Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quelles mises en oeuvre ?

Construire un bâtiment pour la Bourse du travail de Saint-Étienne : un enjeu politique et idéologique dans une grande ville ouvrière (1888-1907)

Jean-Michel Steiner
p. 87-100

Résumé

Si le mouvement de construction de Bourses du travail dans les villes industrielles françaises s’inscrit dans le contexte national de la reconnaissance officielle du mouvement syndical des années 1880-1900, il n’en reste pas moins que les paramètres locaux ont pesé pour donner à chaque cas des aspects particuliers. Ainsi la Bourse de Saint-Étienne occupe-t-elle un bâtiment qui ressemble plus à un musée ou à un théâtre sur le fronton duquel on n’a pas jugé utile de graver les mots « Bourse du travail ». Ces caractéristiques singulières, parmi d’autres, résultent d’une histoire complexe, pleine de rebondissements, révélatrice des enjeux politiques et idéologiques qui ont agité les « élites » municipales1 préoccupées des demandes croissantes d’une population ouvrière parfois remuante.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Liberté de réunion (30 juin 1881), liberté de la presse (29 juillet 1881), liberté syndicale (21 ma (...)

1Au début des années 1880, un ensemble de lois républicaines permet le développement des libertés2 tout en créant aussi de nouveaux besoins en équipements publics. À Saint-Étienne comme à Paris et dans les autres grandes villes industrielles, la revendication de création d’une Bourse résulte de la convergence d’exigences spécifiques exprimées par les milieux ouvriers : espaces pour organiser le marché local du travail, bureaux dévolus aux organisations syndicales, salles pour les réunions publiques, lieux pour les activités de formation. Mais la satisfaction de ces besoins se heurte à la crainte des républicains modérés qu’elle ne favorise la montée en puissance d’un mouvement ouvrier, concurrent potentiel auprès de l’électorat populaire.

Une conquête : l’attribution d’un bâtiment aux organisations ouvrières (1888)

  • 3 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail : un appareil idéologique de l’État à la fin du x (...)

2En analysant les conditions du débat au sein du conseil municipal parisien, Peter Schöttler remarque : « La décision […] n’intervint pas comme un simple cadeau octroyé par de bienveillants patriciens à une population laborieuse plongée dans une attente paisible. Ce fut au contraire le résultat d’une actualité contraignante, d’un rapport de forces qui s’était constitué dans le cadre d’une lutte de classes ouverte3. »

  • 4 Voir Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977, t 2, les intérê (...)

3Dans la ville de Saint-Étienne où tensions sociales et luttes politiques apparaissent étroitement mêlées, les républicains ont généralement bénéficié, depuis 1848, des voix ouvrières, contribuant au rejet des plébiscites de Napoléon III. Après 1880, la renaissance du mouvement socialiste complique la donne. On assiste, de scrutin en scrutin, à un va-et-vient entre situation d’alliances (1881, 1888, 1900) et situation de divorce (1884, 1892) entre les deux tendances de la gauche. Le projet de créer une Bourse du travail se retrouve au centre des tractations : objet de chantage au second tour pour les socialistes, promesse pour attirer les voix ouvrières chez les radicaux. Ainsi devient-il l’emblème du difficile compromis entre socialistes et républicains4.

  • 5 Voir trois dossiers aux Archives départementales de la Loire : 10M 405, Syndicats – Rapports généra (...)

4Si nous ne disposons pas de trace explicite permettant de suivre le cheminement de l’idée dans la grande ville industrielle, nous pouvons imaginer qu’elle surgit dans les réunions des cercles ouvriers et que l’exemple de Paris a dû inspirer les Stéphanois, militants syndicalistes, socialistes ou politiciens républicains. La « population laborieuse » du bassin minier est loin d’être « plongée dans une attente paisible5 ». Les grèves et les manifestations fréquentes, parfois violentes comme celle des « sans travail » de février 1884, alimentent les craintes des modérés mais convainquent les radicaux de la nécessité de répondre à cette pression en lâchant du lest par la satisfaction de certaines demandes ouvrières. L’initiative des élus de la capitale influe vraisemblablement sur le débat local, le combat électoral accélère le mouvement. Au printemps 1888, lorsque commence la campagne pour le scrutin municipal, la question est diversement abordée par les partis « socialistes » qui se rassemblent néanmoins sur l’objectif de reprendre l’hôtel de ville tenu par les républicains opportunistes depuis 1884. Les républicains socialistes de la liste Girodet se contentent d’annoncer dans le point 12 de leur « programme économique » la création, en cas de victoire, d’une Bourse du travail. En revanche, la revendication figure en tête pour le Parti ouvrier qui l’assortit d’exigences précises : droit de discuter, en toute liberté, des questions de salaire ; administration directe par les syndicats et groupes ouvriers ; mise à disposition de tous les travailleurs sans distinction d’opinion ; vote d’une subvention municipale annuelle pour permettre aux associations constituées de faire une propagande énergique en vue du groupement ouvrier. Révélateur d’un état d’esprit, l’article 3 du programme apparaît même provocateur : « Des subsides seront accordés aux ouvriers en grève pour permettre de triompher de la rapacité capitaliste ». Divisé en de nombreuses tendances, soumis à la pression de groupes anarchistes influents dans les ateliers, le Parti ouvrier cherche à obtenir les moyens de développer son action en direction du prolétariat et à l’émanciper de ses liens avec le mouvement républicain. Les politiciens de droite n’ont pas à beaucoup forcer leur imagination pour voir dans la Bourse un futur foyer d’agitation révolutionnaire. Pour les radicaux, l’urgence consiste à reconquérir la mairie perdue en 1884 et à se débarrasser des « libéraux ». Il importe de séduire l’électorat ouvrier. Ils ont déjà intégré des ouvriers à leur liste dont l’un des plus célèbres, sinon des plus populaires : Michel Rondet. Mais il convient d’aller jusqu’à l’alliance avec le Parti ouvrier. Pour parvenir à la fusion entre les deux tours, Girodet accepte donc de reprendre la principale revendication du Parti ouvrier.

  • 6 L’ordre des premières Bourses créées après celle de Paris est incertain : Nîmes ? Saint-Étienne ? M (...)
  • 7 AMSE, 2Fi 186. Ancienne Bourse du travail, place Marengo [non daté].
  • 8 AMSE, 2M 10. Idem, location, aménagement : rapports, correspondance, plans, presse (1889-1906).
  • 9 AMSE, 10M 496. Bourse du travail de Saint-Étienne : statuts et règlements, fiches signalétiques, ra (...)

5Une fois vainqueur – le scrutin décisif eut lieu le 20 mai 1888 – et élu maire, il mène le projet à son terme. Le 25 mai, une délibération du conseil municipal crée à Saint-Étienne la quatrième Bourse du travail de France6. Le 5 juin, la ville loue « le rez-de-chaussée, le premier étage et les deux pavillons d’un immeuble place Marengo, angle des rues Francis Garnier et de l’Île ». Étonnant pied de nez, le « palais » de la classe ouvrière se trouve ainsi installé dans l’ancienne succursale de la Banque de France, qui plus est, à proximité des lieux de pouvoir : hôtel de ville et préfecture ! Le bâtiment était modeste, en retrait d’une cour fermée par un haut mur. Une photographie du début du xxe siècle nous montre le porche surmonté de l’inscription explicite : « Bourse du travail7 ». Au rez-de-chaussée, trois salles moyennes et « une grande salle d’une superficie de 178 m2 pouvant contenir 400 à 500 personnes assises ». À l’étage, cinq pièces également divisibles. Des appartements pour les secrétaires et une loge de concierge dans la cour8. Bâtiment modeste, mais signalant l’empressement de l’équipe municipale qui assure gratuitement la jouissance des locaux nécessaires aux chambres syndicales, fédérations, sociétés de secours mutuels ouvrières de Saint-Étienne, en prenant en plus en charge chauffage, éclairage et entretien ainsi que les frais de publicité de la statistique du travail. La municipalité décide en outre d’installer une bibliothèque dont les ouvrages seraient choisis par une commission syndicale9. Dans la discussion, le maire suggère l’envoi d’une commission d’étude auprès de la Bourse de Paris. Le bail, fixé à dix-huit années, s’achève en 1906.

6La municipalité offre ainsi des services éminents aux militants ouvriers. À Saint-Étienne comme à Paris ou à Nîmes, elle se montre réceptive à leurs revendications. Toutefois, avec « 400 à 500 personnes », les possibilités d’accueil demeurent limitées du point de vue des syndicalistes et la situation – sur la même place que la préfecture – périlleuse du point de vue des partisans de la pérennité de l’ordre social. Ainsi se dirige-t-on peu à peu vers l’idée de construire un nouveau bâtiment, dans une autre partie de la ville.

Un concours de circonstances : la construction d’un nouveau bâtiment (1901)

7Dès 1881 – avant la création de l’institution – et de 1888 à 1902 – dans les quinze années qui suivent sa mise en place –, les élus stéphanois discutent à plusieurs reprises de construire un vaste bâtiment cours Saint-André, futur cours Victor Hugo. La destination promise à cet édifice varie selon les besoins en équipements publics de la ville, selon la couleur politique des municipalités successives, selon les événements qu’elles affrontent. Un concours de circonstances décide de son utilisation finale comme nouvelle Bourse du travail.

  • 10 AMSE, 2M 11. Salle de cours publics et d’audition : projet (1881-1896).
  • 11 « La population réclamant une salle de conférences et de réunions publiques ou privées nous avons d (...)

8D’abord, la municipalité radicale-socialiste conduite par Victor Duchamp envisage une « salle de conférences et de cours publics », le 25 novembre 188110. Essentiellement organisé autour de cette grande salle avec un parterre et des galeries permettant de recevoir plus de 3 000 spectateurs, l’édifice doit offrir les multiples services répondant aux attentes d’une agglomération en rapide croissance. Une fois les études techniques préalables terminées, la lourdeur de la dette et la priorité donnée à la création d’écoles (lois Ferry obligent) font suspendre le projet. Le maire signe alors un accord avec un particulier, propriétaire d’un chapiteau permanent rue de la République, à quelques centaines de mètres du centre ville : la « salle du Cirque », utilisée pendant une vingtaine d’années pour toutes les manifestations politiques11. C’est là que se tient le congrès du Parti socialiste de 1882 qui aboutit à la scission entre « guesdistes » et « possibilistes ». C’est aussi de là qu’en février 1884 les « sans travail » sortent en masse pour aller investir l’hôtel de ville.

9À cette date, on relance le projet de bâtiment. Alors que la crise touche de plein fouet l’industrie stéphanoise, l’ouverture d’un grand chantier serait, selon certains, susceptible d’occuper les « sans travail ». Alphonse Joly en fait la proposition en conseil municipal, que commente, un brin ironique, Le Mémorial,quotidien catholique et monarchiste :

10« M. Joly a proposé un moyen admirable pour ramener la prospérité dans la ville. Il faut le lire pour le croire ! Ce moyen consisterait à commencer immédiatement la construction de ce fameux “Palais des cours publics” qui coûterait plus d’un million et qui n’aurait d’autre utilité que de fournir une luxueuse tribune aux conférenciers socialistes ou anarchistes dans le genre de M. Joly. […] Le cirque est vaste, solidement et confortablement installé. Mais cela ne suffit plus aux meneurs et aux orateurs du parti intransigeant. Il leur faut un “Palais”. Ils ont trouvé le mot, laissant aux contribuables le soin de payer la chose […] quand ces orateurs auront leur “Palais”, il paraît que cela donnera du pain au peuple ».

11Malgré la satisfaction apportée aux syndicalistes par la création de la Bourse, la coalition de gauche se déchire lors du scrutin de 1892 et Girodet ne parvient pas à être réélu. Une alliance de centre droit, républicains opportunistes et catholiques ralliés, tous vigoureusement antisocialistes, triomphe. La municipalité Chavanon veut reprendre les grandes lignes du projet Duchamp, mais avec un nouveau cahier des charges. Le 3 janvier 1896, rappelant d’abord les directives de 1881, le maire invite Léon Lamaizière, architecte de la ville, à préparer un projet de « salle de concerts et de conférences » pouvant être utilisée provisoirement comme théâtre. L’organisation interne du bâtiment prévu est bien celle d’une salle de spectacles avec un vaste parterre et une première galerie sur une surface suffisante pour recevoir 1 500 spectateurs environ. Les ailes latérales doivent comprendre des locaux pour un commissariat de police, les logements du conservateur, du concierge et une salle de café, les annexes nécessaires pour la scène : foyers, fumoirs, loges d’artistes, magasins de décors, d’habillement. En voulant satisfaire l’électorat des classes moyennes, c’est un théâtre à l’italienne que l’on envisage, une copie de la Scala. Un projet qui, lui aussi, avorte.

  • 12 « Sur le cours Victor Hugo, au sud du marché couvert, la façade principale aurait son avant-corps c (...)

12Une nouvelle flambée d’agitation sociale pendant l’année 1899 – longue grève des passementiers puis mouvement généralisé des mineurs –, provoque un nouveau retournement politique et la victoire de la gauche aux élections municipales de 1900. Le nouveau maire, Jules Ledin, socialiste de nuance possibiliste et ancien secrétaire de la Bourse, relance la réflexion. Le 5 juillet 1901, on prend la décision de construire, toujours sur la même parcelle, une « salle de cours publics et d’auditions ». Inscrite dans la lignée des projets Duchamp et Chavanon12, la destination en est une fois encore modifiée. La disposition intérieure prévoit une grande salle avec galerie à affecter « aux auditions diverses du conservatoire, conférences, distributions des prix aux élèves des écoles communales » ; deux salles latérales « pour les réunions des cours professionnels » ; les ailes et une partie en façade « divisées en petites et grandes salles affectées aux divers cours gratuits, langues vivantes, comptabilité, sténographie, sociétés de secours mutuels, syndicats ».

  • 13 En 1910, le secrétaire Urbain Malot obtint la création d’un dispensaire pour les accidentés du trav (...)

13Ainsi, l’équipe de Jules Ledin souhaite-t-elle concentrer en un même lieu toutes les activités du mouvement ouvrier tel que le conçoivent les adeptes du socialisme municipal. Il s’agit plus que d’une simple Bourse du travail, presque une maison du Peuple, à tout le moins un espace de rencontre, un lieu stratégique regroupant l’ensemble des actions que les syndicats entendent mettre au service de la classe ouvrière pour sa promotion physique, morale ou juridique. Déjà, la première Bourse du travail offrait des services éducatifs qui pouvaient donner à penser que l’on se dirigeait vers la constitution d’une maison du Peuple : des cours professionnels, une bibliothèque. On envisageait un service médical13. Le 13 juillet 1902, on organise une cérémonie pour la pose de la première pierre. Lesmilitants de toutes les corporations défilent derrière l’un des secrétaires, porteur du drapeau rouge de la Bourse. À la fin, ce dernier prononce un discours :

  • 14 Bourse du travail, organe officiel des chambres syndicales ouvrières de Saint-Étienne. Mensuel à pa (...)

14« Le besoin dans notre cité de cette nouvelle maison du Peuple était indiscutable étant donné le développement considérable des organisations ouvrières dans une ville industrielle comme la nôtre […]. Dans ce nouveau palais du travail, nous espérons que, côte à côte, les militants des diverses écoles sauront s’apprécier, se connaître et s’aimer ; que ce sera là que fraterniseront enfin tous ceux au cœur humain et généreux qui luttent pour l’affranchissement de l’humanité et l’émancipation des travailleurs14. »

15Si les syndicalistes n’ont aucun doute quant à la destination du nouveau bâtiment, les élus semblent moins unanimes. Alors que sont discutés au conseil municipal les aspects financiers de la Bourse en cours de construction, un étrange débat s’engage entre le maire et le principal conseiller de l’opposition. Jean Neyret fait remarquer : « en séance publique vous appelez cette salle Salle de cours publics ; en séance privée vous l’appelez Salle de conférences. Est-ce que lorsque vous êtes entre vous, vous ne l’appelez pas Bourse du travail ? ». Visiblement gêné par cette question, Jules Ledin répond par une argumentation bien tortueuse :

16« Nous voulons construire une salle d’auditions et de cours publics. Il est certain que nous y transférerons les cours qui sont donnés à la Bourse du travail […]. Nous n’avons pas l’intention non plus de loger seulement dans cette nouvelle salle les sociétés de secours mutuels ou de natures diverses qui donnent des conférences, des concerts, etc., et il serait bizarre que la municipalité évince les syndicats et prive ceux-ci du droit de participer à cet avantage. […]. Nous avons une Bourse du travail pour laquelle nous payons un loyer ; nous donnerons congé pour ce local et ce sera pour nous un bénéfice d’une location de 11.500 F ».

17Sagnol, conseiller « collectiviste », embarrasse le maire en lançant :

  • 15 AMSE, 9C2 23. Bulletin du conseil municipal de Saint-Étienne, séance du 3 janvier 1902, pages 6 et  (...)

18« Une salle de cours publics et d’auditions pourrait aisément, sous un gouvernement réactionnaire, être réservée aux cercles catholiques qui en profiteraient seuls par la suite. C’est ce que nous voulons éviter et c’est pourquoi je demande que l’on désigne Bourse du travail l’établissement projeté […]. C’est d’ailleurs l’idée première de ne pas faire une salle de conférences ou de cours publics, mais bien une vaste Bourse du travail. Appelons-la donc ainsi !15 »

19Le débat, loin d’être anecdotique, révèle les traces laissées par plus de dix années de luttes au sein même de la Bourse. Il trahit les hésitations d’un personnel politique indécis et dissimulateur qui craint de donner trop d’atouts à ses encombrants alliés collectivistes. Ainsi, l’inscription « Bourse du travail » n’est jamais gravée au fronton du nouveau bâtiment. En fait, ce bâtiment dont les finalités varient beaucoup au gré des circonstances ne devint la « Bourse du travail » de Saint-Étienne qu’en raison d’un concours de circonstances.

Un programme idéologique : la décoration de la Bourse du travail (1907)

  • 16 Importante série de plans conservés aux AMSE, dont : 1 Fi Bourse du travail 139, Palais des cours p (...)

20Il faut s’appliquer à une lecture attentive pour découvrir un décor discret conçu pour la dévolution du lieu au monde ouvrier puisqu’il n’apparaît pas sur les premières ébauches quand, en 1901, l’architecte réfléchit encore à un « Palais des cours publics16 ». La bande végétale qui court au-dessus des fenêtres du second étage est interrompue de place en place par de petits médaillons illustrant les activités de l’industrie stéphanoise. Sur la façade principale, on aperçoit de gauche à droite les pics entrecroisés de la mine, les engrenages de la mécanique, deux pistolets pour l’armurerie, enfin un ruban qui se déroule pour la passementerie. Mais cette célébration de l’habileté manufacturière et des réussites de l’industrie locale peut tout autant apparaître comme une exaltation des réalisations du patronat. Avec la devise « Liberté, Égalité, Solidarité, Justice », on entre davantage dans le monde des références syndicales. À gauche et à droite de celle-ci, les deux pavillons latéraux sont encadrés chacun de deux décors en médaillons – sortes de blasons – descendant du toit jusqu’à mi-hauteur du second étage et s’achevant par des mots révélateurs gravés et accompagnés de motifs symboliques : « Droit, Travail, Solidarité, Force ».

  • 17 Antoine Prost et Manfred Bock, « Les ouvriers, les autres et l’État. Comparaison des paroles ouvriè (...)
  • 18 Idem, p. 232.

21Proclamer en premier lieu le « Droit », cela signifie la soif de justice qu’éprouve la classe ouvrière qui pendant un siècle – du fait des mesures napoléoniennes – n’a pas été traitée à égalité, en violation des principes affirmés en 1789. C’est dire l’espérance – une flamme domine l’ensemble – dans le développement d’une législation qui réglemente les relations sociales et les libère du credo libéral – « laisser-faire, laisser-passer » –, masque de la loi du plus fort. Le blason du « Travail » accompagné d’abeilles, représente à la fois la dimension première du mot – le « Labeur » – et la « communauté » des travailleurs. Comme l’écrit Antoine Prost, « Dans la construction du discours ouvrier, le Travail comme valeur (la majuscule s’impose) tient une place centrale. […] L’émancipation totale, absolue du travail, c’est l’avènement du travailleur comme classe universelle17». La « Solidarité » – reposant sur la poignée de main fraternelle – évoque la construction « consciente » de cette communauté devenant « classe » pour parvenir à sa libération. Le bonnet phrygien qui surmonte l’ensemble – rappel de la République de l’an II – renvoie à l’émancipation des esclaves antiques et appelle celle des salariés, esclaves modernes. La solidarité, enfin atteinte grâce à l’action militante, brise les divisions et génère l’union qui seule doit permettre au prolétariat de faire sentir sa « Force » – autre symbole traditionnel, celui du lion – pour parvenir à ses fins : l’égalité et la justice dans une société de liberté. À travers cette symbolique, on peut par conséquent mettre en évidence le double caractère du syndicalisme français qui « apparaît à la fois comme un syndicalisme d’affrontement et comme un syndicalisme identitaire par la dignité éminente et exclusive du travail et des travailleurs18 ». Ce décor, en définitive assez discret sur ce palais plutôt bourgeois, renvoie aussi bien à la violence des rapports de classes dans la société industrielle qu’aux convictions républicaines et légalistes de militants qui encadrent la naissance du syndicalisme dans une grande ville ouvrière.

22Il ne semble pas que le conseil municipal ait à l’origine des intentions claires pour entreprendre un programme de décoration intérieure du bâtiment. En 1881, Duchamp demande une salle : « très sobrement ornée. Des tables portant les noms des hommes illustres dans les arts et les sciences, les dates des grands faits historiques, des formules scientifiques, des cartes géographiques et astronomiques, des travaux synoptiques, quelques bustes, médaillons et portraits constitueraient toute la décoration ». En 1902,Jules Ledin évoque son intention de faire appel à Puvis de Chavannes pour l’écarter très vite : « il n’est pas douteux que la dépense absorberait des sommes énormes ».

  • 19 AMSE 2M 12. Salle des cours publics et d’audition, fourniture, peintures et sculptures décoratives, (...)

23La « commission d’architecture et de voirie » examine, le 2 février 1905, cinq projets pour la décoration de la frise et de la corniche de la grande salle19. Il s’agit de juxtaposer les « armes parlantes des anciennes corporations sur des feuillages ». Le 9 février 1906, elle décide d’acquérir le groupe sculpté La Grève, réalisé par Zan, un immigré italien, ainsi qu’un buste de Benoît Malon, deux œuvres aujourd’hui encore installées dans la petite salle de réunion publique du rez-de-chaussée. Reste à décider du sort du mur du fond de la grande salle de conférences. Le 19 avril 1906, on opte pour une fresque qui montrerait : « une page importante par ses dimensions, large par ses vues humanitaires, en harmonie avec l’âme même du monument, vibrant avec lui et résumant autant que possible les préoccupations très légitimes à l’ordre du jour du pays républicain ». Un concours voit s’affronter deux projets.

24Le directeur de l’École des beaux-arts présente un programme intitulé « l’Humanité s’éveille », proposant d’exposer aux yeux du public :

25« 1°- la protection et l’instruction de l’enfant sans défenseur ;

262°- le soulagement de l’homme vaincu par les fatalités de la vie ;

273°- le relèvement par la société de la femme tombée, le plus souvent honnêtement, paria selon les lois humaines et cependant corvéable dans sa personne et dans celle du fruit de ses amours ;

284°- l’adoucissement des derniers jours des vieux, privés d’appui et condamnés à la misère finale ;

295°- la suppression, chez tous les peuples, des crimes de la guerre commis au nom de la civilisation ;

306°- l’encouragement aux travaux intellectuels (lettres, sciences et arts) qui élèvent l’homme au-dessus des matérialités animales et lui apportent les joies supérieures du vrai et du beau ».

31L’humanité – le prolétariat ? –, victime de tous les maux de la société : l’analphabétisme, la prostitution, la misère, la guerre et bien sûr l’exploitation. En quelque sorte, on présente une classe ouvrière que seuls les arts peuvent sauver. La teneur pessimiste du projet déplait-elle au conseil municipal ? Ses intentions sont-elles jugées trop philosophiques, trop abstraites, trop générales… c’est-à-dire pas assez « stéphanoises » ? Dès le 22 février 1907, une nouvelle commission extramunicipale se réunit. Le 4 juin, elle examine les maquettes déposées à la mairie et déclare : « une telle décoration doit avoir un caractère d’enseignement et d’avenir, une Bourse du travail est une institution d’avant-garde et la décoration doit y avoir, par là même, les qualités d’un art de même tendance ». En conséquence, elle rejette, « malgré ses réelles qualités d’exécution », le projet et annonce : « L’autre projet – “Avenir” – a paru, au contraire, représenter une recherche plus conforme à celle de nos novateurs avisés ». Ce dernier, proposé par le peintre stéphanois Berthon auquel on a déjà confié la réalisation des frises, devient la peinture du fond de scène :

32« Le motif général d’une longueur de 11 mètres sur 5,5 mètres sera intitulé “Avenir” :

331°- À droite, un groupe de mineurs sortant du travail. Au premier plan un mineur, son fils sur l’épaule et hâtant le pas ; un peu en arrière un attelage de bœufs conduit par un travailleur, se détachant sur un puits en pleine activité ;

342°- Au milieu, un groupe de terrassiers faisant corps avec cette première partie de la composition ;

353°- Au fond, les montagnes barrées par la fumée des cheminées des usines obstruant la lumière, et donnant à cette partie du tableau un aspect de fournaise ;

364°- À gauche, le repos absolu, un groupe de plusieurs enfants attendant les parents qui ont peiné toute la journée. À l’arrière-plan, la grand-mère apprenant à lire aux bambins et donnant ses soins au dernier-né. Au fond, le chef de la famille taillant un arpent de vigne.

37Cette composition se détachant sur des silhouettes ensoleillées et une maisonnette de simples artisans – par le ton général symbolisant la quiétude – sera entourée d’une fuite aux tons adoucis faisant valoir le motif ».

38Plus proche d’une certaine « réalité » stéphanoise – le mineur et le puits de mine –, soucieux d’exalter la ruralité – l’attelage de bœufs conduit par un travailleur –, le second projet reflète la mentalité d’une classe ouvrière qui n’a pas coupé ses liens avec la campagne et ne désespère pas de « retourner à la terre » pour échapper au bagne industriel. Il emporte l’adhésion des élus municipaux plus radicaux-socialistes que socialistes, tout en séduisant les syndicalistes révolutionnaires proches des anarchistes. Les deux courants principaux de la grande ville ouvrière se retrouvent dans une commune exaltation du petit producteur. Deux mondes qui se côtoient en s’affrontant parfois durement ne sont pas loin de partager le même horizon et s’entendent fort bien en certaines occasions.

39Les conditions d’édification du bâtiment que les habitants de Saint-Étienne connaissent aujourd’hui comme la « Bourse du travail », révèlent donc de nombreuses surprises. Le principe en est adopté le 5 juillet 1901, on pose la première pierre le 14 juillet 1902 et le gros œuvre s’achève au début de 1904. Les autorités procèdent ensuite à trois inaugurations, chacune correspondant à un volet des activités du mouvement ouvrier : congrès du Parti socialiste français en présence de Jean Jaurès et d’Aristide Briand (février 1904), remise de salles aux syndicats (juillet 1906) puis aux mutuelles (juin 1907). Lorsque l’institution créée en 1888 s’installe cours Victor-Hugo, elle a déjà une histoire riche et tourmentée, reflétant la complexité du monde ouvrier local : une histoire marquée par des rivalités idéologiques et politiques inscrites jusque dans la pierre et sur les murs.

Figure 1: La Bourse du travail. Vue générale en direction du nord vers 1910 (AMSE, 2M icono 1).

Figure 2: La devise inscrite sur la façade principale (Cliché J.-M. Steiner).

Figure 3: Pavillon sud, Mine et Mécanique encadrées par le Droit et le Travail (Cliché J.-M. Steiner).

Figure 4: Pavillon nord, Armurerie et Rubanerie encadrées par la Solidarité et la Force (Cliché J.-M. Steiner).

Haut de page

Notes

1 Voir aux Archives municipales de Saint-Étienne (AMSE) les registres des délibérations du conseil municipal de 1881 (9C 2 1) à 1907 (9C 2 28).

2 Liberté de réunion (30 juin 1881), liberté de la presse (29 juillet 1881), liberté syndicale (21 mars 1884).

3 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail : un appareil idéologique de l’État à la fin du xixe siècle, Paris, PUF, 1985, p. 71

4 Voir Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977, t 2, les intérêts de classe et la république, 500 p.

5 Voir trois dossiers aux Archives départementales de la Loire : 10M 405, Syndicats – Rapports généraux des préfets, sous-préfets, et commissaires de police sur les syndicats professionnels (1876-1937) ; 10M 455, Cercles ouvriers, groupes d’études sociales (1849-1913) et 10M 496, Bourse du travail de Saint-Étienne : statuts et règlements, fiches signalétiques, rapports de police, affiches, coupures de presse (1889-1934).

6 L’ordre des premières Bourses créées après celle de Paris est incertain : Nîmes ? Saint-Étienne ? Marseille ? Résultat du décalage entre vote en conseil municipal, inauguration officielle et adoption – obligatoire – d’un règlement intérieur. À Saint-Étienne, respectivement, les 25 mai, 14 juillet 1888 et 21 février 1889.

7 AMSE, 2Fi 186. Ancienne Bourse du travail, place Marengo [non daté].

8 AMSE, 2M 10. Idem, location, aménagement : rapports, correspondance, plans, presse (1889-1906).

9 AMSE, 10M 496. Bourse du travail de Saint-Étienne : statuts et règlements, fiches signalétiques, rapports de police, affiches, coupures de presse (1889-1934).

10 AMSE, 2M 11. Salle de cours publics et d’audition : projet (1881-1896).

11 « La population réclamant une salle de conférences et de réunions publiques ou privées nous avons demandé au propriétaire du Cirque, rue de la République, de louer cette salle à la ville » [Nous soulignons].

12 « Sur le cours Victor Hugo, au sud du marché couvert, la façade principale aurait son avant-corps central dans l’axe de la rue Faure Belon. […] Ce quartier bien central, l’un des plus beaux de Saint-Étienne, s’enrichirait d’un monument dont l’utilité est démontrée depuis un très grand nombre d’années» [Nous soulignons].

13 En 1910, le secrétaire Urbain Malot obtint la création d’un dispensaire pour les accidentés du travail.

14 Bourse du travail, organe officiel des chambres syndicales ouvrières de Saint-Étienne. Mensuel à partir de mars 1890, trimestriel après 1895. Conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Étienne (J 048).

15 AMSE, 9C2 23. Bulletin du conseil municipal de Saint-Étienne, séance du 3 janvier 1902, pages 6 et 7.

16 Importante série de plans conservés aux AMSE, dont : 1 Fi Bourse du travail 139, Palais des cours publics et salle d’audition. Avant-projet. L. Lamaizière 1/100 — calque 92x63 cm (1900) ; 1 Fi Bourse du travail 156, Palais des cours publics et salle d’audition. plan d’ensemble. Tirage papier couleur 98x63 cm (15 février 1903) et 1 Fi Bourse du travail 120, Palais des cours publics et salle d’audition. Coupe transversale. Tirage papier couleur 65x62 cm (juin 1901).

17 Antoine Prost et Manfred Bock, « Les ouvriers, les autres et l’État. Comparaison des paroles ouvrières », dans Jean-Louis Robert et alii, L’invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du xixe siècle, Paris, 1997, p. 231.

18 Idem, p. 232.

19 AMSE 2M 12. Salle des cours publics et d’audition, fourniture, peintures et sculptures décoratives, réparations : délibérations, correspondance, traité, règlement intérieur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1: La Bourse du travail. Vue générale en direction du nord vers 1910 (AMSE, 2M icono 1).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2: La devise inscrite sur la façade principale (Cliché J.-M. Steiner).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 3: Pavillon sud, Mine et Mécanique encadrées par le Droit et le Travail (Cliché J.-M. Steiner).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 4: Pavillon nord, Armurerie et Rubanerie encadrées par la Solidarité et la Force (Cliché J.-M. Steiner).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Steiner, « Construire un bâtiment pour la Bourse du travail de Saint-Étienne : un enjeu politique et idéologique dans une grande ville ouvrière (1888-1907) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 87-100.

Référence électronique

Jean-Michel Steiner, « Construire un bâtiment pour la Bourse du travail de Saint-Étienne : un enjeu politique et idéologique dans une grande ville ouvrière (1888-1907) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2369

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Steiner

Docteur en histoire, chercheur associé à l’IERP (université de Saint-étienne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page