Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Vie et mort d’un ciné-club: le ciné-club d’Ivry (1948-1983)

André Destouches
p. 165-183

Résumé

L’histoire du ciné-club d’Ivry1 s’inscrit pleinement dans celle du mouvement ciné-club. Né dans l’effervescence culturelle de l’après-guerre qui voit se multiplier les ciné-clubs pour un public avide de projections et de débats, il connaît un succès éclatant jusqu’au début des années 1950. Après un passage à vide, il retrouve tout son éclat dans les années de la «Nouvelle Vague» où il est l’un des plus importants ciné-clubs de France. Les difficultés apparaissent au tournant des années 1960 et ne font ensuite que s’aggraver malgré une ultime relance en 1974. Lorsque le ciné-club d’Ivry disparaît en 1983, le déclin s’accélère pour un mouvement ciné-club considéré comme moribond à la fin du xxe siècle. Aujourd’hui, pourtant, on peut repérer des formes multiples de résistance de «l’esprit ciné-club».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Ivry

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2 état des communes à la fin du xix: Ivry-sur-Seine, notice historique et renseignements administra (...)
  • 3 D’autant que trois salles de cinéma s’offrent aux Ivryens dès l’entre-deux-guerres : le National (à (...)
  • 4 En témoigne la collection (incomplète) du Travailleur (hebdomadaire d’informations locales créé par (...)
  • 5 Témoignage de Jacques Pourre recueilli au début des années 1980. Né le 12 juillet 1919 à Wissant (P (...)
  • 6 D’autant que le Casino, détruit par le bombardement du 26/8/1944, ne renaîtra sous le nom de Luxy q (...)
  • 7 Bulletin municipal officiel d’Ivry-sur-Seine de juin 1950. Ce bulletin sera remplacé par Ivry ma vi (...)

1Au départ, un lieu : la salle des conférences, aujourd’hui disparue, édifiée par la ville en 1904 et « destinée aux réunions politiques, aux conférences scientifiques ou artistiques et aux concerts ou bals d’initiative privée donnés dans la commune2 ». Au fil des années s’ajouteront les assemblées à buts humanitaires ou revendicatifs ainsi que, plus rarement3, pièces de théâtre et projections de films à l’initiative d’associations locales comme de la municipalité4. Endommagée par le bombardement du 26 août 1944, la salle des conférences rouvre ses portes dès l’automne et accueille de nouveau de multiples réunions politiques et associatives jusqu’en juillet 1946 où commencent des travaux de rénovation. Prévus pour s’achever au printemps 1947, ils vont en fait durer deux ans suite à la décision d’agrandir la salle et de l’aménager pour lui permettre de « répondre aux besoins énormes de l’après-guerre5 ». Y sont prévus désormais représentations théâtrales, séances de cinéma6, conférences éducatives, galas de danse et musique, arbres de Noël, bals, congrès, meetings, réunions corporatives, etc. La nouvelle salle, inaugurée le 2 mai 1948 en présence de Maurice Thorez, député d’Ivry, et de Georges Marrane, maire de la ville, a fière allure avec 873 places (284 au balcon et 589 à l’orchestre). Elle reçoit ses premiers spectateurs le 6 novembre 1948 « pour l’anniversaire de la révolution d’Octobre avec un film inédit ». La salle des conférences va désormais tourner à plein régime comme en témoigne un premier bilan : « en 1948-49, 42 695 entrées ont été réalisées en 99 séances, le cinéma y occupant une place prépondérante avec 59 séances et 100 films : dans ce cadre, signalons la vitalité du ciné-club7 ».

Des débuts en fanfare

  • 8 Né le 24/10/1900 à Châteauroux (Indre), d’abord ouvrier métallurgiste à Clichy, Roland Dallet est p (...)
  • 9 Né le 20/1/1888 à Louviers (Eure), Georges Marrane devient horloger mécanicien à Paris. Adhérent au (...)
  • 10 Né le 7/3/1915 à Rodez (Aveyron), Marius Prunières gagne Ivry-Port avec sa famille et devient mécan (...)
  • 11 Né le 5/1/1920 à Paris (XVIIe), officier FFL (il fut parachuté en France en 1943 par le BCRA), Max (...)
  • 12 Appolin Anris, monteur électricien, membre du PCF (il fut arrêté et interné du 5/10/1940 au 1/3/194 (...)
  • 13 Né le 14/3/1922 à Ivry, instituteur à l’école communale du Petit Ivry et membre du comité de lectur (...)

2Le ciné-club d’Ivry est en effet partie intégrante des activités de la salle des conférences rénovée dès leur conception en août 1948. Jacques Pourre témoigne : « Vu l’importance du cinéma dans la culture populaire de l’époque, le premier directeur de la salle, Roland Dallet8, a l’idée d’un ciné-club comme association de masse la plus large possible et avec une programmation permettant de lutter contre la dominance des films américains après-guerre. Il s’appuie pour cela sur deux groupes de personnes différents (idéologiquement et politiquement), les uns liés à la municipalité (syndicalistes ouvriers et communistes en premier lieu), les autres militants catholiques nouvellement installés à Ivry comme Max Stern ». De fait, le ciné-club d’Ivry, fondé le 26 octobre 1948 et déclaré le 16 novembre 1948 à la préfecture de police, a un bureau ainsi constitué : président d’honneur : Georges Marrane9 (maire d’Ivry), président : Marius Prunières10 (adjoint au maire), secrétaire général : Max Stern11, secrétaire adjoint : Appolin Anris12, trésorier : Gabriel Oheix13.

  • 14 La FFCC, (re) créée en juillet 1945 par Georges Sadoul, président-fondateur, fut la première fédéra (...)
  • 15 Le 25/11/1948 a lieu la première séance du ciné-club avec la projection du Million de René Clair : (...)
  • 16 Selon le Bulletin municipal de juin 1950, il y eut pourtant des discussions « dirigées par des tech (...)

3« Organisé en association loi 1901, le ciné-club d’Ivry est rattaché à la FFCC (Fédération française des ciné-clubs14) avec un bureau élu faisant la programmation et l’animation. Il y a 2 séances par mois, d’abord le jeudi, puis le vendredi en soirée. Pas de problèmes financiers puisque la municipalité accorde une subvention et surtout fournit la salle et le personnel de projection et d’entretien. La première période 1948-1952 voit un succès pratiquement incroyable15 : il y a un millier d’adhérents, la salle est pleine à chaque séance (avec une participation ouvrière non négligeable) et les débats (toujours animés par des dirigeants du ciné-club16) réunissent 200 à 400 personnes (la moitié du public présent). Les films sont surtout des films d’avant-guerre, des films tournés sous l’Occupation (tels Les Visiteurs du soir) et des films sur la Résistance et quelques films internationaux (le choix étant plus limité qu’aujourd’hui de par un stock réduit) ».

  • 17 Patricia Hubert-Lacombe, Le cinéma français dans la guerre froide 1946-1956, Paris, L’Harmattan, 19 (...)

4La naissance et les premières années du ciné-club sont marquées par la lutte contre les accords Blum-Byrnes. Signés le 28 mai 1946, ceux-ci n’accordaient que quatre semaines par trimestre aux films français en salles contre neuf à la concurrence étrangère, essentiellement américaine du fait des stocks accumulés pendant la guerre et de la puissance de production des majors US. Malgré des protestations massives qui montent en puissance en 1947-1948, la renégociation des accords en juillet 1948 n’accorde qu’une 5e semaine supplémentaire pour les films français17. Un des principaux animateurs du « Comité de défense du cinéma Français » créé en décembre 1947, Louis Daquin, vient à Ivry présenter son film Les Frères Bouquinquant le 29 janvier 1949 : il en profite pour évoquer les difficultés rencontrées par ceux qui veulent parler des travailleurs et de leurs luttes, que ce soit pour son propre film sur les mineurs Au point du jour qui va bientôt sortir ou pour le film de Jean Grémillon sur 1848 qui se voit refuser toute autorisation. Il dénonce les conséquences fâcheuses des accords Blum-Byrnes qui « noient de navets nos salles de spectacles et provoquent le chômage dans nos studios », appelant les amateurs de cinéma à exiger des films de qualité « auxquels on fait barrage » (y compris les films soviétiques, italiens ou d’autres pays). « Le moyen vous en est donné à Ivry avec votre ciné-club auquel vous devez participer » dit-il, concluant son intervention par un appel à l’action « pour un cinéma français libre et indépendant ».

5La défense du cinéma français est encore le thème d’une soirée dont Jacques Pourre garde un souvenir particulier. Le 4 avril 1952, à l’initiative du ciné-club et sous la présidence de Georges Marrane, « une salle pleine à craquer assiste à la projection de Goupi Mains Rouges de Jacques Becker (tourné en 1943) avec la participation de grands noms du cinéma ». Y participent Léopold Schlossberg (directeur de production de films), Françoise Rosay, Germaine Kerjean et Madeleine Sologne (actrices), Georges Rollin et Maurice Schutz (acteurs), ainsi que de nombreux techniciens et acteurs de cinéma.

  • 18 Né le 24/1/1889 à Lorient (Morbihan), employé d’octroi, Henri Birot est élu conseiller municipal co (...)
  • 19 Né en 1920, habitant d’Ivry dès 1924, Pierre Larrey devient professeur en cours complémentaire et a (...)

6Lorsque Jacques Pourre « devient directeur de la salle des conférences en 1953 et un des dirigeants du ciné-club (auquel il adhère depuis ses débuts), c’est un moment de reflux (150 à 200 participants et même 80 à 100 au milieu des années 1950) malgré un collectif nombreux (Henri Birot18, président dynamique, Pierre Larrey19, Pierru, etc.) ». Une première relance a lieu en 1958 où le ciné-club annonce la « reprise de ses activités sous des formes nouvelles », mais, malgré la projection de classiques tels que Le voleur de bicyclette de Vittorio de Sica ou Quai des Orfèvres de Clouzot, les résultats ne semblent pas avoir été très concluants.

L’épanouissement

  • 20 Yvan Daniel (1909-1986) : prêtre dès 1935, puis aumônier fédéral de la JOC de Paris-Est, il est l’a (...)
  • 21 « Né en 1921, j’habitais Asnières, je suis devenu prêtre en 1946 à Vitry, puis à Notre-Dame-de-la-G (...)
  • 22 Outre les jeunes étudiants venus sous l’impulsion d’Yvan Daniel, Pierre Larrey se souvient bien de (...)
  • 23 Né à Ivry, le 16/10/1938, de parents fonctionnaires, Gérard Le Grand était alors étudiant à HEC et (...)
  • 24 Ivryenne depuis sa naissance en 1936, Jacqueline Cleuziou était en 1959 institutrice à Alfortville, (...)
  • 25 Fils d’enseignants habitant Ivry (son père était professeur d’histoire-géographie au lycée Berthelo (...)
  • 26 Jacqueline Cleuziou, (témoignage cité). Louis Girard, né le 14/7/1911 de parents ivryens, étudiant (...)
  • 27 Gérard Le Grand et Pierre Hébrail l’attestent eux aussi, mais il me fut impossible de le vérifier, (...)

7De fait, nous dit Jacques Pourre, « le second boom du ciné-club a lieu à la fin des années 1950 avec un curé, Yvan Daniel20 (venu sur la ligne d’« Ivry, ville marxiste et terre de mission » de Madeleine Delbrel) et quelques jeunes militants ». Comme en témoigne Pierre Hébrail21, « un groupe de jeunes est venu nous demander à moi et à Daniel de créer un ciné-club catholique ; l’ensemble des responsables a refusé, le but n’était pas de faire une organisation confessionnelle alors qu’on s’adresse à un public multiconfessionnel. On leur a donc dit : Allez voir le maire, demandez-lui un budget culturel ». Le groupe prend alors contact fin 1959 avec Henri Birot et les responsables du ciné-club d’Ivry, ce qui va déboucher sur une véritable refondation de celui-ci avec un bureau profondément renouvelé. Président : Pierre Larrey22 (Henri Birot était peut-être président d’honneur), trésorier : Gérard Le Grand23, secrétaire : Jacqueline Cleuziou24. Complètent le groupe : Jacques Pourre et Jean Heuzard25 qui s’occupera de la publicité et des liens avec la FFCC. Dès lors, la reprise des activités du ciné-club fait l’objet de tous les efforts. La municipalité apporte un soutien matériel et la paroisse relaye les informations, sans oublier « le rôle du docteur Girard très connu sur Ivry et favorable au projet26 ». Au final, rapporte Jacques Pourre, « affiches et tracts sont distribués tous azimuts (peut-être même les bulletins paroissiaux sont-ils mis à contribution27) avec une soirée de relance extraordinaire (Georges Marrane et le curé d’Ivry sont au premier rang) et une salle archi-pleine » d’autant que cette première séance du 20 janvier 1960 est gratuite pour tous les nouveaux adhérents. Le succès est éclatant avec 700 personnes environ qui se pressent pour rendre hommage au grand acteur disparu, Gérard Philipe, interprète du film de Georges Lampin L’idiot, suivi d’un débat ouvert et conduit par René Gilson, vice-président de la FFCC.

  • 28 « Lorsque nous n’avions pas recours à un spécialiste pour la présentation et l’animation, l’un d’en (...)
  • 29 Vinrent aussi Edgar Morin (Jacqueline Cleuziou, témoignage cité) et Georges Sadoul.

8Comme en témoigne Gérard Le Grand, le ciné-club « investit alors dans le choix d’une programmation de qualité (Jacqueline Cleuziou y a joué un rôle déterminant) avec des films de fond (vieux cinéma français ou le meilleur d’Hollywood) en alliant aussi l’ouverture : Pologne avec Wajda, productions soviétiques (Quand passent les cigognes) ou tchèques. Pour de meilleures compréhensions et pour développer l’intérêt des adhérents, nous avions instauré la présence systématique d’un présentateur qui ouvrait la séance et animait les débats ultérieurs28. Ces présentateurs furent soit des critiques, soit des réalisateurs. Ainsi Rabine (chroniqueur ciné à La Croix), Henri Agel (historien du cinéma et professeur à l’IDHEC), le fils de Max Ophuls (Marcel), le fils de Jacques Becker (Jean), Yves Boisset29... Ce fut un long travail pour contacter tous ces gens. Et puis on éditait un tout petit bulletin trimestriel (en sus des bulletins paroissiaux qui parlaient du ciné-club) et ensuite ce furent des feuillets ronéotés pour chaque film », travail effectué par Jacqueline Cleuziou : « Je réalisais les fiches cinématographiques distribuées à l’entrée en recueillant des renseignements à la bibliothèque municipale, à la FFCC, entre autres. Elles étaient tapées et tirées à 400 exemplaires grâce au contact que la municipalité m’avait fourni auprès d’une section de la CGT. C’était un gros investissement personnel mais ces fiches étaient appréciées. »

  • 30 Fernand Leriche, né le 28/12/1914 à Paris (VIe), adhère au PCF dès 1933 et devient instituteur en 1 (...)
  • 31 L’émission de Françoise Dumayet et Jean-Pierre Chartier L’Avenir est à nous (les jeunes et le ciném (...)
  • 32 Né le 13/2/1938 de parents ivryens, devenu apprenti boulanger contre son gré, Michel Duverger s’ins (...)

9Jacqueline Cleuziou évoque aussi le travail d’adhésions et de publicité : « à la rentrée de 1960 j’eus l’idée d’appliquer les techniques utilisées pour la signature de la pétition de défense de l’école publique. Deux équipes de deux membres expliquaient de vive voix ce qu’était le ciné-club et plaçaient les cartes d’adhésion. Je n’eus guère à argumenter lorsque la porte de Fernand Leriche30 s’ouvrit !… Pour accroître la fréquentation ouvrière, nous organisâmes deux séances gratuites en plein air, en juin, en cités. Elles furent suivies avec intérêt… La télévision qui faisait une émission sur les ciné-clubs31 se déplaça un peu plus tard à Ivry. Plusieurs membres du bureau intervinrent. Dans le court instant qui nous fut consacré après le montage du film, l’intervention de Michel Duverger32 fut retenue lors de la diffusion ».

  • 33 « Il me semble que Jean-François Kahn fréquentait le ciné-club. De même Jean-Paul Costa, aujourd’hu (...)
  • 34 Né en Dordogne le 18/5/1925, Pierre Laborie fut d’abord instituteur au Petit Ivry en classes de fin (...)

10Au final, souligne-t-elle, le succès est au rendez-vous, favorisé par « des relations bonnes, voire très amicales, entre les membres du bureau et les adhérents33. En 1961 et 1962, deux bals du ciné-club furent organisés dans la salle des fêtes de la mairie. Je me souviens du large sourire de Georges Marrane nous accueillant au sommet de l’escalier d’honneur de la mairie en 1961 ». Si Jacques Pourre parle « d’un public désormais moins populaire, plus “petit bourgeois” ce qui se vérifie aussi à la direction du ciné-club », Gérard Le Grand est plus sensible à « l’absence de tension idéologique ou politique… La moitié des spectateurs allait à la messe du dimanche, l’autre moitié dans leurs cellules respectives, mais les débats étaient de bon aloi avec ouverture sur la culture moderne. Nous traduisions très concrètement, par ces réunions et projections périodiques, que le cinéma permettait à la fois le divertissement (telles les comédies musicales américaines) et l’enrichissement (avec des films à thème comme Un homme dans la foule d’Elia Kazan ou La pointe courte d’Agnès Varda) ». Pour Pierre Hébrail, « le ciné-club fut pour les uns comme pour les autres un lieu de respect mutuel, de relations dans un effort commun pour le plus grand bien des gens : pour la culture ! Le ciné-club a été un lieu de rencontre d’une certaine mentalité ivryenne de pluralisme à laquelle on participait. » Pour Jacqueline Cleuziou, « tout n’alla cependant pas sans quelques nuages… il sembla un moment que des intentions d’utilisation à des fins personnelles pointaient. Pierre Laborie, adjoint au maire34, dont je gardais le souvenir du temps où il était moniteur au Clapet dans les années 1950 et que j’avais croisé au cours d’actions militantes, nous aida alors à rétablir les bases sur lesquelles nous étions partis et auxquelles je tenais infiniment. Car je pensais qu’elles seules pouvaient assurer l’originalité, la force et la pérennité du ciné-club d’Ivry ».

11Le début des années 1960 est bien une période faste pour le ciné-club d’Ivry. Pour Gérard Le Grand, « Si la mobilisation était prenante, les préoccupations du trésorier étaient légères car les rentrées s’avéraient plus que satisfaisantes (abonnements, droits d’entrée, bals annuels) ». Après les 700 spectateurs du 20 janvier 1960, il y aura toujours « plus de 400 participants à chaque séance (la moitié restant aux débats) » selon le témoignage de Jacques Pourre. La saison se conclut le 22 juin avec Que viva Mexico de S. M. Eisenstein et plus de 650 adhérents confirmés et le 23 novembre 1960, lors d’un nouvel « hommage à Gérard Philipe (mort il y a alors un an très exactement) avec Le Rouge et le Noir de Claude Autant-Lara. « Cette soirée fut un grand succès, un double succès même puisque notre ciné-club a atteint maintenant les 750 membres. Amis du ciné-club vous pouvez être fiers doublement : vous êtes adhérents du ciné-club d’Ivry, mais aussi du premier ciné-club de France », s’enthousiasme un ciné-fan. Jacques Pourre et Jacqueline Cleuziou témoignent tous deux du chiffre de 1 000 adhérents en 1960-1961, 850 adhérents étant encore attestés en janvier 1962.

  • 35 Association loi 1901, le CCI regroupe les associations culturelles locales qu’il met en contact et (...)
  • 36 Le ciné-club y a des représentants au conseil d’administration, tels Michel Vaissié en novembre 196 (...)

12Avec la création le 5 mars 1961 du Centre culturel ivryen (CCI35) auquel le ciné-club adhère immédiatement36, les activités du ciné-club sont désormais répercutées dans les bulletins trimestriels du CCI : les bulletins témoignent de sa vitalité avec 400 spectateurs aux cinq séances d’octobre à novembre 1963. Et cela continue : « Plusieurs centaines de personnes assistèrent le 10/1/1964 à la présentation et à la discussion de l’œuvre d’Agnès Varda Cléo de 5 à 7. Affluence confirmée les 7 octobre (« Malgré le mauvais temps, plus de 400 cartes furent délivrées à cette séance ») et 18 novembre 1964 (« C’est Mercredi soir que furent présentés Les honneurs de la guerre de Dewever devant plus de 400 adhérents », tout comme celle du 6 octobre 1965 (« Plus de 400 adhérents se pressaient pour la projection d’Ascenseur pour l’échafaud ». Pour sa part, Jacques Pourre indique le 22 février 1966 que « 300 adhérents environ fréquentent assidûment le ciné-club dont les quatre cinquièmes sont des jeunes de moins de 20 ans ».

  • 37 Né le 14/9/1944, il arrive avec ses parents à Ivry en décembre 1960. Il y rencontre en 1962 son « p (...)
  • 38 Après avoir gagné l’Algérie en juillet 1963, puis la Chine en 1964, il retrouve Ivry fin 1965 et de (...)
  • 39 Allusion à l’engagement communiste de Henri Birot, Jacques Pourre et Michel Duverger, adhérent au P (...)

13L’activité du ciné-club d’Ivry reste des plus dynamiques avec l’arrivée de Jean Offredo37 à la fin 1963 (en remplacement de Gérard Le Grand) et le retour de Michel Duverger38 (qui retrouve Ivry et son ciné-club, où il s’implique désormais pleinement) à la fin 1965. Si Jean Offredo apparaît très soucieux de l’équilibre du bureau : « moitié catholiques, moitié communistes39 », tous deux soulignent la « bonne tenue » des films choisis en commun. Pour Michel Duverger, « La programmation, c’était de la qualité à tous les niveaux ! ». Pour Jean Offredo, « Le moment du choix des films était très vivant, un moment important du dialogue entre communistes et chrétiens : c’était ma manière de vivre Vatican II à Ivry, une expérience conciliaire concrète ». On retrouve le même souci de pertinence au niveau du choix des intervenants pour Jean Offredo : « Alexandre Astruc est venu présenter son film Une vie le 13/1/1965, Marcel Martin, Albert Cervoni (pour L’enclos d’Armand Gatti) ont animé des débats ». Michel Duverger dit de son côté : « On a fait venir Noël Simsolo (spécialiste de Godard), Jean Douchet (spécialiste d’Hitchcock)… ». Pour Jean Offredo, « le ciné-club était une expérience d’éducation populaire avec des éléments à l’appui : une présentation, une fiche technique et un débat où les gens puissent s’exprimer », ce qui prenait beaucoup de temps au final. Michel Duverger : « Le bureau se réunissait tous les 8-10 jours pour rédiger et tirer le bulletin distribué gratuitement aux adhérents ». Pour élargir encore le public du ciné-club, ils organisent conjointement la projection en plein air de Jeux interdits de René Clément à la cité Hoche-Curie. Et tous deux ont le même souvenir d’un dirigeant de la FFCC leur certifiant qu’avec 750 à 800 adhérents « le ciné-club d’Ivry était le deuxième de France après celui d’Annecy ».

Des difficultés croissantes

  • 40 « Nous sommes nombreux à penser que le développement des salles Art et essai est le phénomène marqu (...)
  • 41 Cette décision coûta d’ailleurs sa place de permanent au CCI et à l’OMJI à Michel Duverger qui rejo (...)

14Mais les choses se dégradent ensuite, comme l’analyse Jacques Pourre, avec « une baisse des adhérents et une relève plus difficile des partants tandis qu’augmentent la consommation télévisuelle et les départs en week-end ». En témoignent l’abandon des séances alternées du mercredi et du vendredi (tentées de janvier à juin 1964 pour attirer le public ouvrier) pour en revenir aux seules séances du mercredi, tout comme l’appel à renforcer la direction du ciné-club lancé le 17 mars 1967 (une large partie ayant fait « défection ») et le constat d’une baisse des adhérents par Michel Duverger le 23 juin 1967. L’animateur du nouveau collectif, consolidé par « quelques éléments dynamiques », fait remarquer que cette baisse se retrouve au plan national et il fait référence pour sa part à la concurrence des salles Art et Essai40. Les années 1967 et 1968 furent, par ailleurs, l’occasion de débats animés au sein du bureau du ciné-club, lorsque fut prise la décision de projeter le 29/11/67 le film d’Alain Resnais La guerre est finie dénoncé comme anticommuniste par certains41, comme au sein des adhérents lors d’une soirée le 27 novembre 68 sur « Mai 68 et le cinéma » où des films trotskystes remplacèrent au dernier moment des films de la CGT bloqués en province.

  • 42 Né à Ivry en 1942 de parents ouvriers, devenu héliograveur, Michel Iriarte adhère au ciné-club dès (...)
  • 43 Parmi lesquels Michel Duverger qui représente le ciné-club au CA du CCI de 1967 à 1971 et Gilbert G (...)
  • 44 « On a quand même projeté en plein air à la cité Monmousseau L’auberge rouge d’Autant-Lara pour fai (...)
  • 45 « On a fini l’année sans un sou. On va alors à 5-6 en délégation rencontrer le maire qui nous répon (...)

15Lorsque Michel Iriarte42 et A. Le Faucheur sont élus à la direction du ciné-club avec l’appui d’une vingtaine de volontaires en juin 196943, ils décident « un accroissement de la propagande et de l’information auprès de la population ivryenne. Notre programme trimestriel sera principalement orienté vers les films engagés dans la réalité politique et sociale de notre temps. Ceci afin de trouver un chemin original se plaçant entre le cinéma d’art et d’essai du Luxy et… la télévision » et cela « dans le but d’amener au bon cinéma d’autres catégories de spectateurs, les travailleurs en particulier ». Pour Michel Iriarte, « l’époque n’était pas aux concessions44… le ciné-club a été une impulsion pour faire connaître des films plus difficiles à une population qui n’allait pas au Quartier latin. » Mais le résultat n’est pas celui escompté : seule « une centaine d’amis aimant le cinéma se retrouvent au ciné-club deux fois par mois pour voir et discuter un film », malgré « les efforts déployés (500 affiches et l’envoi d’environ 1 000 convocations). De sorte que ce manque de spectateurs nous prive de ressources financières pour continuer dans cette même direction », ce qui entraîne sa remise en question. Après consultation des adhérents, un nouveau collectif entre alors en fonction en juin 197045, dont le « premier objectif est de susciter une fréquentation suffisante pour garantir l’existence du ciné-club… avec une programmation de films qui puissent satisfaire tous les publics puisque tout en retenant l’intérêt du cinéphile ils entrent dans une catégorie que nous pouvons qualifier de cinéma spectacle ou cinéma détente » avec l’annonce d’un week-end western fin octobre et d’un week-end comique en décembre. Cette orientation, accompagnée d’un « nouveau type d’affiches », ne semble pas donner de meilleurs résultats puisque, après un trimestre qualifié « d’expérimental », on en revient à une programmation beaucoup plus diversifiée en 1971.

  • 46 En 1971, il était moniteur au service municipal de la Jeunesse (SMJ) et nous nous retrouvions aux a (...)
  • 47 Appel lancé dans le Bulletin du CCI de juin 1974 sous ma signature et réitéré avec Arlette Sennegon (...)
  • 48 L’OMJI (Office municipal de la jeunesse d’Ivry) est créé le 12 décembre 1964 à l’initiative d’organ (...)
  • 49 Des premiers liens s’étaient noués en février 1973 entre Jean-Pierre Leridant, André Destouches et (...)

16Au final, la situation continue de se détériorer et la saison 1971-1972, débutée en octobre, se termine dès mars : « Le nombre de spectateurs ayant connu une baisse progressive, nous avons arrêté toute activité à partir de Pâques. À ce moment, la situation financière était à peu près stable : ni dettes, ni bénéfices », mais il n’y a plus au ciné-club qu’« environ 150 adhérents ». Une équipe totalement renouvelée prend alors le relais en octobre 1972 : « Elle va tenter de toucher plus de monde… avec une campagne d’information intense… et des séances tous les quinze jours sur des thèmes cinématographiques très variés ». Mais, comme en témoigne Jacques Pourre, « La survie du ciné-club n’est plus assurée que par 2-3 étudiants et professeurs du lycée Romain Rolland qui réalisent affiches lithos et collages jusqu’à ce que ça flanche de plus en plus », la saison 1973-1974 n’ayant plus qu’un seul animateur, Christian Le Tuault46, pour assurer la vie du ciné-club malgré ses appels à l’aide. Le CCI voit tout cela avec une inquiétude croissante et suscite plusieurs programmations communes pour soulager un peu Christian Le Tuault et, lorsque celui-ci décide finalement de se retirer, le CCI lance en juin 1974 « un appel à tous ceux qui seraient intéressés par la formation d’une équipe prête à faire redémarrer le ciné-club à contacter le centre culturel47 ». L’appel sera, semble-t-il, relayé par l’OMJI48, au moins par un membre de son bureau, Jean-Pierre Leridant49, qui jouera un rôle actif dans le nouveau départ du ciné-club d’Ivry.

L’ultime relance

  • 50 En 1950, la FFCC avait créé la Fédération française des ciné-clubs de jeunes qui devient la Fédérat (...)

17Fin 1974, c’est donc la reprise par un collectif issu du ciné-club des Jeunes (créé en 1962 par Kim et Gérard Lefèvre) et animé par Gérard et Josette Dussandier et André Destouches, avec, donc, Jean-Pierre Leridant, auxquels s’agrègent rapidement Denise et Christian Monville, Marc Nefussi et Jean Roméo. Intègrent ensuite ce collectif Christiane Counil, Claire et Bernard Joguet, Anne-Marie et Bernard Gainot, Nicole et Dominique Hennache, Barbara Perez et, un peu plus tard encore, Nina Rubia et Jacques Flammant. Très majoritairement ivryen (même s’il y a aussi quelques Parisiens), le collectif, dont le noyau comptera toujours de 7 à 10 membres, est surtout constitué d’enseignants et de cadres unis par l’amitié et la passion du cinéma. Sa diversité politique, très marquée à gauche avec toute la palette de l’époque, ne posera jamais problème. Rattaché désormais à la Fédération Jean Vigo des ciné-clubs50 (à laquelle était affilié le ciné-club des Jeunes), le ciné-club d’Ivry retrouve un fonctionnement très dynamique (fabrication et collage d’affiches, rédaction et distribution de tracts, fiches de présentation des films, stages de visionnement…) et connaît une remontée du nombre des adhérents (206 en 1974-1975, 261 en 1975-1976) comme des spectateurs (avec une moyenne de 55 par séance en 1975-1976).

  • 51 Issu d’un groupe né en 1969 dans la lignée soixante-huitarde pour faire la jonction avec les immigr (...)
  • 52 Orientations décidées à l’AG du 22/4/77 et reprises dans le n° 49 d’Imv de juin-juillet 1977 : « Le (...)

18Après une programmation associant films classiques et films de découverte, le ciné-club tente à partir de l’année 1976 d’élargir son audience par la recherche de thèmes propices aux débats de société tels la prison, l’immigration ou la folie, y compris en collaboration avec d’autres associations comme le Comité d’action des prisonniers ou le groupe Alpha d’Ivry51. Cette orientation est maintenue sur la saison 1976-1977 avec des week-ends sur la Palestine et l’enfance, plus des soirées spéciales telle « Le Nucléaire en débat ». Mais le nombre d’adhérents diminue à nouveau fortement (144 en 1976-1977), d’où un début de remise en question : les soirées à thèmes, mises en cause, ne sont pas abandonnées, mais l’accent est mis sur une programmation alliant « les films de qualité, les sujets provoquant la discussion et les films méconnus », le tout visant « à assurer un minimum de public pour continuer à exister… le but étant de faire venir les classes populaires52 ». Comme le dit Denise Monville, « on faisait tout pour avoir des ouvriers. Un jour, un Maghrébin était venu : on l’aurait presque embrassé ! »

  • 53 Le départ de Bernard Joguet qui tirait les affiches en sérigraphie avec l’aide du Foyer de jeunes t (...)
  • 54 Dans une interview au Travailleur du 2/6/78, un responsable du ciné-club dont l’identité n’est pas (...)

19Malheureusement, le collectif de direction va être fragilisé par le départ de plusieurs de ses membres fin 1977-début 1978. Ces départs vont avoir des conséquences immédiates : aucun tract ou affiche n’est édité pendant les deux derniers trimestres53 et une consultation des adhérents prévue en fin de saison (sur les types de films et de programmation qui répondraient à leurs attentes) ne fut jamais réalisée, tandis que continue la baisse des adhérents (111 en 1977-1978) et des spectateurs (45 en moyenne par séance54). L’offre filmique se voulait pourtant éclectique avec des « films comiques anciens et modernes, films classiques où l’on peut “jouer” sur le nom des réalisateurs (Bunuel) ou des acteurs (Michel Simon, Gérard Philipe), films portant sur un problème particulier, la médecine, la justice ou encore le film-reportage comme Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? de Coline Serreau ». Les problèmes persistent lors de la saison suivante qui, certes, voit reprendre la confection des affiches, mais enregistre l’abandon des fiches de présentation de films. Le manque de liens réels avec les adhérents est souligné par Jacques Flammant venu nous apostropher un soir de 1979 : « Y’en a marre de votre petit groupe replié sur lui-même, faudrait peut-être songer à vous ouvrir aux autres ! »… ce que nous fîmes en l’intégrant immédiatement. La chute des adhérents se poursuit néanmoins (92 en 1978-1979), tout comme le nombre de spectateurs (35 en moyenne).

20Survient alors la fermeture de la salle des conférences fin 1979 et le repli sur la salle de l’OMJI (aujourd’hui salle Saint-Just), expérimentée depuis deux ans par le ciné-club. Cette salle présente des inconvénients : « Problèmes de sécurité et manque de confort, bruit du projecteur et seuls films projetables en 16mm…, mais elle offre l’avantage d’être une petite salle plus propice aux discussions que la salle des conférences ». Le collectif réorganise en parallèle ses activités avec le tirage et le collage de 120 à 150 affiches par séance et la reprise des fiches techniques de présentation, ce qui favorise une stabilisation de la situation avec 105 adhérents et une fréquentation globale plus régulière, autour de 40 spectateurs par film. Mais les difficultés s’aggravent à nouveau pendant la saison 1980-1981 où les membres du collectif doivent « mettre plusieurs fois de leur poche des rallonges dans la caisse » après « s’être retrouvés devant une dizaine de personnes pendant plusieurs séances. Au vu du bilan financier, un certain nombre de membres du collectif étaient bien résolus à mettre la clef sous la porte ». Le ciné-club décide finalement de poursuivre ses activités dans l’espoir que « l’orage du 10 mai 1981 (au soir de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République) soit annonciateur de temps nouveaux et radieux pour la vie associative ».

  • 55 Le collectif du ciné-club fut toujours soucieux de son autonomie. Ce qui explique que la collaborat (...)

21C’est surtout le fait d’accepter, après une longue période d’hésitation55, l’accueil du ciné-club par la salle d’activité municipale (ex-Luxy), alors dirigée par Jean-Marie Richard, à la fin 1981, qui ouvre de nouvelles perspectives. Soulagé des problèmes techniques, le collectif approfondit sa réflexion sur la programmation, en lien avec « les orientations que nous partageons avec la Fédération Jean-Vigo, d’un cinéma de découverte : découverte des cultures du tiers-monde, découverte de modes d’expression marginaux par rapport au cinéma commercial (courts métrages, films pour enfants) tout en conservant des têtes d’affiches attrayantes : couverture partielle d’un domaine de l’actualité, cinéma d’auteurs, comédies ». Une embellie semble alors s’annoncer avec 150 adhérents et 40 spectateurs par séance en 1981-1982), mais, dès 1982-1983, on redescend à 82 adhérents et des chiffres de 28 spectateurs malgré une collaboration tous azimuts avec les associations locales telles que le MRAP, les associations de parents d’élèves ou les Cinéastes amateurs. Le collectif réaffirme alors sa volonté de « retrouver les origines du ciné-club » et lance un appel à « la curiosité… des spectateurs qui pourront découvrir les cinémas chinois, du tiers-monde, soviétique. » En programmant « des films pas ou peu connus, nous voulons créer d’autres besoins… faire connaître quelque chose de nouveau ». Mais seulement 17, puis 11 spectateurs, assistent aux séances des 20 octobre et 24 novembre 1983, d’où la décision de cesser les activités du ciné-club après une dernière séance le 15 décembre 1983. Cette décision deviendra définitive après deux tentatives de relance infructueuses, le 9 mars 1985, lors d’une séance de soutien à la Fédération Jean-Vigo, et le 16 mars 1991, lors d’une ultime fête du ciné-club.

  • 56 Constat effectué dès le bilan du premier trimestre de la saison 1980-1981 : l’Assemblée générale de (...)

22La disparition du ciné-club d’Ivry ne peut être dissociée du déclin du mouvement ciné-club en général56. L’évolution est nette au plan local où le ciné-club des Jeunes a cessé ses activités, faute d’animateurs adultes en nombre suffisant, dès 1976. Le ciné-club de l’école d’infirmières s’évanouit dans les mêmes années et celui du lycée Jean-Macé arrête de fonctionner, faute d’élèves participants, au début des années 1980. Ne reste plus alors dans la ville que le ciné-club du lycée Romain Rolland : il disparaîtra lui aussi en 1991-1992 à la suite de la rénovation du lycée qui inclut la démolition d’un bâtiment abritant la salle de projection.

23Il en est de même au plan national où l’on voit l’association « Film et Vie » s’effacer en 1986 et la FFCC en 1988-1989, tandis que s’accroissent les difficultés financières de la Fédération Jean-Vigo (qui déposera finalement son bilan en 1992) dans l’indifférence des pouvoirs publics. Ce déclin est parallèle à celui de l’ensemble du mouvement associatif : le centre culturel ivryen disparaît lui aussi fin 1982-début 1983, remplacé désormais par le SMAC, les maires adjoints à la culture et les personnels municipaux remplaçant les bénévoles d’autrefois.

épilogue

  • 57 L’AIC naît en 1979 lorsque la ville d’Ivry décide de racheter le Luxy (dernière salle de cinéma sur (...)
  • 58 Depuis 1990, lorsque Poupie Pillas, devenue directrice du Luxy en remplacement de Jean-Marie Richar (...)

24La plupart des membres du collectif créé fin 1974 sont restés de fervents cinéphiles et des spectateurs assidus du cinéma d’Ivry, le Luxy, géré depuis 1979 par l’AIC (Association ivryenne pour le cinéma57) qui compte parmi ses membres plusieurs anciens du ciné-club d’Ivry58, attachés à promouvoir et à débattre des films de qualité.

25Il ne reste plus aujourd’hui que deux grandes fédérations de ciné-clubs, la Fédération de l’expression culturelle et cinématographique (FLEC) et l’Union nationale des ciné-clubs (UNICC Interfilm), auxquelles il faut ajouter néanmoins quelques fédérations régionales, comme l’URFOL Rhône-Alpes et la Fédération des ciné-clubs de Méditerranée.

26Cependant, on peut constater un nouvel intérêt pour « l’idée ciné-club », sinon un renouveau du mouvement lui-même, depuis le début des années 2000. C’est le cas à Ivry, où le lycée Romain Rolland a vu renaître fin 2008 un ciné-club animé par de jeunes professeurs, comme à Vitry où s’est créé en octobre 2009 un ciné-club aux 3 Cinés-Robespierre dans le cadre de l’activité culturelle municipale.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la version remaniée et allégée d’un travail déposé en avril 2010 aux archives municipales d’Ivry-sur-Seine sous le titre Histoire du Ciné Club d’Ivry (1948-1983). Sauf indications contraires, tous les documents utilisés pour cette étude proviennent des archives municipales d’Ivry et de mes archives personnelles, elles aussi appelées à rejoindre le fonds communal.

2 état des communes à la fin du xix: Ivry-sur-Seine, notice historique et renseignements administratifs, Montévrain, 1904, p. 48.

3 D’autant que trois salles de cinéma s’offrent aux Ivryens dès l’entre-deux-guerres : le National (à Ivry Port), le Casino (à Ivry Centre) et le Palace (au Petit Ivry) dans F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’histoire, Paris, Messidor, 1984, p. 192. Ces salles accueillent sans problème des soirées organisées par les associations locales.

4 En témoigne la collection (incomplète) du Travailleur (hebdomadaire d’informations locales créé par le PCF en mars 1933) qui sera un fidèle relais de la vie associative et culturelle à Ivry jusqu’au 24 décembre 1982, où il laisse la place aux Nouvelles Val-de-Marne, nouvel hebdo également édité par le PCF.

5 Témoignage de Jacques Pourre recueilli au début des années 1980. Né le 12 juillet 1919 à Wissant (Pas-de-Calais), Jacques Pourre est d’abord mécanicien. Soldat de 1939 à 1943, il rejoint Libération-Nord puis le bataillon FFI du littoral Berck-Calais. Il devient après la guerre dessinateur industriel à Paris, puis à Ivry-sur-Seine où il s’installe en 1946. Membre dès cette date du comité de section du PCF (où il sera réélu 28 ans durant), il devient directeur de la salle des conférences en 1953 et le reste jusqu’à la disparition de la salle fin 1979.

6 D’autant que le Casino, détruit par le bombardement du 26/8/1944, ne renaîtra sous le nom de Luxy que le 16/12/1960.

7 Bulletin municipal officiel d’Ivry-sur-Seine de juin 1950. Ce bulletin sera remplacé par Ivry ma ville (Imv), mensuel d’informations locales, à partir d’avril 1969.

8 Né le 24/10/1900 à Châteauroux (Indre), d’abord ouvrier métallurgiste à Clichy, Roland Dallet est peintre communal (conducteur de travaux) à Ivry dès 1926. Socialiste, puis communiste dès le Congrès de Tours, il est membre du comité directeur, puis du comité central du PCF de 1924 à 1929. Poursuivi pendant l’Occupation pour son appartenance communiste, il entre dans un réseau de résistance en Seine-et-Marne. Il devient directeur de la salle des conférences rénovée en 1948. En 1952, il crée à Ivry une coopérative ouvrière de construction intercommunale (« Chantier ») qu’il dirigea jusqu’à sa retraite. Malade, très affaibli, il consacre ses dernières années à la sculpture et meurt le 30/7/1968 à Langres (Haute-Marne), voir Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français 1914-1939, éditions ouvrières, 1985.

9 Né le 20/1/1888 à Louviers (Eure), Georges Marrane devient horloger mécanicien à Paris. Adhérent au syndicat CGT des métaux et au groupe socialiste de Clignancourt dès 1916, il devient communiste en 1920. Membre du BP du PCF dès 1922, puis secrétaire-adjoint en 1925, il est élu la même année maire d’Ivry et devient un spécialiste des questions municipales. Déchu de son mandat le 4 octobre 1939, il entre dans la clandestinité. Chargé en mai 1941 de fonder le Front National en zone sud, il en devient un des dirigeants avant de revenir à Paris le 15 août 1944. Il est alors désigné vice-président du Comité parisien de la libération (CPL). Réélu maire d’Ivry en avril 1945, il le restera jusqu’en 1965 après avoir été tour à tour conseiller général et conseiller de la République en 1945, ministre en 1947, député en 1956, sénateur en 1959. Malade, il meurt le 27/8/1976, dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique, op. cit.

10 Né le 7/3/1915 à Rodez (Aveyron), Marius Prunières gagne Ivry-Port avec sa famille et devient mécanicien aux chemins de fer. Adhérent à la JC dès 1930, il participe au ravitaillement des républicains espagnols et quitte les chemins de fer pour collaborer avec Georges Gosnat à France Navigation. Fait prisonnier en 1940, il travaille à son retour en 1945 avec Georges Marrane, puis Maurice Thorez. élu conseiller municipal en 1947, il sera maire-adjoint jusqu’en 1971. Redevenu simple conseiller municipal de 1971 à 1977, il garde de nombreuses activités, notamment à l’UFAC, jusqu’à son décès le 1er juin 1981, dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique, op. cit.

11 Né le 5/1/1920 à Paris (XVIIe), officier FFL (il fut parachuté en France en 1943 par le BCRA), Max Stern était chef du bureau du personnel à la SNCAC (Société nationale des constructions aéronautiques du Centre) à Paris et une figure importante du « progressisme parisien ». Il s’installe à Ivry au printemps 1947 avec une équipe masculine et laïque de la Mission de Paris où l’on rencontre Jean Molinié, Philippe Munck et le potier Slavik, voir Étienne Fouilloux, « Des chrétiens à Ivry-sur-Seine (1930-1960) »dans Banlieue rouge (1920-1960), Revue Autrement, série Mémoires, n° 18, octobre 1992. Élu secrétaire du conseil communal pour la Paix et la Liberté en décembre 1948, il sera en 1950 délégué au congrès mondial de la Paix à Varsovie. Il proteste contre l’exécution des Rosenberg en juin 1953 et participe aux multiples initiatives en faveur de la paix en Algérie jusqu’en janvier 1959. Devenu urbaniste, il semble qu’il ait quitté Ivry pour raisons professionnelles peu de temps après.

12 Appolin Anris, monteur électricien, membre du PCF (il fut arrêté et interné du 5/10/1940 au 1/3/1943 pour appartenance communiste), était l’époux de la gardienne de la salle des conférences.

13 Né le 14/3/1922 à Ivry, instituteur à l’école communale du Petit Ivry et membre du comité de lecture de la bibliothèque municipale, Gabriel Oheix fait ensuite l’ENA et est nommé secrétaire général de l’AFPA en 1966. Michel Durafour le nomme délégué national à l’emploi en 1975. Secrétaire du ministre du Travail Robert Boulin en 1978-1979, il est surtout l’auteur d’un rapport « Contre la précarité et la pauvreté » remis à Raymond Barre en mars 1981. Il meurt le 6/12/2002 à Chouzé-sur-Loire, Indre-et-Loire, Le Monde du 13/12/2002.

14 La FFCC, (re) créée en juillet 1945 par Georges Sadoul, président-fondateur, fut la première fédération de ciné-clubs subventionnée par l’état dès mai 1946 au titre de l’éducation populaire, Jean-Loup Passek, Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse Bordas, 2e édition, 1998, p. 146.

15 Le 25/11/1948 a lieu la première séance du ciné-club avec la projection du Million de René Clair : « 250 personnes assistèrent à cette séance inaugurale. Ces 250 fidèles de la première heure, on devait les retrouver à chacune des séances suivantes…. à ceux-ci, il faut ajouter les nouvelles recrues qui venaient régulièrement augmenter ce chiffre initial d’adhérents. », Interview de Max Stern dans L’écran français n° 220 du 19/9/1949.

16 Selon le Bulletin municipal de juin 1950, il y eut pourtant des discussions « dirigées par des techniciens du film et des critiques, tels André Lods et Sadoul ».

17 Patricia Hubert-Lacombe, Le cinéma français dans la guerre froide 1946-1956, Paris, L’Harmattan, 1996. O. Favry, La mobilisation contre les Accords Blum Byrnes et la crise du cinéma français (1946-1953), travaux universitaires de Paris 1 Sorbonne, 1991.

18 Né le 24/1/1889 à Lorient (Morbihan), employé d’octroi, Henri Birot est élu conseiller municipal communiste à Ivry en 1925, puis 2e maire-adjoint en 1926 et 1929, dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique, op. cit. Retraité en 1939, il est interné à Pithiviers pour fait de résistance communiste. Il reste très actif après la guerre dans de multiples associations ivryennes telles l’Amicale des Bretons, l’ARAC, ou les Retraités CGT. On le retrouve aussi membre de la commission culturelle municipale à la date du 4/6/1964 avec Pierre Larrey, François Jousse et Micheline Heuzard. Il meurt à Ivry le 26 janvier 1971.

19 Né en 1920, habitant d’Ivry dès 1924, Pierre Larrey devient professeur en cours complémentaire et adhère au ciné-club dès ses débuts ; il y retrouve ses amis Vital Marquès (qui fut membre du CA du ciné-club) et Fontesse, ainsi que Henri Jeanson, directeur de la bibliothèque municipale. Il en devient vite un animateur vu son goût du débat et ses talents d’historien (à la demande de Jean Chaintron, un des dirigeants d’alors du ciné-club, par ailleurs sénateur communiste et artisan du Mouvement de la Paix), puis vice-président et enfin secrétaire : à ce titre il introduit la soirée mémorable du 4 avril 1952, (témoignage recueilli le 10/2/2009).

20 Yvan Daniel (1909-1986) : prêtre dès 1935, puis aumônier fédéral de la JOC de Paris-Est, il est l’auteur avec l’abbé Henri Godin en septembre 1943 de « France, pays de mission ? ». Cofondateur et secrétaire de la Mission de Paris en décembre 1943, il devient curé de Saint-Pierre Saint-Paul à Ivry-sur-Seine de 1958 à 1967, expérience dont il témoigne en 1978 dans Aux frontières de l’église aux éditions du Cerf, voir Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Mouvement social de 1940 à Mai 1968, Paris, éditions de l’Atelier, 2008.

21 « Né en 1921, j’habitais Asnières, je suis devenu prêtre en 1946 à Vitry, puis à Notre-Dame-de-la-Gare (place Jeanne d’Arc à Paris XIIIe) où on nous demande en 1958 à Daniel et moi d’aller à Saint-Pierre Saint-Paul à Ivry. J’y suis resté jusqu’en 1964 où je gagne Ivry Port et l’église Sainte-Croix jusqu’en 1969… Le ciné-club représentait un virage. Jusque-là, comme l’a dit Madeleine Delbrel, les catholiques d’Ivry vivaient « comme en pays occupé ». Comme elle le disait encore : « Jésus a dit : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’a jamais ajouté : sauf les communistes ! » Le ciné-club, c’était un certain chemin de part et d’autre. Il faut aller au-delà du Ciné Club seul : ce fut un point de jonction, de rencontre, chacun avec ses convictions… Une fois sa relance effectuée, toutes les fois où c’était possible, j’allais au ciné-club. », (Pierre Hébrail, témoignage recueilli le 10/12/2009).

22 Outre les jeunes étudiants venus sous l’impulsion d’Yvan Daniel, Pierre Larrey se souvient bien de Jacqueline Cleuziou et aussi d’une demoiselle Boutonnet : cette dernière qui « tenait la caisse à l’entrée était très pointilleuse quant à l’âge des adhérents : j’ai eu du mal à la convaincre de laisser entrer ma fille alors âgée de 16 ans pour assister à certaines séances ». Pierre Larrey abandonne ses responsabilités au ciné-club en 1961 ou 1962, mais il en reste adhérent jusqu’en 1966 au moins. Il habite aujourd’hui encore à Ivry, (témoignage cité).

23 Né à Ivry, le 16/10/1938, de parents fonctionnaires, Gérard Le Grand était alors étudiant à HEC et passionné par « le 7e art, le plus grand de tous aux yeux d’André Gide ». Très influencé par Emmanuel Mounier et la revue Esprit où certains sociologues théorisaient sur « l’action culturelle en milieu ouvrier » et poussé par Yvan Daniel, c’est lui qui prend les premiers contacts avec Henri Birot et les animateurs du ciné-club d’Ivry à la fin 1959. Il en sera dès lors le « trésorier heureux » jusqu’à son service militaire en octobre 1963 où il laisse la place à Jean Offredo. Ses préparations ultérieures à Sciences Po, puis à l’ENA l’éloignent définitivement du ciné-club, (témoignage recueilli le 9/3/2009).

24 Ivryenne depuis sa naissance en 1936, Jacqueline Cleuziou était en 1959 institutrice à Alfortville, « engagée contre la guerre d’Algérie et pour la défense de l’école publique », ce qui la conduit à prendre des responsabilités syndicales au SNI (secrétaire de la sous-section d’Alfortville et membre du conseil départemental de la Seine). Elle est alors très proche du PCF tout en étant liée à la paroisse Saint-Pierre Saint-Paul et sa nouvelle équipe, dont elle apprécie les idées, et se trouve ainsi « au point de jonction des deux idéologies chrétienne et marxiste. » Gérard Le Grand va alors la convaincre de devenir secrétaire du ciné-club d’Ivry, responsabilité qu’elle assume jusqu’à l’automne 1965 et son départ pour un an à New York. Ses études universitaires achevées, elle devient professeur, puis proviseur de lycée, (témoignage recueilli les 2/3 et 8/5/2009).

25 Fils d’enseignants habitant Ivry (son père était professeur d’histoire-géographie au lycée Berthelot, sa mère était institutrice en maternelle rue Robespierre à Ivry), Jean Heuzard était en 1960 étudiant en géographie et il devint quelques années plus tard professeur au lycée Montaigne (Pierre Larrey, témoignage cité). Son nom et ses coordonnées sont indiqués dans la revue Cinéma 62 de la FFCC (n° 63 de février 1962) pour permettre aux personnes intéressées de prendre contact avec le ciné-club d’Ivry. Il le quitte, semble-t-il, en 1964 ou 1965.

26 Jacqueline Cleuziou, (témoignage cité). Louis Girard, né le 14/7/1911 de parents ivryens, étudiant à l’hospice d’Ivry, fut 40 ans durant médecin dans cette ville. Résistant, catholique, il fut élu conseiller municipal démocrate sur la liste présentée par le PCF en 1983. Il est mort en janvier 1995.

27 Gérard Le Grand et Pierre Hébrail l’attestent eux aussi, mais il me fut impossible de le vérifier, la paroisse d’Ivry n’ayant aucune idée d’un possible archivage de ces bulletins paroissiaux.

28 « Lorsque nous n’avions pas recours à un spécialiste pour la présentation et l’animation, l’un d’entre nous ou l’un de nos proches, fiable, s’en chargeait. Parmi eux, je me souviens de Jean-Pierre Cleuziou, mon frère, et de Jean Offredo. Il me semble que Jean Heuzard en présenta aussi. Je ne me souviens pas d’en avoir animé moi-même, mais j’introduisais généralement l’intervenant », (Jacqueline Cleuziou, témoignage cité).

29 Vinrent aussi Edgar Morin (Jacqueline Cleuziou, témoignage cité) et Georges Sadoul.

30 Fernand Leriche, né le 28/12/1914 à Paris (VIe), adhère au PCF dès 1933 et devient instituteur en 1935. Résistant, membre de la direction clandestine du Front national universitaire en Région parisienne en septembre 1942, puis de celle du SNI en 1943, il rejoint l’équipe de rédaction de la VO (hebdo de la CGT) fin 1945, puis devient rédacteur en chef de la revue de la FSM à Vienne en Autriche de 1952 à 1954, avant de revenir à la VO en 1955. En 1956, il reprend un poste d’instituteur à Ivry, où il habite depuis 1947, et est membre du conseil syndical de la section d’Ivry du SNI comme de celui du département de la Seine. élu conseiller municipal PCF en 1959, il sera ensuite maire-adjoint aux affaires scolaires, puis aux affaires culturelles de 1965 à 1977. Il termine sa carrière comme professeur des collèges en 1979, dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique, op. cit.

31 L’émission de Françoise Dumayet et Jean-Pierre Chartier L’Avenir est à nous (les jeunes et le cinéma), réalisée par Jean-Charles Lagneau avec un reportage de Charles Paumier, fut diffusée le lundi 17 septembre 1962.

32 Né le 13/2/1938 de parents ivryens, devenu apprenti boulanger contre son gré, Michel Duverger s’inscrit à l’école de cinéma à son retour du service militaire en juillet 1960. Il adhère alors au ciné-club d’Ivry avec son ami Gérard Bernard et en devient secrétaire adjoint dès 1962, (témoignage recueilli le 9/11/2009).

33 « Il me semble que Jean-François Kahn fréquentait le ciné-club. De même Jean-Paul Costa, aujourd’hui président de la Cour européenne des droits de l’homme », (Gérard Le Grand, témoignage cité).

34 Né en Dordogne le 18/5/1925, Pierre Laborie fut d’abord instituteur au Petit Ivry en classes de fin d’études tout en s’occupant de la colonie des Mathes pendant l’été. élu conseiller municipal en 1953 sur la liste de Georges Marrane, il devient adjoint au maire chargé des affaires scolaires et culturelles de 1959 à 1965. Nommé directeur de l’école Makarenko en 1967, il prend sa retraite en 1980. Il meurt le 11/6/2004 dans le Maine-et-Loire.

35 Association loi 1901, le CCI regroupe les associations culturelles locales qu’il met en contact et fait connaître dans la ville. Il aide à promouvoir de nouvelles associations, tout en ayant ses propres initiatives tant au plan culturel que revendicatif. Après Henri Jeanson, Jacques Pourre en est le secrétaire général de 1963 à décembre 1969, date à laquelle il se consacre en priorité au service municipal des affaires culturelles (SMAC), créé sous sa direction en 1966 et dont il est le responsable jusqu’à son départ à la retraite en 1980. Jacques Pourre est décédé à la suite d’une longue maladie le 11 décembre 1989.

36 Le ciné-club y a des représentants au conseil d’administration, tels Michel Vaissié en novembre 1965 ou Gérard Bernard et Michel Duverger en octobre 1967.

37 Né le 14/9/1944, il arrive avec ses parents à Ivry en décembre 1960. Il y rencontre en 1962 son « père spirituel », Yvan Daniel, qui lui fait connaître Gérard Le Grand qu’il va suppléer au bureau du ciné-club à la fin 1963. N’étant pas encore majeur, il en devient vice-président, « Henri Birot reste officiellement président mais c’est moi qui le suis en réalité », jusqu’à la fin 1966 où il arrête après sa licence en lettres et son entrée à Sciences Po. Devenu journaliste, il quitte Ivry en 1980 pour Vanves où il réside encore aujourd’hui, (témoignage recueilli le 5/3/2009).

38 Après avoir gagné l’Algérie en juillet 1963, puis la Chine en 1964, il retrouve Ivry fin 1965 et devient en 1966 permanent à mi-temps au centre culturel et à l’OMJI, d’où sa présence à la commission culturelle municipale les 15 et 18/6/1966. Il se réinvestit alors pleinement au ciné-club d’Ivry dont il assume la direction avec Jean Offredo, Gérard Bernard, Michel Iriarte, Chantal Garric… jusqu’en 1969-1970 où ses activités cinématographiques l’éloignent de plus en plus souvent d’Ivry. Il finit par gagner la Bretagne et y réside toujours aujourd’hui, (Michel Duverger, témoignage cité).

39 Allusion à l’engagement communiste de Henri Birot, Jacques Pourre et Michel Duverger, adhérent au PCF depuis 1962 (Michel Duverger, témoignage cité) alors qu’il désigne comme « catholiques » Jacqueline Cleuziou, Michel Vaissié « qui était jociste » et lui-même, (Jean Offredo, témoignage cité).

40 « Nous sommes nombreux à penser que le développement des salles Art et essai est le phénomène marquant de ces dernières années… grâce en définitive au travail d’éducation en profondeur réalisé par les ciné-clubs » (Le Travailleur du 23/6/1967). D’ailleurs, le Luxy, en sus de sa programmation habituelle de deux films sur la semaine, va lancer une séance Art et essai tous les mardis soir à partir du 19/9/67.

41 Cette décision coûta d’ailleurs sa place de permanent au CCI et à l’OMJI à Michel Duverger qui rejoignit alors définitivement le milieu du cinéma, (Michel Duverger, témoignage cité).

42 Né à Ivry en 1942 de parents ouvriers, devenu héliograveur, Michel Iriarte adhère au ciné-club dès 1963-1964 et intègre assez vite le bureau où il retrouve ses amis Michel Duverger, Gérard Bernard et Jacky Assoune, alors tous communistes et passionnés de cinéma comme lui. « Bombardé président en juin 1969 d’un ciné-club déjà à la dérive, je me lance donc et j’organise l’activité du ciné-club : je n’ai pas rédigé de textes, j’ai fait des affiches et des tracts que je donnais à distribuer en pensant que ça allait remonter. », (témoignage recueilli le 2/12/2009).

43 Parmi lesquels Michel Duverger qui représente le ciné-club au CA du CCI de 1967 à 1971 et Gilbert Germanaz qui l’y rejoint en 1971.

44 « On a quand même projeté en plein air à la cité Monmousseau L’auberge rouge d’Autant-Lara pour faire connaître le ciné-club avec, me semble-t-il, pas mal de monde », (Michel Iriarte, témoignage cité).

45 « On a fini l’année sans un sou. On va alors à 5-6 en délégation rencontrer le maire qui nous répond qu’il n’y a pas d’argent disponible, ça m’a déterminé à partir : je ne voulais plus m’embêter pour une activité sans issue. à l’AG du 10 juin 1970, j’ai fait le rapport moral et lorsque Michel Duverger m’a dit : Tu te représentes l’année prochaine ? J’ai répondu : non ! ». Dès lors Michel Iriarte se désintéresse du ciné-club d’Ivry. Il quitte la ville en 2001 et vit aujourd’hui dans le Midi, (Michel Iriarte, témoignage cité).

46 En 1971, il était moniteur au service municipal de la Jeunesse (SMJ) et nous nous retrouvions aux activités de la maison des jeunes de la cité Marat (alors dirigée par Henri Jean). Christian Le Tuault devient président du ciné-club à la rentrée 1972 avec José Picardi, secrétaire, et Norbert Alter, trésorier : ces deux derniers démissionnent le 21/9/1973 et seule une nouvelle trésorière, Nicole Labaune, est alors désignée.

47 Appel lancé dans le Bulletin du CCI de juin 1974 sous ma signature et réitéré avec Arlette Sennegon dans Le Travailleur du 20/9/74. Arlette Sennegon était conseillère culturelle municipale et membre à titre individuel du conseil d’administration du CCI où moi-même je représentais le ciné-club des Jeunes depuis octobre 1968.

48 L’OMJI (Office municipal de la jeunesse d’Ivry) est créé le 12 décembre 1964 à l’initiative d’organisations et mouvements de jeunesse, de comités d’entreprises et de la municipalité pour « répandre et développer la pratique d’activités culturelles d’éducation populaire et distractives parmi la jeunesse d’Ivry ».

49 Des premiers liens s’étaient noués en février 1973 entre Jean-Pierre Leridant, André Destouches et Gérard Dussandier avec la création, dans le cadre de l’OMJI, d’un collectif cinéma qui publiait un bulletin intitulé Ciné non-stop et animait un ciné-club jusqu’en novembre 1973.

50 En 1950, la FFCC avait créé la Fédération française des ciné-clubs de jeunes qui devient la Fédération Jean-Vigo en 1964. Un représentant du ciné-club d’Ivry participe régulièrement aux assemblées générales de la fédération. Ainsi, prenant le relais de Gérard Dussandier, Bernard Gainot, après y avoir été délégué dès 1977, sera élu membre du CA de la fédération de 1980 à 1983.

51 Issu d’un groupe né en 1969 dans la lignée soixante-huitarde pour faire la jonction avec les immigrés, le groupe Alpha d’Ivry (venu au départ de la JOC) se consacre ensuite à l’alphabétisation complétée par des projections de films, d’où le lien avec le ciné-club d’Ivry suggéré dès fin 1974 par Gérard et Josette Dussandier et concrétisé par une séance commune le 14/3/1976 avec « Nationalité immigré » de Sidney Sokhoma. Les animateurs du Groupe finiront par rejoindre le bureau du ciné-club avec d’abord Bernard Gainot et Nicole Hennache, tous deux délégués à l’AG du 22/4/77, (témoignage d’Anne-Marie et Bernard Gainot recueilli le 4/12/2009).

52 Orientations décidées à l’AG du 22/4/77 et reprises dans le n° 49 d’Imv de juin-juillet 1977 : « Le ciné-club d’Ivry tient à réaffirmer qu’il ne vise pas à rassembler une élite restreinte de cinéphiles, mais bien le public le plus large autour de films de qualité favorisant le débat entre tous les participants. Ainsi pour la prochaine saison, nous envisageons de programmer des films sur des thèmes propices à la discussion tels le tiers-monde, le colonialisme, l’armée, la santé, la justice, l’enfance inadaptée, les femmes, la Chine, les paysans, l’Occitanie, les jeunes, etc. »

53 Le départ de Bernard Joguet qui tirait les affiches en sérigraphie avec l’aide du Foyer de jeunes travailleurs de la rue Spinoza fut particulièrement regretté, faute de relève immédiate au sein du collectif.

54 Dans une interview au Travailleur du 2/6/78, un responsable du ciné-club dont l’identité n’est pas précisée (Gérard Dussandier sans aucun doute) témoigne de cette baisse, de « 300 adhérents » il y a deux ans à « 100 adhérents cette année », qu’il relie « à la difficulté de vivre du collectif », mais aussi aux idées fausses (« l’idée qu’un ciné-club passe de vieux ou mauvais films ») et aux réalités économiques (concurrence du cinéma commercial, prix élevé et en hausse constante des locations de films surtout pour le 35 mm, ce qui oblige à se rabattre sur le 16 mm avec des copies dans un état souvent lamentable) : « La difficulté essentielle, c’est donc le fric. Heureusement que la municipalité nous aide considérablement, sans cela on ne pourrait pas vivre. Trop de ciné-clubs s’écroulent ».

55 Le collectif du ciné-club fut toujours soucieux de son autonomie. Ce qui explique que la collaboration proposée par Jean-Marie Richard dès le 12/3/1980, qui semblait bénéficier d’un accueil favorable à l’AG du 4/6/1980, ne fut réétudiée qu’à l’AG du 17/6/1981 : « Peut-il y avoir une collaboration et laquelle ? Au-delà de ce problème particulier à Ivry, c’est tout le problème des relations entre une structure ciné-club et une structure Art et essai. ».

56 Constat effectué dès le bilan du premier trimestre de la saison 1980-1981 : l’Assemblée générale de la Fédération Jean Vigo du 30/11/1980 « nous a permis de constater que les problèmes actuels de notre ciné-club (baisse de la fréquentation et du nombre des adhésions) ne nous étaient pas propres, mais étaient partagés par l’immense majorité des ciné-clubs de la fédération ».

57 L’AIC naît en 1979 lorsque la ville d’Ivry décide de racheter le Luxy (dernière salle de cinéma sur la ville après la fermeture du National en 1964 et celle du Palace en 1970), mis en vente après avoir cessé ses activités à la fin novembre 1978, et d’en faire une salle d’activité municipale consacrée au cinéma. Un cycle Gabin inaugure sa programmation le 23/11/1979.

58 Depuis 1990, lorsque Poupie Pillas, devenue directrice du Luxy en remplacement de Jean-Marie Richard en novembre 1989, invite André Destouches, Josette Dussandier, Jacques Flammant et Bernard Gainot à rejoindre l’AIC, appelée à devenir la réelle gestionnaire en lieu et place de la municipalité. Une page se tourne le 1/1/2010 avec la remunicipalisation du cinéma, l’AIC devenant une association de spectateurs soucieuse de « défendre l’existence d’une salle de cinéma Art et essai à Ivry, en tant que service public et en lien avec l’ensemble de la population », (statuts de l’AIC modifiés au 24/6/2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Destouches, « Vie et mort d’un ciné-club: le ciné-club d’Ivry (1948-1983) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 165-183.

Référence électronique

André Destouches, « Vie et mort d’un ciné-club: le ciné-club d’Ivry (1948-1983) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2387

Haut de page

Auteur

André Destouches

Agrégé d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page