Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud (dir.), La place des femmes dans l’histoire, une histoire mixte

Éditions Belin et association Mnémosyne, Paris, 2010, 416 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud (dir.), La place des femmes dans l’histoire, une histoire mixte, Éditions Belin et association Mnémosyne, publié avec le concours de la Région Île-de-France, Paris, 2010, 416 p.

Texte intégral

  • 1 Dans la production française récente, notons Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, Pari (...)

1Le projet de cet ouvrage est très ambitieux : favoriser l’enseignement de l’histoire des femmes, ou plus exactement d’une histoire mixte, comme le précise le sous-titre. Depuis quarante ans, l’histoire des femmes est devenue un champ de recherches scientifiques et a fait l’objet de nombreuses publications, dont des manuels universitaires1. Mais son introduction dans les programmes d’enseignement du primaire et du secondaire est très lente. Encore s’est-elle glissée dans des brèches offertes par d’autres domaines, comme l’histoire culturelle ou sociale. Pourtant, Annette Wieviorka, dans son étude Quelle place pour les femmes dans l’histoire enseignée ?, a montré que cette situation est « un frein dans la marche vers l’égalité », malgré quelques initiatives locales à l’IUFM de Lyon ou dans l’académie d’Aix-Marseille.

2Le présent ouvrage est à l’usage des enseignants-es. Il a été rédigé par trente trois auteur/es spécialistes des questions abordées et acteurs-es divers du système éducatif, enseignant/es de lycée ou d’université, inspecteurs, inspectrices pédagogiques ou d’académie, doctorants-es ou jeunes docteurs-es, majoritairement historiens-nes mais aussi anthropologues ou sociologues. Il est la concrétisation d’un travail de longue haleine mené par l’équipe de Mnémosyne, « association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre », créée en 2000, dont l’un des objectifs principaux est la « transmission à tous les niveaux de l’enseignement ». Le programme d’histoire-géographie de seconde (BOEN spécial du 29 avril 2010) « place clairement au cœur des problématiques les femmes et les hommes qui constituent les sociétés et y agissent. Le libre choix laissé entre plusieurs études doit permettre en particulier de montrer la place des femmes dans l’histoire des sociétés ».

3Une longue introduction, intitulée « Pas d’histoire sans elles », précise les objectifs de ce livre d’histoire mixte. Le corpus de savoirs est aujourd’hui considérable, et il est temps de présenter un autre récit que celui des débuts de l’école républicaine, où l’histoire, pensée au masculin, évoquait des citoyens et des grands hommes agissant sur l’espace public, alors que les anecdotes et « la petite histoire », le domaine privé étaient l’expression sociale des femmes. Mais « sortir les femmes de l’ombre » n’implique pas un esprit de revanche et le livre est « en somme, un livre d’histoire au masculin et au féminin ».

4Les recherches montrent la présence des femmes dans la sphère publique. Elles ont toujours travaillé, même si ce travail était nié et leurs créations occultées. Elles ont été actrices de la vie politique, bien que privées de droits civiques. De nouvelles approches réévaluent des objets considérés comme anecdotiques, l’intime, le corps, etc. Le privé est entré ainsi dans le champ historique, permettant d’aborder une autre forme de leur présence sociale. Les hommes comme les femmes ont une histoire du privé ; tout comme « on ne naît pas femme, on le devient » (Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949), la virilité est construite. La dimension « genrée » est donc toujours présente. Elle amène à interroger les ruptures chronologiques : sont-elles les mêmes dans l’histoire des hommes et des femmes ?

5Par ailleurs, la fonction civique de l’histoire doit permettre de décrypter les mécanismes sociaux de construction des inégalités. L’acquisition des droits résulte des luttes, elle nécessite une vigilance constante, car il y a des avancées et des reculs dans le temps. La prise de conscience, au cours des dernières décennies, des inégalités de représentation des hommes et des femmes et des persistances des stéréotypes dans les manuels scolaires a été réelle. Mais la mutation dans les ouvrages et les pratiques enseignantes tarde encore.

6C’est pourquoi l’association a porté ce projet d’un manuel professionnel offrant une première synthèse pour aider à la transformation du regard.

7Ce manuel de 416 pages est organisé en cinq parties : femmes et hommes dans les mondes antiques et médiévaux, puis dans les temps modernes et en révolutions, ensuite à l’âge industriel (1850-1939), dans les guerres, les démocraties et les totalitarismes (1914-1945), enfin, dans le monde de 1945 à nos jours. La construction est donc chronologique : l’adoption d’un tel plan se justifie par les programmes de l’école primaire et du collège et, pour le lycée, dont la progression est plus thématique, l’adaptation est aisée.

8Pour chacun des 36 chapitres (ce qui correspond théoriquement au nombre de semaines de cours effectifs), la proposition est la suivante : une mise au point scientifique présentée sous la forme d’un texte généralement en trois parties, puis un, deux ou trois dossiers documentaires utilisables par les élèves, enfin des pistes d’exploitation s’inscrivant dans le cadre des nouveaux programmes et une bibliographie permettant d’élargir la question abordée. Les chapitres proposés sont soit de « substitution », afin de remplacer les équivalents traditionnels, car l’enseignement de l’histoire n’est pas figé et il doit traduire les changements, soit de « complément », lesquels fournissent des informations que l’on peut insérer dans un cours plus classique.

9La place des femmes est systématiquement analysée au cours des différentes périodes de l’histoire, depuis les plus anciennes mythologies jusqu’au nouvel ordre/désordre mondial.

10Les auteurs-es soulignent que certains domaines, comme les sciences et les techniques, sont trop souvent considérés comme « naturellement » masculins. Pourtant, l’existence de femmes de sciences, comme Émilie du Châtelet (1706-1749), qui correspondit avec Clairaut et Voltaire et traduisit les Principia de Newton, ou Clémence Royer (1830-1902), la première traductrice de L’Origine des espèces de Darwin en 1862, rappellent que les femmes ont travaillé dans ces domaines et participé à l’élaboration de la connaissance, même si elles furent souvent moquées à leur époque. Sophie Germain (1776-1831), mathématicienne de premier ordre qui étudia le théorème de Fermat et les nombres premiers, qui réussit sous un nom d’emprunt et habillée en homme le concours de Polytechnique, mériterait une notice plus importante. Leurs œuvres sont d’autant plus remarquables que les possibilités d’instruction des jeunes filles se limitaient alors aux cabinets de lecture, aux conférences et aux salons, sans oublier l’absence de lieu de travail personnel. En 1929, l’ouvrage de Virginia Woolf, Une chambre à soi, réaffirme une exigence, mais provoque un scandale.

  • 2 Anne Verjus, Le bon mari : une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnai (...)

11Le livre montre aussi que des femmes ont joué un rôle dans la défense de l’égalité en France, comme Olympe de Gouges défendant leurs droits politiques et publiant La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1794, ou Mary Wollstonecraft (1759-1797) en Angleterre. Travaillant comme gouvernante, elle publie en 1787 des Réflexions sur l’éducation des filles. Passionnée par la Révolution française, elle publie Défense des droits de la femme. La Révolution française a suscité de grands espoirs, car les femmes ont été actrices dans la remise en cause de l’ordre établi, mais elles ont été rapidement exclues de la vie politique et leurs droits civils ont été remis en cause, jusqu’à l’inscription de l’infériorité féminine dans le Code civil. La famille bourgeoise a enfermé la femme dans un rôle domestique sous l’autorité du « bon mari », comme l’analyse l’historienne Anne Verjus2.

12Les propos de Djamila Amrane, dans son témoignage Des femmes dans la guerre d’Algérie en 1994, « les femmes algériennes ont apporté à l’indépendance de leur pays une aide considérable », pourraient s’étendre à tous les mouvements d’émancipation de la puissance coloniale. Comme les hommes, elles ont subi les prisons, les tortures, les viols. Si les femmes ont été actrices dans les luttes pour les indépendances, elles ont été ensuite vite reléguées dans leurs rôles d’épouses et de mères, au nom de la priorité de la construction nationale. Cependant, les études les plus récentes montrent un moment de rééquilibrage dans les relations hommes-femmes.

13Le livre fait place aussi aux transformations profondes de la vie des femmes dans ces dernières décennies, dans le monde entier, transformations à replacer dans le cadre de la globalisation, des migrations internationales, sans oublier les conflits armés. Les femmes africaines s’imposent de façon remarquable dans la vie politique de leurs pays comme chefs de gouvernements ou d’États. Ainsi Ellen Johnson Sirleaf, première femme africaine à être élue présidente du Libéria en 2005. Elle s’est illustrée dans la lutte contre la corruption et cherche la réduction de la dette du pays. On peut poursuivre ici en rappelant que le prix Nobel de la paix vient de lui être attribué, ainsi qu’à Leymah Gbowee, une compatriote pacifiste, et à la Yéménite Tawakhol Karman, première femme arabe à recevoir ce prix, une militante du droit des femmes qui est le symbole du soulèvement populaire au Yémen dans le cadre du « printemps arabe ». Cela ne porte cependant qu’à quinze le nombre de femmes honorées par l’académie depuis sa création.

14Tous les domaines de la vie sociale, religion, politique, droit, vie quotidienne, guerre, sciences, art, littérature, corps, sexualité, représentations sont présents dans cette histoire mixte. L’enjeu est de transmettre et d’enseigner différemment afin, comme le suggère Michèle Perrot dans sa préface, de « faire comprendre aux filles et aux garçons d’aujourd’hui le présent parfois énigmatique de leurs relations ». Des biographies et des précisions de vocabulaire sont insérées dans les textes, cependant on peut regretter l’absence d’un index des noms propres et des noms communs. Aux bibliographies à la fin de chaque chapitre, s’ajoutent celle de la fin de l’ouvrage ainsi que des adresses de sites pour actualiser la documentation. Autre richesse incomparable de ce gros manuel : les très nombreux textes et l’iconographie, documents très souvent originaux ou peu connus, qui fournissent aux enseignants des ressources neuves et bien adaptées aux enjeux.

Haut de page

Notes

1 Dans la production française récente, notons Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, Paris, SEDES, 1999 ; Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, Paris, Armand Colin, 2003 ; Michelle Zancarini, Agnès Fine dir., Le Temps du genre, Toulouse, PULIM, 2007 ; Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, 2e éd., Lyon, ENS éd., 2007 ; Bernard Legras, Hommes et femmes d’Égypte : ive siècle avt-4e siècle après, Paris, Armand Colin, 2010.

2 Anne Verjus, Le bon mari : une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, 2010 (dans « Livres lus », Cahiers d’histoire, n°111).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud (dir.), La place des femmes dans l’histoire, une histoire mixte », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2423

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page