Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Umberto Eco, Vertige de la liste

Paris, Flammarion, 2009, 408 p.
Jérôme Lamy
Bibliographical reference

Umberto Eco, Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009, 408 p.

Full text

1Le paradoxe de la liste réside tout à la fois dans sa familiarité pratique et dans son étrangeté théorique. Que signifie cette manière d’organiser la pensée et les actes en une suite (nécessairement) finie ? Umberto Eco propose dans son ouvrage d’interroger l’histoire de la liste ; plus exactement, il retrace les formes d’énumération et leurs évolutions au cours du temps. Nourri de représentations artistiques diverses et nombreuses, le livre s’enrichit également de larges extraits de textes servis par une présentation érudite.

2Homère constitue le point d’ancrage d’Eco. La description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, refermant quantité de scènes, témoigne d’un monde certes vaste, mais clos sur lui-même. L’objet organise une forme déictique dont l’esthétique peut se saisir. Dans le chant II de l’Iliade, c’est une autre énumération à laquelle procède Homère en évoquant l’immensité de l’armée grecque. La liste est ici ouverte et inachevée.

3Eco met immédiatement en garde le lecteur contre un schématisme trop simple qui supposerait l’énumération comme caractéristique des cultures primitives alors que la forme appartiendrait à la modernité. En fait, la liste ne cesse de réapparaître et d’envahir l’espace des représentations.

4Les tableaux de batailles, les natures mortes hollandaises ou les pullulements des œuvres de Bosch constituent quelques exemples d’énumérations figuratives quasi synecdotiques. La liste, même ébauchée, peut s’organiser en une représentation visuelle : l’éclatement des objets, des animaux, des matières qui la constituent difracte l’impression de vertige du spectateur. Dans cette perspective, Eco mobilise des auteurs qui tentent de circonscrire l’indécidable : Ovide indique ainsi qu’il ne peut évoquer toutes les Métamorphoses qu’il prend pourtant pour objet ; de même Dante avoue ne pouvoir nommer tous les anges du ciel.

5Listes de choses, obsessionnelles et inquiétantes, comme les substances maléfiques des sorcières de Macbeth, listes de lieux, comme les villes évoquant l’enfance de Marcel Proust, les énumérations versent dans la démesure et l’excès. Umberto Eco propose donc une analytique de la liste qui distingue les listes pratiques (catalogues, listes de courses…) des listes poétiques. Les premières renvoient à la forme dans leur caractère référentiel et inaltérable, les secondes envahissent la littérature pour y créer des vertiges d’énumérations grisantes. Bien sûr ces catégories ne sont pas étanches et des circulations restent possibles.

6L’énumération est régie par des règles rhétoriques empruntées à la littérature médiévale : incrementum, anaphore, asyndète, polyndète sont utiles pour décrire la constitution des listes, mais non point pour expliquer l’étourdissement qu’elles procurent. Umberto Eco tente alors de décrire les énumérations possibles : fatras des encyclopédies médiévales, collections et trésors témoignent du souci d’accumulation. La Renaissance marque une importante césure dans l’art d’entasser les choses. Le merveilleux télescope la pensée préscientifique et le surgissement des Wunderkammer témoigne de l’utopie holistes de l’effort savant.

7Le baroque se distingue par des énumérations aux « structures encyclopédiques ». Sans systématisme aucun, les listes de propriétés prolifèrent en rhizomes galopants. L’excroissance continue de Los Angeles constitue la version contemporaine de cet éclatement sans fin (ni centre) de l’architecture.

8L’origine de l’excès énumératif se situe probablement à la Renaissance : les listes rabelaisiennes débordent, se répandent et font fi des ordres et des hiérarchies. Eco distingue les listes par excès, conservant une certaine cohérence, et les énumérations sans retenue, chaotiques et débridées. Le Je me souviens de Pérec ou les monologues intérieurs chez Joyce ressortissent du premier type de listes. Le Bateau ivre de Rimbaud confine à l’« hétérogénéité absolue ».

9Le développement récent des médias de masse ainsi que l’hybris capitaliste de l’accumulation mortifère répandent les énumérations partielles dans les vitrines, les foires-expositions, les passages de commerce. La toile offre, in fine, le vertige virtuel d’une liste à l’éclectisme sans pareil. Les « réceptacles » de liste – et Eco songe ici aux bibliothèques – n’échappent pas à la quête d’énumération sans fin.

10Entre érudition foisonnante et essai historique iconoclaste, le Vertige de la liste offre une lecture originale et passionnante de l’obsession énumérative et de ses transformations. La saisie du monde à travers des listes s’avère une entreprise vouée à l’échec. La formule terminale « et cætera… » constitue, en son ouverture fragile et indécise, une tentative pathétique de tendre vers l’infini. Car par delà la variété des énumérations, c’est l’incomplétude de l’existence et son caractère fini qui organisent le paradoxe de la liste. Le beau livre d’Umberto Eco offre de nombreuses perspectives pour interroger cette quête démesurée de la totalité par l’inventaire.

Top of page

References

Electronic reference

Jérôme Lamy, « Umberto Eco, Vertige de la liste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 116-117 | 2011, Online since 01 January 2014, connection on 24 July 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2419

Top of page

About the author

Jérôme Lamy

 

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page