Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quelle place aujourd'hui ?

La Bourse du travail de Bastia: la construction d’un « non-lieu de mémoire »?

Pierre Bertoncini
p. 147-162

Résumé

L’article prend appui sur l’analyse de quatre temps forts de l’historiographie corse des trente dernières années : Le Mémorial des Corses, L’Encyclopaedia corsicae, L’Atlas ethnohistorique de la Corse et Le Dictionnaire historique de la Corse. Il apparaît que le terme « Bourse du travail » n’apparaît qu’exceptionnellement dans leurs pages. Plus généralement, la place attribuée à l’histoire du syndicalisme dans chacune de ces sommes a été identifiée en elle-même puis comparée. L’article montre ensuite comment des mémoires diverses liées au syndicalisme cohabitent aujourd’hui dans l’île. Il présente le résultat d’une série d’entretiens réalisés auprès de militants des principaux syndicats de salariés de l’île, ainsi que de partis politiques liés historiquement au mouvement ouvrier. L’article cherche à évaluer dans quelle mesure la Bourse du travail, intégrée à une histoire sociale française qui oublie cette institution, dans une île où l’historiographie et la vie politique sont marquées par la lutte entre légitimistes français et nationalistes corses, est un objet qui peut être qualifié de « non-lieu de mémoire ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Bastia, Corse, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fernand Pelloutier, Histoire des Bourses du travail, Paris, Alfred Costes, 1921.
  • 2 Par exemple, Pierre Bertoncini, « Mémoires militantes corses dans le Niolu », Ethnologie française, (...)
  • 3 Pierre Bertoncini, Le tag en Corse, analyse d’une pratique clandestine, Paris, L’Harmattan, 2009, p (...)
  • 4 Alban Bensa, « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », dans Alban Bensa et Daniel Fabre (...)
  • 5 Agnès Callu, « Le Mai 68 des historiens », 1968, un événement de paroles, subjectivité, esthétique, (...)
  • 6 Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime, objets, publics, autorités, Paris, L’Harmattan, 2007 (...)
  • 7 P. Pesteil, « L’ethnologue au risque de la tutelle, une discipline sous le couvert de la société ci (...)
  • 8 Philippe Joutard, La Légende des camisards, une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.
  • 9 Marie-Claire Lavabre, Le Fil rouge, Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fonda (...)
  • 10 Je leur renouvelle ici mes remerciements pour le temps qu’ils m’ont accordé.

1Ce n’est pas une histoire de la Bourse du travail de Bastia depuis le temps décrit par Fernand Pelloutier1 qui sera présentée ici. Depuis quelques années, nous avons entamé l’analyse des processus de sélectivité de la mémoire sur le terrain corse et notre approche de la Bourse de Bastia s’inscrit dans cette perspective2. Une première recherche sur les graffitis syndicaux corses a déjà été réalisée3. On sait que « l’expérience sensible du lieu passe par la mise en avant d’une matière. En la touchant, on touche le passé, on en a la preuve. Encore faut-il qu’elle soit administrée4». Comment les historiens évoquent-ils la Bourse du travail de Bastia ? Quelle mémoire de ce petit bâtiment fermé en 2009 a-t-elle été transmise ? Ne disposant pas d’une étude sur l’historiographie insulaire écrite selon la méthode élaborée par Agnès Callu5, on cherchera simplement dans les synthèses les plus marquantes ce qui est écrit depuis trente ans sur la seule Bourse du travail de l’île. Dans le paysage universitaire marqué par des enjeux idéologiques liés à la question nationale corse6, tandis que continuait d’exister le Centre d’études corses d’Aix-en-Provence, cette période est marquée par la réouverture de l’université Pascal Paoli dont les axes de recherche en sciences humaines et sociales sont peu concernés par la question sociale7. La présentation des résultats de ce « carottage ciblé » sera suivie par celle d’une enquête de terrain inspirée par l’étude de la transmission de la mémoire des camisards8ou de celle des militants communistes9. On a interrogé à cet effet des militants expérimentés des principaux syndicats de salariés de l’île10 mais aussi de partis liés au mouvement ouvrier au sujet de la Bourse du travail. On verra comment, parallèlement, des mémoires diverses liées au syndicalisme cohabitent. Les effets de distorsion entre les faits et les représentations seront analysés. On établira également s’il y a des divergences ou convergences de points de vue entre les discours académiques et militants. Ainsi, on mettra en lumière quels freins font que la Bourse du travail de Bastia est une institution laissée dans l’oubli.

La Bourse du travail de Bastia dans l’historiographie

La Bourse du travail de Bastia et Le Mémorial des Corses11

  • 11 Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses, éditions méditerranéennes du Prado, Marseille, 1983
  • 12 études corses, n° 1, 1973.
  • 13 Francis Pomponi, « Histoire moderne et contemporaine, orientation de recherche à l’Université de Pr (...)
  • 14 Francis Pomponi, « Le temps des décrets lois », dans Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses(...)
  • 15 Ange Rovere, « La bataille du rail », dans Francis Pomponi dir., Le Mémorial des Corses, tome 5, Aj (...)
  • 16 Ange Rovere., ibid., p. 239.

2L’entreprise du Mémorial des Corses a été dirigée par Francis Pomponi, alors professeur à l’université d’Aix-en-Provence. On se penchera ici sur les tomes 3, 4 et 5 qui concernent la période contemporaine, ainsi que sur le sixième qui, thématique, traite des « Corses à l’extérieur ». Rappelons que dans le numéro programmatique de la revue pluridisciplinaire études corses12, dont nombre d’auteurs se retrouvent dans l’entreprise aboutie une décennie plus tard du Mémorial, il n’y avait nulle évocation du syndicalisme13. Les tomes 3, 4 et 5ne comprennent pas de référence à la Bourse du travail ou au syndicalisme dans leurs tables des matières. Au tome 4, on trouve néanmoins une information précise. Au moment où, en 1934, la crise économique frappe, « le 15 avril, répondant à la convocation de l’Union départementale des syndicats confédérés, quelque trois cents agents des services publics en activité ou retraités assistent à un meeting qui se tient à Bastia, à la Bourse du travail14 ». Dans le tome 5, apparaît la chronique du « mouvement revendicatif 1959-1967 ». Dans la description des conflits liés à la survie du chemin de fer, Ange Rovere15 évoque « une prise de position des secrétaires de la CGT et de FO » en 1972. On peut lire également, pour la fermeture de l’usine de Canari, que la CGT y était majoritaire16.

  • 17 A. Olivesi, « Une participation active à la vie politique et syndicale », dans Francis Pomponi (dir (...)

3Le tome 6 voit apparaître le mouvement syndical dans ses titres. Il s’agit du texte qu’Antoine Olivesi17 a écrit au sujet des Corses de Marseille durant la IIIe République : la participation des Corses au mouvement syndical est évoquée pour les différentes périodes.

  • 18 G.-M. Arrighi et M.-J. Vinciguerra dir., Le Mémorial des Corses, tome 7, Ajaccio, Albiana, 1999.
  • 19 B. Biancarelli, « Mouvements sociaux, un corps qui bouge », dans G.-M Arrighi et Vinciguerra M.-J. (...)
  • 20 B. Biancarelli, Ibid., p. 142.

4En 1999, sort le tome 7 du Mémorial des Corses18. Avec une équipe d’auteurs renouvelée, est proposé un bilan des vingt dernières années du siècle. Le social apparaît dans cinq pages. L’article est écrit par un des responsables de la maison d’édition19. L’introduction est une sorte de justification qui s’achève ainsi : « La Corse des années 1990 est sans aucun doute marquée par l’émergence d’une contestation sociale parfois masquée par les enjeux politiques, parfois les dépassant20 ». Après un préambule énonçant « une contestation sociale multiforme », la synthèse comprend trois parties. Les deux premières sont une chronique des mouvements sociaux les plus importants avec un zoom sur les conflits sociaux de 1989 et 1995. La troisième partie concerne la « revendication sociale et politique ». Elle se concentre sur l’évolution des seuls syndicats nationalistes de la CSC au STC. La Bourse du travail n’est pas évoquée. Le panorama syndical de l’île proposé se résume aux syndicats nationalistes. Les autres voient leurs noms cités avec rareté.

La Bourse du travail de Bastia et l’Encyclopaedia corsicae21

  • 21 Encyclopaedia corsicae, éditions Dumane, Bastia, 2004.
  • 22 Raphaël Lahlou, « Chronique d’une relation difficile : la Corse et la Troisième République (1870-19 (...)

5Parmi les sept volumes de L’Encyclopaedia corsicae, les deux qui concernent l’anthropologie n’offrent pas d’entrée sur le syndicalisme. Le cinquième concerne l’histoire contemporaine. Raphael Lalhou évoque la grève des cheminots de 1901. Selon lui, avant 1914, il y a « 14 syndicats, plus exactement de petites structures corporatistes22 ». L’histoire écrite dans L’Encyclopaedia est sans Bourse du travail et est rarement faite par les syndiqués. La lecture du titre du tome 6, « Droit, économie et politique », permettait de penser possible que le syndicalisme apparaisse dans ses colonnes. Mais rien n’est dit sur l’organisation du monde du travail. Les conflits sociaux sont totalement évités. Ainsi, la Bourse du travail et le syndicalisme sont des sujets qui ne sont pas du tout ou que très brièvement traités dans L’Encyclopaedia corsicae.

La Bourse du travail de Bastia et L’Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003)23

  • 23 Georges Ravis-Giordani (dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003), éditions du CTHS, 200 (...)
  • 24 Jean-Paul Pellegrinetti, Ange Rovere et M.-P. Valli, « Le Mouvement syndical (1871-1989) », dans Ge (...)

6L’Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003) est un travail collectif dirigé par l’ethnologue Georges Ravis-Giordani. À l’équipe de la première version du Mémorial des Corses, avec l’Association des chercheurs en sciences humaines (domaine corse), une nouvelle génération de chercheurs s’est jointe à G. Ravis-Giordani et à F. Pomponi. L’Atlas se décompose en 90 doubles pages. Une d’entre elles concerne explicitement le syndicalisme24. Sur les trente dernières années, à la différence du choix fait par B. Biancarelli, le conflit de 1995 n’est pas évoqué. C’est 1989, « le plus gros conflit de toute son histoire », animé par le trio CGT, FO, FEN qui est décrit avec précision. Autre différence notable : le sigle du STC ainsi que celui des syndicats étudiants présents à Corte n’apparaissent jamais dans l’article. On trouve des informations jusque-là inédites dans les sources consultées sur la Bourse du travail de Bastia : « En 1907, notamment, une Bourse du travail, affiliée à la Confédération générale du travail voit le jour à Bastia. En 1912, cette dernière, qui manifeste des tendances révolutionnaires et antimilitaristes, regroupe les syndicats des ouvriers du port, des ébénistes, des travailleurs du chemin de fer, des ouvriers des PTT, de l’usine d’extraits tanniques de Casamozza, des employés et ouvriers du domaine de Casabianda et des journaliers de Porto Vecchio. Ces syndicats représentent, en 1912, près de 600 adhérents ». Ainsi, à partir de 1912, il semble que la Bourse ait cessé d’exister.

  • 25 Ange Rovere, « Chemin de fer de la Corse, 1855-2002 », dans Georges Ravis-Giordani (dir,) Atlas eth (...)

7L’Atlas comprend quelques autres évocations du monde ouvrier. L’article consacré au « Chemin de fer25 » indique comment les cheminots s’organisent syndicalement et luttent avant 1914.

  • 26 Marianne Lefèvre, « Le nationalisme corse des années 60 à aujourd’hui » dans Georges Ravis-Giordani (...)

8Dans les deux pages consacrées au sujet, « Le nationalisme corse, des années soixante à aujourd’hui26 », on peut lire que « le Sindicatu di i travagliatori corsi (STC), qui prône la « corsisation des emplois » et la « préférence nationale », se développe. Le STC est présenté comme une structure nationaliste corse alliée objectivement à des partis de droite, distincte de celles qui font l’histoire du syndicalisme.

La Bourse du travail de Bastia et Le Dictionnaire historique de la Corse27

  • 27 Antoine-Laurent Serpentini dir., Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, éditions Albiana, 20 (...)

9Dirigés par le professeur de l’université de Corse, Antoine-Laurent Serpentini, 139 auteurs ont rédigé les centaines de notices du Dictionnaire historique de la Corse. Les entrées, si elles suivent souvent une logique biographique, sont régulièrement thématiques. On peut certes reconnaître quelques signatures figurant dans L’Atlas ethnohistorique, mais les chercheurs qui apparaissent pour cet ouvrage sont le plus souvent rattachés à l’université de Corse.

  • 28 Jean-Paul Pellegrinetti, « Syndicalisme et grèves (1871-1940) », in A.-L. Serpentini (dir.), Dictio (...)
  • 29 Antoine-Laurent Serpentini (dir.), op. cit., p. 920.

10Il n’y a pas d’entrée pour « Bourse du travail ». Si on ne trouve pas de « grève générale », le mot « grève » renvoie le lecteur à la notice « Syndicalisme et grèves (1871-1940) ». Sur la Bourse du travail, Jean-Paul Pelegrinetti écrit : « En 1907, une Bourse du travail voit le jour à Bastia regroupant les syndicats des ouvriers du port, mais également ceux des ébénistes, des travailleurs du chemin de fer, des ouvriers des postes, télégraphes et téléphones, des ouvriers de l’usine d’extraits tanniques de Casamozza, des ouvriers et des employés du domaine de Casabianda et des journaliers de Porto Vecchio. Tous ces syndicats représentent en 1912 près de 600 adhérents. De 1900 à 1914, à l’appel de certains syndicats, des grèves éclatent dans le département afin d’obtenir des augmentations de salaires et des diminutions d’heures de travail quotidien28 ». Le contenu de la notice reprend donc la synthèse que l’universitaire de Nice avait présentée dans L’Atlas ethnohistorique de la Corse. Il les complète par d’autres informations qui enrichissent la description du mouvement syndical corse jusqu’en 1940. Il est à noter qu’on ne trouve pas d’entrée pour « CGT » et que l’on trouve des informations sur le « sindicato » de l’époque génoise29, mais aucune sur le STC.

11On a consulté quelques notices liées au mouvement ouvrier. La Bourse de la rue San Angelo a été baptisée du nom d’émile Reboli ; présenté sur la plaque encore visible de la façade comme « Résistant secrétaire de la CGT clandestine - Mort en déportation le 17-09-44 ». Sylvain Gregori signe ce texte dont le tiers seulement concerne la vie d’E. Reboli avant la guerre. On apprend qu’il était « responsable CGT du syndicat du bâtiment ». Aucune mention de la Bourse n’est donnée dans les autres biographies de militants identifiées.

12L’investigation menée dans une sélection d’ouvrages de l’historiographie corse récente permet donc de constater que la Bourse du travail, en tant que bâtiment ou institution, est très peu documentée. à l’exception d’une allusion faite par Francis Pomponi, un seul autre auteur, l’historien Jean-Paul Pellegrinetti, l’évoque. Aucune image, aucun document n’apparaissent pour la période depuis sa naissance, située par les auteurs en 1907. L’histoire de la Bourse du travail s’intègre dans celle du syndicalisme en Corse. Là aussi, le nombre de signes accordés à cette partie de l’histoire sociale est très faible. C’est à partir des années 1980, temps contemporains à la rédaction des ouvrages consultés, que la description des mouvements sociaux devient plus riche. Une césure nette apparaît dans le traitement des données. Existe alors une historiographie, si ce n’est favorable à la CGT, du moins bien documentée à son sujet. D’un autre côté, apparaît une historiographie pour laquelle la naissance du STC en 1984 est le grand moment de l’histoire syndicale corse. On retrouve là l’expression de la dualité d’interprétation de l’histoire corse observée de façon générale par Jean-Louis Fabiani.

La Bourse du travail dans la mémoire militante

13Des entretiens ont été réalisés avec des militants ou anciens militants de structures syndicales et politiques qui peuvent être considérées comme les héritières du mouvement ouvrier. Les personnes rencontrées, une seule fois dans la majeure partie des cas, sont Jean Bertoncini, ancien secrétaire général de l’Union départementale de FO de la Haute-Corse, Louis Meria, ancien responsable (S2) du SNES de la Haute-Corse, Didier Ramelet, secrétaire national de la Manca naziunale, Ange Tomei, ancien responsable de la CGT, ancien adjoint au maire communiste de la ville de Bastia, Pascal Vivarelli, ancien secrétaire départemental du SGEN-CFDT de Haute-Corse, Jean Brignole, secrétaire national du STC. L’ensemble s’achève par un court échange réalisé avec le militant ouvrier d’avant 1939, Léo Micheli.

La Bourse du travail dans la mémoire de Jean Bertoncini

14Postier, il organise l’union locale, puis avec la bidépartementalisation, l’union départementale de Bastia en 1976, structure qu’il dirige jusqu’en 1985. Les élections prud’homales qu’il réalise à mi-mandat voient son syndicat avoisiner les 30 % de suffrages exprimés.

15« 1892, c’est la trace écrite de l’existence de la Bourse du travail de Bastia que j’avais dans les archives que j’ai laissées au bureau […].

16– Et quand tu les avais trouvées, c’était où ? tu t’en souviens ?

  • 30 S. Gregori lui consacre une notice : S. Gregori, « Leoni, Aristide, François, Xavier », dans Antoin (...)

17– C’était avec des anciens qui m’avaient donné des journaux, y compris le journal du 9 septembre, le jour de la libération de la Corse […]. Alors par contre, j’avais commencé les recherches parce que j’avais un ami qui m’avait permis de consulter la page corse du rapport général au congrès de la CGT de 1925. Congrès national, naturellement. Sur la page corse, il n’y a quasiment rien. De mémoire, il y avait un trois-quarts de page. Les syndicats, c’étaient les cheminots, les liégeurs et je ne sais même pas s’il y avait quelques métallos. Vraiment, il n’y avait quasiment rien. (Dans un entretien ultérieur, J. Bertoncini exprime le regret de ne jamais avoir rencontré Leoni, un des responsables, membres fondateurs de la CGT FO en Corse. Cheminot du village de Silvareccio, « parti à la retraite au début des années 196030 »).

18– Non, mais je veux dire, tu es arrivé en quelle année à la Bourse ?

19– Ce bâtiment, c’était le lavoir municipal de Bastia, après ça a été transformé en justice de paix, avec l’autre partie qui était dédiée aux services du nettoiement de la ville.

20– Mais toi tu es arrivé en quelle année à la Bourse ?

21– Là-dedans, avec des moyens très difficiles, on a réussi à avoir une petite pièce en, que je ne dise pas de bêtise, en 72 ou 73. […] Lorsqu’il y a eu la nouvelle répartition, Jean Zuccarelli, maire, a décidé de faire la nouvelle répartition en donnant ce qu’il voulait à qui il voulait puisqu’il était le maire. On s’est retrouvé avec une portion tellement congrue que, vu notre emprise, on avait besoin de locaux plus importants. Comme j’avais déjà trouvé un complément important à la rue Miot, j’ai agrandi à la rue Miot.

22– Quand tu es arrivé à la Bourse en 72, il y avait qui comme syndicat ?

23– La CGT. La CFTC, c’était une étiquette sur la porte.

24– La FEN, elle n’y était pas ?

25– La FEN est arrivée après. Elle a bénéficié avec monsieur le maire des locaux qui étaient dédiés à FO.

26– Voilà ! Moi, j’ai connu le SNES là.

27– Oui. C’étaient les locaux qui étaient dédiés à FO. »

La Bourse du travail dans la mémoire de Louis Meria

  • 31 Je n’ai pas pu rencontrer Antoine Riu, ancien responsable du SNES de la Haute-Corse pour des questi (...)

28Sur le passage de locaux entre FO et le SNES, Louis Meria31 propose une version complémentaire. Il m’indique : « FO n’avait pas accepté l’endroit qu’on lui avait donné, l’endroit, les pièces, parce qu’ils avaient l’habitude de se réunir dans des locaux à eux. Je me souviens de ça justement. Je me souviens qu’ils avaient leurs propres locaux et qu’ils avaient décidé tout simplement de laisser à la disposition de ceux qui le souhaitaient les locaux qu’ils avaient obtenus… Parce qu’il y avait eu une sorte de partage et je crois que nous on s’était un peu, la lutte… Bon, la CGT elle s’était arrogée le premier étage donc il n’y avait pas de problème. Nous, je crois qu’il y a eu une sorte de lutte d’influence pour les locaux avec FO, mais comme FO a décidé ensuite de ne pas occuper les lieux donc ça a été plus facile ». Les responsables de FO et du SNES s’entendent sur un même sujet : l’usage spontané de l’expression « portion congrue » quand il s’agit de décrire la place qui est accordée à leur organisation si elle est comparée à celle de la CGT.

29La carrière syndicale de Louis Meria à Bastia a commencé en 1977, date de sa mutation en tant qu’enseignant sur l’île. La Bourse du travail est, selon l’estimation de l’ancien responsable (S2) du SNES de la Haute-Corse (à partir de 1980), un bâtiment occupé à l’après-guerre. Il n’a pas le souvenir d’objets anciens, d’archives. Je fais remarquer à l’enseignant d’histoire-géographie le paradoxe qu’il n’arrive pas à remonter plus haut que 1945. Cela le fait réagir. En énonçant que c’est à lui qu’il aurait fallu poser mes questions, il évoque une figure militante bastiaise, Jean Baccarelli, qui fut responsable de la CGT de la Haute-Corse. C’est dans un autre entretien que j’appris que la levée du corps du leader eut lieu dans la grande salle de réunion de la CGT. Louis Meria n’évoque pas précisément ce moment fort mais il doit participer à la relation mémoire ouvrière-Bourse. Puis, il m’apprend que son père était responsable syndical CGT durant l’avant-guerre. Il y a ici interférence entre sa mémoire syndicale et sa mémoire familiale : « Mon père, il ne s’est jamais confié ». Il précise que dans sa génération, c’est son frère qui a une connaissance plus précise du passé militant de leur père au sujet duquel il a un projet de publication. Louis Meria émet un doute sur l’existence d’une Bourse avant 1945. Précisons que dans la description que fait Francis Pomponi de la réunion à la Bourse du travail le 15 avril 1934, le Meria représentant des postiers est bien le père de Louis Meria. Ce dernier, interrogé sans préparation à ce sujet, propose une hypothèse : « Il y avait osmose entre la CGT et le PC. Est-ce que la Bourse existait déjà ? Mon père était aussi responsable PC. Les deux n’étaient-il pas imbriqués au siège du PC à la rue César Campinchi ? ».

La Bourse du travail dans la mémoire de Didier Ramelet

30Interrogé sur la Bourse du travail, Didier Ramelet n’a que des souvenirs vagues. Sa connaissance de l’histoire syndicale corse est intimement liée à l’expérience militante de son grand-père qui fut cheminot syndiqué à la CGT dès avant 1939.

31« Si je te parle de la Bourse du travail, où est-ce que tu la vois ?

32– À la rue San Angelo.

33– Et ce bâtiment, c’est la Bourse du travail depuis quand ?

34– Je le situe dans les années 1950-1960 par rapport à ce que me racontait mon grand-père, mais je n’en suis pas sûr, parce que s’il y a une Bourse du travail, elle est forcément héritée d’une implantation syndicale importante. Mis à part les mouvements d’ouvriers, notamment dans les usines de tanin dont on a entendu parler pendant le Front populaire en 36, je pense que c’est surtout après la Seconde Guerre mondiale avec le Parti communiste, la CGT que ça a dû se structurer.

35– Et ton grand-père, à ton avis, est-ce qu’il a milité dedans ? Est ce qu’il a fréquenté ce lieu ?

36– Oui. Forcément. Puisqu’il m’a parlé des problèmes au niveau de chemins de fer mais pas seulement, d’autres problèmes dans d’autres secteurs, déjà à l’époque dans le BTP, chez les dockers, où à l’époque des syndicalistes n’hésitaient pas à aller bousculer certains patrons, y compris physiquement. […]

37– Je ne le vois pas aller à la Bourse…

38– Ben, quand il était chef de gare à Lupinu, forcément, y’avait les réunions d’union locale, donc forcément. Après, la Bourse du travail, où il y a une césure… Elle incarne encore en 1984, le lieu où se décident les mouvements sociaux. Par exemple, la mobilisation pour l’usine Femenia avec tout ce qui s’est passé à Bastia, donc c’est toujours le centre névralgique. Après se pose la question de la prise en compte d’une revendication plus spécifique, à savoir la revendication nationale, et à ce moment-là, il n’y a plus seulement la Bourse du travail comme siège du syndicalisme sur Bastia, puisqu’à ce moment-là il y a la création du STC et qu’en 1984, des syndicalistes quittent leurs anciennes centrales syndicales, CFDT, CGT notamment et passent au STC dont le premier siège est rue Napoléon.

39– Et toi, d’après ce que tu en sais, est-ce que le STC aurait pu à un moment être à la Bourse du travail ?

40– Non. Parce qu’il y avait une hostilité très forte, de la part de la CGT, notamment, qui ne reconnaissait absolument pas le STC comme syndicat. »

  • 32 Antoine Olivesi, « Réflexions à propos d’une enquête sur les militants ouvriers en Corse (1919-1939 (...)
  • 33 Antoine Olivesi, ibid, p. 158.
  • 34 Michelle Perrot, « Les vies ouvrières », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de Mémoire, Paris, Gall (...)

41Didier Ramelet demeure très lié au mouvement syndical contemporain. Ainsi, aux dernières élections européennes, il a soutenu la candidature du responsable des marins STC sur une liste du NPA. Titulaire d’une maîtrise d’histoire, il me donne un conseil méthodologique. Il m’invite à consulter aux Archives départementales de la Haute-Corse un fonds d’archives de la CGT remis par Ange Rovere. Je me rends dans l’institution. Je constate que des archives de la CGT sont consultables avec autorisation. On peut noter la présence d’une pièce importante de l’historiographie de la période immédiatement précédente à notre recherche signée par l’historien Antoine Olivesi32. L’universitaire y présente une analyse de la centaine de biographies qu’il a réalisées pour le Maitron. Ainsi, même s’il précise : « La Corse n’est évidemment pas un département “ouvrier” au double sens du terme33 », on est en effet loin « des vies par milliers34 »du dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Antoine Olivesi donne des informations qui remontent parfois à l’avant 1914.

La Bourse du travail dans la mémoire d’Ange Tomei

42Au cours de l’entretien avec Ange Tomei, s’exprime un désintérêt réel pour le bâtiment de la Bourse. Avec modestie, il me conseille dans un premier temps de rencontrer les actuels responsables de la CGT ou le secrétaire régional, Jean-Claude Graziani. Il me répète plusieurs fois : « Je ne veux pas vous induire en erreur ». Il voudrait davantage me parler de son passé personnel, du refus du service militaire pendant la guerre d’Algérie, des 72 jours de grève de 1989 ou de l’organisation future d’une rencontre entre Corses et Kurdes, que du passé du mouvement ouvrier. Il sait qu’émile Reboli était un résistant. Ange Tomei avait des parents cheminots et syndiqués. Pour parler du passé, il me conseille d’aller voir des acteurs directs du temps. Il me donne les numéros de téléphone de J.-C. Graziani et de Léo Micheli.

La Bourse du travail dans la mémoire de Pascal Vivarelli

  • 35 Wanda Dressler Holohan, « Le mouvement social corse. Évolution des paradigmes », Corse, l’île parad (...)

43Depuis dix ans, il a mis un terme à ses responsabilités syndicales. L’histoire syndicale dont il veut parler, c’est celle qu’il a vécue, à savoir, à partir de 1976. Malgré mon insistance, cet homme de conviction n’a pas voulu revenir sur cette limite chronologique. Sortant de l’école normale, contre un SNI « corporatiste » ou une CGT « hégémonique », il choisit d’accompagner les débuts de la CFDT en Corse. Après m’avoir précisé qu’il était « fâché avec les dates », il me dit : « On a débarqué à la rue San Angelo vers 1985. En fait, auparavant, il n’y avait que la CGT ». Son point de vue sur les forces syndicales à Bastia est que « les gros bataillons » ont toujours été constitués par la CGT. Pour lui, FO est un « allié » de la CGT. Son opinion est que c’étaient alors des structures très centralisées, à la limite anticorsistes. C’est dans ce contexte qu’entre 1976 et 1984, il estime avoir été dans la structure qui portait le mieux le slogan « vivre et travailler au pays ». Aussi est-il lucide sur le fait que nombre de militants nationalistes ont fait de l’entrisme dans son syndicat.Pour Pascal Vivarelli, « pratiquement tous les cadres du STC étaient à la CFDT ». Ainsi quand le STC est créé, la CFDT perd de nombreux adhérents. Lors de cette « restructuration du mouvement syndical organisé », la sociologue Wanda Dressler n’hésite pas, deux ans après la création du STC, à déclarer : « La réussite du STC est certainement l’un des grands succès du mouvement nationaliste35. »

  • 36 Il en vient d’autres horizons : cf. Pierrot Poggioli, Le Syndicat des travailleurs corses, DCL édit (...)

44L’entretien avec Vivarelli permet de comprendre comment d’une part la CFDT ne se pense pas comme l’héritière des militants ouvriers qui ont lutté sous la IIIe République, auxquels se référent les responsables de la CGT, du SNES et de FO. D’autre part, comment l’arrivée de la CFDT à la Bourse en 1985 fait que les militants nationalistes issus de ses rangs36, qui ont fondé le STC, n’avaient pas l’habitude matérielle de fréquenter ce lieu. Aussi, si la vision de Pascal Vivarelli est éclairante sur la représentation de la Bourse par la CFDT elle-même, elle l’est aussi pour la compréhension de la représentation des fondateurs du syndicat aujourd’hui le plus puissant de Corse.

La Bourse du travail dans la mémoire de Jean Brignole

  • 37 Pierrot Poggioli, ibid., p. 55.

45Jean Brignole a récemment été élu secrétaire national du STC. Le STC est le premier syndicat auquel il adhère dès 1985. La bourse du travail est un lieu qui, pour lui, ne porte pas sa mémoire. Il est, dans son discours, en accord avec la chronique du syndicalisme corse présentée par Pierrot Poggioli. En effet, dans les six pages concernant l’histoire du syndicalisme en Corse du xixe siècle aux années 1970, le militant nationaliste évoque une seule fois la Bourse : « Fin 1936, les communistes et les socialistes multiplient les réunions syndicales et politiques à Ajaccio ou à la Bourse du travail et la Maison du peuple de Bastia37. »

  • 38 Pierrot Poggioli évoque le contexte de l’arrivée de Jean Brignole, Pierrot Poggioli, ibid., p. 102. (...)

46« On a été atypiques » dit Jean Brignole, avant de rappeler comment, issu des associi, dans une stratégie de contre-pouvoirs, le syndicat était progressivement devenu indépendant des anciennes structures de la coalition Unità naziunalista38. Il indique que, dans un contexte où la représentativité de la structure n’était pas reconnue par ses pairs, c’est depuis 1987 que le STC occupait des locaux dans le centre-ville qui avaient statut « d’extension de la Bourse du travail ». Si les occupants de la rue San Angelo disaient « on va à la Bourse », les adhérents du STC disaient « on va au local ». Depuis octobre 2008, avant les élections prud’homales qui ont vu la victoire de son syndicat, le STC a emménagé dans les locaux de la récente « Maison des syndicats ».

  • 39 Sur les commémorations, cf. Pierre Bertoncini, « A Corsica sara sempre cristiana, bicentenaire de l (...)

47En rappelant comment, dans le champ du politique, des militants nationalistes se réclament de la Résistance, je demande si le STC se voit comme l’héritier d’émile Reboli. Jean Brignole répond synthétiquement : « l’histoire n’appartient à personne ». J’insiste en ce sens en évoquant les luttes syndicales passées. La position ne change pas. Je demande alors quelles dates font l’objet formel d’un appel à commémoration par le STC. Il y a le 1er Mai, le 8 Mai, en souvenir de la bataille de Ponte Novu, ainsi que le 8 décembre, jour de la « Festa di a nazione39 » . On n’en trouve pas d’autres. Par le choix des deux dernières dates, le STC s’intègre dans le « mouvement national » corse. L’essentiel pour le responsable syndical n’est pas le passé mais le futur.

La Bourse du travail dans la mémoire de Léo Micheli

48Au jour, où j’écris ces notes, je n’ai pas encore pu organiser un rendez-vous avec Léo Micheli. Par téléphone, cet homme de 93 ans a reporté plusieurs fois notre rencontre. On échange quelques paroles. Parmi les précieux éléments préparatoires d’un entretien, indiquons queLéo Micheli situe avec facilité la Bourse avant-guerre, vers la rue Carnot, et la rue du Maréchal Sébastiani, dans le secteur de l’actuelle Poste centrale. Il m’apprend que le bâtiment n’existe plus. Il me dit ne pas avoir de photographie de la Bourse, de ne pas en connaître.

Conclusion

  • 40 Guerrini G., « Entre histoire et politique, la commémoration de la Libération de la Corse », études (...)

49L’examen de l’historiographie qui concerne la Bourse du travail et plus généralement la place du syndicalisme dans la société corse montre qu’il s’agit d’un ensemble de taille réduite dont le contenu est clivé idéologiquement. Pour rendre compte à grands traits des postures empruntées par les auteurs, on dira que, d’une part, on présente une Bourse née en 1907 qui prépare, qui annonce les militants qui se distingueront durant la Résistance. Cette vision téléologique assimile l’histoire ouvrière corse à celle du PCF et de la CGT. La concurrence de FO n’est jamais évoquée. D’autre part, quand le syndicalisme n’est pas un sujet n’ayant pas droit de cité, comme dans l de la résistance corse40 entre légitimistes et nationalistes, cela ne concerne pas le mouvement syndical. Influencé dès sa constitution par la CFDT qui ne se pose pas dans une logique de lutte des classes, sauf exception, avec par exemple, la Manca naziunale, les adhérents du STC ne valorisent pas les luttes antérieures au riacquistu. Il semble que la Bourse du travail et les militants qui l’ont animée aient une’Encyclopaedia corsicae, la création du STC en 1984 est présentée par d’autres comme le grand moment de l’histoire sociale de l’île. Tandis qu’il y a conflit d’appropriation de certaines grandes figures histoire qui ne concerne pas la CFDT et le STC.

50Les militants rencontrés ont une connaissance du passé qu’ils se forgent souvent dans le cadre familial ou à l’intérieur d’une même structure. Une différence sensible dans la date de création de la Bourse proposée par les historiens et par les militants est à noter. Une recherche reste à mener en ce sens. L’ensemble des propos recueillis permet de constater que les militants se définissent comme des hommes d’action. Appartenant à la galaxie Gutenberg, ils accordent de l’importance aux archives tout en sachant que c’est la matière première des historiens qu’ils ne sont pas. Le syndicalisme est plus vécu comme une histoire de luttes que de pierre. Aussi, bien que pour Fernand Pelloutier la Bourse ait eu vocation à être un musée, il y eut une sorte de surprise quand je demandais des informations sur la Bourse. Seul un acteur du temps, Léo Micheli, a pu me dire où elle se trouvait avant son ouverture finalement récente rue San Angelo.

  • 41 Confréries en Corse, une société idéale en Méditerranée, Ajaccio, éditions du Musée de la Corse-Alb (...)
  • 42 Pierre Bouvier, Aimé Césaire/Franz Fanon. Portraits de décolonisés, Paris, Les Belles Lettres, 2010
  • 43 Les Cahiers du patrimoine, « Révoltes et luttes sociales en Martinique », n° 27, novembre 2009.

51Actuellement, le musée régional d’Anthropologie de la Corse présente une exposition consacrée aux confréries catholiques41. C’est la suite d’expositions ou de publications qui présentent le lien social corse comme consubstantiel des cadres de la religion chrétienne. Le climat idéologique qui plane sur l’île n’est pas celui qui, en Martinique, héritage d’Aimé Césaire et de Franz Fanon peut-être42, permet aux responsables du musée régional d’Ethnographie de publier un dossier complet sur les Révoltes et luttes sociales en Martinique43. Ainsi, avec l’étude de cas de la Bourse du travail de Bastia, après un sondage raisonné effectué dans l’historiographie et la mémoire ouvrière, on rencontre un processus de construction d’un non-lieu de mémoire qui ne doit rien au hasard. L’histoire du syndicalisme corse reste à écrire.

52

Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010, vue 1 (cliché de l’auteur).

53

Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010, vue 2 (cliché de l’auteur).

54

Plaque de la Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010 (cliché de l’auteur).

Haut de page

Notes

1 Fernand Pelloutier, Histoire des Bourses du travail, Paris, Alfred Costes, 1921.

2 Par exemple, Pierre Bertoncini, « Mémoires militantes corses dans le Niolu », Ethnologie française, Mémoires plurielles, mémoires en conflit, juillet 2007, p. 423-433.

3 Pierre Bertoncini, Le tag en Corse, analyse d’une pratique clandestine, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 118-131.

4 Alban Bensa, « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », dans Alban Bensa et Daniel Fabre dir., Une histoire à soi, Paris, éditions de la MSH, 2001, p. 4-5.

5 Agnès Callu, « Le Mai 68 des historiens », 1968, un événement de paroles, subjectivité, esthétique, politique, LACIS-DIPRALANG, université Montpellier 3, 25-28 septembre 2008, (actes à paraître).

6 Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime, objets, publics, autorités, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 112-113.

7 P. Pesteil, « L’ethnologue au risque de la tutelle, une discipline sous le couvert de la société civile », Ethnologie française, 2008, n° 3, p. 455-464.

8 Philippe Joutard, La Légende des camisards, une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

9 Marie-Claire Lavabre, Le Fil rouge, Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1994.

10 Je leur renouvelle ici mes remerciements pour le temps qu’ils m’ont accordé.

11 Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses, éditions méditerranéennes du Prado, Marseille, 1983.

12 études corses, n° 1, 1973.

13 Francis Pomponi, « Histoire moderne et contemporaine, orientation de recherche à l’Université de Provence », études corses, n° 1, 1973, p. 165-169.

14 Francis Pomponi, « Le temps des décrets lois », dans Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses, tome 4, Ajaccio, 1983, p. 191-192.

15 Ange Rovere, « La bataille du rail », dans Francis Pomponi dir., Le Mémorial des Corses, tome 5, Ajaccio, 1983, p. 233.

16 Ange Rovere., ibid., p. 239.

17 A. Olivesi, « Une participation active à la vie politique et syndicale », dans Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses, tome 6, Ajaccio, 1983, p. 464-477.

18 G.-M. Arrighi et M.-J. Vinciguerra dir., Le Mémorial des Corses, tome 7, Ajaccio, Albiana, 1999.

19 B. Biancarelli, « Mouvements sociaux, un corps qui bouge », dans G.-M Arrighi et Vinciguerra M.-J. (dir.), Le Mémorial des Corses, tome 7, Ajaccio, Albiana, 1999. p. 142-147

20 B. Biancarelli, Ibid., p. 142.

21 Encyclopaedia corsicae, éditions Dumane, Bastia, 2004.

22 Raphaël Lahlou, « Chronique d’une relation difficile : la Corse et la Troisième République (1870-1940), dans Encyclopaedia corsicae, éditions Dumane, Bastia, 2004, tome 5, p. 1021.

23 Georges Ravis-Giordani (dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003), éditions du CTHS, 2004.

24 Jean-Paul Pellegrinetti, Ange Rovere et M.-P. Valli, « Le Mouvement syndical (1871-1989) », dans Georges Ravis-Giordani (dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003), éditions du CTHS, 2004, p. 96-98.

25 Ange Rovere, « Chemin de fer de la Corse, 1855-2002 », dans Georges Ravis-Giordani (dir,) Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003), éditions du CTHS, 2004, p. 56-57.

26 Marianne Lefèvre, « Le nationalisme corse des années 60 à aujourd’hui » dans Georges Ravis-Giordani (dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse (1770-2003), éditions du CTHS, 2004, p. 206-207.

27 Antoine-Laurent Serpentini dir., Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, éditions Albiana, 2006.

28 Jean-Paul Pellegrinetti, « Syndicalisme et grèves (1871-1940) », in A.-L. Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, éditions Albiana, 2006, p. 941.

29 Antoine-Laurent Serpentini (dir.), op. cit., p. 920.

30 S. Gregori lui consacre une notice : S. Gregori, « Leoni, Aristide, François, Xavier », dans Antoine-Laurent Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, éditions Albiana, 2006, p. 548-549.

31 Je n’ai pas pu rencontrer Antoine Riu, ancien responsable du SNES de la Haute-Corse pour des questions pratiques. Je le remercie ici de m’avoir donné les coordonnées de Louis Meria.

32 Antoine Olivesi, « Réflexions à propos d’une enquête sur les militants ouvriers en Corse (1919-1939) », dans Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, éditions sociales, 1976.

33 Antoine Olivesi, ibid, p. 158.

34 Michelle Perrot, « Les vies ouvrières », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de Mémoire, Paris, Gallimard, Collection in quarto, tome 3, 1997, p. 3937-3971.

35 Wanda Dressler Holohan, « Le mouvement social corse. Évolution des paradigmes », Corse, l’île paradoxe, Peuples Méditerranéens, n° 38-39, 1987, p. 324.

36 Il en vient d’autres horizons : cf. Pierrot Poggioli, Le Syndicat des travailleurs corses, DCL éditions, Ajaccio, 2008.

37 Pierrot Poggioli, ibid., p. 55.

38 Pierrot Poggioli évoque le contexte de l’arrivée de Jean Brignole, Pierrot Poggioli, ibid., p. 102. Lire également : M.-F. Giovanangeli, « Les revendications identitaires ont bloqué les mouvements sociaux », U ghjurnale di a messaghjera, mars 1997, p. 27.

39 Sur les commémorations, cf. Pierre Bertoncini, « A Corsica sara sempre cristiana, bicentenaire de la mort de Pascal Paoli, un frein au multiculturalisme ? », Congrès du CTHS, Québec, juin 2008.

40 Guerrini G., « Entre histoire et politique, la commémoration de la Libération de la Corse », études corses, 2004, p. 185-212.

41 Confréries en Corse, une société idéale en Méditerranée, Ajaccio, éditions du Musée de la Corse-Albiana, 2010.

42 Pierre Bouvier, Aimé Césaire/Franz Fanon. Portraits de décolonisés, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

43 Les Cahiers du patrimoine, « Révoltes et luttes sociales en Martinique », n° 27, novembre 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010, vue 1 (cliché de l’auteur).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010, vue 2 (cliché de l’auteur).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Plaque de la Bourse du travail de Bastia, rue San Angelo, août 2010 (cliché de l’auteur).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bertoncini, « La Bourse du travail de Bastia: la construction d’un « non-lieu de mémoire »? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 147-162.

Référence électronique

Pierre Bertoncini, « La Bourse du travail de Bastia: la construction d’un « non-lieu de mémoire »? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2401

Haut de page

Auteur

Pierre Bertoncini

Docteur en anthropologie de l’université de Corse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page