Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quelles mises en oeuvre ?

La propagande par le théâtre dans les Bourses du travail avant la Grande Guerre. L’exemple du théâtre du Peuple d’Amiens (1903-1914)

Marjorie Gaudemer
p. 129-143

Résumé

Les pratiques artistiques au sein du mouvement syndical, en France avant 1914, sont méconnues. Cet article, issu d’une recherche doctorale, porte sur l’activité théâtrale dans les Bourses du travail. Il fait notamment découvrir une troupe au dynamisme et à la longévité exceptionnels : le théâtre du Peuple d’Amiens.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Amiens, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Une annonce de représentation du théâtre du Peuple d’Amiens :Germinal (Amiens), n°273, 26/04/1912, 3e p. (Archives départementales de la Somme [242 PER 2])

  • 1 M. Gaudemer, Le Théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914, thèse d’arts du spectacle, U (...)

1Rolande Trempé, dans son ouvrage paru en 1993, signale l’importance, dans le mouvement des Bourses du travail, de l’activité théâtrale, et les études de cas menées depuis une trentaine d’années par Patrick Barrau et René Bianco (1976), puis par Bernard Legendre (1977), Jean Legoy (1986) ou encore David Rappe (1997), offrent sur le sujet de précieux détails. Mais force est de constater que cette activité théâtrale, dans son ensemble, demeure méconnue. Il importe donc, aujourd’hui, de réactiver la recherche sur ce pan de l’histoire des Bourses, et cet article, nourri par une recherche doctorale en cours sur le théâtre de propagande socialiste en France entre les années 1870 et 19141, vise à y contribuer. Dans cet article, nous aborderons successivement la pensée syndicale sur le théâtre et ses modes de mise en oeuvre au sein des bourses, puis nous présenterons l’une des principales troupes intersyndicales de l’époque ainsi que les deux principaux obstacles au théâtre révolutionnaire qui s’avèrent propres aux Bourses.

La croyance en le théâtre comme moyen de propagande

  • 2 Didier, « Le théâtre », Bulletin de la Bourse du travail de Bordeaux (Bordeaux), n° 45, 01/1904, 2e(...)

2Certains militants du mouvement ouvrier et révolutionnaire de l’époque voient dans le théâtre un moyen supérieur de propagande. Dans plusieurs articles, cette supériorité du théâtre, notamment sur les instruments ordinaires – jugés parfois déjà éculés – que sont le journal, l’affiche et la conférence, est associée à son pouvoir, avéré ou supposé, d’attraction, ainsi qu’à sa puissante capacité éducative. Dans les organes des Bourses du travail, on trouve le relevé des mêmes avantages que dans des journaux anarchistes ou socialistes à propos de cet art encore très populaire. En 1904, un syndicaliste bordelais déduit de l’observation que « Les êtres humains trouvent dans le théâtre des distractions et le moyen de passer quelques heures récréatives et instructives » « l’intérêt que peut en retirer la classe laborieuse ». Le « but pour la Bourse bordelaise avec « la représentation de pièces purement sociales » est d’« attirer [cette classe laborieuse] à soi par la distraction et [de] l’instruire tout en l’amusant2 ». En 1911, un syndicaliste montpelliérain explique à son tour en quoi, « par un choix judicieux des pièces à jouer, le théâtre […] peut donner de bons résultats » :

3« C’est un des meilleurs moyens pour frapper les sens, l’imagination, l’intelligence des travailleurs, leur faire connaître la vie et la leur faire aimer ; en un mot, il constitue un élément d’éducation de premier ordre. […]

  • 3 L. Galibet, « Théâtre syndicaliste », Le Travailleur syndiqué (Montpellier), n° 8, 01/08/1911, 1ère(...)

4Nous récriminons sans cesse contre l’indifférence des femmes ; or, j’ai beau me creuser la tête, je ne trouve pas de meilleur moyen pour les attirer dans nos milieux où elles ont pourtant leur place bien marquée. D’autre part nous nous élevons contre une jeunesse dévoyée qui ne nous écoute pas et court toujours aux dissipations de temps, aux attractions malsaines et puériles qui déforment le cerveau et dépriment le cœur ; […] et pourtant comment l’intéresser à notre mouvement sinon par des distractions utiles en même temps qu’éducatives. Le fait a souvent été constaté, l’aridité de nos discussions éloigne de nos milieux bon nombre des nôtres ; par contre, chaque fois qu’il y a distraction, les salles regorgent de monde, les femmes le disputent aux hommes par le nombre. Donc le théâtre n’aurait-il pour effet que de tirer un moment la femme du taudis où s’anémient ses enfants et elle-même, le jeune homme et l’adulte du cabaret pernicieux où ils s’intoxiquent, et les attirer tous dans nos milieux, que le résultat ne serait pas à dédaigner3. »

  • 4 Fernand Pelloutier, L’Art et la Révolte, Bibliothèque de l’Art social, Paris, 1897, p. 7.

5Cette croyance en le théâtre, en sa capacité à offrir un auditoire, élargi et diversifié, de travailleurs, puis à le transformer en une assemblée consciente, unie et mobilisée (ou, du moins, mobilisable), croise la position artistique de Fernand Pelloutier. Dans une brochure parue en 1897, sous le titre L’Art et la révolte, cette figure emblématique du mouvement des Bourses du travail affirme la nécessité absolue de l’éducation – « […] tant qu’il restera dans l’esprit des hommes l’ombre d’un préjugé, on pourra faire des insurrections, modifier plus ou moins les inutiles rouages politiques, renverser même les empires : l’heure de la révolution sociale n’aura pas sonné !4 » –, et attribue un « rôle [éducateur] […] prépondérant » à « l’art révolutionnaire » qu’il appelle de ses vœux :

  • 5 Id., p. 16.

6« De même que l’art bourgeois fait plus pour le maintien du régime capitaliste que toutes les autres forces sociales réunies : gouvernement, armée, police, magistrature, de même l’art social et révolutionnaire fera plus pour l’avènement du communisme libre que tous les actes de révolte inspirés à l’homme par l’excès de sa souffrance. […] ce qui, mieux que les instinctives explosions de la fureur, peut conduire à la révolution sociale, c’est le façonnement des cerveaux au mépris des préjugés et des lois ; et ce façonnement, l’art social seul l’opérera.5 »

  • 6 Id., p. 31-32.
  • 7 Didier, op. cit.
  • 8 L. Galibet, op. cit.

7Néanmoins, cette comparaison fait nettement ressortir l’auto-activisme, mû par un ouvriérisme non (forcément) exclusif, qui sous-tend l’idée du recours au théâtre pour la propagande révolutionnaire. Répondant, avec ce texte de conférence, à la commande d’un groupe artistique parisien d’avant-garde (le groupe « L’Art social »), Fernand Pelloutier interpelle les « écrivains », « peintres », « poètes et musiciens », ces « artistes » qui, avec les « ouvriers » et les « savants », partagent « la passion de l’affranchissement matériel et intellectuel6 ». Or, ce ne sont pas aux professionnels ou spécialistes de l’art que sont particulièrement adressés les deux articles précédents. Comme nombre d’autres imprimés dans la presse militante de l’époque, ils s’adressent aux travailleurs ralliés, incités, en vue de leur émancipation, à se saisir du théâtre sans attendre le ralliement et la décision de plus autorisés qu’eux, autrement dit à monter sur scène, à écrire des pièces, eux-mêmes. Dans le premier article cité, l’argumentation appuie ainsi l’« initiative théâtrale » de « camarades [bordelais] dévoués, tant amateurs que professionnels », sollicitant « toutes les intelligences, hommes et femmes », et comptant, pour écrire les textes, sur « quelques camarades de l’association7 ». Dans le second texte, la prolifération de ce type d’initiatives est vivement défendue, et l’idée, qualifiée d’« excellente », de « faire du théâtre dans les groupements syndicaux » conduit à cette injonction finale, aux airs d’un appel à la mobilisation générale : « à côté de l’action économique », « faisons donc du théâtre8 ».

L’accueil de représentations et la création de troupes

8Cette pensée du théâtre comme moyen de propagande se traduit, en milieu syndical, par des expériences pratiques, dès les années 1890, mais encore plus après 1902, sous l’effet de l’unification syndicale. Les Bourses du travail jouent un grand rôle dans le développement du théâtre militant, ouvrier et révolutionnaire, avant 1914, en tant que lieux, comportant une salle des fêtes, voire de spectacle, et comme groupements d’action, organisant, pour la propagande, des manifestations artistiques.

  • 9 Rapport de police, « Jeunesse syndicaliste (groupe Germinal), Ruche syndicaliste, 1909-1925 » [AD d (...)
  • 10 Voir, par exemple, L’Humanité (Paris), n°1323, 01/12/1907, p. 3 ; n°1367, 14/01/1908, p. 4 ; n°1414 (...)
  • 11 Le Combat (Angers), n°3, 18/10/1908, 2e p.
  • 12 La Guerre sociale (Paris), n°2, 22/12/1909, 4e p., n°6, 08/02/1911, 6e p.

9Les Bourses du travail hébergent les troupes et accueillent les représentations de syndicats et d’autres groupements qui y sont affiliés ou non. Ainsi, par exemple, c’est à la Bourse de Dunkerque que siège la section dramatique du PSU, en 1905-1906, à celle de Saint-Étienne que se rassemble le Groupe artistique de la jeunesse syndicaliste, de 1912 à 19149. C’est dans la « grande salle » de la Bourse parisienne que les chambres syndicales des ouvriers tapissiers, des ouvriers de l’industrie florale ou des vanniers reçoivent, pour leurs fêtes, le concours du Théâtre social de Paris (fondé en 1906)10, C’est encore dans la « salle des fêtes » de la Bourse d’Angers que la section socialiste locale organise, en 1908, une « grande fête prolétarienne » avec parties de concert et de théâtre11. Le Groupe anarchiste d’éducation libre de Bayonne-Biarritz-Boucau donne à la Bourse de Bayonne, en 1908 puis en 1911, ses « concerts-causeries » agrémentés de pièces12.

  • 13 Voir David Rappe, La Bourse du travail de Lyon (des origines à 1914), mémoire de maîtrise, universi (...)
  • 14 La Bourse du travail (Perpignan), n°10, 01/10/1907, 3e p.
  • 15 Voir B. Legendre, « La Vie d’un prolétariat : les ouvriers de Fougères au début du XXe siècle », Le (...)
  • 16 Voir, par exemple : Bulletin officiel de la Bourse du travail de Bourges (puis du Cher), n° 22, 11/ (...)

10Les Bourses du travail, en outre, programment elles-mêmes des représentations, plusieurs fondent même leurs propres troupes. Ainsi, l’administration de la Bourse de Lyon, installée dans une ancienne salle de spectacle (le théâtre des Variétés), obtient, pour ses « grandes fêtes populaires », le concours de la compagnie professionnelle Roche-Chevalier (1901-1904) puis la contribution de L’Œuvre (théâtre libre) (1902-1905), une troupe amateure locale dont la Bourse récupèrera d’ailleurs les décors13. à Perpignan, en 1907, les animateurs de la Bourse, quant à eux, éprouvent la « nécessité [de] jouer [, lors de leurs « veillées populaires »] des pièces sociales comme cela se pratique dans d’autres Bourses14» (à Fougères15, Bourges16, etc.), et l’idée consécutive de « créer un « théâtre social » à la Bourse du travail » est fortement approuvée et soutenue par le secrétaire de l’établissement, Joseph Bazerbe :

11« Je voudrais voir représenter sur notre petite scène, en dépit de ses proportions modestes et de ses décors fripés, de ces pièces point banales du tout et qui, pour la plupart, sont l’œuvre d’écrivains ignorés, qui vivent notre vie de labeur et de souffrances ; de ces pièces où l’auteur, ami du travailleur, dépeint admirablement le rôle du militant, fait la sombre esquisse du faux-frère, châtie vigoureusement l’exploiteur et trace au prolétaire, honnête mais indifférent, les devoirs à remplir par lui.

12En un mot, c’est le « théâtre social » que je voudrais voir instaurer dans notre Bourse du travail, avec son spectacle moralisateur et éducatif, avec ses vérités rudes et ses joies éphémères, mais aussi avec ses espérances en une transformation prochaine de la société.

  • 17 Joseph Bazerbe, « Le Théâtre social », La Bourse du travail (Perpignan), n°11, 01/11/1907, 1re p. D (...)

13[…] Quoi qu’en disent certains moralistes, qu’à distraire le peuple on endort sa misère, qu’on ne la guérit pas, nous prétendons que le « théâtre social » donnerait une impulsion nouvelle au travailleur, car en lui montrant ses faiblesses coupables, il lui indiquerait le droit chemin, en ferait un homme et un bon combattant de demain…17 »

  • 18 La Bourse du travail (Perpignan), n°12, 01/12/1907, 2e p. ; n° 1, 01/01/1908, 1ère p. ; n° 2, 01/02 (...)
  • 19 La Guerre sociale (Paris), n° 2, 23/12/1908, 4e p. ; Le Prolétaire du Morbihan (Lorient), n°1, 15/0 (...)
  • 20 L’Ami du peuple (Clermont-Ferrand), n°8, 19/02/1911, 2e p.
  • 21 La Lyrique de Rennes monte quelques pièces, au moins en 1912-1913. Voir, par exemple, Le Semeur de (...)
  • 22 L’Aurore sociale (St-Quentin - Bohain), n°5, 03/02/1912, 2e p.
  • 23 Voir P. Barrau, R. Bianco, Un Essai de culture ouvrière : le Théâtre social, 1900-1914, Bulletin du (...)
  • 24 Cette troupe a déjà été évoquée dans plusieurs articles : « Le Théâtre du peuple », dans Compagnie (...)

14Mais, la soirée inaugurale de ce théâtre social, dans la « salle des conférences » de la Bourse, ne paraît suivie que de deux prestations18, et à Perpignan comme ensuite à Lorient (1908)19, Clermont-Ferrand (1911)20, Rennes (1912-1913)21 ou Saint-Quentin (1912-1913)22, les troupes, d’après les annonces de représentations, sont plutôt éphémères. Au sein des Bourses, les représentations, bien qu’irrégulières, peuvent être programmées en grand nombre, mais rares s’avèrent, en effet, les troupes de Bourses qui connaissent le dynamisme et la longévité du Théâtre social de Marseille (1903-1914)23 ou du Théâtre du peuple d’Amiens dont l’activité exceptionnelle, suspendue pendant la guerre, reprendra après l’amnistie, pour ne s’interrompre définitivement qu’à la fin des années trente24.

Le théâtre du Peuple d’Amiens

  • 25 L’Avant-garde (Amiens), n°102, 25/01/1903, 3e p. ; Le Réveil syndical (Amiens), n°47, 01/1903, 4e p (...)
  • 26 Cdp, n°14, 15/02/1903, 3e p., n°16, 01/03/1903, 3e p., n°17, 08/03/1903, 3e p. 
  • 27 Cdp, n°12, 01/02/1903, 3e p.
  • 28 Id.
  • 29 L’Avant-garde (Amiens), n°102, 25/01/1903, 3e p.
  • 30 Germinal (Amiens), n°180, 02/07/1909, 3e p.
  • 31 Cdp, n°272, 22/12/1907, 2e p.

15C’est sur l’initiative, apparemment, de membres du syndicat des ouvriers teinturiers amiénois, épaulés par des artistes de la Jeune Comédie (une troupe amateur locale), qu’est fondé, « le 24 janvier 1903, sous le patronage de la Bourse du travail d’Amiens » (créée en 1895 et adhérant à la CGT), le « théâtre du Peuple25 ». Les fonds constitués proviennent alors surtout du syndicat et de la Bourse, mais, en sus des souscriptions individuelles et d’un petit don de l’Union socialiste, un « appui financier » est apporté par des syndicats adhérant à la Bourse (celui des coupeurs-tailleurs, des mouleurs, du chemin de fer, etc.)26. En ce sens, la troupe, siégeant à la Bourse, est aussitôt placée « sous la protection et le contrôle moral [de ses] syndicats27 », et elle s’inscrit dans « la série [des] œuvres d’éducation » conduite par cette Bourse28 : elle se destine à « l’éducation de la classe prolétarienne par le théâtre29 », à « la diffusion des idées nouvelles par le théâtre30 », et s’affirme comme « une œuvre de propagande31 ».

  • 32 L’Avant-garde (Amiens), n°118, 17/05/1903, 2e p.
  • 33 Cdp, n°306, 16/08/1908, 2e p.
  • 34 Le Réveil syndical (Amiens), n°121, 06/1909, 4e p.

16Entre 1903 et 1914, d’après les programmes retrouvés, de très nombreuses personnes se joignent au théâtre du Peuple. Toutefois, l’activité de cette troupe gravite autour d’un noyau, progressivement renouvelé, d’une vingtaine d’acteurs – dont quelques femmes. Elle reçoit alors l’aide ponctuelle de comédiens professionnels (rattachés, par exemple, au Théâtre municipal d’Amiens ou à l’œuvre de Paris), mais elle est présentée comme une « troupe d’amateurs32 », fédérant des « artistes ouvriers33 » – au moins un salarié du textile (Alcide Dumont), un cordonnier (Jules Lemaire), une piqueuse en chaussures (Sandrine Dumont-Sirval). Comme « artistes amateurs », ces membres se distinguent alors par leur appartenance syndicale et leur identification à la Bourse locale. On peut lire à propos de ce « groupe artistique de travailleurs syndiqués34 :

17« La troupe du théâtre du Peuple n’est pas un simple ramassis d’amateurs réunis momentanément et à grand-peine pour une circonstance passagère.

  • 35 Loison, « Théâtre du peuple », Cdp, n°102, 02/10/1904, 3e p.

18Composée exclusivement d’ouvriers syndiqués, elle est comme l’expression de la Bourse du travail d’Amiens35. »

  • 36 Germinal (Amiens), n°180, 02/07/1909, 3e p.
  • 37 Cdp, n°519, 15/09/1912, 2e p.
  • 38 Cdp, n°97, 28/08/1904, 3e p.

19De la sorte, l’adhésion à la société, soumise à « aucune cotisation », a pour « seule condition » d’« être syndiqué », exception étant faite « pour les personnes dont la corporation n’a pas de syndicat36 ». Et ses membres, présentant comme artistes un goût et une aptitude scéniques spécifiques (pour un certain G. Beaudoin, cela le conduira à s’engager dans une carrière d’acteur), se particularisent en outre par leur décision de mettre ce goût et cette aptitude au service des luttes sociales. « Pour hâter la transformation sociale, chacun propage selon son tempérament, ses aptitudes, par la parole, la brochure, le journal, la chanson37. », est-il stipulé dans le journal socialiste amiénois, et, en ce sens, ces « camarades artistes », comme d’autres militants, « font de la propagande pour la bonne cause38».

  • 39 Ces pièces, ainsi que celles, retrouvées, d’H. Hanriot et P. Norange, sont à paraître en 2011 chez (...)

20Le répertoire du théâtre du Peuple, très fréquemment modifié (d’après les annonces, la troupe monte à l’époque environ neuf pièces par an), comprend deux types de pièces, pour la plupart courtes. Les unes sont des pièces légères, purement distrayantes, jouées en petit nombre, les autres sont des pièces sociales, tirées du répertoire professionnel parisien ou rédigées par des militants du mouvement ouvrier et révolutionnaire. Le théâtre monte ainsi des drames de Bonis-Charancle (Les Loups), d’Eugène Brieux (Les Avariés), de Jean Jullien (La Mineure), mais aussi des pièces du guesdiste Pierre Norange (Canaille et compagnie), de l’allemaniste havrais Hippolyte Hanriot (La Fiancée russe), de l’anarchiste Jean Grave (Responsabilités !). Son auteur attitré est l’allemaniste samarien Stéphane Becquerelle, dont le théâtre du Peuple crée à la scène les quatre pièces : Monsieur travaille (1904), Prométhée enchaîné (1905), L’Enlizement (sic) (1905), Veille au grain (1906)39. Divers sujets sont de la sorte abordés par la troupe – l’alcoolisme (Monsieur Bistro de Jules Denancourt), le clergé (Les Vautours d’Albert Fresquet), la condition des instituteurs (Prométhée enchaîné), etc. L’opposition des classes, la lutte entre les patrons et les ouvriers, la question syndicale reviennent plusieurs fois, notamment avec les pièces Les Mauvais Bergers d’Octave Mirbeau (1903), La Meute de Jean Manneville (1908), La Grève rouge de Jean Conti et Jean Gallien (1910). Toutefois, le thème dominant, notamment avec la montée des tensions internationales, est l’armée. L’antimilitarisme de la troupe transparaît dans les représentations de drames contre les camps disciplinaires (Refus d’obéissance d’Alphonse Gallais, Forte Tête d’Auguste Clevers, Biribi de Georges Darien et Marcel Lauras, etc.), contre la guerre (La Première Salve d’Amédée Rouquès, Les Lunettes de Gaston Montéhus, Sac au dos de J. Conti), contre l’usage de l’armée pour réprimer les grèves. On retrouve cet antimilitarisme dans les représentations de drames dénonçant les effets dévastateurs du service militaire comme Le Permissionnaire d’H. Hanriot, qui semble d’ailleurs le texte le plus joué à l’époque par la troupe.

  • 40 Le Réveil syndical (Amiens), n°121, 06/1909, 4e p. 
  • 41 Cdp, n°112, 11/12/1904, 3e p.
  • 42 Cdp, n°272, 22/12/1907, 2e p.

21Les répétitions régulières du théâtre du Peuple sont bihebdomadaires et ont lieu le soir dans la « grande salle » du premier étage de la Bourse du travail. Les membres y préparent des spectacles coupés (de quoi assurer les parties de « chant, déclamation, théâtre40 »), pour les matinées ou soirées que le théâtre organise lui-même ainsi que pour les fêtes des « syndicats ou [autres] groupes d’Amiens et du département41 », à la disposition desquels il se tient, sur simple demande. Il garantit alors aux différents groupements ouvriers la gratuité du concours (seule est demandée l’indemnisation des éventuels « frais de déplacement42 ») et un programme artistique approprié. Il s’offre ainsi comme le remède aux problèmes que les militants rencontrent dans l’organisation des fêtes :

22« L’un des meilleurs moyens de propagande que vous possédez est certainement l’organisation de fêtes socialistes.

23En attirant le public par l’annonce d’un concert ou d’une représentation théâtrale, vous faites précéder le spectacle d’une conférence que l’on écoute avec bienveillance et souvent ces réunions font de nombreux adeptes à nos doctrines.

24Mais un obstacle se présente souvent pour nous empêcher d’organiser, d’une façon suivie, ces fêtes de propagande, ce sont les frais qu’elles entraînent, et la plupart du temps, vos groupes ne sont pas riches.

  • 43 Id.

25D’autre part, les artistes de café-concert ou de théâtre, que vous payez très cher, pour vous prêter leur concours, ne rendent pas les services que vous attendiez d’eux et, après une conférence socialiste, il arrive souvent d’entendre des monologues ineptes ou des chansons nationalistes […]43 »

  • 44 Le néomalthusianisme est un courant anarchiste, apparu en France à la fin du xixe siècle qui, inspi (...)

26Concrètement, le théâtre du Peuple intervient pour différents types de groupements (des sections politiques, des coopératives, des universités populaires, un groupe néomalthusien44, une société de secours mutuel), mais les sollicitations semblent surtout syndicales : il anime en nombre les fêtes annuelles et les assemblées générales des teinturiers, coupeurs-brocheurs, tisseurs, ouvriers du cuir, du bâtiment, des travailleurs municipaux, et surtout celles des métallurgistes, etc. De plus des tournées ont lieu dans des villes et villages de la Somme (surtout dans l’arrondissement d’Amiens, à Saint-Ouen, Corbie, Saint-Léger-lès-Domart, etc.). Quelques passages sont effectués dans les départements voisins (à Breteuil dans l’Oise, à Frévent dans le Pas-de-Calais, à Saint-Quentin dans l’Aisne). Cependant la troupe demeure essentiellement sédentaire. À Amiens, elle occupe alors à l’occasion les scènes municipales (le Théâtre, le Cirque), des lieux de spectacles privés (L’Alcazar), plus rarement des salles non équipées (le local des anarchistes), et se produit principalement dans la salle des fêtes de la Bourse du travail, réaménagée vers 1905.

  • 45 Le Réveil syndical (Amiens), n°133, 06/1910, 1re p.
  • 46 Cdp, n°233, 24/03/1907, 2e p.
  • 47 Germinal (Amiens), n° 74, 09/02/1907, 3e p. et n°75, 23/02/1907, 3e p.
  • 48 Rapport du commissariat central de police, Amiens, le 29/04/1912 [AD de la Somme : 99M33] ; Germina (...)
  • 49 Voir, par exemple : Cdp, n°327, 10/01/1909, 2e p. ; n°480, 17/12/1911.

27L’action du théâtre du Peuple est encouragée par Auguste Cleuet, le secrétaire général de la Bourse amiénoise à partir de 1905. Il écrit, par exemple, dans Le Réveil syndical de 1910 : « Le théâtre du Peuple a sa place dans la propagande ouvrière. Il faut qu’il vive, il faut qu’il se développe encore45 ! »Cette action est soutenue aussi par les groupes socialistes et anarchistes locaux, qui impriment dans leurs journaux ses annonces et avis du théâtre. Quant aux travailleurs visés par les représentations, ils ne répondent pas toujours présents : en mars 1907, la représentation organisée par les métallurgistes rassemble « à peine une cinquantaine » de spectateurs46. Cependant le faible coût des entrées (le plus souvent, entre 20 et 50 centimes), les réductions tarifaires (pour les groupes, pour les femmes et les enfants), favorisent souvent l’affluence, et les déplacements se font très souvent en famille et en nombre. Ainsi, par exemple, en février 1907, des places ayant manqué pour la première du Cœur et la Loi dans la salle de la Bourse (pouvant contenir 400 personnes), la troupe fixe une seconde représentation47. En avril 1912, la « grande soirée populaire » du théâtre aurait attiré « 350 personnes », dont « une soixantaine de femmes et enfants48 ». La proportion de « l’élément féminin » est parfois telle que le conférencier de la fête change de sujet (par exemple, décide de traiter du rôle social des femmes) pour profiter de cette présence49. Selon les comptes rendus, les ovations concluent alors souvent les représentations. La véracité de ces comptes rendus peut être suspectée et il est donc difficile d’établir l’impact réel de cette activité scénique, d’évaluer précisément l’attention, l’engouement et l’adhésion qu’elle est parvenue à générer.

Le problème de l’ingérence municipale et des divergences doctrinales

  • 50 Cdp, n°84, 29/05/1904, 3e p.

28L’émergence et le développement d’expériences comme celle du théâtre du Peuple d’Amiens reposent sur la réunion de trois conditions de la pratique théâtrale elle-même : la volonté partagée (et continue) de faire du théâtre, l’existence et l’accessibilité de pièces, la disposition d’un lieu. À l’époque, il faut ajouter aux contraintes la censure des spectacles, la plus ou moins grande réactivité des militants pour la contourner le cas échéant (en donnant notamment à la fête un caractère privé qu’ils peuvent feindre de respecter). Ainsi, à Amiens, les prestations de la troupe sont d’abord publiques, mais, dès 1904 et la mise en scène des Avariés d’E. Brieux, « la représentation publique [de ses] pièces » est interdite, et, désormais, est-il annoncé, « […] il ne sera pas distribué de billets à l’entrée. Il faut se les procurer à la Bourse ou par l’intermédiaire des syndicats50 ». Enfin, de façon spécifique semble-t-il, l’activité théâtrale au sein des bourses est à l’époque confrontée à deux autres obstacles : l’ingérence municipale ou départementale (qui ne concerne pas le théâtre du Peuple, puisque la Bourse amiénoise est « indépendante »), et les divergences doctrinales (qu’éprouve en revanche durement la troupe amiénoise).

  • 51 L. Galibet (op. cit.) écrit ainsi : « Nous nous plaignons aussi de la pauvreté de nos moyens, la pé (...)
  • 52 La Guerre sociale (Paris), n°49, 17/11/1909, 4e p.

29L’hébergement et les subventions publics des Bourses du travail posent le problème du libre accomplissement de leur fonction révolutionnaire. Au sein des Bourses « municipales », les représentations, d’ailleurs conçues aussi comme un mode de financement de l’indépendance (à obtenir ou maintenir)51, sont entravées par les autorités publiques qui, à l’approche de la guerre, s’emploient notamment à museler la mobilisation antimilitariste sous toutes ses formes. Ainsi, le Groupe artistique syndical de propagande dispose, dès sa création en 1909, d’un bureau et d’une grande salle à la Bourse du travail de Paris qui est municipale. Ses membres doivent être des « militants adhérant aux divers syndicats fédérés et confédérés faisant partie de l’Union des syndicats ». Son « but » affiché est « l’intensification de la propagande par l’établissement périodique de « fêtes populaires et gratuites » organisées à la Bourse du travail52 ». Il anime en effet de nombreuses matinées et soirées familiales, tenues à la Bourse. Mais, en août 1908, l’Union des syndicats de la Seine est exclue de la Bourse pour sa propagande antimilitariste et révolutionnaire. à la fin de 1911, le Groupe artistique syndical, qui a déjà mis en scène et diffuse encore des pièces antimilitaristes (dont celle de son fondateur et secrétaire, Tony Gall, intitulée Balle fratricide) se voit à son tour refuser, « par décision préfectorale » et « pour ses tendances », l’accès à la salle de la Bourse. « Il y serait cependant toléré sous condition d’abandonner sa tactique. », mais le Groupe, scandalisé, reste ferme :

30« C’est inacceptable ; nous voulons œuvrer conformément aux principes du syndicalisme groupé dans la CGT.

31La bâtisse municipale – où les organisations sont si peu chez elles – nous est interdite. C’est une nouvelle atteinte à l’autonomie syndicale ouvrière. Qu’importe ! Nous trouverons une autre salle pour continuer notre besogne.

  • 53 La Bataille syndicaliste (Paris), n°172, 15/10/1911, 4e p.

32Les frais seront plus élevés, voilà tout53. »

  • 54 Voir P. Barrau-R. Bianco, op. cit., p. 24-29.

33À Marseille, en revanche, le Théâtre social finit par capituler54. En décembre 1912, cette troupe de la Bourse municipale locale joue, à une semaine d’intervalle, L’Ordre d’appel et à Biribi, en ignorant un récent arrêté préfectoral sur les spectacles antimilitaristes ainsi que la notification policière adressée pour la seconde représentation. Un procès-verbal est alors dressé contre les acteurs, condamnés en mars 1913 par le tribunal de police à cinq francs d’amende. En vain. Des « pièces ou exhibitions […] de nature à troubler la tranquillité publique » sont encore montées à la Bourse marseillaise. De nouveaux procès-verbaux sont alors rédigés, notamment contre l’administrateur du Théâtre social, et c’est sur l’intervention de la municipalité, qui baisse sa subvention et menace de la supprimer totalement, qu’un membre de la troupe annonce finalement, en janvier 1914, que « Pour se conformer à l’arrêté de M. Schrameck [le préfet des Bouches-du-Rhône], le Théâtre social ne jouera plus à la Bourse du travail de pièces à tendances antimilitaristes ».

  • 55 Rapport du commissaire central de Roanne, Roanne, le 13/05/1913 [AD de la Loire : 1M508]

34C’est au sein de la CGT et du mouvement des Bourses que des socialistes, anarchistes puis syndicalistes d’action directe tentent une propagande révolutionnaire commune. Cependant, l’entente de ces militants s’avère fragile et relative, y compris sur le terrain théâtral : les divergences doctrinales, le rapport de force qui les sous-tendent, perturbent et compromettent la coopération, au point, sinon d’entraîner la disparition des troupes « mixtes », du moins de les fragiliser. Ainsi, l’arrêt prématuré de la saison 1912-1913 de L’Avenir de Roanne, groupe artistique intersyndical et coopératif, créé en 1911 et siégeant à la Bourse locale, provient manifestement de l’avènement d’un différend doctrinal interne et de la décision de la section roannaise du PSU de se démarquer de ses « tendances anarchistes55 ». La section du PSU crée en effet sous ses propres auspices une autre troupe, concurrente, appelée L’Aurore sociale. Celle-ci est alors immédiatement ralliée par quelques-uns des premiers membres de la troupe intersyndicale qui survivra, mais en vivotant, jusqu’à la guerre.

  • 56 A. Rousse, « Théâtre social », L’Ouvrier syndiqué (Marseille), n°387, 01/05/1905, 4e p.
  • 57 Le Réveil syndical (Amiens), n°133, 06/1910, 1re p.
  • 58 Cdp, n°548, 06/04/1913, 3e p.
  • 59 Le Réveil syndical (Amiens), n°120, 05/1909, 2e p. et 3e p.

35C’est un scénario similaire qui se produit à Amiens. Les socialistes, S. Becquerelle et Julien Barbier, les anarchistes, A. Dumont et J. Lemaire, adhèrent au théâtre du Peuple, et celui-ci semble formé, comme le Théâtre social de Marseille, sur la compréhension « que pour faire une propagande saine et vigoureuse, il f [aut] que les individus rest [ent] en dehors de toute polémique et que l’on p [eut] très bien s’unir sur le terrain artistique56 ». Néanmoins, c’est un retournement de tendance qui provoque la « crise intérieure57 » que traverse la troupe, quelques années après sa création. En effet, celle-ci s’avère, d’emblée, plutôt agir à la périphérie du mouvement socialiste, mais, au cours de la saison 1907-1908 (marquée par le départ pour l’Hérault du meneur socialiste S. Becquerelle), elle se rapproche de l’anarchisme : elle interprète notamment la pièce de J. Grave, elle anime les fêtes de la Jeunesse libre d’Amiens. La « discorde58 » ainsi semée et envenimée, sur fond d’entérinement des idées, de forte inspiration anarchiste, du syndicalisme d’action directe (la célèbre charte fut d’ailleurs adoptée en octobre 1906 à Amiens même), ne s’achèvera qu’avec la création par les anarchistes amiénois de leur propre troupe (en septembre 1908) et le départ, pour participer à cette nouvelle aventure artistique et militante, de deux acteurs vedettes de la troupe de la Bourse (S. Dumont-Sirval et son époux Léon Dumont) vers mars 1909. Le théâtre du Peuple d’Amiens sera alors réorganisé (entre mars et juin 1909) et, pour la saison 1909-1910, reprendra son activité, en étant désormais doté d’un règlement confiant au Comité général de la Bourse, dirigé par le socialiste réformiste A. Cleuet, le « contrôle direct59 » sur elle (comme s’il s’agissait de le prémunir contre tout nouveau détournement ou autre querelle intestine). S’opérera dès lors une sorte de retour à la situation et à l’ascendant précédant la crise (la troupe reprendra l’animation, un temps suspendue, des fêtes des groupements socialistes) ; mais si le théâtre aura ainsi échappé au pire, son activité, d’après la fréquence des annonces parues, s’avèrera désormais inférieure aux meilleures saisons (celles de 1905-1906 et 1906-1907).

36Le recours au théâtre pour la propagande révolutionnaire a pu paraître évident, mais cela ne s’est pas accompli sans difficulté. Reste que l’activité théâtrale, au sein des Bourses du travail, a participé à l’émergence, dès avant 1914 en France, d’une contre-culture ouvrière et militante. Certes la place culturelle du théâtre a beaucoup changé depuis le xixe siècle, mais la connaissance de cette activité passée, située en marge du milieu artistique proprement dit, portée par une conception utilitaire de l’art, est propice à alimenter la réflexion actuellement nécessaire sur l’articulation du théâtre, des arts en général, et des questions politiques, des luttes sociales.

Haut de page

Notes

1 M. Gaudemer, Le Théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914, thèse d’arts du spectacle, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 2009.

2 Didier, « Le théâtre », Bulletin de la Bourse du travail de Bordeaux (Bordeaux), n° 45, 01/1904, 2e p.

3 L. Galibet, « Théâtre syndicaliste », Le Travailleur syndiqué (Montpellier), n° 8, 01/08/1911, 1ère p.

4 Fernand Pelloutier, L’Art et la Révolte, Bibliothèque de l’Art social, Paris, 1897, p. 7.

5 Id., p. 16.

6 Id., p. 31-32.

7 Didier, op. cit.

8 L. Galibet, op. cit.

9 Rapport de police, « Jeunesse syndicaliste (groupe Germinal), Ruche syndicaliste, 1909-1925 » [AD de la Loire : 10M450]

10 Voir, par exemple, L’Humanité (Paris), n°1323, 01/12/1907, p. 3 ; n°1367, 14/01/1908, p. 4 ; n°1414, 01/03/1908, p. 4.

11 Le Combat (Angers), n°3, 18/10/1908, 2e p.

12 La Guerre sociale (Paris), n°2, 22/12/1909, 4e p., n°6, 08/02/1911, 6e p.

13 Voir David Rappe, La Bourse du travail de Lyon (des origines à 1914), mémoire de maîtrise, université Lyon 2, 1997, p. 132-134.

14 La Bourse du travail (Perpignan), n°10, 01/10/1907, 3e p.

15 Voir B. Legendre, « La Vie d’un prolétariat : les ouvriers de Fougères au début du XXe siècle », Le Mouvement social (Paris), n° 98, 01-03/1977, p. 3-41. Voir, par exemple : Le Travailleur fougerais (Fougères), n°7, 02/1902, 4e p. ; n°10, 05/1902, 3e p. ; n° 20, 02/1904, 3e p.

16 Voir, par exemple : Bulletin officiel de la Bourse du travail de Bourges (puis du Cher), n° 22, 11/1900, 2e p. et n°117, 12/1908, 1re p.

17 Joseph Bazerbe, « Le Théâtre social », La Bourse du travail (Perpignan), n°11, 01/11/1907, 1re p. Dans un numéro ultérieur, l’idée de « représenter des pièces sociales » est justifiée par l’« attrait particulier » que le théâtre donne aux « veillées », ainsi que par l’apport d’« un programme qui, tout en intéressant et amusant le public, puisse aussi l’instruire. ». Il faut « En un mot, amener nos femmes – et aussi pas mal de camarades – à une compréhension plus exacte de leurs devoirs sociaux. », J. Prolo, « Les Veillées de la Bourse », La Bourse du travail (Perpignan), n°1, 01/01/1908, 2e p.

18 La Bourse du travail (Perpignan), n°12, 01/12/1907, 2e p. ; n° 1, 01/01/1908, 1ère p. ; n° 2, 01/02/1908, 2e p.

19 La Guerre sociale (Paris), n° 2, 23/12/1908, 4e p. ; Le Prolétaire du Morbihan (Lorient), n°1, 15/01/1912, 4e p. ; Le Prolétaire breton (Lorient), n°2, 15/02/1912, 1re p.

20 L’Ami du peuple (Clermont-Ferrand), n°8, 19/02/1911, 2e p.

21 La Lyrique de Rennes monte quelques pièces, au moins en 1912-1913. Voir, par exemple, Le Semeur de l’Ouest (Rennes), n°60, 09/11/1912, 3e p. ; n°65, 18/01/1913, 2e p.

22 L’Aurore sociale (St-Quentin - Bohain), n°5, 03/02/1912, 2e p.

23 Voir P. Barrau, R. Bianco, Un Essai de culture ouvrière : le Théâtre social, 1900-1914, Bulletin du CIRA — Marseille, n°11, Marseille, septembre-octobre 1976.

24 Cette troupe a déjà été évoquée dans plusieurs articles : « Le Théâtre du peuple », dans Compagnie JM Bonillo, Bulletin d’information (Amiens), n°8, 04/1977, p. 18-21 ; A. Trogneux, « Les troupes amiénoises de 1900 à 1950 », dans Saisons, Les cahiers du théâtre, n°2, 12/1990, p. 24. Toutefois, malgré son activité, elle n’a jamais été l’objet d’une étude de fond, et c’est pourquoi elle est ici mise en avant.

25 L’Avant-garde (Amiens), n°102, 25/01/1903, 3e p. ; Le Réveil syndical (Amiens), n°47, 01/1903, 4e p. ; Le Cri du peuple (Amiens) (Cdp), n°11, 25/01/1903, 3e p.

26 Cdp, n°14, 15/02/1903, 3e p., n°16, 01/03/1903, 3e p., n°17, 08/03/1903, 3e p. 

27 Cdp, n°12, 01/02/1903, 3e p.

28 Id.

29 L’Avant-garde (Amiens), n°102, 25/01/1903, 3e p.

30 Germinal (Amiens), n°180, 02/07/1909, 3e p.

31 Cdp, n°272, 22/12/1907, 2e p.

32 L’Avant-garde (Amiens), n°118, 17/05/1903, 2e p.

33 Cdp, n°306, 16/08/1908, 2e p.

34 Le Réveil syndical (Amiens), n°121, 06/1909, 4e p.

35 Loison, « Théâtre du peuple », Cdp, n°102, 02/10/1904, 3e p.

36 Germinal (Amiens), n°180, 02/07/1909, 3e p.

37 Cdp, n°519, 15/09/1912, 2e p.

38 Cdp, n°97, 28/08/1904, 3e p.

39 Ces pièces, ainsi que celles, retrouvées, d’H. Hanriot et P. Norange, sont à paraître en 2011 chez H. Champion, dans un recueil de textes théoriques et pièces de théâtre écrits par des socialistes.

40 Le Réveil syndical (Amiens), n°121, 06/1909, 4e p. 

41 Cdp, n°112, 11/12/1904, 3e p.

42 Cdp, n°272, 22/12/1907, 2e p.

43 Id.

44 Le néomalthusianisme est un courant anarchiste, apparu en France à la fin du xixe siècle qui, inspiré par la doctrine de T. Malthus, préconise la restriction volontaire des naissances – la « grève des ventres » – afin de ne pas fournir à la bourgeoisie de la « chair à canon », « à travail » et « à plaisir ».

45 Le Réveil syndical (Amiens), n°133, 06/1910, 1re p.

46 Cdp, n°233, 24/03/1907, 2e p.

47 Germinal (Amiens), n° 74, 09/02/1907, 3e p. et n°75, 23/02/1907, 3e p.

48 Rapport du commissariat central de police, Amiens, le 29/04/1912 [AD de la Somme : 99M33] ; Germinal (Amiens), n°274, 03/05/1912, 3e p.

49 Voir, par exemple : Cdp, n°327, 10/01/1909, 2e p. ; n°480, 17/12/1911.

50 Cdp, n°84, 29/05/1904, 3e p.

51 L. Galibet (op. cit.) écrit ainsi : « Nous nous plaignons aussi de la pauvreté de nos moyens, la pénurie de nos ressources est souvent une cause de notre faiblesse ; tout en joignant l’utile à l’agréable, nous pouvons nous procurer des subsides, nous libérer de toute tutelle et gagner ainsi en liberté d’action ce qui par ces temps de persécution ouvrière vaut d’être envisagé. ».

52 La Guerre sociale (Paris), n°49, 17/11/1909, 4e p.

53 La Bataille syndicaliste (Paris), n°172, 15/10/1911, 4e p.

54 Voir P. Barrau-R. Bianco, op. cit., p. 24-29.

55 Rapport du commissaire central de Roanne, Roanne, le 13/05/1913 [AD de la Loire : 1M508]

56 A. Rousse, « Théâtre social », L’Ouvrier syndiqué (Marseille), n°387, 01/05/1905, 4e p.

57 Le Réveil syndical (Amiens), n°133, 06/1910, 1re p.

58 Cdp, n°548, 06/04/1913, 3e p.

59 Le Réveil syndical (Amiens), n°120, 05/1909, 2e p. et 3e p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Une annonce de représentation du théâtre du Peuple d’Amiens :Germinal (Amiens), n°273, 26/04/1912, 3e p. (Archives départementales de la Somme [242 PER 2])
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjorie Gaudemer, « La propagande par le théâtre dans les Bourses du travail avant la Grande Guerre. L’exemple du théâtre du Peuple d’Amiens (1903-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 129-143.

Référence électronique

Marjorie Gaudemer, « La propagande par le théâtre dans les Bourses du travail avant la Grande Guerre. L’exemple du théâtre du Peuple d’Amiens (1903-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2383

Haut de page

Auteur

Marjorie Gaudemer

Docteure en arts du spectacle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page