Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Lattard, Marie-Bénédicte Vincent, Sandrine Kott, Histoire de la société allemande au XXe siècle

Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 3 vol.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Alain Lattard, Marie-Bénédicte Vincent, Sandrine Kott, Histoire de la société allemande au XXe siècle, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 3 vol.

Texte intégral

1L’histoire de l’Allemagne contemporaine s’est profondément renouvelée et de ces changements historiographiques nous n’avons, en France, qu’une maigre idée à cause du manque de traductions (et d’intérêt ?) pour ces nouvelles contributions. L’ambition des trois volumes parus aux éditions La Découverte dans la collection « Repères » est bien de faire un tour d’horizon sur ces recherches récentes, en Allemagne, mais aussi dans les pays anglo-saxons et dans une moindre mesure en France.

2L’ambition qui unifie ces trois volumes chronologiques est, comme le titre l’indique, d’offrir une lecture de la société allemande au vingtième siècle. Un premier volume consacré à la période 1900-1949 (Marie-Bénédicte Vincent) précède deux autres respectivement focalisés sur la RFA (Alain Lattard) et la RDA (Sandrine Kott) de 1949-1989. Fortement orienté vers l’histoire sociale, le découpage choisi ici ne craint pas de bouleverser les dates charnières les plus traditionnelles en étudiant sur le long terme les structures sociales et économiques, les changements qui les affectent mais aussi les immobilismes. L’ensemble, très dense, est d’un haut niveau et montre l’ampleur des recherches qui ont été menées depuis la chute du mur de Berlin, notamment pour ce qui concerne l’histoire de la République démocratique allemande. Sur cette dernière, Sandrine Kott nous offre ce qui constituera désormais l’ouvrage de référence en la matière. Synthétisant ses propres recherches tout en intégrant les acquis majeurs des publications en allemand les plus pertinentes, l’historienne n’hésite pas dès les premières pages à se démarquer de l’école « totalitaire » qui voit la RDA comme une « seconde dictature allemande » qui ne serait qu’un prolongement inversé du nazisme. Elle montre au contraire que le régime du SED s’est, certes, construit sur une forte répression, notamment pendant les premières années mais, grâce à des études locales diversifiées et approfondies, Sandrine Kott souligne également que le régime avait acquis une certaine solidité, appuyée notamment sur un certain héritage du mouvement ouvrier allemand qui n’est pas resté sans écho auprès d’une fraction importante de la population. L’étude approfondie de l’élite dirigeante et des conflits qui la traversent, tout comme les modalités de résistance au régime, ou encore l’attention portée à la dimension éducative du régime constituent d’autres points forts de cette synthèse qui montre tout l’intérêt d’être prudent lorsqu’il s’agit d’étudier les conditions de vie quotidienne des habitants de ce pays si spécifique de l’ancien bloc du « socialisme réel ».

3La même rigueur est de mise pour les deux autres volumes. Marie-Bénédicte Vincent offre un riche panorama de la société allemande à la fin du xixe siècle, abordant notamment de façon détaillée les classes dirigeantes et la paysannerie, permettant de relativiser certaines thèses courantes sur la fatalité du nazisme, tout en examinant à la lumière de l’histoire sociale la pertinence des thèses sur le « Sonderweg », la voie spécifique qui aurait déterminé la catastrophe allemande du vingtième siècle. Les mouvements ouvriers sont également présentés, en incluant tout particulièrement leur implantation sociale et culturelle, mais on pourra être surpris que l’histoire des conflictualités soit relativement peu présente. Ainsi les grèves pendant cette période sont très peu évoquées et des formes de mobilisation pendant les révolutions de 1918-1919 comme les conseils ouvriers, certes éphémères, mais qui marquèrent durablement le mouvement ouvrier allemand jusqu’au nazisme (et qui ont été réexaminées récemment par plusieurs études), n’ont pas retenu l’attention ici, tout comme certains aspects spécifiques comme les coopératives ou le milieu associatif lié au SPD ou au KPD. Il est vrai qu’en englobant toute la période 1900-1949 en un volume, on comprendra que l’auteure se soit concentrée sur le niveau de consentement au régime nazi et à la place de la société dans la « guerre totale », champs de recherches beaucoup plus dynamiques que l’histoire des mouvements ouvriers et des révolutions…

4Enfin l’histoire de la RFA, tout en reprenant des éléments déjà connus sur le « miracle » ouest-européen et le mode de relations sociales qu’il implique, mais offrant par-là même une synthèse de grande qualité, comprend également des développements originaux. On relèvera tout particulièrement l’étude des réfugiés allemands de toute l’Europe après 1945 et leur place dans le démarrage économique de la RFA, tout comme la présentation des fissures et contestations du modèle dans les années 1960, ici bien traitées à partir des luttes sociales et de l’émergence d’une nouvelle génération porteuse d’aspirations transformatrices en-dehors des modèles traditionnels de socialisation politique. Ce renouvellement se traduit notamment par l’émergence d’un fort courant écologiste, dont on sait l’influence qu’il a acquis jusqu’à nos jours dans la vie politique allemande. Les bibliographies à jour sur toute la période permettront au lecteur (de préférence germaniste !) de se reporter sans difficulté aux travaux sur lesquels ces trois ouvrages sont fondés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Alain Lattard, Marie-Bénédicte Vincent, Sandrine Kott, Histoire de la société allemande au XXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2413

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page