Navigation – Plan du site
FILMS ET RÉALISATIONS AUDIOVISUELLES

Christine Le Goff et Gary Glassman, Les cathédrales dévoilées

DVD Arte-France, 2011, 90 min.
Philippe Daumas
Référence(s) :

Christine Le Goff et Gary Glassman, Les cathédrales dévoilées,DVD Arte-France, 2011, 90 min.

Texte intégral

1Le titre surprend, inquiète même un peu : que peut-on encore dévoiler des cathédrales, qui ont déjà fait l’objet de tant d’ouvrages et de réalisations audiovisuelles ? L’enquête de Christine Le Goff et Gary Glassman porte en fait sur cinq cathédrales gothiques, localisées dans la moitié nord de la France. Ce choix ne doit rien au hasard : les cinq édifices ont en commun d’avoir récemment fait l’objet d’importants chantiers de restauration qui ont favorisé de nouvelles recherches. La pose d’échafaudages permettant d’atteindre des lieux habituellement inaccessibles, les opérations de démontage, grattage ou nettoyage menées à l’intérieur comme à l’extérieur des monuments, alliées à la mise en œuvre des techniques les plus modernes de mesure et de traitement des données, ont permis à des équipes pluridisciplinaires de faire des découvertes surprenantes et de formuler des hypothèses totalement originales.

2Ce sont les travaux de ces chercheurs qui sont présentés ici, avec un souci de la pédagogie et un sens artistique qui en font une incontestable réussite. L’apport des techniques nouvelles est présenté de manière simple, vivante, et souvent impressionnante. Ainsi, l’utilisation du scanner-laser pour prendre des mesures extrêmement précises et complètes d’un édifice, puis sa reconstitution intégrale sur ordinateur, ont permis de mettre en évidence sur les piliers du transept des cathédrales de Noyon et Amiens des déformations de quelques centimètres à peine. L’analyse de ces mesures montre qu’à Noyon les arc-boutants ont été construits pour remédier à cette déformation et empêcher l’effondrement de la nef, donc postérieurement au chantier initial. À Amiens, les arc-boutants existants ont été doublés pour la même raison, les premiers ayant été appliqués trop bas pour contenir correctement la poussée des voûtes. Les simulations sur ordinateur de l’accentuation de ces déformations, comme de l’effondrement qui a pu être évité, sont spectaculaires et très convaincantes.

3L’apport des analyses chimiques effectuées sur les différents matériaux des cathédrales est également considérable. L’identification des pierres à partir de leur composition moléculaire permet non seulement d’en situer la provenance et de reconnaître les artisans qui les ont travaillées, mais aussi d’expliquer certaines évolutions dans la conception des édifices. On apprend ainsi qu’à Notre-Dame de Paris, c’est la découverte de carrières d’un calcaire plus dense et plus résistant qui a permis la construction de décors plus fins et plus détaillés, notamment pour l’ossature des grandes rosaces. De même, l’étude des pierres entassées dans les dépôts lapidaires, en particulier à Beauvais, a permis de retrouver leur place dans l’édifice et d’en reconstituer la physionomie d’origine. Les mêmes techniques d’analyse s’appliquent à tous les autres matériaux utilisés pour la construction des cathédrales : bois, métaux, vitraux, enduits, peintures, et les résultats nous instruisent aussi bien sur les techniques utilisées par les artisans que sur l’organisation des chantiers et la conception des édifices. Ainsi, des enduits de décoration retrouvés à Chartres à l’extérieur de l’édifice ont été reconnus identiques et contemporains de ceux mis à jour à l’intérieur, ce qui accrédite l’idée d’une cathédrale entièrement décorée dès l’époque de son édification.

4Ces quelques exemples ne donnent qu’un aperçu de l’intérêt des recherches entreprises à l’aide de ces techniques nouvelles et dont l’avenir semble très prometteur. Mais l’enquête ne se limite pas à cette présentation. Elle est aussi l’occasion de rappeler les caractères fondamentaux de l’architecture gothique. L’accent est mis non seulement sur les structures et leur évolution au cours des xiie et xiiie siècles, mais aussi sur l’esprit qui animait les bâtisseurs des cathédrales et leur rapport à la foi chrétienne. On y retrouve bien sûr l’aspiration à l’élévation et la recherche de la lumière, mais aussi (et ici encore grâce à la précision des mesures au scanner-laser) l’utilisation dans les dimensions et les proportions de nombres symboliques, tirés notamment de la référence à la « Jérusalem céleste ».

5Il faut enfin rendre hommage à la qualité des images, souvent impressionnantes, qui mettent remarquablement en valeur la beauté des édifices. Tout au plus pourra-t-on regretter un usage parfois excessif de l’objectif grand-angle qui privilégie l’effet spectaculaire au détriment d’une restitution fidèle des proportions et de la perspective. Il n’en reste pas moins que le grand mérite de cette réalisation est de concilier qualité esthétique et richesse documentaire. Sa clarté pédagogique permet son utilisation par les enseignants de lycée ou même de collège, mais elle s’adresse aussi à un public plus large, intéressé par l’histoire de l’art, par la période médiévale, ou encore par l’évolution de la science historique dont elle porte un vivant témoignage. Dans un ensemble de productions déjà de grande qualité, c’est encore une très belle réalisation à l’actif d’Arte-France et de ses auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Daumas, « Christine Le Goff et Gary Glassman, Les cathédrales dévoilées », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2405

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page