Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jacques Rossiaud, L’amour vénal : la prostitution en Occident (XIIe-XVIe siècles)

Paris, Aubier-Flammarion, 2010, 384 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Jacques Rossiaud, L’amour vénal : la prostitution en Occident (XIIe-XVIe siècles), Paris, Aubier-Flammarion, 2010, 384 p.

Texte intégral

  • 1 Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988, 286 p.
  • 2 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvie siècle, Paris, Aubier-Fla (...)

1L’ouvrage de Jacques Rossiaud nous invite à une exploration du monde de la prostitution médiévale occidentale. Cet historien médiéviste est l’auteur d’un premier ouvrage consacré à la prostitution en 19881. Dans l’introduction du présent ouvrage, il replace l’histoire des prostituées dans le cadre des études sur les marginaux : vagabonds, lépreux, sodomites. Cette approche est centrale dans son travail. Il nous invite à considérer la pluralité des systèmes normatifs2. Ainsi, les territoires de la norme et de la marginalité ne constituent pas deux mondes distincts mais plutôt deux polarités entre lesquelles s’étendent de larges zones indécises. D’autre part, il y a le poids de la pastorale ecclésiastique. Comment les laïcs recevaient-ils ces discours ? De plus, certaines infractions aux normes peuvent bénéficier d’une tolérance tacite, car elles ne remettent pas en cause des interprétations sociales de valeurs fondamentales.

  • 3 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 43
  • 4 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 129

2Les trois premiers chapitres sont consacrés à la situation de la prostitution dans le cadre médiéval et dans le contexte de la morale sexuelle, et enfin à sa place dans la société à travers ses structures et acteurs. L’auteur souligne que l’adultère dans le cadre de l’union légitime est plus grave que la relation sexuelle tarifée. De ce point de vue, la prostitution selon le dogme augustinien est un mal nécessaire. Elle est jugée d’une gravité moindre qu’un adultère ou une sodomie. L’ouvrage tente de prendre en compte la diversité des situations : Midi de la France, villes italiennes… Partout, la volonté réglementariste semble dominer : la prostitution est intégrée à Lucques en 1348, Venise 13583. Les mesures prohibant la prostitution sont peu efficaces. Comme il est indiqué, en prenant le cas d’Avignon en 1243, on se borne à interdire les jeux de hasards dans les bordels. De même, l’auteur note l’existence de bordels publics, qui seront pour certains supprimés au xvie siècle, par exemple, à Orléans, en 1560. Au plan de la rigueur morale, Jacques Rossiaud remarque un tournant au xvie siècle. Le mal de Naples, la syphilis, est vu comme une peste répandue par les luxurieux. Les discours sur la fin des temps se répandent comme l’illustrent les tourments de Girolamo Savonarole ou de Martin Luther. Des signes distinctifs doivent donc permettre de désigner la prostituée à tous. À Venise, l’institution « Casa delle zitelle » a pour but la prévention de la prostitution chez les adolescentes. L’idée est d’en corriger les abus. De fait, les pratiques prostitutionnelles ont crû durant trois siècle, et ceci jusqu’au xve siècle ; les citadins ont visiblement accepté le fait. D’une part, il faut prendre en considération le statut de la femme par rapport à l’homme : elle doit être soumise. Enfin, aux xiie et xiiie siècles, il y a une réhabilitation du corps et du naturel. Seuls les rapports contre nature relèvent d’un interdit fondamental. Jacques Rossiaud note que l’âge tardif au mariage pose un problème en ce qui concerne l’idéal de virginité. On note l’existence de concubinages, et en matière d’adultère, il faut souligner la modération des officialités. La prostitution doit répondre au désir d’une population diverse. L’auteur distingue l’existence d’une prostitution errante dans les bourgs et villages. Il étudie l’existence d’activités prostitutionnelles dans les auberges ou tavernes. Les bains publics et étuves sont aussi des lieux de prostitution, situation illustrée ici par le cas de Hambourg en 1375. Enfin, les maisons de prostitution sont prises en main par les autorités urbaines : au xve siècle, à Florence, la femme est inscrite sur un registre. Il y a quatre formes de prostituées : merétrices publiques, cantonnières ou filles des rues, femmes amoureuses et entretenues. Pour le ruffian ou souteneur, l’exploitation de la prostitution est surtout un complément. Les bordels contribuent aux ressources des villes. Jacques Rossiaud souligne la volonté des conseillers dijonnais d’astreindre les filles de joie à la taille4.La prostitution est une source de revenu pour le trésor public à Avignon en 1337-1358. Concernant l’espace public, les lieux de prostitutions doivent se cantonner aux faubourgs, hors des limites du territoire urbain, stricto sensu. Pourtant, il y a évolution dans le temps car les faubourgs intègrent les villes.

  • 5 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 149
  • 6 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 210
  • 7 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 211- (...)

3Les trois chapitres suivants sont consacrés aux vécus de prostituées : cheminement, métier et parfois réussites vénales avec une partie sur le cas spécifique de la sodomie. Comment accédait-on à l’état de prostituée ? Au-delà des présupposés mis en avant sur l’aspect lubrique des femmes, du fait de leur nature spécifique, les chemins de la prostitution passaient par le célibat : il y avait une proportion importante de femmes seules parmi les prostituées et la misère faisait bon ménage avec la débauche. Les servantes étaient aussi parfois exploitées sexuellement5. Il faut ajouter aussi le cas des viols, la femme déshonorée devenant parfois prostituée. Jacques Rossiaud aborde aussi l’hypothèse d’un choix délibéré de la prostitution ; notamment, il souligne qu’elle peut constituer une alternative à la soumission à la famille. Les lieux du métier sont hétérogènes : habitations individuelles, hôtels, ruelles, boutiques. La prostituée doit aussi susciter le client et on distingue des attitudes spécifiques. Nous pourrions dire des rituels de racolage. Les inaptitudes au travail relèvent de mesures médicales et hygiéniques. La prostituée ne peut pas travailler pendant ses règles, en cas de maladies et de grossesse. Le dernier cas est envisagé très exceptionnellement, car les femmes vénales sont supposées stériles. Certaines prostituées finissent par se marier. Ceci n’est pas sans occasionner des réticences : en 1381, les statuts de la grande boucherie parisienne interdisaient aux apprentis d’épouser une femme qui fût une fille publique6. Parfois, certaines filles se repentent : à Paris, en 1206, est fondée une communauté à cette fin. Ainsi naîtra l’ordre des filles-Dieu, soumises à la règle de Saint Augustin7. Le prix d’une relation sexuelle varie beaucoup : à Nuremberg, le salaire d’un journalier est de 8 à 9 pfennigs et ceci correspond à l’équivalent de 3 ou 4 passes. Globalement, la fornication simple est donc accessible même aux plus humbles.

  • 8 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 221
  • 9 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 246
  • 10 John Boswell, Christianisme tolérance sociale et homosexualité : les homosexuels en Europe occident (...)

4Jacques Rossiaud entrevoit également la réussite de certaines prostituées : certaines de ces femmes accèdent à une forme de dignité. Faut-il distinguer plusieurs niveaux dans la prostitution ? En 1450 à Dijon, comme le mentionne l’auteur, Jeanne Saignart est la maîtresse de confortables étuves et de grands personnages fréquentent ses bains8. L’auteur cite aussi des noms de courtisanes célèbres comme Lucrèce en 1503 à Rome ou Tullia d’Aragon, fille d’une courtisane et du cardinal Louis d’Aragon, ou Louise Labé à Lyon. Cette dernière fut courtisane et rédigea des sonnets littéraires.9 L’inclusion de l’homosexualité s’explique dans le cadre d’une étude sur la prostitution, par son rejet et son intégration dans la cité. L’homosexualité ou la sodomie est une autre forme de marge pouvant être abordée parallèlement dans ce cadre-ci. Jacques Rosssiaud souligne ce que d’autres chercheurs, John Boswell particulièrement, ont montré. On passe d’une relative tolérance de fait au haut Moyen âge, à une plus grande attention judiciaire vers le milieu du xiiie siècle10. Cependant, comme il le remarque, les procès aux xive et xve siècles dépassent souvent la simple sodomie. L’auteur mentionne des faits de prostitution homosexuelle, notamment à Florence au xve siècle. Sa mention de la sodomie hétérosexuelle est pertinente dans une société médiévale qui considère la sodomie comme un acte et non comme une nature définissant certaines personnes.

5À travers l’étude de la prostituée dans la cité, on peut constater la progressive intégration de la prostitution dans la ville. L’infamie légale définit des comportements dégradants et elle rend la femme qui est atteinte par cette notion, non crédible au plan du témoignage judiciaire. Les prostituées comme les juifs sont concernés. Au début du xive siècle, certaines chartes urbaines protègent les prostituées comme la charte lyonnaise de 1305. Ces femmes deviennent sujettes de droit. Néanmoins, les prostituées de rue sont souvent des femmes vivant dans la détresse et pratiquant le chapardage.

6Il s’agit d’une étude socio-historique solide qui dresse un panorama fort complet à partir d’angles multiples. On reste cependant sur sa faim en ce qui concerne l’étude de la prostitution en termes de genre. Même si l’auteur donne parfois des éléments, sur ce que cache de la condition féminine, la situation des femmes vénales à l’époque médiévale en Occident.

Haut de page

Notes

1 Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988, 286 p.

2 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvie siècle, Paris, Aubier-Flammarion, 2010, p. 16

3 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 43

4 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 129

5 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 149

6 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 210

7 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 211-212

8 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 221

9 Jacques Rossiaud, Amours vénales : la prostitution en Occident, xiie-xvisiècle, op. cit., p. 246

10 John Boswell, Christianisme tolérance sociale et homosexualité : les homosexuels en Europe occidentale, des débuts de l’ère chrétienne au xive siècle, Paris, Gallimard, 1985, 521 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Jacques Rossiaud, L’amour vénal : la prostitution en Occident (XIIe-XVIe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2407

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page