Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Victor Cohen-Hadria, Les trois saisons de la rage

Paris, Albin Michel, 2010, 458 p.
Philippe Daumas
Référence(s) :

Victor Cohen-Hadria, Les trois saisons de la rage, Paris, Albin Michel, 2010, 458 p.

Texte intégral

1L’historien trouve rarement dans le roman historique d’autre intérêt que celui du divertissement. Il y déniche trop facilement les erreurs ou la confusion des faits, l’anachronisme et l’invraisemblance des situations ou des comportements. Mais la fiction historique, pour être crédible, ne doit pas seulement éviter ces écueils redoutables. Elle doit aussi restituer quelque chose d’indéfinissable, une multitude d’infimes perceptions qui donnent au lecteur l’impression d’être vraiment dans l’ambiance du lieu et de l’époque. De ce point de vue, le livre de Victor Cohen-Hadria est une totale réussite, qui concilie admirablement qualités littéraires et intérêt historique.

2Un médecin normand du XIXe siècle participe en tant qu’intermédiaire à un échange épistolaire, et tient un journal intime où il décrit, de manière vivante et détaillée, son activité professionnelle et les événements de sa vie privée.

3On y découvre une médecine en pleine évolution, où se mêlent intimement pratiques ancestrales et techniques nouvelles. On opère sans anesthésie, la médication se fait principalement à base de plantes que le médecin cultive lui-même dans son jardin. L’étonnante fiabilité du diagnostic, acquise par l’expérience, ne trouve pas toujours une issue favorable : bien souvent, le médecin sait que le malade va mourir, mais n’y peut absolument rien. On voit pourtant s’affirmer les signes annonciateurs de la médecine moderne : progrès de l’hygiène et de la vaccination, usage d’inventions récentes comme « le stéthoscope de M. Laënnec » ou « le préservatif de M. Hutchinson »… Enfin la pratique médicale, à l’image de la société, s’ouvre sur le monde, comme en attestent la correspondance du médecin avec les pays étrangers, ou l’usage par l’un de ses collègues d’une curieuse médecine venue de Chine, pratiquée avec des aiguilles…

4On mesure également l’importance de la relation personnelle entre le médecin et ses patients, qui dépasse largement le domaine de la santé. Sa parfaite connaissance de leur histoire personnelle et familiale, de leurs conditions de vie, de leurs difficultés quotidiennes, ne constitue pas seulement un moyen de mieux diagnostiquer et soigner. Elle fait de lui bien souvent un confident, un conseiller, un référent, et cette influence lui permet d’agir comme un vecteur du changement social et culturel.

5Il entre alors en concurrence avec ceux qui occupaient traditionnellement ce terrain, mais en se gardant bien de les affronter brutalement : le guérisseur, dont il se moque mais avec qui il échange d’utiles informations ; le curé, à qui il oppose rationalisme et progrès scientifique tout en lui laissant le soin des âmes, et avec qui il tisse parfois le lien d’une étonnante complicité ; la sage-femme, qui le précède toujours auprès des accouchées, mais lui laisse toujours la place lorsque les choses tournent mal. Homme de science, humaniste et libre penseur, il se heurte au poids des traditions, des croyances, de l’obscurantisme, mais doit aussi composer avec ces forces qu’il sait ne pouvoir faire disparaître du jour au lendemain.

6De même, ses relations avec les hommes de pouvoir, notables et aristocrates, exigent un accommodement permanent entre ses idées progressistes, son idéal de justice et d’humanité, sa condamnation d’un système dont il réprouve les abus, et l’impossibilité de rompre avec un milieu auquel il appartient, tant par son mode de vie que par son statut social, où il est considéré à la fois avec reconnaissance et scepticisme, admiration et méfiance. Bref, une vie bien remplie, compliquée, dangereuse, mais passionnante.

7L’ouvrage séduit d’abord par ses qualités littéraires : clarté et élégance de l’écriture, intelligence d’un récit qui tient constamment en haleine le lecteur toujours désireux d’en savoir plus, jusqu’à un dénouement assez surprenant.

  • 1 Par exemple, Gérard Jorland, Une société à soigner : hygiène et salubrité publiques en France au XI (...)

8Mais le lecteur intéressé par l’histoire y trouvera également un grand intérêt dans la restitution exacte et minutieuse des conditions d’exercice de la médecine dans la France du XIXe siècle, domaine qui connaît un riche renouvellement historiographique1. L’auteur est parfaitement à l’aise dans ce domaine, ayant été pendant plusieurs années producteur d’émissions médicales pour la télévision française. Le milieu rural est décrit lui aussi avec précision et fidélité, dans une forme d’histoire « vivante », à la fois rigoureuse et profondément humaine, qui en restitue tous les aspects : âpreté des conditions de vie et des rapports sociaux, complexité des comportements et des mentalités. L’ambiance générale en est parfaitement rendue, celle d’un monde en pleine mutation qui oppose et concilie à la fois science et croyance, tradition et innovation, immobilisme et modernité, violence et humanité.

9On ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage, en particulier aux étudiants des classes préparatoires aux grandes écoles dont la question d’histoire au programme de concours est cette année : « Hygiène et santé en Europe, de la fin du XVIIIe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale ».

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Gérard Jorland, Une société à soigner : hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 2010 ; ou Grégoire Chamayou, Les corps vils : expérimenter sur les êtres humains aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Daumas, « Victor Cohen-Hadria, Les trois saisons de la rage », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2428

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page