Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quelles mises en oeuvre ?

Micro-histoire de la bourse du travail de Saint-Brieuc (1904-1932): milieux, réseaux, représentations

Alain Prigent et François Prigent
p. 115-128

Résumé

Les fonds d’archives inexploités permettent de revisiter la configuration locale des filières syndicales et leurs implications politiques durant l’éphémère expérience de la Bourse du travail de Saint-Brieuc (1904-1909). La naissance de la Bourse survient dans un moment de séparation politique entre le pouvoir des élites républicaines et les ramifications de la jeune organisation socialiste, avant de s’achever dans la foulée de la crise municipale de 1908, qui voit un militant socialiste de la Bourse accéder temporairement à la mairie. L’objectif est ici de confronter le portrait collectif des militants de la Bourse avec l’œuvre littéraire de Louis Guilloux, La Maison du Peuple, où s’entremêlent histoire(s) et représentations. La micro-histoire de la Bourse briochine est ainsi l’occasion de réfléchir à la nature des rapports complexes entre les forces du mouvement ouvrier et les réseaux politiques. Traversée par des courants, des identités et des stratégies contradictoires, la Bourse s’avère la matrice d’une pluralité de milieux militants dans les Côtes-du-Nord.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Saint-Brieuc

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre, 3 tomes, Saint-Hippo (...)
  • 2 Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes, fonds Augustin Hamon ; médiathèque de Nantes, fonds F (...)

1Les travaux de Claude Geslin1 sur les premières formes du mouvement ouvrier en Bretagne éclairent l’histoire comparée des Bourses du travail à l’échelle régionale, mais les fonds d’archives inexploités permettent de revisiter la configuration locale des filières syndicales et leurs implications politiques durant l’éphémère expérience de Saint-Brieuc (1904-1909)2.

  • 3 L’entrée différée à la SFIO procède de la structuration régionale de la FSB. François Prigent, « Le (...)
  • 4 Alain Prigent, « Le socialisme dans les Côtes-du-Nord avant 1920, origines et paradoxes d’une impla (...)

2La fondation de la Bourse s’inscrit dans un moment d’enracinement du mouvement socialiste, à la confluence de courants complexes, allant des composantes syndicales et politiques en cours de structuration aux myriades militantes partiellement imbriquées dans le milieu partisan (coopération, tissu laïque…). Concrètement, la naissance de la Bourse survient dans un moment de séparation politique entre le pouvoir républicain des élites radicales et les ramifications de la jeune organisation socialiste3. Avivé par la fracture religieuse, l’enjeu constitué par les subventions et la question des locaux revendiqués par les organisations du mouvement ouvrier est au cœur des tensions politiques à gauche. Ces tensions se doublent d’une opposition frontale entre la franc-maçonnerie et la libre-pensée qui imprègne les réseaux socialistes. La mise en place d’une Bourse est le prétexte et le sujet d’un affrontement entre la municipalité radicale et les socialistes qui se scindent en deux courants, freinant au final la réalisation des objectifs sociaux des militants : services aux travailleurs, formation des adultes, œuvres culturelles… À la veille des municipales de 1908, le groupe émanant directement de la Bourse, regroupant syndicalistes et coopérateurs, qui entend être indépendant de tout pouvoir politique dans le sillage de la Charte d’Amiens, négocie un accord avec la section de la SFIO de Saint-Brieuc. Après le scrutin de mai 1908, un militant socialiste de la Bourse, Georges Le Mercier, instituteur puis employé de commerce, instrumentalisé par les radicaux et les libéraux, est élu maire de Saint-Brieuc à la surprise générale, ce qui suscite une crise municipale d’une violence inouïe. La nouvelle fédération résultant de la départementalisation du socialisme breton en 1907 est au bord de l’implosion. Oncle d’Alexandre Millerrand, la personnalité du docteur Paul Boyer4, patron de presse issu de la bourgeoisie, qui évolue vers la droite nationaliste jusqu’à son décès, cristallise ces rivalités internes au milieu socialiste.

3En outre, la confrontation entre la périodisation de cette aventure militante, la sociobiographie des militants de la Bourse d’une part et le récit littéraire mythifié du premier roman de Louis Guilloux, La Maison du Peuple, qui (re)présente ce pan de l’histoire locale du mouvement social, offre des pistes de réflexion extrêmement stimulantes.

La Bourse du travail de Saint-Brieuc : moments, acteurs, conflits

4En phase avec l’affirmation du syndicalisme à bases multiples en France, la naissance de la Bourse peut paraître tardive à l’échelle régionale, rapportée aux dates d’apparition des Bourses à Saint-Nazaire (1892), ville d’origine de Fernand Pelloutier, Nantes et Rennes (1893), même s’il convient sans doute de relativiser cette réalité (Brest, 1903). L’audience de la Bourse se limite aux syndicats de métiers et aux groupements coopératifs, sans liaison organique avec les réseaux syndicaux enseignants, véritable colonne vertébrale de la mouvance socialiste laïque, aux origines des luttes sociales locales. L’émergence de la Bourse vient percuter le projet socialiste en cours d’élaboration qui tente difficilement de se dégager un espace politique entre les blocs antagonistes des bleus et des blancs. Dans les Côtes-du-Nord, l’autonomisation du mouvement politique socialiste, dont la vocation est de représenter la classe ouvrière, survient alors que le taux de syndicalisation à la CGT est inférieur à 10 %. Entre institutionnalisation et revendication révolutionnaire, la fondation de la Bourse se déroule dans une séquence de faible conflictualité sociale.

Une institutionnalisation à l’ombre des conflits

  • 5 Arch. Mun. Saint-Brieuc, 6 F 6.2.
  • 6 Les formes originelles du socialisme puisent à plusieurs sources : coopération, milieux intellectue (...)

5Au début de l’été 1903, l’idée d’une Bourse germe dans l’esprit des syndicats ouvriers briochins qui formulent une demande de subvention en vue de financer un local déjà loué. Le conseil municipal accède à cette demande le 13 novembre 1903 et décide d’allouer une subvention annuelle à hauteur de 200 francs. L’assemblée générale des syndicats du 17 janvier 1904, dévolue à la préparation des élections au tout nouveau conseil des prud’hommes, adopte les statuts de la Bourse, déposés en mairie le 2 février 1904 par le secrétaire provisoire Alphonse Mansiet, secrétaire du syndicat des vanniers. Située à deux pas de la cathédrale, rue Fardel, elle regroupe 405 adhérents de 9 syndicats représentant les diverses corporations du bâtiment5. Le local est partagé avec la société coopérative de consommation et le cercle d’études sociales fondé par les militants socialistes en décembre 19036. Le 19 juin 1904, l’inauguration, symbole de l’irruption des mondes ouvriers en cours d’intégration dans l’espace social, donne lieu à un rassemblement de 200 personnes, églantine à la boutonnière, qui défilent derrière le drapeau rouge en chantant l’Internationale. Mais cette unité de façade vole rapidement en éclats. Traversée dès sa naissance par des débats intenses, la Bourse est le reflet des courants contradictoires qui la composent et s’affrontent : réformistes, syndicalistes révolutionnaires ou anarchistes, coopérateurs, voire adhérents venus du syndicalisme catholique. Lors d’une audience auprès du nouveau maire radical de Saint-Brieuc, Henri Servain, au sujet du renouvellement de la subvention municipale, les délégués de la Bourse se divisent ouvertement. En désaccord avec la posture politique de la majorité des syndicalistes, le secrétaire de la ourse, Jean-Baptiste Leturgeon, peintre, démissionne, soutenu par les syndicats des peintres et du livre. Le 28 septembre 1904, son successeur, François Collet, menuisier etdirecteur de coopérative, précise les orientations de la Bourse, exposant un véritable programme économique, social et politique. Cette première crise interne entraîne la perte de la moitié des adhérents après la dissolution de trois syndicats.

  • 7 Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord sous la IIIRépublique. Laïcité, amicalisme et s (...)
  • 8 En février 1906, le syndicat de l’Aiguille conduit par Mlle Le Sueur demande son adhésion.

6En juin 1905, la réécriture des statuts, concertée avec la municipalité, est agitée lors de la fronde du syndicat des travailleurs du livre qui réfute l’attribution du label CGT et affirme son opposition aux partisans de l’action directe, majoritaires au sein de la confédération. Très réservée face à la tournure des débats, la mairie prend soin de vérifier les règlements intérieurs des autres Bourses en France. En décembre 1905, la commission des questions sociales, finissant par surmonter les désaccords entre les diverses composantes de la Bourse, propose un texte permettant un consensus minimal. La situation reste instable avec la demande d’adhésion de deux nouveaux syndicats en janvier 1906. Si le comité exécutif de la Bourse accepte l’adhésion du syndicat des instituteurs, en dépit du vide juridique entourant ce puissant syndicat de fonctionnaires7, il demande au syndicat fraternel du bâtiment, d’obédience catholique, de se coordonner avec les syndicats déjà existants8. Au-delà de l’application de l’article 4, « un syndicat par corps de métier », le positionnement de la Bourse sur les questions laïques bloque le développement potentiel de ce réseau militant, la ligne de partage anticléricale primant sur la lutte de classe. Les rivalités entre syndicats « rouges » et syndicats « jaunes » laissent en dehors de la Bourse les ouvriers chrétiens, objets de toute l’attention des œuvres sociales de l’évêché de Saint-Brieuc après l’effacement des cercles ouvriers à la fin du xixe siècle.

7Entre république et révolution, la difficile naissance de la Bourse révèle l’ambiguïté des milieux militants ouvriers, partagés entre un désir d’intégration sociale, de légalisation de leurs organisations et la volonté de privilégier la voie de la révolution sociale, peu compatible avec les compromis d’une institutionnalisation. Les structures ultérieures du mouvement social conservent l’empreinte de cette configuration initiale qui apparaît une fois les libertés politiques conquises (le basculement républicain date du début du xxe siècle en Bretagne) : le mouvement ouvrier se construit aussi contre la République, contrairement aux aires de la social-démocratie du Nord de l’Europe dans lesquelles la mouvance socialiste incarne simultanément le combat pour la démocratie politique et la justice sociale.

La dégradation des rapports avec la mouvance socialiste

  • 9 CHT de Nantes, HAM 15. Lettre du 8 mars 1906.
  • 10 Arch. dép. des Côtes d’Armor, Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 71, n° 37, 10 mai 1906.
  • 11 François Prigent, « Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste oublié : e (...)
  • 12 CHT de Nantes, HAM 15. Lettre du 15 mai 1906.

8En février 1906, la première réunion publique se tient sur fond d’un débat interne houleux à propos des affiches de la CGT, sur le thème « guerre à la guerre ». L’ordre du jour, qui fustige « l’attitude gouvernementale ordonnant le recouvrement des affiches émanant de la CGT », est adopté par 41 voix contre 18, provoquant quelques démissions. Au même moment, la fondation d’un groupe socialiste s’appuie sur l’adhésion de nombreux militants de la Bourse, à la recherche d’un projet politique. Responsable du syndicat des employés, Octave Brilleaud, haut responsable de la franc-maçonnerie, mesure le fossé qui sépare le monde du travail du leader socialiste de Saint-Brieuc, directeur du Réveil des Côtes-du-Nord : « Au comité socialiste des travailleurs, ça se passe drôlement, très drôlement [...]. Pour parler comme dans l’évangile, Boyer a des taches originelles comme socialiste, elles sont aveuglantes quand on le suit de près. Il est patron, capitaliste ! Le socialisme bourgeois n’a pas la sympathie des camarades ouvriers briochins. Leur méfiance est raisonnée et combien logique9 ». À la veille du scrutin des législatives, la situation s’aggrave lorsque Boyer s’en prend violemment, le 1er mai 1906, à Gustave Courcoux, un des responsables de la Bourse, qui lui refuse la parole lors du rassemblement : « Vous vous laissez museler par la municipalité qui vous a offert un beau local. Vous avez abandonné l’idée d’une manifestation. Vous vous dites socialistes mais vous cachez le drapeau rouge10 ». Le constat dressé par Brilleaud, proche de l’autre chef de file du socialisme départemental, Augustin Hamon11, est sans appel : « Boyer est dangereux en politique. Il vaudrait beaucoup mieux pour la réussite d’un parti l’avoir dans le camp adverse12 ».

  • 13 Recherchant les moyens propres à faire de la Bourse une oeuvre vivante, cette commission se réunit (...)

9Moins d’un an après la loi de séparation des Églises et de l’État, l’affaire Guéry (1906) se traduit par une fragmentation du milieu socialiste, les instituteurs s’insurgeant contre le déplacement de l’inspecteur d’académie qui s’était opposé aux politiques népotistes des élus républicains. Au début de l’été 1907, les violentes déclarations de Boyer contre les syndicalistes briochins rendent inextricable le conflit entre socialistes locaux qui simultanément entérinent leur intégration à la SFIO lors du congrès de la FSB à Saint-Brieuc. La rupture est consommée lorsque Boyer refuse de faire paraître un communiqué de la Bourse dans Le Réveil des Côtes-du-Nord, au motif qu’il a déjà été publié dans les autres journaux. Dans ce contexte de tensions, la Bourse affirme ouvertement son indépendance totale par rapport aux partis politiques. En parallèle, la commission d’initiative tente de redynamiser la Bourse confrontée aux attaques de l’ensemble des sensibilités politiques13. La redéfinition des objectifs exprime la volonté d’étendre les champs d’intervention à des compétences économiques, récréatives, intellectuelles et morales, en généralisant l’expérience au reste du département. Pour les militants, une évidence s’impose, l’autonomie ne peut être conquise sans l’édification de la Maison du Peuple.

  • 14 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, AP 71, Le Populaire des Côtes-du-Nord, organe du GFIO, dont l’adminis (...)
  • 15 Ce n’est pas un mode de scrutin proportionnel, mais bien un scrutin de liste uninominal avec possib (...)
  • 16 Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 30, 12 avril 1908.

10Tandis que les élections municipales se profilent au printemps, les militants de la Bourse forment une structure autonome, le Groupe Fédéral des intérêts ouvriers (GFIO) le 22 février 1908, installant ainsi la question sociale au cœur du débat électoral autour des thèmes de la journée de huit heures, de l’unification des salaires, de la taxation du pain et de la viande14. Boyer reprend l’initiative, affirmant la primauté de la stratégie de la représentation proportionnelle (RP), concept politique en débat au sein de la gauche française au début du xxe siècle, en particulier à l’occasion de ces élections. Surmontant les inimitiés interpersonnelles, Boyer met de côté son aversion pour la Bourse et réussit à convaincre les socialistes unifiés et les militants du GFIO de constituer une liste RP intégrant toutes les composantes politiques. Un accord technique, dépourvu de contenu programmatique réel, se réalise à Saint-Brieuc, sans les radicaux qui refusent la RP. Les libéraux et les deux composantes de la mouvance socialiste proposent un bulletin de vote sur lequel figurent 27 noms : 10 libéraux, 10 radicaux et 7 socialistes15. Pour faire face à cette situation, leurs « adversaires » radicaux présentent une liste homogène composée de 27 candidats. Au terme des débats dans les instances de la SFIO, Jaurès rejette la proposition de Boyer de généraliser l’expérience briochine à l’ensemble du pays. Prenant acte de son isolement politique, il annonce sa démission des instances nationales de la SFIO, mais décide de poursuivre la stratégie de la RP16, considérant être proche de la conquête du pouvoir local. Les résultats des élections valident ses prévisions. Les électeurs se reconnaissant dans les courants libéraux et socialistes votent pour la liste entière sans panachage. L’électorat républicain concentre ses suffrages sur les 27 candidats de la liste radicale. Au moment de la collation des résultats, les responsables de la liste radicale constatent avec effarement que, si 10 de leurs candidats arrivés largement en tête du scrutin sont élus, les 17 autres radicaux ne figurant pas sur la liste de RP sont devancés par les libéraux et les socialistes. La stratégie de Boyer est mise en échec lors des tractations qui suivent le scrutin, les radicaux et les libéraux se liguant contre son ambition d’être maire. Le 22 mai 1908, Georges Le Mercier, responsable de la Bourse, devient le premier maire socialiste du département, porté par une coalition improbable entre les militants du GFIO et les élus de l’ALP (Alliance libérale populaire). Cette séquence politique donne lieu à des débordements d’une violence extrême de la part de Boyer et des radicaux, contraignant au final le maire « ouvrier » à la démission. Les nouvelles élections s’avèrent un désastre pour les candidats socialistes qui recueillent entre 4 et 6 % des voix. Dans les semaines qui précèdent le congrès de Toulouse, les instances nationales de la SFIO sont sollicitées pour mettre fin au conflit qui fait exploser la fédération des Côtes-du-Nord. C’est l’arrêt brutal d’une phase d’essor militant entamée au début des années 1900.

Un nouveau projet : la Maison du Peuple

  • 17 Arch. dép. des Côtes d’Armor, 3 M 494, 3 novembre 1908.

11La crise municipale accélère la disparition de la Bourse. Dès décembre 1907, un rapport présenté au conseil municipal porte un jugement très sévère, annonciateur de la rupture sous-jacente entre la Bourse et la mairie. De vifs incidents émaillent le conseil municipal du 28 août 1908 à propos d’une subvention pour participer au congrès des Bourses du travail, en marge du congrès national des syndicats à Marseille. Mis en demeure par l’assemblée générale de la Bourse du 25 octobre 1908, Louis Herry et Louis Hinault, responsables syndicaux et coopérateurs des plâtriers, démissionnent de leur mandat municipal17. Dans un climat délétère, Boyer, à la tête de la commission de contrôle, présente un véritable réquisitoire, le 4 mars 1909, qui se solde par la suppression de la subvention municipale, scellant la mort de la Bourse, moins de cinq ans après sa naissance.

  • 18 La problématique du genre dans les univers militants socialistes de l’Ouest a été proposée par Fran (...)
  • 19 Le Populaire des Côtes-du-Nord, n° 6, 5 juillet 1908. Le rapport manuscrit de Hinault du 1er mars 1 (...)

12À la recherche d’une indépendance vis-à-vis de la mairie, les militants de la Bourse comme du GFIO avancent l’idée d’édifier une Maison du Peuple, concrétisée par un rapport de Hinault, quelques mois avant les élections municipales. Le projet « architectural » intègre la triple ambition voulue par les militants d’une Maison du Peuple « prolétarienne, coopérative et éducative ». Lieu « spacieux et confortable » à même de faire fonctionner les organisations ouvrières et coopératives en développement, la Maison du Peuple doit veiller à assurer une fonction sociale, en étant à la fois un lieu de sociabilité ouvert aux femmes18 et un lieu d’éducation à destination des enfants, sans omettre la dimension culturelle puisque sont prévues une bibliothèque et une salle de conférences pouvant accueillir des spectacles ouvriers. En vérité, les ouvriers de Saint-Brieuc rêvent d’un véritable « palais du travail, palais du peuple ! Palais bâti sur les dernières données de la science, où l’hygiène, le confort, l’aisance régneront idéalement, où le prolétaire ait plaisir à venir se divertir, s’instruire et s’éduquer dans ses heures de loisirs, au lieu d’aller s’enfermer des vapeurs de l’alcool, dans ces cabarets infects où s’étiolent sa santé, sa force, son intelligence, où il laisse le meilleur de lui-même, quand il n’y laisse pas le pain de ses enfants ?19 ».

  • 20 La Tribune ouvrière, n° 279, 1er mai 1909. Bulletin du syndicat des instituteurs et institutrices, (...)
  • 21 CHT de Nantes, HAM 32.

13La réalisation du projet revêt un caractère inaccessible, voire utopique, car les coopératives font faillite en avril 1909 tandis que le 5 mai 1909, les organisations de la Bourse, expulsées par la police municipale, se dirigent en cortège vers leur nouveau local, loué20. Dès le 15 janvier 1910, une société anonyme est constituée pour la construction de la Maison du Peuple, présidée par Ernest Le Guern qui devient secrétaire de l’Union des syndicats et secrétaire fédéral de la SFIO en 1911. Il faut attendre le 4 septembre 1910 pour que l’Union des syndicats des Côtes-du-Nord se substitue à la Bourse, agrégeant quelques syndicats de Lannion, Guingamp et Paimpol. Le syndicat du bâtiment fait l’acquisition d’un terrain de 300 m2 situé rue Notre-Dame, payé par l’émission de 200 bons de cinq francs. Dans l’optique de l’apaisement du climat social et politique, toujours extrêmement tendu, un rapport du 9 décembre 1910 présenté par Armand Warron, conseiller municipal et futur maire de Saint-Brieuc (1919-1925), préconise de substituer à la subvention demandée une provision de 5 000 francs payable en cinq annuités21.

  • 22 CHT de Nantes, HAM 22, Lettre du 29 février 1912.

14Dans leur recherche de financement, les militants s’adressent directement à Jean Dubreuilh, secrétaire général de la SFIO. Fin février 1912, Louis Guilloux père, au nom du groupe socialiste de Saint-Brieuc, indique que les militants socialistes forment l’essentiel du conseil de la société anonyme22. Les premiers travaux de terrassement débutent en 1914, quelques mois avant le début de la Grande Guerre qui provoque la disparition de toutes les organisations syndicales, exception faite du syndicat du livre, et la dispersion des militants mobilisés, mettant fin au rêve idéaliste des ouvriers de Saint-Brieuc.

  • 23 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 PER 1078, La Bretagne communiste, n° 12, 8 juillet 1922.
  • 24 Le Guern à la tête du courant communiste s’oppose à Tircot, responsable du courant libertaire.
  • 25 Arch. de l’UD CGT, L’avenir syndicaliste, organe de l’Union des syndicats confédérés, n° 3, 15 juil (...)

15En juillet 1922, toujours président de la société La Maison du Peuple, Le Guern propose l’édification d’une maison des syndicats23. La vente du terrain acheté en 1910 et l’abandon de l’utopie initiale font remonter à la surface des tensions entre les principaux acteurs socialistes de cette aventure militante, mais cette fois au sein de l’union départementale unitaire CGTU, déchirée par des luttes de tendances dans un contexte plus global de recompositions syndicales, impact de la scission politique du congrès de Tours en décembre 192024. À nouveau à la tête de la municipalité radicale en 1929, le sénateur Henri Servain met en route le projet d’une construction municipale. À son décès en août 1931, le socialiste Brilleaud devient maire de Saint-Brieuc (puis conseiller général en 1937) et fait aboutir l’édification de la Maison du Peuple, inaugurée le 5 juin 1932, en présence de Léon Jouhaux, lors du congrès régional du syndicat du livre25.

La Maison du Peuple : de la réalité au roman

16Des conflits multiples entre les acteurs des premiers noyaux socialistes de Saint-Brieuc émaillent les différentes phases de l’histoire de la Bourse. La résonance de cette aventure militante locale, qui regroupe une pluralité de réseaux militants investis et engagés dans le projet, est décuplée par la portée des pages écrites par Louis Guilloux sur ce pan de l’histoire sociale des Côtes-du-Nord. L’objectif est ici de confronter le portrait collectif des militants de la Bourse avec l’œuvre littéraire La Maison du Peuple, où s’entremêlent histoire(s) et représentations. Les noms en italique correspondent aux personnages du roman.

Prosopographie des militants de la Bourse du travail26

  • 26 Sur la méthode utilisée, voir François Prigent, « Des fiches aux fichiers. Les réseaux socialistes (...)

17Sur une période très resserrée, il s’agit de brosser un portrait collectif de militants méconnus comme François Collet, secrétaire du syndicat des menuisiers qui dépose les statuts de la Bourse en février 1904, ou Frédéric Tircot, secrétaire de l’Union des syndicats en 1910. À partir des différentes sources, la reconstitution d’un réseau de 97 militants de la Bourse, dont l’itinéraire militant peut être clairement retracé pour un quart d’entre eux (23 militants), est à rapprocher de l’ensemble de 308 militants ouvriers identifiés au niveau départemental.

18Lors de la disparition de la Bourse, la moyenne d’âge de ces militants est de 35,2 ans, confortant l’idée d’une intrication avec les réseaux SFIO, dont la moyenne d’âge s’élève à 36,5 ans en 1910. L’absence de femmes parmi les militants est contrebalancée par la prégnance de la problématique du genre dans les textes produits par la Bourse. Conscient de l’importance de la main-d’œuvre féminine dans le monde ouvrier (près du tiers des ouvriers, dont la moitié a moins de 18 ans), Louis Guilloux insiste sur ce point dans son roman en évoquant le quotidien des brossières et des cordières de l’industrie du chiffon qui échappent aux filières militantes de la Bourse. Une rapide esquisse de la sociologie militante dessine les contours d’un monde ouvrier non prolétaire (seulement 2,1 % d’ouvriers d’usines, métallurgistes), comprenant une part importante de corporations fortes (petites entreprises), comme les compagnons des ouvriers du bâtiment (59,8 %) ou les milieux de l’imprimerie avec 10,3 % d’ouvriers typographes. Ce profil social diffère de celui des milieux SFIO dans le département, composés principalement de professions liées à l’État ou aux collectivités locales (dont 39 % d’enseignants). Dans les réseaux de la Bourse, on retrouve 6,2 % d’employés comme Ernest Thémoin, voyageur de commerce, mais aussi 4,1 % de fonctionnaires (notamment des facteurs) et 3,1 % d’instituteurs. L’absence des cheminots, avant l’adhésion à l’Union des syndicats lors de la grève d’octobre 1910, doit être signalée. Il existe donc une coupure entre les masses de la classe ouvrière, dont la frange supérieure milite à la Bourse, et le milieu laïque des instituteurs, plus enclin à privilégier la voie politique au sein de la SFIO.

  • 27 Thierry Hamon, Histoire du conseil de prud’hommes de Saint-Brieuc (1904-2004), Amicale des membres (...)
  • 28 Arch. UD CGT, L’avenir syndicaliste, n° 3, 15 juillet 1932. Théo Hamon, secrétaire de l’UD, relate (...)

19Les parcours politiques, antérieurs et ultérieurs, sont également significatifs du milieu militant. Ainsi, 8,2 % des militants sont des élus briochins dès 1908 ou après la guerre, dont deux maires socialistes de Saint-Brieuc, Le Mercier-Marlier et Brilleaud. Les sorties à droite sont rares (un seul itinéraire) alors que les parcours au sein des milieux socialistes et communistes (18 trajectoires) sont nombreux. La Bourse est un vivier de dirigeants majeurs des organisations politiques de gauche : Brilleaud et Pasquiou pour la SFIO, Le Guern-Bahier et Tircot pour le PCF après la scission du congrès de Tours en décembre 1920. Dans ce corpus, on repère les trajectoires de 23 militants syndicaux de premier rang : 3 de ces militants sont issus du syndicalisme chrétien (Gautier, Baudouin, Boutin), 12 du syndicalisme révolutionnaire, 3 du syndicalisme réformiste, dont Courcoux et Leturgeon. Les matrices du mouvement ouvrier socialiste d’avant 1914 sont renforcées par la présence de 3 francs-maçons et libres-penseurs, 8 militants coopérateurs, 3 conseillers élus des prud’hommes (Launay)27. Durement touchée par l’impact de la guerre (Louis Liscouët, Charles Thomas-Pierre, morts à la guerre), cette génération prolonge son engagement après la rupture de Boyer, soutenu par 3 militants seulement, Frédéric Courtel (qui évolue vers le radicalisme), Louis Le Meur-Guénic et Charles Le Villain. Un quart de siècle après l’expérience de la Bourse, l’inauguration de la Maison du Peuple mobilise une mémoire sélective qui cite seulement 7 militants (dont les élus Brilleaud, Pasquiou et Le Meur, plus des militants décédés)28. La mémoire des 4 élus dissidents de 1908 (Louis Herry-Calvez, Louis Hinault-Lautié) est enfouie par la SFIO.

20Cernant tout à fait l’esprit et l’épaisseur de ces milieux locaux où évoluait son propre père, Louis Guilloux puise abondamment dans ces profils militants pour construire la base des personnages de son roman, qui mêle fragments authentiques d’histoire sociale et souffle indéniable d’une vision littéraire originale.

L’œuvre littéraire de Louis Guilloux : histoire(s) et représentations croisées29

  • 29 Yannick Pelletier, « L’univers social des artisans et des employés, Louis Guilloux », dans Sophie B (...)
  • 30 Critique du livre par Charles Burel, dans L’école laïque, n° 1, février 1928 (Arch. Dép. des Côtes- (...)

21Parue en 1927, La Maison du Peuple s’apparente à une représentation mythifiée de l’histoire sociale et politique de Saint-Brieuc. La critique, qui salue d’emblée une œuvre importante, éprouve des difficultés à en préciser le statut littéraire, entre autobiographie, roman historique ou chronique sociale. En 1953, la préface, signée par Albert Camus, évoque « cette voix un peu sourde, qui est celle du souvenir », caractéristique d’un roman majeur de la douleur et de l’identité prolétaire. Ainsi, les personnages du roman, « si l’on peut appeler roman un livre nourri à ce point par la propre vie de l’auteur » (avant-propos de l’édition Grasset), sont basés sur une description très proche en définitive de la réalité des réseaux militants30.

  • 31 Sylvie Golvet, Louis Guilloux, devenir romancier, Rennes, PUR, 2010.
  • 32 « Ch. 1, Le mouvement ouvrier et Côtes-du-Nord à la veille la Première Guerre mondiale », dans Alai (...)

22Comme le souligne Sylvie Golvet dans son étude sur Louis Guilloux, l’auteur se dote d’une « carte de visite » identitaire lui ouvrant les portes du monde des lettres31. La linéarité du récit correspond globalement aux séquences chronologiques de l’histoire sociale et politique de Saint-Brieuc : développement du mouvement ouvrier, crise des élections 1908, projet de la Maison du Peuple32.

  • 33 Préface de Philippe Roger, Louis Guilloux, d’une guerre l’autre, Paris, Quarto Gallimard, 2009.
  • 34 G. Marcon, « De la réalité au mythe », dans Yannick Pelletier (dir.), Louis Guilloux, op. cit., p.  (...)
  • 35 Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 18, 1er mars 1908. La réunion du 22 février 1908 finalise les accor (...)
  • 36 « Ils démissionnèrent tous, et l’on fit de nouvelles élections. Rébal triompha », La Maison du Peup (...)
  • 37 Dans le premier jet manuscrit, le nom des militants n’est pas changé (fonds Guilloux, LGO MdP 01.01 (...)
  • 38 Ces dernières décennies, les débats sur la rénovation urbanistique du centre de Saint-Brieuc ont pr (...)

23L’écriture « blanche33 » de Louis Guilloux (1899-1980) ne vaut pas pour l’épisode opaque des élections municipales, au centre de l’économie du récit, faisant référence à la RP, sans expliciter ce sigle. Ce brouillage volontaire donne à voir une image « idéalisée, dépouillée de toute préoccupation mesquine34 » du monde ouvrier socialiste qui se fracture pourtant avec la recherche d’un accord technique, fruit d’un compromis, après de longues négociations entre les deux composantes de la mouvance socialiste et « l’adversaire de classe », Meunier-Surcouf, dirigeant libéral des aciéries de Bretagne. En outre, Louis Guilloux père-Quéré, lors de l’ultime réunion décisive, supplée l’absence inopinée du titulaire de la délégation, Brilleaud35. L’artifice de l’accéléré historique36 permet d’évacuer la responsabilité politique des élus ouvriers qui acceptent des postes d’édiles en dehors des accords convenus au sommet. Ces oublis ou raccourcis invitent le lecteur à concentrer son attention sur la figure d’un traître unique, Boyer-Rébal37, bourgeois rallié au socialisme par pur opportunisme électoral. Dans la réalité, Boyer n’accède jamais au fauteuil de maire de Saint-Brieuc. La Maison du Peuple recèle des fragments de vérité historique, miroir fidèle de la réalité sociale de Saint-Brieuc, plongeant le lecteur au cœur des réseaux militants socialistes. Pour autant, cette représentation idéalisée et mythifiée lisse les conflits internes du monde ouvrier. Ancré dans l’imaginaire collectif, ce roman traite de la vie sociale à Saint-Brieuc au début du xxe siècle. Lieu de mémoire, ce roman a été approprié de façon plurielle par les mondes ouvriers en raison de l’éclatement des expressions politiques à gauche. Ville du roman (Saint-Brieuc) ou roman d’une ville (La Maison du Peuple), l’œuvre de Louis Guilloux hésite aux frontières du mythe et des réalités. Depuis la reconnaissance littéraire de l’auteur, ces textes sont l’objet d’un processus de patrimonialisation38 qui attire et attise les questionnements de l’historien.

24La micro-histoire de la Bourse de Saint-Brieuc est ainsi l’occasion de réfléchir à la nature des rapports complexes entre les forces du mouvement ouvrier et les réseaux politiques. La mobilisation militante met en exergue l’engagement pluriel, la multi-appartenance à des réseaux militants différents, caractéristiques d’un espace politique en cours de formation. Cet échec initial du socialisme municipal à Saint-Brieuc, lié aux dissensions qui rythment la vie même de la Bourse, influe à long terme sur les relations à géométrie variable entre les filières militantes du mouvement social et les forces politiques organisées sous une forme partisane (communisme, socialisme) aux logiques internes différentes. Traversée par des courants, des identités et des stratégies contradictoires, la Bourse s’avère être la matrice de plusieurs milieux militants.

Haut de page

Notes

1 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre, 3 tomes, Saint-Hippolyte-du-Fort, Espaces écrits, 1990.

2 Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes, fonds Augustin Hamon ; médiathèque de Nantes, fonds Fédération socialiste de Bretagne (FSB) ; Archives départementales des Côtes d’Armor, fonds du conseil des prud’hommes, presse socialiste et ouvrière ; Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc, fonds Louis Guilloux. La mise à jour de ces nouvelles archives permet de mener une enquête prosopographique s’appuyant sur la reprise des notices biographiques de la première série du Maitron qui n’intègre pas de façon systématique les trajectoires militantes qui gravitent autour de la Bourse, véritable matrice du mouvement ouvrier départemental.

3 L’entrée différée à la SFIO procède de la structuration régionale de la FSB. François Prigent, « Les réseaux socialistes en Bretagne au xxe siècle », thèse sous la direction de Jacqueline Sainclivier, université de Rennes 2, 2011, 814 p.

4 Alain Prigent, « Le socialisme dans les Côtes-du-Nord avant 1920, origines et paradoxes d’une implantation », dans Christian Bougeard, Un siècle de socialisme en Bretagne de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, 2008, p. 39-51.

5 Arch. Mun. Saint-Brieuc, 6 F 6.2.

6 Les formes originelles du socialisme puisent à plusieurs sources : coopération, milieux intellectuels, syndicats ouvriers, réseaux de la laïcité. Un premier groupement, L’émancipation, voit le jour en 1900.

7 Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord sous la IIIRépublique. Laïcité, amicalisme et syndicalisme, Sables-d’Or-les-Pins, éd. Astoure, 2005.

8 En février 1906, le syndicat de l’Aiguille conduit par Mlle Le Sueur demande son adhésion.

9 CHT de Nantes, HAM 15. Lettre du 8 mars 1906.

10 Arch. dép. des Côtes d’Armor, Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 71, n° 37, 10 mai 1906.

11 François Prigent, « Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste oublié : engagements, trajectoire, identités », dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 2, t. 113, juin 2006, p. 117-134.

12 CHT de Nantes, HAM 15. Lettre du 15 mai 1906.

13 Recherchant les moyens propres à faire de la Bourse une oeuvre vivante, cette commission se réunit lors de sept séances entre octobre et décembre 1907 sous la direction de Le Mercier.

14 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, AP 71, Le Populaire des Côtes-du-Nord, organe du GFIO, dont l’administrateur est Herry (n° 1 en date du 1er juin 1908).

15 Ce n’est pas un mode de scrutin proportionnel, mais bien un scrutin de liste uninominal avec possibilité de panachage. Aujourd’hui, la commission chargée de vérifier la légalité du scrutin refuserait le matériel mis à la disposition des électeurs (profession de foi, bulletin de vote). On ne peut être candidat sur une liste à son insu.

16 Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 30, 12 avril 1908.

17 Arch. dép. des Côtes d’Armor, 3 M 494, 3 novembre 1908.

18 La problématique du genre dans les univers militants socialistes de l’Ouest a été proposée par François Prigent, « Un réseau d’un autre genre. Les femmes socialistes dans le Morbihan (1907-2007) », dans Atala, n° 11, mars 2008, p. 331-344.

19 Le Populaire des Côtes-du-Nord, n° 6, 5 juillet 1908. Le rapport manuscrit de Hinault du 1er mars 1909, conservé aux arch. mun. de Saint-Brieuc, est publié dans Yannick Pelletier (dir.), Louis Guilloux, revue Plein Chant, n° 11-12, Bassac, 1982.

20 La Tribune ouvrière, n° 279, 1er mai 1909. Bulletin du syndicat des instituteurs et institutrices, n° 17, octobre 1909. Fermée la veille, la Bourse ne peut accueillir le 6 mai 1909 l’assemblée générale des instituteurs.

21 CHT de Nantes, HAM 32.

22 CHT de Nantes, HAM 22, Lettre du 29 février 1912.

23 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 PER 1078, La Bretagne communiste, n° 12, 8 juillet 1922.

24 Le Guern à la tête du courant communiste s’oppose à Tircot, responsable du courant libertaire.

25 Arch. de l’UD CGT, L’avenir syndicaliste, organe de l’Union des syndicats confédérés, n° 3, 15 juillet 1932. Une nouvelle crise de la fédération SFIO est en germe avec l’opposition entre le courant Brilleaud, qui suit la scission des néosocialistes en 1933, et l’émergence d’une tendance très ancrée à gauche, autour de Augustin Hamon et Philippe Le Maux (groupe de La Charrue rouge).

26 Sur la méthode utilisée, voir François Prigent, « Des fiches aux fichiers. Les réseaux socialistes dans l’Ouest breton des années 1930 aux années 1980 : archives, trajectoires, prosopographie », Communication à la journée d’étude du CERHIO, La question du biographique en histoire, Le Mans, 12 avril 2008 (à paraître).

27 Thierry Hamon, Histoire du conseil de prud’hommes de Saint-Brieuc (1904-2004), Amicale des membres du conseil de prud’hommes de Saint-Brieuc, 2007.

28 Arch. UD CGT, L’avenir syndicaliste, n° 3, 15 juillet 1932. Théo Hamon, secrétaire de l’UD, relate l’histoire de la Maison du Peuple selon une chronologie imprécise.

29 Yannick Pelletier, « L’univers social des artisans et des employés, Louis Guilloux », dans Sophie Béroud, Tania Régin (dir.), Le Roman social. Littérature, histoire et mouvement ouvrier, Paris, éd. de l’Atelier, éd. ouvrières, 2002 ; édouard Prigent, Louis Guilloux, Saint-Brieuc, PUB, 1970.

30 Critique du livre par Charles Burel, dans L’école laïque, n° 1, février 1928 (Arch. Dép. des Côtes-d’Armor, AP 70/C). Dans une lettre à l’auteur (CHT Nantes, HAM 45-46, 19 mai 1930), Augustin Hamon indique que « c’est vivant et exact. J’ai revu là votre père et le pauvre sire qu’est Boyer et le milieu de la section ».

31 Sylvie Golvet, Louis Guilloux, devenir romancier, Rennes, PUR, 2010.

32 « Ch. 1, Le mouvement ouvrier et Côtes-du-Nord à la veille la Première Guerre mondiale », dans Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), Saint-Brieuc, Chez l’auteur, 2000.

33 Préface de Philippe Roger, Louis Guilloux, d’une guerre l’autre, Paris, Quarto Gallimard, 2009.

34 G. Marcon, « De la réalité au mythe », dans Yannick Pelletier (dir.), Louis Guilloux, op. cit., p. 49-56.

35 Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 18, 1er mars 1908. La réunion du 22 février 1908 finalise les accords de RP. Lors du vote de la section, Brilleaud est le seul à s’opposer à l’ambition de Boyer de devenir maire, CHT de Nantes, HAM 15, lettre du 23 février 1908.

36 « Ils démissionnèrent tous, et l’on fit de nouvelles élections. Rébal triompha », La Maison du Peuple, Paris, éd. Grasset, p. 134.

37 Dans le premier jet manuscrit, le nom des militants n’est pas changé (fonds Guilloux, LGO MdP 01.01.01.a).

38 Ces dernières décennies, les débats sur la rénovation urbanistique du centre de Saint-Brieuc ont produit des réflexions différentes, quant au devenir du site, de la part des municipalités successives et des syndicats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Prigent et François Prigent, « Micro-histoire de la bourse du travail de Saint-Brieuc (1904-1932): milieux, réseaux, représentations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 115-128.

Référence électronique

Alain Prigent et François Prigent, « Micro-histoire de la bourse du travail de Saint-Brieuc (1904-1932): milieux, réseaux, représentations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2377

Haut de page

Auteurs

Alain Prigent

Correspondant du Maitron en Bretagne

François Prigent

Agrégé d’histoire, docteur, Université de Rennes 2 (CERHIO, UMR CNRS 6258)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page