Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quels enjeux ?

Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière

David Rappe
p. 43-55

Résumé

Durant près de 30 ans, les Bourses du travail ont été un élément constitutif et incontournable du syndicalisme français. Au moment où, de la fin du xixe siècle à la Première Guerre mondiale, celui-ci se développe, s’affirme et se structure, les Bourses du travail et leur fédération jouent un rôle central, déterminent et marquent profondément la nature du syndicalisme et, particulièrement, de la Confédération générale du travail (CGT). Elles donnent naissance à un modèle complet et autonome de syndicalisme basé sur une tactique, une stratégie et un projet de société. Le modèle dominant de syndicalisme qui se développe au sein des Bourses du travail propose en effet une tactique de lutte au travers de l’action directe, une stratégie de transformation sociale par la grève générale et des structures d’organisation immédiates et futures, les Bourses du travail et les syndicats ouvriers, appelés à remplacer l’État et le patronat.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Pelloutier Fernand, né à Paris le 1er octobre 1867, mort à Sèvres (Seine-et-Oise) le 13 mars 1901. (...)
  • 3  Voir sur cette question, Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action (...)

1Les Bourses du travail apparaissent, pour la plupart des dirigeants de la CGT de l’époque et en premier lieu pour ceux de la fédération des Bourses, à l’image de Fernand Pelloutier puis de Georges Yvetot2, comme un instrument d’organisation de la classe ouvrière sur une base interprofessionnelle, mais elles sont aussi un outil de lutte et d’organisation pour la société future. Dans cette dynamique, la notion centrale est celle de l’autonomie ouvrière3. Celle-ci se définit principalement par sa capacité de résistance à l’intégration républicaine de la classe ouvrière et par sa capacité à se penser en projet autonome, en rupture avec la délégation de pouvoir et la représentation politique. Elle favorise en effet un syndicalisme indépendant de tous partis et représentations politiques.

2La question réside donc essentiellement dans le fait de savoir en quoi, et au travers de quels aspects, les Bourses du travail sont, ou peuvent être selon les circonstances, le contexte politique et social du moment, les personnels militants qui les animent ou encore les réalités locales, une expression de cette autonomie ouvrière.

  • 4  Ce fut, par exemple, le cas de la Bourse du travail de Saint-Étienne. Voir à ce sujet, Daniel Cols (...)

3Dans cette démarche, il convient néanmoins de nuancer certains constats et affirmations, en fonction des réalités locales et des différentes périodes d’évolution du syndicalisme français et de la CGT en particulier. Néanmoins, les tendances et dynamiques présentées ci-après nous paraissent dominantes au sein des Bourses du travail et de leur fédération, de leur origine, au début des années 1890, jusqu’à la Première Guerre mondiale, voire jusqu’au milieu des années vingt pour certaines villes4.

Autonomie d’organisation

4Les Bourses du travail sont en premier lieu l’expression d’un regroupement interprofessionnel sur une base géographique. Elles offrent alors au syndicalisme une structure et un cadre d’action recouvrant une double dimension, verticale et horizontale.

5Avec la mise en place des fédérations professionnelles, des organismes verticaux permettent l’action revendicative au niveau professionnel à l’échelle du pays, entraînant la solidarité ouvrière dans la même industrie. Les organismes territoriaux horizontaux, Bourses du travail, puis unions départementales et locales, manifestent un autre type de solidarité, dépassant les diversités des professions pour s’inscrire dans des rapports de proximité et de solidarité interprofessionnelle sur une base géographique. Chaque syndicat adhère alors à sa fédération professionnelle et à la Bourse du travail de sa localité. L’originalité mais aussi la force et l’autonomie du syndicalisme viennent de cette action coordonnée entre une structure nationale et un enracinement local au travers des Bourses du travail.

  • 5  ADL.93M57 Rapport de synthèse du commissaire spécial pour l’année 1896.
  • 6  AN. F7/13605 Enquête ministérielle de 1896.
  • 7  AN. F7/13601, 13604, 13605 et 13612 Enquête ministérielle de 1907 et 1911.

6Il faut d’ailleurs noter que les Bourses du travail sont souvent, par leur composition, le strict reflet de la ou des activités industrielles dominantes des localités où elles sont implantées. On est là bien loin de l’idée qui veut faire des Bourses du travail le lieu de regroupement des petites corporations, trop faibles pour gagner leurs lettres de noblesse dans l’action revendicative, et y cherchant donc un cadre d’expression et d’existence. Les premières Bourses qui apparaissent à la fin du xixe siècle se constituent bien à partir des branches industrielles dominantes au niveau de chaque localité. Par exemple, autour de 1896, les Bourses existantes dans la Loire sont le reflet du tissu industriel local. À Saint-Étienne, jusqu’en 1914, l’activité industrielle de la ville et de son bassin d’influence, vallées du Gier et de l’Ondaine, est marquée par la prédominance de trois secteurs, passementerie, mines et métallurgie, et ceux-ci sont prédominants au sein de la Bourse du travail dès ses premières années. En effet, en 1896, le plus gros syndicat adhérant à la Bourse est celui des mineurs avec un millier d’adhérents, représentant 34 % de l’effectif total. On trouve ensuite les travailleurs du textile qui représentent 18 % des effectifs de la Bourse et, en troisième position, ceux des métaux qui en représentent 13 % 5. À Roanne, où les entreprises textiles sont dominantes, en occupant dès 1894 près de 7 000 travailleurs répartis en 21 entreprises de 170 à 600 ouvriers, on retrouve majoritairement, à la Bourse du travail, des tisserands, au nombre de 2 000, et des teinturiers qui sont 220. Les travailleurs du textile représentent alors, en 1896, 88 % des syndiqués de la Bourse du travail6. De même, à la Belle Époque, dans les années allant de 1906 à 1911, les Bourses du travail sont toujours très clairement le reflet de l’industrie régionale et locale. Dans la région Rhône-Alpes, deux groupes d’industries dominent au niveau des forces syndicales composant les Bourses du travail, l’industrie textile et la métallurgie7.

  • 8  Voir, par exemple, les règlements intérieurs de la Bourse du travail de Lyon, ADR.10MPsilo2/travée (...)
  • 9  Rolande Trempé, Solidaire : les Bourses du travail, Paris, Scandéditions, 1993, 119 p., p. 74 et 7 (...)
  • 10  ADR.10MP. BT Commissariat spécial. Rapport du 22.02.1895.

7Le caractère interprofessionnel des Bourses du travail est donc un élément majeur de la nature de ces structures. Si elles sont des lieux de regroupement intersyndical, par le fait qu’elles réunissent divers syndicats de métier puis d’industrie, leur identité est d’un degré supérieur en relevant de l’interprofessionnel. En effet, les Bourses n’ont pas pour seul objectif de rassembler les syndicats ouvriers d’une localité, mais de transcender leur identité corporative dans une structure collective sur une base géographique qui, par-delà les identités professionnelles, ,s’intéresse aux préoccupations de la population ouvrière en général et tente de créer une culture syndicale et ouvrière interprofessionnelle. Leur volonté est bien d’être un espace où les ouvriers des divers métiers peuvent se rencontrer et élaborer leurs analyses et revendications par-delà les spécificités de métiers ou de professions. Cette dimension se ressent clairement dans chacune des initiatives et dynamiques des Bourses du travail. Leurs services sont portés et gérés par l’ensemble des syndicats adhérents, et surtout ils s’adressent à l’ensemble de la population ouvrière d’une localité, quelles que soient les activités professionnelles, comme le montrent les règlements intérieurs des différentes Bourses du travail8. Les principes, organisations et pratiques qui en découlent permettent aussi de faire émerger des solidarités interprofessionnelles concrètes. Ces solidarités peuvent être explicites, comme lors de mouvements de grève, par la pratique d’un soutien financier au travers de la caisse de grève de la Bourse du travail, l’envoi de militants et de propagandistes sur les lieux du conflit ou encore par le placement des enfants des grévistes dans des familles d’accueil le temps du mouvement, comme en 1906 lors de la grève des ouvriers de la chaussure à Fougères9. Elles peuvent aussi être implicites, comme en bloquant les offres d’embauche du bureau de placement de la Bourse concernant un secteur professionnel où les travailleurs sont en lutte. Par exemple, sur la demande d’un syndicat d’une corporation en grève dans l’agglomération lyonnaise, la commission exécutive de la Bourse de cette ville pouvait décider de bloquer tout mouvement du bureau de placement concernant cette corporation, diminuant ainsi les risques que les employeurs ne trouvent un personnel de remplacement durant la grève. C’est ce qui se passa en 1895 lors de la grève des ouvriers ferblantiers-zingueurs, où le bureau de placement, « homme » de la Bourse, avait pour consigne de refuser de donner des adresses d’emploi « aux ouvriers venant du dehors et aux renégats10 ».

8C’est certainement cette identité et cette organisation interprofessionnelle qui ont été propices au développement d’une conscience révolutionnaire qui a favorisé la formulation d’un projet social fondé sur une identité se voulant de « classe », par-delà les spécificités professionnelles.

Autonomie d’action

9L’autonomie d’action prônée et pratiquée au sein des Bourses du travail s’exprime principalement au travers des principes de démocratie et d’action directe considérés comme pratique syndicale.

  • 11  Là aussi, voir les règlements intérieurs des différentes Bourses du travail, AN F7/13567.
  • 12  Voir à ce sujet émile Pouget, La Confédération générale du travail et Le parti du travail, édition (...)

10Au sein des Bourses du travail, chaque syndicat adhérent est représenté au conseil d’administration par ses délégués qui y détiennent le même nombre de voix11. C’est donc bien l’ensemble des syndicats ouvriers membres d’une Bourse qui la fait vivre, en fixe les orientations, prend les décisions, constitue et compose des commissions et en assure la gestion. À chaque syndicat ensuite de définir les mandats, de contrôler et d’assurer la rotation de ses délégués au sein du conseil d’administration. Une véritable pratique de la démocratie directe, par des décisions de bas en haut et sans délégation, est donc assurée au sein des Bourses. La pratique de l’action directe comme mode d’action n’est que le prolongement de ces conceptions de démocratie directe et de refus de délégation de pouvoir. Loin de tout radicalisme contemporain voulant faire de l’action directe un mode d’action violent, les militants des Bourses du travail, et plus spécifiquement les syndicalistes révolutionnaires et les militants anarchistes, considéraient l’action directe comme une pratique syndicale où ce sont les travailleurs eux-mêmes qui interviennent directement dans leur lutte, à tous les niveaux et à toutes les étapes, sans recours aucun à des spécialistes de la représentation et de la négociation. La violence ne peut être que le résultat du conflit qui s’engage, et en aucun cas une tactique de lutte, et peut n’être qu’une réponse défensive à la violence patronale et étatique 12.

  • 13  Compte rendu des travaux du XVe congrès national corporatif (IXe de la Confédération générale du t (...)

11L’autonomie d’action du syndicalisme incarné par les Bourses du travail est aussi marquée par la capacité à articuler des revendications immédiates avec des revendications de rupture. Les Bourses du travail sont à la fois des structures prétendant répondre dans la société du moment à des besoins urgents de la population ouvrière, mais en offrant un lieu de réunion et de rencontre aux syndicats ouvriers, elles sont aussi un centre de revendications, d’agitation ouvrière et de contestation de l’ordre social établi. Ni réformisme de principe, ni incantation révolutionnaire, mais une capacité à partir de la réalité, de revendications et de besoins concrets et à y apporter satisfaction par l’organisation et la lutte dans la société du moment, tout en rendant lisibles les causes de ces revendications et en élaborant des réponses alternatives. Dans cette dynamique, la pratique de la grève est conçue comme une gymnastique révolutionnaire, permettant d’améliorer le quotidien tout en préparant la révolution, et la grève générale comme tactique révolutionnaire. La grève devient alors un moyen d’expression privilégié, car elle représente l’autonomie ouvrière en acte, et la grève générale est l’aboutissement de cette autonomie ouvrière. Les militants syndicalistes de l’époque avaient bien compris que c’est seulement par l’action interprofessionnelle que la grève générale peut se construire et que le vieux monde peut basculer. Ils refusaient ainsi d’oublier que si le premier but du syndicalisme est l’amélioration immédiate des conditions de travail et de vie, il doit aussi être porteur à terme d’un projet de transformation sociale. C’est toute cette démarche syndicale qui se retrouve inscrite noir sur blanc, débattue et adoptée lors du congrès confédéral de la CGT en 1906 et qui restera célèbre sous le nom de « Charte d’Amiens ». Dans cette dynamique, les Bourses du travail se devaient alors de répondre à ces deux objectifs13.

Autonomie sociale et culturelle

  • 14  Sur l’étendue des services et des initiatives culturelles des Bourses du travail, voir Rappe David (...)

12Cette capacité des Bourses du travail à répondre aux besoins concrets de la classe ouvrière de l’époque est l’expression de son autonomie sociale. Elle se reflète pleinement au travers de la multitude de services à caractère sociétaire mis en place. C’est ce que l’on pourrait nommer la fonction sociale des Bourses du travail, préfigurant quelque part la politique sociale de l’État qui apparaîtra bien plus tard et qui, cette fois, sera prise en charge par les classes dirigeantes et non plus par les travailleurs eux-mêmes. Les services des Bourses du travail ont apporté des réponses concrètes à des besoins de la population ouvrière sur des questions essentielles comme celles du chômage, de la législation du travail, de la formation professionnelle, de la santé mais aussi dans le domaine de l’éducation et de la culture, à une époque où il n’existait ni système étatique de placement, ni formation professionnelle réglementée, ni système d’assurance sociale 14.

13Leur rôle en termes de service ouvrier s’exprime en premier lieu au niveau du placement des sans-emploi. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons justifiant auprès des institutions municipales et étatiques leur existence et l’attribution de subventions. Dans chaque Bourse du travail, des bureaux de placement sont mis en place afin de collecter les offres de travail, de répertorier les lieux d’embauche, d’établir des statistiques sur l’activité industrielle et de les mettre à la disposition des femmes et des hommes à la recherche d’emploi. Dans le même domaine, un service dit du viaticum est mis en place, visant à attribuer une aide financière aux militants syndicaux victimes de répression patronale et mis sur des listes noires. Cette aide a pour but de leur permettre de se déplacer de Bourse en Bourse afin de trouver du travail et de s’installer dans une autre localité.

  • 15  Journal « Le Peuple » du 15 au 24 novembre 1895.
  • 16  ADR. PER.128 Bulletin officiel de la Bourse du travail de Lyon (BO/BT) n° de juillet/août 1897.

14Par ailleurs, à l’heure où la formation professionnelle était laissée à l’initiative privée et patronale, les différents syndicats des Bourses du travail mettent en place des cours professionnels propres à leur secteur d’activité. Ceux-ci se déroulent à la Bourse du travail et sont organisés et animés par des militants syndicaux. Ils ont pour but de doter les travailleurs d’une plus grande autonomie professionnelle afin qu’ils soient mieux armés face aux employeurs sur les questions d’embauche, de salaire ou de licenciement. Cet apprentissage par le biais syndical a aussi pour objectif de favoriser une conscience de classe. À Lyon, par exemple, la première motivation mise en avant lors de l’annonce dans la presse de l’ouverture de cours professionnels à la Bourse du travail, est une motivation à caractère révolutionnaire, ayant pour objectif de donner aux ouvriers, et en premier lieu aux syndicalistes, la capacité de gérer la production dans le cadre de la société future. Les militants de la Bourse affirment en effet « qu’avec l’industrialisation moderne tenant de plus en plus à spécialiser le travail, il importe pour la classe ouvrière militante de se fortifier par elle-même au point de vue technique, afin que le jour où elle sera appelée à diriger la production, elle ne soit pas obligée d’avoir recours à des adversaires qui auront intérêt à la faire passer pour inférieure » 15. Quelques mois plus tard, lors du rapport de bilan pour le premier exercice des cours professionnels, les militants de la Bourse inscrivent aussi la mise en place de ce service dans le cadre de la société de l’époque, notamment en rappelant l’importance qu’il y a pour tout ouvrier à approfondir les questions techniques de sa profession 16. Cette seconde argumentation est inscrite cette fois-ci dans les préoccupations quotidiennes des travailleurs et on peut voir ressortir une sensibilité du discours syndical face aux premières conséquences de l’apparition massive des machines dans l’organisation du travail. Ce discours est aussi marqué par les conséquences de la récente grande dépression de cette fin de siècle sur le marché de la main d’œuvre. Dans un autre domaine, en réponse aux menées des compagnies d’assurance des entreprises dans le cadre de la loi sur les accidents du travail, les Bourses se dotent de leurs propres dispensaires médicaux afin d’offrir des diagnostics et des soins de meilleure qualité aux travailleurs touchés, qui se doublent souvent de consultations médicales gratuites pour les syndiqués et leur famille.

15Les Bourses du travail participent aussi à l’émergence d’une véritable autonomie culturelle par la prise en charge de nombreuses questions sociales qui ne sont pas directement liées au syndicalisme. Elles jouent en cela un rôle d’éducation populaire par l’organisation de conférences, de représentations théâtrales à caractère social, de matinées artistiques ou de bals populaires, le tout généralement accompagné d’une intervention syndicale. Ces initiatives abordent de nombreux thèmes qui vont de l’antimilitarisme à la santé et l’hygiène ouvrières, en passant par l’émancipation féminine ou le contrôle des naissances. Elles témoignent de la multitude de thèmes à caractère sociétal pris en charge par les Bourses du travail. Ce mouvement participe, là encore, à l’émergence d’une véritable culture de classe favorisant la diffusion des conceptions révolutionnaires.

Autonomie sociétaire

16L’ensemble de ces conceptions, pratiques et formes d’organisation entraîne les Bourses du travail à faire émerger un syndicalisme ayant une vision « rupturiste » avec la société dans laquelle il évolue, et en cela lui confère une dimension révolutionnaire.

17Par cet ensemble, ce modèle complet de société en action, les Bourses du travail préfigurent la société future postrévolutionnaire. Elles représentent un véritable monde parallèle, une contre-société qui reflète la capacité de la classe ouvrière de prendre la société en main. Elles sont l’expression d’un syndicalisme basé sur la pratique de l’action directe et reconnaissant le droit aux travailleurs de s’auto-administrer collectivement en gérant eux-mêmes leurs propres affaires. Et les Bourses du travail ne se contentent pas de le proclamer, mais elles le mettent en actes au quotidien dans leur fonctionnement et leurs objectifs. L’autonomie apparaît alors comme une véritable école d’émancipation par la pratique de l’auto-organisation interne. En partant du principe que la gestion directe, pour reprendre le terme de l’époque, sera le moteur de la société future et qu’elle n’est pas innée, mais s’apprend, se pratique et se confronte à la réalité, les militants des Bourses avaient à cœur de la mettre au centre de leur dynamique et de leurs initiatives. Cela devait être aussi le moteur de leur syndicalisme afin de favoriser l’expérimentation nécessaire avant la rupture révolutionnaire, et le moyen de se doter des conditions nécessaires pour pouvoir relancer la société ensuite. En participant à la vie de la Bourse, en cherchant à répondre par des améliorations concrètes à des besoins de son quotidien, tout travailleur était alors confronté à cette expérimentation et à cette forme d’organisation sociale qui pouvaient lui ouvrir d’autres perspectives.

18Les Bourses du travail avaient donc cette capacité à rendre concrète la révolution en en étant déjà une préfiguration, une esquisse, en même temps qu’elles étaient des outils de luttes et de revendications immédiates. Le modèle sociétaire qu’elles incarnaient est aussi une composante essentielle du syndicalisme qu’elles impulsaient.

Autonomie politique

19Ce modèle complet de syndicalisme, basé sur une forme d’organisation, une pratique et un projet de société qui sont tous les trois intimement liés, permet d’assurer une indépendance par rapport à toute représentation politique. En effet, l’organisation que proposent les Bourses du travail, à fondement géographique et professionnel, présente une alternative aux formes de la représentation parlementaire. Les Bourses du travail poussent le mouvement ouvrier de l’époque à assumer son autonomie au maximum, au travers d’un modèle complet de syndicalisme et de projet social organisé autour d’elles, et allant même jusqu’à tendre au séparatisme d’avec le reste de la société. Cette autonomie du mouvement ouvrier ne se fait pas seulement par rapport aux tentatives d’intégration républicaine, mais aussi par rapport à toute forme de représentation politique des différents partis socialistes de l’époque. L’objectif des partis socialistes, puis communistes, au travers des concepts de république sociale et de conquête du pouvoir étatique, est de pousser les travailleurs à se concevoir comme une composante intégrée à la gestion de la société par leur représentation et aux éventuels progrès et retombées. La délégation de pouvoir et les élections deviennent alors indispensables dans un tel processus. Afin de parvenir à la direction politique d’une société, il faut être capable de s’intégrer dans son jeu de représentation politique. La conquête du pouvoir politique nécessite une division des tâches entre le syndicalisme, dont le rôle est limité aux revendications corporatives et à l’agitation sociale, et le parti, regroupant la fraction la plus conscientisée, qui est chargé d’apporter les réponses en termes de société. Le changement sociétaire s’effectue alors par la prise de pouvoir, municipal ou étatique en l’occurrence. Des conceptions bien différentes et inconciliables avec les dynamiques autonomistes portées par les Bourses du travail.

  • 17  Voir sur cette question les travaux suivants : Annie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, éd. (...)
  • 18  Madeleine Rebérioux, « Conscience ouvrière et culture ouvrière en France entre les deux guerres mo (...)

20Alors que, jusqu’en 1914 le mouvement ouvrier est politiquement « séparatiste », comprenant que le parlementarisme est le monopole des classes dominantes, les partis politiques socialistes vont l’intéresser et même l’intégrer au système politique par leur représentation. En tenant compte de ces éléments, on se rend compte que le développement du phénomène communiste dans les années 1920 a favorisé cette intégration et est aussi un facteur ayant provoqué le recul du syndicalisme révolutionnaire en récupérant même, momentanément, une partie de son héritage. De plus, l’essor des banlieues et la conquête électorale de nombreuses de ces nouvelles municipalités par le Parti communiste favorisent le passage d’une culture ouvrière formée dans les Bourses du travail à une culture ouvrière plus centrée sur la banlieue, le quartier, l’espace urbain. C’est ce qui se passe dans des villes comme Bobigny, Saint-Denis ou encore Vénissieux17. Dans ces municipalités qu’ils contrôlent, les communistes s’efforcent de mettre en place de nombreux services en direction de la population ouvrière, se substituant alors à ceux qui peuvent être proposés par les Bourses du travail18.

  • 19  Daniel Colson, op. cit., p. 192 et 193.

21Ces dernières remarques nous amènent, en conclusion, à nous poser la question des limites des Bourses du travail. Se pose en premier lieu la question de leur effacement, de la perte de leur centralité au sein du mouvement syndical dans l’entre-deux-guerres. L’émergence du phénomène communiste, drapé du prestige de la Révolution russe, et l’apport des théories marxistes-léninistes voulant faire du syndicalisme une simple courroie de transmission du parti, va profondément affaiblir la place des Bourses du travail et imposer un nouveau mode de développement et d’action au mouvement ouvrier. Avec la division syndicale qui en découle, les Bourses du travail cessent d’être l’expression d’un vaste ensemble culturel et politique d’accord profond entre mouvement ouvrier et classe ouvrière. Constituées autour de l’idée d’unité ouvrière, dans sa composition tout comme dans l’expression de leurs services, les Bourses du travail se trouvent transformées en îlots au milieu de l’effondrement général19. Suivant les situations se posent des questions insurmontables pour l’essence même des Bourses sur la manière d’exclure tel ou tel type de syndiqué des services de ces institutions. Comment refuser l’accès à la bibliothèque, aux renseignements juridiques, aux cours d’espéranto, pourtant langue prolétarienne internationale, à celui qui ne possède pas la bonne carte syndicale ?

22Ces changements s’expliquent aussi par un monde ouvrier qui, en raison de la Première Guerre mondiale, s’est profondément transformé en se rajeunissant et en se féminisant, formant une part importante de la classe ouvrière qui n’a pas connu les heures de gloire des Bourses du travail d’avant 1914. De plus, la Première Guerre mondiale provoque aussi, par la saignée qu’elle cause dans les couches ouvrières et paysannes, une véritable rupture générationnelle au sein du mouvement ouvrier. Beaucoup de militants syndicalistes, acteurs des Bourses du travail et porteurs de leur esprit et pratique, ne seront plus là au lendemain de la guerre pour passer le relais, pour transmettre une expérience et une certaine conception du mouvement ouvrier. Ceux qui « restent », qui sont encore là, sont bien souvent, au contraire, ceux qui, tel Léon Jouhaux, ont accepté l’union sacrée dans la guerre et ont même collaboré au sein de l’appareil d’État, expérience qui a certainement modifié leur vision des choses en les entraînant dans une conception étatique sociale-démocrate. Ce sont ces militants qui majoritairement feront contrepoids à l’émergence du mouvement communiste, mais tout en tournant aussi la page de l’autonomie ouvrière.

23Par ailleurs, les dynamiques définies plus haut au sein des Bourses du travail n’ont pas toujours été aussi claires en fonction des situations locales ou des différentes tendances syndicales influentes à un moment donné. Dès le lendemain de l’échec de la grève générale lancée à l’occasion du 1er mai 1906, des courants réformistes s’imposent dans certaines Bourses à la faveur de l’unité socialiste au sein de la SFIO et grâce au soutien de municipalités justement gagnées par un personnel politique radical ou socialiste. Dans ces cas-là, les Bourses du travail perdent leur dimension d’indépendance et d’autonomie et ne sont plus que des relais des partis politiques et de la politique sociale des municipalités, tout en continuant d’offrir un cadre aux luttes corporatives des syndicats. Néanmoins, ce phénomène reste limité et l’esprit et les dynamiques que nous avons décrits restent dominants et majoritaires au sein des Bourses et de leur fédération. Avec le recul des dynamiques syndicalistes-révolutionnaires au sein de la CGT, dès 1909-1910, elles apparaissent même comme un espace de repli de ces conceptions.

  • 20  Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe(...)
  • 21  AN. F7/13567. Enquête du ministre de l’Intérieur de 1907 et de 1911.

24Enfin, l’expérience et l’histoire des Bourses du travail sont aussi marquées par les questions tournant autour de l’indépendance et du rapport aux institutions, notamment en raison des subventions qu’elles recevaient. Loin de devenir un « appareil idéologique d’État » comme l’ont voulu certains historiens20, les Bourses du travail ont su assurer leur indépendance et leur autonomie envers les institutions municipales et étatiques, au moins lorsque les syndicalistes révolutionnaires y étaient dominants. Un rapport plus étroit avec les institutions ne pouvait relever que d’un choix politique, comme ce fut le cas dans certaines villes, et non d’une nécessité institutionnelle. La question des subventions n’a jamais été déterminante dans la vie ou même la survie de ces structures ouvrières, même si le phénomène du « subventionnisme » est bien réel. Entre 1906 et 1911 par exemple, toutes les Bourses du travail présentent une part importante de subventions dans leur budget, part qui peut varier de 60 à 90 % du total, avec une moyenne se situant autour des deux tiers21. Néanmoins, la perte de ces subventions n’a jamais entraîné la fermeture d’une Bourse du travail, celle-ci pouvant continuer à exister avec ses ressources propres. Le seul réel problème a été celui de la propriété des bâtiments dans lesquels les Bourses du travail se trouvaient. Comme les bâtiments étaient mis à disposition des syndicats ouvriers par les municipalités, c’est par ce biais que le pouvoir exerçait un contrôle et une répression sur le mouvement syndical, pouvant entraîner la fermeture de Bourses du travail comme en 1905 à Lyon, en 1906 à Paris et Grenoble, ou encore en 1911 à Saint-Étienne. Ni à Lyon en 1905, ni à Grenoble en 1906, la suppression de la subvention ne peut faire fermer ces deux Bourses. C’est le retrait du bâtiment municipal dont elles jouissent et l’expulsion des syndicats par la force qui permettent seulement d’arriver à la fermeture des Bourses.

Haut de page

Notes

1  David Rappe est l’auteur de La Bourse du travail de Lyon, une structure ouvrière entre services sociaux et révolution sociale (Histoire de la Bourse du travail de Lyon des origines à 1914), Éditions ACL, 2004, 224 p. L’ensemble des remarques, réflexions, sources et documentations ayant servi à la réalisation de cet ouvrage tout comme de l’article ci-dessus proviennent des recherches menées dans le cadre des travaux universitaires suivants : Rappe David, La Bourse du travail de Lyon (des origines à 1914), Mémoire de maîtrise, Lyon, 1997, 151 p. ; Rappe David, Les Bourses du travail, des structures ouvrières entre services sociaux et révolution sociale, une étude à travers les Bourses du travail de la Loire, du Rhône, de l’Isère et de la Drôme, des origines à 1939, mémoire de DEA, Lyon, 1998, 134 p.

2  Pelloutier Fernand, né à Paris le 1er octobre 1867, mort à Sèvres (Seine-et-Oise) le 13 mars 1901. Secrétaire adjoint en 1894, secrétaire général en 1895 de la Fédération nationale des Bourses du travail constituée à Saint-Étienne en février 1892 ; militant anarchiste et syndicaliste, il sera de 1895 à sa mort en 1901 véritablement l’âme de la Fédération des Bourses du travail. Yvetot Georges, né et mort à Paris, 20 juillet 1868-11 mai 1942. Typographe, militant anarchiste et syndicaliste, il fut élu le 22 mars 1901 secrétaire général de la Fédération des Bourses à la suite de Fernand Pelloutier. À partir du congrès de Montpellier de septembre 1902, le secrétaire de la section des Bourses fut, par sa fonction, secrétaire de la CGT. Yvetot fut donc en titre, jusqu’en 1918, le second dans la hiérarchie syndicale en tant que secrétaire général adjoint de la CGT.

3  Voir sur cette question, Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 1988.

4  Ce fut, par exemple, le cas de la Bourse du travail de Saint-Étienne. Voir à ce sujet, Daniel Colson, Anarcho-syndicalisme et communisme, Saint-Étienne 1920-1925, CEF/ACL, St-Étienne, 1986, 222 p.

5  ADL.93M57 Rapport de synthèse du commissaire spécial pour l’année 1896.

6  AN. F7/13605 Enquête ministérielle de 1896.

7  AN. F7/13601, 13604, 13605 et 13612 Enquête ministérielle de 1907 et 1911.

8  Voir, par exemple, les règlements intérieurs de la Bourse du travail de Lyon, ADR.10MPsilo2/travée360, Bourse du travail, rapport du commissariat spécial de 1892 à 1902.

9  Rolande Trempé, Solidaire : les Bourses du travail, Paris, Scandéditions, 1993, 119 p., p. 74 et 75.

10  ADR.10MP. BT Commissariat spécial. Rapport du 22.02.1895.

11  Là aussi, voir les règlements intérieurs des différentes Bourses du travail, AN F7/13567.

12  Voir à ce sujet émile Pouget, La Confédération générale du travail et Le parti du travail, éditions Marcel Rivière, 1905 et 1908.

13  Compte rendu des travaux du XVe congrès national corporatif (IXe de la Confédération générale du travail) et de la conférence des Bourses du travail tenus à Amiens du 8 au 16 octobre 1906, Imprimerie du progrès de la Somme, Amiens, 1906.

14  Sur l’étendue des services et des initiatives culturelles des Bourses du travail, voir Rappe David, Les Bourses du travail, des structures ouvrières entre services sociaux et révolution sociale, une étude à travers les Bourses du travail de la Loire, du Rhône, de l’Isère et de la Drôme, des origines à 1939, mémoire de DEA, Lyon, 1998, 133 p.

15  Journal « Le Peuple » du 15 au 24 novembre 1895.

16  ADR. PER.128 Bulletin officiel de la Bourse du travail de Lyon (BO/BT) n° de juillet/août 1897.

17  Voir sur cette question les travaux suivants : Annie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, éd. Ouvrières-Presses de la FNSP, 1986, 216 p. et Jean-Paul Brunet, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1930, Hachette, Paris, 1981.

18  Madeleine Rebérioux, « Conscience ouvrière et culture ouvrière en France entre les deux guerres mondiales », Historiens et géographes, n° 350, octobre 1995, p. 219-229.

19  Daniel Colson, op. cit., p. 192 et 193.

20  Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe siècle, Paris, PUF, 1985.

21  AN. F7/13567. Enquête du ministre de l’Intérieur de 1907 et de 1911.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Rappe, « Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 43-55.

Référence électronique

David Rappe, « Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

David Rappe

Professeur d’histoire-géographie 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page