Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quels enjeux ?

Les Bourses du travail en France et les Labour Exchanges britanniques: une comparaison impossible ?

Malcolm Mansfield
p. 69-84

Résumé

En tant que systèmes de placement, les Bourses du travail françaises et les Labour Exchanges britanniques sont difficiles à comparer. Non seulement leurs fonctions sociales mais aussi leurs modes de fonctionnement se distinguaient nettement. L’article explore ces différences selon un axe politique : les Bourses facilitaient la participation active des ouvriers dans la politique locale et avaient des ramifications nationales. Les Labour Exchanges, par contre, se positionnaient uniquement sur le plan économique, leur gestion se déterminait au niveau national et était inaccessible aux ouvriers. En filigrane, l’article se fonde sur le rapprochement entre le système de travelling benefits et le viatique géré par les Bourses, base d’une comparaison intéressante.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’historiographie des politiques publiques en matière de chômage, le réseau français des Bourses du travail semble curieusement ne pas avoir fait l’objet de nombreuses recherches par rapport à ses équivalents britannique ou allemand.

Les écueils de la comparaison

  • 1 N. Whiteside, « Unemployment Revisited in Comparative Perspective : Labour Market Policy in Strasbo (...)
  • 2 N. Edling, « Regulating unemployment the Continental way : the transfer of municipal labour exchang (...)
  • 3 A. Knotter, « Mediation, allocation, control : trade unions and the changing faces of labour interm (...)
  • 4 C. Levy, « Currents of Italian Syndicalism before 1926 », dans International Review of Social Histo (...)
  • 5 On peut mentionner aussi l’exemple de la Bolsa de Trabajo, créée par la municipalité de Séville en (...)

2Hormis l’article récent de Noël Whiteside1, la comparaison internationale concernant les politiques sociales a été peu prolixe sur les Bourses du travail, même si le réseau français a été, de toute évidence, un précurseur du placement municipal à l’échelle nationale. Cette quasi-absence reflète très clairement l’idée fausse que le réseau des Bourses du travail n’a pas été un modèle pour le développement de systèmes de placement officiels ailleurs. La récente enquête d’Edling2 sur l’émergence du réseau des bureaux de l’emploi scandinaves dans les années 1890, par exemple, souligne l’importance du réseau municipal allemand, dont l’influence s’est fait croissante vers la fin du siècle. Par contre, cette étude ne fait que rapidement référence aux Bourses du travail françaises. Le modèle britannique, malgré toutes ses particularités, a fait appel, en partie, au savoir-faire apporté par le fonctionnement original du bureau du travail de Strasbourg, mais à une époque où cette ville était sous souveraineté allemande. En revanche, Ad Knotter3 souligne le vif intérêt des syndicalistes pour le placement géré par les syndicats sur le modèle des Bourses du travail, au Danemark, en Suède et en Norvège dans les années 1880. Par ailleurs, Levy souligne4 les similitudes entre les nombreuses camere de lavoro italiennes contrôlées par les syndicats et les Bourses, les deux systèmes partageant une origine commune, à savoir un réformisme radical centré sur la municipalité et le développement d’un syndicalisme autonome5.

  • 6 A. O’Donnell, « Re-inventing Unemployment : Welfare Reform as Labour Market Regulation » Legal Stud (...)
  • 7 J. Grundy, « The Employment Service in Early Twentieth Century Ontario » contribution à Annual Meet (...)
  • 8 F. Bisson, « Les premiers bureaux de placement québécois et la génération des sans-travail au début (...)
  • 9 H. Guzda, « The U.S. Employment Service at 50 : it too had to wait its turn », dans Monthly Labor R (...)
  • 10 Dans les cinq grandes villes de l’Ohio : Cincinnati, Dayton, Cleveland, Toledo et Columbus autour d (...)
  • 11 On pense à Jeremy Bentham !
  • 12 Voir Udo Sautter, Three Cheers for the Unemployed : Government and Unemployment Before the New Deal(...)

3Quoi qu’il en soit, le système britannique semble avoir trouvé encore moins d’adeptes en Europe continentale que les Bourses du travail elles-mêmes et ce, en dépit du fait que le système avait représenté, jusqu’alors, le plus grand et le plus vaste effort pour tenter de régler le problème du chômage. De toute évidence, les arguments de Beveridge en faveur des Labour Exchanges ont eu du mal à convaincre outre-Manche. S’il y a eu une influence directe du système britannique, on la trouvait dans les territoires britanniques, au Canada et en Australie, où, en règle générale, les problématiques de placement étaient confondues avec des thèmes relevant des dysfonctionnements causés par l’embauche de travailleurs non qualifiés et saisonniers. Par exemple, O’Donnell analyse6 les rapports entre les Labour Exchanges, le travail intermittent et le concept du chômage (unemployment) en Australie. La catégorie de unemployment a fait son apparition dans les années 1930, lorsque les fonctionnaires mirent l’accent sur la possibilité d’utiliser les bureaux de placement pour distinguer les travailleurs cherchant véritablement du travail et les autres. Cette distinction devait faciliter l’allocation de l’assurance-chômage au groupe en pleine expansion des travailleurs salariés. En ce qui concerne le Canada, Grundy7 souligne les efforts des administrateurs de l’Ontario pour régulariser l’emploi (1889-1918) et compenser le caractère saisonnier du travail tout en luttant contre le chômage volontaire en utilisant le système de surveillance des Labour Exchanges. Ici, comme dans d’autres provinces, dont le Québec8, l’influence de Beveridge fut importante jusqu’à la Première Guerre mondiale, ce qui ne fut pas le cas de l’autre côté de la frontière9. Le premier système de Labour Exchanges américain10 fait suite à une visite d’experts américains à l’Exposition universelle de 1889, au cours de laquelle ils auraient découvert les Intelligence Offices11 – sans aucun doute la Bourse du travail de Paris12.

  • 13 Malcolm Mansfield, « Labour Exchanges and the Labour Reserve in Turn of the Century Social Reform » (...)
  • 14 N. Whiteside, op. cit., p. 35-56.
  • 15 Jamie Peck, Workplace. The Social Regulation of Labor Markets, London, Guilford Press, 1996, p. 15- (...)

4Un examen plus approfondi des objectifs précis suivis par les divers réseaux met en lumière les facteurs qui ont placé les réseaux français et britannique, d’une manière ou d’une autre, un peu en marge du reste de l’expérience en cours en Europe continentale. À cet égard, le modèle britannique est probablement le plus remarquable. Ce dernier tendait à appréhender « le chômage » comme une réalité abstraite et impersonnelle, avant de tenter de résoudre les problèmes auxquels faisaient face les chômeurs sur le plan individuel. En d’autres termes, ce modèle visait l’abandon d’une approche sélective et individualisante qui triait les chômeurs selon leur réputation morale, en faveur d’une approche qui découlait d’une analyse scientifique et causale du style : « de quel type de chômage parlait-on dans ce cas précis ? ». Cette analyse du chômage était axée sur une connaissance plus fine d’un marché du travail caractérisé par la désorganisation, la démotivation et le travail occasionnel. Ceci impliquait, selon Beveridge et les Webb, un effort pour construire un système de chômage13, via la mise en place d’une recherche de travail administrée, fonctionnant de sorte à surmonter l’immobilité induite par le travail occasionnel et mal rétribué. Pour cette raison, la mobilité étroitement policée mise en place par les autorités à travers le territoire de l’Alsace-Lorraine14 représentait un intérêt considérable aux yeux du petit groupe de réformateurs sociaux travaillant avec Beveridge. L’aboutissement de cela fut que les Labour Exchanges britanniques privilégiaient l’espace géographique sur l’espace social (space ou place), pour reprendre la terminologie inventée par le géographe David Harvey15. En d’autres termes, les administrateurs britanniques tentaient d’établir une réalité administrative dénuée de tout ancrage dans les réalités politiques et sociales locales. Ceci se faisait au détriment de l’intégration des individus dans des situations socialement significatives, des villes, des villages ou autres. Ce qui intéressait le système britannique, c’était la capacité qu’avaient les travailleurs à être mobiles dans leur recherche d’emploi. Il ignorait l’ancrage social des individus.

  • 16 Malcolm Mansfield, « Flying to the Moon : reconsidering the British labour exchange system in the e (...)

5Cette structure étrangement abstraite du système britannique se retrouve en filigrane au sein des débats entre hauts fonctionnaires, à la veille du vote de la législation mettant en place les Labour Exchanges en 1909. La distribution géographique des Labour Exchanges trahit une vision purement administrative et un système de recherche d’emploi rationalisée ; ce qui était, plus largement, une extension des projets organisés par Beveridge lui-même, à Londres dans les premières années du vingtième siècle. Le marché de l’emploi au niveau national a ainsi été découpé en dix divisions régionales, chacune ayant sa propre chambre de compensation pour s’occuper des postes vacants internes et externes à la région. Les villes à proprement parler étaient simplement considérées comme des espaces urbains, au sein desquels des recherches d’emploi plus ou moins intenses pouvaient être imposées. De vastes zones d’échange, les soi-disant trading centre, avec leur population de travailleurs occasionnels ou irréguliers, devaient être soumises à une forme de mobilité de travail plus intense que celle prévue pour les plus petites villes ayant une seule industrie et une main-d’œuvre compétente. Le fait que de plus grandes villes – Manchester ou Liverpool par exemple – soient d’importants centres politiques chargés d’histoire et de tradition politique n’était pas jugé digne d’une attention particulière16.

  • 17 David Rappe, La Bourse du travail de Lyon. Une Structure ouvrière entre services sociaux et révolut (...)
  • 18 G. Forgeot, La Bourse du travail de Bourges et le syndicalisme dans le Cher de 1897 à 1914, mémoire (...)
  • 19 Malcolm Mansfield, 2001, op. cit.

6Le travail des Bourses du travail était tout à l’opposé. Les villes, centres géographiques investis de sens sur de longues périodes d’interactions sociales, étaient des institutions civiques incontournables et ce d’autant que l’on assiste à une tendance à l’accroissement de la revendication d’autonomie municipale, surtout à Paris, à la fin du dix-neuvième siècle. Certaines Bourses du travail étaient, en fait, situées au sein des mairies. Le réseau des Bourses s’élargissait rapidement grâce au travail des membres du mouvement syndical, qui utilisait la Bourse de Paris, fondée en 1887, comme calque administratif adapté aux conditions locales. En règle générale, la création d’une Bourse locale faisait suite à une demande de subventions municipales formulée par des syndicalistes, des élus ou des militants socialistes. Les membres du conseil municipal de Paris appartenant à différentes formations socialistes étaient particulièrement actifs en la matière17, tout autant que les militants influents des Bourses d’autres villes. L’implication des syndicats a également fait en sorte que l’impact d’une Bourse donnée pouvait s’étendre aux zones avoisinantes suite à l’organisation de grèves. Ceci fut notamment le cas dans le Cher après une série de grèves entre 1900 et 1904, orchestrées depuis la Bourse de Bourges qui a, par la suite, mené à la création d’institutions similaires à Saint-Amand et à Mehun18. Le développement horizontal du réseau des Bourses dans les arrière-pays ruraux a donc accompagné l’expansion du mouvement syndicaliste, mais il n’en dépendait aucunement. Bien au contraire, l’isolement des travailleurs agricoles était, jusqu’à un certain point, pallié par l’activité de militants à la Bourse de Bourges, mais leur dépendance vis-à-vis des fermiers empêchait les structures syndicales permanentes. En comparaison, les travailleurs agricoles anglais se plaignaient des longs trajets pour se rendre aux Labour Exchanges, situés uniquement dans les villes. De toute évidence, les Labour Exchanges ne venaient pas à eux19.

  • 20 C. Guitton, « Le chômage entre question sociale et question pénale en France au tournant du siècle  (...)

7Le réseau français facilitait également le transfert géographique de travailleurs d’une zone à l’autre, particulièrement lors de la mutation de nombreux travailleurs du bâtiment, suite à la fin de l’Exposition universelle de Paris en 1900. Dans ce cas, le réseau fonctionnait en étroite collaboration avec l’état qui tentait également de maintenir les tarifs établis dans la région de destination. Cet épisode exceptionnel en matière d’intervention publique reflétait une volonté sérieuse de combattre le problème de l’afflux des travailleurs vers Paris, lequel s’aggravait depuis des décennies. Le réseau mettait en place un système d’allocations de déplacement (viatiques), principalement géré par les syndicats, qui servait à éloigner les travailleurs des zones où le marché du travail était le plus saturé. Bien que cette technique ne puisse pas être comparée au système sélectif établi par les compagnonnages, elle apportait, de toute évidence, une aide précieuse aux travailleurs cherchant du travail, même si elle ne pouvait précisément identifier les postes vacants. Les tentatives de publication de postes vacants à l’échelle nationale sont restées principalement symboliques. Cependant, il y a des preuves que la simple existence du réseau des Bourses du travail a mis fin à ce qui restait de la répression du vagabondage, dans la mesure où des experts juridiques ont pu mettre en évidence son absurdité20, à une époque où la mobilité du travail avait été libéralisée. Le système desviatiques décourageait les errances et en même temps tendait à privilégier l’aide aux travailleurs syndiqués à la recherche de travail.

Aux origines du placement « neutre »

  • 21 Robert Leeson, Travelling Brothers. The Six Centuries’Road from Craft Fellowship to Trade Unionism,(...)
  • 22 Malcolm Mansfield, op. cit.

8Le système britannique a largement remplacé le système équivalent, jadis opéré par les syndicats qualifiés, avec un placement officiel « neutre » – l’ancien système d’allocation de mobilité des syndicats s’étant effondré sous le poids du chômage21. Le système officiel a ainsi comblé un manque en matière d’aide publique pour les chômeurs, même si celle-ci devait s’appliquer à une population plus large. Pour cette raison, les syndicats qualifiés travaillant sur les chantiers navals, par exemple, refusaient le placement officiel et cette attitude était également adoptée par les employeurs qui allaient chercher de bons travailleurs auprès des syndicats. D’autres syndicats qualifiés faisaient de même22. En France, la dépendance des Bourses du travail vis-à-vis des subventions municipales a joué en faveur d’un placement « neutre ». Mais, dans ces deux exemples, il ne s’agissait pas exactement du même type de neutralité. Sans les contraintes associées à l’inscription obligatoire des chômeurs, les bailleurs de fonds – en l’occurrence les municipalités – ne pouvaient pas imposer le placement « neutre » sauf en menaçant de supprimer la subvention. Mais le système d’allocation chômage (subventionné) qui fit son apparition au début du vingtième siècle était géré au quotidien par les syndicats siégeant dans les Bourses. Comme nous le verrons ultérieurement, le caractère prétendu « neutre » de la médiation du travail était un problème bien plus complexe, pour les travailleurs organisés, au Royaume-Uni qu’il ne l’était en France.

  • 23 Malcolm Mansfield, « Inner City Blues : niveau de vie, main-d’œuvre précaire et taudis dans le Lond (...)

9La divergence flagrante entre ces deux formes de neutralité peut se retrouver jusque dans la spécificité des origines des deux systèmes. Tous deux ont été finalement présentés comme des mécanismes de placement à l’échelle nationale. Or, leur création répondait, au départ, aux problèmes spécifiques des deux capitales : Paris et Londres. Paris était un lieu de désordre périodique, dû entre autres, à une population de travailleurs politisés. Aussi, les évolutions politiques y étaient suivies de près et, jusqu’à un certain point, contrôlées par l’administration centrale. À Londres, en revanche, le problème du chômage s’imbriquait dans un marché du travail urbain caractérisé par les bas salaires, la surexploitation (sweating), la paupérisation et le sous-emploi. La longue tradition de réforme sanitaire, pilotée par des spécialistes – véritable paradigme de bonne gestion – favorisait la mise en place de l’expertise technique23. Alors qu’en France l’administration se battait pour dépolitiser le problème du chômage à Paris, au Royaume-Uni, les initiatives locales ont fini par être dominées par des spécialistes autoproclamés du marché du travail qui s’étaient fait accorder les faveurs du gouvernement. Entre ces deux extrêmes, le seul dénominateur commun était peut-être le problème du placement.

  • 24 J. Gaillard, « Le Conseil municipal et municipalisme parisien (1871 – 1890) » dans Bulletin de la S (...)
  • 25 J. Néré, La Crise industrielle de 1882 et le Mouvement boulangiste, thèse d’état, université de Par (...)
  • 26 C. Didry, « Ressource juridique ou contre-pouvoir ? À la recherche du syndicat dans les accords col (...)

10Par conséquent, l’émergence de la Bourse du travail parisienne en 1887 fut présentée comme une réaffirmation frappante de l’autonomie du conseil municipal de Paris et une preuve de ses intentions réformistes et progressistes24. Cependant, la tentative du conseil de devenir un employeur modèle a été suivie d’une lutte acharnée avec le gouvernement central, celui-ci utilisant les textes constitutionnels de la IIIe République pour limiter les prétentions du conseil. Dans l’atmosphère électrique de l’affaire Boulanger, l’implication des syndicats dans des grèves et des manifestations violentes était perçue comme politiquement dangereuse. En effet, la présence, au sein de la Bourse du travail, d’organisations syndicales non agréées constituait une provocation que le gouvernement ne pouvait pas ignorer. Avec un gouvernement conservateur, l’existence même de la Bourse était en jeu et sa fermeture précipitée eut lieu en 1893. Elle resta fermée pendant trois ans25. Cet épisode a brièvement interrompu l’évolution de la réforme du marché du travail dont le but était d’éloigner les travailleurs de toute dépendance envers les agences de placement privées et les tâcherons dans le système dit de marchandage26. Le conseil municipal était alors dans une impasse car il ne pouvait pas réformer juridiquement le système tant que les syndicats demeuraient dans l’illégalité.

  • 27 J. Saville, « Trade Unions and Free Labour : The Background to the Taff Vale Decision », dans Flinn (...)

11Exactement la même année, 1893, le syndicat des dockers de la ville de Hull, au nord de l’Angleterre, était confronté à l’apparition d’une association, la National Free Labour Association, qui était parvenue à mettre en place un système autour des docks, le « free labour exchange », où travaillaient principalement d’anciens policiers, qui avait pour objectif de briser ce qui était devenu un monopole syndical du travail sur les docks27. Précédemment, la NFLA avait été à l’origine de conflits qui avaient syndicalisé les dockers à Liverpool, Shields, Newcastle, Leith, Glasgow, Hartlepool, Middlesbrough et Swansea. Après une bataille extrêmement violente qui dura sept semaines et suscita la présence des troupes montées et de deux navires de guerre de la marine, le syndicat de Hull fut affaibli et les travailleurs locaux furent obligés d’accepter de travailler à côté de travailleurs briseurs de grève. Sans aucune surprise, les syndicalistes commencèrent à se méfier des divers projets envisagés pour établir des Labours Exchanges « neutres » à travers le pays.

  • 28 Whiteside N., et Phillips G., Casual Labour. The Unemployment Question in the Port Transport Indust (...)

12En fait, ces craintes n’étaient pas vraiment justifiées. Dès le début, la rationalisation de l’emploi sur les docks (de-casualisation) n’était ni hostile aux syndicats ni particulièrement sympathique envers les employeurs28. D’importants réformateurs du marché du travail ont, en effet, accueilli la grande grève des dockers du Grand Londres de 1889 comme le premier pas vers la rationalisation de l’emploi. Par la suite, les divers projets qui furent mis en place pour simplifier l’organisation du travail dans les docks de Londres, au moyen d’un réseau de proto-labour exchanges, ont suscité une fascination indéniable. Les Labour Exchanges sont même devenus, dans l’œuvre de Webb, la panacée pour faire face aux problèmes sociaux dans les plus grandes villes. Dans ce cas, l’influence de l’enquête de Charles Booth sur la pauvreté dans Londres a été cruciale, quoique hautement ambiguë. Cette enquête, une réponse qui se voulait scientifique à la propagande de la Fédération sociale démocratique de Hyndman, et peut-être aussi implicitement aux questions soulevées par l’activisme du Single Tax de Henry George, conclut à l’impossibilité de maintenir une efficacité industrielle avec un marché du travail largement désorganisé et géographiquement segmenté. Booth et ses associés avaient soi-disant découvert une classe oisive de travailleurs démoralisés dans le quartier de l’East End de Londres.

  • 29 M. Barthe, « La Dissolution de qualités de chômeur, de vagabond et d’indigent autour de leur rappor (...)

13Plus tard, la généralisation de ce mode de pensée, suite à la hausse du chômage, a eu pour effet que les divers efforts menés au niveau local pour aider les travailleurs non qualifiés ont été associés à l’opportunisme des travailleurs occasionnels semi-paupérisés, venant s’agglutiner autour de programmes d’aide par le travail. La sélection des individus ayant droit à l’aide publique au moyen d’enquêtes fastidieuses a été considérée comme vouée à l’échec. Des conclusions similaires ont été tirées au sujet des programmes municipaux d’aide par le travail et des projets de bureaux de placement dirigés par les autorités locales en collaboration avec les employeurs et des syndicalistes. Quand il est apparu, le réseau des Labour Exchanges a été présenté comme un système élargi de surveillance, conçu à la fois pour tester la volonté des individus à chercher du travail et pour trouver du travail à ceux qui en cherchaient. Par conséquent, la question des chômeurs en Grande-Bretagne, dans les premières années du vingtième siècle, était perçue à travers le cadre stigmatisant des lois sur les pauvres et des théories eugénistes émergentes. En France, de tels discours n’ont trouvé que peu de points d’ancrage dans la politique sociale de la IIIe République. Les spéculations pseudo scientifiques autour du problème du vagabondage n’étaient pas étroitement liées au travail et au problème du chômage29.

14En France, la crise qui a suivi l’effondrement de l’ambitieux plan Freycinet (1876-1882) a conduit à la baisse des salaires et des prix du travail à la pièce pour la multitude des travailleurs parisiens du bâtiment. Les émeutes menées par les chômeurs et par la Ligue pour la suppression des bureaux de placement privés sont devenues une constante de la vie parisienne. Le vagabondage a augmenté avec le déclin des activités économiques dans les plus petites villes rurales. Cependant, le fait que des leaders syndicaux de la Bourse de Paris aient refusé de soutenir les élus a miné les tentatives des progressistes pour réformer le système des relations industrielles dans le sens de la conciliation et a fourni le prétexte à la fermeture de la Bourse et au classement sans suite des projets visant la fermeture des agences privées de placement, qui était l’objectif initial. L’extension du réseau des Bourses du travail dans les villes de province a souvent donné lieu à d’autres expérimentations : les syndicats y faisaient face à des difficultés similaires en constituant de larges alliances progressistes autour de la Bourse, moyen d’échapper au casse-tête de la politique parisienne. L’influence du mouvement ouvrier provincial s’étendant autour du réseau des Bourses a contribué à l’avènement des politiques sociales les plus avancées qui ont émergé au niveau national autour de 1900. En France, le résultat fut une explosion de l’activité du mouvement syndical autour des Bourses de province alors qu’en Grande-Bretagne les syndicats se sont retrouvés confrontés à des mécanismes qui, malgré leur « neutralité » pendant les conflits du travail, avaient tendance à saper leur contrôle sur le recrutement au sein des métiers, contrôle qui avait été durement acquis.

Bourges et Preston comparées

  • 30 G. Forgeot, Ibid., p. 98-108.

15On peut observer, à cet égard, les différences importantes entre les situations de deux villes, Bourges dans le Cher, et Preston, cité de tissage dans le Lancashire, au nord de l’Angleterre. En 1900, une coalition nommée « Concentration républicaine » a présenté des candidats aux élections municipales à Bourges dans l’espoir de mettre fin au règne du maire conservateur, Mirpied. Celui-ci avait révolté de nombreux électeurs, notamment, en éliminant les robinets d’eau dans une zone ouvrière de la ville dépourvue d’eau courante.30 Le programme politique de son opposant comprenait l’élimination des bureaux d’emploi privés et la mise en application des décrets de Millerand de 1899 sur les salaires. Les autres mesures du programme étaient d’ordre plus général : aide aux personnes âgées, gratuité des équipements scolaires, cantine scolaire, habitations municipales à loyer modéré, lavoirs publics, redistribution des impôts locaux. En un mot, il s’agissait d’un programme social local complet, qui sera piloté par le nouveau maire Vaillandet une fois celui-ci élu. Fidèle à ses convictions de gauche, Vaillandet s’est débarrassé des défilés du 14 juillet, a interdit tout crédit à l’Église, augmenté les subventions aux mutuelles, le nombre d’employés municipaux et leur a accordé de plus longues vacances ainsi qu’une journée de huit heures. Le préfet local a, par la suite, tenté d’éliminer une liste croissante de subventions municipales accordées à une université populaire, des associations de musique, des clubs de gymnastique et des syndicats agricoles. Une réduction des dépenses accordées au maire n’a que très peu calmé les ardeurs de réforme du nouveau conseil municipal qui a augmenté la subvention de la Bourse du travail locale de 2 000 à 3 000 francs entre 1901 et 1904, tout en transférant les demandes de financement au conseil général lorsque la subvention fut abolie en 1904.

16Le fait que les candidats de la bourse du travail aient formé une part importante de l’alliance qui a mis fin à l’administration conservatrice à Bourges et que le programme radical-socialiste ait reflété clairement les préoccupations des militants de la Bourse rend impossible la comparaison avec le réseau des Labour Exchanges en Grande-Bretagne. En termes de politique sociale britannique, un tel résultat était à peine compréhensible : les Labour Exchanges étaient présentés comme des outils techniques mis en oeuvre par des fonctionnaires qui étaient délibérément isolés de l’influence des pouvoirs politiques locaux. Accélérer la mobilité des travailleurs impliquait de contourner la pratique de la démocratie locale. Le réseau appliquait un modèle standardisé de placement dont le fonctionnement s’organisait à partir d’un centre politique inaccessible. Voici comment l’historien Michael Savage décrit l’arrivée du réseau au tout début du xxe siècle :

  • 31 Michael Savage, The Dynamics of Working-Class Politics. The Labour Movement in Preston 1880-1940, C (...)

17« Les changements les plus significatifs étaient liés à l’ouverture des Labour Exchanges (Preston en 1910) qui, pour la première fois, permettaient aux employés cherchant du travail de contourner l’élite ouvrière masculine [et généralement syndiquée, M. Mansfield] qui avait coutume d’embaucher les travailleurs […]. Les lois de National Insurance Acts de 1911 et 1920 avaient aussi une importance majeure dans la mesure où les travailleurs devaient s’enregistrer comme demandeurs d’emploi au Labour Exchange pour bénéficier de l’allocation de chômage. Ce faisant, ils étaient, cependant, également susceptibles d’être placés dans d’autres types d’emplois. Pour pouvoir bénéficier des allocations, le travailleur devait prouver qu’il ou elle cherchait véritablement du travail, ce qui impliquait la collecte de signatures des agents de maîtrise (works directors) stipulant qu’il n’y avait pas de postes libres. Les agents de maîtrise pouvaient utiliser cet accès à la main-d’œuvre pour contourner les contremaîtres et renforcer leur autorité croissante dans le monde du travail. Par ailleurs, la législation sur l’assurance impliquait que tous les travailleurs aient une carte qu’ils apportaient à leur employeur quand ils commençaient le travail. Ceci limitait également la capacité du contremaître à embaucher et débaucher puisque, lorsqu’il renvoyait un tisserand, il ou elle devait aller au bureau du travail pour y prendre sa carte, ce qui permettait au directeur d’annuler la décision s’il le voulait. Les arrangements officieux selon lesquels les contremaîtres avaient donné du temps libre aux femmes pour s’acquitter des responsabilités domestiques ont été difficiles à maintenir puisque les contributions régulières au National Insurance étaient essentielles et qu’elles ne se faisaient que par une présence régulière.31»

  • 32 Malcolm Mansfield, 2001, op. cit.

18L’activité des Bourses du travail avait également tendance à interférer avec les intérêts immédiats de certains groupes de travailleurs, et parfois à leur détriment. Les sentiments antimilitaristes des activistes de la Bourse de Bourges, par exemple, avaient peu de chance d’avoir le soutien des travailleurs des établissements militaires de Bourges, qui avaient tendance à s’inscrire au syndicat apolitique des ingénieurs. Les rapports étaient cependant étonnamment amicaux ; probablement parce que la Bourse offrait une alternative aux syndicats d’entreprise siégeant au sein de l’Office du travail. À Preston, le développement d’un syndicalisme actif et largement féminin a été la conséquence directe du déclin de l’influence des contremaîtres masculins causé par le Labour Exchanges. La différence fondamentale réside, cependant, dans l’activité fondamentalement publique des Bourses, en contraste radical avec les relations individuelles et strictement économiques que suscitaient les Labour Exchanges. Les Labour Exchanges, en fin de compte, consolidaient les rapports d’autorité présents dans les entreprises. Ils étaient des structures largement, mais pas uniquement, en continuité avec la dépendance économique de la main-d’œuvre. Ceci explique pourquoi l’un des rares partisans enthousiastes des Labour Exchanges au sein du mouvement syndical, Alderman Beard32, était le président du syndicat regroupant majoritairement des travailleurs non qualifiés, Workers’Union (ne comptant pas moins de 520 000 membres). Il s’était prononcé clairement en faveur de ces mécanismes, les préférant au système des syndicats où des contremaîtres organisés limitaient l’accès aux emplois dans le but de maintenir leurs avantages. Cet avis n’était pas partagé par les autres syndicats du secteur de la mécanique regroupant des travailleurs plus qualifiés qui, dans les années 1920, se remettaient à peine des pertes subies lors de l’épisode de « dilution » (principe de déqualification pour intégrer la main-d’œuvre féminine durant la guerre). La « dilution », évidemment, était un procédé qui faisait appel à des techniques de placement disponibles dans le réseau national de Labour Exchanges.

  • 33 Raymond André Jonas, Industry and Politics in France. Peasants of the Isère, 1870-1913, New York, C (...)

19À titre de comparaison, on peut observer le cas des paysannes travaillant dans les soieries de l’Isère, étudiées par Raymond André Jonas33. L’auteur explique les difficultés liées à l’organisation de tisseuses au sein d’une industrie s’étendant sur une vaste zone rurale, parmi les fermes, les hameaux et les villages. Quand les taux du travail à la pièce ont été abaissés au début des années 1880, des grèves se sont développées spontanément dans la région. Une vague de grèves de petite taille s’étendit à neuf usines et parvint à rassembler 3 000 travailleurs en 1884. Dans ce cas, selon Jonas, la grève échoua à cause d’un manque de préparation et de coordination. Une vingtaine d’années plus tard, en 1906, une grève éclata pour défendre un tarif régional de référence. Celle-ci dépassa rapidement les 45 usines et, organisée par le syndicat, obtint plus de succès. Elle aboutit à plusieurs résultats : l’extension de l’organisation du syndicat guesdiste à travers la région, une meilleure coordination et, en dernière analyse, l’émergence d’une échelle de salaire régionale.

20Pour citer Jonas :

  • 34 Labour Exchange dans le texte.

21« … la remarquable différence entre les grèves régionales de 1884 et 1906, c’était l’organisation des syndicats. L’initiative venait de Lyon, et faisait partie de la seule réponse satisfaisante au désespoir grandissant qui y régnait parmi les tisserands. Le résultat insatisfaisant de leur grève de 1903, ainsi que l’affaiblissement de leur position, les a menés, eux et la Bourse du travail34 de Lyon, à conclure qu’ils devaient organiser les travailleurs ruraux s’ils voulaient contrôler les conditions à Lyon.

  • 35 Ibid., p. 158.

22Les tisserands de Lyon ont tenté plusieurs méthodes pour faire face à la concurrence des métiers à tisser mécaniques des ruraux ; certaines de ces tentatives ont même été subventionnées. Des moteurs marchant au gaz ont été essayés, mais jugés trop coûteux. Le déclin de l’industrie de la soie à Lyon s’est accéléré dans les années 1880 et 1890 ; ce qu’il restait des canuts ont vu leur marge de négociation progressivement sapée par les tisserands ruraux… il fut bientôt évident que le sort des tisserands de Lyon et au-delà, qu’ils soient hommes ou femmes, dépendait du développement d’une organisation régionale.35»

  • 36 Ibid., p. 158.

23Les artisans de Lyon, principalement des hommes, se sont donc servis des ressources et de l’expertise dont la Bourse du travail disposait dans la ville pour organiser des grèves de travailleuses à Voiron, Pont-en-Royans, Vinay, Saint-Geoire-en-Valdaine et Moirans et ce, en dépit des préjugés contre les travailleuses fermement enracinés chez de nombreux leaders syndicaux. Plus intéressant encore, et bien souligné par Jonas, apparaît le fait que la main-d’œuvre, majoritairement masculine, de la métallurgie (l’industrie masculine la mieux organisée du département) avait, proportionnellement, moins de syndiqués que la main-d’œuvre majoritairement féminine de l’industrie textile36.

24De l’autre côté de la Manche, l’exemple des tisserands de Preston souligne comment les Labour Exchanges de Beveridge pouvaient être utilisés pour limiter la capacité des travailleurs à défendre leurs niveaux de qualification et les grilles de rémunération établies. Ceci n’était pas seulement lié à leur tendance à affaiblir le monopole des syndicats en matière de recrutement dans certaines industries. En réalité, la nouvelle catégorie de « chômage » se référait principalement aux interruptions de travail de ceux qui ne parvenaient pas à se construire un parcours professionnel digne d’intérêt. Une approche « scientifique » du problème de l’emploi supposait d’élargir la technique des placements à cette population. Beveridge mettait l’accent sur la lutte contre le sous-emploi (underemployment), ce qui permettait la lutte contre les tendances à la passivité de certains travailleurs, renonçant aux négociations autonomes que pratiquaient les travailleurs qualifiés et organisés. En effet, cette approche du chômage, unemployment, était présentée comme apportant des solutions pour les travailleurs les plus faibles. L’activité des Labour Exchanges avait donc tendance à se concentrer sur le bas de l’échelle du marché du travail.

  • 37 J. Luciani, « Logiques du placement ouvrier au xixe siècle et construction du marché du travail » d (...)

25En France, la neutralité fonctionnait de manière différente. Une forme de recherche d’emploi qui s’apparentait aux techniques mises en place par le compagnonnage a émergé pour répondre au besoin de ralentir et de canaliser les mouvements de travailleurs par un encadrement compatible avec la défense de tarifs dans les villes. En revanche, les Bourses fonctionnaient en tant qu’espaces publics ouverts dédiés à l’accumulation et à la transmission du savoir local. L’autonomie de l’organisation du travail dans les Bourses, similaire à celle des divers trades councils britanniques, consolidait et élargissait l’activité des syndicats alors que la technique des viatiques canalisait la mobilité mais n’était pas associée à une étroite surveillance des individus. Par conséquent, l’action des travailleurs convergeait souvent davantage sur la création d’une unité autour des tarifs, l’organisation de grèves et l’expansion du syndicalisme, plutôt que sur le contrôle des embauches dans un métier particulier, garantissant la régulation interne des conditions de travail37.

26L’enjeu dans les deux cas, britannique et français, était la capacité des syndicats à encadrer la mobilité du travail de telle sorte que l’équilibre des rapports de force entre les travailleurs et les employeurs soit assuré quelle que soit la conjoncture économique. Ainsi, l’organisation de la mobilité par les syndicats qualifiés en Grande-Bretagne ou par les compagnonnages en France pouvait même se faire de manière offensive, contraignant les maîtres à appliquer les usages établis dans le métier au risque de voir l’atelier déserté par les ouvriers l’un après l’autre.

27Le concept même du chômage comme catégorie d’action publique rompt avec cette logique offensive. C’est ainsi que le placement « neutre » ou public des travailleurs, bien qu’il ait compensé partiellement l’affaiblissement de la position syndicale pendant une période de chômage, s’adressait à une population plus étendue de travailleurs dont certains, placés dans des situations extrêmes, pouvaient être tentés de marchander leur embauche contre des salaires moins élevés ou bien dans des conditions moins avantageuses qu’avant. Il n’est alors point besoin d’aller chercher plus loin le désintérêt des syndicats qualifiés britanniques pour le placement public : il découle d’une tradition d’autonomie d’organisation et de fermeture envers l’extérieur qui, dans le contexte économique difficile de la fin de siècle, n’était plus viable. On peut alors considérer que la mise en commun des moyens matériels et intellectuels par les Bourses du travail répondait bien à l’élargissement de la population à organiser et à secourir, faisant en quelque sorte d’une nécessité une vertu.

Haut de page

Notes

1 N. Whiteside, « Unemployment Revisited in Comparative Perspective : Labour Market Policy in Strasbourg and Liverpool », 1890-1914, dans International Review of Social History, n° 52, 2007, p. 35-56.

2 N. Edling, « Regulating unemployment the Continental way : the transfer of municipal labour exchanges to Scandanavia 1890-1914 », dans Revue européenne d’Histoire, n° 1, février 2008, p. 23-40.

3 A. Knotter, « Mediation, allocation, control : trade unions and the changing faces of labour intermediation in Western Europe (19th/early 20th centuries) », History of Labour Intermediation, Institutions, and Individual Ways of Finding Employment (19th and 20th centuries) Workshop, université de Vienne, novembre 27-28, 2009.

4 C. Levy, « Currents of Italian Syndicalism before 1926 », dans International Review of Social History n° 45, août 2000, p. 209-250.

5 On peut mentionner aussi l’exemple de la Bolsa de Trabajo, créée par la municipalité de Séville en 1931. Cette dernière était extrêmement active dans la lutte contre le chômage. Voir Jose Manuel Macarro Vera, La Utopia Revolucionaria. Sevilla en la Segunda Republica, Monte de Piedad de Sevilla, 1985, p. 21-31.

6 A. O’Donnell, « Re-inventing Unemployment : Welfare Reform as Labour Market Regulation » Legal Studies Research Paper Melbourne Law School, n° 137, janvier 2006, 28 p.

7 J. Grundy, « The Employment Service in Early Twentieth Century Ontario » contribution à Annual Meeting of the Canadian Political Science Association, University of British Colombia, Vancouver, 2-6 juin, 2008.

8 F. Bisson, « Les premiers bureaux de placement québécois et la génération des sans-travail au début du xxe siècle », dans économie et solidarités, vol. 39, n° 2, 2008, p. 38-52.

9 H. Guzda, « The U.S. Employment Service at 50 : it too had to wait its turn », dans Monthly Labor Review, n° 106, juin 1983, p. 12-19.

10 Dans les cinq grandes villes de l’Ohio : Cincinnati, Dayton, Cleveland, Toledo et Columbus autour de 1890.

11 On pense à Jeremy Bentham !

12 Voir Udo Sautter, Three Cheers for the Unemployed : Government and Unemployment Before the New Deal, University of Cambridge, 1991, p. 68-73.

13 Malcolm Mansfield, « Labour Exchanges and the Labour Reserve in Turn of the Century Social Reform », dans Journal of Social Policy, n° 21, 1992, p. 435-468.

14 N. Whiteside, op. cit., p. 35-56.

15 Jamie Peck, Workplace. The Social Regulation of Labor Markets, London, Guilford Press, 1996, p. 15-16.

16 Malcolm Mansfield, « Flying to the Moon : reconsidering the British labour exchange system in the early twentieth century », dans, Labour History Review, n° 66 2001, printemps, p. 24-40.

17 David Rappe, La Bourse du travail de Lyon. Une Structure ouvrière entre services sociaux et révolution sociale, Lyon, Atelier de création libertaire, 2004, p. 25-33.

18 G. Forgeot, La Bourse du travail de Bourges et le syndicalisme dans le Cher de 1897 à 1914, mémoire de maîtrise, Centre universitaire expérimental de Vincennes, 1973, p. 229-232.

19 Malcolm Mansfield, 2001, op. cit.

20 C. Guitton, « Le chômage entre question sociale et question pénale en France au tournant du siècle », dans Malcolm Mansfield, Robert Salais et Noël Whiteside, (sous la direction de)., Aux sources du chômage 1880-1914. Une Comparaison interdisciplinaire entre la France et la Grande-Bretagne., Paris, Belin 1994, p. 80.

21 Robert Leeson, Travelling Brothers. The Six Centuries’Road from Craft Fellowship to Trade Unionism, London, Granda, 1980, p. 223-239.

22 Malcolm Mansfield, op. cit.

23 Malcolm Mansfield, « Inner City Blues : niveau de vie, main-d’œuvre précaire et taudis dans le Londres de la fin du xixe siècle » Espaces et Sociétés, n° 1-2, 2010 p. 161-177.

24 J. Gaillard, « Le Conseil municipal et municipalisme parisien (1871 – 1890) » dans Bulletin de la Société d’histoire moderne, séance du14 juin 1981, p. 7-17.

25 J. Néré, La Crise industrielle de 1882 et le Mouvement boulangiste, thèse d’état, université de Paris, 2 tomes, 1952, passim.

26 C. Didry, « Ressource juridique ou contre-pouvoir ? À la recherche du syndicat dans les accords collectifs en France au tournant des xixe et xxe siècles » dans J.P. Crom (dir.), Les acteurs de l’histoire du droit du travail, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 291-296.

27 J. Saville, « Trade Unions and Free Labour : The Background to the Taff Vale Decision », dans Flinn M., et Smout T., (dir), Essays in Social History, Oxford, Clarendon Press, 1974.

28 Whiteside N., et Phillips G., Casual Labour. The Unemployment Question in the Port Transport Industry 1880-1970, Oxford, Clarendon Press, 1985, p. 63-68.

29 M. Barthe, « La Dissolution de qualités de chômeur, de vagabond et d’indigent autour de leur rapport au travail (1885 – 1914) », La Revue de l’IRES n° 18, 1995, p. 137-163.

30 G. Forgeot, Ibid., p. 98-108.

31 Michael Savage, The Dynamics of Working-Class Politics. The Labour Movement in Preston 1880-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 89-90.

32 Malcolm Mansfield, 2001, op. cit.

33 Raymond André Jonas, Industry and Politics in France. Peasants of the Isère, 1870-1913, New York, Cornell University Press, 1994, chapitre 6.

34 Labour Exchange dans le texte.

35 Ibid., p. 158.

36 Ibid., p. 158.

37 J. Luciani, « Logiques du placement ouvrier au xixe siècle et construction du marché du travail » dans Sociétés contemporaines, n° 3, septembre, 1990, p. 5-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malcolm Mansfield, « Les Bourses du travail en France et les Labour Exchanges britanniques: une comparaison impossible ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 69-84.

Référence électronique

Malcolm Mansfield, « Les Bourses du travail en France et les Labour Exchanges britanniques: une comparaison impossible ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2366

Haut de page

Auteur

Malcolm Mansfield

Université de Paris 3, CEUMA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page