Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gaston de Lévis, écrire la Révolution : 1784-1795, Lettres à Pauline

Cahors, La Louve éditions, 2011, 574 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Gaston de Lévis, écrire la Révolution : 1784-1795, Lettres à Pauline, Correspondance présentée et annotée par Claudine Pailhès, Cahors, La Louve éditions, 2011, 574 p.

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble la correspondance sur plus de dix ans de Gaston de Lévis et de sa femme Pauline. Deux cent trente-six lettres qui mêlent les éléments épars d’une vie noble soucieuse de maintenir son rang et les traces de feu laissées par la Révolution, événement politique majeur qui impose son rythme et transforme les structures sociales. Cette correspondance nous donne donc à voir tout à la fois une histoire d’amour chaotique et nerveuse, en même temps que le basculement d’un monde. Claudine Pailhès, directrice des archives départementales de l’Ariège, propose, dans sa présentation, un découpage des missives de Lévis (celles de sa femme ne nous sont pas connues) qui met en exergue cette articulation du « public et [de] l’intime ». Gaston de Lévis appartient à la noblesse ariégeoise et se rattache à une grande famille du royaume. Il est élevé à Arras et très vite le goût du voyage et la curiosité le mettent en chemin. Il visite l’Allemagne à seize ans, parle plusieurs langues, joue de la musique et constitue une vaste culture (il cite Voltaire, La Bruyère et Montaigne). Les voyages suscitent toujours chez lui de l’envie et de la curiosité : en 1792, il rêve encore de Constantinople et de l’Inde. Il est passé par l’École royale d’artillerie de Douai. Sa femme appartient à une riche famille de planteurs en Martinique. Elle reçoit une éducation à l’art et fréquente les grandes familles. Le mariage est arrangé par les deux parties. Les héritages ne tardent pas et donnent une aisance financière au couple. Gaston de Lévis conseillera notamment sa belle-mère dans ses affaires. Ce portrait succinct des jeunes mariés prend de l’épaisseur dans le journal que tient de Gaston de Lévis en 1784 lors de son voyage en Prusse et en Russie. Il visite les sites naturels et les monuments ; il relate ainsi son excursion sur les sépultures de Mélanchton et Luther : « Leurs portraits peints d’après nature sont au-dessus. L’on reconnaît aisément dans les yeux de l’hérésiarque le génie qu’exige une aussi grande révolution ». Son séjour a d’abord une finalité pédagogique : il doit parfaire son savoir militaire. À cette fin, il séjourne en France dans des villes de garnisons, Metz, Chinon, Saumur et Valognes. Gaston de Lévis occupe la place de capitaine des gardes du corps du comte de Provence, le frère du roi et futur Louis XVIII. Cette position lui pèse parfois et il livre à sa jeune épouse les profondeurs de son ennui. Il écrit en juin 1786 : « Nous voici au milieu de cent personnes, au milieu de toutes les promenades, les plaisirs et les magnificences. C’est beau Chantilly, mais tu n’y es pas ». Gaston de Lévis restera le favori du comte de Provence jusqu’à ce que les divergences politiques les éloignent irrémédiablement. Précisément, la Révolution opère dans cette correspondance comme un précipité de pure politique, l’irruption et l’envahissement de la chose publique. Gaston de Lévis est député de la noblesse. Il est a priori favorable aux réformes (notamment la fin des privilèges fiscaux et le vote par tête aux états généraux). « Je crois mes idées belles et neuves, écrit-il à sa femme en mai 1790, au moins ce dont je réponds, c’est qu’elles ont un air de grandeur qui pique, on peut les accuser d’être gigantesques, mais certes point d’être plates ». Siégeant à l’Assemblée nationale, il s’oppose à la Déclaration des droits et défend un « Décret de paix au monde ». C’est un proche de Mirabeau et un défenseur de la monarchie constitutionnelle. Un mouvement politique s’esquisse entre l’orateur, le prince et le jeune noble pour envisager un nouveau gouvernement, mais l’affaire est sans lendemain. Les dissensions avec le comte de Provence sont de plus en plus fortes et, dans le même temps, de Lévis craint la Révolution. Il abhorre Robespierre tout particulièrement : « Une [société fraternelle] surtout (celle des Indigents) dont le nom effrayant à l’air d’une mauvaise plaisanterie mais n’est malheureusement que trop réel, dirigée par monsieur Robespierre, a de redoutables principes : ils annoncent ouvertement la républicanisme, etc., etc. ». Lorsque Pauline, son épouse, semble appeler une certaine égalité dans leur couple, il lui rétorque : « j’ai trouvé dans vous une idée d’égalité chimérique, de liberté hors de nature, enfin un petit Robespierre femelle ». Finalement Pauline de Lévis part avec sa mère en décembre 1790 : son mari tient à ce qu’elles séjournent en Angleterre. Elles s’en tiennent à Tournai, avant finalement de franchir la Manche en mai 1791. Les deux femmes vivent sous la protection de quelques connaissances de Gaston de Lévis (dont le comte de la Luzerne, ambassadeur de France). Resté en France, il relate les événements révolutionnaires : le 20 juillet 1791, il écrit ainsi à sa femme que « le drapeau rouge est arrivé au Champ de Mars, à peine est-il entré que la canaille qui remplissait les glacis qui forment le cirque ont jeté des pierres et tiré des coups de pistolet sur la garde nationale, elle a répondu d’abord en tirant en l’air, à la fin, elle a fait feu tout de bon ». Réfractaire à l’idée de « républicanisme », il s’éloigne de la chose publique. Finalement, c’est du côté des émigrés et des armées étrangères qu’il se range avec une certaine réticence (son entrée dans les troupes n’est d’ailleurs pas aisée). Mais sa femme lui rappelle, semble-t-il, à plusieurs reprises, que pour tenir son rang social il doit être au côté de la noblesse et des princes européens. Il participe à la campagne de Champagne et nous décrit Valmy « du haut d’un moulin à vent ». Il retourne en Angleterre, participe à l’épisode désastreux et pitoyable du débarquement à Quiberon pendant l’été 1795. Le couple est de retour en France après le 18 brumaire. Mais, la correspondance s’est arrêtée en décembre 1795. L’on sait que Gaston de Lévis fera une carrière littéraire et accédera à l’Académie française sous la Restauration.

2Archives inédites et fascinantes, ces lettres nous donnent à voir la trajectoire d’un noble, proche du pouvoir, ouvert aux idées neuves tant qu’elles ne remettent pas totalement en cause l’ordre du monde dans lequel il est et dont il profite. Opposé à la République, de Lévis n’est pas pour autant un contre-révolutionnaire acharné ; de plus ses désirs politiques évoluent, de l’immersion totale à la distance puis au renoncement. Le politique et l’intimité se croisent en quelques lignes dont l’intensité révèle l’accélération des changements et la puissance des résistances. La transformation du monde est un syntagme qui engramme des définitions multiples et, in fine, contradictoires pour les acteurs engagés. Gaston de Lévis rêvait d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise. Il combat l’idée républicaine ; dans le même temps et sans quitter sa classe sociale, il s’est aliéné les partisans d’un strict retour à l’avant-Révolution. Ce sont ici les formes politiques désirées et contrariées qui s’affrontent, dans le murmure sourd des vies précipités par l’urgence de l’événement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Gaston de Lévis, écrire la Révolution : 1784-1795, Lettres à Pauline », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2409

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page