Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Howard Zinn, Une Histoire populaire des USA pour les ados

Éditions Au Diable Vauvert, 2010, 2 vol., 218 p. et 230 p.
Philippe Daumas
Référence(s) :

Howard Zinn, Une Histoire populaire des USA pour les ados, adapté par Rebecca Stefoff, traduit par Diniz Galhos, Paris, Éditions Au Diable Vauvert, 2010, 2 vol., 218 p. et 230 p.

Texte intégral

11492. Christophe Colomb et ses hommes débarquent sur une île des Bahamas. Les Indiens Arawak, peuple pacifique et hospitalier, les accueillent avec des chants et des cadeaux. Colomb écrit dans son journal de bord : « Ils ne portent pas d’armes et n’en connaissent pas l’usage.. Ils feraient de parfaits serviteurs… Avec une cinquantaine d’hommes, nous pourrions les soumettre et leur faire faire ce que bon nous semble… ». Massacrés, déportés, réduits en esclavage par les chercheurs d’or, les Arawak disparaissent de l’île en moins d’un siècle.

2Dès les premières lignes du premier tome, intitulé « La conquête (1492-1898) », le ton est donné : comme annoncé dans son introduction, Howard Zinn entend rompre avec l’histoire « officielle » des USA, ses mythes, ses héros, ses valeurs, son idéologie. Il montre que les Européens n’ont découvert et colonisé les Amériques que pour l’appât du gain et la recherche du profit, excluant toute volonté civilisatrice, toute générosité, toute humanité même. Cette marque originelle pèsera de manière définitive et absolue sur l’histoire du pays, de ses origines jusqu’à nos jours.

3Tout au long de ce premier volume, Howard Zinn s’applique à décrire les différents épisodes de la fondation et de l’expansion des États-Unis de manière à en privilégier la dimension sociale, donner la parole à ceux que l’histoire traditionnelle ignore le plus souvent, rendre leur importance à des faits qu’elle s’est toujours efforcée de cacher ou de minimiser. La condition des Noirs, esclaves ou affranchis, est décrite dans toute son âpreté, avec la permanence de la misère matérielle et de la haine raciale ; celle des femmes, qui ont le droit de travailler durement dans les filatures mais non celui de voter ou de s’exprimer ; celle des pauvres enfin, y compris celle des « pauvres blancs », colons misérables, ouvriers surexploités ou chômeurs, dont les espoirs de trouver fortune dans l’émigration n’ont jamais eu la moindre chance de se réaliser.

4Rompant avec les lieux communs sur les périodes les plus glorieuses de l’histoire des États-Unis, il rappelle que la conquête de l’Ouest ne s’est pas faite dans un espace vide, qu’elle a donné lieu à la destruction quasi totale des populations indiennes et de leur civilisation, et que la guerre de Sécession n’a pas été menée pour libérer les esclaves mais plutôt pour des intérêts économiques, l’extension des marchés et la modernisation des modes de production. Il met constamment en évidence le véritable moteur de cette politique, la recherche du profit, et montre comment les classes dominantes mettent en place les institutions destinées à renforcer leur pouvoir et asseoir leur domination. Mais il révèle également l’existence de multiples formes de résistance à ce pouvoir, luttes, grèves, révoltes, aussi bien dans les plantations du Sud que dans les villes du Nord, rappelant que les USA ont toujours connu ce que leurs gouvernements ont toujours voulu nier, la lutte des classes.

5Le titre du second volume, « Les conflits (1898-2006) » n’a rien d’un effet de style : tout au long du xxe siècle, la guerre est omniprésente dans l’histoire des États-Unis et en marque profondément la vie politique et économique, les rapports sociaux, les mentalités. Si l’affrontement avec le système communiste en est une justification majeure, la principale cause de ces guerres est, pour Howard Zinn, le développement d’une politique impérialiste, exigence d’un système capitaliste qui réclame toujours plus la conquête de nouveaux marchés, la mainmise sur de nouvelles ressources. Amorcée dès la fin du xixe siècle avec des guerres d’expansion territoriale au Mexique, à Cuba ou aux Philippines, elle se poursuit par l’engagement dans les deux guerres mondiales, puis par des interventions militaires dans des pays de plus en plus lointains (Vietnam, Afghanistan, Irak) et par une diplomatie omniprésente dans toutes les parties du monde. Howard Zinn montre comment la politique de tous les gouvernements des USA est sous-tendue par des intérêts économiques, comment les guerres sont le plus souvent déclenchées à partir de mensonges ou de faux prétextes (affaire du Lusitania, agression vietnamienne contre un navire US, armes de destruction massive imaginaires en Irak) et aboutissent à des avantages économiques substantiels, comme la mise en œuvre du plan Marshall ou la mainmise des compagnies américaines sur le pétrole irakien.

6Mais cette politique ne s’impose pas sans oppositions, et le xxe siècle connaît aussi aux États-Unis de graves conflits intérieurs et d’importants mouvements de contestation, dont Howard Zinn montre l’ampleur et l’impact sur la société américaine : les mouvements pour les droits civiques, contre les guerres et l’armement nucléaire, la « révolution culturelle » des années 1960-1970, montrent la permanence d’une résistance populaire à la politique des classes dominantes.

7Cependant, le bilan reste négatif. Malgré les droits conquis et les reculs d’un pouvoir oscillant constamment entre répression et concession, la situation sociale reste critique : les écarts se creusent entre les classes sociales, la pauvreté s’aggrave, les minorités ne sont pas intégrées. Howard Zinn conclut donc l’ouvrage par un appel à la jeunesse : dénoncer la guerre et la pauvreté, exiger la justice sociale et le respect du multiculturalisme, construire aux États-Unis comme partout dans le monde une nouvelle société, une nouvelle culture. Plus qu’une nécessité, c’est une urgence.

  • 1 H. Zinn, A People’s history of the United States (1492-Present), Harper & Row, 1980, 729 p., traduc (...)

8Adaptation pour un jeune public des précédents ouvrages d’Howard Zinn sur l’histoire des USA1, ces deux courts volumes sont soumis aux règles de l’exercice : présentation aérée, style épuré, appareil scientifique très réduit, priorité donnée au récit et à l’exemple sur le développement de l’analyse. Exercice périlleux qui laisse souvent l’impression d’une vision un peu schématique de l’histoire, parfois même simplificatrice, et peut donner lieu à quelques maladresses. Par exemple, on s’étonne de voir évoqué le Manifeste communiste sans le nom de ses auteurs (t. 1, p. 193), ou la révolution chinoise de 1949 sans citer le nom de Mao Zedong (t. 2, p. 74). Certaines analyses paraissent un peu hâtives, comme, par exemple, l’explication de l’entrée en guerre des USA en 1917 par les seules motivations commerciales, au détriment des craintes suscitées par la révolution russe, la participation des États-Unis aux corps expéditionnaires alliés contre l’URSS entre 1918 et 1923 n’étant pas mentionnée. Même remarque pour l’intervention en Europe lors de la Deuxième Guerre mondiale : les motivations économiques sont évidemment importantes, mais l’auteur semble mésestimer la crainte de voir l’URSS étendre sa domination sur l’Europe entière après le « tournant » de Stalingrad. D’une manière générale, au-delà de la simple exigence de « faire court » ou de simplifier l’analyse, on perçoit une tendance, notamment dans le second volume, à privilégier les facteurs économiques par rapport aux données politiques, sociologiques ou culturelles. Mais il est vrai que ce domaine exige sans doute plus que les autres la production d’une « contre-histoire ».

9Écrit dans un style alerte et souvent passionné, l’ouvrage retrace la plupart des événements à travers la vision de ceux qui les ont vécus, livrant ainsi une histoire vivante, de lecture facile et agréable, bien adaptée au jeune public. Mais la pédagogie y trouve aussi sa place, lorsque les événements le permettent. Ainsi, la crise de 1929 permet-elle de démonter les mécanismes d’un krach boursier, ou la première élection de G.W. Bush ceux d’un système électoral à la fois complexe et bien peu démocratique.

10La présentation générale de ces deux volumes ne mérite guère de critiques. L’iconographie, réduite à une image en tête de chaque chapitre, est peut-être insuffisante pour un ouvrage destiné à un jeune public. Mais les documents proposés sont souvent originaux et toujours pertinents. Si l’absence de référence aux sources et aux ouvrages universitaires paraît pleinement justifiée dans la démarche des auteurs, quelques orientations bibliographiques, évidemment limitées et adaptées au public concerné, auraient pu inciter le lecteur à approfondir certains thèmes par des lectures complémentaires. Enfin la présence d’un glossaire à la fin de chaque volume est une excellente idée, mais on peut regretter l’absence d’un index des noms propres, éventuellement enrichi de courtes biographies.

11Ces quelques réserves, qui portent essentiellement sur des questions de détails ou de pure forme, ne font que souligner s’il en était besoin la difficulté d’adapter un ouvrage d’histoire à un jeune public. Mais le pari est tenu : ces deux courts volumes offrent bien davantage qu’une simple entreprise de vulgarisation. C’est une véritable « contre-histoire » des USA qui est proposée, une rupture avec l’unanimisme de l’histoire officielle, qui en dénonce les mensonges et les silences, en démystifie les héros, et redonne vie à ceux qui en sont exclus : Indiens, Noirs, femmes, syndicalistes, pauvres, tous ceux qui, depuis les origines de ce pays, ont été maltraités, bafoués, ignorés. C’est aussi une autre conception de l’histoire qui est suggérée, par l’exemple et de manière très pédagogique, soulignant l’importance de la lutte continuelle du peuple et des forces vives de la société face à des élites préoccupées de la seule recherche du profit et du pouvoir. L’appel final à penser autrement l’histoire et la société, bien que lancé depuis plus de trente ans, reste incroyablement actuel, et on ne peut qu’inciter les enseignants de nos lycées et collèges à recommander à leurs élèves la lecture de cet ouvrage, dont ils tireront bien davantage que de simples connaissances historiques.

Haut de page

Notes

1 H. Zinn, A People’s history of the United States (1492-Present), Harper & Row, 1980, 729 p., traduction française : H. Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis, de 1492 à nos jours, trad. F. Cotton, Paris, éd. Agone, 2002, 810 p., et sa version en BD : H. Zinn, M. Konopacki et P. Buhle, Une Histoire populaire de l’empire américain, Paris, éd. Vertige Graphic, 2009, 288 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Daumas, « Howard Zinn, Une Histoire populaire des USA pour les ados », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2421

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page