Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’empire de l’astronome : Urbain Le Verrier, l’Ordre et le Pouvoir

Fabien Locher
p. 33-48

Résumé

Comment le pouvoir politique autoritaire du Second Empire contribue-t-il à favoriser les transformations du fonctionnement d’institutions scientifiques et l’organisation des savoirs eux-mêmes ? L’auteur de l’article répond à cette question en montrant comment, dans un contexte de valorisation croissante des sciences, les savants sont partie prenante des forces politiques et utilisent leur pouvoir politique pour peser sur les formes du développement scientifique. A travers l’exemple de l’astronome Urbain Le Verrier, on assiste à  la transformation des méthodes de travail de l’Observatoire de Paris dans le sens d’une hiérarchisation et à l’évolution des finalités de ce travail dans le sens d’un rapprochement avec l’industrie et les intérêts privés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Paris

Chronologie :

Second Empire, XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république. 1848-1852, Paris, Seuil, 1992, p. 228.

1Au matin du 2 décembre 1851, les Parisiens découvrent sur les murs de la capitale la proclamation annonçant, au nom de Louis-Napoléon Bonaparte, la dissolution de l’Assemblée législative et la préparation d’une nouvelle constitution soumise à plébiscite. Dans la semaine qui suit, le « prince-président », soutenu par l’Armée, écrase les manifestations de résistance qui se développent à Paris et dans les provinces françaises. Les républicains les plus en vue sont arrêtés puis proscrits, et ils s’exilent en Angleterre, en Suisse ou en Belgique. Le plébiscite, dans un pays en état de siège, est une formalité et la nouvelle constitution est proclamée le 14 janvier 1852. Elle prévoit une chambre des députés élue au scrutin uninominal, ce qui vide l’élection de son contenu politique en en faisant, selon l’expression de Maurice Agulhon, un « scrutin de clocher et de notables »1.

  • 2  Selon l’article 20 de la constitution du 14 janvier 1852.
  • 3  On dispose de peu de travaux biographiques solides sur Le Verrier : voir F. Lamotte, Urbain Le Ver (...)

2Le Sénat, quant à lui, est désormais composé de cardinaux, d’amiraux, de généraux et « des citoyens que le président de la République juge convenable d’élever à la dignité de sénateur »2. C’est cette chambre, composée sur mesure, qui propose les modifications constitutionnelles ouvrant la voie à la proclamation officielle du Second Empire, le 2 décembre 1852. Les sénateurs nommés dans la foulée du coup d’État comptent parmi les soutiens les plus sûrs aux menées de Louis-Napoléon Bonaparte. Parmi ceux-ci, plusieurs savants en vue : le chimiste Jean-Baptiste Dumas, le géologue Jean-Baptiste Élie de Beaumont, le mathématicien Louis Poinsot, et l’astronome Urbain Le Verrier, fameux depuis sa découverte, en 1846, de la planète Neptune 3.

Les astronomes et le 2 décembre

3Le 17 décembre 1851, Le Verrier se rend à la première assemblée du Bureau des longitudes depuis l’annonce du coup d’État. Membre-adjoint du Bureau, il n’y avait plus reparu depuis 1847. Sa présence prend une signification très forte : elle marque physiquement, dans l’institution savante, le nouveau rapport de force instauré après le 2 décembre. Le Bureau des Longitudes, qui est depuis la Convention l’organe central de l’astronomie française, est dominé depuis le début des années 1830 par la figure tutélaire de François Arago. Par son entremise, ce dernier a notamment la mainmise sur l’observatoire de Paris, qui en dépend.

  • 4  A ce propos, voir Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république. 1848-1852, Paris, Poi (...)
  • 5  Ibid., pp. 70-78.

4Depuis l’élection de Louis-Napoléon à la présidence de la République, le Bureau se trouve dans une posture très difficile. En effet, Arago a participé activement à l’exécutif mis en place après la chute de la monarchie de Juillet. Du fait de sa popularité et de ses positions politiques notoirement favorables à la République, il a tout d’abord été appelé au gouvernement provisoire, comme ministre de la Marine et des Colonies 4. Puis il a participé à la commission exécutive élue par l’Assemblée constituante pour en prendre la suite 5. Mais après l’insurrection ouvrière de juin, la démission de la commission exécutive et la répression menée par le général Cavaignac, Arago a renoncé à occuper une place de premier plan dans la vie publique, tout en continuant à siéger à l’assemblée. Il n’en reste pas moins l’un des ennemis déclarés de ceux qui, dans le sillage de Louis-Napoléon Bonaparte, en appellent à la restauration de l’ordre et au combat contre les « rouges ».

  • 6  Voir son discours parlementaire du 16 mai 1840. Arago est député des Pyrénées-orientales, sa régio (...)

5Certes, les modalités de décision et de recrutement font du Bureau des longitudes un espace relativement protégé vis-à-vis des décisions gouvernementales. Sous la monarchie de Juillet, Arago avait pu y conserver un champ d’action assez large, malgré ses relations conflictuelles avec le pouvoir royal. Celles-ci se sont en effet dégradées nettement à partir du début des années 1840, après qu’Arago ait réclamé, à l’Assemblée législative, l’instauration du suffrage universel 6. Mais le coup de force mené par Louis-Napoléon et ses partisans semble augurer d’une tout autre brutalité dans le traitement des affaires publiques, là où la monarchie de Juillet avait privilégié un modus vivendi acceptable pour les deux parties.

6Ces menaces, toutefois, vont tarder à se concrétiser. La popularité d’Arago, dont la renommée dépasse de loin le seul camp républicain, protège temporairement le Bureau. Après l’instauration de l’Empire, l’astronome est même dispensé implicitement du serment d’allégeance imposé aux fonctionnaires. C’est aussi qu’il est âgé et en mauvaise santé. Le régime n’a aucun intérêt à précipiter les choses, alors même que la maladie fait son œuvre. Arago meurt finalement le 2 octobre 1853, laissant ses partisans bien démunis face aux ruptures qui s’annoncent.

  • 7  Lettre de Le Verrier à Émile Gautier du 2 juin 1848, cité dans : Annuaire du Bureau des Longitudes(...)
  • 8  Il aurait contacté à cette fin l’astronome Friedrich Georg Wilhelm von Struve, le directeur de l’o (...)

7Celles-ci vont être orchestrées par Urbain Le Verrier, qui apparaît comme le bras armé du pouvoir impérial au sein de la communauté astronomique. Après la révolution de février, Le Verrier a tout d’abord adopté une position attentiste. Il n’est pas intervenu dans le débat public, en dépit des bruits qui ont couru sur sa possible candidature aux élections constituantes d’avril et juin 1848 7. Il semble par ailleurs qu’il ait caressé, un temps, l’idée de s’exiler dans un observatoire étranger, pour échapper aux incertitudes du contexte hexagonal 8.

  • 9  Lettre de Le Verrier à Émile Gautier du 29 juin 1848, cité dans Annuaire du Bureau des longitudes, (...)
  • 10  Compte rendu des séances de l’Assemblée nationale législative. 1849-1851, tome 1, pp. 16-17. Voir (...)

8Il faut attendre les élections législatives de mai 1849 pour qu’il saute le pas et accepte de figurer sur la liste présentée, dans son département natal de la Manche, par le comité local des « amis de l’Ordre ». L’expérience directe de l’insurrection parisienne de juin, qu’il a combattue de loin avec sa compagnie de la garde nationale, a pu servir de catalyseur dans sa décision de s’engager nettement dans le champ politique 9. Le Verrier a pu également peser l’intérêt que pouvait représenter pour lui une élection à l’assemblée, dans un contexte éminemment favorable au camp conservateur. Il sera élu sans gloire, treizième sur les treize représentants – tous affiliés à l’Ordre – que la Manche envoie à la Législative 10.

  • 11  Voir Procès-verbaux des débats des séances de l’assemblée législative. 1849-1851, tome 16, p. 151 (...)

9A l’assemblée, Le Verrier votera constamment avec la majorité conservatrice (pour l’interdiction des clubs, l’instauration de l’état de siège, les poursuites contre les montagnards impliqués dans les manifestations de juin 1849…). Orléaniste bon teint sous la monarchie de Juillet, il se fait à présent un soutien assidu de la cause bonapartiste. Il participe notamment à la campagne pour la révision constitutionnelle qui doit permettre à Louis-Napoléon de se représenter aux élections présidentielles de mai 1852 11.

  • 12  Sur Fortoul, voir : Paul Raphaël, Maurice Gontard, Hippolyte Fortoul 1851-1856. Un ministre de l’i (...)
  • 13  A ce propos, voir G. Weisz, « Le corps professoral de l’enseignement supérieur et l’idéologie de l (...)
  • 14  A propos du corps de l’inspection générale du Supérieur, voir : Guy Caplat, Bernadette Lebedeff-Ch (...)
  • 15  Voir le Journal d’Hippolyte Fortoul, ministre de l’instruction publique et des cultes, 1811-1856, (...)

10Il recueille les bénéfices de cet engagement après le 2 décembre. Comme on l’a vu, il est élevé à la dignité de sénateur dès le 26 janvier 1852. Par ailleurs, il va être amené rapidement à jouer un rôle important au sein de l’administration de l’Instruction publique. Le Verrier est très proche d’Hippolyte Fortoul, que Louis-Napoléon a nommé ministre au lendemain du coup d’État 12. Ce dernier s’emploie constamment, jusqu’à sa mort en 1856, à restreindre l’autonomie de l’Université, alors en charge de l’enseignement secondaire et supérieur sur le territoire français. L’Université avait été organisée en 1808 comme une corporation indépendante, gérée par un conseil supérieur et par un grand maître, responsable devant le chef de l’exécutif 13. Dès son arrivée, Fortoul réduit drastiquement les prérogatives du conseil et transfère une grande partie des pouvoirs décisionnaires aux inspecteurs et aux recteurs, qui dépendent directement du ministre. Il organise l’épuration politique du personnel de l’instruction publique et nomme des proches du pouvoir aux postes de responsabilité : le 9 mars 1852, Le Verrier, Dumas et le botaniste Adolphe Brongniart sont faits inspecteurs généraux de l’enseignement supérieur pour les sciences 14. Ils siègent au conseil supérieur de l’instruction publique, dont Dumas dirige les débats en tant que vice-président. Le Verrier fréquente et conseille quotidiennement le ministre Fortoul, sur les questions touchant à l’organisation des institutions d’enseignement et de recherche scientifique 15.

La prise de l’Observatoire

  • 16  Bulletin administratif de l’Instruction publique, tome 3, année 1852, pp. 16-17.
  • 17 . Ibid, pp. 17-22.
  • 18 . Ibid, pp. 23-29.
  • 19 . Ibid, p. 30.

11Après la mort d’Arago, Le Verrier a toute latitude pour accomplir la réforme de l’astronomie française qu’il appelle de ses vœux. Dès le 28 octobre, sur ordre de Napoléon III, Fortoul crée une commission chargée d’« examiner les améliorations qui pourraient être apportées dans l’organisation scientifique et administrative de l’observatoire de Paris »16. La commission est placée sous la présidence d’un proche de l’Empereur, le maréchal Jean-Baptiste Vaillant. Le Verrier y siège et il rédige l’essentiel du rapport que la commission remet au ministre le 20 janvier 1854 17. Celui-ci dénonce « les funestes effets » de l’« anarchie » sur le fonctionnement de l’observatoire. Il propose de rompre les liens institutionnels qui le liaient au Bureau des longitudes, pour en faire un établissement indépendant, dont le directeur serait nommé directement par l’Empereur. Le 30 janvier, cette proposition est transposée dans un décret qui redéfinit complètement le fonctionnement et les attributions de l’Observatoire et du Bureau 18. Le même jour, Le Verrier est nommé directeur de l’observatoire impérial de Paris 19.

  • 20  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 2 juin 1852, Archives (...)
  • 21  Babinet poursuit par la suite une carrière de vulgarisateur, tout en siégeant à l’Académie. Faye, (...)

12Son arrivée se déroule dans une ambiance dramatique. Les anciens collaborateurs d’Arago, Ernest Laugier, Victor Mauvais et Claude-Louis Mathieu, ainsi que leurs familles, doivent quitter l’observatoire où ils résidaient, non sans avoir procédé auparavant à un humiliant inventaire des biens mobiliers. Les événements prennent un tour encore plus tragique après que Victor Mauvais, qui a un temps hésité à rallier la nouvelle direction, se suicide fin mars 1854. Certains astronomes recrutés par Arago se rallient malgré tout à Le Verrier. C’est le cas d’Hervé Faye, qui s’était distingué dans les années 1840 avec des travaux sur les comètes périodiques. Faye avait opportunément démissionné du Bureau des longitudes le 31 mai 1852, scellant ainsi son allégeance aux nouveaux pouvoirs académiques et politiques 20. Yvon Villarceau, Jacques Babinet, Émile Goujon, ainsi que deux élèves astronomes, attachés précédemment au Bureau des longitudes, acceptent eux aussi d’intégrer la nouvelle équipe, que Le Verrier peine à constituer faute de recrues expérimentées. La situation est encore aggravée après le départ de Babinet et de Faye, qui se ravisent rapidement et quittent tous deux l’observatoire avant l’été 21.

  • 22 « Décret du 30 janvier 1854 », Bullletin administratif de l’Instruction Publique, 1854, pp. 23-29 ( (...)
  • 23  Ibid., p. 26.
  • 24  En 1866, Le Verrier tentera par exemple d’empêcher la parution du livre d’Hippolyte Marié-Davy, Le (...)

13Le Verrier devra reconstituer progressivement une équipe scientifique dans les années suivantes. Ce sera d’autant plus difficile que les règles qui régissent la vie de l’observatoire y imposent désormais une discipline rigoureuse, peu conforme à l’image que des acteurs arrivés à un certain niveau de reconnaissance scientifique peuvent se faire d’eux-mêmes et de leurs pratiques. Le nouveau règlement impose en effet des règles hiérarchiques strictes, y compris au niveau des astronomes et des astronomes-adjoints. Il est prévu que le directeur « dirige seul (..) tous les travaux scientifiques qui s’exécutent à l’Observatoire »22. Chacun de ses membres doit alors prendre dans ces travaux « la part que le directeur lui assigne »23. Le règlement prévoit également un droit de regard du directeur sur les publications scientifiques de son équipe – un droit dont Le Verrier usera à l’occasion pour tenter d’empêcher certaines parutions 24. C’est désormais l’observatoire de Paris, en tant qu’institution, qui est présumé propriétaire des résultats – observations, développements théoriques, innovations techniques – produits par son personnel. Cette règle rompt avec les normes tacites régissant jusqu’ici la propriété intellectuelle au sein de la communauté astronomique. On assiste par la suite à une profonde transformation des relations sociales au sein de l’établissement. Celles-ci ne se trouvent plus articulées par des relations de pouvoir informelles, se proclamant de l’idéal académique de la collégialité, comme cela était le cas sous la direction d’Arago.

  • 25  Voir E. Liais, « De l’état de l’astronomie en France », L’ami des sciences des 2 et 9 mai 1858.
  • 26  Lettre d’Emile Plantamour à Ernest Laugier, du 4 mars 1854. Cité dans : G. Bigourdan, « Le Bureau (...)

14Ces dispositions réglementaires ordonnent un nouveau régime de pratiques scientifiques qui s’exprime également, au sein de l’observatoire, par un ensemble plus discret de règles technico-administratives. C’est en particulier le cas en ce qui concerne les procédures d’observation astronomique. Les observateurs n’ont qu’une latitude réduite dans le réglage des instruments. Dans les années 1850, ils ont ainsi interdiction de toucher à la vis réglant l’horizontalité de la lunette méridienne, ce que l’astronome Emmanuel Liais dénonce en 1858 dans un article à charge, qui fait suite à son départ de l’observatoire de Paris25. La division du travail organisée par Le Verrier contribue également à déposséder le personnel de sa propre pratique scientifique, en segmentant les tâches et en lui interdisant de suivre, de bout en bout, le processus de production des données astronomiques. Ainsi, le personnel employé à l’observation ne peut contrôler la réduction de ses données par le bureau des calculs : l’une des premières dispositions décidées par Le Verrier a été de faire des cahiers-minutes – où sont notées les observations brutes – la propriété exclusive de l’observatoire, et de les soustraire, une fois remplis, à leurs auteurs. Poussant au bout cette logique de dépossession et de déqualification scientifique, il fait également employer des vacataires dépourvus de formation scientifique, qui sont payés à l’observation (15 centimes par observation de passage des étoiles au méridien). L’observatoire de Paris se trouve ainsi réorganisé sur un mode semi-industriel, avec comme le dénonce l’astronome suisse Émile Plantamour, « un directeur à la tête de subordonnés, machines à observer et à calculer »26.

  • 27  Simon Schaffer, « Astronomers Mark Time : Discipline and the Personal Equation », Science in Conte (...)
  • 28  U.J.J., Le Verrier, Rapport sur l’organisation de l’Observatoire impérial de Paris et projet d’org (...)

15En menant ces réformes, Le Verrier aligne son établissement sur un modèle de plus en plus influent au sein des observatoires astronomiques de la seconde moitié du xixe siècle. Ce modèle, décrit par Simon Schaffer et Robert Smith, a été en grande partie élaboré et exemplifié à l’observatoire de Greenwich, sous la forme que lui a donnée Georges Airy depuis sa nomination en 1835 au poste de directeur 27. Le Verrier donne d’ailleurs Greenwich en exemple dès les premières lignes du projet prospectif rédigé à la suite de sa nomination au poste de directeur 28. Il a acquis par ailleurs une connaissance de première main de l’organisation de l’observatoire britannique, au moment même où il se trouvait engagé dans la réorganisation concrète de l’observatoire de Paris. En avril 1855, il a suivi Napoléon III dans un voyage officiel en Angleterre et Airy, à cette occasion, lui a fait les honneurs de son établissement.

16On retrouve à Greenwich un grand nombre de traits adoptés à l’observatoire de Paris, avec notamment une stricte division des tâches, recourrant à des équipes d’observateurs et de calculateurs peu qualifiés, impliqués dans des activités répétitives de production et de traitement des données. La même discipline intransigeante s’exerce sur l’ensemble du personnel, quel que soit son niveau de formation scientifique. Par ailleurs, l’observatoire britannique publie à flux tendu des observations et des monographies, ce que Smith désigne comme l’« output of Greenwich’s factory-like operations ». Le Verrier va reprendre à son compte cette idée d’un « output » imprimé, en lançant la publication des Annales de l’observatoire impérial de Paris, dont le premier volume paraît en 1858. Les Annales livrent les observations réalisées au sein de l’établissement depuis le début du siècle, mais également les observations produites au fur et à mesure, avec un décalage de 3 à 4 ans lié aux opérations de correction et aux délais de publication. Le Verrier rompt ainsi avec la politique de la direction précédente, qui ne réalisait pas de publication in extenso des observations. Ce faisant, il œuvre à la visibilité de l’observatoire de Paris sur les scènes scientifiques françaises et internationales, tout en mettant en scène le dynamisme et la productivité de sa direction, à destination du pouvoir impérial.

Le sujet, la science, l’ordre social

17En s’engageant dans la contre-révolution conservatrice qui a pris son essor dès l’automne 1848, Le Verrier se conçoit comme le promoteur d’un retour à l’ordre, dont il se veut le maître d’œuvre au sein de la communauté scientifique. Cette pulsion d’ordre n’est évidemment pas spécifique à Le Verrier : elle est commune à ceux qui, sous la Deuxième République, soutiennent la croisade qui fédère légitimistes, orléanistes, et proches de Louis-Napoléon Bonaparte. Chez Le Verrier, elle est soutenue par le constat selon lequel la société française est menacée, à différentes échelles, par des forces qui en contestent les hiérarchies au nom de l’égalitarisme. Pour lui, l’ordre social légitime est celui dans lequel un petit nombre d’individus d’élite monopolisent, en raison de leurs qualités personnelles intrinsèques, les leviers de la décision politique, les privilèges de la fortune, les prérogatives intellectuelles.

18Le Verrier a identifié au sein de la communauté scientifique des formes d’organisation qui viennent contrarier l’expression de cet ordre hiérarchique. Ces formes sont celles structurées par l’idéal académique de la collégialité, et il compte, au premier rang de celles-ci, le Bureau des longitudes. Comme on l’a vu, ce dernier jouissait avant 1854 d’une autonomie relative vis-à-vis du pouvoir ministériel. Ses membres, cooptés, délibéraient en commun sur les initiatives scientifiques à prendre dans le domaine de l’astronomie, de la géodésie, et de la physique du globe, sur lesquels le Bureau avait la haute main. L’administration de l’observatoire de Paris était également soumise, en théorie, à ces prises de décision collective. Mais en réalité, Arago en avait fait sa chasse gardée depuis le début des années 1830. Il y résidait et y décidait des orientations scientifiques, se contentant de faire entériner les décisions les plus importantes par le Bureau.

19Pour Le Verrier, ce système est inefficace – car, selon lui, il n’a pas permis à l’observatoire de Paris de se maintenir au premier rang des observatoires européens – et injuste – car il n’a pas organisé la promotion d’une élite scientifique à laquelle aurait été subordonnée un personnel savant subalterne, délégué aux tâches quotidiennes du travail scientifique.

  • 29  Sur la scolarité et les activités d’enseignement de Le Verrier à l’École polytechnique, voir les a (...)
  • 30  A propos de cet épisode, nous nous basons sur le travail très méticuleux de Jean-Marie Feurtet : J (...)
  • 31  Voir Comptes rendus de l’Académie des sciences, tome 17, 1843, p. 1164 [séance du 20 novembre 1843 (...)

20Son analyse se fonde pour partie sur l’objectivation d’une expérience personnelle d’exclusion et de déclassement, éprouvée dans les années de la monarchie de Juillet. Entré à l’École polytechnique en 1831, Le Verrier a opté en sortie pour le corps des tabacs, dont il a démissionné en 1835 pour se consacrer à une carrière scientifique dans le domaine de la mécanique céleste 29. S’ensuit une période difficile au cours de laquelle Le Verrier, en charge de famille, vivote en donnant des leçons particulières puis en assurant, à partir de décembre 1836, des répétitions de géodésie à l’École polytechnique. Cet emploi modeste le fera vivre pendant une dizaine d’années. C’est parallèlement à ces activités d’enseignement qu’il se fait connaître en travaillant sur la trajectoire de Mercure, les comètes périodiques, et Pallas (un corps céleste gravitant entre Mars et Jupiter). Au même moment, Arago utilise sa mainmise sur l’observatoire de Paris pour développer un programme de recherche tourné vers l’astronomie observationnelle et la physique expérimentale. Les recrutements qu’il orchestre privilégient systématiquement, au cours de cette période, les prétendants impliqués dans ces champs d’activité. Le Verrier l’éprouve à ses dépens en janvier 1841, lorsqu’il échoue à obtenir le poste de secrétaire-bibliothécaire du Bureau, en dépit de ses apports déjà significatifs à la mécanique céleste. Malgré le soutien de Jean-Baptiste Biot – qui met notamment en avant la précarité de sa situation économique – le Bureau lui préfère Jacques Babinet, connu notamment pour ses observations et ses recherches instrumentales dans le domaine de la physique du globe 30. Deux ans plus tard, Le Verrier échoue cette fois aux portes de l’Académie des sciences, où il est devancé par Mauvais, un autre protégé d’Arago 31. Il paie ainsi chèrement, au cours de cette période, le caractère théorique de ses travaux et son extériorité vis-à-vis du « réseau Arago ».

  • 32  Voir Comptes rendus de l’Académie des sciences, tome 22, 1846, p. 115 [séance du 19 janvier 1846].
  • 33  Voir le dossier « Le Verrier (Urbain) » de Légion d’honneur, cote LH 1626/79.
  • 34  Voir le dossier de Le Verrier comme fonctionnaire de l’Instruction publique : Archive nationales F (...)

21Il lui faudra encore attendre deux ans pour accéder à la reconnaissance, en étant élu à l’Académie 32. Sa situation change surtout radicalement après sa « découverte » de la planète Neptune, à l’été-automne 1846. La presse française et internationale relaie massivement ce qui est décrit comme un exploit scientifique. Les autorités de la monarchie de Juillet utilisent sa « découverte » pour faire la promotion du régime, en mettant en avant le renouveau de la science française incarné par Le Verrier. Il est reçu par le roi Louis-Philippe, qui le fait chevalier puis officier de la Légion d’honneur 33. Le régime crée aussi pour lui un poste de professeur de « mécanique céleste » à la Sorbonne 34. Le 14 octobre 1846, désireux de s’associer à ce triomphe scientifico-médiatique, le Bureau des longitudes l’élit comme membre-adjoint.

  • 35  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 6 janvier 1847, Archiv (...)
  • 36  Ibid.
  • 37  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 24 février 1847, Archi (...)

22Mais dégagé de sa subordination obligée à Arago, Le Verrier se marginalise rapidement au sein du Bureau. Et ce d’autant plus qu’il donne à partir de l’automne 1846 des signes de plus en plus nets d’allégeance au pouvoir royal. La rupture est consommée fin février 1847. Un mois plus tôt, recevant une délégation du Bureau des longitudes à l’occasion de la nouvelle année, le ministre Salvandy a manifesté des interrogations critiques concernant l’incapacité de l’observatoire de Paris à observer, en juin 1846, la planète prédite par Le Verrier 35. Rendant compte de cet épisode, le registre de délibération du Bureau des longitudes signale qu’Arago prendra rendez-vous avec le ministre, afin de dissiper les « préventions qu’on lui a inspirées à ce sujet » 36. C’est une façon de dénoncer, à demi-mot, l’influence que Le Verrier aurait eu dans l’appréciation de ce dernier. Dans les semaines qui suivent, le climat se détériore jusqu’à ce que l’opposition entre les deux hommes n’éclate au grand jour, au cours d’une séance du Bureau des longitudes 37.

  • 38  Lettre de Salvandy à Le Verrier du 5 août 1847, Bibliothèque de l’Institut, Ms 3713.

23Le prétexte concerne le choix du nom de la nouvelle planète, mais il s’agit surtout, pour Arago, de dénoncer le double jeu de Le Verrier, qui siège au Bureau des longitudes tout en travaillant à le déstabiliser pour le compte du régime, et dans son propre intérêt. Le Verrier quitte la salle au milieu de la séance. Il démissionnera du Bureau dans les jours qui suivent. Mais il est allé trop loin aux yeux des autorités de la monarchie de Juillet, en poussant jusqu’à l’affrontement direct son opposition souterraine au Bureau des longitudes. Le roi refuse sa démission, et Salvandy lui intime, à l’été 1847, de reprendre sa place au sein de l’institution 38. Ce à quoi Le Verrier se refusera obstinément, jusqu’en décembre 1851.

24En orchestrant par la suite le démantèlement du système de gestion de la communauté astronomique mis en place par la Convention, Le Verrier assure la mainmise du nouveau pouvoir sur cette portion de la sphère scientifique. Il règle ses comptes avec le « réseau Arago » déstructuré par la mort de son leader. Il met aussi en application sa vision personnelle de ce que doit être l’organisation de l’activité scientifique.

  • 39  Pour un exemple (parmi cent autres) de ce récit, voir : J. Bertrand, « Eloge historique de Urbain- (...)
  • 40  Voir S. Schaffer, « Scientific discoveries and the end of natural philosophy », Social Studies of (...)

25Cette conception s’enracine dans l’image que Le Verrier peut avoir de lui-même, une image qui a été célébrée – et jusqu’à aujourd’hui – par d’innombrables récits, et à laquelle il s’est progressivement identifié. Cette image est celle du découvreur 39. Comme l’a noté Simon Schaffer, faire le récit d’une découverte, c’est promouvoir et valider les pratiques, les discours, les valeurs intellectuelles et morales mises en jeu par le « découvreur », dans sa « découverte »40. Dans le cas de Le Verrier, il s’agit de calculs analytiques extrêmement longs et difficiles, visant à déduire l’existence de corps célestes des écarts constatés entre les observations et les calculs théoriques. Sa découverte de Neptune symbolise alors le triomphe de la volonté, de l’ascétisme, et de la répression des affects. Elle consacre aussi une personnalité d’exception, qui aurait su, grâce à des qualités personnelles intrinsèques, percer l’un des secrets de l’univers céleste. Après 1846, cette autoreprésentation est d’autant plus prégnante, chez Le Verrier, qu’elle vient confirmer et amplifier rétrospectivement le sentiment d’injustice éprouvé au cours de la décennie précédente.

26Cette représentation fonde également, pour partie, sa conception de l’organisation du travail scientifique. La réforme de l’Observatoire menée par Le Verrier peut en effet être interprétée comme une façon de systématiser le processus qui constitue, pour lui, la façon légitime de « faire science » à propos des phénomènes célestes. D’un côté, on trouve un ensemble de travailleurs scientifiques, occupés à des tâches répétitives et spécialisées d’observation et de calcul, et de l’autre, un petit nombre d’individus d’élite, auxquels des qualités personnelles spécifiques (volonté, ascétisme, talent) confèrent la prérogative d’utiliser et de combiner les données produites afin de répondre à un ensemble de « grandes questions » (existence de corps célestes, stabilité du système solaire). Sa direction de l’observatoire porte ainsi la trace d’une conception particulière de la place que doit occuper le sujet – au sens philosophique de ce terme – dans l’économie générale de l’activité scientifique. Cette conception valorise assez classiquement, d’un côté, les mérites du savant d’exception et sa légitimité à occuper une place de premier plan au sein de la Société. Mais – et cela est plus spécifique – elle affirme simultanément la nécessité de mettre en place un régime de pratiques scientifiques subalterne, au sein duquel est organisé l’élimination du sujet.

  • 41 M. Dörries, « Purity and Objectivity in Nineteenth-Century Metrology and Literature », Perspectives (...)
  • 42  Voir F. Locher, « L’émergence d’une techno-science de l’environnement océanique : le cas du progra (...)
  • 43  Cet idéal scientifique a été caractérisé par Lorraine Daston sous le nom d’« objectivité mécanique (...)

27Ce dernier type de régime scientifique est, au même moment, en plein essor dans d’autres secteurs de la sphère savante. C’est le cas dans les sciences expérimentales, avec le programme de recherche promu par Henri-Victor Regnault, dans le domaine de la thermodynamique. Matthias Dörries a en effet montré que la science métrologique promue par Regnault constitue une entreprise visant, par la technologie, à « purifier » la science de la théorie, et à en éliminer le sujet – ici, l’expérimentateur 41. Le même type de régime peut être identifié, un peu plus tard dans le siècle, dans le contexte de l’hydrographie. Le programme de cartographie statistique des vents lancé à la fin des années 1850 par le Dépôt des cartes et plans de la Marine utilisera alors une division semi-industrielle du travail qui doit, pour ses promoteurs, éviter la contamination des opérations de synthèse par des idées, des hypothèses, ou des connaissances antérieures 42. L’assimilation de l’homme à la machine doit alors permettre à la Nature de « parler toute seule », comme elle est censée le faire au Collège de France, avec les expériences en série de Regnault, comme elle est censée le faire à l’Observatoire de Paris, par l’entremise des « machines à observer et à calculer » sur lesquelles Le Verrier exerce son magistère intransigeant 43.

Des machines et des hommes : l’observatoire de Paris au temps de l’industrie

  • 44  Voir à leur propos : B. Belhoste, La formation d’une technocratie : l’École polytechnique et ses é (...)
  • 45  Dumas est ministre de l’Agriculture et du Commerce de ce dernier dès octobre 1850. Il semble avoir (...)

28La réforme de l’observatoire de Paris porte aussi l’empreinte des nouveaux modèles d’organisation du travail promus par la révolution industrielle. Depuis le milieu des années 1840, Le Verrier est proche d’un groupe de savants que Bruno Belhoste a proposé de nommer les « industrialistes »44. Ceux-ci sont issus de l’univers de la technocratie savante (les corps techniques d’État, Polytechnique et ses écoles d’application), et ils militent pour une politique publique volontariste, visant à promouvoir une industrialisation accélérée de la France. Ce groupe est emmené par Jean-Baptiste Dumas, fidèle soutien de Louis-Napoléon dans sa marche au pouvoir 45. Le Verrier est sensibilisé à ces problèmes. Il a notamment pu acquérir une expérience de première main du monde industriel au cours de ses deux années de formation à l’école de la régie des tabacs, quai d’Orsay. Dans cette école, implantée à proximité immédiate d’une manufacture de la régie, il a en effet été préparé à un emploi d’ingénieur de production auquel, comme on l’a vu, il devait rapidement renoncer.

  • 46  Le rapport final est rédigé par J.B. Dumas : J. B. Dumas, « Rapport sur l’état actuel de l’enseign (...)

29Sous la monarchie de Juillet, Le Verrier est associé aux efforts des industrialistes pour promouvoir un enseignement tourné vers les sciences pratiques. Il participe notamment au groupe constitué par le ministre Salvandy pour réfléchir à ces questions 46. Celui-ci préconisera le développement d’une filière d’enseignement secondaire tourné vers les sciences appliquées, afin de contribuer au « rattrapage » du « retard » français en matière de développement industriel.

  • 47  U.J.J., Le Verrier, « Rapport fait au nom de la Commission chargée d’examiner le projet de loi rel (...)
  • 48  Voir B. Belhoste, « Un modèle à l’épreuve. L’école polytechnique de 1794 au Second Empire », dans (...)

30Sous la Deuxième République, Le Verrier s’implique dans cet effort de rattrapage en militant en faveur du développement du réseau télégraphique français. Il défend à l’Assemblée l’extension du réseau et il rédige le rapport à partir duquel celle-ci en ouvre l’accès à un usage privé 47. Engagé dans la réforme de l’École polytechnique voulu par Louis-Napoléon, il y impose une réforme de l’enseignement, tourné vers les applications industrielles, avec l’intervention d’ingénieurs en activité et la création d’un grand cours de mécanique appliquée, destiné à préparer les polytechniciens aux enjeux du développement manufacturier 48.

  • 49  Sur Emmanuel Liais, voir J. Ancellin, Un homme de science du xixe siècle : l’astronome Emmanuel Li (...)
  • 50  Il est élève-astronome le 11 février 1854, astronome-adjoint le 11 août 1854, astronome le 31 janv (...)

31Puis, à la tête de l’observatoire de Paris, il va transformer profondément la culture matérielle de ce lieu de science en y organisant l’introduction massive de dispositifs électromécaniques. Cette introduction est menée par Emmanuel Liais, avant son départ en mars 1858 49. Le Verrier recrute Liais comme élève-astronome en février 1854, et ce dernier monte rapidement dans l’organigramme de l’observatoire 50. En intégrant Liais à son équipe, Le Verrier choisit de s’adjoindre un très bon connaisseur des machines électrotechniques et auto-enregistreuses. Ce faisant, il supplée également au retrait de Louis Bréguet, qui faisait office de spécialiste des problèmes instrumentaux à l’observatoire, sous la direction d’Arago.

  • 51  Liais publie notamment ces travaux dans les Mémoires de la société des sciences naturelles de Cher (...)

32Depuis le milieu des années 1840, Liais déploie une activité scientifique intense dans sa ville de Cherbourg. Il travaille, à titre privé, dans trois champs d’activité : l’observation des phénomènes célestes et atmosphériques (éclipses, « bolides », aurores boréales), la météorologie (climatologie de la Manche, théorie des évolutions barométriques), et l’électromécanique 51. Ces derniers travaux sont menés en liaison avec une autre personnalité de la vie savante locale, le comte Théodose du Moncel. Celui-ci sera l’un des grands popularisateurs de l’électricité et de ses applications en France. C’est aussi un expérimentateur très actif, et au début des années 1850 les deux hommes travaillent notamment sur la mise au point de dispositifs anémométriques enregistreurs. Ils s’intéressent également à la chronométrie, en cherchant à concevoir des dispositifs de mesure du temps régulés par l’électricité.

  • 52 « M. Le Verrier, en communiquant à l’Académie les résultats obtenus au moyens d’instruments magnéti (...)
  • 53  Voir à ce propos, F. Locher, Le Nombre et le Temps. La météorologie en France (1830-1880), thèse d (...)

33Recruté à l’Observatoire, Liais poursuit ces recherches en automatisant les mesures géomagnétiques qui y sont réalisées. Grâce à un dispositif mécanique et optique complexe, inspiré de celui de Greenwich mais conçu par Liais, les variations des éléments magnétiques sont enregistrées en continu sur des bandes déroulantes photosensibles 52. Au sein de l’observatoire, Liais promeut également ce qui est l’un des grands desseins de Le Verrier, dans les années 1850 : l’application de la télégraphie à la géodésie, à l’horologie, et la météorologie prévisionnelle 53. Liais coordonne notamment la mise en place d’un réseau de correspondance météorologique par le télégraphe qui servira de base, dans les années 1860, au premier service français de prévision météorologique. Il travaille également sur un projet, avorté, de distribution télégraphique de l’heure.

34Dans les premières années du second Empire, l’observatoire de Paris entre ainsi dans une nouvelle ère de son histoire, avec l’introduction massive des technologies matérielles et sociales de la modernité industrielle. L’usage massif du télégraphe, l’automatisation des mesures, l’organisation semi-industrielle de l’observation et de la computation astronomique concourent pour façonner le nouvel observatoire-usine que Le Verrier appelle de ses vœux. Ce dernier combine ainsi, dans son action, son engagement en faveur d’une industrialisation accélérée de la France, son aspiration à un « retour à l’ordre » après l’expérience républicaine 1848-1851, et son credo d’une organisation hiérarchique de la communauté astronomique.

Conclusion

  • 54  Un bon exemple est donné par la notice concernant Le Verrier dans le Dictionnaire des parlementair (...)
  • 55  De 1866 à 1869, Camille Flammarion instruit ainsi dans le journal d’inspiration républicaine Le Si (...)

35L’action de Le Verrier dans les sphères politiques et scientifiques de la monarchie de Juillet et du Second Empire aura une postérité complexe. Sous la Troisième République, ses engagements publics successifs en faveur de Louis-Philippe et Napoléon III contribuent à construire une légende noire, qui met en avant son autoritarisme et son opportuniste effréné 54. Ces récits prolongent une série de mises en cause concernant le caractère et l’action institutionnelle de Le Verrier, qui se sont exprimées tout au long des années 1860 et 1870 55. Le Verrier a aussi sa légende dorée, faite du récit sans cesse recommencé de sa découverte de Neptune, par la seule force du calcul.

  • 56 J. Canales, « The Single Eye : Reevaluating Ancien Régime Science », History of Science, 39, 2001, (...)

36Au sein même de la communauté astronomique, la figure de Le Verrier suscite aussi des sentiments partagés. Comme l’a montré Jimena Canales, les astronomes français du dernier quart du xixe siècle reprennent largement à leur compte le modèle de la division du travail, de l’ « observateur-machine », et de l’organisation hiérarchique des établissements astronomiques 56. Mais ils en appellent également à une régulation de l’autorité directoriale par l’adjonction de conseils de surveillance, constitués de représentants des autorités politico-administratives et du personnel.

  • 57  Voir les Discours prononcés à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de la statue de Le Verrier(...)

37La direction de Le Verrier est perçue comme une phase transitionnelle qui aurait permis d’amorcer le nécessaire mouvement de disciplinarisation de l’astronomie. Pour une large partie des astronomes de la fin du siècle, celle-ci est en effet appelée à se structurer autour de vastes programmes d’investigation collective, poursuivis dans le temps. Cette conception entre en résonance avec l’implication massive de la communauté astronomique française dans le chantier international de la « carte du ciel ». Le Verrier, qui a recentré l’observatoire de Paris sur l’observation astronomique de position, est invoqué à l’occasion comme le précurseur de ce projet, notamment par son successeur Ernest Mouchez 57. En revanche, les astronomes de la fin du siècle récusent la geste du coup d’éclat et du coup de force – l’ascension institutionnelle vertigineuse qui a suivi la découverte de Neptune, la « prise de l’observatoire » – pour y substituer un idéal méritocratique valorisant l’excellence scolaire et l’ascension patiente des échelons du pouvoir académique. Ils font ainsi la promotion d’une économie politique de l’activité astronomique en phase avec leur époque, comme l’avait été, au temps des hommes providentiels et du « retour à l’ordre », celle incarnée par Le Verrier.

Haut de page

Notes

1  Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république. 1848-1852, Paris, Seuil, 1992, p. 228.

2  Selon l’article 20 de la constitution du 14 janvier 1852.

3  On dispose de peu de travaux biographiques solides sur Le Verrier : voir F. Lamotte, Urbain Le Verrier : savant universel, gloire nationale, personnalité cotentine,Coutances, OCEP, 1977, et L’Exposition Le Verrier et son Temps, observatoire de Paris, 18-27 octobre 1946 [catalogue], Paris, Gauthier-Villars, 1946. Voir également les passages consacrés à Le Verrier dans : Jean-Marie Feurtet, « D’Arago à Le Verrier, le Bureau des longitudes au xixe siècle », DEA de l’EHESS, 2004, et dans l’article de David Aubin sur les évolutions de l’observatoire de Paris dans ses rapports à l’environnement urbain : David Aubin, « The fading star of the Paris Observatory in the nineteenth Century : astronomer’s urban culture of circulation and observation », Osiris, 18, 2003, p. 79-101.

4  A ce propos, voir Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république. 1848-1852, Paris, Points-Seuil, 1992, pp. 36-42.

5  Ibid., pp. 70-78.

6  Voir son discours parlementaire du 16 mai 1840. Arago est député des Pyrénées-orientales, sa région natale, à partir de 1831. Sur l’activité politique d’Arago, voir J. Cawood, « François Arago, homme de science et homme politique », La recherche, 16, 1985, pp. 1464-1471. Plus globalement, on peut se reporter utilement à la biographie (déjà ancienne) de Maurice Daumas : M. Daumas, Arago : la jeunesse de la science, Paris, Belin, 1987 (1re éd. 1943, sous le titre Arago).

7  Lettre de Le Verrier à Émile Gautier du 2 juin 1848, cité dans : Annuaire du Bureau des Longitudes, 1931, A20.

8  Il aurait contacté à cette fin l’astronome Friedrich Georg Wilhelm von Struve, le directeur de l’observatoire de Poulkovo (proche de Saint-Pétersbourg). Voir F. Lamotte, « Le Verrier et les habitants de la Manche », Revue du département de la Manche, tome 20, fascicule 80, 1978, pp. 277-289 (particulièrement, pp. 280-281).

9  Lettre de Le Verrier à Émile Gautier du 29 juin 1848, cité dans Annuaire du Bureau des longitudes, 1931, A20.

10  Compte rendu des séances de l’Assemblée nationale législative. 1849-1851, tome 1, pp. 16-17. Voir aussi Le Patriote de la Manche du 19 mai 1849.

11  Voir Procès-verbaux des débats des séances de l’assemblée législative. 1849-1851, tome 16, p. 151 [séance du 22 juillet 1851].

12  Sur Fortoul, voir : Paul Raphaël, Maurice Gontard, Hippolyte Fortoul 1851-1856. Un ministre de l’instruction publique sous l’Empire autoritaire, Paris, PUF, 1975.

13  A ce propos, voir G. Weisz, « Le corps professoral de l’enseignement supérieur et l’idéologie de la réforme universitaire en France, 1860-1885 », Revue Française de Sociologie, XVIII, 1977, pp. 201-232, et Alphonse Aulard, Napoléon II et le monopole universitaire, Paris, Armand Colin, 1911.

14  A propos du corps de l’inspection générale du Supérieur, voir : Guy Caplat, Bernadette Lebedeff-Choppin, L’inspection générale de l’enseignement supérieur au xixe siècle, Paris, INRP, 2002.

15  Voir le Journal d’Hippolyte Fortoul, ministre de l’instruction publique et des cultes, 1811-1856, Genève, Droz, 2 tomes, 1979-1989, qui rend compte très nettement de la proximité entre les deux hommes.

16  Bulletin administratif de l’Instruction publique, tome 3, année 1852, pp. 16-17.

17 . Ibid, pp. 17-22.

18 . Ibid, pp. 23-29.

19 . Ibid, p. 30.

20  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 2 juin 1852, Archives du Bureau des longitudes. Faye assurait déjà, depuis mars 1853, la suppléance du cours de Le Verrier à la faculté des sciences. Voir la lettre du doyen Milne-Edwards au ministre de l’Instruction publique, du 4 février 1854. Archives Nationales AJ16/224. Le Verrier n’enseignera plus à la faculté jusqu’à son renvoi de l’observatoire de Paris, en févier 1870.

21  Babinet poursuit par la suite une carrière de vulgarisateur, tout en siégeant à l’Académie. Faye, quant à lui, accepte le poste de recteur de l’académie de Nancy (nommé le 22 août 1854), qu’il occupe jusqu’en 1857. Sur Babinet, voir : Chabot (H.), « Jacques Babinet, un savant vulgarisateur », dans J. Dhombres (dir.), Aventures scientifiques. Savants en Poitou-Charentes du XVIe au XXe siècle, Poitiers, Editions de l’Actualité Poitou-Charentes, 1995, pp. 16-30. Sur Faye, Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, Paris, INRP, tome II « Dictionnaire biographique », pp. 175-176.

22 « Décret du 30 janvier 1854 », Bullletin administratif de l’Instruction Publique, 1854, pp. 23-29 (citation p. 25).

23  Ibid., p. 26.

24  En 1866, Le Verrier tentera par exemple d’empêcher la parution du livre d’Hippolyte Marié-Davy, Les mouvements de l’atmosphère et des mers considérés au point de vue de la prévision du Temps. Marié-Davy est alors astronome, en charge depuis juillet 1862 du service météorologique de l’observatoire de Paris. Mais Le Verrier cherche à le pousser à la démission, à la suite d’un différent portant sur certaines modalités du service de prévision du temps organisé par Marié-Davy.

25  Voir E. Liais, « De l’état de l’astronomie en France », L’ami des sciences des 2 et 9 mai 1858.

26  Lettre d’Emile Plantamour à Ernest Laugier, du 4 mars 1854. Cité dans : G. Bigourdan, « Le Bureau des Longitudes », Annuaire du Bureau des Longitudes, 1928, A 91.

27  Simon Schaffer, « Astronomers Mark Time : Discipline and the Personal Equation », Science in Context, 2 (1), 1988, pp. 115-145, et R.W. Smith, « A National Observatory Transformed : Greenwich in the 19th Century », Journal for the History of Astronomy, 45, 1991, pp. 5-20.

28  U.J.J., Le Verrier, Rapport sur l’organisation de l’Observatoire impérial de Paris et projet d’organisation, Paris, Mallet-Bachelier, 1855.

29  Sur la scolarité et les activités d’enseignement de Le Verrier à l’École polytechnique, voir les archives de l’École, dossier VI 2a2.

30  A propos de cet épisode, nous nous basons sur le travail très méticuleux de Jean-Marie Feurtet : Jean-Marie Feurtet, « D’Arago à Le Verrier, le Bureau des longitudes au xixe siècle », DEA de l’EHESS, 2004.

31  Voir Comptes rendus de l’Académie des sciences, tome 17, 1843, p. 1164 [séance du 20 novembre 1843].

32  Voir Comptes rendus de l’Académie des sciences, tome 22, 1846, p. 115 [séance du 19 janvier 1846].

33  Voir le dossier « Le Verrier (Urbain) » de Légion d’honneur, cote LH 1626/79.

34  Voir le dossier de Le Verrier comme fonctionnaire de l’Instruction publique : Archive nationales F/17/23407 (administration centrale) et AJ/16/224 (académie de Paris).

35  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 6 janvier 1847, Archives du Bureau des longitudes.

36  Ibid.

37  Registres manuscrits des procès-verbaux du Bureau des longitudes, séance du 24 février 1847, Archives du Bureau des longitudes.

38  Lettre de Salvandy à Le Verrier du 5 août 1847, Bibliothèque de l’Institut, Ms 3713.

39  Pour un exemple (parmi cent autres) de ce récit, voir : J. Bertrand, « Eloge historique de Urbain-Jean-Joseph Le Verrier », Annales de l’Observatoire de Paris, tome 15, 1880, pp. 3-22 (et particulièrement, pp. 10-11).

40  Voir S. Schaffer, « Scientific discoveries and the end of natural philosophy », Social Studies of Science, 16, 1986, pp. 387-420.

41 M. Dörries, « Purity and Objectivity in Nineteenth-Century Metrology and Literature », Perspectives on Science, 9 (2), 2001, pp. 233-250.

42  Voir F. Locher, « L’émergence d’une techno-science de l’environnement océanique : le cas du programme français de cartographie des vents en mer, 1860‑1914 », à paraître dans Nuncius. Annali di Storia della Scienza, 2007/1.

43  Cet idéal scientifique a été caractérisé par Lorraine Daston sous le nom d’« objectivité mécanique » : voir L Daston, P. Galison, « The image of objectivity », Representations, 40, 1992, pp. 81-128, et L. Daston, « Objectivity and the escape from perspective », dans M. Biagioli (ed), The Science Studies Reader, New York-London, Routledge, 1999, pp. 110-123 (1re ed. : 1992).

44  Voir à leur propos : B. Belhoste, La formation d’une technocratie : l’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003, pp. 97-102.

45  Dumas est ministre de l’Agriculture et du Commerce de ce dernier dès octobre 1850. Il semble avoir pensé, après le 2 décembre, être en position d’obtenir le ministère de l’Instruction publique. Cette ambition est déçue, mais comme on l’a vu Dumas obtient la haute main sur le Conseil supérieur de l’Instruction publique, qui reste malgré la restriction de ses prérogatives un lieu de délibération et de décision important.

46  Le rapport final est rédigé par J.B. Dumas : J. B. Dumas, « Rapport sur l’état actuel de l’enseignement scientifique dans les collèges, les écoles intermédiaires et les écoles primaires, adressé à M. le ministre de l’Instruction publique, Grand-Maître de l’Université de France, par la faculté des sciences de Paris », Journal général de l’Instruction publique, t. 16, 1847, pp. 403-417. Voir à ce propos, B. Belhoste, « Les caractères généraux de l’enseignement scientifique de la fin de l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale », Histoire de l’Education, 41, 1989, pp. 3-45, et plus particulièrement pp. 14-17.

47  U.J.J., Le Verrier, « Rapport fait au nom de la Commission chargée d’examiner le projet de loi relatif à une demande de crédit sur l’exercice 1850, pour l’établissement de nouvelles lignes de télégraphie électrique » [séance du 23 janv. 1850], Assemblée nationale législative. Session de 1850. Impressions, tome 7, 1850, n° 746 ; U.J.J., Le Verrier, « Rapport fait, au nom de la Commission chargée d’examiner : 1. le projet de loi relatif à une demande de crédits pour l’établissement de sept nouvelles lignes de télégraphie électrique ; 2. la proposition de M. Collas sur l’établissement de nouveaux télégraphes électriques » [séance du 22 juillet 1851], Assemblée nationale législative. Session de 1851. Impressions, tome 37, 1851, n° 2095 ; U.J.J., Le Verrier, « Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi sur la correspondance télégraphique privée », Assemblée nationale législative. 1850. Impressions. Projets de lois, propositions, rapports, etc.., tome 18, 1851, n°1110.

48  Voir B. Belhoste, « Un modèle à l’épreuve. L’école polytechnique de 1794 au Second Empire », dans B. Belhoste, A. Dahan Dalmedico, A. Picon, La formation polytechnicienne. 1794-1994, Paris, Dunod, 1994, pp. 9-31.

49  Sur Emmanuel Liais, voir J. Ancellin, Un homme de science du xixe siècle : l’astronome Emmanuel Liais, 1826-1900, Coutances, OCEP, 1985.

50  Il est élève-astronome le 11 février 1854, astronome-adjoint le 11 août 1854, astronome le 31 janvier 1857.

51  Liais publie notamment ces travaux dans les Mémoires de la société des sciences naturelles de Cherbourg, qu’il a fondée en 1852 avec Du Moncel et le botaniste Auguste Le Jolis. Pour une bibliographie complète, voir E. Liais, Liste des mémoires et travaux de M. Emm. Liais, Cherbourg, impr. de Bedelfontaine et Syffert, 1858.

52 « M. Le Verrier, en communiquant à l’Académie les résultats obtenus au moyens d’instruments magnétiques enregistreurs, établis à l’observatoire impériale de Paris par M. Liais, présente à ce sujet les remarques suivantes... », Comptes rendus de l’Académie des sciences, tome 43, 1856, pp. 749-755 [séance du 28 avril 1856].

53  Voir à ce propos, F. Locher, Le Nombre et le Temps. La météorologie en France (1830-1880), thèse de doctorat de l’EHESS, septembre 2004, pp. 191‑213, et pp. 222‑250.

54  Un bon exemple est donné par la notice concernant Le Verrier dans le Dictionnaire des parlementaires français de 1891. Voir : Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton, 1891, tome 4 (Lav-Pla), pp. 146-147.

55  De 1866 à 1869, Camille Flammarion instruit ainsi dans le journal d’inspiration républicaine Le Siècle ce qu’il appelle le « dossier Le Verrier ». Dans une longue série d’articles, il attaque à la fois l’administration de l’Observatoire, la personnalité de l’astronome, et sa conception de la science. Voir, par exemple, les cinq articles publiés dans Le Siècle du 13 au 21 mars 1868.

56 J. Canales, « The Single Eye : Reevaluating Ancien Régime Science », History of Science, 39, 2001, pp. 71-94.

57  Voir les Discours prononcés à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de la statue de Le Verrier, Paris, Firmin-Didot, 1889, p. 18-19. Dans d’autres écrits, Mouchez critiquera fortement la direction de Le Verrier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Locher, « L’empire de l’astronome : Urbain Le Verrier, l’Ordre et le Pouvoir », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 102 | 2007, 33-48.

Référence électronique

Fabien Locher, « L’empire de l’astronome : Urbain Le Verrier, l’Ordre et le Pouvoir », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Fabien Locher

Centre de Recherche Historique, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page