Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-8

Texte intégral

  • 1 Sur ce succès exceptionnel, voir notamment l’analyse récente de Philippe Artières et Jean-François (...)

1Y a-t-il lieu de parler du « corps » dans les Cahiers d’histoire ? Les histoires du corps ont-elles quelque chose à dire à l’histoire des dominations ? Questions superflues, naïves ? Bien sûr, on peut toujours faire comme si l’on n’avait rien vu et aller d’emblée à l’évidence. En l’occurrence, l’évidence de l’existence maintenant longue d’une histoire qui scrute les dominations à travers les assignations et les violences imposées aux corps. Une histoire maintenant longue et ramifiée qui puise pour beaucoup ses concepts et ses problématiques dans la philosophie de Michel Foucault. L’évidence, donc aussi, de l’immense succès de la matrice foucaldienne, reprise, commentée, disséquée depuis une quarantaine d’années maintenant. L’évidence de l’immense succès international du philosophe, attesté par l’importance des traductions, le nombre des colloques, des séminaires, des publications se référant à son nom. L’évidence de son influence sur l’immense production intellectuelle nord-américaine, mais aussi sur les productions de la pensée en France : pour aller au plus simple, depuis le début de 2012, une demi-douzaine au moins de titres parus en France comportent son nom et, en 2011, plus d’une vingtaine de titres français y ont fait référence1. On sait ce que des champs aussi divers que l’histoire de la justice, l’histoire de l’ordre public, l’histoire médicale ou l’histoire des sexualités lui doivent. Immense succès que rappellent ici les auteurs du dossier des Cahiers d’histoire, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin dès leur introduction, et auquel Jérôme Lamy consacre son article conclusif autour d’une « historiographie sélective des héritages foucaldiens ». évidence massive donc.

2Autre évidence aussi massive : la place des corps, de la lecture de l’ordre social à travers l’ordre des corps, et plus largement de l’ordonnancement du vivant, a été tout à fait minime dans les Cahiers d’histoire au cours de leurs quarante années d’existence.

  • 2 Le 8 décembre 2012, la rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique invitera à un re (...)
  • 3 Voir le catalogue « Liste des stocks disponibles » des Cahiers d’histoire.

3à la veille d’un 40e anniversaire des Cahiers que l’on marquera en décembre 2012 par des rencontres autour de l’histoire des Cahiers, il faudrait tenter une lecture des croisements et des non-croisements de l’histoire faite dans les Cahiers d’histoire avec les textes de Foucault, avec des grilles d’analyse, des concepts développés à partir de Foucault2. Penser avec ou penser contre Foucault n’a pas été dans les préoccupations explicites des historiens des Cahiers d’histoire. Est-ce parce qu’ils ont pensé avec Marx ? Est-ce parce qu’ils ont pensé dans les termes d’un marxisme tiré du côté de la hiérarchisation des instances du social et de l’économique, des rapports de production modelant l’ensemble des actes sociaux, traduction historienne d’une vision affrontée des infrastructures et superstructures ? Cette histoire de l’histoire écrite dans les Cahiers des années 1970 à nos jours reste à faire. L’actuelle efflorescence des recherches autour des multiples dimensions des pratiques communistes passera peut-être bientôt par cette production historienne. D’emblée, l’on peut avancer sans trop de risque de se tromper que l’histoire des Cahiers fut, encore plus qu’une histoire sociale, une histoire du politique, entendu au sens large, non seulement des élaborations théoriques et des actions des dirigeants, locaux et internationaux, des partis, des états, des organismes internationaux, mais aussi des mobilisations sociales et de leurs liens aux réalités politiques, comme le Front populaire, les guerres de décolonisation, la guerre froide. Les productions des années 1980 et 1990 reprennent les temps forts des luttes politiques et sociales, depuis la Révolution française, avec cependant un fort tropisme vers le xxe siècle, autour de dossiers comme « L’Ouest et la Révolution », « La Commune de Paris », ou « Antifascistes allemands », « De la guerre à la guerre froide », ou encore « Mouvement ouvrier et République » ou « Communistes algériens, communistes français : la guerre d’Algérie »3.

  • 4 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 66, « Pouvoirs et information » coordonné par Nic (...)
  • 5 Parmi les synthèses récentes sur l’ensemble de la production de Foucault, voir Jean-François Bert, (...)

4Avec la nouvelle série des Cahiers, à partir de 1996, la langue de la revue s’est enrichie de nouveaux concepts en même temps que la perspective d’étude globale des processus de domination a été explicitée. Cette nouvelle ligne éditoriale, présentée en ouverture du numéro 64 des Cahiers, désormais revue d’histoire critique, a donné lieu à des approches culturelles des processus de domination, cherchant à articuler histoire culturelle et analyse des pouvoirs. Des dossiers tels que « Pouvoirs et information » ou, quelques années plus tard, « La caricature entre subversion et réaction » ou « écrire pour convaincre. Libelles et brochures xvie-xviiie siècles », ou encore « Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle », paru dans le contexte de la guerre du Golfe, ont illustré cette appropriation de thématiques, non pas tant étrangères au marxisme qu’à la forme prise par l’histoire sociale française des lendemains de la seconde guerre4. Cette explicitation des angles d’approche, des choix et de l’arbitraire de l’observateur, dimension cruciale de l’inscription des Cahiers dans l’arc des pensées critiques, est bien aussi une façon de s’inscrire dans ce qui chemine notamment au sein des déconstructions foucaldiennes, des analyses des pratiques de l’écriture à la critique de la conception continuiste de l’histoire5.

  • 6 Michel Foucault, Folie et déraison, histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961, rééd (...)
  • 7 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 84, « Sexualité et dominations », dossier coordon (...)
  • 8 Tyler Stoval, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histo (...)
  • 9 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 107, « 68 Les oubliés du cortège », dossier coord (...)

5Qu’en a-t-il été des approches propres à Foucault de la saisie des corps par les pouvoirs, depuis L’histoire de la folie à l’âge classique jusqu’à l’histoire de la sexualité ?6 De la production historienne scrutant les pratiques sociales concernant les corps qu’a-t-il filtré dans les Cahiers d’histoire ? Après la quasi-absence des années 1980 et 1990, des linéaments de cette histoire cheminent dans l’actuelle série des Cahiers. Quelques comptes rendus de lectures introduisent la problématique, un dossier « Sexualité et dominations » coordonné par Sylvie Chaperon a traduit en 2001 cet effort de métissage des apports des différents pans des processus sociaux de domination7. Ce dossier fut une grande première et un grand succès puisque le numéro a été très vite épuisé. L’histoire de la sexualité articulée en termes d’histoire des dominations, était-ce l’entrée des Cahiers d’histoire dans un goût du jour suspecté d’ouvrir la voie au renoncement à l’histoire sociale, au brouillage des lectures du social en termes de classes et de luttes des classes ? La difficulté à penser la place du symbolique, du culturel, mais aussi des dominations qui ne sont pas immédiatement structurées par les processus de production continue, une trentaine d’années après l’invention du « capital symbolique » par Pierre Bourdieu, de nous tarauder. Pas seulement nous, bien sûr. En dépit de ce parti pris de penser dans leur diversité les expressions des dominations et leur articulation, l’histoire que les Cahiers propose au lecteur intègre-t-elle à leur juste place les rapports de force induits par les appartenances de « sexe », de « race » ou de « génération » ? Nos efforts pour rapprocher les bords de ces histoires trop disjointes, parfois construites comme des histoires affrontées, ont-ils permis d’un dossier à l’autre de contribuer à un décloisonnement des historiographies, seul à même de permettre la compréhension des ressorts multiples de l’aliénation ? Au risque d’un éclectisme épistémologique qui peut dérouter, qui peut sembler éloigner par ses multiples détours de la synthèse visée, nous pensons pouvoir dire que oui. Pour conclure cet excursus historiographique, proposons quelques rappels de ces choix de décentrement et d’incorporation de lectures des processus de domination restés étrangers à l’histoire économique et sociale. Un dossier a été confié en 2005 à des historiens et historiennes des états-Unis. Les textes de ces collègues disent leur regard sur la façon dont s’écrit, en France, l’histoire de France. L’un de ces collègues, Tyler Stoval, y a étudié la façon dont l’histoire en France a repris à son compte une vision sociale dominante qui nie l’existence de considérations liées à la race dans la société française8. Le dossier évoque aussi, sous la plume de Victoria E. Thompson, la place faite tardivement, marginalement, à l’histoire des femmes puis à l’histoire du genre. Plus récemment, un dossier des Cahiers, construit en 2008 autour de 68 par Philippe Artières, emprunte explicitement à Foucault et s’organise autour de l’observation du sort et des actes de celles et ceux à qui la société assigne une mise en marge, mise en marge dupliquée par la commémoration et l’histoire de l’événement, et mise en évidence ici comme expression de la contribution du discours savant à l’ordre des pouvoirs9.

  • 10 Philippe Artières et Jean-François Bert, Un succès philosophique, op. cit., p. 105.
  • 11 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, « Retour sur les Bourses du travail. Aux (...)
  • 12 Rappel de cette importance de la soumission des corps dans la mise en œuvre de l’ordre social à tra (...)

6Avec le dossier de ce numéro 118 des Cahiers d’histoire, nous reprenons peut-être d’abord à Foucault la volonté « d’éviter toute forme de routinisation d’une pratique d’enquête ou d’une pratique de recherche »10. Nous faisons entrer en écho avec l’histoire des luttes politiques et sociales du dossier « Bourses du travail », du précédent numéro, une approche maintenant de longue histoire des processus de domination lus à travers les traitements sociaux des corps11. On retrouve, rapprochées dans le dossier coordonné par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, des bribes des enquêtes historiennes en termes d’histoire de la justice, d’histoire de la médecine, notamment de la folie, ou d’histoire des sexualités. Toutes les sociétés expriment à travers des contraintes imposées aux corps des hiérarchies de valeur et une conception de l’ordre social que les groupes sociaux intériorisent, reproduisent et plus rarement contestent. Par la diversité des approches temporelles, le dossier constitue un rappel salutaire de cette évidence que, dans toutes les sociétés, les humains sont des corps, vivants comme morts, dans tous les cas inscrits dans les hiérarchies, les contraintes du social, exhibant distinction comme humiliation12.

7Comme tous les numéros des Cahiers, celui-ci rassemble aussi des expressions de la diversité des histoires en cours. Dans Chantiers, on peut lire Sébastien Ledoux, jeune historien qui, autour de la genèse de la loi Taubira, scrute l’émergence du « devoir de mémoire » dans les années 2000 comme « fabrique du post-colonial ». à le lire, on mesure le chemin parcouru dans le sens d’un recours désespéré à une mythologie nationale, au nationalisme, comme ressort de la pensée sociale, entre l’année 1998 et les débats autour de la loi Taubira, qui virent le vote du « devoir de mémoire » concernant la mise en esclavage des populations africaines aux Antilles par tous les députés à l’unanimité en première lecture, et notre temps présent. Métiers rend compte de la multiplicité des circuits de production et de circulation de l’histoire dans notre société. à la fois, travail de construction à travers l’élaboration de l’inventaire des mémoires ouvrières de Poitou-Charentes, présenté ici par l’une de ses initiatrices, Pascale Moisdon-Pouvreau. Travail de déconstruction des usages publics de l’histoire aussi à travers la prise de parole de Nicolas Offenstadt autour des enjeux de l’histoire de France et de l’histoire en France aujourd’hui, à travers la lecture par l’historien Alain Ruscio du monument érigé au général Bigeard, par lui-même, par des historiens complaisants et plus récemment par le gouvernement français. Autant d’interventions qui expriment le même constat inquiet d’un usage proliférant de la référence nationale visant à faire de l’histoire un réservoir à mythologies communautaires, brouillant la compréhension du présent comme du passé.

8Débats nous conduit à d’autres mouvements de la production historienne. Ici, à distance plus grande du politique et des urgences de la cité, le mouvement de la production savante que l’auteur de la contribution analyse, renvoie également aux impulsions du présent social. Néanmoins, à propos de la façon dont les images sont saisies par les différentes sciences du social, Thomas Béraud nous installe au cœur d’un passionnant débat épistémologique autour de la construction des savoirs sur les images. Avec lui, on peut comprendre la portée des interrogations autour de la diversité des approches au sein de disciplines qui s’intitulent « anthropologie visuelle », « sociologie visuelle » ou encore « histoire des images » et s’interroger sur la responsabilité de cette diversité dans une sorte d’ « anomie ». On peut aussi se demander avec lui si la solution épistémologique réside dans le recours à la configuration du boundary-object qu’il propose.

  • 13 Pour les activités diverses des Cahiers, notre site http://chrhc.revues.org/

9Les prochains dossiers des Cahiers poursuivront ce travail d’analyse de la diversité des ressorts des dominations, notamment à travers un dossier sur le traitement social des « homosexualités dans l’Europe des xixe et xxe siècles », dossier initié par Sylvie Chaperon, puis à travers un dossier, « L’autre sport », coordonné par Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin, visant à mieux penser la place singulière du sport marchandise d’aujourd’hui à travers les affirmations d’autres ambitions pour le sport, profondément politiques, affirmées et mises en œuvre au cours du xxe siècle. Et entre deux numéros, lecteurs et lectrices pourront retrouver l’histoire des Cahiers au cours de débats, notamment autour des Bourses du travail le dimanche 16 septembre à la fête de l’Humanité et autour des résistances paysannes aux prochains Rendez-vous de l’histoire de Blois, ou ailleurs encore13. Mais dans l’immédiat, honneur à l’écrit, aux revues et bonne lecture…

Haut de page

Notes

1 Sur ce succès exceptionnel, voir notamment l’analyse récente de Philippe Artières et Jean-François Bert, Un succès philosophique. « L’histoire de la folie à l’âge classique » de Michel Foucault, Caen, Presses universitaires de Caen, 2011. Voir aussi la stimulante articulation de Foucault à Marx par Isabelle Garo, dans Isabelle Garo, Foucault, Deleuze, Althusser et Marx, Paris, Demopolis, 2011. On retrouve l’expression de ce souci contemporain de penser avec Foucault dans José Luis Moreno Pestana, Foucault, la gauche et la politique, Paris, éditions Textuel, 2011.

2 Le 8 décembre 2012, la rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique invitera à un retour réflexif sur l’histoire des Cahiers associant acteurs, actrices des successives équipes rédactionnelles et historiens/nes extérieurs/es à la rédaction. Ces rencontres initiées à l’occasion du 40e anniversaire des Cahiers d’histoire se tiendront à l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, salle Dussane.

3 Voir le catalogue « Liste des stocks disponibles » des Cahiers d’histoire.

4 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 66, « Pouvoirs et information » coordonné par Nicolas Offenstadt ; Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 75 « La caricatures entre subversion et réaction », dossier coordonné par Annie Duprat et Pascal Dupuy ; Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 90-91 « écrire pour convaincre. Libelles et brochures xvie-xviiie siècles », dossier coordonné par Jean-Yves Mollier ; Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, « Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle », dossier coordonné par Guylain Chevrier.

5 Parmi les synthèses récentes sur l’ensemble de la production de Foucault, voir Jean-François Bert, Introduction à Michel Foucault, Paris, La Découverte, 2011.

6 Michel Foucault, Folie et déraison, histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961, réédition Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1972 ; id., Histoire de la sexualité, I La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976 ; id., Histoire de la sexualité, II L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard, 1984 ; id., Histoire de la sexualité, III Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.

7 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 84, « Sexualité et dominations », dossier coordonné par Sylvie Chaperon.

8 Tyler Stoval, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97 (traduction Maurice Genty), « L’histoire de France. Regards d’historiens américains », dossier coordonné par David Shafer.

9 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 107, « 68 Les oubliés du cortège », dossier coordonné par Philippe Artières.

10 Philippe Artières et Jean-François Bert, Un succès philosophique, op. cit., p. 105.

11 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, « Retour sur les Bourses du travail. Aux sources de l’histoire syndicale française », dossier coordonné par David Hamelin.

12 Rappel de cette importance de la soumission des corps dans la mise en œuvre de l’ordre social à travers les peines infligées au corps des suicidés, peines étudiées dans le livre récent de Dominique Godineau, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2012. Rappel aussi de l’apport déterminant de Pierre Bourdieu à cette approche de l’économie symbolique à si forte dimension corporelle, faisant du corps « l’objectivation la plus irrécusable du goût de classe, qu’il manifeste de plusieurs façons. D’abord dans ce qu’il a de plus naturel en apparence, c’est-à-dire dans ses dimensions (volume, taille, poids, etc.) et les formes […] », Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, éditions de Minuit, 1979.

13 Pour les activités diverses des Cahiers, notre site http://chrhc.revues.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 118 | 2012, 3-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 118 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2456

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page