner les limites que l’interprétation doit se donner face aux sources médicales.

3Si la domination de genre traverse indubitablement ces archives, celles-ci ne peuvent être réduites à cette seule dimension, d’ailleurs historiquement très variable. Outre le genre ou les autres rapports sociaux, le savoir médical reflète bien d’autres réalités qui expliquent le sens et la valeur donnés aux parties corporelles : la philosophie générale qui préside aux perceptions et conceptions du corps ; les pratiques professionnelles ; les principes de légitimité scientifique, etc.

4Dans la mesure où, jusqu’au xixe siècle, le savoir médical se fonde très largement sur la compilation des Anciens, il sera nécessaire de brosser un large panorama remontant aux corpus hippocratique et galénique. Il s’agit donc de s’interroger sur la place et le regard que les médecins ont accordés à cette partie génitale et sur les raisons qui peuvent expliquer les mutations ainsi repérées. Dans le cadre réduit de cet article, les sciences médicales françaises seront privilégiées et seules les principales étapes seront rappelées, il ne sera pas possible d’aborder le xxe siècle où pourtant les femmes se font désormais entendre. Jusqu’au xixe siècle, l’histoire scientifique du clitoris peut être découpée schématiquement en deux temps : celui du désintérêt et celui de la connaissance.

De l’Antiquité à la Renaissance : le désintérêt

  • 2 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, texte établi, traduit et commenté par Paul Burguière, Daniel (...)
  • 3 C. Galien, Œuvres anatomiques, physiologiques et médicales, Traduit par Charles Daremberg, vol. 2. (...)
  • 4 Selon Paul Burguière, Danielle Gourevitch et Yves Malinas, dans Soranos d’Éphèse, Maladies des femm (...)
  • 5 Charles Daremberg et Charles-émile Ruelle, Œuvres de Rufus d’Éphèse, texte collationné sur les manu (...)

5Ce peu d’intérêt que les médecins témoignent au clitoris et à la vulve en général se manifeste par la rareté ou le caractère allusif des descriptions et par un vocabulaire fluctuant. On ne trouve pas de description des organes génitaux féminins externes dans tout le corpus hippocratique qui rassemble une soixantaine de traités conçus entre la seconde moitié du ve et la première moitié du ive siècle avant J.-C., et pas davantage dans les traités biologiques d’Aristote ou de Platon. La première mention détaillée de la vulve est due à Soranos d’Éphèse. Originaire d’Éphèse, il s’installe à Rome entre la fin du ier siècle et le début du iie siècle de notre ère, sous les règnes des empereurs Trajan et Hadrien. Il a écrit de nombreux ouvrages dont seuls trois sont conservés, en grec. Des maladies des femmes deviendra la bible de la gynécologie et de l’obstétrique jusqu’à la Renaissance. Il décrit la vulve dans les termes suivants : « les parties externes visibles de la femme s’appellent les “ailes” (ptérygômata) constituant en quelque sorte les lèvres du vagin, elles sont épaisses et charnues ; vers le bas, elles se terminent aux deux cuisses, et sont séparées l’une de l’autre comme par une fente ; vers le haut, elles aboutissent à ce qu’on appelle la nymphè. Ce dernier, qui forme le début des lèvres est constitué d’une caroncule d’allure musculeuse ; si on le nomme la nymphè, c’est que cette petite formation charnue se dissimule sous les lèvres comme les jeunes mariées sous leur voile »2. Pour sa part, Galien donne une fonction de protection à l’organe : « Les apophyses charnues, qui, dans les deux sexes, se trouvent à l’extrémité du pudendum, chez la femme, servent d’ornement, et sont disposées en avant des matrices comme un rempart contre le froid ; […]. La protection que le pharynx trouve dans la luette existe pour les matrices dans ce qu’on nomme nymphes. Elles garantissent et en même temps défendent contre le froid l’orifice du col de la matrice qui aboutit au vagin chez la femme »3. On remarquera que le traducteur emploie le pluriel, ce qui tend à faire de la nymphè un synonyme des nymphes, c’est-à-dire des petites lèvres, alors que les Grecs la voyaient comme un tout. La seule allusion au plaisir érotique provient de Rufus, contemporain de Soranos et, comme lui, originaire d’Éphèse. C’est l’auteur Du nom des parties du corps, pour lequel nous disposons de l’édition « très discutable » de Daremberg et Ruelle4. Il donne plusieurs synonymes : nymphe, myrte, hypodermis et clitoris (« et l’on dit clitoriser pour exprimer l’attouchement lascif de cette partie ») mais son inventaire n’aura pas de postérité avant la Renaissance5.

6Les médecins grecs se montrent beaucoup plus diserts sur les organes génitaux internes, en particulier la matrice, ainsi que sur la formation du fœtus. Galien fait une longue comparaison entre la disposition identique mais inversée des organes masculins externes et féminins internes : les ovaires sont les testicules, l’utérus le scrotum, son col le pénis et le vagin le prépuce. Le vocabulaire est d’ailleurs le plus souvent mixte. Il insiste sur le plaisir qui accompagne les rapprochements mais sans l’attribuer à un organe précis. Il souligne l’abondance des nerfs et vaisseaux dans les parties génitales de l’homme comme de la femme.

7Les médecins du Moyen Âge, qui s’appuient sur les corpus hippocratique et galénique, compliqueront encore le flou des dénominations du fait des traductions successives du grec vers l’ancien français en passant par des versions latines, syriaques ou arabes. L’étymologie visant alors à chercher les signes de Dieu dans le langage, le nom des organes procède dès lors par allégorie et analogie. Les clercs se jouent des mots par la métaphore ou l’allusion.

8Constantin l’Africain, qui traduit à la fin du xie siècle le Pantegni (traduction du al-Kunnâs al-malikî d’Alî ibn al-Abbâs al-Majûsi, lequel s’inspire des sources antiques), peine à traduire l’arabe faute d’équivalent fixé en latin. Le mot arabe bazr, qui renvoie comme chez Galien au clitoris et aux petites lèvres, sera translitéré sous la forme de badedera. Gérard de Crémone emploie tantôt tentigo (dans sa traduction au xiie siècle de la chirurgia d’Albucasis, xe-xie siècles) ou batharum (dans sa traduction du Canon d’Avicenne écrit au xie siècle).

  • 6 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, PUF, 1985, p. 63.

9Rares sont les descriptions qui dépassent l’allusion. Henri de Mondeville dans sa Chirurgia (entreprise en 1306 et traduite en 1314 en français) s’attarde plus longuement sur le tentigo. « [l’orifice] est fait de façon à pouvoir s’ouvrir et se fermer en tout temps ; il s’appelle vulve ou con (vulva vel cunnus). Il présente en son milieu une membrane lacerteuse qui pend un peu au dehors et qui est appelé par Rhazès […} tentigo. Il y a deux raisons à la création de la membrane : 1. pour qu’elle serve de passage à l’urine et que celle-ci ne se répande pas dans toute la vulve ; 2. pour que, lorsque la femme est assise les cuisses écartées, elle altère l’air qui pénètre dans la matrice, comme la luette fait pour l’air qui pénètre dans la bouche »6. L’auteur tente ici une synthèse de plusieurs sources : il reprend le terme latin de la traduction d’Albucasis (et non, semble-t-il, de Rhazès), s’inspire de la comparaison entre la nymphè et la luette que faisait déjà Galien, et enfin lui attribue un rôle urinaire.

  • 7 Ibid, p. 65.
  • 8 Rachel Maines, Technologies de l’orgasme. Le vibromasseur, l’hystérie et la satisfaction sexuelle d (...)

10Cette absence d’attention portée aux parties ne doit pas être attribuée à la seule misogynie des clercs, pas plus qu’à leur mépris pour les plaisirs de la chair. Si l’un et l’autre existent bel et bien, les médecins de l’Antiquité comme ceux du Moyen Âge reconnaissent le plaisir sexuel féminin même s’ils débattent pour savoir s’il est plus ou moins intense que celui de l’homme. Pour Galien, comme pour beaucoup à sa suite, le désir et le plaisir ont été créés par la Nature (ou le Créateur) afin d’inciter les hommes et les femmes à la reproduction. Divers passages mentionnant les caresses génitales sont d’ailleurs très explicites, chez Galien comme chez ses héritiers médiévaux. Ainsi Pietro d’Abano dans son Conciliator (début xive siècle) précise : « de même [incite les femmes au désir] le fait de frotter spécialement l’orifice supérieur vers le pubis : de cette façon les indiscrets (curiosi) les conduisent à la syncope. Le plaisir qui émane de cette partie est en effet comparable à celui qui émane de l’extrémité de la verge »7. Le massage génital est d’ailleurs recommandé par de nombreux thérapeutes, depuis Galien jusqu’au xixe siècle, pour soigner diverses maladies féminines dont l’hystérie. Rachel Maines passe en revue un corpus très abondant sur le sujet8. Pratiquées par des matrones, ces frictions doivent amener au spasme et à l’excrétion de l’accumulation de semence dans l’utérus ; elles sollicitent, selon les auteurs, tantôt le col de la matrice (le vagin), tantôt la vulve ou les parties « honteuses », mais, semble-t-il, pas spécifiquement le clitoris ou ses équivalents sémantiques avant le xviie siècle.

  • 9 Anne Carol, « Esquisse d’une topographie des organes génitaux féminins : grandeur et décadence des (...)
  • 10 Voir C. Galien, Œuvres médicales choisies, Vol. 1 De l’utilité des parties du corps humain, traduct (...)

11La structure du savoir médical sur le corps est davantage à mettre en avant. Comme l’écrit l’historienne, Anne Carol, « on voit dans les corps ce qu’on cherche à y voir, et on représente ce qu’on pense être important ou signifiant »9. L’organe n’est en effet pas une unité particulièrement pertinente pour les médecins de l’Antiquité et ceux du Moyen Âge qui s’en inspirent. À leurs yeux, la circulation et la composition des fluides, de chaleur variable, mais aussi la présence du souffle (pneuma) dans les différentes parties du corps, sont responsables des fonctions organiques et de leurs altérations. Ainsi, pour Galien, le plaisir et l’érection qui l’accompagnent ne proviennent pas d’organes particuliers, mais des fluides qui les traversent. C’est particulièrement la transformation du sang en sperme et son mélange avec le souffle (pneuma), ce qui le rend écumeux, qui créent de fortes sensations10.

  • 11 Thomas Laqueur, « Amor Veneris, vel Dulcedo Appeletur », dans M. Feher et al. (dir.), Fragments for (...)
  • 12 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, op. cit. p. 65-66.

12Thomas Laqueur quant à lui, met en avant la force du schéma galénique11. En effet, si l’utérus, le col et le vagin forment le scrotum, le pénis et le prépuce inversés, alors en toute logique le lieu du plaisir serait, pour les femmes, situé au col de l’utérus. Mais nul ne se soucie de le localiser précisément. Cette conception, on le sait, affirme l’infériorité et l’imperfection des femmes, puisque leur coction n’a pas été assez forte pour extérioriser les organes. La précision du vocabulaire anatomique manque aussi pour les organes masculins et le plus souvent les termes s’appliquent à l’un comme à l’autre sexe. À ceci s’ajoute la rareté des dissections humaines, tant en Grèce et à Rome que dans la chrétienté ou l’aire musulmane. Galien, comme Aristote, disséquaient des singes et divers animaux, l’École anatomiste de Salerne (première moitié du xiie siècle) s’appuyait sur la dissection des porcs, mais apparemment ni le clitoris des guenons ni celui des truies n’ont frappé les observateurs. De toute façon, la fidélité révérencieuse aux textes anciens a longtemps interdit à l’observation empirique de les contredire. Les médiévistes Danielle Jacquart et Claude Thomasset vont d’ailleurs plus loin, affirmant que « pendant des siècles la science anatomique et l’expérience vécue ne se sont pas rencontrées »12. Cependant, il convient de rester prudent, la traduction et l’étude des textes médicaux grecs, latins et arabes étant loin d’avoir livré tous les secrets de ces très nombreuses compilations.

  • 13 Aline Rousselle, Pornéia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle, iie-ive siècles de l’ (...)

13Il est par ailleurs difficile de tirer de ces sources des informations sur la sexualité de leurs contemporains. Produites par des clercs pétris de culture antique, elles sont très éloignées du commun des mortels qui ne sait ni lire ni écrire et ne consulte jamais de médecin. Le savoir des sages-femmes et des matrones, transmis oralement et nourri par la pratique et l’expérience, devait être bien plus proche de la réalité vécue des femmes. Les médecins grecs et romains, qui n’avaient que rarement accès à l’examen des femmes, s’appuyaient sur ce savoir populaire. Selon Aline Rousselle, les femmes grecques du temps hippocratique avaient une connaissance assez poussée de leur anatomie, elles savaient pratiquer le toucher vaginal, palpaient leur col et s’introduisaient pessaires, onguents et fumigations13.

  • 14 . Bernadette Brooten, Love Between Women : Early Christian Responses to Female Homoeroticism, Chica (...)
  • 15 D’après la traduction française de Dalechamps, Chirurgie françoise, 1610, citée par Evelyne Berriot (...)
  • 16 Sandra Boehringer, L’homosexualité féminine dans l’antiquité grecque et romaine, Paris, Les Belles (...)

14Si l’anatomie génitale externe est peu développée dans la littérature médicale antique, les opérations génitales féminines sont rapportées de façon récurrente et détaillée. On en trouve le récit chez Strabon, Soranos, Caelius Aurelianus (ve siècle), Mustio (vie) Aetius (vie) et Paul d’Egine (viie)14. Elles sont ensuite reprises par Avicenne et Albucasis qui, du moins si l’on en croit ce que les traducteurs du Moyen Âge ont transmis, ne mentionnent le clitoris (tentigo ou batharum) qu’à cette occasion, puis répétées par les traducteurs et les encyclopédistes des xiie et xiiie siècles. Chez les Grecs, l’opération prend pour nom nymphotomie. La suppression ou réduction de l’ensemble indéterminé des petites lèvres et du clitoris a pour cause un trop grand développement de ces parties, très fréquent en égypte, croit-on, et qui gêne et irrite les femmes. Mustio et Aetius associent la longueur des nymphes à la lubricité. Dans ces observations, dont il serait opportun de rassembler une anthologie la plus fidèle possible aux versions originales, la longueur excessive du clitoris/nymphes est comparée au doigt, au cou d’une oie ou à la verge de l’homme. Paul d’Egine précise, par exemple, que cette partie du corps trop allongée chez les égyptiennes est une incitation à la luxure car « elle s’allonge et se dresse tout comme la verge de l’homme »15. Les travaux récents des historiennes critiquent cependant l’interprétation de Bernadette Brooten qui analysait ces opérations en lien avec le tribadisme : dans les discours grecs et romains (poésie, satires etc.), « le thème de la malformation clitoridienne, tout comme l’olisbos, n’est pas un marqueur de pratiques sexuelles entre femmes »16, précise Sandra Boehringer.

  • 17 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, op. cit., p. 64.

15Quoi qu’il en soit, cette opération est tant rabâchée que, pour certains auteurs, le clitoris/nymphes n’est plus qu’une excroissance anormale qu’il convient de réduire. Dans ses Synonymes, Simone de Gênes (xive) écrit ainsi que « Batharum en arabe est une éminence charnue dans la vulve de certaines femmes qui parfois est tellement grande qu’elle est comparable à la verge. Moschion [Mustio] la nommait landica »17.

16L’héritage de la médecine antique et médiévale, tel qu’il s’est constitué au fil des emprunts, traductions et compilations, est donc à la fois bien mince et lourd de menaces. Les pudenda ou genitalia féminins externes sont rarement présentés et, quand ils le sont, les dénominations ou les fonctions varient d’un auteur à un autre. Les landica, tentigo, badedera ou batharum, s’ils se situent au même endroit que le clitoris, n’ont pas grand-chose à voir avec ce que nous désignons aujourd’hui de ce nom. L’appendice, pour les quelques médecins qui le signalent, n’est pas spécialement voué au plaisir, mais à la fermeture de l’orifice vaginal, à la miction ou bien figure une excroissance gênante qu’il convient de diminuer chirurgicalement.

De la Renaissance aux années 1880 : l’approfondissement anatomique

  • 18 Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident, Seuil, 2 (...)
  • 19 Jean Riolan, Les œuvres anatomiques de M. Jean Riolan, traduit en français par M. Pierre Constant, (...)
  • 20 . Thomas Laqueur, « Amor Veneris, vel Dulcedo Appeletur », op. cit. ; Katharine Park, « The Redisco (...)

17À la Renaissance, l’usage de plus en plus fréquent de la dissection humaine, la relecture plus critique des auteurs anciens, la diffusion du savoir par l’imprimerie et les traductions en langues vernaculaires autorisent de grands progrès dans la médecine, surtout dans l’anatomie. S’ouvre alors la « civilisation de l’anatomie », pour reprendre les termes de Rafael Mandressi18. La dissection, qui s’opère en amphithéâtre pour la formation des assistants, est fortement ritualisée. Malgré la pénurie de cadavres, elle est un exercice obligée des anatomistes. Au début du xviie siècle, Jean Riolan fils déplore la qualité des corps féminins à propos de ses recherches anatomiques sur l’hymen : « au reste il ne faut pas aller chercher des témoignages de virginité aux femmes qu’on dissèque ordinairement pour ce que ce sont pièces de bordel qu’on envoie au gibet pour des énormes crimes »19. C’est dans ce contexte qu’il faut situer la fameuse « découverte » du clitoris. Celle-ci est maintenant assez bien connue, depuis l’article pionnier de Thomas Laqueur, la discussion de Katharine Park, jusqu’à la version romancée de Federico Andahazi20.

  • 21 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe, op. cit., p. 90 et 91.
  • 22 Ibid, p. 90.

18Realdo Colombo, disciple et successeur du grand Vésale à la chaire de chirurgie à Padoue, prétend dans son ouvrage De re anatomica (Venise, 1559) avoir découvert le siège du plaisir (sedes libidinis) chez les femmes, qu’il nomme Amor veneris. Il pose une homologie fonctionnelle avec la verge : « si vous le touchez, vous le verrez devenir un peu plus dur et oblong au point qu’on dirait alors un genre de membre viril » et, poursuit-il : « frottez-le vigoureusement avec un pénis, ou même touchez-le avec le petit doigt, la semence jaillit de la sorte plus rapide que l’air, et cela à cause du plaisir, même à leur corps défendant »21. Cette affirmation audacieuse illustre bien l’esprit de certains savants de ce temps qui n’hésitent pas à placer l’observation directe, en l’occurrence cette fois de corps vivants, bien au-dessus du savoir hérité des pères de la médecine. Comme le souligne Thomas Laqueur, « un empirisme militant envahit la rhétorique des anatomistes renaissants »22. Établissant une complicité d’expérience et de genre avec son « très noble lecteur », il réduit le corps des femmes à un objet d’expériences scientifico-sexuelles. Seule l’expérimentation compte : à aucun moment il ne dit s’appuyer sur le dire des femmes et on ne sait s’il a même songé à leur demander leur avis.

19Si ces « protubérances » avaient déjà été consignées sous d’autres appellations dans les écrits médicaux depuis longtemps, il est effectivement le premier à en faire si clairement le siège du plaisir vénérien. La comparaison entre le clitoris et la verge n’est pas non plus nouvelle, comme on l’a vu, mais pour Colombo, il s’agit de la normalité et non d’anomalies existant sous des contrées lointaines. Il n’a pas peur non plus de balayer des siècles de doctes discussions en affirmant que la femme émet une semence au moment du plaisir. Or il s’agit d’un point très débattu depuis l’Antiquité. Selon Aristote, les femmes n’ont pas de semence et conçoivent même sans plaisir, puisqu’elles ne font que nourrir le germe fécond venu de l’homme. Hippocrate et Galien estiment pour leur part que le fœtus est formé par la rencontre de deux semences, celle de la femme étant émise directement dans l’utérus, les trompes de l’ovaire étant alors conçues comme des canaux spermatiques.

  • 23 Ce mot, dont l’étymologie est peu claire, a peut-être été emprunté aux lexiques grecs manuscrits qu (...)

20C’est dire que cette « découverte » ne pouvait que susciter la controverse. Gabriel Fallope, qui détient ensuite la chaire de Padoue, affirme dans ses Observationes anatomicae (Venise, 1561), qui reprennent les notes de cours d’années antérieures, qu’il est le véritable découvreur de l’organe. Le nom qu’il lui donne – Kleitoris – fera en tout cas florès23. Il souligne les analogies structurelles, mais non fonctionnelles, entre le corps du clitoris et celui de la verge, mais passe sous silence ses fonctions érogènes. Vésale, quant à lui, réfute les deux auteurs : pour lui, il ne peut s’agir que de malformations d’hermaphrodisme (Observationum anatomicarum Gabrielis Fallopii examen, 1564).

  • 24 Jean Liébault, Trois livres appartenans aux maladies des femmes, Lyon, Jean Veyrat, 1597, p. 511.
  • 25 Note de l’éditeur dans Ambroise Paré, Œuvres complètes, édité par J-F Malgaigne, Paris : J.-B. Bail (...)

21Les observations italiennes rencontrent également des résistances outre-monts. En France comme ailleurs, l’héritage galénique n’est que progressivement remis en question par la dissection ou la chirurgie. Ambroise Paré fait mention des découvertes italiennes dans son Anatomie universelle du corps humain (1562) à la fin de son chapitre consacré à « L’Amarry » (utérus) : « les recens anatomistes, comme Colombus ou Fallopius, outre les parties susdites, ont fait mention d’une autre particule qui est tout en haut des parties honteuses […] Colombus l’appelle Tentiginem, Fallopius lui accommode le nom grec Cleitoris »24. Mais comme Paré trouve leur description « fort obscure », il renvoie le lecteur aux anatomistes italiens puis supprime ce passage à partir de la 4e édition de ses Œuvres 25. Les illustrations de L’Anatomie d’Ambroise Paré continuent de représenter l’utérus et le vagin sous la forme d’un pénis interne. Pour sa part, Jean Liébault, dans ses Trois livres appartenans aux maladies des femmes (Lyon, 1597), en tient pour Vésale contre Fallope.

  • 26 Jean Riolan, Les œuvres anatomiques de M. Jean Riolan, op. cit., p. 412.
  • 27 Ibid, p. 435.

22Mais les anatomistes du xviie siècle, tels les Danois Kaspar et Thomas Bartholin, le Néerlandais Reigner de Graaff ou le Français Jean Riolan fils, imposent la dénomination du clitoris et sa conception en tant qu’organe du plaisir. Ils déplorent le peu d’intérêt scientifique manifesté aux organes génitaux féminins, tout en faisant avancer, disent-ils, leur connaissance. « La vraie histoire des parties génitales de la femme n’a jusqu’à présent été jamais bien connue et a toujours été traitée par les anatomistes avec beaucoup de négligence et fort peu de fidélité. Mais la voici maintenant telle que je l’ai pu composer sur un grand nombre de corps de femmes que j’ai disséqué et en public et en particulier », considère ainsi Jean Riolan26. Dans son Antropographia (1616, traduite en français en 1629), il fait du clitoris (orthographié parfois « clytoris ») où « le feu d’amour s’allume fort sensiblement », « la verge de la femme » du fait de sa similitude de structure avec cet organe27. Il réfute le modèle galénique des organes similaires mais inversés pour affirmer leur fondamentale différence.

  • 28 Nicolas Venette, La génération de l’homme ou tableau de l’amour conjugal considéré dans l’état du m (...)

23Nicolas Venette, qui s’appuie principalement sur Riolan, diffuse ce savoir dans le large public. Son Tableau de l’amour considéré selon l’estat du mariage (1687), qui aura plus de cent trente éditions jusqu’en 1970, auxquelles s’ajoutent de nombreuses traductions, peut être considéré comme le premier guide d’hygiène conjugale. Écrit directement en français, il ne s’adresse en effet pas aux médecins mais aux couples : « on voit tout en haut des nymphes une partie plus ou moins longue que la moitié du doigt, que les anatomistes appellent clitoris et que je pourrais nommer la fougue ou la rage de l’amour. C’est là que la nature a mis le trône de ses plaisirs et de ses voluptés comme elle l’a fait dans le gland de l’homme »28.

24Ainsi au xviie siècle, le clitoris est devenu pour les anatomistes puis les médecins un organe clairement distinct des petites lèvres, extrêmement sensible et érectile. Cette conception commence à se diffuser dans un large lectorat par le biais des manuels conjugaux, mais ne semble pas s’accompagner immédiatement d’une interrogation nouvelle sur la nymphotomie. On a vu que celle-ci est un héritage de l’Antiquité. À la Renaissance, ce corpus est réactivé à la faveur de nouvelles traductions en langues vernaculaires et considérablement enrichi par l’apport de nouveaux témoignages venus des voyageurs et des anthropologues.

  • 29 Jacques Dalechamps, Chirurgie françoise, op. cit., p. 425.
  • 30 . Katharina Park, The Rediscovery of the Clitoris, op. cit.

25Daléchamps, médecin de Lyon, rend accessible au grand public des extraits d’Hippocrate, de Galien, de Paul d’Egine ou d’Aetius dans sa Chirurgie françoise de 1570. Il retranscrit ainsi la prose de ce dernier : « Nympha est une substance musculeuse ou semblable à peau, située au-dessus du lieu où sont conjointes les ailes […], à l’endroit où est le conduit de l’urine. Cette partie en aucunes femmes croît de sorte qu’elle les rend honteuses et difformes. Davantage comme habituellement elle est frottée de la robe, elle se dresse et incite les femmes à s’accompagner des hommes et à cette cause les Égyptiens la coupent avant qu’elle soit par trop grande et principalement quand leurs filles sont en âge d’être logées et qu’ils les veulent marier. On fait asseoir la fille dans une chaise : par-derrière il y a un jeune homme robuste qui jette les bras par-dessous les jarrets d’icelle pour tenir en raison ses jambes et son corps. Lors le chirurgien étant debout devant elle, empoigne des tenailles ce qui est trop long de la nymphe et l’étendant de la main gauche, le coupe de la dextre près des dents des tenailles »29. Suivent des considérations sur la nécessité de ne pas couper trop pour éviter les risques d’hémorragie, d’incontinence urinaire et de cicatrices contraires au bon déroulement de l’accouchement. Selon Katharine Park, c’est ce traducteur qui a associé la longueur anormale du clitoris au tribadisme (ou saphisme), ce que ne faisaient pas les Anciens30. Les propos sur les tribades reviennent ensuite régulièrement sous la plume des médecins et vulgarisateurs qui répètent inlassablement l’opération.

26À ces récits antiques plus ou moins déformés et complétés par les modernes s’ajoutent bientôt quantité de témoignages venus de voyageurs de Perse, d’Arabie ou d’Égypte. En faire l’inventaire serait fastidieux. Citons quelques auteurs connus : Léon l’Africain, Pierre Belon, Jean Bodin, le comte de Buffon, Jean Chardin, Jean de Thévenot, Sonnini de Manoncourt, Carsten Niebuhr, etc. Une analyse de ces observations serait nécessaire pour en montrer la variété du vocabulaire et des commentaires. Quoi qu’il en soit, ces récits passent ensuite dans le grand public lettré au travers d’innombrables encyclopédies et ouvrages exotiques sur l’Afrique ou l’Orient.

  • 31 évelyne Berriot-Salvadore, Un corps, un destin, op cit, p. 221-225.

27À force d’être banalisée dans la littérature médicale et ethnographique, l’amputation des nymphes ne reste bientôt plus confinée dans ces contrées « barbares » (pour les Grecs) ou « arriérées » (pour les modernes) : elle pénètre au cœur de l’Europe. Selon évelyne Berriot-Salvadore, l’opération semble très rare à la Renaissance quand bien même Jacques Guillemeau, dans De la grossesse et de l’accouchement des femmes (1620), prétend qu’elle se tient « tous les jours » malgré ses dangers31. Aucun médecin en effet ne rapporte l’avoir pratiquée personnellement à cette époque.

  • 32 François Mauriceau, Observations sur la grossesse et l’accouchement des femmes et sur leurs maladie (...)

28Le premier est sans doute François Mauriceau dans ses Observations sur la grossesse et l’accouchement. « Le 25 juillet 1676 je fis l’opération du retranchement des deux nymphes, à une femme qui me pria de lui faire cette opération, tant parce qu’étant obligée, à ce qu’elle m’a dit, d’aller souvent à cheval, l’allongement de ses nymphes qu’elle avait très grandes, lui causait par leur froissement une douloureuse cuisson, que parce que cette indécence lui déplaisait extrêmement aussi bien qu’à son mari »32. Il lui coupe donc les nymphes « avec le ciseau » et laisse sa patiente se reposer, quand il revient la panser le soir même, il découvre effaré qu’elle a perdu au moins douze palettes de sang et a eu plusieurs « faiblesses ». Il stoppe l’hémorragie et la malade « guérit tout à fait en dix jours de temps et se porta bien ensuite, ayant grande satisfaction de l’opération que je lui avais faite ». Pourtant, il conclut que l’opération, dangereuse, n’était pas du tout nécessaire à la vie de sa patiente et n’était utile « que pour la décoration ». François Mauriceau, qui connaît pourtant le clitoris, au moins théoriquement, semble cependant l’avoir bel et bien sectionné, mais il ne fait pas de commentaire de cette sorte et ne fait d’ailleurs aucune allusion à la « sexualité ».

  • 33 Joseph Lieutaud, Essais anatomiques contenant l’histoire de toutes les parties qui composent le cor (...)

29Est-ce l’effet du discours sur les tribades ou de la crainte naissante de la masturbation ? Le clitoris commence à susciter quelques inquiétudes au xviiie siècle. Contrairement à l’ancienne conception galénique où, finalement, dans le coït s’emboîtaient deux pénis, celui interne de la femme étant fait pour accueillir celui externe de l’homme, le clitoris conçu désormais comme un petit pénis semble se suffire à lui-même. On le nomme d’ailleurs « mépris de l’homme », et les médecins rappellent régulièrement que les femmes peuvent se le « chatouiller » elles-mêmes ou entre elles. Joseph Lieutaud, qui pratique de nombreuses dissections à l’Hôtel-Dieu d’Aix en Provence avant de devenir le premier médecin de Louis XVI, remédie à cet inconvénient. Dans ses Essais anatomiques (1742), il transforme le « mépris des hommes » en un organe physiologiquement voué au coït. En effet, selon lui, les muscles du corps du clitoris (dits à l’époque « constricteurs ») « sont destinés principalement à rapprocher le gland du clitoris vers l’ouverture du vagin, où cette partie peut être chatouillée agréablement par l’approche du mâle », de telle sorte que « le clitoris n’a pas la direction de la verge ; il se porte dans un sens contraire, c’est-à-dire de haut en bas sans qu’il puisse se relever dans son action »33.

  • 34 Auguste Debay, Hygiène et physiologie du mariage. Histoire naturelle et médicale de l’homme et de l (...)
  • 35 J. Morel de Rubempré, Code de la génération universelle, Paris, Lerosey, 1829, p. 238.
  • 36  H. O’Connell, K. Sanjeevan et J. Hutson, « Anatomy of the clitoris », op. cit. ; Georg Ulrich Kobe (...)
  • 37 Georg Ulrich Kobelt, De l’appareil du sens génital, op. cit., p. 106-107.

30Au xixe siècle, c’est un topos obligé des livres médicaux sur les parties génitales ou la sexualité que de voir dans cet appendice le siège du plaisir vénérien et une similitude de structure avec la verge. « Organe de la volupté chez la femme, le clitoris est la miniature du membre viril, mêmes éléments, même forme » répète ainsi Auguste Debay34. Morel de Rubempré reprend l’interprétation étymologique issue de Rufus quand il affirme que le mot clitoris est « dérivé du verbe grec kleitoriculin, qui signifie chatouiller, à cause des sensations particulières que les femmes ressentent de la titillation de cet organe »35. Selon l’urologue Helen O’Connell, Georg Ludwig Kobelt est l’anatomiste du xixe siècle qui présente les connaissances et les planches anatomiques les plus précises dans son Appareil du sens génital des deux sexes dans l’espèce humaine (1844 en allemand, 1851 en français)36. Par l’injection post mortem d’un liquide épais, il a tenté de simuler et d’observer les érections pénienne et clitoridienne. Il insiste sur les très riches innervations et vascularisation de l’organe et fait du vagin un accessoire pour le plaisir des femmes : « le petit nombre de nerfs sensitifs qui s’enfoncent isolément dans le conduit vaginal placent […] ce dernier tellement au-dessous du gland du clitoris, qu’on ne peut accorder au vagin aucune participation à la production du sentiment voluptueux dans l’organisme féminin »37.

  • 38 Félix Roubaud, Traité de l’impuissance et de la stérilité chez l’homme et chez la femme, Paris : Ba (...)
  • 39 Jules Guyot, Bréviaire de l’amour expérimental, préface de S. Chaperon, Paris, Payot, 2012, p. 71-7 (...)

31Bien qu’ils saluent les travaux de Kobelt, la plupart des physiologistes français insistent sur la sensibilité moindre mais non négligeable du vagin. Félix Roubaud écrit ainsi : « le vagin, quoique moins doté que l’appareil dont je viens de parler [le clitoris] est cependant pourvu d’un tissu érectile qui rampe dans toute sa longueur »38. Pour d’autres cependant, ce tissu se limite à l’entrée vaginale. Les médecins s’accordent en tout cas sur la nécessité d’éduquer les hommes à la sensibilité clitoridienne pour le plus grand bien de l’entente conjugale et du mariage. Le plus explicite à cet égard est Jules Guyot. De ce médecin libéral du Second Empire qui a donné son nom à plusieurs brevets, la postérité a retenu le Bréviaire de l’amour expérimental où il se montre très explicite sur les techniques de l’éréthisme (excitation). Cet ouvrage, écrit en 1859 et publié à quelques exemplaires pour un cercle d’amis, ne sera édité qu’en 1882 à titre posthume. « Le canal vaginal n’est point l’organe sensorial », explique t-il, même s’il « peut concourir à l’exaltation de la sensation déjà très développée, et déterminer le spasme génésique tout prêt à s’accomplir sous d’autres excitations ; mais seul et primitivement, il n’est qu’un accessoire ». Aussi conclut-il que « le clitoris est le seul siège du sens et du spasme génésique chez la femme ». « Il n’existe pas de femme sans besoin, il n’existe pas de femme privée de sens, il n’en existe pas d’impuissante au spasme génésique. Mais, en revanche, il existe un nombre immense d’ignorants, d’égoïstes, de brutaux, qui ne se donnent pas la peine d’étudier l’instrument que Dieu leur a confié »39.

  • 40 Gustave Le Bon, Physiologie de la génération de l’homme et des principaux êtres vivants, Paris, P.  (...)

32Cette insistance des médecins sur le « siège » du plaisir féminin conduit même certains à trouver une origine organique à la froideur des femmes. « Le clitoris ne se met pas en rapport avec la verge pendant la copulation et par suite, ne se trouve pas excité par son frottement »40, contrairement au bon fonctionnement décrit par Joseph Lieutaud. Elle conduit aussi à donner une autre dimension à la nymphotomie. En effet, après Tissot et le développement de la grande crainte de la masturbation, l’amputation génitale prend un sens différent : il s’agit explicitement de réduire le sens vénérien afin de sauver les masturbatrices d’une compulsion morbide. La nymphotomie devient la « clitoridectomie ».

  • 41 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs, les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement d (...)
  • 42 Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Payot, 2012, p. 151-154, et Sylvie (...)
  • 43 . Sarah Rodriguez, « Rethinking the History of Female Circumcision and Clitoridectomy : American Me (...)
  • 44 . O. Moscucci, « Clitoridectomy, circumcision and the politic of sexual pleasure in Mid victorian B (...)

33À la fin du xviiie et durant le premier xixe siècle, selon Alain Corbin, la résection du clitoris n’est que très rarement pratiquée : il n’en donne qu’un exemple41. Les opérations deviennent plus nombreuses par la suite, surtout sur des fillettes. La littérature médicale permet de recenser une bonne dizaine de médecins français y ayant eu recours. Les techniques employées varient : ligature, cautérisation, coup de bistouri, écraseur, section des nerfs. En France, elles n’ont jamais été banalisées et sont le plus souvent conçues comme la dernière solution après échec de toutes les autres tentatives (surveillance continue, bains froids, appareils de contention nocturnes, etc.)42. À deux reprises, des sociétés savantes en débattent (la Société de chirurgie en 1864 et la Société médico-psychiatrique en 1869). Sans conclure définitivement, les médecins répètent les mises en garde habituelles : la clitoridectomie ne peut être exercée qu’avec l’accord de la patiente ou de ses parents et si tous les autres moyens ont été employés sans succès précédemment. L’histoire médicale des États-Unis est sur ce point très similaire. Sarah Rodriguez y a recensé vingt-quatre publications sur le sujet entre 1867 et 191243. Selon son étude, la clitoridectomie n’est pratiquée qu’en dernier lieu, tandis que la circoncision du prépuce peut être utilisée pour résoudre une insensibilité. En revanche, au Royaume-Uni, le gynécologue Isaac Baker-Brown a mis cette opération en vogue à Londres, avant d’être exclu de la Société obstétricale de Londres en 186744. Cette mutilation cruelle qui compromet grandement l’avenir sexuel des petites filles démontre bien qu’aux yeux des médecins chirurgiens le gland du clitoris est le lieu du plaisir. Nul ne songe à cautériser au nitrate d’argent les parois vaginales. Il est vrai que cela pourrait compromettre le coït. L’opération est de plus en plus critiquée à la fin du xixe siècle, particulièrement par les psychiatres. Ceux-ci conçoivent désormais la masturbation compulsive et excessive non plus comme un facteur pathogénique mais comme un symptôme (de la dégénérescence notamment).

  • 45 Danielle Jacquart, « La morphologie du corps féminin selon les médecins de la fin du Moyen Âge », M (...)

34On peut s’interroger sur les raisons et les motifs de cette première connaissance anatomique du clitoris par les médecins qui dure près de trois siècles. Elle n’est liée à aucun progrès dans la situation sociale et politique des femmes. La Renaissance est connue comme une période de fort dénigrement des femmes et de leur exclusion du savoir, ce dont témoigne la querelle des femmes. Les Lumières, qui affirment les droits naturels des hommes, affirment aussi les irréductibles différences et infériorité naturelles des femmes. Les médecins en fourniront de zélées démonstrations. Là encore, c’est davantage les mutations dans les fondements culturels du savoir qu’il faut invoquer. Comme le précise Danielle Jacquart, « la découverte progressive des spécificités du corps féminin ne fut pas l’effet de quelque féminisme, mais d’un changement de statut de l’anatomie »45. C’est précisément du xvie au xixe siècle que règne la « civilisation de l’anatomie » où le corps cartographié par une légion d’anatomistes livre tous ses secrets.

35La lente dissolution du modèle galénique et hippocratique ainsi que le primat de plus en plus accordé à l’observation visuelle des corps expliquent cet investissement anatomique, physiologique et empirique de l’organe. L’effondrement du modèle galénique ne doit pourtant pas être exagéré : jusqu’à la fin du xixe siècle, il se trouvera des médecins pour affirmer que le col de l’utérus s’ouvre puis se ferme hermétiquement pour attirer et conserver le sperme, pour prescrire des aphrodisiaques traditionnels et pour penser la sexualité en terme de tempéraments chaud ou frigide. Surtout, l’habitude de voir les organes génitaux féminins comme de pâles imitations de ceux des hommes perdure. Le clitoris, à peine découvert, est immédiatement conçu comme une petite verge.

  • 46 Rachel Maines, Technologies de l’orgasme, op. cit., p. 49.

36On ne peut pas déduire de ce long règne du « trône de la volupté » dans les publications scientifiques que les pratiques sexuelles seraient plus attentives qu’auparavant au plaisir des femmes, par exemple sous l’influence de la montée du mariage d’amour dans la bourgeoisie. Bien des auteurs comme Guyot fustigent la muflerie des hommes, d’autres pensent la froideur sexuelle comme constitutive des femmes. De toute façon, cette première reconnaissance s’insère entièrement dans une sexualité coïtale dominée par les hommes, ce que Rachel Maines nomme « le modèle androcentrique de la sexualité »46. Selon les guides conjugaux qui se multiplient au xixe siècle, le mari doit initier son épouse aux plaisirs légitimes, décider du moment et du lieu, entreprendre les préludes nécessaires à son éveil sensoriel, puis réaliser la pénétration jusqu’à l’éjaculation.

37On ne peut pas non plus interpréter la connaissance anatomique du clitoris accumulée pendant trois siècles comme un progrès vers la vérité scientifique ou une marche vers nos conceptions actuelles. Ce savoir diverge en effet sur de nombreux points par rapport à la science contemporaine : sur les muscles, les tendons, les mécanismes ou la direction prise par l’érection clitoridienne par exemple.

38Ces quelques remarques conduisent notamment à insister sur la relative autonomie des productions discursives, en l’occurrence scientifiques, par rapport aux rapports sociaux. Elles ne répondent ni à la même périodisation, ni aux mêmes causalités. Les dynamiques internes au champ du savoir, tels la formation des savants, les pratiques d’expérimentation, les principes de légitimité scientifique, les modèles culturels qui les informent, jouent en revanche le premier rôle. Cependant, sous des présentations très différentes, le modèle galénique comme le modèle anatomiste affirment la supériorité masculine et le rôle éminent de l’homme dans la sexualité.

  • 47 « Avant 1905, nul ne pensait qu’il y eût une autre espèce d’orgasme féminin que le clitoridien, leq (...)
  • 48 Pierre Garnier, Impuissance physique et morale chez l’homme et la femme, 5e édition avec révision s (...)
  • 49 Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie 1850-1900, op. cit., p. 23-24.
  • 50 Pierre Garnier, Anomalies sexuelles apparentes et cachées avec 230 observations, 2e éd. Paris, Garn (...)
  • 51 Auguste Lutaud, Manuel des maladies des femmes, 2e éd. Paris, Lecorsnier et Babé, 1891, p. 374. Voi (...)

39Contrairement à ce qu’affirme Thomas Laqueur, Freud n’est pas le premier à s’opposer radicalement à la tradition triséculaire du clitoris comme siège du plaisir47. Il ne fait que reprendre à son compte des conceptions formulées dans les années 1880. En France, Pierre Garnier est le premier médecin à se livrer à une sape consciencieuse de ce qu’il nomme la « doctrine de la toute puissance du clitoris »48. Ce dernier a tellement été oublié de l’historiographie qu’il a été systématiquement confondu avec le médecin homonyme plus connu, Paul Garnier. Pierre Garnier n’est pas un anatomiste, il n’a jamais réalisé une seule dissection. Après une carrière dans la marine marchande, il devient sur le tard un spécialiste des troubles de la sexualité qui s’appuie, du moins le prétend-il, sur des centaines d’observations personnelles. C’est aussi un vulgarisateur prolixe : il publie près de dix opus aux titres aguicheurs qui se répètent mutuellement et se vendent très bien49. De livre en livre, il réhabilite le vagin comme organe sensoriel et tend à diviser les femmes en deux catégories. C’est dans le vagin que « s’élabore toute la sensation progressivement accrue et de là aussi, [que] s’élance l’irradiation terminale du spasme vénérien sans que le clitoris paraisse y prendre aucune part ». Inversement, « faire de cet organe minuscule, véritable bouton insensible, le plus souvent tant qu’il n’a pas été touché, ébranlé artificiellement, le foyer érogène le plus actif, c’est accuser implicitement toutes les filles d’onanisme antérieur ou de libertinage plus tard ». Les tenants de cette thèse auraient « surtout vécu avec des femmes galantes, qui connaissent et emploient de préférence ce rudiment de l’amour »50. Cette dualité orgasmique sera reprise ensuite par bien des auteurs, avec ou sans les jugements moraux afférents. À la fin du xixe siècle, l’opinion médicale dominante est que la majorité des femmes se désintéressent du coït. « La frigidité est tellement fréquente chez la femme, qu’elle peut à peine être considérée comme un état morbide », résume par exemple Auguste Lutaud, médecin adjoint à Saint-Lazare puis à Lourcine51.

  • 52 Richard von Krafft-Ebing, Étude médico-légale, « Psychopathia sexualis », avec recherches spéciales (...)

40Côté germanique, on trouve un distinguo un peu différent chez Richard von Krafft-Ebing, lui aussi spécialiste de la sexualité mais d’une tout autre envergure. Ce professeur de psychiatrie de Vienne, auteur de la célèbre Psychopatia sexualis (première édition en 1886), différencie deux « zones érogènes » selon la maturation de la femme : le clitoris chez la femme vierge ; le vagin et le col de l’utérus après la défloration52. C’est sans doute sur cette autorité incontestée que Freud s’appuie pour formuler sa théorie de la maturation sexuelle des femmes.

41Là encore, il est difficile d’expliquer ce tournant majeur dans la conception de la génitalité féminine. Sans aucun doute, l’éruption contemporaine d’un fort mouvement féministe effraie les médecins qui y voient le risque de la masculinisation des femmes préjudiciable à la bonne entente des sexes. Mais ce tournant est aussi contemporain de l’émergence de la psychologie comme discipline majeure et de plus en plus autonome de la médecine. Ces visions nouvelles pouvaient trouver matière dans des débats plus anciens, notamment ceux qui ont accompagné la réception des travaux de Kobelt. Elles répondaient aussi à une angoisse récurrente de l’autonomie sexuelle des femmes, à laquelle Joseph Lieutaud avait aussi répondu à sa manière. Mais, désormais, l’anatomie n’est plus priée d’apporter les preuves ultimes de la vérité corporelle. Les psychiatres, les psychologues puis les psychanalystes, qui renouvèlent considérablement le discours sur la sexualité depuis le tournant du siècle, s’en sont affranchis. Pour eux, la sexualité et ses dévoiements résident dans l’encéphale ou des expériences biographiques enfantines.

42Ces théories du tournant du siècle inaugurent le temps du déni qui durera jusqu’aux années 1950, avant le temps d’une redécouverte puis du triomphe (relatif) qui lui succèdera et que nous connaissons aujourd’hui. Décidément l’histoire du clitoris n’est pas un long fleuve tranquille…

43* Ce texte, écrit en septembre 2011, présente une partie de mes recherches sur l’histoire du clitoris, à paraître prochainement chez Payot. Il a bénéficié des lectures attentives et des conseils judicieux de Sandra Boehringer, de Sylvie Brouquet et Didier Foucault que je remercie infiniment.

Haut de page

Notes

1 Ernest Wickersheimer, La médecine et les médecins en France à l’époque de la Renaissance, Genève, Slatkine Reprints, 1970 [1905], p. 415.

2 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, texte établi, traduit et commenté par Paul Burguière, Danielle Gourevitch et Yves Malinas, Paris, Les Belles Lettres, 2003, vol.1, p. 15.

3 C. Galien, Œuvres anatomiques, physiologiques et médicales, Traduit par Charles Daremberg, vol. 2. Paris, J.-B. Baillières, 1856, p. 137.

4 Selon Paul Burguière, Danielle Gourevitch et Yves Malinas, dans Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, op. cit. p. XXXVII.

5 Charles Daremberg et Charles-émile Ruelle, Œuvres de Rufus d’Éphèse, texte collationné sur les manuscrits et traduit pour la première fois en français, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 147.

6 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, PUF, 1985, p. 63.

7 Ibid, p. 65.

8 Rachel Maines, Technologies de l’orgasme. Le vibromasseur, l’hystérie et la satisfaction sexuelle des femmes, Paris, Payot, 2009, p. 74-109.

9 Anne Carol, « Esquisse d’une topographie des organes génitaux féminins : grandeur et décadence des trompes (xviie-xixe siècles) », CLIO, Histoire, femmes et sociétés, n° 17, 2003.

10 Voir C. Galien, Œuvres médicales choisies, Vol. 1 De l’utilité des parties du corps humain, traduction de Charles Daremberg, choix, présentation et notes par André Pichot, Gallimard, 1994, p. 279-280.

11 Thomas Laqueur, « Amor Veneris, vel Dulcedo Appeletur », dans M. Feher et al. (dir.), Fragments for a History of the Human Body, New York, Zone, 1989, p. 91-131 et La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992.

12 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, op. cit. p. 65-66.

13 Aline Rousselle, Pornéia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle, iie-ive siècles de l’ère chrétienne, Paris, PUF, 1983.

14 . Bernadette Brooten, Love Between Women : Early Christian Responses to Female Homoeroticism, Chicago, University of Chicago Press, 1996, p. 162-171.

15 D’après la traduction française de Dalechamps, Chirurgie françoise, 1610, citée par Evelyne Berriot-Salvadore, Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Champion, 1993, p. 221-225.

16 Sandra Boehringer, L’homosexualité féminine dans l’antiquité grecque et romaine, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 335.

17 Claude Thomasset et Danielle Jacquard, op. cit., p. 64.

18 Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident, Seuil, 2003.

19 Jean Riolan, Les œuvres anatomiques de M. Jean Riolan, traduit en français par M. Pierre Constant, Paris, Denys Moreau, 1629, p. 452, orthographe modernisée.

20 . Thomas Laqueur, « Amor Veneris, vel Dulcedo Appeletur », op. cit. ; Katharine Park, « The Rediscovery of the Clitoris. French Medicine and the Tribade, 1570-1620 », dans D. Hillman et C. Mazzio (dir.), The Body in Parts. Fantasies of Corporeality in Early Modern Europe, New York, 1997, p. 171-193, Federico Andahazi, El anatomista, Buenos Aires, Planeté, 1997.

21 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe, op. cit., p. 90 et 91.

22 Ibid, p. 90.

23 Ce mot, dont l’étymologie est peu claire, a peut-être été emprunté aux lexiques grecs manuscrits que l’éditeur vénitien, Alde Manuce, aidé d’érudits, entreprit de publier à partir de 1500 et qui ont fourni de nombreux termes aux anatomistes modernes. Voir sur l’étymologie, P. T. Lowry (dir.), The classic clitoris : Historic contributions to scientific sexuality, Chicago, Nelson-Hall, 1978.

24 Jean Liébault, Trois livres appartenans aux maladies des femmes, Lyon, Jean Veyrat, 1597, p. 511.

25 Note de l’éditeur dans Ambroise Paré, Œuvres complètes, édité par J-F Malgaigne, Paris : J.-B. Baillière, 1840-1841, p. 169.

26 Jean Riolan, Les œuvres anatomiques de M. Jean Riolan, op. cit., p. 412.

27 Ibid, p. 435.

28 Nicolas Venette, La génération de l’homme ou tableau de l’amour conjugal considéré dans l’état du mariage, Amsterdam, J. Ryckhoff, 1778, p. 13-14.

29 Jacques Dalechamps, Chirurgie françoise, op. cit., p. 425.

30 . Katharina Park, The Rediscovery of the Clitoris, op. cit.

31 évelyne Berriot-Salvadore, Un corps, un destin, op cit, p. 221-225.

32 François Mauriceau, Observations sur la grossesse et l’accouchement des femmes et sur leurs maladies, Paris, Chez l’auteur, 1694, p. 138.

33 Joseph Lieutaud, Essais anatomiques contenant l’histoire de toutes les parties qui composent le corps de l’homme, Paris, Pierre-Michel Huart, 1742, p. 356 et 355.

34 Auguste Debay, Hygiène et physiologie du mariage. Histoire naturelle et médicale de l’homme et de la femme mariés, 4e éd. Paris, chez l’auteur, 1853, p. 37.

35 J. Morel de Rubempré, Code de la génération universelle, Paris, Lerosey, 1829, p. 238.

36  H. O’Connell, K. Sanjeevan et J. Hutson, « Anatomy of the clitoris », op. cit. ; Georg Ulrich Kobelt, De l’appareil du sens génital des deux sexes dans l’espèce humaine et dans quelques mammifères, au point de vue anatomique et physiologique, traduit par H. Kaula, Strasbourg, Paris, Berger-Levrault et fils, 1851.

37 Georg Ulrich Kobelt, De l’appareil du sens génital, op. cit., p. 106-107.

38 Félix Roubaud, Traité de l’impuissance et de la stérilité chez l’homme et chez la femme, Paris : Baillière, 1855, p. 36.

39 Jules Guyot, Bréviaire de l’amour expérimental, préface de S. Chaperon, Paris, Payot, 2012, p. 71-73.

40 Gustave Le Bon, Physiologie de la génération de l’homme et des principaux êtres vivants, Paris, P. Lebigre-Duquesne, 1868, p. 74.

41 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs, les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2008, p. 235.

42 Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Payot, 2012, p. 151-154, et Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au xixe siècle, Paris, La Musardine, 2008, p. 32 et 37-41.

43 . Sarah Rodriguez, « Rethinking the History of Female Circumcision and Clitoridectomy : American Medicine and Female Sexuality in the Late Nineteenth Century », Journal of the History of Medicine & Allied Sciences, vol. 63, n° 3, 2008, p. 323-347.

44 . O. Moscucci, « Clitoridectomy, circumcision and the politic of sexual pleasure in Mid victorian Britain » dans Miller A. et Adams J., (dir.), Sexualities in Victorian Britain, Bloomington, Indiana University Press, 1996. Voir aussi Helen King, Hippocrates’ Woman. Reading the female body in Ancient Greece, Londres et New York : Routledge, 1998, p. 15-19.

45 Danielle Jacquart, « La morphologie du corps féminin selon les médecins de la fin du Moyen Âge », Micrologus, n° 1, 1993, p. 98.

46 Rachel Maines, Technologies de l’orgasme, op. cit., p. 49.

47 « Avant 1905, nul ne pensait qu’il y eût une autre espèce d’orgasme féminin que le clitoridien, lequel est bien et précisément décrit dans des centaines d’ouvrages savants et de textes médicaux de vulgarisation, aussi bien que dans une littérature pornographique foisonnante » peut-on lire dans Thomas Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992, p. 270. Il exagère aussi l’influence du modèle freudien : « Une grande vague d’amnésie déferla sur les milieux scientifiques vers 1900 au point que dans la seconde moitié du xxe siècle on devait saluer comme révolutionnaires des vérités séculaires ».

48 Pierre Garnier, Impuissance physique et morale chez l’homme et la femme, 5e édition avec révision spéciale de l’anaphrodisie, Paris, Garnier Frères, 1893 [1re éd. 1881], p. 404.

49 Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie 1850-1900, op. cit., p. 23-24.

50 Pierre Garnier, Anomalies sexuelles apparentes et cachées avec 230 observations, 2e éd. Paris, Garnier frères, [1re éd. 1889], p. 49-50.

51 Auguste Lutaud, Manuel des maladies des femmes, 2e éd. Paris, Lecorsnier et Babé, 1891, p. 374. Voir aussi Sylvie Chaperon, « De l’anaphrodisie à la frigidité : jalons pour une histoire », Sexologies, vol. 16, n° 3, 2007, p. 189-194.

52 Richard von Krafft-Ebing, Étude médico-légale, « Psychopathia sexualis », avec recherches spéciales sur l’inversion sexuelle, traduit par Laurent Émile et Csapo Sigismond, Paris, G. Carré, 1895, p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Chaperon, « « Le trône des plaisirs et des voluptés » : anatomie politique du clitoris, de l’Antiquité à la fin du xixe siècle * », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 41-60.

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « « Le trône des plaisirs et des voluptés » : anatomie politique du clitoris, de l’Antiquité à la fin du xixe siècle * », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2483

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Université de Toulouse le Mirail, chercheuse à FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page