Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Le corps, territoire politique
Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin
p. 11-19

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Lebrun, « Le « travail social » des frères Dardenne », Cliniques méditerranéennes, vol. (...)
  • 2 Ibid., p. 194. C’est l’auteur qui souligne.
  • 3 Luc Dardenne, Au dos de nos images, 1991-2005, Paris, Le Seuil, 2005, p. 136. Cité par Jean-Pierre (...)
  • 4 « Dans le dos de l’ange de l’histoire », entretien avec Luc Dardenne, Multitudes, n°?11, 2003, p. 1 (...)
  • 5 Pascal Houba, «?La parole errante des corps?», Multitudes, n°?11, 2003, p. 135-143.
  • 6 Le thème phénoménologique chez les Dardenne est identifié à juste titre par Marlène Zarader dans «? (...)

1Analysant l’œuvre cinématographique des frères Dardenne, Jean-Pierre Lebrun remarque que les corps passés au filtre de leur caméra sont échauffés « pour atteindre un état d’incandescence, une intensité qui brûle »1. Le prisme de l’objectif et la sensibilité du celluloïd effleurent les chairs pour mieux saisir « la pure vibration humaine »2. Le psychanalyste relie cette prise somatique du cinéma des Dardenne à leur souci de donner forme à une « transe morale » matérialisant l’étroite ligne entre « nos pulsions et la loi »3. Hantés par l’éthique lévinassienne – Luc, surtout4 –, les cinéastes cherchent la vérité de personnages affligés, tourmentés, écorchés. La caméra ne les « suit » pas, ni ne les objective froidement : se faisant oublier, elle fait corps avec eux dans un rapport d’immédiateté et de symbiose. Dans La Promesse (1996), Rosetta (1999) ou encore L’Enfant (2005), les artifices de mise en scène sont proscrits, de telle sorte que les plans restituent les réalités éthico-morales dans leur plus simple appareil : des drames sociaux mis à nu. Les héros ordinaires sont souvent mutiques, et pour cause. Comme le signale Pascal Houba, chez les Dardenne, « l’attention au corps et aux gestes [exprime] une tentative de relayer un témoignage provenant de personnes pour qui la voie “normale” pour s’exprimer, c’est-à-dire le langage, est devenue problématique »5. Donner la parole et en revenir aux choses mêmes dans un élan quasi phénoménologique6, traiter ce faisant des dilemmes difficilement surmontables (responsabilité, culpabilité, etc.) : la « capture » par l’image d’une politisation quasi quintessentielle de corps silencieux est une métaphore troublante du travail des sciences sociales dans l’approche de l’anatomique. À considérer les corps comme immédiatement et par définition politiques, on rate en effet le mouvement d’ontogenèse qui produit la corporéité en tant que surface d’expression du pouvoir ; a contrario, en supposant un a priori somatique vide d’intensité politique, on réduit les chairs à une biologie pure et improbable. Si bien que l’observateur est pris dans une aporie l’obligeant à reconsidérer l’angle d’attaque.

  • 7 Gilles Deleuze, Cinéma 2. L’image-temps, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 246.
  • 8 Ibid., p. 247.

2Cette perspective cinématographique donne à penser ; continuons donc. Gilles Deleuze oppose, dans L’image-temps, deux pôles d’assignation corporelle : d’une part, le territoire somatique engagé dans la restitution du temps, capable de faire jaillir « l’avant et l’après, la fatigue, l’attente »7, d’autre part le corps inscrit « dans une cage de verre ou de cristal »8, capté par sa propre représentation pour finalement disparaître. Si le cinéma d’Antonioni déplie les corps dans les nappes temporelles et les étire dans la durée, celui de Carmela Bene pense l’artificialité du dispositif corporel. La force du raisonnement de Deleuze réside dans cette saisie complète du spectre ainsi polarisé : il s’agit d’installer le corps dans l’indécidable d’une politisation toujours à venir. Le corps est une archive qui engramme des expériences, combine des savoirs, accumule des données, plisse des compétences et articule des informations ; dans le même temps, il redéploie en permanence sa propre représentation et, par là, engage un geste politique.

  • 9 Comme le propose l’ouvrage dirigé par Dominique Memmi, Dominique Guillo et Olivier Martin, La tenta (...)

3Ce détour par l’analyse cinématographique permet de saisir les contours d’une problématique générale des corps et de leur politisation dans les sciences sociales. Mais pas n’importe comment. En effet, l’ambition est moins de céder à une « tentation des corps »9 que de comprendre comment la texture des chairs s’est constituée en objet de recherche. Ce n’est pas tant l’étrange familiarité de ce foyer ontologique de la pratique qui organiserait la réflexion que l’inquiétude d’une réflexivité jamais totalement aboutie. Mais alors, comment penser ce qui est le lieu même de la pensée ?

Politiques des corps

4Avant d’esquisser le parcours des historiens sur cette diagonale des corps politiques, il nous faut dégager les grandes lignes théoriques entretenues par les autres sciences sociales. Ce comparatisme disciplinaire offre le moyen de constituer un nuancier d’interprétations potentiellement fécond pour notre propos. Mais d’abord, et avant de heurter le somatique, quelles réalités le politique recouvre-t-il ?

  • 10 Michel Foucault, Il faut défendre la société, Paris, Gallimard/Seuil, 1997, p. 16 et p. 41.
  • 11 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Rena (...)

5Michel Foucault proposait de renverser la formule de Carl von Clausewitz et d’envisager la guerre comme une perpétuation du politique10. L’état d’antagonisme le plus extrême, portant en lui-même la violence d’une destruction de l’autre comme objectif et moyen de le réaliser, laisse entrevoir une définition du politique qui fasse place à l’organique. Il est toujours possible de décliner un lexique d’équivalence approximative autour des formes d’opposition (par exemple rivalité, combat, lutte, conflit), l’essentiel étant de cerner l’idée d’un rapport entre des entités non conciliables. Dès lors, le corps politisé (ou dépolitisé) engage une perspective de la saisie, de la prise, de la possession par et sur l’anatomique. La politique des corps met en scène l’affrontement d’un corps et d’une série de forces qui tendent à l’incliner, le dresser, le classer, l’engager, le détourner, le mobiliser. Bien sûr, cette prise organique n’a rien d’un processus transcendantal, ni d’une pure immanence ; elle résulte toujours de processus sociaux historiquement situés. Ces forces qui visent le corps ne sont pas anonymes (même si elles espèrent parfois leur effacement), elles sont multiples, disséminées, discursives autant que matérielles, réactionnaires ou progressistes, initiatrices ou affaiblissantes, morales ou prédatrices. Ce qui importe est moins leurs formes (infiniment variées) que les mécanismes de saisie par lesquels celles-ci opèrent. Le corporel devient un projet politique dès lors qu’il engage une pratique somatique d’action (directe ou à distance). Politique et pouvoir ont partie liée : l’exercice de la domination renvoie à une exploitation des corps puisant dans le registre de l’asservissement, de la subordination et du contrôle. Le pouvoir suppose une visée utilitaire des organismes, un rendement de leurs productions, une dissipation orientée de ses énergies. Mais il ne s’agit là que d’un aspect du politique : le « bas corporel » rabelaisien, magnifiquement décrit par Mikhaïl Bakhtine, témoigne, pour la Renaissance, du mouvement somatique dans la course du temps, de cette capacité à produire une conscience historique des corps11 ; ainsi le corps n’est plus une incarnation générique, mais un cadre d’interprétation soumis aux évolutions, à l’action des hommes et à leur volonté d’être.

6Revenons maintenant aux grandes lignes historiographiques entre lesquelles le présent dossier, inévitablement, s’inscrit.

  • 12 Karl Marx, Manuscrits de 1844, Paris, GF-Flammarion, 1996, p. 114.
  • 13 S. Haber, E. Renault, « Une analyse marxiste des corps ? », Actuel Marx, n°?41, 2007, p. 14-27.
  • 14 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

7Un premier axe serpente, depuis Marx, sur le versant clivé de l’histoire des dominations. Dans les Manuscrits de 1844, l’aliénation est décrite comme l’effort d’extériorité du travail qui « rend étrangers à l’homme 1) la nature et 2) lui-même, sa propre fonction active, son activité vitale, il rend aussi l’espèce humaine étrangère à l’homme […] »12. Marx tente de désindexer le corps de son assignation trop évidente à l’activité. Pour confondre les forces de domination, il faut opérer une césure entre les chairs et leurs formes instrumentées. Cette tradition a été récemment ravivée, alors que « les corps malmené, réprimé, enrégimenté, déformé, marchandisé, sursollicité et surinvesti idéologiquement » s’imposent à l’analyse critique13 ; celle-ci s’est aussi pour partie transfigurée, depuis une quarantaine d’années, dans les études sur le genre. La domination masculine de Pierre Bourdieu a actualisé cette recherche d’une corrosion des évidences de l’androcentrisme14 : ce sont toutes les institutions formant les corps dominés que le sociologue dévoile.

  • 15 Christine Detrez, La construction sociale du corps, Paris, Le Seuil, 2002, p. 173.
  • 16 Georges Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Armand Colin, 2004 (...)

8Une deuxième voie d’analyse fraie dans l’épaisseur d’une histoire sociale des rapports de classe et de leurs représentations15. La montée en puissance au xixe siècle des valeurs bourgeoises se double d’une nouvelle orthopédie sociale et d’un mouvement hygiéniste. Ce sont les oscillations générales des sociétés qui sont à l’œuvre : les travaux de Georges Vigarello16, en particulier, illustrent cette approche grand angle du corps politisé par les dénivellements sociaux.

  • 17 Michel Clouscard, La production de l’« individu?», Paris, Éditions Delga, 2011.

9La quête d’une intériorité minée par les jeux de pouvoirs externes organise un troisième cadrage de la recherche en sciences sociales striant le secteur de la psychologie historique. Les travaux de Norbert Elias sur le procès de civilisation comme ceux de Bourdieu sur l’habitus ou ceux de Michel Clouscard17 sur la production de l’individu délimitent un questionnaire sur le façonnement des pratiques corporelles par/pour le politique et, en contre-champ, la configuration d’une politique des corps par le jeu de leur gouvernement normé.

10Ces axes fournissent des points de repère et des jalons. Sans pour autant placer le politique au principe de leurs analyses, ils en ont tous décliné un aspect, une forme historique ou un motif. Il n’est pas question dans ce dossier de ressaisir totalement l’ordre somato-politique. La place nous manquerait et l’intérêt serait douteux tant le territoire à saisir est mouvant. Plus modestement – et plus efficacement, espérons-le – le dossier propose de reprendre un fil historien – certes ténu – de l’analyse conjuguée des formes de pouvoir(s) et des architectoniques corporelles, celui d’une interrogation lancinante dans la communauté historienne.

Faire parler des corps

  • 18 Quelques références dans un ensemble désormais luxuriant : Anne-Claude Ambroise-Rendu, Fabrice d’Al (...)
  • 19 Jacques Revel, Jean-Pierre Peter, «?Le corps. L’homme malade et son histoire », dans Jacques Le Gof (...)
  • 20 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 33-35.

11Le corps est un objet historiographique qui a bénéficié, depuis les années 1970, d’un renouvellement de perspective considérable. L’hygiène, la médecine, le crime, l’alimentation, la sexualité, l’eugénisme, la guerre : les gestes et les pratiques corporels sont quadrillés en une multitude de domaines18. Mais cela présente un coût. En effet, la banalisation du corps et le développement d’un ensemble de problématiques désormais classiques ont fini par minorer l’approche politique des corps. Une rapide recension des ouvrages et des articles sur l’histoire du corps donne à voir une anatomie souvent désarticulée, des chairs désocialisées et finalement un corps dépolitisé. Le corps silencieux que Jean-Pierre Peter et Jacques Revel avaient pointé comme une zone d’ombre du champ historiographique de la fin des années 197019 s’est soudainement transformé en un corps bavard, exsudant des interprétations les plus variées, produisant des récits emplis de diaprures sur les monstruosités anatomiques et l’infini saccage des chairs à des fins de sidération. Cependant cette saturation historiographique a peu remué les questions politiques, ou plus exactement, ces questions ont été diluées dans un kaléidoscope interprétatif qui, pour épuiser la fascination du corps, a envisagé l’exhaustivité des points de vue comme seule problématique, et repoussé à plus tard le type d’interprétation porté par ce dossier. Ainsi l’intense travail mené par les historiens sur le corps depuis une trentaine d’années n’empêche-t-il pas, bien au contraire, de repartir du constat simple dressé par Michel Foucault dans Surveiller et punir : « l’histoire du corps, les historiens du corps l’ont entamée depuis longtemps […], ils ont montré jusqu’à quel point les processus historiques étaient impliqués dans ce qui pouvait passer pour le socle purement biologique de l’existence. Mais le corps est directement plongé dans un champ politique ; les rapports de pouvoir opèrent sur lui immédiatement […]. Cet investissement politique du corps est lié, selon des relations complexes et réciproques, à son utilisation économique […], le corps ne devient force utile que s’il est à la fois corps productif et corps assujetti »20.

  • 21 Le paragraphe qui suit s’appuie sur Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’indiv (...)

12Dans un ouvrage récent, Sébastien Jahan a mis en lumière la saisie politique permanente des corps au xviiie siècle : la politique de santé incarne une projection des désirs élitaires de pureté21 ; les médecins investissent tous les lieux qu’ils estiment devoir/pouvoir transformer : les campagnes sont sommées d’abandonner leurs croyances qualifiées de « charlataneries » pour adopter les prescriptions normatives d’un hygiénisme conquérant ; les matrones sont décriées et l’obstétrique (pourtant adossée aux savoirs empiriques) tend à s’imposer ; les hommes de l’Art, enfin, s’efforcent de fixer le rythme du sommeil et de la veille. Le corps des Lumières est à la fois libéré (de certaines affections, de quelques épidémies et aussi d’une certaine vision aristocratique), mais immédiatement quadrillé par une morale bourgeoise qui s’efforce de façonner des organismes industrieux. C’est finalement cette tension permanente d’un corps qui, sans être par essence politique, nous l’avons montré, est cependant toujours investi pas le politique. Ce n’est pas là la moindre des difficultés pour les historiens que de parvenir à maintenir une forme de prudence interprétative : les chairs et le pouvoir s’articulent en des rapports de domination, d’assujettissement, de libération et d’émancipation ; il est parfois difficile de capter l’état politique des corps. Ainsi ces corps prérévolutionnaires décrits par Sébastien Jahan semblent se débarrasser des asservissements de l’ordre aristocratique, quand pointent déjà les formes politiques des gouvernements anatomiques bourgeois.

  • 22 Cf. Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

13Ce dossier propose de reprendre cette évidence d’un corps immédiatement politique, dispositif de pouvoir immanent, surface d’expression, d’action et de tension au cœur de jeux de pouvoir et de domination. De faire jouer cette hypothèse de travail et d’en sonder stratégiquement l’efficace sur des terrains historiographiques. Ce que nous voulons mettre au jour, ce sont les corps au travail, les corps rendus dociles ou sans expression, les corps modelés par la normativité économique, les corps soumis et asservis, les corps prisonniers des représentations genrées, les corps exclus, bref toutes les formes de « capture » par lesquelles les corps sont mis au service de22. Symétriquement, toutes les expressions de résistance, de lutte, de rébellion et de révolte retiennent ici notre attention. Mais cette polarisation politique du corps ne saurait se réduire à un inventaire exhaustif des dominations et des libérations, des outrages et des rébellions. L’engagement politique des corps ne peut s’analyser dans l’histoire sans des cadres théoriques permettant l’analyse rigoureuse des formes d’asservissement et de subversion somatiques. Le dossier vise donc également à produire de nouvelles interprétations de l’enracinement des corps dans l’action et le discours politiques.

  • 23 Pour une analyse critique voir?: Claude Guillon, Je chante le corps critique. Les usages politiques (...)

14Mais il ne faut pas mésestimer, ce faisant, les implicites, et peut-être aussi les impensés, du mouvement critique par le truchement duquel ces réalités resurgissent. D’où procède la mise en lumière de ces logiques ? De quel point de vue s’autorisent-elles ? Souvent la problématisation du corps est motivée par des points de vue alternant entre la dénonciation, le dévoilement, la révolte23. S’il n’y a pas lieu de traiter ici pour eux-mêmes les fondements normatifs de ces prises (de vue), force est d’en souligner l’effet dans la scénarisation du corps politique. Il ne s’agit pas pour nous de reprendre les termes du débat sur la neutralité historienne, mais plutôt d’insister sur le fait que la polarisation sur un aspect de ces logiques – d’autant plus forte qu’on est éventuellement concerné par l’objet – tend à occulter d’autres territoires et logiques d’enracinement politique des corps.

  • 24 Judith Butler, La Vie psychique du pouvoir, Paris, Léo Scheer, 2002.
  • 25 Nikolas Rose, « Disorders Without Borders?? Expanding Scope of Psychiatric Practice?», BioSocieties(...)
  • 26 Voir Axel Honneth, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2007.

15Cet aspect est d’autant plus crucial que ces processus sont dialectiques et ambivalents. L’assujettissement des corps ne renvoie pas à une instance seulement répressive et externe (ce serait si simple). Nous référant à certaines propositions néohégéliennes de la philosophe Judith Butler24, nous pouvons avancer l’idée qu’il décrit bien plutôt le processus par lequel le sujet vient à émerger en tant que sujet formé au travers de sa propre subordination à des pouvoirs. L’exemple de la « psychiatrisation de la condition humaine » décrite par Nikolas Rose25 illustre comment les sujets de la psychiatrie diagnostique – celle-là même que le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM) symbolise et résume – peuvent se rendre complices de leur assujettissement. Leur application plus ou moins délibérée à coller à certaines symptomatologies prédéfinies peut être motivée par le désir d’obtenir les médicaments et de se singulariser dans des répertoires de troubles divers et variés dont leur constitution subjective finit par devenir dépendante – le DSM comme self service. Ainsi sont-ils réifiés par des nosographies standardisées autant qu’ils s’autoréifient dans ce processus dialectique26. Autant dire que ça n’est pas simple, qu’a fortiori l’ambiguïté, l’ambivalence et l’opacité construisent ces réalités. Et c’est pourquoi, plus que jamais, la prudence et la nuance s’imposent dans l’interprétation des ironies et des conséquences inattendues de ces processus et dispositifs de normalisation. Une claire conscience (politique) des enjeux politiques de ces problématiques en clair-obscur peut certes y aider en théorie.

16C’est à ces oscillations, cette vibration intense des corps jamais au repos, que nous souhaitons consacrer le présent dossier ; il ne s’agit nullement d’en appeler à un énième tournant historiographique sur la question, mais, plus modestement, de capter les intensités variables des investissements politico-somatiques, de questionner, dans une perspective critique, le rapport du pouvoir à l’anatomique. Pierre-Henri Ortiz explore le conflit qui oppose, dans l’Antiquité tardive, Augustin aux Pélagiens à propos de l’idiotie : l’enjeu réside dans la maîtrise d’un corps indissoluble de l’esprit. Sylvie Chaperon revient dans son article sur la construction historique du clitoris et les filtres genrés à travers lesquels il est « anatomisé ». Laurence Guignard évoque ensuite la manière dont la folie des criminels a été redéfinie au xixe siècle à la jointure des questionnements psychiatriques sur la folie partielle et du souci de la justice de mettre en place des examens moraux et individualisés des individus. L’article de Philippe Artières interroge la question foucaldienne du corps et des archives qui permettent son émergence. Les questionnements sur les sources permettant d’aborder l’histoire du corps ont été délaissés quand bien même ces archives présentent la spécificité d’articuler de manière inédite l’éphémère et la conservation. Enfin, Jérôme Lamy analyse les usages contemporains des concepts foucaldiens fournissant l’ébauche d’une interprétation politique des corps.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Lebrun, « Le « travail social » des frères Dardenne », Cliniques méditerranéennes, vol. 82, 2010, p. 194.

2 Ibid., p. 194. C’est l’auteur qui souligne.

3 Luc Dardenne, Au dos de nos images, 1991-2005, Paris, Le Seuil, 2005, p. 136. Cité par Jean-Pierre Lebrun, art. cit., p. 194.

4 « Dans le dos de l’ange de l’histoire », entretien avec Luc Dardenne, Multitudes, n°?11, 2003, p. 145-157.

5 Pascal Houba, «?La parole errante des corps?», Multitudes, n°?11, 2003, p. 135-143.

6 Le thème phénoménologique chez les Dardenne est identifié à juste titre par Marlène Zarader dans «?La promesse et l’intrigue (phénoménologie, éthique, cinéma)?», Cités, n°?33, 2008, p. 83-96.

7 Gilles Deleuze, Cinéma 2. L’image-temps, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 246.

8 Ibid., p. 247.

9 Comme le propose l’ouvrage dirigé par Dominique Memmi, Dominique Guillo et Olivier Martin, La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009.

10 Michel Foucault, Il faut défendre la société, Paris, Gallimard/Seuil, 1997, p. 16 et p. 41.

11 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, p. 364-365.

12 Karl Marx, Manuscrits de 1844, Paris, GF-Flammarion, 1996, p. 114.

13 S. Haber, E. Renault, « Une analyse marxiste des corps ? », Actuel Marx, n°?41, 2007, p. 14-27.

14 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

15 Christine Detrez, La construction sociale du corps, Paris, Le Seuil, 2002, p. 173.

16 Georges Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Armand Colin, 2004 ; Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1985 ; Georges Vigarello, Le sain et le malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1993.

17 Michel Clouscard, La production de l’« individu?», Paris, Éditions Delga, 2011.

18 Quelques références dans un ensemble désormais luxuriant : Anne-Claude Ambroise-Rendu, Fabrice d’Almeida, Nicole Edeleman (dir.), Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique, Paris, Seri Aslan, 2006 ; Jean-Pierre Poly, Les chemins des amours barbares. Genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, Perrin, 1993 ; Marie-Christine Pouchelle, Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen Âge. Savoir et imaginaire du corps chez Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, Paris, Flammarion, 1983 ; Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990 ; Jean-Claude Schmitt, Le corps, les rives, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard, 2001 ; Michel Vovelle, La Mort en Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 ; Norbert Elias, La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975 ; Frédéric Chauvaud, Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Michel Porret (dir.), Le corps violenté. Du geste à la parole, Genève, Droz, 1998 ; Francis Prost, Jérôme Wilgaux (dir), Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 ; Sylvène Edouard, Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Elizabeth de Valois (1546-1560), Rennes, Presses Universitaires, 2009 ; Grégoire Chamayou, Les corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux xviiie et xixe siècles, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2008 ; Paul Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977 ; Sébastien Jahan, Les Renaissances du corps en Occident (1450-1650), Paris, Belin, 2004 ; Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ?, Paris, Belin, 2006 ; Arlette Farge, Effusion et tourment, le récit des corps. Histoire du peuple au xviiie siècle, Paris, Odile Jacob, 2007 ; Laurence Guignard, Pascal Raggi, étienne Thévenin (dir.), Corps et Machines à l’âge industriel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, vol. 1., Georges Vigarello (dir), De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2005 ; Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, vol. 2., Alain Corbin (dir), De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Le Seuil, 2005 ; Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, vol. 3., Jean-Jacques Courtine (dir), Les mutations du regard. Le xxe siècle, Paris, Le Seuil, 2006.

19 Jacques Revel, Jean-Pierre Peter, «?Le corps. L’homme malade et son histoire », dans Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 848-873.

20 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 33-35.

21 Le paragraphe qui suit s’appuie sur Sébastien Jahan, Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ?, Paris, Belin, 2006, p. 178-185.

22 Cf. Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

23 Pour une analyse critique voir?: Claude Guillon, Je chante le corps critique. Les usages politiques du corps, Béziers, H&O Éditions, 2008.

24 Judith Butler, La Vie psychique du pouvoir, Paris, Léo Scheer, 2002.

25 Nikolas Rose, « Disorders Without Borders?? Expanding Scope of Psychiatric Practice?», BioSocieties, n°?1, 2006, p. 481. Aussi Rose N., The Politics of Life Itself?: Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press, 2006.

26 Voir Axel Honneth, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Introduction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 11-19.

Référence électronique

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Introduction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2457

Haut de page

Auteurs

Jérôme Lamy

LISST-Centre d’anthropologie sociale, Université Toulouse II

Articles du même auteur

Arnaud Saint-Martin

Printemps, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page