Navigation – Plan du site
DÉBATS

La jeunesse dure longtemps. Quarante ans d’historiographie des organisations de jeunesse communistes françaises

Guillaume Quashie-Vauclin
p. 195-227

Résumé

L’auteur, lui-même historien des mouvements de jeunesse communistes, propose un état des lieux de l’historiographie, essentiellement française, de ces mouvements de jeunesse depuis leur création, concomitante de la naissance de l’Internationale Communiste, jusqu’à nos jours. Ce minutieux travail historiographique permet de faire le lien entre des travaux dispersés dans des institutions diverses, souvent restés non publiés et de ce fait connus d’un public restreint. Le tableau ainsi présenté permet de dégager une chronologie des thématiques abordées ainsi que des lacunes de la recherche sur ce champ. Il permet ainsi d’envisager les pistes ouvertes à un renouveau de la recherche tant par les croisements de ces contributions que par l’ouverture de nouveaux chantiers en phase avec les denses recherches en cours tant sur l’histoire du communisme que sur celle des jeunesses1.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 On peut citer, parmi tant d’autres exemples possibles, le philosophe René Schérer qui pose la « tra (...)
  • 3 Ludivine Bantigny fustige ainsi cette « pensée toute faite ayant tendance […] à omettre des pans en (...)

1L’idée d’une jeunesse par essence portée à la révolte est un topos ancien dont le succès ne décroît guère2. On pourrait utilement discuter ce lien mécanique3, mais, assurément, les communistes sont de ceux pour qui cette association fait sens.

  • 4 Lénine Vl. I., « Lettre au comité de combat près le comité de Saint-Petersbourg, 16 octobre 1905 », (...)

2Précocement, ils ont vu l’intérêt stratégique de s’adresser aux jeunes. Lénine déjà, en 1905, ne lançait-il pas le mot d’ordre « Allez aux jeunes4 ! » ?

  • 5 Annie Kriegel, Le Pain et les Roses. Jalon pour une histoire des socialismes, Paris, PUF, coll. « 1 (...)

3Il y a sans doute à cela une raison de fond, ainsi formulée jadis par Annie Kriegel : le « thème de la jeunesse est au cœur du phénomène communiste. […] C’est qu [’il…] se relie naturellement aux thèmes connexes de l’altérité, de la relève, de la radicale novation – les communistes rêvant effectivement d’un autre monde, d’une autre société5. »

  • 6 L’Internationale communiste des jeunes est fondée à Berlin à la fin du mois de novembre 1919, Voir (...)
  • 7 Une étude précise serait cependant nécessaire pour confirmer cette impression.
  • 8 Merci à Pierric Annoot, secrétaire général du MJCF, Cyril Thomas, administrateur du MJCF, Julia Ham (...)

4En France, comme dans l’essentiel du monde communiste6, cet attrait fondamental pour les jeunes s’est incarné dans des organisations spécifiques : les organisations communistes de jeunesse. Communément désignées sous le même vocable des « Jeunesses » ou des « JC » à presque toutes les périodes concernées7, ces organisations sont en réalité plurielles : Fédération nationale des Jeunesses socialistes-communistes de France (1920-1921), Fédération nationale des Jeunesses communistes de France (1921-1945), Union de la jeunesse républicaine de France (1945-1956), Mouvement de la jeunesse communiste de France (1956-1998), Mouvement jeunes communistes de France (depuis 19988). À cette première liste, il faut ajouter toutes les organisations plus ou moins autonomes relevant de « la JC » destinées à encadrer une partie de la jeunesse, à l’image de l’Union des jeunes filles de France, l’Union des jeunesses agricoles de France ou encore l’Union des étudiants communistes de France.

  • 9 Si l’on tient pour fondatrices de l’historiographie scientifique du communisme, comme il est commun (...)
  • 10 Nous les excluons de notre étude pour nous concentrer sur les recherches menées spécifiquement et d (...)
  • 11 Les travaux de Philippe Robrieux, lui-même ancien militant de la JC, sont sans doute les seuls à fa (...)
  • 12 Marc Giovaninetti, 50 ans au cœur du système communiste : Raymond Guyot, un dirigeant du PCF, thèse (...)

5Éléments majeurs et multiformes de l’univers communiste, « les Jeunesses » tiennent pourtant une place très mince dans l’abondante historiographie du communisme qui se déploie depuis près de cinquante ans9. Au mieux, elles figurent au détour de considérations globales concernant le Parti communiste10 ; le plus souvent toutefois, elles sont tout simplement ignorées11. La situation est telle que Marc Giovaninetti peut écrire en 2009 que « personne […] n’a encore approfondi de recherches sur […] la Fédération des jeunesses communistes12. »

6Ce silence unanime des plurielles historiographies du communisme ne laisse pas d’interroger et mériterait assurément une étude propre.

  • 13 La recherche la plus ancienne semble en effet être celle menée par Frédéric Castaing sous la direct (...)

7Pour l’heure, contentons-nous d’indiquer qu’une histoire souterraine et périphérique, perpétuellement inchoative et résolument méconnue, s’écrit pourtant depuis plus de quarante ans13.

  • 14 Jacques Varin, Jeunes comme JC. Sur la jeunesse communiste, t. I, De 1920 à 1939, Paris, Éditions s (...)
  • 15 Congrès qui marqua l’adhésion des Jeunesses socialistes à l’Internationale communiste des jeunes, F (...)

8Composée pour l’essentiel de mémoires du second cycle universitaire et d’articles dispersés – jusqu’à récemment, un seul livre avait été consacré en propre à la JC14 –, elle n’embrasse que fort lâchement les quatre-vingt-dix années qui se sont écoulées depuis le congrès de la Bellevilloise15.

  • 16 Patrick Garcia, « Essor et enjeux de l’histoire du temps présent au CNRS », dans La Revue pour l’hi (...)

9Un premier bloc se détache nettement, l’entre-deux-guerres, que nous aborderons dans un premier temps. Les travaux les plus nombreux portent, en effet, sur cette période de sorte que la FNJCF est de loin la plus connue – du moins, la moins méconnue – des organisations de jeunesse communistes sur une durée de cette importance. Cependant, depuis une dizaine d’années, le champ jusque-là complètement délaissé des années postérieures à 1939 a vu s’aventurer quelques chercheurs en nombre encore fort restreint en dépit de l’essor global de l’histoire du temps présent16. Ce renouveau constituera la seconde partie de notre analyse. Enfin, nous évoquerons dans une troisième et dernière partie l’intérêt historien précoce, quoique inégal, pour les différentes organisations affiliées à la JC, à commencer par l’Union des étudiants communistes.

Les jeunes communistes de l’entre-deux-guerres, au cœur et au fondement de l’historiographie des organisations de jeunesse communistes

Fondation

  • 17 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français : 1914-1920. Contribution à l’histoire du mouvem (...)
  • 18 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit.
  • 19 Frédéric Castaing n’a pu avoir accès aux archives de police.
  • 20 Frédéric Castaing, « Aux origines des Jeunesses communistes de France », dans Le Mouvement social, (...)
  • 21 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit., « Implantation géographique des jeunesses s (...)

10Quatre ans après la publication par Annie Kriegel de sa thèse portant sur les « origines du communisme français17 », Frédéric Castaing, sous la direction de Pierre Vilar, pose la première pierre de l’historiographie des Jeunesses en consacrant son mémoire de maîtrise aux « origines et formation » des Jeunesses communistes18. Étude sérieuse reposant pour l’essentiel sur la presse socialiste et communiste des partis et des organisations de jeunesse – La Voix des jeunes, Le Conscrit rouge, L’Avant-Garde, Jugend Internationale, L’Humanité19… –, ce premier travail aboutit à la publication d’un article dans Le Mouvement social20. Frédéric Castaing s’emploie à identifier et à caractériser les grandes étapes ainsi que les affrontements des forces en présence dans le processus qui aboutit à l’adhésion à l’Internationale communiste des jeunes. Il s’efforce également de présenter une géographie de l’implantation de l’organisation – les grandes lacunes documentaires du temps rendent toutefois ce chapitre plus fragile21.

  • 22 Jean-Claude Herschon, La Fédération nationale des jeunesses communistes en 1923-1924, mémoire de ma (...)

11Deux ans après ce travail pionnier, et toujours au sein du centre d’histoire fondé par Jean Maitron, une nouvelle maîtrise est consacrée aux JC, celle de Jean-Claude Herschon22. Elle entend prendre la suite de l’étude de Frédéric Castaing mais souffre encore davantage d’une forte carence documentaire qui conduit l’apprenti chercheur à ne s’appuyer que sur le journal des JC, L’Avant-Garde. De premières analyses sont ébauchées concernant les campagnes des JC – et les répressions qui s’ensuivent – campagnes menées contre l’occupation de la Ruhr et, plus largement, actions relevant de l’anticolonialisme et de l’anti-impérialisme sur fond de bolchevisation. Là encore, ce sont les essais de géographie d’implantation et d’évaluation des effectifs qui pâtissent le plus de la faiblesse des sources disponibles. Dans le même sens, l’écho réel des initiatives n’est appréhendé qu’à travers le regard fort enthousiaste de L’Avant-Garde.

  • 23 René Gallissot, « Le Parti à l’état naissant. L’apport des jeunesses communistes (1920-1926) », Rec (...)
  • 24 La Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation et d’information contemporain (...)

12À la fin de la décennie, un chercheur confirmé, René Gallissot, consacre un article à cette même période initiale23. Publié dans Recherches et débats, le très éphémère supplément aux Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, cet article semble être demeuré assez confidentiel, à l’image de ce supplément qu’il nous a été impossible de consulter, en dépit d’une patience bénévole et d’un intérêt assuré24.

  • 25 Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010. L (...)
  • 26 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit., Introduction.

13D’une manière générale, ces travaux demeurent fort méconnus de la communauté historienne. Ainsi, le propos liminaire du mémoire de Frédéric Castaing (1969) a gardé toute son actualité, bien que tant de recherches aient été menées depuis lors et qu’encore tout récemment, une nouvelle thèse – légitimement remarquée – ait été consacrée aux premiers temps du communisme français25 : « D’une façon très générale, aucun des ouvrages consacrés à l’histoire du PCF et à ses origines ne fait état, dans cette période, du rôle des jeunes26. »

Antimilitarisme

  • 27 Dernièrement, voir Kevin Morgan, « Militarism and anti-militarism : socialists, communists and cons (...)
  • 28 Yves Lanchon, L’action antimilitariste du PC et de la JC. 1928-1935, mémoire de maîtrise d’histoire (...)
  • 29 La fameuse série F7 des Archives nationales (particulièrement 13181-13186 consacrées spécifiquement (...)
  • 30 Yves Lanchon, op. cit., « L’affaire du groupe et ses conséquences ».

14La question de la position et de l’action des communistes face à l’armée a suscité un vif et large intérêt des historiens27. Déjà présente dans le regard historien sur la JC des toutes premières années, cette thématique a suscité plusieurs travaux spécifiques dont deux mémoires de maîtrise28. David François, en 1995, comme Yves Lanchon vingt ans plus tôt, abordent la question globale de « l’action antimilitariste communiste » sans s’en tenir à la seule SFIC (Section française de l’Internationale communiste) considérée isolément, mais intègrent bien la Jeunesse communiste. De fait, nombre d’actions sont communes aux deux organisations. Pour autant, ces études intéressent au premier chef l’historiographie de la JC car ce sont les Jeunesses qui tiennent le premier rôle dans ces actions radicales. Avec le mémoire d’Yves Lanchon touchant la période 1928-1935 et celui de David François pour la période 1921-1929, les quinze années où cette activité est la plus développée au sein de la FNJCF sont ainsi traitées. Si les archives consultées par David François ont pour elles la variété et la richesse du possible archivistique des années 1990, le travail d’Yves Lanchon de 1975 n’est pas caduc pour autant : il s’appuie sur la presse des organisations communistes, mais également sur les riches archives policières nationales29, celles de la préfecture de police de Paris ainsi que sur la documentation conservée à l’Institut d’histoire sociale et à ce qui était alors l’Institut Maurice-Thorez. Les deux auteurs précisent le répertoire d’actions retenu pour ces activités dites « anti » : amicales de conscrits, mois antimilitaristes… Ils ont soin de décrire les rythmes et de situer les territoires de ces actions. Surtout, la diversité des sources permet d’engager un effort de mesure de l’écho et du succès – ou plutôt de l’insuccès en l’occurrence – des initiatives menées. Dans le même temps, les rapports entre la JC et la SFIC sont analysés dans leurs dimensions contradictoires. C’est notamment l’occasion, dans le travail d’Yves Lanchon, d’un chapitre sur un aspect de l’histoire de la JC et de la SFIC qui a beaucoup retenu l’attention des historiens : l’affaire dite du groupe de la jeunesse30.

Le groupe de la jeunesse

  • 31 Jean-Paul Brunet, « Une crise du Parti communiste français : l’affaire Barbé-Celor », dans Revue d’ (...)
  • 32 Ainsi de Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences. De 1920 à nos jours, Bruxelles, Complexe, coll (...)

15Cette affaire qui place la JC, à la faveur de l’Internationale communiste, en première ligne du communisme français, a fait l’objet de plusieurs études importantes qui ont notamment permis de mieux situer la place de la JC et de ses dirigeants dans la galaxie communiste – à commencer par Henri Barbé. Ces travaux ont toutefois nettement privilégié le Parti communiste dans leur approche. Le titre de l’article pionnier de Jean-Paul Brunet (1969) est en ce sens très révélateur des préoccupations historiennes touchant cette affaire : « Une crise du Parti communiste français : l’affaire Barbé-Celor31 ». Avec les renouvellements documentaires et historiographiques, cette crise a fait l’objet de nouveaux travaux, plus approfondis, mais le plus souvent identiquement orientés en priorité sur le Parti communiste32.

  • 33 Marc Giovaninetti, thèse citée, quatrième chapitre « Entre sommet et abîme, comparse et dénonciateu (...)
  • 34 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et l’Internationale communiste des jeunes, 1922-1939, mémoi (...)
  • 35 Ibid., p. 112. C’est moi qui souligne.
  • 36 Voir particulièrement les pages 97 à 107.

16La récente thèse de Marc Giovaninetti fait à cet égard exception en ce que son auteur aborde ladite crise sous l’angle prioritaire d’un homme dont le nom est étroitement associé à la JC, Raymond Guyot33. Toutefois, le mémoire de DEA d’élise Manuélian est sans conteste celui qui envisage « l’affaire » en privilégiant le plus nettement la JC34. L’angle d’approche retenu est, en effet, l’étude des lourdes « conséquences de la découverte du groupe pour l’organisation [de jeunesse]35. » Ce chapitre rend bien compte des riches problématiques au cœur de la réflexion de la jeune chercheuse : place de la JC dans le système communiste, articulation de la JC avec le Parti, l’Internationale et l’Internationale des jeunes, parcours des militants36. Élise Manuélian apporte des réponses grâce à la documentation – désormais abondante – accessible en France : archives des directions communistes nationales (SFIC et FNJCF) conservées en Île-de-France et internationales (IC, ICJ) conservées en Île-de-France également et à l’université de Bourgogne.

Le Front populaire

  • 37 Cédric Méletta, « Une biennale de l’engagement : le Front populaire de la jeunesse de Paris (1935-1 (...)
  • 38 Au cours des seules cinq dernières années, on comptait déjà les livres suivants : Jacques Girault, (...)

17Si ces temps troublés ont précocement intéressé les historiens, le « Front populaire de la jeunesse37 » ne jouissait pas de pareilles faveurs jusqu’à récemment. La JC connaît pourtant alors des mutations profondes en matière d’orientation comme de composition. Dans le cadre, de nouveau, d’études de second cycle, deux jeunes historiennes ont apporté de nombreux éléments qui permettent de mieux appréhender cette période amplement étudiée par ailleurs38.

  • 39 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front populaire, mémoire de maîtrise d’histoire, univ (...)
  • 40 Ibid., p. 43-56 particulièrement.
  • 41 Ibid., p. 6. Plus largement, p. 130-160.
  • 42 Pascal Ory, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire. 1935-1938, Pa (...)
  • 43 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit., p. 84-96 notamment.

18Élise Manuélian tout d’abord, dans une étude tout entière consacrée à la JC et solidement appuyée sur les archives des directions communistes nationales et internationales consultables en France, s’est penchée sur cette organisation qui, encore davantage que le Parti communiste, connaît un tournant radical à cette période39. Sur le plan stratégique, l’affrontement frontal avec les autres forces politiques de jeunesse laisse place au projet de « Fédération unique de la jeunesse40 ». Sur le plan organisationnel, une « mutation » s’opère41. Celle-ci est notamment marquée par une profonde inflexion de l’activité en direction des « masses de la jeunesse inorganisée » suivie d’un renforcement de l’organisation. La jeune chercheuse est ainsi amenée à prolonger la réflexion de Pascal Ory sur la place de la JC dans le dispositif communiste sur le « front culturel42 ». Pour autant, l’action politique et sociale demeure, notamment en direction des apprentis et des chômeurs43.

  • 44 Céline Sanchez, La socialisation politique des jeunes ouvriers dans les mouvements de jeunesse à l’ (...)
  • 45 Céline Sanchez, « Pour conquérir la jeunesse, faut-il faire moins de politique ? La Jeunesse commun (...)
  • 46 Céline Sanchez, op. cit., troisième partie. Céline Sanchez répond par la négative pour les jeunes o (...)

19C’est sous cet angle privilégiant les jeunes des classes populaires que Céline Sanchez a mené son étude de « la socialisation politique des jeunes ouvriers dans les mouvements de jeunesse à l’époque du Front populaire », embrassant en même temps que la JC, la JS et la JOC44. La jeune chercheuse a consacré de nombreux développements de son mémoire ainsi qu’un article à la JC en propre45. Écrit à partir de mémoires, d’archives communistes, d’archives socialistes (OURS) ainsi que d’archives locales (Seine-Maritime, Eure), ce riche travail apporte dans l’historiographie de la JC des questionnements issus du renouvellement des approches en histoire politique et en histoire de la jeunesse. Ainsi, la troisième partie interroge « l’affirmation d’une conscience générationnelle46 ». C’est dans cet esprit qu’est avancée l’idée – de nature à susciter un débat stimulant – d’une « dépolitisation » de la JC avec le développement des activités de loisirs. La connaissance fine de l’Internationale communiste des jeunes et de ses rapports avec la FNJCF s’avère nécessaire pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

La Fédération nationale de la Jeunesse communiste de France et l’Internationale communiste des jeunes

  • 47 Victor V. Privalov, The Young Communist International and its origins, Moscou, éditions du Progrès, (...)
  • 48 Joël Kotek, Paix et guerre parmi les jeunes et les étudiants. Les organisations internationales de (...)
  • 49 Stéphane Courtois, Le Bolchevisme à la française, Paris, Fayard, 2010, p. 76. Reprise de Stéphane C (...)

20Il a longtemps été délicat d’étudier cette relation du fait des difficultés d’accès aux archives des deux organisations. Quelques études pionnières ont bien été consacrées à l’ICJ dès avant l’ouverture des archives moscovites47. Cependant, c’est dans la dernière période que l’essor est le plus marqué, notamment avec la thèse de doctorat de sciences politiques de Joël Kotek48. Appuyée sur de nombreuses archives nouvellement disponibles, cette étude apporte des éléments concernant la FNJCF et ses rapports avec l’ICJ à partir de 1935, sans toutefois toujours parvenir à échapper aux « péripéties » et « polémiques » caractéristiques de l’historiographie du communisme des années 1990, selon les termes de Stéphane Courtois49. Surtout, la FNJCF n’est pas son objet d’étude privilégié.

  • 50 Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse de do (...)
  • 51 Stéphane Chatonnat, La JC et l’ICJ. 1926-1933, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgo (...)
  • 52 C’est-à-dire, à l’échelle de l’IC, la période de la bolchevisation et de la tactique « classe contr (...)
  • 53 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et l’Internationale communiste des jeunes, 1922-1939, mémoi (...)
  • 54 Ainsi, ceux de Léo Figuères, par exemple, sont incontournables pour la période et déjà bien connus. (...)
  • 55 Toujours le fonds F7 des Archives nationales.
  • 56 Notamment le fonds 533.

21Ce sont ainsi sans doute deux études moins ambitieuses – il ne s’agit pas de thèses de doctorat – qui apportent le plus à l’historiographie des relations FNJCF/ICJ. Cette relation entre une section nationale et l’Internationale, au cœur de la thèse de doctorat d’État de Serge Wolikow50, a été envisagée à l’échelle de la JC par deux de ses élèves, Stéphane Chatonnat et Élise Manuélian. Le premier, dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, a considéré cette relation sur la même période que la thèse de son directeur, puisque ont été considérées les années 1926-193351 quand Serge Wolikow avait analysé les années 1925-193352. Ce premier défrichage a été suivi par un travail plus ample, le mémoire de DEA d’Élise Manuélian consacré aux relations entre FNJCF et ICJ pendant toute la période de l’entre-deux-guerres53. Si seul un chapitre a la forme d’un travail achevé – celui consacré au groupe de la jeunesse mentionné plus haut –, la chercheuse propose des axes problématiques généraux stimulants : autonomie/subordination, pensée communiste de la catégorie sociale « jeunesse », place de la JC dans le système communiste, approche prosopographique. Élise Manuélian montre dans le même temps combien la richesse des sources aujourd’hui disponibles permet d’envisager ces grandes questions – mémoires54, archives policières55, archives communistes locales, nationales, internationales56

22Cependant, c’est sans doute une biographie qui a le plus fait progresser les connaissances dans ce domaine : la thèse consacrée à un homme-clé de ces relations, secrétaire général de la FNJCF et dirigeant de l’ICJ, Raymond Guyot.

L’axe biographique

  • 57 Sur la question biographique et prosopographique en général, on se reportera à François Dosse, Le p (...)
  • 58 Albert Treint a fait l’objet d’une thèse encore inédite, Aurélien Durr, Albert Treint. Itinéraire p (...)

23Le renouveau de l’intérêt historien pour la biographie57 a en effet grandement bénéficié à la connaissance de la JC. Ce sont ainsi trois de ses secrétaires généraux qui ont fait l’objet d’études, soit à peine moins que pour le PCF58.

  • 59 David Saint-Pierre, Maurice Laporte. Une jeunesse révolutionnaire. Du communisme à l’anticommunisme (...)

24Maurice Laporte, premier secrétaire général de la JC a été étudié par David Saint-Pierre dans le cadre d’une étude de second cycle menée au Canada59. L’apport de cette étude est d’importance pour éclairer les débuts de la JC, au-delà du seul cas de son secrétaire général de dix-neuf ans. Près de quarante ans après Frédéric Castaing, David Saint-Pierre a en effet pu accéder à des archives alors inaccessibles. Cela lui permet d’affiner notamment les estimations d’effectifs de l’organisation.

  • 60 Jean-Paul Brunet, Saint-Denis la ville rouge. Socialisme et communisme en banlieue ouvrière (1880-1 (...)
  • 61 Jean-Paul Brunet, Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986. Voir surtout les pages 1 (...)

25Jacques Doriot, secrétaire général de la JC également dans les années 1920, au vu de son évolution ultérieure – similaire à celle de Maurice Laporte dans son orientation, mais autrement plus retentissante –, a fait l’objet d’attentions historiennes précoces. Jean-Paul Brunet, spécialiste du communisme et, particulièrement, de Saint-Denis60, la ville de Jacques Doriot, a consacré à ce dernier une biographie de référence dès 198661. Elle alimente notablement la connaissance de la JC des premières années.

  • 62 Marc Giovaninetti, thèse citée.
  • 63 Ibid., p. 30.
  • 64 Ibid., chapitres 1 et 2.
  • 65 Ibid., chapitres 3 et 4.
  • 66 Ibid., chapitres 5, 6, 7, 8, 10 et 12 essentiellement.
  • 67 Ibid., p. 784 et sq.

26Mais l’étude biographique qui apporte le plus à l’historiographie de la JC est sans conteste la thèse de doctorat que Marc Giovaninetti a consacrée à Raymond Guyot62. Cela tient à la nature du travail de cet historien – il s’agit d’une thèse de doctorat de quelque 1 197 pages – mais aussi à l’objet étudié, Raymond Guyot, pour qui la direction de la JC constitua « la mission première […] et la plus essentielle de sa carrière63. » À travers l’histoire de cet Auxerrois de milieu populaire, on peut suivre les JC dans l’Yonne de 1922, dans l’Aube de 1923, dans les concours des « gueules de vaches » contre les officiers64… Appuyé sur une documentation massive – archives communistes, archives policières, archives soviétiques, entretiens –, Marc Giovaninetti retrace les processus qui mènent Raymond Guyot jusqu’au sommet de la JC65 – écoles communistes, voyage à Moscou, loyauté jusque dans la clandestinité ou la prison, proximité avec Maurice Thorez… – et offre une vue précise du devenir des Jeunesses (JC puis UJRF jusqu’en 1946)66. Cette volumineuse étude biographique est d’un apport incomparable pour l’histoire de la JC des années 1920 jusqu’au lendemain de la guerre – et même au-delà car Raymond Guyot est en charge à partir de 1957 des soldats français du contingent envoyés en Algérie67 et, plus largement, il n’aura de cesse de porter une attention toute particulière aux affaires de la JC.

  • 68 Sylvain Boulouque, L’Affaire de l’Humanité, Paris, Larousse, 2010.
  • 69 Stéphane Courtois, « Un été 1940. Les négociations entre le PCF et l’occupant allemand à la lumière (...)
  • 70 Karel Bartosek, Stéphane Courtois, Jean-Louis Margolin, Andrzej Paczkowski, Jean-Louis Panné, Nicol (...)

27Outre ces trois secrétaires généraux, un cadre important de la JC a fait l’objet d’une étude qui ne minore pas la part JC de son parcours militant, Maurice Tréand68. Bien connu pour son rôle dans la demande de reparution de L’Humanité en 1940 qui a tant retenu l’attention des historiens et des éditeurs69, ce dirigeant communiste n’avait pas jusqu’alors suscité la même curiosité des historiens pour sa carrière militante au sein de la JC. L’éclairage apporté par Sylvain Boulouque – dans la perspective du totalitarisme qui reste chère à cet auteur du Livre noir du communisme70– sur ce dirigeant permet, à partir principalement des archives de Moscou, de mieux connaître le JC Maurice Tréand dans sa singularité mais aussi, plus largement, les mécanismes de promotion et de formation des cadres ainsi que la direction de la JC des années 1920.

28Au-delà de ces biographies, il faut souligner l’apport des notices du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français qui fait souvent mention de l’adhésion à la JC et précise clairement le devenir militant du biographié.

Approche régionale

  • 71 René Lamouroux, La Jeunesse communiste en Bourgogne de 1921 à 1947 : action politique et éducative, (...)
  • 72 En dépit du titre, c’est d’abord cette période qui retient l’attention de l’auteur, comme il l’indi (...)
  • 73 L’étude de lieux de scolarité comme les écoles normales donne souvent des informations précieuses s (...)

29S’il fait une place aux biographies, Rémi Lamouroux a surtout développé, quant à lui, l’axe régional pour aborder la JC de la période71. Consacré à la « Jeunesse communiste en Bourgogne », son mémoire de maîtrise, centré sur l’entre-deux-guerres72, est fondé sur l’exploitation de la presse locale et de celle de la JC (L’Avant-Garde), et surtout, sur plusieurs entretiens, ainsi que sur les archives policières départementales (et leurs cinq sous-séries consacrées à la JC). L’auteur cherche à cerner les actions politiques et les activités éducatives initiées par la JC : leur écho, leurs relations, le niveau de priorité accordé aux unes et aux autres. Le travail de Rémi Lamouroux parvient à apporter des éléments que permet seule une étude à une échelle plus resserrée que celle de la France : description d’une JC à l’usine (les usines Terrot notamment) ou encore dans une école (l’École normale de Sens, par exemple73).

Approches globales

30L’historiographie de la JC de l’entre-deux-guerres ne se limite pas à ces travaux. Quatre textes – deux articles et deux livres – se sont en effet essayés à embrasser la JC dans toute la période et dans tout l’espace considérés.

  • 74 Jacques Varin, Jeunes comme JC, t. 1, De 1920 à 1939, Paris, Éditions sociales, 1975.
  • 75 De ce point de vue, la préface donne le ton : « L’histoire, lorsqu’elle est bien racontée, a des ve (...)

31Le plus ancien et le mieux connu des historiens a longtemps été l’ouvrage de Jacques Varin, Jeunes comme JC74. Inscrit dans une perspective militante – l’ouvrage est préfacé par Paul Laurent75 –, ce livre n’en demeure pas moins d’un intérêt majeur. Seul ouvrage consacré à la JC pendant près de vingt-cinq ans, il tire beaucoup de sa richesse des nombreux entretiens que l’auteur a menés avec d’anciens dirigeants de la JC, aujourd’hui pour la plupart disparus – André Grillot, Rosa Michel, François Billoux, Marcel Prenant, Georges Cogniot, Josette Cothias, Raymond Guyot, Waldeck L’Huillier, Jeannette Thorez-Vermeersch, Victor Michaut, Henri Rol-Tanguy… Le livre offre de nombreuses données factuelles mais la présence de notes étant très aléatoire, il demeure souvent malaisé d’identifier clairement la source.

  • 76 Sylvain Boulouque, « Les Jeunesses communistes : structures d’organisation, appareil et implantatio (...)
  • 77 Notamment le fonds 533 des Archives sociales et politiques de la Fédération de Russie.
  • 78 Ibid., p. 7.
  • 79 Ibid., p. 23.

32L’article de Sylvain Boulouque s’inscrit dans une tout autre perspective76. Organisé autour de quatre axes – les structures d’organisation, l’appareil, la sélection des cadres et l’implantation –, il repose sur les archives soviétiques77, ce qui lui permet notamment de fournir des données précises touchant la question des effectifs, chère à l’auteur et à son école historique. Cet article de 2004 apporte également des pistes historiographiques fortes : la JC ne serait pas un « simple appendice de la SFIC » mais « possède ses spécificités78 » ; la JC servirait souvent de « poisson pilote » à la SFIC79. Illustrées par une argumentation serrée, ces idées – particulièrement la première – donnent à voir la légitimité d’une recherche sur les organisations de jeunesse communistes.

  • 80 Susan B. Whitney, Mobilizing Youth. Communists and Catholics in Interwar France, Durham, Duke Unive (...)
  • 81 Susan Whitney développe ainsi l’idée que la JC des années 1920 est une « Vanguard within a Vanguard (...)

33Partageant cette position d’une spécificité de la JC, Susan Whitney développe toutefois une approche singulièrement différente et plus approfondie80. La chercheuse canadienne a en effet consacré un ouvrage important à la JC et à la JOC de l’entre-deux-guerres. Ce travail, très récent, s’appuie sur une documentation vaste : presse et archives communistes, archives policières – manquent toutefois les archives soviétiques. Susan Whitney envisage la JC dans son univers horizontal – en confrontation permanente avec la principale organisation de jeunesse du temps, la JOC – comme dans son univers vertical – les rapports avec la SFIC et l’ICJ sont analysés et, plus largement, la place de la JC dans la sphère communiste est l’objet de développements argumentés81. Mais l’apport le plus notable de ce travail réside sans doute dans l’approche en termes de genre que cette élève de Joan Scott met en œuvre dans tout le livre.

  • 82 Jean Vigreux, « “La jeune garde”, fer de lance du modèle communiste (1919-1939) », dans Philippe Gu (...)

34Cependant, hormis l’ouvrage important mais daté de Jacques Varin, aucune synthèse n’avait été produite sur la JC de l’entre-deux-guerres stricto sensu jusqu’à un récent article de Jean Vigreux (2009)82. Appuyé sur la partie émergée des travaux consacrés à la JC et de nombreuses études portant sur le communisme, Jean Vigreux a également recours aux archives soviétiques et à des archives locales (Finistère) pour présenter une vue synoptique de la JC, de la Bellevilloise à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cette référence directe aux sources primaires, par les précisions nouvelles qu’elle permet, fait toutefois de cet article davantage qu’une simple synthèse des travaux existants.

  • 83 Michel Dreyfus, « Préface », dans Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de (...)

35Ainsi, grâce à ces études de nature et d’ampleur variées – parmi lesquelles se distinguent par leur ampleur les travaux de Susan Whitney et, surtout, de Marc Giovaninetti –, les vingt premières années de la JC sont à présent assez bien connues – du moins « dans les grandes lignes83 », voire au-delà pour quelques temps forts. Un livre de synthèse en français manque toujours pour donner à voir ces résultats plus largement ; du moins est-il désormais possible. Il en va sensiblement autrement pour la période ultérieure.

La JC depuis 1939

  • 84 Même si des travaux préparatoires ont été menés par Jacques Varin, comme en témoignent les archives (...)

36En effet, après 1939, les études sont encore plus rares. Même le deuxième tome de Jeunes comme JC n’a jamais paru84. Plus largement, on ne rencontre aucune thèse ni synthèse portant sur la JC de ces décennies. Il existe pourtant des travaux mais ceux-ci demeurent partiels et épars.

Les jeunes communistes dans la Seconde Guerre mondiale

  • 85 Jean-Marie Guillon indique même que l’activité visible du Parti pendant la Seconde Guerre mondiale (...)
  • 86 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Robert Laffont, coll. « Notre époque », 1991 ; Lé (...)

37Les JC sont pourtant reconnues par les historiens pour leur rôle majeur dans la guerre85. De plus, nombre d’anciens résistants engagés dans les Jeunesses communistes ont apporté des témoignages relatifs à cette période : des mémoires d’Annie Kriegel et de Léo Figuères aux Bataillons de la jeunesse d’Albert Ouzoulias, en passant par une foule plus anonyme86. Enfin, bien des archives sont accessibles.

38Rares sont pourtant les historiens à s’être engagés dans cette voie, bien balisée par ailleurs. La JC comme les organisations résistantes qui lui sont liées demeure une armée de l’ombre historiographique.

  • 87 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Le Sang des communistes. Les Bataillons de la jeunesse dans la (...)
  • 88 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, op. cit., p. 15.
  • 89 Voir particulièrement l’épilogue « Légendes, mémoires et histoire ».

39Un seul livre a été écrit au sujet de la JC résistante, celui de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre87. Il porte spécifiquement sur un groupe armé de la JC, les Bataillons de la Jeunesse. Écrit à l’appui d’archives variées – sources orales, archives municipales de Nantes, Musée national de la Résistance, archives de la justice militaire, archives départementales de Loire-Atlantique… –, l’ouvrage privilégie toutefois la documentation issue de la police – bien connue du spécialiste de l’histoire de cette institution qu’est Jean-Marc Berlière. Dans leur ouvrage, les auteurs introduisent la problématique féconde de la mémoire. Cependant, celle-ci n’est envisagée que sous l’angle d’un « détournement de l’histoire88 » que Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre entendent positivement renverser, au risque – peut-être pas toujours évité – de faire de leur histoire l’exact revers d’une mémoire partisane ardemment combattue89.

  • 90 Michel Pigenet, « Les jeunes communistes de la région parisienne et la guerre à la Libération », da (...)
  • 91 Michel Pigenet, Les « Fabiens ». Des barricades au front (septembre 1944-mai 1945), Paris, L’Harmat (...)
  • 92 Michel Pigenet, op. cit., p. 480.

40Dans une perspective sensiblement différente, Michel Pigenet a consacré un article aux jeunes communistes parisiens de la fin de la Seconde Guerre mondiale90. L’historien, déjà auteur d’un ouvrage portant sur la « colonne Fabien » – non directement liée à la JC mais composée pour une bonne part de jeunes communistes91 – propose, comme l’indique le titre de l’article, une analyse de la position des jeunes communistes – confrontés aux directives de la JC – face à la question de la guerre et du départ pour le front du combat contre l’occupant. Michel Pigenet va toutefois au-delà de cette seule question et présente un tableau général de la JC à la fin de la guerre à l’aide de sources variées – pour la plupart issues de la presse et des directions communistes. Refusant de s’en tenir à des considérations exclusivement idéologiques, l’historien met en œuvre une problématique d’histoire sociale du politique, attentive notamment à « la sensibilité de classe92 » des acteurs étudiés.

  • 93 Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit.
  • 94 Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Paris, Édi (...)
  • 95 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’Affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, (...)
  • 96 Voir particulièrement les pages 12 et 13 pour la vision des sources développée par ces deux cherche (...)

41Pour ce qui est de la « part des militants93 », si la nouvelle série du Maitron (1940-1968) 94 devrait, dans la suite du DBMOF, être d’un apport décisif pour la JC de la période, un jeune communiste a particulièrement donné matière à écrits – et à polémiques –, Guy Môquet. À la suite de la décision de Nicolas Sarkozy de faire lire dans les écoles l’ultime lettre du jeune fusillé de Châteaubriant, l’intérêt historien pour cette précoce figure du martyrologe communiste s’est brutalement ravivé. C’est dans ce cadre que Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre ont consacré un opuscule incisif à celui qui était re-devenu soudain le jeune communiste le plus célèbre de France95. Dans le même esprit que celui qui avait présidé à leur travail sur les Bataillons de la jeunesse, les deux auteurs s’appuient essentiellement sur les archives policières pour leur entreprise de « démystification » du cas Guy Môquet96. L’apport pour l’historiographie propre de la JC de ce petit livre de circonstance sur Guy Môquet est toutefois très limité. En effet, les problématiques qui habitent l’ouvrage portent bien davantage sur le PCF que sur la JC stricto sensu.

  • 97 Boris Dänzer-Kantof, Les jeunes communistes de la région parisienne (1939-1942), thèse de doctorat (...)

42La JC de la guerre est ainsi très mal connue des historiens. Ce triste constat devrait toutefois être prochainement caduc car Boris Dänzer-Kantof (sous la direction de Jean-Marc Berlière) prépare une thèse de doctorat consacrée aux jeunes communistes parisiens entre 1939 et 194297.

L’Union de la jeunesse républicaine de France

  • 98 Patricia Devaux, Le théâtre de la guerre froide en France. 1946-1956, thèse de doctorat d’histoire, (...)
  • 99 Patricia Devaux, « Le Théâtre communiste durant la guerre froide », dans Revue d’histoire moderne e (...)

43La période qui suit la guerre a fait l’objet de quelques travaux récents. Il s’agit d’une part de ceux de Patricia Devaux concernant le théâtre communiste de 1946 à 1956. Les organisations de jeunesse communistes y tiennent une place de choix – notamment du fait des troupes de l’Union de la jeunesse républicaine de France. L’historienne est ainsi amenée à consacrer plusieurs développements aux activités dramatiques organisées par l’UJRF et, plus encore, aux jeunes communistes actifs dans ces activités culturelles. Grâce à sa thèse98 – toujours inédite – et aux articles qu’elle en a tirés99, Patricia Devaux permet une approche d’histoire culturelle des jeunes communistes du temps de l’UJRF.

  • 100 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de mas (...)
  • 101 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de mas (...)
  • 102 Cette organisation était surtout connue jusqu’alors pour son rôle de premier plan dans la guerre d’ (...)

44L’UJRF, comme organisation, a fait l’objet d’une étude que j’ai menée moi-même sous la direction de Michel Dreyfus, dans le cadre d’un master 2 de l’université de Paris 1100, récemment publié101. Cette organisation tombée dans le plus large oubli102 a été pour l’essentiel appréhendée à partir d’entretiens, de la presse communiste et, surtout, des archives des directions – comité central, bureau politique, secrétariat – et de dirigeants communistes – Raymond Guyot, Maurice Thorez –, les archives policières étant demeurées inaccessibles durant l’étude. L’axe problématique retenu est celui de la tension pour l’organisation de jeunesse communiste entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste. Autrement dit, dans le dispositif communiste, les Jeunesses pourraient se voir imparties deux missions contradictoires : être un au-delà du PCF – toucher un public plus large que le seul peuple communiste – ou être un au-devant du PCF – constituer la fine pointe du dispositif d’action radicale communiste. Proposée pour être étendue à l’ensemble de l’histoire de la JC, cette grille de lecture est mise en œuvre dans l’étude pour rendre compte des changements d’orientation brutaux de l’UJRF – et de leurs conséquences militantes, à différentes échelles.

Le Mouvement de la jeunesse communiste

  • 103 Alexandre Courban, L’Humanité (avril 1904-août 1939). Histoire sociale, politique et culturelle d’u (...)

45Les lendemains de la dissolution de l’UJRF (1956) n’ont pas fait l’objet d’études précises. Plus globalement, l’organe des jeunes communistes, L’Avant-Garde, n’a pas trouvé à ce jour son Alexandre Courban103. Pourtant, Nous les garçons et les filles qui remplace L’Avant-Garde, L’Avant-Garde rurale, Filles de France et Avenir, de 1963 à 1969, a d’ores et déjà été au cœur de deux études.

  • 104 Frédérique Matonti, « Nous les garçons et les filles. Un cas limite de réception présumée politique (...)

46Frédérique Matonti a consacré en 2003 une brève communication à Nous les garçons et les filles104. Dans ce texte dense, la politiste analyse le magazine de la JC réplique de Salut les copains qu’est NGF, à partir des numéros conservés. Ceux-ci sont le support de réflexions où Frédérique Matonti s’emploie à montrer les tensions et les décalages – culture légitime/culture de masse, lectorat visé/lectorat atteint… – qui entourent NGF, offrant une approche moins centrée sur la JC que sur les jeunes du temps.

  • 105 Fabien Marion, Nous les garçons et les filles. Un révélateur des contradictions du Mouvement de la (...)
  • 106 Ibid., p. 11.

47C’est plus clairement sous l’angle du MJCF que Fabien Marion étudie NGF105. Le jeune historien voit en effet dans ce journal le « révélateur des contradictions du Mouvement de la jeunesse communiste de France ». Dans son mémoire de M1, il propose de lire l’histoire de NGF comme l’incarnation de la tension organisation de masse/organisation d’avant-garde au temps des yé-yé. Cela passe par une étude de l’articulation difficile entre les buts du mensuel « dictés par des impératifs politiques, et ses moyens, appuyés sur une culture médiatique en construction106. » Dans une perspective plus interne, les relations entre MJCF, rédaction de NGF et PCF sont interrogées. Pour mener à bien son étude, Fabien Marion a eu recours aux archives de direction du Parti communiste français ainsi qu’aux riches fonds Roland-Leroy et Paul-Laurent. Cependant, l’inaccessibilité des archives du MJCF – toujours non inventoriées – ont sans doute freiné cette recherche par ailleurs stimulante.

  • 107 Hormis, bien sûr, quelques mentions éparses, comme dans Roger Martelli, L’Empreinte communiste. PCF (...)
  • 108 Olivia Gomolinski, « Jeunesse », dans Stéphane Courtois (dir.), Dictionnaire du communisme, Paris, (...)
  • 109 Jean-Luc Durand, Une organisation politique à Rennes : le cas de la Jeunesse communiste, mémoire de (...)
  • 110 Jean-Luc Durand, Engagement et défection dans les organisations politiques de jeunesse : étude sur (...)
  • 111 Catherine Leclercq, Histoires d’« ex ». Une approche sociobiographique du désengagement des militan (...)
  • 112 Ivan Sainsaulieu, Les jeunes communistes militant en entreprise : le renouvellement du PCF, mémoire (...)

48Pour les périodes postérieures à 1969, les études historiques sont inexistantes107. Il est ainsi révélateur que dans le récent Dictionnaire du communisme dirigé par Stéphane Courtois, la petite section consacrée aux jeunesses communistes non soviétiques – de fait, principalement la JC française – intitulée « L’exportation du modèle soviétique » s’arrête en 1968108. Plusieurs études de second cycle de sciences politiques envisagent pourtant cette période post-1968. Jean-Luc Durand est l’auteur d’une monographie locale de la JC109 – Rennes – et d’une étude comparative sur l’engagement et la « défection » à la JC et aux JS110 – développant ainsi pour la JC la problématique très féconde du « désengagement » récemment appliquée au Parti communiste français111. Ivan Sainsaulieu, quant à lui, a centré son regard sur les JC militant en entreprise et sur leur trajectoire militante au sein de la sphère communiste112. Ces trois études menées dans les années 1990 ont en commun d’envisager l’organisation plutôt « par en bas ».

49Ceci contraste avec l’historiographie dominante des organisations communistes de jeunesse distinctes, quoique affiliées à la JC, à commencer par l’Union des étudiants communistes.

La galaxie JC

L’Union des étudiants communistes

50Un premier constat s’impose : quoique l’UEC ne soit qu’une branche de la JC et ait une existence bien moins longue que celle de la JC, l’organisation étudiante a suscité un vif intérêt des historiens, supérieur à bien des égards à celui suscité par la JC elle-même.

  • 113 « La jeunesse étudiante n’est pas toute la jeunesse : il faut compter avec les masses paysannes et (...)
  • 114 Robi Morder, « Années 1960. Crises des jeunesses, mutations de la jeunesse », dans Matériaux pour l (...)

51Le fait peut sembler paradoxal tant les étudiants constituent, à l’échelle du xxe siècle, une infime fraction de la jeunesse et les étudiants contestataires une fort petite fraction de cette fraction – « un grain de sel » selon la forte formule d’Antoine Prost113. Cela tient sans doute pour une part à l’intérêt précoce manifesté pour les étudiants par ces anciens étudiants que sont les historiens et à leur désintérêt durable pour les jeunesses populaires. Peut ainsi être envisagée l’hypothèse de Robi Morder d’un certain ethnocentrisme de classe114.

  • 115 Par exemple, Mathias Bernard, La France de mai 1958 à mai 1981. La grande mutation, Paris, Librairi (...)

52Quoi qu’il en soit, cet attrait pour l’UEC se manifeste de façon très nette. Alors que l’existence même de la JC n’est jamais mentionnée dans les manuels d’histoire de France, l’UEC y figure souvent en assez bonne place115.

  • 116 Je nomme ainsi l’UEC de sa recréation en 1956 jusqu’à 1968. Étant entendu que la première UEC est l (...)
  • 117 Serge Curinier, « UEC (Union des étudiants communistes de France), 1956-1965 », dans Jean-François (...)
  • 118 Aude Portalis, Les Dirigeants de l’Union des étudiants communistes. Essai d’analyse prosopographiqu (...)
  • 119 Frédérique Matonti, Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », dans Dominique  (...)
  • 120 Gilles Vergnon, La Crise de l’Union des étudiants communistes. 1960-1966, mémoire de maîtrise d’his (...)
  • 121 Séverine Liatard, L’Union des étudiants communistes, les intellectuels, la culture à travers le jou (...)

53Cependant, pour l’essentiel, c’est la même et unique période 1956-1968 qui est traitée, de la (re-)création de l’UEC aux événements du printemps 1968 qui ébranlent considérablement le monde étudiant, notamment. C’est à cette même « deuxième UEC116 » que sont ainsi consacrés la notice de Serge Curinier117, le mémoire de maîtrise d’Aude Portalis118 ou encore l’article des politistes Bernard Pudal et Frédérique Matonti119. Le plus souvent, c’est même la plus courte période dite de la « crise de l’UEC » – sorte de point d’étape dans une chronologie qui relie la guerre d’Algérie à Mai 68 – qui retient jalousement tout l’intérêt des historiens. Ainsi Gilles Vergnon puis Xavier Vigna ont-ils pu consacrer deux mémoires de maîtrise absolument homonymes et identiquement dédiés à ladite « crise de l’UEC » entre 1960 et 1966120. Ainsi le journal de l’UEC, Clarté,a-t-il fait l’objet de deux études identiquement orientées sur ces années de tension, de la part de Serge Curinier et de Séverine Liatard121.

  • 122 Paul Gaudric, Les Étudiants de l’Union des étudiants communistes (1956 à 1968) : acquisition et rec (...)
  • 123 Corinne Lhaïk, Les Étudiants communistes et la guerre d’Algérie. 1954-1962, thèse de troisième cycl (...)

54Tous ces travaux – qui s’ignorent le plus souvent les uns les autres du fait de l’anonymat persistant des travaux de second cycle – enrichissent toutefois l’historiographie de l’UEC et ne constituent pas un simple bégaiement historiographique. Ainsi, Xavier Vigna éclaire la crise de l’UEC par la presse de l’époque, des témoignages et les archives conservées à la BDIC de l’UJC-ML, dans une optique qui n’est pas pleinement celle de Gilles Vergnon. Séverine Liatard envisage la crise sous l’angle des relations avec la sphère culturelle, telles qu’elles se donnent à voir dans Clarté, ce qui constitue un travail sensiblement différent de celui, plus politique, mené par Serge Curinier. L’apprentie historienne Aude Portalis ne porte pas le même regard sur les hommes que l’apprenti politiste Paul Gaudric à travers leurs études prosopographiques des dirigeants de la deuxième UEC122. Si Corinne Lhaïk oriente également son travail en direction de la crise de l’UEC – elle s’emploie à identifier dans la guerre d’Algérie les causes de ladite crise –, sa thèse de troisième cycle porte cependant en premier lieu sur une période différente, 1954-1962123.

  • 124 Philippe Robrieux, Notre génération communiste. 1953-1968. Essai d’autobiographie politique, Paris, (...)
  • 125 Hervé Hamon, Philippe Rotman, Génération, t. I, Les Années de rêve, Paris, Le Seuil, 1987.
  • 126 à propos de Génération, on peut suivre l’excellent résumé d’une chercheuse belge en littérature. «  (...)
  • 127 Michel Dreyfus, PCF Crises et dissidences. De 1920 à nos jours, Bruxelles, Complexe, coll. « Questi (...)
  • 128 Frédérique Matonti, Bernard Pudal, op. cit. Notons que les deux politistes s’appuient notamment sur (...)
  • 129 Marco Di Maggio, « L’Union des étudiants communistes : dibatto et normalizzazione 1963-1965 », L’ev (...)

55Dans tous les cas, deux livres ne relevant pas d’un travail universitaire doivent être signalés pour leur rôle éminemment matriciel dans la majorité de ces études : les mémoires de l’ancien secrétaire national de l’UEC, Philippe Robrieux, parus à la fin des années 1970124 et, plus encore, l’ouvrage des journalistes, Hervé Hamon et Patrick Rotman, paru dix ans plus tard, Génération125. Ces grands succès de librairie ont apporté à l’historiographie de l’UEC des sources vives mais fort partielles et partiales ; ils n’ont pas laissé pour autant de marquer profondément la plupart des études engagées sur la question126. Plusieurs solides synthèses de cet épisode – dont on peut regretter qu’elles ignorent le plus souvent les travaux de second cycle mentionnés précédemment – ont toutefois été produites : l’étude pionnière de Michel Dreyfus dès 1990127, l’article déjà cité de Bernard Pudal et Frédérique Matonti128, et, désormais la référence la plus à jour, le chapitre dédié à cet événement dans la thèse de Marco Di Maggio (2009) 129.

56Pour le reste de l’histoire de l’UEC, les travaux sont plus rares et leur visibilité plus faible. Une journée d’étude a bien été organisée pour les cinquante ans de l’UEC en 2006 à l’initiative de l’historien Laurent Frajerman et de la direction de l’UEC d’alors. Rassemblant chercheurs – outre Laurent Frajerman, Jacques Girault, Bernard Pudal, Jacques Varin et Frédérique Matonti – et témoins – la plupart des anciens secrétaires nationaux de l’UEC –, cette initiative n’a cependant pas fait l’objet d’une publication et demeure donc germe sans eau.

  • 130 Les Cahiers du GERME, spécial n° 2, 1997. Notamment les communications de Paul Bouchet, Jiri Pelika (...)
  • 131 Jacques Varin, « L’Union fédérale des étudiants », dans Les Cahiers du GERME, spécial n° 3, 1998 ; (...)
  • 132 Jacques Varin, « Les étudiants communistes, des origines à la veille de 1968 », dans Matériaux pour (...)
  • 133 Philippe Chassaigne, Les années 1970. Fin d’un monde et origine de notre modernité, Paris, Armand C (...)

57Plus publiques sont les recherches sur l’UEC menées au sein du Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants (GERME). Trois axes peuvent être retenus : les organisations internationales étudiantes auxquelles est liée l’UEC – essentiellement l’Union internationale des étudiants, elle-même liée à la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique130 ; le monde syndical lié aux étudiants communistes131 ; une synthèse de l’histoire de l’UEC jusqu’en 1968132. Si les travaux du GERME permettent de retrouver la première UEC et d’élargir le champ des connaissances et des approches, 1968 demeure là encore un étrange terminus ad quem133.

  • 134 Pour la première UEC et l’épisode célèbre des manifestations étudiantes de novembre 1940, mentionno (...)
  • 135 Hervé Hamon, Philippe Rotman, Génération, t. II, Les années de poudre, Paris, Le Seuil, 1988, p. 66 (...)
  • 136 Étienne Bordes, La Jeunesse dans le Parti communiste 1969-1981, mémoire de master 1 d’histoire, uni (...)
  • 137 Douze entretiens pour le M1 ; quinze pour le M2.
  • 138 Florence Descamps (dir.), Les Sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages (...)
  • 139 Étienne Bordes, La Jeunesse…, op. cit., p. 48. Étienne Bordes, Le Désenchantement…, op. cit., p. 27 (...)
  • 140 On peut se reporter notamment à sa thèse, Julian Mischi, Structuration et désagrégation du communis (...)
  • 141 Sur ce point, je renvoie à nouveau à la thèse de Marco Di Maggio déjà citée. Il est regrettable qu’ (...)
  • 142 Histoire qui reste, dans une grande mesure, à écrire même si les politistes ont déjà apporté une co (...)
  • 143 Pour le M1, se reporter particulièrement à l’étude de cas « Des “rouges” à l’université. Essai de p (...)

58Pourtant, les années 1970, « fin d’un monde » selon la belle formule de Philippe Chassaigne134, ne sont pas celles de la disparition de l’UEC. Refusant de s’en tenir au mythe tenace d’un communisme français « définitivement isolé » après 1968 « de la jeunesse, des intellectuels135 », Étienne Bordes s’est employé à étudier l’UEC des années 1970, champ historiographiquement vierge quoique politiquement foisonnant, dans deux travaux universitaires de second cycle très neufs136. La faiblesse des archives disponibles de l’UEC – non inventoriées, elles demeurent inaccessibles – a conduit le jeune chercheur à privilégier les archives des mouvements en relation avec l’UEC. Ainsi des organisations politiques et syndicales de jeunesse dont les archives sont disponibles aux archives départementales du Val-de-Marne ; ainsi des archives de direction du PCF et plusieurs fonds personnels – à commencer par celui de Roland Leroy – conservés aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Cependant, l’entreprise prosopographique qui est la sienne repose avant tout sur de longs entretiens semi-directifs137 menés avec d’anciens dirigeants de l’UEC choisis non en fonction de leur notoriété mais en vue d’une quête de représentativité et de « polyphonie », principe central de toute histoire orale138. Plus qu’un pis-aller, cette démarche d’histoire orale est revendiquée comme adéquate au projet initié139. D’inspiration transdisciplinaire, ce travail historique doit beaucoup à la sociologie de Pierre Bourdieu et se veut une étude sociohistorique de l’entreprise partisane à travers ses usages sociaux dans la lignée notamment des analyses de Julian Mischi140. L’histoire des étudiants communistes est replacée dans le cadre politique d’une histoire de l’aggiornamento141et dans le contexte social et culturel d’une histoire du communisme français à l’université142. C’est ce qui amène l’auteur à traiter dans le même temps de l’UNEF à direction communiste. Cette démarche se déploie sur deux mémoires : le premier centré sur l’université de Toulouse ; le second sur l’organisation nationale143. L’apport de ces travaux de second cycle – dont on attend la publication – est donc très significatif.

Les autres organisations de la galaxie JC

59Si l’UEC est une branche de la JC au même titre que les autres organisations de jeunesse composant la galaxie JC, celles-ci n’ont pas connu un nombre aussi important d’études. Périphéries de ce qui apparaît encore comme une périphérie historiographique, elles n’ont guère fait l’objet de recherches universitaires.

  • 144 Françoise Thébaud, « Le genre de la démocratie au xxe siècle », dans Michelle Riot-Sarcey (dir.), D (...)
  • 145 Jacques Varin, op. cit., p. 235-241. Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit. (...)
  • 146 Paula Schwartz, « Résistance et différence des sexes : bilan et perspectives », dans Clio, n° 1, 19 (...)
  • 147 Même si le matériau ne laisse pas d’affleurer, notamment dans les récents travaux de Marie-Claude A (...)
  • 148 Denise Karnaouch-Poindron, « L’UJFF et l’UFF : réflexion sur leur histoire », Pénélope, n° 11, 1984 (...)

60L’Union des jeunes filles de France, quoique son œuvre ait duré près de quarante années, n’a guère attiré les historiens jusque-là. La forte singularité d’une organisation de jeunesse féminine politique dans « une Troisième République restée masculine » – selon l’heureuse expression de Françoise Thébaud144 – n’a pas encore permis un légitime déploiement d’études. Les développements les plus substantiels sur l’UJFF de l’entre-deux-guerres se trouvent dans des études plus générales sur la JC : Jeunes comme JC ou, plus récemment, les travaux d’Élise Manuélian et de Susan Whitney145. Dans le cadre de l’essor des recherches sur femmes et Résistance, l’importance de l’UJFF a pu être pointée par quelques historiens146 mais les travaux peinent encore à se développer147. Le bref article de Denise Karnaouch-Poindron visant une histoire conjointe et comparée de l’UJFF et de l’Union des femmes françaises demeure hélas hapaxique depuis plus de vingt ans148.

  • 149 Fabien Marion, Chronique d’une disparition. L’Union des jeunes filles de France. Permanences et cha (...)
  • 150 Alain Corbin, « Préface », dans Régis Revenin (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. C (...)
  • 151 Ibid., p. 8.

61À ce jour, seul Fabien Marion a consacré un travail universitaire à l’UJFF en propre149. Il s’agit à nouveau d’un travail de second cycle souffrant de l’indisponibilité des archives du MJCF. Pour explorer les dix-huit dernières années de l’UJFF – soit environ la moitié de la vie de l’organisation –, Fabien Marion a dû surtout utiliser les archives du PCF – archives de direction, fonds Roland-Leroy et Paul-Laurent. Le jeune historien s’applique à saisir les adaptations et inadaptations de l’organisation de jeunesse féminine face à une société dont le système de représentations et de normes en matière de genre change profondément et rapidement150. En s’employant à étudier l’UJFF, Fabien Marion apporte une pierre importante à « l’histoire générale des organisations de jeunesse communistes » qu’il appelle de ses vœux151 et développe particulièrement des problématiques assez peu mises en œuvre dans le reste de l’historiographie des organisations de jeunesse communistes, comme les questions de genre mais aussi de sexualité.

  • 152 Jacques Varin, op. cit., p. 241-245. Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit. (...)
  • 153 Outre les travaux de Julian Mischi déjà cités, on peut évoquer Jean Vigreux, La faucille après le m (...)

62Les organisations de jeunesse agricoles connaissent un sort historiographique encore pire car aucune étude ne leur a été consacrée en propre. On trouve simplement quelques développements dans des travaux plus généraux comme, à nouveau, chez Jacques Varin, Élise Manuélian ou Marc Giovaninetti152. Ce quasi-mutisme historiographique peut pourtant paraître paradoxal au vu de la vivacité des études sur le communisme rural153.

  • 154 Annette Wieviorka, Ils étaient juifs, résistants, communistes, Paris, Denoël, 1986.
  • 155 Claude Collin, « À propos de l’Union de la jeunesse juive (UJJ), organisation de jeunesse liée à la (...)

63Des organisations juvéniles de la résistance communiste, on a dit la grande méconnaissance historienne. L’une d’elles tend toutefois à faire exception, l’Union de la jeunesse juive. Objet de plusieurs mentions éparses154, l’UJJ a surtout été abordée par un universitaire non-historien, Claude Collin155. Chercheur en sciences de l’information et de la communication, il a produit plusieurs textes sur l’UJJ à partir d’entretiens et de la consultation d’archives publiques et privées. L’éclairage de ses travaux est particulièrement vif pour trois grandes villes de province, Lyon, Montpellier et Grenoble. Sans épuiser la question de l’UJJ, Claude Collin apporte des éléments importants pour l’historiographie de la résistance juvénile communiste, mais il enrichit également l’historiographie de la JC d’une étude du rapport des juifs à la JC. Là aussi, cependant, beaucoup reste à faire.

  • 156 Ainsi, pendant la Seconde Guerre mondiale, en zone nord, les cadres de la FSGT ont suppléé pour par (...)
  • 157 Sylvain Pattieu, Mouvement syndical et tourisme populaire en France. 1945- années 1980. Le cas de T (...)

64Moins directement liées à la JC sont la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) et Tourisme et travail. Cependant, ces deux organisations ont travaillé en relation étroite et durable avec les jeunes communistes156, à tel point que l’on peut les évoquer au titre de la galaxie JC. À tout le moins, les thèses de doctorat d’histoire et de sociologie dont ces organisations ont fait l’objet sont d’une importance décisive pour l’historiographie de la JC, notamment parce qu’elles éclairent tout un pan « de masse » de l’activité des jeunes communistes, tout en donnant à voir les circulations et connexions entre étoiles de la galaxie communiste157.

Conclusion : Pour une histoire des organisations de jeunesse communiste

  • 158 Voir la bibliographie ci-après.

65Depuis 1969, ce sont plus de cinquante références qui ont été consacrées, exclusivement ou prioritairement, aux organisations de jeunesse communistes françaises158. Dans l’ensemble et jusque-là, elles relèvent en premier lieu de l’historiographie du communisme français. Pour autant, l’historiographie de la JC n’est-elle que la déclinaison en mode mineur de celle du PCF ? Une rapide présentation chronologique permet de saisir de premières différences.

  • 159 Roger Martelli, « Bref aperçu… », op. cit., p. 128-129.
  • 160 Stéphane Courtois, « Chronique de l’historiographie… », op. cit., p. 41.
  • 161 Danielle Tartakowsky, « L’historiographie du Parti communiste français. Nouveau bilan », dans Cahie (...)
  • 162 Laird Boswell, « L’historiographie du communisme français est-elle dans une impasse ? », dans Revue (...)
  • 163 Sur ce sujet, on peut notamment consulter Claude Pennetier, « Les archives du communisme : Moscou, (...)

66Le premier écart tient au retard de l’historiographie de la JC sur celle du PCF. C’est la décennie 1969-1979 qui marque l’émergence des travaux sur la JC avec près de dix références – dont quatre publiées – qui s’inscrivent dans l’essor global des études sur le communisme propre aux années 1970159. L’historiographie de la JC, à cette période, semble ainsi suivre celle du PCF. Le contraste avec la décennie suivante n’en est que plus grand. En effet, on ne compte que trois références pour l’histoire de la JC pour les années 1980 – encore ne s’agit-il que de travaux où la JC tient une place relativement seconde – dans le temps même où l’histoire du PCF connaît une forte « inflation éditoriale160 » et un essor certain161. Le paradoxe s’accroît dans les dernières décennies. Alors que le nombre de publications consacrées au PCF décroît sensiblement depuis 1989162, les études sur la JC, bourgeon délaissé dans les années 1980, reprennent vigueur à partir des années 1990, à la faveur, notamment, des nouveaux possibles archivistiques163. On compte ainsi dix-sept références pour cette décennie, soit davantage que pour les deux précédentes réunies. Quant aux années 2000, elles voient l’aboutissement de vingt-neuf études qui, quantitativement, représentent autant que les travaux menés au cours des trois décennies précédentes. Qualitativement, la décennie est également d’importance avec deux thèses de doctorat, six livres et dix articles qui apportent quelque épaisseur et visibilité à cette historiographie-taupinière.

  • 164 Une bonne partie du mémoire de maîtrise de Frédéric Castaing est une réponse à cette question. À ce (...)

67Sciaphile de fait plus que de vocation, l’ensemble de l’historiographie de la JC garde pour l’historien de 2012 une certaine nouveauté. L’illustre bien l’étude de Frédéric Castaing qui, en 1969, posait cette question simple – restée depuis lors sans réponse, hormis celle qu’il a lui-même esquissée – et demeurée comme neuve : quelle place les jeunes socialistes-communistes ont-ils tenu dans l’adhésion de la SFIO à l’IC164 ?

  • 165 Même si l’absence de travaux sur les jeunes et la CGT doit nous faire nuancer cette appréciation de (...)
  • 166 L’ampleur et la variété des travaux engagés sont suggérées par le riche colloque organisé par Matth (...)
  • 167 Les organisations de jeunesse catholiques ont fait l’objet de nombreuses études. L’ouvrage de référ (...)
  • 168 Trois exemples de travaux ambitieux pour trois familles politiques. Pour les socialistes, la référe (...)

68On l’a montré à grands traits, la production historiographique sur la JC est désormais importante. Elle est cependant en net retard165 par rapport à celle qui concerne le PCF et par rapport à celle des JC d’autres pays166. Elle est aussi en retard par rapport aux autres organisations de jeunesse française167, notamment politiques168. Si certaines périodes et certaines questions sont plus ou moins traitées, les lacunes demeurent nombreuses, de L’Avant-Garde à l’UJAF, en passant par l’épisode de la prison de Clairvaux et tant d’autres thématiques majeures.

  • 169 Pour plus de précisions, consulter Jean Vigreux, « 1990-2010 : archives et écriture(s) de l’histoir (...)

69Il existe pourtant aujourd’hui des ressources archivistiques à peu près sans équivalent : archives de l’IC, archives du PCF, fonds privés, archives départementales et locales, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, archives policières169. À cette première liste, on devrait pouvoir prochainement ajouter les archives centrales de la JC et de l’UEC. La voie sera ainsi pleinement ouverte à des études approfondies sur les organisations de jeunesse communiste françaises.

70Mais pareilles études peuvent-elles être davantage qu’un plat accroissement de données d’esprit positiviste pauvret ? Nous ne le pensons pas. À notre sens, deux lourds enjeux peuvent être dégagés.

  • 170 Axelle Brodiez, « Le Secours populaire dans la guerre d’Algérie. Mobilisation communiste et tournan (...)
  • 171 La JC jouant souvent le rôle de poisson-pilote, selon l’heureuse expression de Sylvain Boulouque, S (...)
  • 172 Pascal Cauchy ne manque pas de signaler « le vaste domaine pour la recherche en histoire politique  (...)

71Le premier relève de l’histoire même du communisme français. Envisager cette histoire sous le seul angle du PCF comme organisation, c’est se condamner à manquer des réalités de premier plan. Axelle Brodiez le montre pour la guerre d’Algérie, mais son raisonnement peut être généralisé. « Absence d’action du parti ne signifie pas nécessairement absence d’action communiste, le dispositif périphérique étant souvent chargé des campagnes fonctionnelles spécialisées (jeunes, femmes, solidarité, etc.)170. » Ainsi, les questions militaires, du fait de l’âge des soldats (notamment), rendent incontournable la JC ; même constat en matière stratégique où l’action de la JC fait souvent partie d’un plan d’ensemble communiste171. Par ailleurs, le rôle que l’on assigne à la JC, selon qu’il est d’avant-garde ou d’organisation de masse, ne laisse pas de modifier la physionomie du mouvement communiste tout entier. Qui est soucieux de prosopographie ne saurait, sans perte de compréhension importante, négliger la JC, ne serait-ce que comme lieu de sociabilité militante initiale et comme temps de formation172. Une histoire de l’implantation communiste saurait-elle davantage faire l’économie d’études sur ces organisations, interfaces entre le communisme et le milieu juvénile, portes d’entrée du communisme et marchepieds au PCF ?

  • 173 Jean Vigreux, « 1990-2010… », art. cité.

72Au total, si, comme le propose Jean Vigreux, il « s’agit de penser l’entité communiste, sa dimension internationale et générale comme sa différenciation en sections nationales et mouvements dits de masse173 », alors il faut résolument penser la JC.

  • 174 J’emprunte l’expression au sociologue François Dubet qui fait bien sûr écho à l’article célèbre de (...)

73Le deuxième enjeu ressortit davantage à l’histoire sociale du politique. Si on estime légitime et nécessaire une histoire du rapport des jeunes à la – et au – politique, étudier la JC est alors une contribution légitime et nécessaire – quoique non exclusive – à cette histoire grandement inédite. Mieux, si on tient pour majeure la question de la politisation des classes populaires, l’étude de la JC ne s’impose-t-elle pas au moins autant que celle du PCF ? Répondre par la négative implique d’avoir tranché cette autre question qui mérite au moins examen attentif : les jeunes font-ils de la politique comme les autres ? Autrement dit, « la jeunesse n’est-elle qu’un mot174 ? »

  • 175 En ce sens, je me permets de faire référence, comme jalon encourageant, à la journée d’étude organi (...)

74Considérées sous cet angle, la pénible pubescence et l’interminable jeunesse de ce champ de recherches apparaissent grandement insatisfaisantes. Il n’est que temps de faire entrer cette histoire dans un nouvel âge175.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Étienne Bordes, Marc Giovaninetti, Frédérick Genevée, Michel Dreyfus et Michel Pigenet pour leur relecture généreuse et leurs remarques critiques. Les erreurs et maladresses relèvent évidemment de ma seule responsabilité.

2 On peut citer, parmi tant d’autres exemples possibles, le philosophe René Schérer qui pose la « transgression juvénile » comme une « constante immémoriale des sociétés humaines. », René Schérer, « Le grand écart », préface de Marc Hatzfeld, Les Lascars. Une jeunesse en colère, Paris, Autrement, 2011, p. 9.

3 Ludivine Bantigny fustige ainsi cette « pensée toute faite ayant tendance […] à omettre des pans entiers d’une jeunesse « modérée ». », Ludivine Bantigny, « Le mot “jeune”, un mot de vieux ? », dans Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France. xixe-xxie siècle, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2009.

4 Lénine Vl. I., « Lettre au comité de combat près le comité de Saint-Petersbourg, 16 octobre 1905 », cité dans Jean Vigreux, « « La jeune garde », fer de lance du modèle communiste (1919-1939) », dans Philippe Guignet et Jean-François Chanet (dir.), Jeunesse, éducation et religion au xxe siècle. En mémoire à Alain-René Michel, Revue du Nord, Hors série. Collection Histoire, n° 23, 2009, p. 240. Plus généralement, on se reportera au recueil de textes suivant, Lénine Vl. I., Textes sur la jeunesse, Moscou, éditions du Progrès, 1970.

5 Annie Kriegel, Le Pain et les Roses. Jalon pour une histoire des socialismes, Paris, PUF, coll. « 10 18 », 1968, p. 405. Termes soulignés par Annie Kriegel.

6 L’Internationale communiste des jeunes est fondée à Berlin à la fin du mois de novembre 1919, Voir Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la Révolution, Paris, L’Atelier, 2010, p. 261. Voir aussi Richard Cornell, Revolutionary Vanguard : The Early Years of The Communist Youth International, 1914-1924, Toronto, University of Toronto Press, 1982.

7 Une étude précise serait cependant nécessaire pour confirmer cette impression.

8 Merci à Pierric Annoot, secrétaire général du MJCF, Cyril Thomas, administrateur du MJCF, Julia Hamlaoui et Lorène Barillot, rédactrices en chef de L’Avant-Garde pour m’avoir autorisé à consulter la collection de L’Avant-Garde des années 1990 qui m’a permis de retrouver la date du passage du Mouvement de la jeunesse communiste au mouvement Jeunes communistes.

9 Si l’on tient pour fondatrices de l’historiographie scientifique du communisme, comme il est communément admis, la thèse d’Annie Kriegel (1964) et « l’aventure du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français », Bernard Pudal, « Historiographie du communisme français », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2010, p. 976-977. Sur le caractère prolifique de la production historiographique du communisme, on se reportera pour les années 1970 à Roger Martelli, « Bref aperçu des publications consacrées au PCF depuis 1969 », dans Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, n° 29-30, 1979, p. 128-145 ; pour le début des années 1980, on consultera Danielle Tartakowsky, « L’historiographie du Parti communiste français. Nouveau bilan », dans Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, n° 23, 1985, p. 81-90.

10 Nous les excluons de notre étude pour nous concentrer sur les recherches menées spécifiquement et directement sur les organisations de jeunesse communistes.

11 Les travaux de Philippe Robrieux, lui-même ancien militant de la JC, sont sans doute les seuls à faire vraiment exception, Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, Paris, Fayard, 1981-1984.

12 Marc Giovaninetti, 50 ans au cœur du système communiste : Raymond Guyot, un dirigeant du PCF, thèse de doctorat d’histoire, Paris-XIII, 2009, p. 17.

13 La recherche la plus ancienne semble en effet être celle menée par Frédéric Castaing sous la direction de Pierre Vilar, Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes. Origines et formation. 1919-1921, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-I, 1969 (sous la direction de Pierre Vilar).

14 Jacques Varin, Jeunes comme JC. Sur la jeunesse communiste, t. I, De 1920 à 1939, Paris, Éditions sociales, 1975. On peut aussi mentionner l’album militant anniversaire réalisé pour le soixante-dixième anniversaire de la JC, Patrick Coulon, Génération luttes, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1990. À l’évidence, la rareté des livres n’a pas peu contribué à l’anonymat des recherches menées sur la question.

15 Congrès qui marqua l’adhésion des Jeunesses socialistes à l’Internationale communiste des jeunes, Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit., « Le Congrès de Paris ».

16 Patrick Garcia, « Essor et enjeux de l’histoire du temps présent au CNRS », dans La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 9, 2003. http://histoire-cnrs.revues.org/562 ; Patrick Garcia, « Histoire du temps présent », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), op. cit., p. 267-279.

17 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français : 1914-1920. Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, Paris/La Haye, Mouton, 1964.

18 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit.

19 Frédéric Castaing n’a pu avoir accès aux archives de police.

20 Frédéric Castaing, « Aux origines des Jeunesses communistes de France », dans Le Mouvement social, n° 74, 1971, p. 47-73.

21 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit., « Implantation géographique des jeunesses socialistes communistes et effectifs ».

22 Jean-Claude Herschon, La Fédération nationale des jeunesses communistes en 1923-1924, mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paris-I, 1971 (sous la direction de Jacques Droz).

23 René Gallissot, « Le Parti à l’état naissant. L’apport des jeunesses communistes (1920-1926) », Recherches et débats.Supplément aux Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, n° 1, 1978.

24 La Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation et d’information contemporaine, pas plus que les archives des Cahiers d’Histoire n’ont pu nous donner accès à cet article d’un intérêt potentiellement majeur pour notre sujet. Que soient ici remerciés Catherine Bensadek ainsi que tous les personnels qui m’ont aidé dans cette vaine quête. Cependant, l’angle retenu par l’article de René Gallissot, en dépit de son titre, est peut-être avant tout celui de la SFIC si l’on suit le rapide résumé du supplément effectué par Roger Martelli dans les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez. Il précise que l’article de René Gallissot (accompagné d’un article à l’approche différente écrit par Jean-Paul Scot) discute « la nature politique et la stratégie du PCF dans les premières années de son histoire. », Roger Martelli, « Recherches et débats. Une nouvelle publication de l’IMT », Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, n°24, 1978, p. 167.

25 Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010. La JC fait simplement l’objet d’une mention minime dans Romain Ducoulombier, « Succéder à Jaurès ? Filiations et ruptures aux origines de la culture communiste en France », dans Ludivine Bantigny, Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, xixe-xxisiècle), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le nœud gordien », 2011, p. 64-66.

26 Frédéric Castaing, Les Jeunesses communistes, op. cit., Introduction.

27 Dernièrement, voir Kevin Morgan, « Militarism and anti-militarism : socialists, communists and conscription in France and Britain 1900-1940 », dans Past & Present. À journal of historical studies, n° 202, 2009, p. 207-244.

28 Yves Lanchon, L’action antimilitariste du PC et de la JC. 1928-1935, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-I, 1975 (sous la direction de Jacques Droz et Jacques Girault) ; David François, L’action antimilitariste communiste de 1921 à 1929, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgogne, 1995 (sous la direction de Serge Wolikow). Outre ces deux mémoires, on peut lire sur le sujet un article de Georges Vidal non centré sur les JC mais qui leur fait une certaine place, Georges Vidal, « Violence et politique dans la France des années 1930 : le cas de l’autodéfense communiste », dans Revue historique, n° 640, 2006, p. 901-922.

29 La fameuse série F7 des Archives nationales (particulièrement 13181-13186 consacrées spécifiquement à la JC).

30 Yves Lanchon, op. cit., « L’affaire du groupe et ses conséquences ».

31 Jean-Paul Brunet, « Une crise du Parti communiste français : l’affaire Barbé-Celor », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 16, 1969, p. 439-462.

32 Ainsi de Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences. De 1920 à nos jours, Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au xxe siècle », 1990 ; Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse de doctorat d’État, université Paris-VIII, 1990, chapitre 28 (sous la direction de Claude Willard) ; Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried. Le grand secret du PCF, Paris, Seuil, coll. « Archives du communisme », 1997, p. 152-173.

33 Marc Giovaninetti, thèse citée, quatrième chapitre « Entre sommet et abîme, comparse et dénonciateur du groupe de la jeunesse », p. 125-169.

34 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et l’Internationale communiste des jeunes, 1922-1939, mémoire de diplôme d’études approfondies d’histoire, université de Bourgogne, 2001 (sous la direction de Serge Wolikow). Cf. le troisième chapitre « L’affaire du groupe Barbé-Célor », p. 108-159.

35 Ibid., p. 112. C’est moi qui souligne.

36 Voir particulièrement les pages 97 à 107.

37 Cédric Méletta, « Une biennale de l’engagement : le Front populaire de la jeunesse de Paris (1935-1937) », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 74, 2004, p. 7-13.

38 Au cours des seules cinq dernières années, on comptait déjà les livres suivants : Jacques Girault, Au-devant du bonheur. Les Français et le Front populaire, Paris, CIDE, 2006 ; Xavier Vigna, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le Pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front populaire, Paris, Éditions sociales, coll. « Histoire/essais », 2006 ; Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky, Le Front populaire, Paris, Larousse, coll. « L’œil des archives », 2009.

39 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front populaire, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgogne, 2000 (sous la direction de Jean Vigreux et Serge Wolikow).

40 Ibid., p. 43-56 particulièrement.

41 Ibid., p. 6. Plus largement, p. 130-160.

42 Pascal Ory, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire. 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p.78.

43 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit., p. 84-96 notamment.

44 Céline Sanchez, La socialisation politique des jeunes ouvriers dans les mouvements de jeunesse à l’époque du Front populaire : Jeunesses socialiste, communiste et ouvrière chrétienne, mémoire de master 2 d’histoire, université de Rouen, 2008 (sous la direction de Ludivine Bantigny et Olivier Feiertag).

45 Céline Sanchez, « Pour conquérir la jeunesse, faut-il faire moins de politique ? La Jeunesse communiste sous le Front populaire », dans Histoire@Politique, Politique, culture, société, n° 4, 2008. http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=04 & rub = dossier & item = 36

46 Céline Sanchez, op. cit., troisième partie. Céline Sanchez répond par la négative pour les jeunes ouvriers, reprenant la position développée par Antoine Prost dans son article classique, Antoine Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 13, 1987, p. 35-44. Le concept de génération a notamment trouvé une utilisation historienne pour la période dans la thèse de Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1994 [1e éd. Fayard, 1988].

47 Victor V. Privalov, The Young Communist International and its origins, Moscou, éditions du Progrès, 1971 [trad. Nick Bobrov], Richard Cornell, Revolutionary Vanguard : The Early Years of the Communist Youth International. 1914-1924, Toronto, University of Toronto Press, 1982.

48 Joël Kotek, Paix et guerre parmi les jeunes et les étudiants. Les organisations internationales de jeunesse et d’étudiants dans la guerre froide (1935-1967). Contribution à l’étude de la guerre froide, thèse de doctorat de sciences politiques, Institut d’études politiques de Paris, 1993 (sous la direction de Pierre Hassner), thèse publiée sous le titre, La jeune Garde. La Jeunesse entre KGB et CIA 1917-1989, Paris, Le Seuil, coll. « Archives du communisme », 1998.

49 Stéphane Courtois, Le Bolchevisme à la française, Paris, Fayard, 2010, p. 76. Reprise de Stéphane Courtois, « Chronique de l’historiographie du Parti communiste français », dans Stéphane Courtois (dir.), Communisme en France. De la révolution documentaire au renouveau historiographique, Paris, Institut catholique d’études supérieures/Éditions Cujas, 2007, p. 5-44.

50 Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse de doctorat d’État d’histoire, université Paris-VIII, 1990 (sous la direction de Claude Willard).

51 Stéphane Chatonnat, La JC et l’ICJ. 1926-1933, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgogne, 1995 (sous la direction de Serge Wolikow).

52 C’est-à-dire, à l’échelle de l’IC, la période de la bolchevisation et de la tactique « classe contre classe », Serge Wolikow, L’Internationale…, op. cit., chapitre 3, p. 76-86.

53 Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et l’Internationale communiste des jeunes, 1922-1939, mémoire de diplôme d’études approfondies d’histoire, université de Bourgogne, 2001 (sous la direction de Serge Wolikow).

54 Ainsi, ceux de Léo Figuères, par exemple, sont incontournables pour la période et déjà bien connus. Pour la dernière édition, voir Léo Figuères, Communiste. Une aventure militante, Pantin, Le Temps des cerises, 1996.

55 Toujours le fonds F7 des Archives nationales.

56 Notamment le fonds 533.

57 Sur la question biographique et prosopographique en général, on se reportera à François Dosse, Le pari biographique. écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, et son article de synthèse, François Dosse, « Biographie, prosopographie », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), op. cit., p. 75-81. Sur la question biographique et prosopographique militante, on se reportera à Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part des militants, Paris, éditions de l’Atelier, 1996 ainsi qu’à Serge Wolikow (dir.), Écrire des vies. Biographie et mouvement ouvrier. xixe-xxe siècles, dans Territoires contemporains. Cahiers de l’Institut d’histoire contemporaine, n° 1, 1994.

58 Albert Treint a fait l’objet d’une thèse encore inédite, Aurélien Durr, Albert Treint. Itinéraire politique (1914-1939), thèse de doctorat, Paris-XIII, 2006 (sous la direction de Jacques Girault). Pierre Semard a été au cœur de réflexions croisées d’historiens rassemblées récemment, Serge Wolikow (dir.), Pierre Semard. Engagements, discipline et fidélité, Paris, Le Cherche Midi, coll. « Documents », 2007. Les historiens ont consacré à Maurice Thorez de nombreux travaux dont les principaux sont sans doute Philippe Robrieux, Maurice Thorez. Vie publique, vie privée, Paris, Fayard, coll. « Le monde sans frontières », 1975 ; Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Facettes », 2000 ; Annette Wieviorka, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, 2010. Waldeck Rochet a fait l’objet d’une thèse publiée, Jean Vigreux, Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

59 David Saint-Pierre, Maurice Laporte. Une jeunesse révolutionnaire. Du communisme à l’anticommunisme (1916-1945), Laval, Presses de l’université de Laval, 2006. Voir surtout les pages 1 à 86.

60 Jean-Paul Brunet, Saint-Denis la ville rouge. Socialisme et communisme en banlieue ouvrière (1880-1939), Paris, Hachette, 1980. Ouvrage tiré de sa thèse Id., Une banlieue ouvrière : Saint-Denis (1890-1939). Problèmes d’implantation du socialisme et du communisme, thèse de doctorat d’État, université Paris-IV, 1978 (sous la direction de Louis Girard).

61 Jean-Paul Brunet, Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986. Voir surtout les pages 1 à 166.

62 Marc Giovaninetti, thèse citée.

63 Ibid., p. 30.

64 Ibid., chapitres 1 et 2.

65 Ibid., chapitres 3 et 4.

66 Ibid., chapitres 5, 6, 7, 8, 10 et 12 essentiellement.

67 Ibid., p. 784 et sq.

68 Sylvain Boulouque, L’Affaire de l’Humanité, Paris, Larousse, 2010.

69 Stéphane Courtois, « Un été 1940. Les négociations entre le PCF et l’occupant allemand à la lumière des archives de l’Internationale communiste », dans Communisme, n° 32-34, 1993, p. 85-128. Reproduit sous forme du cinquième chapitre de Stéphane Courtois, Le Bolchevisme à la française, Paris, Fayard, 2010, p. 134-174 ; Roger Bourderon, La Négociation. Été 40. Crise au PCF, Paris, Syllepse, 2001. J.-P. Besse, Cl. Pennetier, Juin 40. La Négociation secrète, Paris, L’Atelier, 2006.

70 Karel Bartosek, Stéphane Courtois, Jean-Louis Margolin, Andrzej Paczkowski, Jean-Louis Panné, Nicolas Werth (dir.), Le Livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1997.

71 René Lamouroux, La Jeunesse communiste en Bourgogne de 1921 à 1947 : action politique et éducative, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgogne, 2002 (sous la direction de Maurice Carrez).

72 En dépit du titre, c’est d’abord cette période qui retient l’attention de l’auteur, comme il l’indique lui-même, Ibid., p. 4.

73 L’étude de lieux de scolarité comme les écoles normales donne souvent des informations précieuses sur les jeunes communistes. En témoigne, par exemple, le récent article consacré à l’école normale de Chartres pendant la Guerre d’Algérie, Anne Pasques, « Chartres, "l’école normale la plus rouge de France" ? », dans Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault (dir.), La France en guerre (1954-1962) ?, Paris, Autrement, coll. « Mémoires », 2008, p. 169-174.

74 Jacques Varin, Jeunes comme JC, t. 1, De 1920 à 1939, Paris, Éditions sociales, 1975.

75 De ce point de vue, la préface donne le ton : « L’histoire, lorsqu’elle est bien racontée, a des vertus formatrices. Incontestablement cette histoire des JC […] contribuera à donner aux jeunes générations, et aux moins jeunes, des raisons supplémentaires de lutter et de mieux comprendre où conduit la lutte. »

76 Sylvain Boulouque, « Les Jeunesses communistes : structures d’organisation, appareil et implantation », dans Communisme, n° 76-77, 2004, p. 7-26.

77 Notamment le fonds 533 des Archives sociales et politiques de la Fédération de Russie.

78 Ibid., p. 7.

79 Ibid., p. 23.

80 Susan B. Whitney, Mobilizing Youth. Communists and Catholics in Interwar France, Durham, Duke University Press, 2009.

81 Susan Whitney développe ainsi l’idée que la JC des années 1920 est une « Vanguard within a Vanguard Party », Ibid., p. 29.

82 Jean Vigreux, « “La jeune garde”, fer de lance du modèle communiste (1919-1939) », dans Philippe Guignet et Jean-Frrançois Chanet (dir.), Jeunesse, éducation et religion au xxe siècle. En mémoire à Alain-René Michel, Revue du Nord, Hors série. Collection Histoire n° 23, 2009, p. 237-250.

83 Michel Dreyfus, « Préface », dans Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste, Paris, L’Harmattan, 2009.

84 Même si des travaux préparatoires ont été menés par Jacques Varin, comme en témoignent les archives du Parti communiste français où l’on peut consulter le projet de préface du deuxième tome envisagé. Je remercie Étienne Bordes de m’avoir communiqué cette information.

85 Jean-Marie Guillon indique même que l’activité visible du Parti pendant la Seconde Guerre mondiale est le « quasi-apanage de la Jeunesse communiste », Jean-Marie Guillon, « Conclusion. Variables régionales, unité du Parti », dans Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux (dir.), Les Communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987, p. 415.

86 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Robert Laffont, coll. « Notre époque », 1991 ; Léo Figuères, op. cit. ; André Ouzoulias, Les Bataillons de la jeunesse, Paris, Éditions sociales, 1967. Pour les plus anonymes, on citera parmi mille exemples possibles : Pierre Fugain, « L’activité des jeunes communistes de 1940 à 1941 à Grenoble », dans Jean-William Dereymez (dir.), Être jeune en Isère (1939-1945), Paris, L’Harmattan, coll. « Mémoires du xxe siècle », 2001, p. 77-83, Maurice Moissonnier, « Du collège à la clandestinité des forces unies de la jeunesse patriotique », dans Jean-William Dereymez (dir.), Être jeune en France (1939-1945), op. cit., p. 309-316 (et plus largement toute la cinquième partie de l’ouvrage : « Jeunesse et communisme ») ou encore Jean Collet, à 20 ans dans la Résistance, Paris, Graphein, 1999. Outre les mémoires, on peut se reporter aux nombreux livres d’entretiens. Citons, par exemple, David Diamant, 250 combattants de la Résistance témoignent. Témoignages recueillis de septembre 1944 à décembre 1989, Paris, L’Harmattan, 1991 ou encore Véronique Beaux, Jacques Thouroude, Moi, Jean Courcier. Mes 20 ans, de la résistance à la déportation, Rennes, Apogée, 2003.

87 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Le Sang des communistes. Les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée. Automne 1941, Paris, Fayard, coll. « Nouvelles études contemporaines », 2004. Voir aussi Franck Liaigre, « Les Bataillons de la jeunesse », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquin », 2006, p. 167-168.

88 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, op. cit., p. 15.

89 Voir particulièrement l’épilogue « Légendes, mémoires et histoire ».

90 Michel Pigenet, « Les jeunes communistes de la région parisienne et la guerre à la Libération », dans JacquesGirault (dir.), Des Communistes en France (années 1920-années 1960), Publications de la Sorbonne, Paris, 2002, p. 477-487.

91 Michel Pigenet, Les « Fabiens ». Des barricades au front (septembre 1944-mai 1945), Paris, L’Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire », 1995.

92 Michel Pigenet, op. cit., p. 480.

93 Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit.

94 Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Paris, Éditions de l’Atelier. La parution de cette nouvelle série (1940-1968) a commencé en 2006 et se poursuit à un rythme d’environ un tome par an.

95 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’Affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Paris, Larousse, coll. « à rebours », 2009.

96 Voir particulièrement les pages 12 et 13 pour la vision des sources développée par ces deux chercheurs du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales.

97 Boris Dänzer-Kantof, Les jeunes communistes de la région parisienne (1939-1942), thèse de doctorat en cours à l’université de Bourgogne (sous la direction de Jean-Marc Berlière), depuis 2004. http://lisit491.u-bourgogne.fr/listhc.htm

98 Patricia Devaux, Le théâtre de la guerre froide en France. 1946-1956, thèse de doctorat d’histoire, Institut d’études politiques de Paris, 1993 (sous la direction de Pierre Milza).

99 Patricia Devaux, « Le Théâtre communiste durant la guerre froide », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 44, 1997, p. 86-108. Patricia Devaux, « Le théâtre, scène politique, de la Libération à la guerre froide », dans Revue française d’histoire des idées politiques, n° 8, 1998, p. 255-370.

100 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste, mémoire de master 2 d’histoire, université Paris-I, 2008 (sous la direction de Michel Dreyfus).

101 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste, Paris, L’Harmattan, 2009.

102 Cette organisation était surtout connue jusqu’alors pour son rôle de premier plan dans la guerre d’Indochine, Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine. 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 1985. Notamment, à travers son militant et dirigeant, Henri Martin, Alain Ruscio (dir.), L’Affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine, Pantin, Le Temps des cerises, 2005.

103 Alexandre Courban, L’Humanité (avril 1904-août 1939). Histoire sociale, politique et culturelle d’un journal du mouvement ouvrier français, thèse de doctorat d’histoire, université de Bourgogne, 2005 (sous la direction de Serge Wolikow).

104 Frédérique Matonti, « Nous les garçons et les filles. Un cas limite de réception présumée politique », dans Isabelle Charpentier (dir.), Comment sont reçues les œuvres ?, Grâne, Créaphis, 2006, p. 153-163.

105 Fabien Marion, Nous les garçons et les filles. Un révélateur des contradictions du Mouvement de la jeunesse communiste de France, mémoire de master 1 d’histoire, université de Provence, 2007 (sous la direction d’Isabelle Renaudet).

106 Ibid., p. 11.

107 Hormis, bien sûr, quelques mentions éparses, comme dans Roger Martelli, L’Empreinte communiste. PCF et société française. 1920-2010, Paris, Éditions sociales, coll. « Histoire/essais », p. 220.

108 Olivia Gomolinski, « Jeunesse », dans Stéphane Courtois (dir.), Dictionnaire du communisme, Paris, Larousse, coll. « À présent », 2007, p. 318.

109 Jean-Luc Durand, Une organisation politique à Rennes : le cas de la Jeunesse communiste, mémoire de fin d’études de sciences politiques, Institut d’études politiques de Rennes, 1998 (sous la direction de Philippe Garraud).

110 Jean-Luc Durand, Engagement et défection dans les organisations politiques de jeunesse : étude sur les jeunesses socialistes et les jeunesses communistes, mémoire de diplôme d’études approfondies de sciences politiques, Institut d’études politiques de Paris, 1999 (sous la direction de Pierre Favre).

111 Catherine Leclercq, Histoires d’« ex ». Une approche sociobiographique du désengagement des militants du Parti communiste français, thèse de doctorat de sciences politiques, Institut d’études politiques de Paris, 2008 (sous la direction de Marc Lazar).

112 Ivan Sainsaulieu, Les jeunes communistes militant en entreprise : le renouvellement du PCF, mémoire de diplôme d’études approfondies de sciences politiques, Institut d’études politique de Paris, 1991 (sous la direction de Pierre Favre).

113 « La jeunesse étudiante n’est pas toute la jeunesse : il faut compter avec les masses paysannes et ouvrières. Qu’est-ce que 80 000 étudiants quand chaque classe d’âge voit arriver à la jeunesse environ 600 000 individus ? » Plus loin, à propos des étudiants contestataires : « Sans doute minoritaires, à l’intérieur d’un groupe étudiant lui-même très minoritaire, les contestataires sont peut-être le grain de sel qui donne à l’époque sa saveur, mais ils ne sont guère plus. », Antoine Prost, « Jeunesse et société… », op. cit., p. 41.

114 Robi Morder, « Années 1960. Crises des jeunesses, mutations de la jeunesse », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 74, 2004, p. 62.

115 Par exemple, Mathias Bernard, La France de mai 1958 à mai 1981. La grande mutation, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche. Références. Histoire », 2003, p. 108-109. Ou, plus récemment, Christian Delacroix, Michelle Zancarini-Fournel, La France du temps présent. 1945-2005, Paris, Belin, coll. « Histoire de France », 2010, p. 587.

116 Je nomme ainsi l’UEC de sa recréation en 1956 jusqu’à 1968. Étant entendu que la première UEC est l’organisation étudiante communiste créée en 1938.

117 Serge Curinier, « UEC (Union des étudiants communistes de France), 1956-1965 », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2003, p. 1034-1036.

118 Aude Portalis, Les Dirigeants de l’Union des étudiants communistes. Essai d’analyse prosopographique, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-I, 2001 (sous la direction de Jean-Louis Robert et Claude Pennetier).

119 Frédérique Matonti, Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », dans Dominique Damamme, Boris Gobille., Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai-Juin 68, Paris, éditions de l’Atelier, 2008, p. 47-61.

120 Gilles Vergnon, La Crise de l’Union des étudiants communistes. 1960-1966, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Grenoble, 1979 (sous la direction de Pierre Broué). Xavier Vigna, La crise de l’Union des étudiants communistes. 1960-1966, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-X, 1993 (sous la direction de Jean-Jacques Becker et Danièle Zeraffa Dray).

121 Séverine Liatard, L’Union des étudiants communistes, les intellectuels, la culture à travers le journal Clarté, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-I, 1993 (sous la direction de Danielle Tartakowsky). Serge Curinier, Les Étudiants communistes et leur journal Clarté. Histoire d’une dissidence (1956-1965). Étude politique et intellectuelle, mémoire de diplôme d’études approfondies d’histoire, Université Lille-III, 1990 (sous la direction de Jean-François Sirinelli).

122 Paul Gaudric, Les Étudiants de l’Union des étudiants communistes (1956 à 1968) : acquisition et reconversion d’un capital politique, mémoire de master 2 de sciences politiques, université Paris-X, 2004 (sous la direction de Bernard Pudal).

123 Corinne Lhaïk, Les Étudiants communistes et la guerre d’Algérie. 1954-1962, thèse de troisième cycle d’histoire, Institut d’études politiques de Paris, 1978 (sous la direction de Pierre Milza).

124 Philippe Robrieux, Notre génération communiste. 1953-1968. Essai d’autobiographie politique, Paris, Robert Laffont, coll. « Notre époque », 1977.

125 Hervé Hamon, Philippe Rotman, Génération, t. I, Les Années de rêve, Paris, Le Seuil, 1987.

126 à propos de Génération, on peut suivre l’excellent résumé d’une chercheuse belge en littérature. « Le premier tome, paru en 1987 et sous-titré « Les années de rêve », s’intéresse strictement aux acteurs les plus médiatisés du mouvement, dont il compile les témoignages. Devenu le best-seller des récits populaires sur 68, il sera prolongé par une série télévisée du même nom, laquelle regroupe quinze documentaires, combinant images d’archives et interviews récentes de personnalités telles que Daniel Cohn-Bendit, Bernard Kouchner ou Alain Krivine. », Sarah Sindaco, « Mai 68, les avatars d’une posture générationnelle. Ou comment Dany le Rouge est passé aux Verts », dans COnTEXTES, n° 8, 2011, http://contextes.revues.org/index4718.html

127 Michel Dreyfus, PCF Crises et dissidences. De 1920 à nos jours, Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au xxe siècle » 1990, « La crise de l’UEC (1963-1967) », p. 141-153.

128 Frédérique Matonti, Bernard Pudal, op. cit. Notons que les deux politistes s’appuient notamment sur le travail de l’élève de Bernard Pudal, Paul Gaudric.

129 Marco Di Maggio, « L’Union des étudiants communistes : dibatto et normalizzazione 1963-1965 », L’evoluzione del Partito Comunista Francese attraverso il dibattito interno e il ruolo degli intellettuali (1961-1973), thèse de doctorat d’histoire, université de Rome-Sapienza/Université de Bourgogne, 2009 (sous la direction de Giorgio Caredda et Serge Wolikow).

130 Les Cahiers du GERME, spécial n° 2, 1997. Notamment les communications de Paul Bouchet, Jiri Pelikan et Joël Kotetk. En contrepoint, on lira également avec profit la lettre de réponse de Tom Madden suscitée par ces communications dans Les Cahiers du GERME, n° 18, 2001.

131 Jacques Varin, « L’Union fédérale des étudiants », dans Les Cahiers du GERME, spécial n° 3, 1998 ; Jacques Varin, « De la Résistance au syndicalisme étudiant », dans Les Cahiers du GERME, n° 25, 2005. Plus généralement, pour une synthèse des travaux du GERME, on se reportera à Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, coll. « GERME », 2007. Signalons, hors du GERME, qu’Alice Lavabre, sous la direction de Bernard Pudal, mène actuellement des recherches sur l’Union fédérale des étudiants. Pour une approche du syndicalisme lycéen lié à la JC, on lira Paul Ariès, « Requiem pour un syndicalisme lycéen. L’UNCAL à Lyon entre 1973 et 1979 », dans Le Mouvement social, n° 168, 1994, p. 107-136.

132 Jacques Varin, « Les étudiants communistes, des origines à la veille de 1968 », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 74, 2004, p. 37-49.

133 Philippe Chassaigne, Les années 1970. Fin d’un monde et origine de notre modernité, Paris, Armand Colin, 2008.

134 Pour la première UEC et l’épisode célèbre des manifestations étudiantes de novembre 1940, mentionnons le récent article du chercheur du GERME Alain Monchablon, Alain Monchablon, « La manifestation à l’Étoile du 11 novembre 1940. Histoire et mémoire », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°110, 2011, p. 67-81.

135 Hervé Hamon, Philippe Rotman, Génération, t. II, Les années de poudre, Paris, Le Seuil, 1988, p. 666. Cité par Étienne Bordes, Le Désenchantement d’un monde. Étudiants et dirigeants communistes dans l’aggiornamento (1969-1981), mémoire de master 2 d’histoire, université Toulouse-II-Le Mirail, 2010 (sous la direction de Jean-François Soulet), p. 9.

136 Étienne Bordes, La Jeunesse dans le Parti communiste 1969-1981, mémoire de master 1 d’histoire, université Toulouse-II-Le Mirail, 2009 (sous la direction de Jean-François Soulet). Étienne Bordes, Le Désenchantement ..., op. cit.

137 Douze entretiens pour le M1 ; quinze pour le M2.

138 Florence Descamps (dir.), Les Sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. « Sources d’histoire », 2006, p. 43. Pour une approche générale synthétique, se reporter à Florence Descamps, « Histoire orale », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), op. cit., p. 364-371.

139 Étienne Bordes, La Jeunesse…, op. cit., p. 48. Étienne Bordes, Le Désenchantement…, op. cit., p. 275 notamment.

140 On peut se reporter notamment à sa thèse, Julian Mischi, Structuration et désagrégation du communisme français: 1920-2002 : usages sociaux du parti et travail partisan en milieu populaire, thèse de doctorat de sciences politiques, École des hautes études en sciences sociales, 2002 (sous la direction de Marc Lazar). Récemment remaniée et éditée, Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilité militante au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2010.

141 Sur ce point, je renvoie à nouveau à la thèse de Marco Di Maggio déjà citée. Il est regrettable qu’Étienne Bordes n’ait pas pu en profiter, du fait de l’absence de publication et de traduction de ces travaux.

142 Histoire qui reste, dans une grande mesure, à écrire même si les politistes ont déjà apporté une contribution significative, Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture. 1944-1956, Paris, Fayard, 1983 ; Jeannine Verdès-Leroux, Le réveil des somnambules. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture. 1956-1985, Paris, Fayard, 1987 ; Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire », 2005.

143 Pour le M1, se reporter particulièrement à l’étude de cas « Des “rouges” à l’université. Essai de prosopographie d’étudiants communistes toulousains. 1969-1981 » dans Étienne Bordes, La Jeunesse…, mémoire cité, p. 81-205.

144 Françoise Thébaud, « Le genre de la démocratie au xxe siècle », dans Michelle Riot-Sarcey (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, coll. « Bibliothèque historique Larousse », 2010, p. 188-195.

145 Jacques Varin, op. cit., p. 235-241. Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit., p. 141-147. Susan B. Whitney, op. cit. Notons que c’est sans doute cette dernière qui accorde le plus d’attention à l’UJFF. Notamment, dans l’article suivant, Susan B. Whitney, « Embracing the status quo : French communists, young women and the Popular Front », dans Journal of social history, n° 30, 1996, p. 29-53.

146 Paula Schwartz, « Résistance et différence des sexes : bilan et perspectives », dans Clio, n° 1, 1995, http://clio.revues.org/index516.html.

147 Même si le matériau ne laisse pas d’affleurer, notamment dans les récents travaux de Marie-Claude Albert consacrés à l’activité résistante féminine dans la manufacture d’armement de Châtellerault où sont évoquées, par exemple, Renée Moreau, Léone Baugé-Jamain ou encore Éliane Devergne, toutes résistantes au sein de l’UJFF, Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l’Occupation, La Crèche, Gestes éditions, 2007.

148 Denise Karnaouch-Poindron, « L’UJFF et l’UFF : réflexion sur leur histoire », Pénélope, n° 11, 1984, p. 105-112.

149 Fabien Marion, Chronique d’une disparition. L’Union des jeunes filles de France. Permanences et changements (1956-1974), mémoire de master 2 d’histoire, université de Provence, 2008 (sous la direction d’Anne Carol).

150 Alain Corbin, « Préface », dans Régis Revenin (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, coll. « Mémoires/Histoire », 2007, p. 10.

151 Ibid., p. 8.

152 Jacques Varin, op. cit., p. 241-245. Élise Manuélian, La Jeunesse communiste et le Front…, op. cit., p. 147-150. Giovaninetti, op. cit., p. 302-314.

153 Outre les travaux de Julian Mischi déjà cités, on peut évoquer Jean Vigreux, La faucille après le marteau. Le communisme rural dans l’entre-deux-guerres, Besançon, Presses de l’université de Franche-Comté, 2011 [à paraître] ou encore Laird Boswell, Rural communism in France. 1920-1939, Ithaca/London, Cornell University Press, 1998.

154 Annette Wieviorka, Ils étaient juifs, résistants, communistes, Paris, Denoël, 1986.

155 Claude Collin, « À propos de l’Union de la jeunesse juive (UJJ), organisation de jeunesse liée à la section juive de la MOI », dans Jean-William Dereymez (dir.), Être jeune en France (1939-1945), Paris, L’Harmattan, coll. « Mémoires du xxe siècle », 2001, p. 293-300. Claude Collin, «Aux origines de l’Union de la jeunesse juive. Contribution à l’histoire des organisations juives de résistance », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 41-1, 1996, p. 77-85. Claude Collin, « Montpellier Grenoble… 1942. Éléments pour une histoire des organisations communistes juives en zone Sud », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 44-3, 1999, p. 465-477. Claude Collin, Jeune combat. Les jeunes juifs de la MOI dans la Résistance, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Résistances », 1998.

156 Ainsi, pendant la Seconde Guerre mondiale, en zone nord, les cadres de la FSGT ont suppléé pour partie ceux de la JC, anéantis par une précoce répression, m’indique Marc Giovaninetti. Pour ce qui est de Tourisme et travail, l’importance, dans cette organisation, d’un dirigeant de premier plan de l’UJRF puis de la FMJD comme Guy de Boysson, suggère assez les liens existant entre ces organisations.

157 Sylvain Pattieu, Mouvement syndical et tourisme populaire en France. 1945- années 1980. Le cas de Tourisme et Travail, thèse de doctorat d’histoire, université Paris-VIII, 2007 (sous la direction de Danielle Tartakowsky). Une version remaniée a été publiée récemment : Sylvain Pattieu, Tourisme et travail. De l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, coll. « Histoire », 2009. Pour la FSGT, les études commencent à être nombreuses quoique toutes inédites. Signalons les travaux pionniers de Nicolas Kssis, sous la direction de Jacques Girault, dans la suite de son mémoire, Nicolas Kssis, Mouvement ouvrier et ballon rond : l’exemple du football corporatif à la FSGT dans le département de la Seine (1936-1939), mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-1, 1994 (sous la direction d’Antoine Prost et de Noëlle Gérôme) ; Fabien Sabatier, Une histoire socioculturelle de la FSGT (1945-1972). La diffusion sociale de son projet « sportif » à l’épreuve de ses réseaux et de ses militants, thèse de doctorat d’histoire, université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2003 (sous la direction de Jean-Yves Mollier). Enfin, une approche sociologique : Marianne Borrel, Sociologie d’une métamorphose : la FSGT entre société communiste et mouvement sportif (1964-1992), thèse de doctorat de sociologie, Institut d’études politiques de Paris, 1999 (sous la direction de Philippe Urfalino).

158 Voir la bibliographie ci-après.

159 Roger Martelli, « Bref aperçu… », op. cit., p. 128-129.

160 Stéphane Courtois, « Chronique de l’historiographie… », op. cit., p. 41.

161 Danielle Tartakowsky, « L’historiographie du Parti communiste français. Nouveau bilan », dans Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, n° 23, 1985, p. 81-90. On n’y trouvera significativement aucune mention d’une organisation de jeunesse communiste.

162 Laird Boswell, « L’historiographie du communisme français est-elle dans une impasse ? », dans Revue française de sciences politiques, n° 55, 2005-5/6, p. 923.

163 Sur ce sujet, on peut notamment consulter Claude Pennetier, « Les archives du communisme : Moscou, Prague, Paris », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 67, 1997, p. 125-142.

164 Une bonne partie du mémoire de maîtrise de Frédéric Castaing est une réponse à cette question. À cet égard, on se contentera de reproduire une citation de L’Avant-Garde de peu postérieure au congrès de Tours de la SFIO : « Si nous pouvons féliciter nos aînés du résultat obtenu, nous devons nous rappeler que c’est un peu grâce à notre action que s’est opérée la désinfection. » Cité dans Frédéric Castaing, op. cit., « Le Congrès de Paris ».

165 Même si l’absence de travaux sur les jeunes et la CGT doit nous faire nuancer cette appréciation de retard général. On peut toutefois signaler en ce domaine la thèse de doctorat en cours de François Panel (sous la direction de John Barzman et de Michel Dreyfus) portant sur « Jeunesse et syndicalisme à travers l’exemple d’EDF-GDF de Yainville à Paluel (1946-2006) ».

166 L’ampleur et la variété des travaux engagés sont suggérées par le riche colloque organisé par Matthew Worley et Leo Goretti à Reading (Royaume-Uni) le 5 avril 2011, Communism and Youth in the Twentieth Century.

167 Les organisations de jeunesse catholiques ont fait l’objet de nombreuses études. L’ouvrage de référence, issu d’une habilitation à diriger des recherches, est désormais : Alain-René Michel, Catholiques en démocratie. L’Association catholique de la jeunesse française. 1918-1956, Paris, éditions du Cerf, coll. « Histoire », 2006.

168 Trois exemples de travaux ambitieux pour trois familles politiques. Pour les socialistes, la référence est désormais cet ouvrage, issu d’une habilitation à diriger des recherches, Christine Bouneau, Socialisme et jeunesse en France. 1879-1969. Acteurs, discours, moments et lieux, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2009. Pour la mouvance radicale, Cédric Méletta, La Fédération des jeunesses laïques et républicaines : un apprentissage politique et civique dans la France de l’entre-deux-guerres (1924-1939), thèse de doctorat d’histoire, université Paris-X, 2005 (sous la direction de Gilles Le Béguec). Pour la droite, l’ouvrage issu d’une thèse de doctorat, François Audigier, Génération gaulliste. L’Union des jeunes pour le progrès 1965-1975 : une école de formation politique, Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. « Histoire contemporaine », 2005.

169 Pour plus de précisions, consulter Jean Vigreux, « 1990-2010 : archives et écriture(s) de l’histoire du PCF », dans Julie Lauvernier et Philippe Poirrier (dir.), Historiographie & archivistique. Écriture et méthodes de l’histoire à l’aune de la mise en archives, Territoires contemporains, nouvelle série, n° 2, 2011. http://tristan.u-bourgogne.fr/UMR5605/publications/historiographie/J_Vigreux. html

170 Axelle Brodiez, « Le Secours populaire dans la guerre d’Algérie. Mobilisation communiste et tournant identitaire d’une organisation de masse », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 90, 2006, p. 47.

171 La JC jouant souvent le rôle de poisson-pilote, selon l’heureuse expression de Sylvain Boulouque, Sylvain Boulouque, op. cit., p. 23.

172 Pascal Cauchy ne manque pas de signaler « le vaste domaine pour la recherche en histoire politique » qu’il y a là, Pascal Cauchy, « L’histoire politique contemporaine. Essai bibliographique », dans Paul Cauchy, Claude Gauvard, Jean-François Sirinelli (dir.), Les Historiens français à l’œuvre. 1995-2010, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 199-200. La thèse de doctorat de Paul Boulland – non soutenue au moment de la rédaction du présent article – ne manquera pas d’apporter des éléments majeurs en ce domaine, Paul Boulland, Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations PCF de banlieue parisienne (1944-1974), thèse de doctorat d’histoire, université Paris-I, 2011 (sous la direction de Jean-Louis Robert).

173 Jean Vigreux, « 1990-2010… », art. cité.

174 J’emprunte l’expression au sociologue François Dubet qui fait bien sûr écho à l’article célèbre de Pierre Bourdieu, François Dubet, « La jeunesse n’est-elle qu’un mot ? », dans Vincenzo Cicchelli, Olivier Galland, Jacques Hamel, Catherine Pugeault-Cicchelli (dir.), La jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2010, p. 13-21.

175 En ce sens, je me permets de faire référence, comme jalon encourageant, à la journée d’étude organisée le 29 octobre 2010 au Sénat à l’initiative de l’université de Paris 1, du MJCF et de l’UEC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Quashie-Vauclin, « La jeunesse dure longtemps. Quarante ans d’historiographie des organisations de jeunesse communistes françaises », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 195-227.

Référence électronique

Guillaume Quashie-Vauclin, « La jeunesse dure longtemps. Quarante ans d’historiographie des organisations de jeunesse communistes françaises », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2396

Haut de page

Auteur

Guillaume Quashie-Vauclin

Allocataire de recherche, université de Paris 1, doctorant Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’université Paris-1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page