Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quels enjeux ?

Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes: les Bourses du travail, entre posture revendicative et œuvre de substitution (1886-1904)

Benjamin Jung
p. 57-68

Résumé

L’installation en France de Bourses du travail à partir de la seconde moitié des années 1880 lie dans une communauté de destin – à Paris en particulier – la revendication en faveur de l’abolition des bureaux de placement payants, objets de la colère des ouvriers contraints d’y avoir recours, et l’aménagement local d’espaces de substitution investis par les syndicats. Dans le cadre de la Fédération nationale des Bourses du travail née en 1892, la logique de substitution impose sa primauté sur l’option abolitionniste. Il faut y voir l’empreinte de Fernand Pelloutier, décidé à faire du service de mutualité des Bourses l’outil central de l’émancipation du prolétariat.Mais au début du xxe siècle, alors que les résultats enregistrés sont très en deçà des attentes, la victoire paradoxale de la revendication par la loi de 1904, qui programme la fin des placeurs et encourage les offices municipaux, compromet le rôle des Bourses en matière de placement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À la fois espaces d’organisation de la lutte sociale et structures de services subventionnées par les municipalités, les Bourses du travail lient dans une communauté de destin, au moment de leur naissance dans le dernier quart du xixe siècle, la revendication en faveur de l’abolition des bureaux privés de placement et l’aménagement local d’espaces de substitution.

2L’objet de cet article est d’examiner les articulations successives entre activisme revendicatif et expérimentation d’un placement conçu comme arme d’autodéfense ouvrière.

La Bourse du travail de Paris à l’assaut des bureaux privés (1886-1892)

  • 1 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe  (...)

3La décision municipale portant fondation à Paris d’une Bourse du travail, avec comme acte inaugural l’ouverture le 3 février 1887 d’une annexe rue Jean-Jacques-Rousseau, est bien « le résultat d’une actualité contraignante, d’un rapport de forces qui s’était constitué dans le cadre d’une lutte de classes ouverte1».

  • 2 Office du travail, Le placement des employés, ouvriers et domestiques en France, Paris, Berger-Levr (...)

4Une vive protestation contre les officines privées de placement est en effet lancée au début du mois d’août 1886 par les travailleurs du commerce et de l’industrie de l’alimentation dont l’embauche est massivement soumise à leur entremise rétribuée. Si les opérations des presque 300 bureaux parisiens en activité en 1891 ne concernent qu’une part infime des classes laborieuses qui trouvent majoritairement à s’embaucher par relations directes avec les employeurs, elles touchent à hauteur de 68 % les professions alimentaires2. Les pratiques récurrentes reprochées aux placeurs, telles que des commissions trop onéreuses  auxquelles peuvent s’ajouter des taxes illicites aggravant l’amputation du budget de l’ouvrier  mais également des manœuvres favorisant l’instabilité des places offertes, suscitent des réactions vives dans le contexte de crise économique des années 1880.

Une victoire en demi-teinte contre les placeurs

  • 3  Les archives de la préfecture de police de Paris (dans la suite de l’article Arch. préf. pol.), no (...)
  • 4  Arch. préf. pol., BA 1427. Le 7 août 1886, 200 garçons de café assaillent parmi d’autres le bureau (...)

5La mobilisation est traversée par une double stratégie d’action. En premier lieu, des manifestations d’exaspération agitent la capitale plusieurs jours durant, à l’origine desquelles se trouvent les garçons limonadiers et marchands de vin3 : les bureaux très fréquentés de la profession, situés dans les quartiers centraux des Halles, de la Bourse et de Bonne Nouvelle, sont spontanément pris pour cible par des groupes mobiles et déterminés au cours de véritables razzias4. Simultanément, en août, la Ligue pour la suppression des bureaux de placement tient congrès : elle est destinée à fédérer autour de cette revendication la combativité des jeunes syndicats de l’alimentation. Ces syndicats ont été mis sur pied dans le sillage de la législation adoptée en 1884 sur les associations professionnelles dont la vocation est d’assurer sans intermédiaire l’embauche de leurs adhérents.

  • 5  Le quartier du Combat est celui de l’actuelle place du Colonel Fabien, dans le xixe arrondissement (...)

6Emmenée par son secrétaire général Édouard Soudey, la Ligue bénéficie dès sa naissance, à l’instar des syndicats qui lui sont affiliés, du patronage de députés et surtout d’élus municipaux socialistes sortis renforcés des élections municipales de mai 1884 et appelés à assurer le relais politique de ses requêtes. Jules Joffrin et Édouard Vaillant apportent leur soutien au syndicat des employés de débits de boissons, tandis que le possibiliste Charles Chabert, élu du quartier du Combat, assiste les ouvriers boulangers de la Seine5.

  • 6  Arch. préf. pol., BA 1272. Sur des affiches apposées en octobre dans le quartier des Halles, elle (...)
  • 7  Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1887-1888, Paris, Imprimerie F. Harry, 1889, p. 53.
  • 8  Arch. préf. pol.,BA 97. Le 25 novembre, alors que la création d’une bourse du travail a été ratifi (...)

7Animée par un profond légalisme, bientôt en position de force6, la Ligue entend préférablement influer sur les pouvoirs publics et opte pour une tactique bicéphale, appuyée sur deux revendications organiquement liées. D’une part, il s’agit d’exiger de la représentation nationale l’abolition unilatérale, par voie législative, du placement privé. À cet effet, est reçue à la Chambre le 19 octobre 1886 une délégation armée d’une pétition de 25 000 signatures. Le cortège s’était élancé depuis l’Hôtel de Ville, où le conseil municipal avait ratifié dans la matinée le même mot d’ordre7. D’autre part, une pression ferme doit précisément être exercée sur les élus municipaux pour fonder une Bourse du travail afin d’assurer aux groupes corporatifs le monopole de l’embauche ainsi libérée. Cette dernière solution est celle retenue par les édiles locaux attentifs aux doléances ouvrières, Chabert ou Gustave Mesureur8.

  • 9  Arch. préf. pol.,BA 98.
  • 10  Arch. préf. pol.,BA 1410.

8Or, malgré l’aboutissement du 3 février 1887, la Ligue ne saurait se contenter d’une extinction, sur le long terme et sans garanties, des bureaux privés par substitution mécanique au profit de la Bourse. L’ouverture en grande pompe de l’annexe n’est qu’une demi-satisfaction à ses yeux, et la situation de blocage au Parlement provoque bientôt son exaspération : un ordre du jour adopté le 28 février 1887 traduit ce sentiment d’urgence et brandit pour la première fois la menace d’une guerre ouverte contre les placeurs, la Ligue se déclarant prête à leur faire fermer boutique par ses propres moyens9. Au même moment, la Chambre syndicale des ouvriers boulangers se montre très sceptique quant aux espoirs véhiculés par la simple fondation d’une Bourse sans intervention connexe du législateur10.

  • 11  Arch. préf. pol., BA 1528. À l’issue d’une réunion convoquée salle Favié le 28 mars 1887, des mani (...)

9Aussi, avant même que le groupe de députés conduit par Henri Michelin et Zéphirin Camélinat parvienne le 4 avril 1887 à présenter un projet de loi – mis en échec – la colère s’invite à nouveau dans la rue11.

10Pour les professions en proie aux placeurs, si la logique substitutive d’un placement réalisé dans le cadre de la Bourse du travail est intimement liée à l’abolition des bureaux privés, elle demeure originellement subordonnée à la satisfaction de cette revendication centrale. Néanmoins, la Bourse, dont s’emparent les organisations ouvrières, ne tarde pas à nourrir l’espoir d’une alternative en acte nonobstant l’impasse parlementaire.

Un pôle d’agitation et un laboratoire d’expérimentation

11À partir du printemps 1887, la Bourse du travail est engagée dans une double dynamique.

  • 12 . Arch. préf. pol.,BA 1272, dossier Soudey.
  • 13 . Arch. préf. pol.,BA 201. Un mémoire manuscrit daté de janvier 1888 sur « l’organisation des force (...)
  • 14 . On retrouve parmi ses animateurs Joseph Tortelier, acteur en vue des manifestations d’ouvriers sa (...)

12En premier lieu, elle devient un pôle d’agitation syndicale particulièrement actif dans la lutte contre les placeurs et ce, jusqu’à la décision de sa fermeture en juillet 1893. Face à une action légale dans l’impasse, croît d’abord en son sein l’écho des positions anarchistes, dont Soudey se rapproche12. énergiques dès les débuts des mobilisations, présents au sein du syndicat des limonadiers avec Jules Espagnac, les compagnons se regroupent dans une « Chambre syndicale des hommes de peine de la Seine ». Son objectif est d’organiser de manière anti-corporatiste les travailleurs sans métier déterminé13 et de radicaliser la lutte contre les placeurs à coups de meetings à la Bourse du travail et de manifestations de rue en guise de prolongation du mouvement des sans-travail sur le déclin14.

  • 15  Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1887-1888, op. cit., p. 45.
  • 16 . Bulletin officiel de la Bourse du travail de la ville de Paris, n° 67, 1er juillet 1888, p. 2. Il (...)
  • 17 . Tortelier est l’un des premiers thuriféraires de la grève générale : Jean Maitron, Le mouvement a (...)
  • 18 . Arch. préf. pol., BA 99. C’est l’objet d’une réunion organisée le 27 juillet à la Bourse du trava (...)

13Installée dans un bureau du second étage de la Bourse15, représentée au Comité général et forte, d’après ses propres données, de 900 membres16, elle lance en interne une guérilla contre l’hégémonie possibiliste. L’activisme de cette minorité révolutionnaire connaît un point culminant en juillet 1888 avec la grève des terrassiers, puisque les « hommes de peine » effectuent un travail soutenu de propagande en faveur de la grève générale des industries parisiennes17 et tentent d’établir un lien stratégique avec la campagne contre les placeurs18. Cet esprit unitaire mise sur le potentiel mobilisateur de la problématique de l’accès au travail et de ses conditions, que cristallisent chez les travailleurs de l’alimentation la cupidité des agences privées, et, dans le bâtiment, le système du marchandage.

  • 19 Arch. préf. pol., BA 1355.
  • 20 Arch. préf. pol., BA 1410. À la suite de la scission de la Fédération des travailleurs socialistes (...)
  • 21 Arch. préf. pol., BA 1355.

14Menacé de déclin à la suite de l’affaissement de la dynamique de 1888, le mouvement rebondit lorsque les boulangers parisiens cessent le travail le 25 juin 1891 et tentent de fédérer les autres professions du secteur, ainsi que les coiffeurs. Leur grève est explicitement dirigée contre les intermédiaires de placement, dont plusieurs préfèrent baisser rideau par peur des troubles19. Mais, d’un point de vue politique, l’agitation n’est plus emmenée par les anarchistes. Au déclin de leur influence répond l’effacement de la présence, au sein de la Bourse du travail, du syndicat des « hommes de peine » qui a cessé ses activités en octobre 1889. Le relais est dès lors pris en 1891 par les allemanistes : la Chambre syndicale de la boulangerie de la Seine adhère en effet depuis décembre 1890 à l’Union fédérative du Centre, matrice parisienne du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire20. Jean Allemane participe lui-même activement au conflit des mitrons21et le courant qu’il anime vigoureusement attaché à l’action syndicale et au parangon de la grève générale – est alors en position de force à la Bourse dont il parvient au même moment à évincer la direction broussiste.

  • 22 Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1890-1891, Paris, Jean Allemane, 1892, p. 259.

15Cette grève permet de relancer l’activité de la Ligue créée en 1886. Restructurée lors d’un congrès qui réunit en octobre 1891 à la Bourse du travail 55 délégués syndicaux, elle se munit d’une structure fédérative nationale22 et regroupe, en mars 1892, 317 chambres ouvrières qu’elle mobilise massivement lors du 1er mai.

  • 23 Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1889, Paris, Imprimerie du prolétariat, 1890, p. 292.

16Outre l’entretien de cette vitalité conflictuelle, la Bourse du travail de Paris entreprend dès 1887 de développer son service de placement. Si l’on prend en compte cinq années pleines d’exercice, entre 1888 et 1892, il apparaît que ce dernier connaît des débuts timides dus, de l’aveu même des membres de la sous-commission de statistique, à l’exiguïté des locaux et au manque d’entrain des syndicats à communiquer leurs résultats, voire au refus catégorique d’effectuer tout dénombrement23.

  • 24 Sont distingués comme à l’accoutumée les placements dits « à demeure », c’est-à-dire des engagement (...)

17Un net décollage est pourtant observable à partir de 1890, avec un volume de placements fixes s’élevant à 22 176, atteignant 29 539 l’année suivante et 38 611 en 189224. Cette envolée est certes liée à une activité plus soutenue du service, mais surtout au nombre croissant de syndicats fournissant l’état de leurs opérations (au nombre de 60 en 1890, ils sont 73 deux années plus tard). Le placement par la Bourse bénéficie bien évidemment de l’ouverture le 22 mai 1892 du bâtiment central de la rue du Château-d’Eau, doté d’une capacité d’accueil plus importante et équipé en sous-sol d’une vaste « salle des grèves », lieu de stationnement consacré à la confrontation entre offre et demande de travail.

  • 25 Sont ainsi calculées les sommes économisées par les travailleurs parisiens, en multipliant le nombr (...)

18Une telle croissance donne l’occasion aux administrateurs de la Bourse de glorifier l’institution et la contre-attaque de classe qu’elle a engagée. Elle serait bientôt en mesure de court-circuiter le statut d’intermédiaire des placeurs et d’affranchir les ouvriers de leur odieux racket25.

19Ces chiffres globaux sont néanmoins peu significatifs en l’état, surtout s’il s’agit d’évaluer le rôle de substitution joué par la Bourse. Seule l’observation de la ventilation professionnelle des opérations apparaît pertinente, puisque nombre de métiers concernés n’ont pas, structurellement, recours aux placeurs, à l’image des ouvriers du bâtiment s’embauchant en place de grève ou aux portes des chantiers.

  • 26 Cette part est légèrement inférieure à la Bourse de Marseille, où sont mieux représentées les profe (...)

20Il n’est pas étonnant que les placements effectués concernent, dans une proportion importante, les professions de l’alimentation : bouchers, boulangers, pâtissiers, cuisiniers, limonadiers et garçons d’hôtel. Leurs syndicats, rodés depuis plusieurs années, sont les premiers à massivement profiter de l’ouverture de la Bourse – ils ont ainsi opéré 78 % des placements de 1888 – et on ne doute pas que les salariés du secteur ne saisissent la possibilité de venir s’y embaucher gratuitement, comme en témoigne l’augmentation constante du nombre d’inscrits. Ainsi en 1890, 1891 et 1892, respectivement 55,5 %, 57 % et 53 % des travailleurs placés « à demeure » par la Bourse appartiennent à ces professions, le pourcentage grimpant à 65 % en 1891 et à 60 % en 1892 si l’on y adjoint les coiffeurs26.

21Mais les espoirs suscités doivent être relativisés en tenant compte de la persistante activité des bureaux privés qui, quantifiée en 1891 par l’Office du travail, est loin d’être menacée d’extinction : le rapport entre les volumes de placements des deux intermédiaires est ainsi – au détriment de la Bourse – de 1 à presque 8 en ce qui concerne les placements fixes.

Placement et ontogenèse du prolétariat : l’œuvre de la Fédération des Bourses (1892-1904)

  • 27 Leur nombre global passe de 30 en 1894 à 65 en 1899, puis à 94 en 1902, rassemblant deux tiers des (...)

22Un changement de focale permet de cerner dans les années 1890 l’évolution du rapport évoqué entre posture revendicative et logique substitutive en matière de placement, lorsque le mouvement des Bourses atteint toute son amplitude27, et qu’elles se dotent d’une Fédération nationale qui, née lors du congrès de Saint-Étienne en 1892, est vouée à coordonner leur action.

L’empreinte de Pelloutier

  • 28 « Congrès des Bourses du travail tenu à Saint-Etienne » dans La Bourse du travail. Bulletin officie (...)

23Certains des objectifs centraux affichés par la FNB, inscrits dans le marbre du règlement de son comité, articulent la volonté de « faire aboutir les revendications des syndicats ouvriers », le projet « d’étendre et de propager l’action des Bourses du travail » et l’ambition de « généraliser le placement gratuit des travailleurs des deux sexes28 ».

  • 29 « IIe Congrès national des Bourses du travail » dans Bulletin officiel de la Bourse du travail de P (...)

24La revendication en faveur de l’abolition des bureaux privés s’invite donc dans les plates-formes programmatiques des congrès fédéraux, et se trouve relayée par les délégués locaux. En 1893, Paris instruit ainsi le procès des placeurs, avant que soit adopté le vœu de Montpellier selon lequel « toutes les Bourses du travail mettent en demeure les députés de leur région » d’adopter le projet de loi déposé à la Chambre en 1889 par Jean-Baptiste Dumay et Jules Joffrin29.

  • 30 « IIIe Congrès de la Fédération nationale des Bourses du travail de France » dans Bulletin officiel (...)
  • 31  En 1899, seules trois Bourses ne possèdent pas de service de placement, Peter Schöttler, op. cit., (...)

25Mais le souhait de voir disparaître les placeurs est indissociable du leitmotiv de la remise exclusive du placement aux Bourses du travail et chambres syndicales30. Bientôt, la revendication, si elle ne s’éclipse pas, se voit de fait inféodée à l’œuvre d’embauche réappropriée par des Bourses. Conçues comme lieux d’expression de l’autonomie ouvrière, marquées par une croissance continue, elles semblent à même d’incarner une alternative crédible et globale par la généralisation de leurs services31.

  • 32 Appel du 15 mars 1895 de la FNB cité dans Julliard J., Fernand Pelloutier et les origines du syndic (...)
  • 33 Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 19 (...)

26Cette primautécorrespond à la tâche élargie des Bourses que défend, à partir de 1895, le secrétaire général de la FNB élu lors du congrès de Nîmes, Fernand Pelloutier. Autant « centre de résistance à l’oppression capitaliste » que « noyau » de base de la société future32, la Bourse participe pour lui d’un « révolutionnarisme institutionnel33 » fondé sur le développement de prestations grâce auxquelles la classe ouvrière édifie le soubassement de son auto-émancipation.

  • 34 Fernand Pelloutier, Histoire des Bourses du travail, Paris, Alfred Costes, 1921, p. 144.

27Parmi les moteurs de l’ontogenèse du prolétariat, le « service de la mutualité », qui inclut le placement, est essentiel34. La pratique quotidienne des bourses doit pouvoir lui faire jouer un rôle de suppléance, dans une perspective à la fois mobilisatrice – car il contribue au recrutement d’ouvriers non syndiqués cherchant à s’embaucher – égalisatrice – en déjouant la concurrence fratricide des ouvriers sur le marché du travail – et extractive – en les libérant concrètement de leurs exploiteurs.

  • 35 Ibid., p. 146. Ce texte est publié pour la première fois en 1899 dans La Revue politique et parleme (...)

28Le monopole syndical, dont la fin des placeurs ne serait plus la condition mais le résultat externe, asphyxie donc la revendication, reléguée sur le terrain des luttes économiques partielles qui semblent devoir échoir aux fédérations de métier. Le père du syndicalisme révolutionnaire se montre de toute façon peu enclin à confier le sort de la classe aux arbitrages parlementaires et invite même en 1899 à rejeter tout autre forme gratuite d’intermédiation émanant des pouvoirs publics : puisque les Bourses « aspirent, consciemment ou non, à créer un État dans l’État » et « entendent monopoliser tout service relatif à l’amélioration du sort de la classe ouvrière », « elles combattent le placement municipal avec la même ardeur qu’elles mettent à combattre le placement libre35».

  • 36 La plupart d’entre eux sont comptabilisés dans le département de la Seine, où l’on en trouve 11 sur (...)
  • 37 « VIIe Congrès national des Bourses du travail et Unions de syndicats » dans L’Ouvrier des deux mon (...)

29Une telle défiance à l’égard des dispositifs communaux36, concurrentiels car eux aussi offrant un accès local à l’emploi et donc obstacles potentiels à la création de Bourses nouvelles, est partagée par plusieurs responsables lors du congrès de Rennes en 189837.

La maîtrise ouvrière du marché du travail contrariée

  • 38 Office du travail, Seconde enquête sur le placement des employés, des ouvriers et des domestiques, (...)

30Cependant, les résultats en matière d’embauche mis à l’actif des Bourses à la fin du siècle peinent à donner satisfaction. On observe un réel déséquilibre entre les villes au profit des grands centres urbains puisqu’en 1899, Paris et Marseille cumulent 56 % des placements fixes réalisés par la totalité des Bourses. Dans la capitale, les opérations stagnent, voire régressent, sur l’ensemble de la décennie, avec 16 144 et 21 485 placements respectivement en 1898 et 1899, tandis que le service de Marseille est, lui, en progression38.

  • 39 Peter Schöttler, op. cit., p. 121-122.

31Surtout, eu égard au placement privé, l’écart tend à se creuser : en année moyenne entre 1893 et 1897, le volume des opérations des Bourses ne représente que 5 % de celles des bureaux, un rapport de 1 à 10 se maintenant à Paris pour les métiers de l’alimentation. Peter Schöttler invoque, pour expliquer cet état de fait, l’inexpérience des militants syndicaux face aux placeurs professionnels et surtout l’extrême prudence patronale envers l’unilatéralisme d’un placement qui se mêle des questions salariales39.

  • 40 C’est par exemple l’opinion défendue par le délégué d’Alger en 1897, FNB, VIe Congrès de la Fédérat (...)
  • 41 Fernand Pelloutier, op. cit, p. 174.

32Si les difficultés rencontrées incitent d’aucuns, minoritaires, à contester le confinement des Bourses dans le placement au détriment de la propagande40, elles invitent en revanche le secrétaire de la FNB à tenter de coordonner un projet élargi pour réaliser « enfin ce que, depuis la Révolution, tous les économistes sociaux, tous les gouvernements démocratiques projetèrent d’accomplir : la création du marché du travail41» et ce, dans une perspective de défense prolétarienne.

  • 42 Paul Chauvet, Les ouvriers du livre et du journal, Paris, éditions ouvrières, 1971, t. 3, p. 306-30 (...)
  • 43 Rolande Trempé, Solidaires : les Bourses du travail, Paris, Scanéditions, 1993, p. 22.

33Trois instruments seraient articulés entre eux avec, au premier échelon, les Bourses assurant l’accès à l’emploi selon les besoins locaux. Ensuite, afin de faciliter l’interlocalisme et de gommer les déséquilibres spatiaux, est décidé le versement d’une indemnité de voyage aux ouvriers nomades en quête d’embauche, dont le montant serait calculé en fonction de la distance parcourue entre chaque Bourse. Ce viaticum, directement inspiré du secours de route établi par la Fédération du livre dans les années 188042 et déjà pratiqué empiriquement par certaines villes, se dote de règles communes lors du congrès de 189843.

  • 44 Fernand Pelloutier, op. cit, p. 160. Cette répartition permettrait également d’apporter « une chanc (...)
  • 45 Ibid., p. 164.

34Enfin, pour orienter rationnellement et solidairement cette circulation, le viatique devra être complété par un service centralisé de renseignements actualisés « permettant d’indiquer aux ouvriers les centres où la main-d’œuvre serait rare, pour s’y rendre, et ceux où elle surabonderait, pour s’en écarter44». Au centre des préoccupations des congressistes depuis 1897-1898, l’« Office national ouvrier de statistique et de placement » dont les statuts sont publiés en 1900 sera donc destiné à établir une nomenclature complète des métiers, collecter les données produites localement par les Bourses sur les emplois vacants, compiler celles-ci sous l’égide du comité fédéral avant de les diffuser sur le territoire sous forme de tableaux imprimés faciles à décrypter grâce à un système de codage45.

  • 46 Ibid., p. 168.
  • 47 FNB, IXe Congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, Nice, Imprimerie et sté (...)
  • 48 FNB, Xe Congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, Alger, A. Jourdan, 1902, (...)

35Le lancement de cette initiative originale bénéficie alors d’une convergence de vues avec les impératifs du gouvernement qui, préoccupé par le chômage provoqué par la fin des travaux de l’Exposition de 1900, accorde à la FNB une aide financière de 5 000 francs46. Cet effet de conjoncture se reflète dans les premiers chiffres publiés, puisque près des deux tiers des 490 placements réalisés par l’Office, d’avril à octobre 1900, concernent des ouvriers du bâtiment dont 215 terrassiers47. Mais compte tenu du coût de l’opération et de contraintes organisationnelles, l’Office périclite rapidement et ne survit pas à son inspirateur – Pelloutier décède en 1901 – malgré une nouvelle subvention votée l’année suivante sur proposition de Léon Bourgeois et Gustave Mesureur48.

Conclusion : une double défaite ouvrière

36À l’instar de ce qu’elle représente pour le mouvement syndical dans son ensemble, avec l’intégration de la FNB au sein de la CGT, l’année 1902 marque indubitablement un basculement en ce qui concerne notre objet.

  • 49 Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, op. cit., p. 47-50.
  • 50 FNTA, Ier Congrès national des corporations ouvrières de l’alimentation, Paris, Imprimerie économiq (...)
  • 51 L’épisode le plus notable est celui du 29 octobre 1903. À l’issue d’un meeting organisé à la Bourse (...)

37S’engage en effet en ce début de siècle le déclin des institutions de mutualité défendues dans les années 1890 par Pelloutier – ce qu’incarnent le dépérissement de l’Office et les difficultés rencontrées par les services de placement des Bourses – au profit de l’agitation gréviste et revendicative organisée sur le terrain professionnel par la confédération née en 189549. Dans cette configuration nouvelle, la Fédération des travailleurs de l’alimentation, créée en mai 1902 sous le patronage de Victor Griffuelhes et avec à sa tête Amédée Bousquet50, entreprend précisément de revitaliser la lutte contre les bureaux privés. Est initiée à cet effet une campagne confédérale alliant la dénonciation des blocages parlementaires et la grève des travailleurs concernés. Bref, une stratégie syndicale d’action directe dans laquelle la Bourse de Paris renoue avec un rôle strict d’agitation51.

  • 52 Bulletin de l’Office du travail, 11e année, n° 3, mars 1904, p. 253-254.

38Le 14 mars 1904 est in fine arrachée une loi programmant la fin des placeurs, encourageant le placement professionnel et obligeant les communes de plus de 10 000 âmes à créer un office gratuit52. Or cette législation, si elle semble récompenser près de deux décennies de lutte obstinée, sanctionne davantage une double défaite.

39D’une part, son application timide est loin de produire les effets escomptés. Le placement privé, même s’il est amoindri, est maintenu grâce à des manœuvres de contournement, contre quoi il est désormais difficile de s’élever puisque la promulgation du texte a mécaniquement épuisé les réserves de la mobilisation.

40D’autre part et surtout, en entérinant la municipalisation de l’accès à l’emploi, la loi impose aux Bourses la concurrence de fait redoutée par Pelloutier. Dans le cadre d’une gestion localisée des marchés de main-d’œuvre, le placement organisé par les Bourses, garant des subventions car identifié à un service public, est directement menacé d’obsolescence. L’option d’offices paritaires municipaux puis départementaux retenue par les pouvoirs publics à la veille de la Première Guerre mondiale achèvera de le vider de sa substance.

Haut de page

Notes

1 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe siècle, Paris, PUF, 1985, p. 71.

2 Office du travail, Le placement des employés, ouvriers et domestiques en France, Paris, Berger-Levrault, 1893, p. 292-293. Les autres milieux professionnels concernés de manière significative sont la domesticité et la coiffure.

3  Les archives de la préfecture de police de Paris (dans la suite de l’article Arch. préf. pol.), notamment les rapports quotidiens du préfet, permettent de suivre le déroulement de ces manifestations, peu connues dans leur détail si ce n’est grâce à une thèse désormais ancienne : Jacques Néré, La crise industrielle de 1882 et le mouvement boulangiste, thèse d’État, Paris, Sorbonne, 1959, t. 2, p. 121-134.

4  Arch. préf. pol., BA 1427. Le 7 août 1886, 200 garçons de café assaillent parmi d’autres le bureau de la rue Saint-Denis, dont ils brisent les vitres à coups de pierres après avoir réclamé une réduction du prix de placement. Plusieurs offices des rues Étienne-Marcel et Vauvilliers, dont les portes sont enfoncées, subissent quant à eux un saccage en règle et la destruction de leurs registres d’inscription.

5  Le quartier du Combat est celui de l’actuelle place du Colonel Fabien, dans le xixe arrondissement, Arch. préf. pol., BA 1410.

6  Arch. préf. pol., BA 1272. Sur des affiches apposées en octobre dans le quartier des Halles, elle revendique plusieurs dizaines de milliers de membres et une quinzaine de chambres syndicales dont certaines en province, à Marseille, Rouen et Bordeaux.

7  Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1887-1888, Paris, Imprimerie F. Harry, 1889, p. 53.

8  Arch. préf. pol.,BA 97. Le 25 novembre, alors que la création d’une bourse du travail a été ratifiée, le président du conseil municipal en défend le principe devant les boulangers. Il s’entretient également le 3 décembre avec une délégation de garçons limonadiers reçue à l’Hôtel de Ville.

9  Arch. préf. pol.,BA 98.

10  Arch. préf. pol.,BA 1410.

11  Arch. préf. pol., BA 1528. À l’issue d’une réunion convoquée salle Favié le 28 mars 1887, des manifestants assaillent les bureaux de la rue de Turbigo et des Halles.

12 . Arch. préf. pol.,BA 1272, dossier Soudey.

13 . Arch. préf. pol.,BA 201. Un mémoire manuscrit daté de janvier 1888 sur « l’organisation des forces socialistes révolutionnaires à Paris » s’intéresse à cette chambre syndicale parmi d’autres groupes anarchistes.

14 . On retrouve parmi ses animateurs Joseph Tortelier, acteur en vue des manifestations d’ouvriers sans travail qui ont agité la capitale entre 1883 et 1885, Eric Lecerf, La famine des temps modernes. Essai sur le chômeur, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 95-99.

15  Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1887-1888, op. cit., p. 45.

16 . Bulletin officiel de la Bourse du travail de la ville de Paris, n° 67, 1er juillet 1888, p. 2. Ils ne sont pas plus de 200 d’après les services de police.

17 . Tortelier est l’un des premiers thuriféraires de la grève générale : Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, Paris, Gallimard, 1992 (1re éd. 1975), t. 1, p. 287.

18 . Arch. préf. pol., BA 99. C’est l’objet d’une réunion organisée le 27 juillet à la Bourse du travail qui rassemble 1 500 personnes, terrassiers, sans-travail et salariés de l’alimentation.

19 Arch. préf. pol., BA 1355.

20 Arch. préf. pol., BA 1410. À la suite de la scission de la Fédération des travailleurs socialistes de France en octobre 1890, le POSR se constitue à Paris en juin 1891 : Michel Winock, « La scission de Châtellerault et la naissance du parti allemaniste, 1890-1891 » dans Le Mouvement social, n° 75, avril-juin 1971, p. 33-72.

21 Arch. préf. pol., BA 1355.

22 Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1890-1891, Paris, Jean Allemane, 1892, p. 259.

23 Annuaire de la Bourse du travail (annexe A), 1889, Paris, Imprimerie du prolétariat, 1890, p. 292.

24 Sont distingués comme à l’accoutumée les placements dits « à demeure », c’est-à-dire des engagements pérennes, et « en extra » ou à la journée. Les totaux sont, en 1888, de 9 281 placements à demeure, répartis entre 31 corporations, et 4 649 extras. L’année suivante sont distribuées par 34 corporations 8 270 places fixes et 4 129 journées de travail.

25 Sont ainsi calculées les sommes économisées par les travailleurs parisiens, en multipliant le nombre de placements effectués à la Bourse par le prix d’une opération équivalente chez un placeur : Annuaire de la Bourse du travail, 1890-1891, op. cit., p. 403.

26 Cette part est légèrement inférieure à la Bourse de Marseille, où sont mieux représentées les professions du bâtiment : Office du travail, op. cit., p. 476-477.

27 Leur nombre global passe de 30 en 1894 à 65 en 1899, puis à 94 en 1902, rassemblant deux tiers des ouvriers syndiqués : Peter Schöttler, op. cit., p. 255-262.

28 « Congrès des Bourses du travail tenu à Saint-Etienne » dans La Bourse du travail. Bulletin officiel des chambres syndicales et des groupes corporatifs ouvriers de la ville de Paris, n° 306, 28 février 1892, p. 3.

29 « IIe Congrès national des Bourses du travail » dans Bulletin officiel de la Bourse du travail de Paris, n° 358, 26 février 1893, p. 536. Ce projet de loi est d’ailleurs le seul à être soutenu activement par la Ligue.

30 « IIIe Congrès de la Fédération nationale des Bourses du travail de France » dans Bulletin officiel de la Bourse du travail de Lyon, n° 14, juin-juillet 1894, p. 119-120.

31  En 1899, seules trois Bourses ne possèdent pas de service de placement, Peter Schöttler, op. cit., p. 261-262.

32 Appel du 15 mars 1895 de la FNB cité dans Julliard J., Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 1971, p. 235.

33 Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 1988, p. 17.

34 Fernand Pelloutier, Histoire des Bourses du travail, Paris, Alfred Costes, 1921, p. 144.

35 Ibid., p. 146. Ce texte est publié pour la première fois en 1899 dans La Revue politique et parlementaire. Pour Pelloutier, cela signifie par extension le rejet de tout projet de loi qui défendrait l’installation de bureaux municipaux, cette position tranchant nettement avec les faveurs exprimées cinq ans plus tôt envers la proposition de Joffrin et Dumay qui en évoquait la possibilité.

36 La plupart d’entre eux sont comptabilisés dans le département de la Seine, où l’on en trouve 11 sur un total de 24 en 1891. Le nombre d’opérations qu’ils réalisent à cette date est anecdotique, le rapport avec les bureaux privés étant de 1 à 80.

37 « VIIe Congrès national des Bourses du travail et Unions de syndicats » dans L’Ouvrier des deux mondes. Revue mensuelle d’économie sociale, n° 20-21-22, 1er octobre 1898, p. 334.

38 Office du travail, Seconde enquête sur le placement des employés, des ouvriers et des domestiques, Paris, Imprimerie nationale, 1901, p. 176-180. Désormais à Paris, les ouvriers de l’imprimerie arrivent en tête, devant les employés de l’alimentation.

39 Peter Schöttler, op. cit., p. 121-122.

40 C’est par exemple l’opinion défendue par le délégué d’Alger en 1897, FNB, VIe Congrès de la Fédération nationale des Bourses du travail, Toulouse, imprimerie Berthoumieu, 1897, p. 24.

41 Fernand Pelloutier, op. cit, p. 174.

42 Paul Chauvet, Les ouvriers du livre et du journal, Paris, éditions ouvrières, 1971, t. 3, p. 306-307.

43 Rolande Trempé, Solidaires : les Bourses du travail, Paris, Scanéditions, 1993, p. 22.

44 Fernand Pelloutier, op. cit, p. 160. Cette répartition permettrait également d’apporter « une chance de succès aux grèves » en faisant « le vide autour des champs de bataille ».

45 Ibid., p. 164.

46 Ibid., p. 168.

47 FNB, IXe Congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, Nice, Imprimerie et stéréotypie niçoise, 1901, p. 149.

48 FNB, Xe Congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, Alger, A. Jourdan, 1902, p. 122.

49 Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, op. cit., p. 47-50.

50 FNTA, Ier Congrès national des corporations ouvrières de l’alimentation, Paris, Imprimerie économique, 1902, p. 42.

51 L’épisode le plus notable est celui du 29 octobre 1903. À l’issue d’un meeting organisé à la Bourse du travail par les syndicats de l’alimentation, un assaut de la police qui investit les locaux se solde par plusieurs dizaines de blessés de part et d’autre. Un jeune limonadier décèdera quelques jours plus tard, Arch. nat., BB18 6806.

52 Bulletin de l’Office du travail, 11e année, n° 3, mars 1904, p. 253-254.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Jung, « Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes: les Bourses du travail, entre posture revendicative et œuvre de substitution (1886-1904) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 57-68.

Référence électronique

Benjamin Jung, « Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes: les Bourses du travail, entre posture revendicative et œuvre de substitution (1886-1904) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2362

Haut de page

Auteur

Benjamin Jung

Doctorant, Laboratoire «Identités, cultures, territoires», université Paris 7 Denis Diderot, ATER à l’université du Havre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page