Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Cécile Bouju, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1968)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 360 p.
Jean-Yves Mollier
Référence(s) :

Cécile Bouju, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1968), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 360 p.

Texte intégral

1Le titre donné à cette thèse de doctorat en histoire soutenue en 2005 pose le problème de l’éventuelle spécificité d’une lecture communiste en France au xxe siècle. L’angle choisi pour répondre à cette question est pertinent : l’auteur a en effet étudié l’ensemble des maisons d’édition liées au PCF de 1920 à 1968 et elle n’a négligé aucune source importante, française ou russe. On regrettera cependant les multiples coquilles qui gênent la lecture et une bibliographie volontairement indigente pour éviter de mentionner les travaux de celui qui avait initié ce travail de recherche. Ce geste de mauvaise humeur envers un membre de son jury particulièrement critique n’aurait guère d’importance si le parti pris anticommuniste n’aboutissait à des erreurs grossières. Ainsi apprend-on que si le tome VII des Œuvres de Lénine paraît en 1928 avec le millésime « 1929 », c’est parce que « les ESI trichent » (p. 43), ce qui laisse pantois quand on se souvient que L’éducation sentimentale de Flaubert est parue en 1869 avec le millésime « 1870 » et que cette pratique est traditionnelle dans le monde de la librairie. De même, si le PCF encourage ses militants à privilégier la lecture d’extraits d’œuvres de Marx ou d’Engels, c’est forcément pour leur interdire l’appropriation des volumes intégraux (p. 53) ! Le parti-pris de Marie-Cécile Bouju frise d’ailleurs l’aveuglement quand une sociologie primaire fige les militants dans leur profession d’origine. Ainsi, Liber Cical sera défini comme ouvrier, même après avoir suivi les cours du CNAM, ce qui revient alors à faire de Maurice Thorez et, pour toute la durée de son existence, un mineur de fond. Quant aux intellectuels communistes en accord avec la direction de leur parti, ils sont systématiquement renvoyés du côté des hommes d’appareil (Léon Moussinac et René Hilsum) puisque chacun sait que seul l’écrivain en rupture de ban avec son organisation a droit au capital symbolique le plus prestigieux !

2Si l’on fait abstraction de ces défauts qui traversent tout le volume, et de l’absence très problématique d’une étude exhaustive des livres et des collections publiés dans la période de référence, de leur format, de leur prix, de leurs auteurs, on trouve dans ce travail des matériaux précieux pour reconstituer cette histoire de l’édition communiste qui ne va pas de soi. Que la SFIC-PCF ait décidé de mettre en œuvre la théorie léniniste de l’agit-prop (agitation pour les masses, propagande, au sens de diffusion et d’éducation pour les militants) prouve d’abord que la lecture était prise au sérieux et qu’elle apparaissait comme une absolue nécessité à des hommes et des femmes nourris du meilleur de la tradition du mouvement ouvrier. Que cette organisation ait subi les conséquences de son appartenance à la IIIe Internationale n’interdit nullement de penser, ni de vérifier, que, pour autant, le principe de la formation de l’homme communiste par la lecture n’a jamais été remis en cause. Des « tables de littérature » aux « prolipros », ces militants chargés de la propagande et de la diffusion, jusqu’aux « batailles du livre » des années 1950, il y eut bien, des éditions sociales internationales d’avant-guerre aux éditions sociales de l’après-1945, des « classiques du socialisme français » aux « classiques du peuple » ou du Centre de diffusion du livre et de la presse (CDLP) de 1932 au Livre club Diderot et à La Farandole, un immense effort pour faire lire et donner cet amour du livre que l’auteur dénie aux communistes (p. 80). Cela se fit en brisant des vies, en laissant des traces amères, mais pour qui a fréquenté la librairie Racine, avant que François Maspero et la Joie de lire ne la concurrencent, ou l’une des cinquante librairies du réseau de la Renaissance installées en province dans les années 1960 au prix d’un effort inouï, le bilan ne peut se résumer à cette charge assassine.

  • 1 Nathalie Ponsard, Lectures ouvrières à Saint-Étienne-du-Rouvray, des années trente aux années quatr (...)
  • 2 Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoire de lecteurs, Bellecombes-en-Bauges, Éd. du (...)

3Comme le firent remarquer à l’auteur les historiens du livre et de l’édition présents lors de sa soutenance de thèse, bâtir une histoire institutionnelle des maisons d’édition du Parti communiste français peut avoir son intérêt pour le politologue ou le soviétologue, mais le spécialiste d’histoire culturelle n’y trouvera pas son compte. On attendait en effet, de qui prétend étudier la spécificité d’une lecture ouvrière (Nathalie Ponsard à Saint-Étienne du Rouvray1) ou d’une lecture propre à un groupe (Gérard Mauger, Claude Poliak et Bernard Pudal dans leur Histoire de lecteurs2), la mise en œuvre d’une méthodologie adaptée à la problématique. L’analyse du paratexte des livres édités, de leur environnement, des méthodes choisies pour les faire connaître, du tirage des volumes, de leur diffusion aurait permis de cerner avec davantage de précision l’ambition politique du PCF. Faute d’avoir pris au sérieux les stratégies élaborées au cours des années trente, quarante, cinquante et soixante, Marie-Cécile Bouju offre un tableau qui présente trop d’ombres pour satisfaire le lecteur. En s’inspirant des enquêtes menées par Nathalie Ponsard dans la banlieue de Rouen, l’auteur aurait pu interroger un certain nombre de lecteurs, issus de couches sociales différentes et de générations qui se sont succédé dans l’organisation communiste, ce qui aurait donné de la densité à l’étude mais, dans la mesure où elle savait d’avance où la conduirait sa recherche, à la démonstration du caractère totalitaire du PCF, elle est sans doute passée à côté de ce qui fit l’originalité d’une lecture communiste entre 1920 et 1968.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Ponsard, Lectures ouvrières à Saint-Étienne-du-Rouvray, des années trente aux années quatre-vingt-dix, Paris, L’Harmattan, 2007.

2 Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoire de lecteurs, Bellecombes-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « Cécile Bouju, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1968) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2416

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page